16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Dans ce chaos de rochers, le cubique donjon dénote !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montbrun les Bains est située à 35km au Nord-Est de Carpentras, à 25km au Nord-Nord-Ouest de Simiane la Rotonde (voir son château) et à 20km au Sud-Est de Buis les Baronnies.

 

Coordonnées approximatives du donjon :

44° 10' 42" N 05° 25' 50" E
 44.178582°  5.430719°

 

 

 

 

Le donjon : 

L'extérieur :

Stop ou encore ?

* Après avoir visité le château de Montbrun les Bains, mon destrier prend la route du Nord.

* Moins d'un kilomètre après, il stoppe, hennit, puis m'éjecte de SA selle.

Qu'a-t-il vu que ma vigilance si légendaire n'a point remarquée ?

* Je ne vois que rochers en escalier.

 

 

Voulez vous jouer au cube ?

* J'avance sur un sentier improvisé.

* Soudain, comme par magie, apparaît un cubique bâtiment au sommet.

* Cette merveille construite par l'homme se détache dans le ciel bleu. 

 

 

Que voila un cube bien sympathique !

Voulez vous une rapide analyse ?

* Le donjon parallélépipédique est assis directement sur le rocher.

* Les pierres des parements d'angle sont parfaites (en dimension, tailles, joints), par contre les façades sont réalisées avec des pierres pauvrement taillées, de dimension aléatoire et de provenances différentes (couleur des pierres).

* Cette anguleuse construction est arasée, donc point de traces de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* De loin, il semble borgne, mais en observant la façade la plus petite, je remarque des ouvertures bouchées.

* Le dernier niveau montre des trous de boulin alignés sur plusieurs cotés.

Était ce pour un hourdage ?

 

 

Souhaitez vous le toucher ?

* Il me faut approcher cette merveille âgée de 800 ans (comme moi).

* Je vais tenter de gravir par ce coté.

* Ho hisse......... Ho hisse.....

* Hélas, je me suis trompé. Le vrai passage est de l'autre coté.

* Je suis à bonne distance des archers qui m'attendaient en..... haaaaa....... je suis touché sad ........ je meurs. no

 

 

Le diaporama du donjon est visible ici

 

 

 

Histoire du donjon :

* En 1057, Laugier de Mévouillon est le premier à porter ce nom (Medillone).

* Au 12ème siècle, construction du donjon. Il semble qu'il soit en coseigneurie entre les familles Mévouillon et Agout.

* En 1178, les seigneurs de Mévouillon sont considérés comme les vassaux directs de l'empereur Frédéric 1er Barberousse. Ce dernier leur accorde le droit de transformer leur territoire en Principauté (relevant directement de l'Empire)

* Au 13ème siècle, la famille Mévouillon a des problèmes d'argent. Elle cède une partie des seigneuries (lesquelles ?) au Comte (voir titre de noblesse) de Valentinois et de Diois. Les Mévouillon rendent un hommage partiel au Comte de Toulouse (à vérifier).

* En 1317 (le 2 septembre), la famille Mévouillon est très endettée. Raymond VI de Mévouillon cède officiellement la Principauté au Dauphin (voir liste) par acte passé à Avignon. Ce donjon devient "Dauphinois".

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est difficile. Soyez très prudents proche d'une ruine non consolidée, le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important.

 

 

Du haut de son trône de pierre, le donjon nague les passants

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Que voilà un haut mur me dissuadant d'entrer

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Roussillon est située à 50km au Nord de Valence, à 40km au Sud de Lyon et à 35km au Sud-Est de Saint Etienne.

 

   Coordonnées du château :

45° 22' 20" N 04° 48' 38"E
 45.372413°  4.810449°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Révélation

* Je vais vous dire un secret.

* Parfois, je me fais des films.

* Heu..... Ce ne sont point des vidéos mais des images dans ma tête (le truc chevelu sous mon heaume) :

- Soit j'imagine que je vais découvrir une merveille unique,

- Soit je serais LE premier à trouver une ruine perdue.

- Soit, le site castral va me parler de sa vie et de ses détails.

* C'est dans cet esprit de "cinéaste neuronique" que j'aborde la commune de Roussillon en MON Dauphiné.

* Sachant qu'une fortification médiévale est rarement en plaine, je fais galoper mon destrier vers les hauteurs.

* Soudain, un haut mur me bloque.

Dois je faire demi-tour ?

 

 

Je suis plan-plan

* Comme tout bon castellologue amateur qui se veut sérieux, formidable, parfait et modeste.... 🤭

....... je possède une arme secrète : Le plan de la cité.

* D'après ce parchemin, il semblerait qu'une porte nommée Givret permette d'entrer dans cette cité médiévale.

* C'est donc la truffe au sol, tel un fin limier, que je cherche...... mon sujet de film (?).

 

 

Est ce une lézarde ou un système défensif ?

Le mur de mes lamentations

* En longeant cette haute paroi je vois :

- Des pierres pauvrement taillées et de dimensions aléatoires.

- Parfois, des galets roulés posés en arrête de poisson ou en lits.

- De petits trous dus à une construction du 20ème siècle (petit logement devenu abri de jardin puis finalement détruit au début du 21ème siècle).

- Puis quelques archères droites alignés sur un seul niveau.

- A l'extrémité, une porte avec son arc en ogive.

* Le mur, d'une longueur de 120 mètres, ayant été partiellement arasé, ne montre pas de trace de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

 

L'intérieur :

Son derrière est énigmatique

* Bien que ne travaillant pas à La Poste, cette porte, je l'affranchis 😵 ..... oups, je la franchis.

* De l'autre coté, le spectacle est surprenant. Les pierres d'arrachement me font imaginer que cette entrée fut une tour-porte avec salle défensive et assommoir (mais vous connaissez mon imagination fertile).

 

 

Elle est fendue

Voyez vous cette curieuse curiosité fendant le rectiligne mur ?

- "Chevalier, nous prends tu pour des imbéciles ?" grommelle la blonde demoiselle. 👩

- "Il n'y a pas que les Dauphinois sachant reconnaître cette ouverture" peste un damoiseau. 🙅

* Diantre !...... Il n'y a que des spécialistes ce jour derrière l'écran. 🤩

* Raison vous avez, ceci est l'archère droite vue de l'intérieur.

