12 août 2007 7 12 /08 /août /2007 06:30

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Le bourgSur sa colline, le Gollard surveille la vallée.

Situation :  (--> le voir sur une carte)

     La petite commune de Chevrières est située à 2 km au Nord de Saint Marcellin, à 45 km à l'Ouest de Grenoble. Le "château" est posé sur la plus haute colline, proche d'une petite chapelle.

 

    Coordonnées de la maison forte :

45° 11' 32" N 05° 17' 08" E
 45.192303°  5.285624°

 

 

Toponymie : (--> petite initiation)

* Chevrières a tout simplement pris le diminutif de chèvre, élevage abondant il y a encore quelques "années".

 

 

 

La "maison forte" :

L'extérieur :

Il était une fois

* Cela se passe en l'an de grâce 2006, vers la fin décembre, lorsque les jours sont courts et le froid vif.

* Le chevalier (c'est moi) souhaitait vous faire découvrir un bâtiment médiéval Dauphinois.

* Hélas dans sa région, les quelques rares châteaux sont loin de sa masure.

* Et votre serviteur voulait faire une petite balade avec son destrier à pédales.

* Dans le territoire du fromage nommé Saint Marcellin, il y a de petites collines faciles à monter et des ruines bien reconstruites.

* Il n'en fallait pas plus pour vous faire découvrir mon terrain de chasse.... photo bien sur.

 

 

Qu'est ce ?

* Il est curieux de constater que dans certaines publications, le Gollard est cité en tant que château et dans d'autres c'est une "Maison Forte".

* Je vous laisse juger, car point de certitude de ma part.

 

 

L'arrivée

* Sur sa colline, le Gollard trône fièrement.

* Pour mieux apprécier l'architecture de ce "château" je monte la côte à pieds en poussant mon destrier à pédales (heu, en réalité, je n'ai pas pu gravir cette montée en vtt, mais chuuut, c'est un secret entre nous).

 

 

La découverte

* Le contraste est impressionnant.

* Ce "château" présente des murs épais, précédés de courtines rasées il est vrai, mais la façade que l'on voit en premier est très 'moderne'.

* Ce n'est pas une ruine comme je vous en montre souvent, mais une "maison forte" habitée au 21ème siècle.

 

 

Rapide analyse

* De face, la puissante construction révèle ses secrets.

* Elle est constituée :

- D'un rempart assez simple (de forme rectangulaire).

- D'un impressionnant porche d'entrée en plein cintre certainement précédé d'un pont levis.

- D'une tour flanque semi-hexagonale percée d'archères droites (voir vocabulaire).

- D'un logis renaissance avec fenêtres à meneaux très sobres.

* Les murs comportent encore les petites ouverture médiévales ou les puits de lumières.

* Curieusement, les trous de boulins n'ont pas été bouchés par l'actuel propriétaire.

Est ce un amoureux de constructions médiévales ?

 

 

C'est fini

* Ce bâtiment n'a pas le romantisme des ruines que je vous montre parfois, ni le coté guerrier de châteaux médiévaux, mais je souhaitais vous faire découvrir l'évolution architecturale sur 800 ans d'une petite "maison forte".

* Voici un exemple du contraste harmonieux des époques.

* Il me faut repartir, car l'hiver est rude sur ce plateau pourtant peu élevé.

 

 

Le diaporama de la maison forte est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers l'an 1000, il semble qu'une motte castrale soit aménagée (voir un exemple).

* Au 12ème siècle, le château en bois et terre laisse place à une construction en pierres. C'est un petit "château" de surveillance de la vallée. Son seigneur est vassal des Dauphins (voir liste).

* En 1426, le roi de France Charles VII (voir liste) donne ce territoire à Jean de Poitiers (à vérifier).

* Au 16ème siècle, les terres appartiennent à Diane de Poitiers, favorite du roi de France Henri II (voir liste des rois).

* Vers 1560, Diane donne ce territoire à Jean de la Croix, avocat et président au parlement du Dauphiné.

* En 1790, les révolutionnaires regroupent les petits villages de la vallée et forment le village de Chevrières.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du "château" est libre et gratuite. Le site étant privé et habité, l'intérieur n'est pas visitable.

 

 

brrrr...

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
9 août 2007 4 09 /08 /août /2007 23:50

 

 

Département :   38 - ISÈRE

 

 

 

Le donjon de cette forteresse médiévale dresse ses dernières pierres fièrement

Le bourg : 

Situation :  (--> le voir sur une carte)

    Chirens est une commune proche du lac de Paladru (voir ce site lacustre), à 10 km au Nord de Voiron et à 30km au Nord de Grenoble.

