13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 20:40

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

 

Le temps n'est pas propice à la recherche de ruine

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Maubec est située à 50km à l'Ouest de Chambéry (voir son château), 40km au Sud-Est de Lyon et à 4km au Sud de Bourgoin-Jallieu.

 

  Coordonnée du bourg :

45° 34' 16" N 05° 16' 20" E
 45.571032°  5.272174°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* Beaucoup d'entre vous savent que je suis un fou de ruines médiévales fortifiées très "ruinées".

* Moins il y a de cailloux et plus mon plaisir est intense.

Suis je vraiment anormal ?  

* En tant que Chevalier Dauphinois, c'est avec jubilation que je vais vous montrer un château de ma province : le Dauphiné.

* Cette beauté est peu décrite sur le web, c'est donc pour vous une surprise et pour moi, un plaisir.

 

 

Pourquoi ai je visité un château peu connu ?

* Pour moi, il n'existe pas une notion de "château connu et ruine oubliée".

* Tous les sites fortifiés construits par nos ancêtres sont à découvrir avec passion.

* Et puis, 2 raisons me forcent à être à Maubec :

1 - Ce château a été le siège d'une des 4 Baronnies (voir titre de noblesse) du Dauphiné (Là je vous sens très intéressés).

2 - Un plan visible à la mairie montre :

- Une grande courtine,

- De nombreux communs,

- Un donjon,

- Un puits (et non une citerne) récupérant l'eau de la rivière Sadiau.

 

 

L'ombre du fantôme de ma ruine du jour !

La marche d'approche

* Armé d'un plan, je remonte lentement la petite route nommée : "Le chemin du château".

* Plus j'avance et plus mes poils se hérissent.

* Je vais à la découverte du château des Roches.

* Mais des indices me font penser que le site est "maudit" des Dieux :

- Point de soleil,

- Point de panneau indicateur vers ma destinaton,

- Et point de colline portant ma découverte du jour.

 

 

La découverte

* Au bout d'un champs très vert, proche d'une rangée d'arbres, le fantôme d'un autre temps apparait.

N'est pas émouvant ?

 

 

Un mur qui en dit long sur ses origines

Je suis Dauphinois !

* Le premier détail important est un mur.

* Certes il n'est pas très haut, certes il ne possède point de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire) mais, comprenez moi, c'est un mur Dauphinois.

Qu'entends je ?

Je serais un peu chauvin et peu objectif !

* Il est vrai que l'Isère n'est pas le département le plus dense en ruines médiévales, c'est donc un plaisir (sans limite) d'en découvrir une.

Me comprenez vous ?

 

 

1ère analyse

* Le mur est épais. Le remblai semble très compacte mais les pierres sont pauvrement taillées et de dimensions bien petites.

* Ce n'est donc point le mur du donjon.

* Pour comprendre cette architecture, je me dois d'entrer dans le château.

 

 

 

L'intérieur :

2ème analyse

* En un bond, je suis à l'intérieur (Vous avez compris que point de porte fortifiée ni de vantail il faut pousser pour découvrir les entrailles).

* Avec attention, je regarde le pan de mur.

* Les rangées de trous ne sont point des trous de boulins (voir vocabulaire).

* J'opte pour des supports de poutres.

 

 

3ème analyse

* Au sommet, je constate un retrait du mur.

Était ce le niveau du chemin de ronde ?

 

 

La surprise

* Pour mieux comprendre cette curiosité, je prends un peu de recul. Mon regard est détourné par un trou dans le sol.

Est ce un système défensif pour faire tomber les assaillants ?

 

 

La lumière manque en le lieu

Piège ou salle basse ?

* Pour comprendre cette 2ème curiosité architecturale (Diantre, ce château est rempli d'énigmes), je m'avance lentement.

* La trappe en acier est un ajout récent pour éviter que les promeneurs et les enfants tombent dans ce piège.

* Mais comme je suis un Chevalier-Castellologue-Amateur, de plus avec une armure à toute épreuve, je franchi le seuil avec d'infinis précautions.

 

 

Une magnifique salle

* En entrant dans la salle enterrée, il faut un peu de temps avant que mes yeux s'acclimate à l'obscurité.

* Après quelques minutes, je vois une belle salle voûtée, sans fenêtre.

* Elle ressemble à un espace de stockage ou une cave.

 

 

Conclusion

* En abordant cette ruine, je pensais ne voir qu'un pan de mur banal.

* Mais les surprises, les beautés et les interrogations sont les conclusions de cette découverte.

* Moralité :

- Il n'existe point de petites ruines mineures.

- Chaque site médiéval est une richesse qu'il faut ressentir.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du Moyen Âge, une motte castrale est construite en un lieu nommé : Mont-Léopard.

* Vers le 11ème siècle (à vérifier), une seigneur du Mont-Léopard est cité.

* En 1263, Egidius de Bocsozel (de la ligné des seigneurs possédant cet autre château) est cité comme seigneur de Maubec.

* En 1301, Guillaume de Virieu attaque le château avec une troupe de Bourgoin (ville proche de Maubec). Aymon de Bocsozel meurt durant la défense de ses biens.

* Vers 1430, la seigneurie devient la Baronnie de Maubec, une des 4 grandes baronnies du Dauphiné.

Nota : Si l'histoire vous passionne, je vous invite à lire le riche commentaire d'une de mes visiteuses.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des salles enterrées n'est pas conseillée.

 

 

Sont ce des ennemis au loin ?

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère
Partager cet article