* Pour améliorer l'angle de tir, un large ébrasement a été créé.

Le puits d'enfer servant de tour citerne... ou inversement

 

 

L'enfer serait en ce lieu 👿

* En remontant le (si bien nommé"chemin de la tour" vers le Nord-Ouest, je vois une ronde construction "solitaire".

* Au moyen âge, cette tour faisait partie du système défensif lié au rempart.

* En notre siècle, ce fantôme porte un curieux patronyme : Tour Citerne du Puits d'Enfer. 😳

* Ne vous moquez pas d'elle car cette ruine permet de comprendre le remblai et son type de construction.

* Sur la gauche, dans une propriété privée, proche de l'actuel cimetière, apparaissent des arbres. Ils symbolisent certainement le vieux château sur motte.

 

 

L'oeil de la sorcière ?

* Après le lieu du diable, je m'attends à trouver ses déesses nommées : Sorcières.

* C'est donc avec prudence que j'avance vers le Nord.

* Soudain, un oeil me contemple.

* Dans une tour d'angle nommée "Lunette", je ne vois qu'un cyclope de pierre.

Quelle fut la fonction exacte de cette trouée ?

* Je ne saurais le dire avec certitude, mais l'épaisseur m'interpelle. Cela me rappelle le château d'Engelbourg à Thann en Alsace.

* C'est sur cette interrogation que je redescends pour trouver une taverne.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle (?), construction d'un château au sommet de la colline.

* Au 14ème siècle, construction d'un rempart autour de la ville haute, du château et de l'église. Quatre portes défensives permettent l'accès ainsi qu'une portelle.

* Au 15ème siècle, aménagement (agrandissement ?) du rempart (à vérifier).

* Vers 1792, la municipalité (ou les révolutionnaires ?) décide(nt) la démolition des remparts pour les transformer en carrière de pierres.

* Au 19ème siècle, de nombreuses maisons sont construites ou modifiées grâce aux pierres médiévales.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Certaines ruines étant dans des propriétés privées non visitables, leur découverte ne se fait qu'avec discrétion depuis les rues du bourg.

 

 

Adieu rempart minimal d'un autre temps

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38

Vers Menu

châteaux de l'Isère

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Que voila une rondeur qui me fascine

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint-Romain-de-Surieu est située à 40km à l'Est de Saint Étienne, à 20km au Nord d'Albon (voir son château) et à 15km au Sud de Vienne.

 

   Coordonnées du château :

45° 22' 56" N 04° 53' 22" E
 45.382324°  4.889646°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'aisée montée... ou lésée montée ?

* Un château médiéval est toujours en haut d'une colline.

* Sachant que cette construction est qualifiée "en ruine", je pressens que je vais devoir monter dans les bois, me griffer les mollets, avoir....... 😩

* En réalité, toutes mes supputations sont fausses. Une agréable serpentante route monte jusqu'à l'église et au site castral.

* C'est donc sur la selle de mon destrier que je monte la colline pour découvrir ce château Dauphinois.

 

 

Rapide analyse coté Sud

* Cachée derrière la haie, la Belle ronde ne se montre que peu.

* Mais quand un Dauphinois, de plus Chevalier, s'approche d'elle, elle quémande à la haie de s'écarter. 😜

* C'est ainsi que je peux voir :

- Sa base s'enfonçant dans la terre. En réalité, la Belle ne s'embourbe point à cause de son poids (sujet interdit lorsque l'on parle d'une demoiselle, même en pierre), c'est le sol qui s'est rehaussé durant les siècles et les modifications.

- Au dessus, une archère droite m'informe que la tour est ancienne.

- Son sommet arasé. Je ne peux pas vérifier sur crénelage, mâchicoulis ou cordage existaient.

* Cette tour n'était pas le donjon, mais, d'après certains archéologues, une des tours de défense de l'entrée du château.

* Ces mêmes spécialistes supposent que deux remparts encadraient le château.

 

 

Regardez.... elle est trouée !

Rapide analyse coté Sud

* Pensant avoir tout vu et tout compris de la façade ensoleillée, je passe à l'ombre.

* Que voir sur cette face ?

- D'abord, une archère.

- Des pierres d'arrachement m'informant de la présence d'une courtine.

- Une large ouverture avec trou de boulin ayant porté les poutres d'une passerelle d'accès.

- L'entrée me dévoile l'épaisseur du mur de la tour.

 

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la tour est dans une propriété privée fermée.

* Je repars vers une nouvelle aventure qui devrait durer 1660km. 😮

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle avant JC, après la campagne Romaine en Gaule, de nombreuses terres ont été données aux soldats ayant combattu pour la République. Cette butte est concédée à Surius. Il défriche, construit une maison puis donne son nom à cette parcelle.

* Au 11ème siècle (?), à l'emplacement de la maison Romaine, aménagement d'un château en pierre et d'un chapelle castrale (à vérifier).

* En 1075, Pons de Surieu est cité dans un texte de donation d'églises à l'abbaye de Vienne.

* Au 12ème siècle, agrandissement du château et reconstruction (agrandissement ?) de la chapelle castrale.

* Au 13ème siècle (?), le seigneur de urique est vassal de l'église de Vienne.

* Vers 1237, un donjon circulaire est cité (à vérifier) dans un texte relatif à une donation au chapitre de la cathédrale de Vienne, d'églises et d'un moulin par Guillaume de Surieu.

* Vers 1270 (?), Guillaume de Roussillon, par la cession (donation) de son père, devient seigneur de Surieu (à vérifier). Il semble que la famille Surieu soit dépossédée de leur château (pourquoi ?).

* Durant la fin du 13ème puis le 14ème et le début du 15ème siècle, la puissante famille Roussillon possède toujours ce château.

* En 1426, dans son combat de reconquête des territoires confisqués par le Dauphin-Roi Charles VII (voir liste), après avoir attaqué puis pris le château de Fallavier, Louis II de Chalon-Arlay, Prince d'Orange, à la tête de son armée attaque puis détruit le château de Surieu. Ruine sera son avenir.

* Au 19ème siècle (?), une partie des bâtiments du château est reconvertie en cure.

