5 août 2021 4 05 /08 /août /2021 07:50

 

 

La description de l'extérieur du château est ici - CLIC

 

 

 

Département :  11 - AUDE

 

 

 

 

 

Les rondeurs sont plus jeunes de 200 ans

Le château  (suite) :

L'intérieur :

Le plan des 2 enceintes

* Pour comprendre la ruine, il est important de ressentir son plan :

1 - Tour citerne.

2 - Logis défensif.

3 - Château primitif.

4 - Lice.

5 - Vestiges des communs.

6 - Poterne.

7 - Tour semi-circulaire ouverte à la gorge.

8 - Chapelle Sainte Anne.

9 - Entrée principale défensive.

10 - Mur bouclier.

 

 

Des archères accueillent les visiteurs...ou les assaillants

 

 

Entrer c'est rêver

* L'entrée défensive (repère 9n'est plus que fantôme, mais il est possible de voir :

- L'épaisseur du mur (plus de 1,8 mètre).

- A la base, une encoche (de quelques centimètres de hauteur suite à la destruction) pour l'emplacement de la herse.

- les 2 trous carrés d'une profondeur supérieur à 1,5 mètres pour les poutres de blocage du double vantail.

* L'épaisseur du mur me fait imaginer qu'il n'y avait pas d'assommoir, mais je pressens que bretèche il y avait puisque l'assaillant était coincé par la barbacane.

* La porte franchie, l'assaillant n'est pas dans le château mais dans un espace ouvert nommé : La lice.

* Face à la porte, l'assaillant se retrouve sous le tir des archères du bâtiment central (repère 2).

 

 

Etant ouvertes.... les tours montrent leurs entrailles

Analyse des tours

* Les six tours (repère 7) étaient si présentes à l'extérieur que je me dois de suite de les regarder et analyser.

* Bien que ces rondes constructions ne soient pas parfaitement identiques (en hauteur, en architecture défensive, etc...), une description unique est possible sauf si vous êtes un castellologue puriste :

- Leur diamètre intérieur varie entre 3,2m à 4,70m.

- Leur épaisseur du mur varie entre 1,35m à 1,50m.

- Elles sont toutes ouvertes à la gorge. Cette caractéristique permet :

-- Une économie de pierre.

-- Mais surtout, le refuge impossible des assaillants ayant franchi le rempart extérieur, puisqu'ils sont toujours sous les tirs du bâtiment central.

- Elles possèdent toutes deux niveaux d'archères.

-- Le niveau bas (parfois peu dégagé par les campagnes de fouille) possède 4 à 5 archères. Elles sont droites avec un ébrasement intérieur peu important.

-- Pour toutes les tours, les 2 archères opposées du niveau bas protègent sa courtine adjacente.

-- Des corbeaux, ayant porté un plancher, matérialisent les 2 niveaux défensifs. La position de ces corbeaux par rapport au linteau de l'archère basse diffère pour chaque tour.

-- Le niveau haut possède 3 à 4 archères.

= Vous avez compris que 3 archères en haut correspond à 4 en bas.

= Donc 4 archères en haut signifie 5 en bas.

-- Ces archères hautes ont un ébrasement latéral peu important mais permettent un tir vers le bas

 

 

La lice vide est remplie de bâtiments fantômes

La lice ou la cour

* Suivant les documentations et les castellologues ayant décrit ce château, l'espace (repère 4) entre le logis central et l'enceinte extérieure porte un mot différent. Qu'importe, puisque les 2 sont compréhensibles (bien que pour moi, le mot "cour" ne semble pas logique).

* En notre siècle, cet espace ne montre aucun bâtiment entier identifiable avec certitude, mais les traces au sol et les départs de mur (repère 5) prouvent que des constructions d'un seul niveau (mais j'ai un doute coté Nord-Est) existaient à l'opposé de l'entrée.

* Ne voyant dans la paroi ni cheminée ni niche, je pressens que ce ne furent point des habitations mais des constructions de stockage.