 

   Coordonnées du château :

45° 25' 02" N 05° 32' 10" E
 45.417329°  5.536236°

 

 

Origine du nom :  (--> petite initiation)

* En 1350, un texte nomme le village sous le château : Villa nova di Chiroyen.

* Avec le temps le nom se transforme en :

  - Chiroyen,

  - Chiron (?),

  - Chirenc,

  - Chirens.

* Il semblerait que ce nom soit une déformation d'un personnage dénommé : Caro de Carencus.

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

L'arrivée

* Le château est situé sur une butte isolée à 528m d’altitude.

* Ce lieu n’a pas été choisi par hasard puisqu’il permet d’observer :   

- Le vallon de l'Ainan à l'Est,

- Le vallon de La Fure à l'Ouest,

- La vallée de Voiron (et de l’Isère) au Sud.

* Les vestiges, en partie dissimulés dans la forêt, sont accessible à pieds en 10 minutes, depuis le petit hameau de Clermont, par un sentier très agréable mais mal indiqué.  

 

 

La découverteL'extrait de plan permet de comprendre la fantomatique ruine

* Du château fort, il ne reste que le donjon pentagonal et quelques éléments d'enceinte envahis par une végétation dense et de nombreux arbres en remplacement des premiers remparts.

* Pour mieux comprendre cette ruine, je vous propose ce plan réalisé suite aux fouilles de 1991 :

1 – Donjon pentagonal. 

2 – Tourelle d’angle encore existante du rempart de l’habitat seigneurial. 

3 – Fondation très ruinée du logis seigneurial (?) 

4 – Entrée du logis. 

5 – Chapelle et bâtiments annexes. 

6 – Premier rempart du château.  

7 – Réserves ou armurerie ou bâtiments pour soldats ?

 

 

Les remparts :

   Autrefois le site comportait trois enceintes concentriques isolant la butte centrale. Aujourd’hui, les traces des 2 enceintes extérieures ne sont visible que par un œil expert et beaucoup d’imagination.

   Le 3ème rempart, entourant le logis seigneurial, est encore visible sur un petit quart de sa longueur. Il comporte des restes bien consolidés d’une tourelle d’angle coté Est.

   Du sommet des remparts, la vue est extraordinaire est extraordinaire sur les vallons et le massif de la Chartreuse.  

 

 

La basse-cour

* Elle est vaste pour la dimension globale du site castral.

* Elle est accolée à la grande enceinte extérieure.

* Bien qu’envahit par les arbres, un « castellologue » la discerne sans difficulté.

 

 

Les bâtiments annexes et la chapelle

* Durant la belle saison, les fondations des bâtiments sont cachées par les hautes herbes.

* Mais à l’automne, parfois,  ils se révèlent partiellement à nous. Il est difficile d’identifier avec certitude leur fonction originale.

* Des fouilles ont clairement identifié l’emplacement d’une chapelle.

 

 

Le donjon

* Le donjon est le bâtiment le mieux conservé et le plus impressionnant.

* Il semble daté du 13ème siècle sans fenêtre de confort.

* Sa forme pentagonale est surprenante pour la région.

* Il est réalisé en tuffe et pierre.

* Il devait comporter 4 niveaux séparés par des planchers. 

* Le 3ème étage devait être la pièce principal car il subsiste coté Nord, les fondations d’une grande cheminée, et dans le mur coté sud, apparaît une ouverture pouvant être les latrines.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, la commune de Chirens est possession de la famille de Clermont. Ses nouveaux seigneurs habitent sûrement proche du lac de Paladru, riche en poissons et en gibiers.

* En 1040, les eaux du lac montent et les habitats sont abandonnés. Est ce la raison de "l’émigration" sur la colline situé au sud du lac ?

* A la fin du 11ème siècle, de nombreux châteaux en bois se construisent. Présence de motte à :

- Poype, au Nord,

- Châtelard, au Nord-Nord-Est,

- La Louvatière, au Nord-Est,

- Saint Sixte, à l’Est,

- Etc…

* En 1072, un prieuré dédié à Notre-Dame de Gayet est fondé par les moines bénédictins. Il est probable que ce soit sur une demande du seigneur de Clermont pour "christianiser" la population et asseoir sa puissance.

* En 1094, Siboud de Clermont est cité dans un texte relatif à une descendance (?).

* En 1107, lors du passage de nobles du comté de Sermorens (royaume de Bourgogne), un château est cité en ce lieu.