* En 1887, la chapelle castrale devient église paroissiale.

* Au début du 20ème siècle (?), la cure est reconvertie en bâtiment d'habitation.

* En 1927, inscription de l'église (proche de la tour) aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, la tour est consolidée.

* En 1982, des fouilles sont organisées sous la responsabilité de Monique Jannet-Vallat.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la petite route. L'entrée dans le champ et la visite de l'intérieur du donjon sont interdites. Le bâtiment d'habitation n'est pas ouvert à la visite. 

 

 

Il y a bien longtemps l'archère sécurisait le château

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38

Vers Menu

châteaux de l'Isère

Partager cet article
Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 07:50

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Sur la route d'une station de ski, un château regarde passer les voitures

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Theys est située à 30km au Sud de Chambéry (voir son château), à 25km au Nord-Est de Grenoble et à 16km au Nord-Nord-Est de Laval (voir son château).

 

   Coordonnées du châtel :

45° 17' 44" N 05° 59' 25" E
 45.295563°  5.990306°

 

 

 

 

Le châtel :

L'extérieur :

La chance est une qualité essentielle

* En notre merveilleux Royaume de France il existe des constructions uniques mais non visitables. Seuls quelques invités peuvent entrer pour admirer les merveilles de nos ancêtres.

* Il y a quelques années, sur l'invitation spéciale d'une association de patrimoine, j'ai eu le droit de voir un site unique en Europe.

* Je vais tenter de vous faire comprendre la beauté de cette construction en étant objectif (car cette merveille est.... en Mon Dauphiné).

 

 

 

L'approche, là proche

* Pour découvrir le châtel, puisque tel est le nom donné par les spécialistes locaux, il faut marcher en direction d'une colline encadrée par 2 petits ruisseaux (l'eau, un élément important pour mieux vivre).

* Puis, au bout du chemin, apparaît un bâtiment "modeste" semblant classique, presque de notre siècle.

 

 

Est ce un scorpion, un serpent ou une fleur ?

 

Que le spectacle commence !

* Le site est composé de 2 bâtiments autour d'une petite cour intérieure centrale non couverte.

* Plusieurs matériaux ont été utilisés :

- Galet roulé.

- Cargneule.

- Tuf.

* De suite, sur l'un des murs, je remarque les pierres en encorbellement.

- Hummmm, cela sent les latrines. cheeky

* Sur l'autre mur, je vois des trous de boulin alignés avec une porte à l'extrémité.

- Était ce un hourdage (voir vocabulaire) ?

- Ou une passerelle pour atteindre un bâtiment annexe ?

- Ou les poutres du toit d'un bâtiment annexe ?

* La troisième façade me réserve une autre surprise : Une pierre pour l'évacuation d'eau, certainement pour un lavabo.

* Le dernier mur montre 2 fenêtres. L'une possède sur son piédroit la sculpture d'une tête.

- Regardez comme un Dauphinois est beau ! blush

 

 

 

La magie d'être exceptionnel

* Tout en respectant la propriété privée, car l'un des deux bâtiments est habité, je me retrouve devant l'entrée.

* Hélas, une solide porte avec un panneau interdit le franchissement.

* Mais, comme je fais partie des invités exceptionnels (heu.... car je le suis blush ), le préposé aux clefs fait l'acte magique....

   ..... ainsi chevillette est tirée puis bobinette est cherrée.

 

 

Une bande dessinée médiévale

 

L'intérieur :

 Le choc de l'unique !

* En entrant, il faut serpenter entre planches au sol, sacs de gravas, escalier aux marches grinçantes.

* Soudain le spectacle est magique ! ! ! !

* Dans une salle de 10 mètres sur 6 mètres apparait un décor de lumière datant du 13ème siècle.

* Laissez moi quelques instants pour récupérer de cette émotion.

 

 

 

D'abord, les constructions de vie

* Pour vous faire comprendre cette aula (salle de réception et salle d'apparat), je vais d'abord m'attacher à vous décrire les constructions (aménagements) de vie.

- D'abord, proche d'un angle un lavabo avec évacuation vers l'extérieur.

- Puis, sur la droite, une porte en bois (de plusieurs siècles) menant aux latrines.

Vous constatez que le Dauphinois est propre puisqu'il peut se laver les mains après avoir fait ses besoins..... heu....... j'ai écrit "peut", mais je n'ai point de texte ancien pour le prouver. cheeky

- Au centre du plus long mur, une imposante cheminée trône.

- Face à la cheminée, 3 fenêtres à coussiège double apportent la lumière et appellent le chevalier (moi ? ) à lire les romans Arthuriens de Chrétien de Troyes.

 

 

 

Des médaillons de 7 siècles narrant une vie de Chevalier

Et tout de suite...... la suite

* Derrière votre écran, je vous entends hurler :

"Chevalier, parle nous des peintures !"

* Patience..... je vais tout vous dire.... mais...... savourer est aussi un plaisir avant la connaissance.

"L'attente est en proportion du bonheur qu'elle prépare." Michel Dupuy dans "La Source et le feu" publié en 1954.

 

 

 

Perceval le Gallois

* Ce magnifique décor est la représentation d'un texte ancien.

* Les peintures murales sont une sorte de BD (bande dessinée) racontant une partie du roman de Chrétien de Troyes : Perceval ou Le conte du Graal.

* C'est l'initiation à la Chevalerie de Perceval le Gallois, un des héros de la Table ronde.

 

 

 

Analyse des peintures

* Comme dans de nombreuses salles peintes, celle de Theys montre la découpe traditionnelle en 3 parties :

- En bas : Une fausse tenture (hélas peu visible sur mes images).

- Au sommet : Une frise avec végétaux et blasons armoriés.

- Au centre : Un fond géométrique comportant 52 médaillons quadrilobés en alternance avec des médaillons circulaires. Ils sont répartis en 3 rangées verticales.

* Vous avez évidemment remarqué la présence d'un personnage au vêtement de paysan de couleur rouge. C'est Perceval.

 

 

Le diaporama du châtel est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du châtel :

* Au 11ème siècle, sur une petite colline aplanie, coincée entre les ruisseaux Battiards et Pierre Herse, est aménagée une motte castrale (certainement une tour en bois). Dans la basse cour au Nord sont construits quelques bâtiments (communs ?).

