20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 06:30

 

 

Département :  11 - AUDE
 

 

Est ce un château fort ou un rocher ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Camps sur l'Agly est située à 42km au Sud de Carcassonne, à 40km à l'Ouest de Salse le Château (voir cette forteresse), à 30km au Sud-Est de Limoux et à 7km à l'Est-Sud-Est de Bugarach (voir son château).

 

      Coordonnées du bourg :

42° 51′ 38″ N 02° 26′ 04″ E
 42.8606°  2.4344°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'arrivée

* Lentement, je serpente sur la petite route ensoleillée en direction du département des Pyrénées orientales où chaque panneau routier est annonciateur de beautés touristiques.

* Soudain, au détour d'un virage, une puissante masse rocheuse apparaît au centre de la vallée.

* Il semblerait logique qu'une construction fortifiée ait été aménagée pour contrôler la plaine entre les montagnes.

* Avec fébrilité, je m'approche de la petite commune de Camp sur l'Agly.

* Depuis la route, le petit "pog"parait imposant et difforme. Il est difficile de distinguer le rocher des murs construits.

* Lentement je m'approche.

 

Voyez vous des courtines ? ?

 

La découverte

* A la verticale de la paroi, les courtines apparaissent enfin, mais elles ne mesurent plus que 50cm de haut.

* Curieusement, très peu de pierres "tombées" sont visible en bas du rocher.

* Il est logique de penser que ces belles pierres taillées ont été réutilisées pour construire les maisons du village.

* En faisant le tour, une question se pose :

Comment "grimper" pour voir le château ? 

 

 

Vais je pouvoir entrer ?

* Je contourne lentement le rocher pour trouver une faille.

* Il y a une paroi verticale sur les 4/5ème du périmètre.

* Il reste donc 1 seule possibilité --> Le passage coté Sud par les ronces (curieusement les ronces adorent les chemins que j'emprunte. Il faudra que je réfléchisse à ce mystère).

* Ce semblant de chemin contourne un château d'eau (c'est habituel, dans de nombreuses ruines élevées proche des villages, un château d'eau est installé à proximité  voir Vaour  ou dans la cour du château  voir Quillan).

 

  Pour entrer il faut monter par cette faille.

        L'intérieur :

L'entrée

* La montée se fait par une faille naturelle entre 2 parois au centre de la masse rocheuse.

* Je n'ai pas vu de trace de piédroit pour une porte à battant, mais il semble logique que cette entrée devrait être protégée.

* Avec une largeur de 1,5m, la défense contre un ennemi devait se faire par le haut.

* Il devait un y avoir :

- Une pseudo bretèche sur un arc de bois (?) au dessus,

- Un assommoir dans le "goulet".

* Hélas, rien prouve mes dires. Mais une chose est certaine, on ne se sent pas en sécurité :

- Dans ce couloir montant,

- Sans protection

- Espionné de haut.

* Heureusement, en ce beau jour d'avril 2006, ce ne sont que des oiseaux qui m'espionne.

* Pensée personnelle :

- Les assaillants médiévaux devaient être bien fous pour accepter de recevoir des projectiles dans ce traquenard.

 

 

Le goulet Des ancrages pour des poutres

* Dans la deuxième partie de cette montée, les parois comportent  des ancrages pour installer des poutres.

* Ma théorie d'assommoir semble correcte.

Nota : Cela est facile à deviner. C'est une des classiques défenses dans un château du 13ème siècle. Point génie je suis..

* Mais ces ancrages pouvaient aussi servir pour supporter un plancher (la surface du rocher étant faible et les failles nombreuses, l'exploitation des vides était une nécessité).

 

 

La plate-forme

* Elle est très difforme, et les architectes ont du renouveler d'audace pour faire tenir un château à cet endroit.

* Que vois je :

1 - Un panorama extraordinaire. L'absence de mur permet une vision à 360°, (c'est l'avantage de "mes" ruines, la vue est toujours merveilleuse, Versailles n'arrive pas à la cheville de "mes" palais  ). Les montagnes Audoises se découpent à merveille dans ce ciel bleu.