* Sur ces murs (courtines entre 2 tours) il est possibles de voir (curieusement sur un seul niveau) de rares archères droites avec un faible ébrasement intérieur.

* En trois endroits, la courtine porte les fantômes des escaliers accédant à un chemin de ronde, hélas disparu.

* Soudain au Nord-Nord-Est, dans le mur de 1,5m d'épaisseur, je vois une "baie écroulée" avec trou pour poutre de blocage. Poterne (repère 6) il y avait, comme souvent située à l'opposé de l'entrée principale. Elle est protégée par l'archère d'angle de la tour adjacente. Il m'est impossible de deviner si bretèche il y avait.

 

 

Depuis la lice, le Nord est non lisse

* Sur le coté Nord du polygone asymétrique apparait une tour carrée assise sur le rocher.

* Certains historiens ont affirmé que ce fut le donjon primitif 😮 du château, mais cette information est contredite par l'analyse des pierres, des joints, du remblai avec tuiles cassées.

* La conclusion : Cette "verrue" date du 14ème siècle, mais a peut être été réparée (ou modifiée) au siècle suivant.

* La tour actuelle montre :

- Niveau 1 : Une citerne.

- Niveau 2 : Une salle (certainement) de stockage éclairée par un simple fente. Un départ de voûte est visible coté Ouest.

- Niveau 3 : Heu.....🙄.... les murs sont très arasés. Peut être une salle défensive et de guet.... peut être.

 

 

Un éperon fendant...heu... les boulets ?...hihihi

Depuis la lice, le bâtiment central

* Le bâtiment central est le plus vieux du site. Même s'il a été aménagé, transformé puis réparé plusieurs fois, une partie de ses pierres ont été taillées à la toute fin du 12ème ou début 13ème (les archéologues et historiens sont en désaccord).

* Il est posé directement sur rocher, rendant presque impossible le travail de sape.

* A l'Ouest, le site se termine en pointe. Cette curiosité est un mur-bouclier en éperon (repère 10) d'une épaisseur de 2,8 mètres. Cela signifie que le seul coté attaquable (par des engins de jet) est dans le prolongement. D'ailleurs 3 tours de l'enceinte extérieure protègent aussi ce coté.

* Questionnement :

Pourquoi y a-t-il des trous de boulin sur la face Sud-Ouest ?

- Je pressens que ce fut pour un hourdage (voir vocabulaire).

Date-t-il de la fin du 12ème siècle ?

- Je vous donne ma réponse ci dessous.

 

 

De hautes archères droites protègent le coté Sud

 

Depuis la lice, la façade d'entrée

* La face coté Sud, proche de l'entrée du bâtiment central, possède de nombreuses archères droites d'une hauteur proche de 1,80 mètres.

* La différence d'équarrissage puis l'asymétrie des lits entre les pierres basses et hautes me font imaginer que ce bâtiment fut rehaussé.

* Ma supposition d'élévation ultérieure se confirme en découvrant des insertions de tuiles et la présence de corbeaux (visibles à gauche sur cette image) inutilement placés sur l'actuel mur.

* Conclusion : L'élévation et le mur-bouclier datent de l'époque Royale, donc 13ème et 14ème.

Avez vous remarqué les fantômes d'archère au sommet ?

 

 

La montée vers l'entrée

* Evidemment, la porte d'entrée dans le bâtiment central n'est pas au niveau du sol.

* En notre siècle, il faut arpenter une sorte de rampe. Les archéologues sont divisés sur l'accès réel à l'entrée.

* Ne voyant ni crapaudine ni pilier pour un pont levis, je ne sais que penser.

* Lentement (presque religieusement tant le silence se fait entendre 🤫), j'avance. 

 

 

La description de l'intérieur du bâtiment central est ici - CLIC

 

 

Je sens monter en moi l'âme d'un défenseur royal face aux Aragonais

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 11 Vers Menu
châteaux
de l'Aude
Partager cet article