* En 1280, à l'emplacement des "communs" est construit le châtel (en pierre). Réalisation de peintures dans la aula.

* Vers 1325, le châtel est agrandi. Construction d'un autre bâtiment accolé.

Curiosité : La seigneurie de Theys appartint à de nombreux personnages de l'histoire.

- Les Dauphins du Viennois (voir liste) : Première mention 1246.

- Les Comtes (voir titre de noblesse) de Genève (voir liste) : Don du Dauphin suite à ses endettements.

- Les Dauphins de France (après le transport du Dauphiné) : Rachat du Roi de France au Comte.

- Jean Dunois, compagnon de Jeanne d'Arc.

- François de Bonne de Lesdiguières (achat en 1593).

- etc.....

* Au 19ème siècle (?),  une partie du bâtiment est transformée en stockage d'exploitation agricole (à vérifier).

* A la fin du 20ème siècle (1991), les peintures sont découvertes. La mairie achète une partie du bâtiment (l'autre étant habitée) puis tente de trouver les fonds pour consolider les murs et restaurer les œuvres peintes. Depuis, de nombreux spécialistes étudient le site :

- Térence Le Deschault de Monredon, docteur en histoire de l'art.

- Annick Clavier, archéologue et conservatrice au service du patrimoine culturel du Conseil général de l'Isère.

* En 1993, les 2 bâtiments et les peintures murales sont classés aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant impérativement les propriétés privées (ce qui signifie ne pas s'écarter du chemin). Le bâtiment ne se visite pas, d'abord par la fragilité des peintures, puis à cause de l'instabilité des murs et des planchers. Une souscription est ouverte. Si l'objectif financier est atteint, le châtel deviendra un musée du Moyen Âge.

 

La vidéo du châtel est ici

 

 

La beauté des montagnes a inspiré le dessinateur de ce Châtel

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère
Partager cet article
Repost0
24 juillet 2020 5 24 /07 /juillet /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

Voyez vous une construction UNIQUE ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Clansayes est située à 30km au Nord d'Orange, à 20km au Sud-Sud-Est de Montélimar (voir son château) et à 10km à l'Est de
Pierrelatte.

 

     Coordonnées du château :

44° 22' 17" N 04° 48' 24" E
 44.371523°  4.806749°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

C'est décidé, je décide de ... heu... visiter

* Depuis plusieurs jours, je rêve de ce donjon.

* Depuis plusieurs heures, je quémande à mon vieux destrier de galoper plus vite pour voir cette merveille.

* Depuis.... heu... quelques minutes, mes poils de castellologue amateur se hérissent de bonheur.

Le voyez vous ?

 

 

Un donjon unique.... comme moi !

Objectivité parfaite wink

* Derrière l'écran je vous entends grommeler :

"Pffff.... Dès qu'un bâtiment est Dauphinois, le Chevalier

  nous fait croire que le site est unique, exceptionnel !"

* Certes, j'avoue que parfois, rarement, presque jamais, je suis peu objectif pour une construction de Mon Merveilleux et si Fabuleux Dauphiné.....

   ...... mais je vous assure que ce site castral possède une architecture unique !

* Regardez cette colline avec ... heu.... mon objectivité.

- Un rempart précédant les maisons.

- Une colline portant une haute tour.

 

 

Comment entrer ?

* Pour découvrir ce site, le touriste pressé sera tenté de rejoindre le sommet avec son destrier à moteur.

* Mais le passionné, l'admirateur de pierres construites posera sa monture au bas du bourg puis grimpera jusqu'à la porte médiévale.

 

 

 

L'intérieur : Une petite église et un donjon : Le symbole parfait d'un site médiéval

L'accueil Dauphinois surprise

* En un bond, je suis dans la place.

* En un regard, je vois une entrée au mur épais et au "chemin de ronde" au dessus. Les pierres sont correctement taillées et jointives à certains endroits, mais la construction semble avoir souffert du manque d'entretien et d'une démolition partielle.

* Je me retourne pour aller vers...... Hoooo.....

     ......l'accueil est... heu..... je vous laisse trouver les motscheeky

Sont ce les restes des assaillants ?

Ou les fantômes des touristes pressés ?

* Lentement j'avance vers mon Graal.

* Je délaisse l'église qui n'est point fortifiée. Je m'en délecterai au retour.

 

 

Le mur mur (quel bruissement de bonheur !)

* Diantre !.... Que voila rempart solide et infranchissable.

* Les pierres taillées s'appuient sur le rocher (à moins que ce soit l'inverse).

* Que conclure : Le Dauphinois doit être un maître en puzzle. blush

Que de qualités nous avons ! yes

 

 

Bée est ma bouche.... devant ce donjon

Mon Graal, si beau, si grand, si merveilleux !

* En découvrant cette construction, je ne saurais dire si elle est carrée ou octogonale.

* Il me faut un peu de sérieux et de sérénité pour commencer une analyse :

- Le donjon est posé sur une masse rocheuse aplanie.

- Sur le bord du plateau, je remarque des encoches taillées par l'homme. Cela correspond à l'emplacement du pont levis.

- A la base, de multiples fentes alignées me font penser à un système défensif.

- Certaines fentes de tir permettent à deux défenseurs de ne point laisser les traditionnels angles "morts" sur une tour anguleuse.

- Contrairement à de nombreux donjons possédant des contreforts d'angle, celui de Clansayes arbore les siens au centre de chaque face., ainsi il peut porter un "chemin de ronde".

Nota : Les spécialistes en architecture décrivent cette curiosité ainsi :

"Les arcs en plein cintre reposent sur contrefort par le biais d'un culot à deux pans et sur l'angle par l'intermédiaire d'un sifflet."

- Cet axe de circulation défensive n'est pas traditionnel. La liaison entre l'angle et le contrefort forme un encorbellement faisant fonction de mâchicoulis (voir vocabulaire).

Quel raffinement de beauté et d'efficacité défensive !

 

 

Que préférez vous : Pile ou face ? 

* Lentement, avec admiration, je contourne le donjon.

* La façade, comportant une porte au niveau bas, a été abîmée. Quelle chance... cela permet de mieux comprendre l'axe défensif.