* Au début du 12ème siècle, des moines Bénédictins s’établissent à Chirens et fondent le prieuré de Notre dame du Gayet.

* Durant le 12ème siècle, la famille Clermont consolide et agrandit le château. Les seigneurs de Clermont étendent leur pouvoir sur les territoires environnants et progressivement il crée une vaste seigneurie indépendante. Ils fondent la ville "nouvelle" de Chirens. Les Clermont dominent un territoire enclavé entre 2 puissants rivaux :

- Le Dauphiné (voir liste des Dauphins),

- Le comté de Savoie (voir liste des Comtes).

* Au 13ème siècle, le château est fortifié par la construction d'un important donjon et d'un rempart supplémentaire.

* En 1317, le seigneur de Clermont rend hommage au Dauphin Jean II. Ce territoire devient une frontière face à la puissante Savoie qui possède une enclave au sud, vers Voiron (exemple : le château de Bocsozel). Ce territoire devient la première Baronnie (voir titres de noblesse) du Dauphiné.

* Au 14ème siècle, cette contrée devient une vicomté. La famille se nomme maintenant : Clermont-Tonnerre.

* En 1547, Antoine III  de Clermont est nommé Comte par le Roi de France Henri II (voir liste des rois).

* Vers 1633, à la fin des guerres de religion, cette forteresse n’a plus sa fonction de château-frontière, elle est définitivement démantelée après la promulgation d’un ordre de Richelieu. Cela pour éviter que le château soit le refuge de quelques bandes de brigands.

* Le château est oublié pendant deux siècles. Il sert parfois de carrière de pierres.

* En 1814, le colonel Lubière commande une "armée" impériale de Napoléon. Il décide d'arrêter l'armée Autrichienne en "fortifiant" le château. Hélas, les Autrichiens gagnent la bataille. Les ruines s'endorment à jamais. 

* En 1983, le site est classé aux Monuments Historiques.

* En 1991, des fouilles révèlent l’architecture de cette ruine et les fondations de l’église.

* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Les murs ont été consolidés, mais ce château est une ruine. Soyez prudent.

 

 

Quelle vue !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
8 août 2007 3 08 /08 /août /2007 06:30

 

 

Département :   38 - ISÈRE

 

 

 

Le bourg :  

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Pontcharra sur Bréda est une petite commune à l'Est de la vallée du Grésivaudan (axe Grenoble-Albertville) à 38km de Grenoble. Elle est frontière avec la Savoie. Le château est au Sud de Pontcharra sur une colline à 325m d'altitude.

 

   Coordonnées du château :

45° 25′ 25″ N 06° 01′ 08″ E
 45.423611°  6.018889°

 

 

Origine du nom :

* La Bréda est la rivière traversant le bourg.

- 1ère hypothèse : Pontcharra viendrait peut être d'un pont enjambant le cours d'eau pour faire passer les chariots (carrius en latin).

- 2ème hypothèse : il existait une "riche" famille connue (car possédait une tour fortifiée) nommée Charra. Elle habitait proche ou sur le pont.

* Bayard était le nom d'un lieu-dit signifiant : Hêtre.

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Préambule

-- "Mais que lui arrive t il au chevalier Dauphinois" s'esclaffent les visiteuses et visiteurs de mon blog,

-- "Pense il que nous n'avons aucune culture ?"

 -- "Bayard est un chevalier de la Renaissance, pourtant son blog est censé ne parler que du Moyen Age". 

-- "A t il encore reçu une pierre sur la tête au cours d'une de ses visites dans une ruine toute cassée ?"

** "Mais non, chers princesses et princes visitant mes modestes proses, fou je ne suis. Je ne vais pas vous parler du fameux chevalier 'sans peur et sans reproche', mais ..... de son arrière grand-père, qui est né au 14ème siècle."

--  "Ouf !", firent les princesses soulagées que leur merveilleux Chevalier Dauphinois, ne soit point pris de folie ou de la maladie de confusion. 

 

 

Petit rappel

* Au Moyen Âge, seul le seigneur disposait d'un château.

* Il était admis que des personnages puissants ou influents puissent avoir une bâtisse fortifiée, mais dont le nom était : Maison Forte.

* Pour cet article, je devrais écrire : La Maison Forte de Bayard.

* Mais je suis Dauphinois, il me faut vanter ma région, de plus "notre" chevalier Bayard si connu a le droit à un "château" dans ma prose.

 

 

L'approche

* C'est par un petit matin brumeux de novembre que je découvre au loin, un bâtiment sur une colline.

Est ce le château Bayard ?

Ou une ferme Dauphinoise ?