2 - Sur la face Ouest, les murs, dont les parements ont disparu, devaient mesurer 1,2m. Une petite faille semble avoir été exploitée par un arc de décharge pour agrandir la surface habitable.

3 - A gauche sur la petite terrasse en surplomb, plusieurs banquettes (voir exemple d'une banquette au château de Montferrand dans l'Aude) très soignées ont été taillées dans la roche pour supporter un épais mur. Cela ressemble à un habitat (logis seigneurial), car il est situé au Sud.

4 - Sur la face Est (bien au dessus du château d'eau) sont visibles des bases de murs "entourant" une salle de 3m x 10m. (cuisine, magasin ?). 

5 - Au Sud, au dessus de l'entrée, il y a les restes de plusieurs murs de ce que l'on pourrait définir comme le donjon.  

 

 

Le donjon

* C'est une "tour" carrée de 4m de coté avec un mur de 1m d'épaisseur.

* Elle est protégée du coté de l'attaque par une chemise (mur extérieur de protection) qui longe la terrasse.

* Aujourd'hui l'accès à cette terrasse n'est possible que par un saut digne d'un record du monde (heu, je mens un peu, il y a 1,5m de vide, mais c'est impressionnant).

* Une passerelle démontable ou une échelle permettait sûrement un accès protégé au 13ème siècle.

 

 

Je vous laisse ici

* Plutôt que de vous décrire cette beauté du moyen âge minimale et pourtant passionnante, je vous laisse rêver devant ces images et je vais déguster une savoureuse pêche.

 

 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au Ier siècle, l'exploitation d'une mine , comme à Bugarach, justifierait la présence d'un fortin. Mais aucun document ou  ruine l'atteste.

* Vers le 9ème siècle, avec les invasions Sarrasines puis Barbares, les "Audois" se réfugient dans les montagnes. Camps devait être un de ses refuges.

* Au 12ème siècle, Camps appartient à la puissante famille de Cucugnan apparentée à celle de Peyrepertuse, descendant des Vicomtes de Fenouillèdes.

* Vers 1238, le château abrite des "faidits" (seigneurs dépossédés de leurs biens pendant la croisade des Albigeois). Conséquence, l'armée croisée fait route vers Camps.

* Vers 1239, Béranger, seigneur de Cucunhan (voir l'histoire de Cucugnan) est très impliqué dans les combats contre "les envahisseurs du Nord". Il assure la défense du "castrum de Kabs" (château de Camps sur Agly).

* En 1241, Pierre et Béranger de Cucugnan se soumettent aux armées Royales, le castrum de "Calmis" est cité.

* Vers 1242, le seigneurs de "Calmis" garde (ou retrouve, l'histoire est assez floue) son château et ses terres.

* En 1247, hommage de Pierre de Cucugnan  au Roi Louis IX. Cet acte confirme la possession des terres de Camps à son propriétaire.

* En 1371, hommage de Guillaume de Cucugnan (nouveau seigneur) au Roi, pour les terres de Camps.

* En 1445, le testament du seigneur Armangaud de Rouffiac lègue à différentes églises des terres et des domaines. "Calmis" est cité dans ces donations.

* Vers 1480, les troupes aragonaises ravagent les régions du Fenouillèdes et de la Haute Vallée de l'Aude.

* Vers 1550, après la guerre de cent ans et quelques épdémies qui ont dévasté la région, il semble que la renaissance donne un peu de confort à ce château rustique.

* En 1676, le village se nomme : Cans.

* En 1769, il est dénommé Campvilla.

* En 1792, aucune mention du château, mais vu son état et sa rusticité, il est probable qu'il ait été lentement abandonné vers le 17ème, puis ait servi de carrière de pierres pour les villageois.

* Au 21ème siècle, la visite est gratuite. Mais elle est rendue difficile par les hautes herbes et les clôtures. Certaines pierres sont "mouvantes", prudence est un maître mot. Ruine réservée aux passionnés.

 

 

Il y a 6 siècles, ce château devait impressionner l'assaillant

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux de l'Aude Vers Menu châteaux de l'Aude
Partager cet article