- Nota :

- La porte basse n'est pas une ouverture médiévale.

- Elle a été créée au 19ème siècle (voir l'historique).

 

 

Ses blessures me font admirer ses entrailles

Oups..... j'ai oublié

* L'architecture unique de ce donjon m'a fait oublier de présenter ses caractéristiques générales :

- Hauteur : 15 mètres.

- Largeur extérieure de la base carrée : 7,60 mètres.

- Largeur intérieure de la base carrée : 4,20 mètres.

- Épaisseur du mur à la base : 1,60 mètre.

* Il se compose de 4 niveaux :

4 - Plateforme défensive et de guet (certainement crénelée).

3 - Salle principale avec cheminée et porte donnant sur le chemin de ronde.

2 - La salle commune et les réserves.

1 - La salle défensive nommée aussi : Salle des gardes.

 

 

La fin pour vous... la suite pour moi

* Il me reste des dizaines de détails à admirer et comprendre sur ce site castral, par exemple : Le reste du château, l'aménagement du village, l'église, etc....

* Je vous laisse devant ce panorama magnifique....

    ... pour repartir à l'aventure.

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle (peut être 12ème), construction de l'église (dédiée à Saint Michel) en style Roman. Cette construction religieuse dépend du monastère Saint Amand (Montségur sur Lauzon). Sur le roc, construction (supposée) du château avec donjon carré entouré d'un fossé creusé.

* Au début du 13ème siècle, le château et un village fortifié sont cités dans un texte.

* Au 13ème siècle, la seigneurie est possession de la famille Adhémar.

* Au 15ème siècle, la petite église est agrandie par la construction de deux chapelles latérales. Puis un clocher est construit.

* Au 15ème siècle, la seigneurie est rattachée à la Baronnie (voir titre de noblesse) de Grignan.

* A la fin du 17ème siècle, le donjon devient une prison à la demande du Comte François de Grignan.

* A la fin du 18ème siècle, un peu avant la Révolution, le château est abandonné par le Comte de Grignan.

Est ce à cause du tremblement de terre ayant ravagé le site en 1773 ?

* Vers 1792, les Révolutionnaires ordonnent la destruction du site castral.

* Au 19ème siècle, le curé sollicite l'aide des villageois pour la construction d'une statue qui doit être implantée sur le vieux donjon. Chacun transporte des pierres vers l'abbaye d'Aiguebelle où les moines Trappistes devront tailler la statue de la Vierge (ayant une hauteur de 6 mètres). 

* En 1859, le donjon, devenu "chapelle mariale", est consacré. Pour que l'évêque puisse bénir la statue une porte est percée à la base du vieux donjon.

* En 1928, le donjon est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 2006, le donjon et la Vierge sont classés aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du donjon est libre et gratuite. La visite de l'intérieur serait possible certains jours. Veuillez vous renseigner.

 

 

L'immensité est la récompense de ce site Dauphinois

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 07:50

 

 

La description des remparts est ici - CLIC

 

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

 

Ce plan est le résultat de 4 siècles de modification

Le site des Hospitaliers :

L'extérieur :

Comprendre le plan

1 - Donjon.

2 - Corps de logis.

3 - Hall d'entrée et escalier (?).

4 - Bastion Sud-Ouest.

5 - Bastion Nord-Ouest.

6 - Cour intérieure.

7 - Bâtiment de service (?).

8 - Avant cour.

9 - Basse cour.

10 - Chapelle.

 

 

Je prie pour que tout soit entier !

* Rapidement je traverse la cité pour rejoindre le sommet.

* Soudain, comme par magie, sortant de l'ombre, un bâtiment religieux avec haut clocher me fait face.

* Ce clocher possède au sommet des trous de boulin alignés.

Sont ce les vestiges d'un hourdage (voir vocabulaire) ?

* Cette chapelle des Hospitaliers qui fut aussi église paroissiale a perdu une partie de sa voûte.

 

 

Le merveilleux et le sublime se côtoient

Logis et donjon se jouent du temps

*  En tournant la tête je vois....

    ........... Hoooo !

* Du château je remarque d'abord le logis et le donjon.

* Bien qu'une salle de repli défensif soit visible sous le toit, le logis, avec ses grandes fenêtres à meneaux en croix, semble confortable et lumineux.

* Le donjon par contre semble massif et torturé avec cette trompe (voir définition).

* Cet ensemble est une évolution architecturale sur 4 siècles.

Le donjon cherche à tutoyer le ciel

 

 

Nota :

* Ce site étant unique, je ne vais pas tout vous montrer. Mais sachez qu'à l'extérieur, il y a de nombreux détails comme :

- Des fentes de tir pour fusil.

- Des arrachements de murs.

- Des fenêtres romanes avec ébrasement extérieur.

- Etc....

 

Je me verrai bien écrire mon blog proche de cette fenêtre

 

 

L'intérieur :

Confort

* Après avoir discuté avec une charmante dame à l'accueil du château, j'entre.

* L'ambiance que je découvre est moderne. Il est vrai que les peintures affichées ont été réalisées par des artistes du 21ème siècle, puisque le site défensif des Hospitaliers est devenu un lieu d'exposition.

* Les panneaux mis à disposition sont didactiques.

* Même si je ne ressens pas l'ambiance médiévale, certains détails me rappellent un habitat ancien comme : Cette fenêtre à meneaux.

* J'erre dans les salles à la recherche d'un indice pouvant me transporter au 13ème siècle.

* Soudain, un escalier !

* Derrière l'écran, je vous vois pouffer.

"Il est nul ce castellologue amateur

 Il s'étonne qu'un bâtiment de plusieurs niveaux possède un escalier.

"S'attendait-il à un ascenseur ?" cheeky

* Vous n'êtes que des vilains moqueurs......

   ....... car voici l'escalier.

 

Entendez vous le chant des Hospitaliers ?

 

La descente dans le temps

* En bas, je suis au sommet de mon plaisir :

- Les fenêtres ont des coussièges.

- Les salles sont voûtées.

- Certaines sont faiblement éclairées par des puits de lumière.

- Au plafond, je remarque un trou d'homme permettant le passage vers un étage.