* En me rapprochant doucement à pied, comme par magie, la brume s'estompe, les sommets du massif de la Chartreuse s'illuminent et le château Bayard apparaît. 

 

 

La découverte

* Je suis agréablement surpris de le voir si beau, car j'avais en mémoire une peinture du 19ème siècle montrant une ruine.

* Le rempart extérieur arasé épouse le sommet de la colline, et une massive tour trahie bien l'origine médiévale du château.

* Mais les aménagements des siècles et la transformation des bâtiments en logis confortable au 20ème siècle ont adouci le coté guerrier.

*  Il me faut contourner les champs clôturés et prendre la route goudronnée pour  franchir l'immense portail en fer forgé et arriver dans un jardin fleuri si peu médiéval.

* Ce château me change un peu des ruines que je "fréquente".

 

 

Multiple style d'architecture

* Devant moi, la façade Est est assez classique pour une maison forte du 15ème siècle avec 2 imposantes tours d'angle encadrant une petite courtine.

* On peut imaginer que le coté Ouest comportait aussi au Moyen Age, 2 autres tours, mais elles ont disparu au 17ème siècle.

* Les bâtiments à gauche ont dû être construits plus tardivement.

* L'entrée du musée est sur la droite. Je vous invite à une rapide visite.

 

 

L'intérieur :

J'entre

* Après avoir donné quelques piastres à la charmante caissière, je découvre au rez de chaussée la vie du "fameux chevalier".

* Les vitrines sont claires, les gravures intéressantes, les objets variés, les commandements de la chevalerie bien décrits et le héros, par les récits de ses batailles, devient pour moi encore plus légendaire.

* Au 1er étage, la salle offre une projection très détaillée des exploits du chevalier Bayard.

 

 

Une visite intemporelle

* L'intérieur du château n'est pas médiéval.

* Je ne vous montrerais rien, car dans un musée privé, il me semble que la diffusion de photo est interdite. Et puis mon blog est sur l'époque médiévale. Je me dois de respecter "ma" décision.

* Après 1 heure de "culture", je redescends (oups, une photo du musée, je n'ai pas fait exprès) pour retrouver mon destrier qui se désaltérait dans la fontaine.

* Je pars découvrir le château de Bellecombe (je vous le décrirais prochainement) situé en face et qui était le dernier bastion Dauphinois face à la puissante Savoie.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château : 

* En 1402 (?), Pierre Ier de Terrail, (Arrière Grand Père du fameux chevalier Bayard) achète une terre au lieu dit Bayard.

* En 1404, après 2 années à la recherche de droit de construction, il reçoit l'autorisation d'édifier sur la colline une maison forte.

* Vers le milieu du 15ème siècle, son fils ainé, Pierre II de Terrail, devient le nouveau châtelain. Il épouse Marie de Bocsozel (voir le château de cette famille) et aura 4 enfants.

* En 1465, à la bataille de Montlhéry, Pierre II meurt. Son fils aîné, Aymon de Terrail est le nouveau propriétaire de la maison forte. Il a épousé Hélène Allaman et aura 8 enfants.

* En 1476, le "château" voit la naissance de Pierre III de Terrail, le fameux chevalier "sans peur et sans reproche".

* A la fin du 15ème siècle, Georges de Terrail, frère cadet de Pierre III, devient le nouveau châtelain de la maison forte.

* En 1555, George meurt et la maison forte change de famille par le mariage de Françoise Terrail. A partir de cette date, de nombreux propriétaires se succèdent amenant des aménagements de confort.

* En 1792, le château est décrit comme une ruine. Il sert de carrière de pierres comme souvent après la révolution.

* En 1823, il semble que des pierres de la maison forte soient utilisées pour un monument à la gloire du "chevalier Bayard" construit sur la place Saint André à Grenoble.

* En 1890, une première campagne de reconstruction est réalisée par le propriétaire.

* Au 20ème siècle, de nombreuses restaurations sont réalisées.

* En 1915, les bâtiments sont classés aux Monuments Historiques.

* En 1938, l'association des "amis de Bayard" est créée, et tente par des rencontres et des publications de faire revivre la mémoire du grand chevalier.

* En 1975, un musée à la mémoire de Bayard est réalisé. Deux salles sont ouvertes au public.

* A la fin du 20ème siècle, une partie du château est privée et interdite à la visite. La découverte des 2 salles du musée est payante.

* Au début du 21ème siècle, le musée ferme et le propriétaire récupère l'intégralité dues bâtiments. La visite est interdite.

 

 

Bien que modifié, ce château a encore une allure médiévale

 

  Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0