* Soudain, une curiosité me fascine. C'est une rigole creusée.

Quelle est son utilité ?

* En me retournant, je constate qu'elle est creusée jusqu'aux latrines.

 

 

Le trésor  surprise

* Certains, cherchent toujours le trésor des Templiers...

....... mais en ce lieu, j'ai vu le trésor des Hospitaliers.

Quel est il ?

* C'est : Le panorama bien sur

 

 

Le diaporama des fortifications et du château est visible ici

 

 

 

Histoire du site fortifié :

* Au 12ème siècle, l'ordre de Saint Jean de Jérusalem s'implante. 

* Au début du 13ème siècle, les Hospitaliers décident de construire une commanderie avec donjon et chapelle.

* Au 13ème siècle, des habitations sont aménagées dans la pente. La chapelle est partagée entre les Hospitaliers et les habitants.

* En 1343, le Dauphiné est transporté au Royaume de France. La cité Dauphinoise entre aussi dans le Royaume.

* Au 14ème siècle, construction d'un rempart entourant la petite cité. Seules deux portes (à l'Ouest et au Sud) permettent l'accès.

* A la fin du 15ème siècle (?), construction d'un haut clocher sur l'église.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la cité subit de nombreuses attaques et destructions, dont l'église romane. L'un des chefs Protestants est Alexandre du Puy-Montbrun (voir un de ses châteaux).

* Au milieu du 16ème siècle, la cité est définitivement Huguenote.

* En 1622, un Temple (protestant) est établi dans une maison du 14ème siècle.

* Au 17ème siècle, un pigeonnier est aménagé sur le donjon. Mais avec la reprise des hostilités entre Catholiques et Protestant dans d'autres "communes", les défenses de l'église et de la cour intérieure du château sont améliorées.

* A la fin du 17ème siècle, la commanderie est transférée à Montélimar.

* Au 18ème siècle, bien que la cité soit majoritairement Protestante, des réparations sont réalisées sur l'église Catholique.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent des bâtiments de la commanderie.

* En 1924, le donjon, la chapelle et le mur d'enceinte sont classés aux Monuments Historiques.

* En 1930, la nef et la sacristie s'effondrent.

* En 1941, une partie du rempart du bourg est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1988, la mairie achète le château puis redonne vie à cette construction historique.

* En 2010, la salle de l'ancien Temple est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite du château et de l'église est possible.

 

 

De la haut, je domine le monde ! ! !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Voyez vous cette cité fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Le Poët-Laval est située à 35km au Nord de Vaison le Romaine, à 25km au Sud de Crest (voir son donjon) et à 20km à l'Est de Montélimar (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 32' 13" N 05° 00' 53" E
 44.537103°  5.014802°

 

 

 

 

La cité fortifiée :

L'extérieur :

Que de couleurs !

* Quelle curieuse sensation !

* Autour de moi, champs de lavande et de blé se marient dans le paysage.

* Avec ce mélange de couleurs, je suis en Provence mais aussi en Dauphiné.

* Quelle curieuse sensation !

* Soudain au loin, comme sortant des bois, une butte étincelante brille. Voici mon Graal du jour.

 

 

Rempart, maisons, église, donjon.... Quel spectacle !

 

Gris et vert se marient

* Fébrilement mais avec courage et ténacité, j'avance vers cette cité médiévale.

* Soudain, je suis arrêté par un mur, un haut mur, un mur avec des hautes fentes que je pressens défensives.

* Cette paroi est évidemment protégée par une tour dont la rondeur me met en émoi...... même si elle arbore une archère droite.

* Ne pouvant point escalader cette muraille, je la contourne.

* Diantre, des marches à l'extérieur.

Est ce un piège ?

Est ce un sas Satanique ?

Monter les marches, est ce être attaqué ?

* Evidemment, vous avez compris que cet escalier et la porte  furent créés récemment par le propriétaire de l'appartement.

* Cette façade avec ses fenêtres à meneaux en croix est élégante tout en étant défensive.

* Défensive, car une autre tour avec archère protège le mur du rempart.

Quel contraste ! surprise

* Curieusement ce rempart n'est pas linéaire.

 

 

 

Latrines ?... Bretèche ?..... ou simple balcon ?

Le changement, c'est maintenant

* Le mur change de forme et de couleur......

........... Mais il reste toujours aussi menaçant avec ses fentes défensives comportant une arquebusière.

- La cité a donc été modifiée à la fin du 15ème siècle avec l’invention des armes à poudre.

* Soudain, il redevient presque neuf avec de nombreuses fenêtres.

* Mon instinct de castellologue amateur me dit qu'il manque un détail sur ce rempart......

...... un type de construction que j'adore.

Avez vous une idée ?

* Evidemment : Les encorbellements.

* Le rempart et les tours ayant été arasés,il n'y a plus de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Mais avec un peu d'attention, il est possible de voir quelques fantômes comme ces consoles ayant porté des latrines.

 

 

 

Je veux entrer !

* Je marche, je marche, je marche.... mais je ne vois aucune porte.

Les habitants ont ils des ailes ? cheeky

* Je marche, je marche, je marche.

* Enfin, au loin je crois voir une porte.

* Certes, cette entrée s'est assagie. Elle ne comporte pas de bretèche, ni de herse, ni d'assommoir. Mais elle a gardé une petite fente défensive rappelant son passé.

* J'avance avec précaution.

 

 

 

Je connais tous les secretsdes passages

L'intérieur :

Avant d'entrer, je me dois de comprendre la cité

1 - Château des Hospitaliers

2 - Chapelle Saint Jean des Commandeurs.

3 - Ancien temple Protestants.

4 - Musée du Protestantisme.

5 - Centre d'Art Raymond du Puy.

6 - Petite Galerie

7 - Hôtel-Restaurant.

8 - Boutique.

9 - Bouquinerie.

 

 

 

Voyager dans un autre monde

* Je pousse la porte (virtuelle).

* Je traverse un sas puis des passages sous les maisons.

* Un archère arquebusière me met dans l'ambiance.

* Puis....... je découvre les ruelles.

 

 

La suite de la visite est ici - CLIC

 

 

 

Que voila cité bien protégée

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Ce panneau oblige le touriste à admirer le château

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Die est située à 70km au Nord-Ouest de Gap, à 60km au Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à 45km au Sud-Est de Valence.

 

     Coordonnées du château :

44° 45' 03" N 05° 22' 41" E
 44.751004°  5.378259°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Stop ou encore ?

* J'ai faim.

* Je quémande à mon destrier de trouver une taverne pour me sustenter.

* Soudain, mon palefroi s’arrête.

* Evidemment, il a vu le panneau, mais il attend, il attend, il attend.

Qu'attend il ?

 

 

Diantre !... Que voila fantôme maquillé

Le partiel est en haut

* Il attend que j'étudie la possibilité de me rendre au sommet d'une colline pour voir un château qui semble très remanié.

* Donc, je grimpe... le ventre vide.

* Au sommet, je me cogne le nez sur une ronde construction.

* Bien qu'elle ait subi quelques "chirurgies" esthétiques, elle montre encore des alignements de pierres et des trous de boulin (voir vocabulaire).

* Le crénelage a été consolidé à la manière de Viollet le Duc, mais l'esprit médiéval existe encore avec les mâchicoulis.

* Accroché à la tour survit un morceau de la courtine.

 

 

L'intérieur :

Bondir, c'est avancer

* En un bond, je suis dans le châteausurprise

* Il est vrai qu'avec l'absence de rempart, mon exploit ne sera pas dans les annales des conquêtes impossibles.

* Le morceau de courtine me permet de voir son épaisseur et sa constitution (le remblai).

* La tour comportant 3 niveaux possède au deuxième une statue de la Vierge.

- Je vous ai déjà montré au château de Clansaye.

* Au premier niveau, la salle a été transformée en chapelle.

 

 

La cerise sur mon gâteau

* Grâce à la position en hauteur de ce château, je peux répondre à cette trilogie philosophique ou théologique :

- Qui suis je ?...... Le gratin de la Chevalerie.

- D'où viens-je ?... D'ici.

- Où vais-je ?.... Vers là.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, les évêques de Die font construire un château de surveillance et de contrôle de la route venant de Gap.

* Au 19ème siècle, le curé de Die achète la tour puis la transforme en chapelle mariale, sous le vocable : Notre Dame d'Espérance de Die.

* Vers 1960, la statue de la Vierge est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Mais il serait possible d'entrer quelques jours par an, renseignez vous.

 

 

Hoo mon Vercors, comme tu es beau !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Que voila château magnifiquement entouré d'habitations sur rempart

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montbrun les Bains est située à 35km au Nord-Est de Carpentras, à 25km au Nord-Nord-Ouest de Simiane la Rotonde (voir son château) et à 20km au Sud-Est de Buis les Baronnies.

 

     Coordonnées du château :

44° 10' 33" N 05° 26' 18" E
 44.175812°  5.438277°

 

 

 

La cité fortifiée : 

L'extérieur :

Point besoin de lunettes, je vois bien de loin

* Depuis le château de Reilhanette, je vois au Nord-Est un site castral entouré de maisons.

* Je pressens que cette petite cité fortifiée posée sur une colline fut aménagée au moyen âge.

* Il me faut de suite la découvrir.

* Mon destrier, toujours aussi vif à lire mes pensées, galope vers cette commune de.......... bains.

 

 

Rempart, porte fortifiée, église, château.... une vraie cité médiévale !

A mi-distance, ma vue est parfaite

* Depuis la vallée, la petite cité arbore fièrement son passé défensif.

* Elle est composée logiquement :

- D'une église romane.

- D'une porte fortifiée.

- Un château au sommet.

* Les maison alignées à mi-hauteur se sont établies dans le rempart.

* Ne pouvant s'étendre ni plus bas ni sur le coté, les maisons se sont élevées :

- Niveau bas pour les bêtes.

- Puis l'habitat.

- Puis grenier pour les récoltes.

 

 

De près aussi, ma vue est bonne

* Après avoir grimpé quelques calades, proche du vestige du 2ème rempart, je rencontre la porte nommée en notre siècle : 

- Tour de l'horloge.

- Beffroi.

- Tour campanile.

* Cette porte défensive montre :

- Des archères droites.

- Des mâchicoulis sur 3 cotés.

- Puis sur la plateforme, un campanile.

* Je ne vois aucune trace d'un pont levis.

* Par contre, le rail de guidage m'informe q'une herse existait.

 

 

L'intérieur :

Mon œil droit voit très bien cette surprise

* En franchissant cette porte, je n'imaginais point sa curieuse architecture.

* Une sorte de mur a été construit coté intérieur ville.

* Je pressens qu'à l'origine, la tour devait être ouverte à la gorge (voir un exemple à Sisteron), puis elle fut refermée.

 

Vous savez que je les aime rondes... bien rondes !

 

Mon œil gauche arrondit les formes

* La montée vers le château n'est pas difficile.

* En arrivant proche du sommet, je suis accueilli par une tour du rempart extérieur très arasée et aux défenses minimales. En notre siècle, elles sont au nombre de 2 mais je subodore qu'elles devaient être 4.

* Puis, je découvre le château.

* Aux angles, il possède des rondes tours qui semblent avoir été consolidées de nombreuses fois.

 

 

Ensemble, mes deux yeux voient des droites trouées

* Entre chaque tour, il y a évidemment une courtine parfois très abîmée.

* Le deuxième niveau montre de nombreuses fenêtres à meneaux en croix. Ce devait être les salles de réception et de vie.

* Les étages supérieurs n'ont que de simples ouvertures. Je suppose que c'était les étages des chambres pour le personnel et les gardes.

* L'absence de toit me fait comprendre que le château n'est pas habitable (ni habité).

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle, les Romains établissent des bains grâce aux sources d'eaux sulfurées.

* Au 12ème siècle (?) construction d'un château. Il semble qu'il soit en coseigneurie entre les familles Mévouillon et Agout. Des maisons se construisent dans la pente.

* En 1178, les seigneurs de Mévouillon sont considérés comme les vassaux directs de l'empereur Frédéric 1er Barberousse. Ce dernier leur accorde le droit de transformer leur territoire en Principauté (relevant directement de l'Empire). 

* Au 13ème siècle, la famille Mévouillon a des problèmes d'argent. Elle cède une partie des seigneuries (lesquelles ?) au Comte (voir titre de noblesse) de Valentinois et de Diois. Les Mévouillon rendent un hommage partiel au Comte de Toulouse (à vérifier).

* En 1317 (le 2 septembre), la famille Mévouillon est très endettée. Raymond VI de Mévouillon cède officiellement la Principauté au Dauphin (voir liste) par acte passé à Avignon. Ce site devient "Dauphinois".

* Au 14ème siècle, des tours portes sont aménagées.

* Au 16ème siècle, Charles du Puy-Montbrun est seigneur de Montbrun. Il fait détruire une grande partie du vieux château médiéval pour faire construire un logis Renaissance.

* Au milieu du 16ème siècle,  à cause des Guerres de Religion, les habitants renforcent les remparts (à vérifier). Charles du Puy-Montbrun devient le chef des Huguenots en Dauphiné. Son hardeur au combat  est telle qu'il est parfois nommé : Le Bayard Protestant.

* En 1560, le château de Montbrun est démantelé sur l'ordre du Roi Charles IX (voir liste).

* En 1577, deux ans après l'exécution de Charles du Puy-Montbrun pour exactions, pillages et meurtres , le Roi de France ordonne que toutes traces de son procès (et de sa vie ?) soient rayées.

* En 1620, Jean Alleman du Puy-Montbrun, fils de Charles, marié 29 ans auparavant à Lucrèce de La Tour du Pin-Gouvernet, devient, par la grâce du Roi, le premier Marquis de Montbrun.

* Vers 1789, sentant les méfaits de la Révolution Française, les propriétaires du château quittent la cité.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château puis le vendent comme Bien National. Ruine sera l'avenir de cette construction seigneuriale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la cité, de la porte fortifiée et des ruines est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Pauvre château..... tout cassé !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

Deux couleurs pour.... milles plaisirs !

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le commune de La Baume de Transit est située à 30km au Sud-Sud-Est de Montélimar (voir son château), à 25km au Nord d'Orange et à 15km à l'Est de Pierrelatte.

 

     Coordonnées du château :

44° 20' 16" N 04° 51' 55" E
 44.337975°  4.865430°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Le soleil, les cigales

* En ce début de printemps, après avoir visité quelques sites médiévaux en Provence, mon destrier remonte vers le Nord pour revenir en mes Terres Dauphinoises.

* Dans cette plaine (la vallée du Rhône), il est facile de voir les villages et surtout...... les châteaux.

* Dans cette ambiance aux parfums Provençaux, j'avoue ne pas me sentir en Dauphiné. Pourtant les sabots de mon palefroi frappe la limite Sud de "la plus belle des provinces"..... en toute objectivitéblush

* C'est donc avec attention que je regarde autour de moi.

* Soudain, comme volant au dessus des maisons, une tour apparaît.

* Je quémande à mon Pégase de voler jusqu'à cette commune.

 

 

Les fantômles de mâchicoulis m'emportent 7 siècles en arrière

Murmure de tour ou tour des murs murs

* En arrivant, je découvre une imposante tour s’entremêlant avec le rocher.

* La construction qui s'offre à moi est composée :

- D'une courtine avec quelques consoles doubles et quadruples.

- D'une imposante tour semi circulaire avec vestiges de mâchicoulis au sommet.

* Le site étant partiellement arasé, je ne peux point savoir si un crénelage existait sur le mur ET la tour. Je le suppose.

 

 

Blessures et ouvertures

* Tour et courtines ne sont point aveugles. Elles possèdent de grandes ouvertures correspondant à des fenêtres (certainement réalisé à la Renaissance).

* Mais tour et courtines ont des cicatrices. Certaines sont dues à des attaques (il y a plusieurs siècles), mais d'autres ressemblent à des consolidations d'urgence (certainement récentes).

* Avec un œil d'aigle (ou bien un flair de canidé) j'ai repéré un détail : Une ouverture de tir avec ébrasement (voir vocabulaire).

* Il est temps de trouver une trouée pour entrer.

 

 

L'intérieur :

Peu et beaucoupQuelle ruine magnifique !.... Il y en a partout

* Ma première surprise est la différence de couleur des pierres entre extérieur et intérieur est fascinante. Je ne vous ferais pas une explication de géologue, mais cela s'explique.

* Ma deuxième surprise est pour la beauté et la variété des murs et vestiges.

* Ne riez point, cette ruine montre :

- Des arrachements de mur.

- Des fenêtres à coussiège et sans coussiège.

- Des traces de cheminée.

- Des encadrements de porte amenant....... dans le vide. cheeky

- Des colonnes engagées.

- Des chapiteaux ouvragés.

 

 

Le risque est pour moi

* Il est temps de se dire adieu....

  ..... car je dois utiliser cet escalier en colimaçon pour voir le panorama.

* Comme il est instable, je vais vous demander de sortir pour évitez que vous receviez une marche...... sur la tête et non..... marcher sur la tête. smiley

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. le seigneur est vassal de la famille Poitiers-Valentinois.

* En 1189, Aymar II de Poitiers est vassal de Raymond VI de Toulouse. Ce "lien" aura des conséquences pour le château dans 20 ans.

* En 1209, début de la Croisade des Albigeois. A la tête de l'armée Royale, Simon de Monfort se doit de soumettre tous les seigneurs ayant un lien avec les Cathares. Il attaque ce château.

* Au 15ème siècle (?), aménagement (construction ?) du donjon.

* Au début du 16ème siècle, (certains historiens supposent) Diane de Poitiers dort (une nuit ?) en ce château . Elle a (aurait ?) demandé quelques modifications (à vérifier).

* Au 16ème siècle, les Guerres de Religion ravagent la France. La seigneurie étant Catholique, les armées Protestantes attaquent puis pillent le site. François de Baume, seigneur de Suze, fervent Catholique, attaque pour récupérer aux Huguenots de nombreux sites. La Baume de Transit est à nouveaux "Catholique".

* En 1980, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Bien que les murs et la tour aient été consolidés, soyez toujours très prudents dans une ruine.

 

La vidéo du château est ici - clic

 

 

Je vous invite à marcher sur les marches du temps

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0