3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 08:55

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 

 

Diantre !... quelle belle rondeur.

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montrond est située à 55km Est-Nord-Est de Vaison la Romaine, à 35km au Sud-Ouest de Gap et à 30km au Nord-Ouest de Sisteron (voir ses fortifications)

 

     Coordonnées du château :

44° 22' 55" N 05° 44' 45" E
 44.3820174°  5.7460213°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La découverte point verte

* En arrivant dans le bourg situé à 626 mètres d'altitude, je remarque à l'Est une colline à la forme très arrondie.

* Il n'est point besoin d'être un expert en toponymie (voir initiation) pour comprendre la logique du nom du site.

* Au sommet, une grise construction est le but de ma randonnée du jour.

* La colline a une altitude de 821 mètres. Il faut que je me hâte dans l'ascension pour arriver avant la nuit.

 

 

Les arbres s'écartent pour me laisser voir cette beauté

La montée de l’essoufflé

* "Pauvre Chevalier Dauphinois qui a choisi un loisir lui demandant tant d'efforts".

* Je lève la tête, la ruine semble proche. Mais il faut toujours se méfier du verbe "sembler".

 

 

Je suis las... et elle est là

* Au sommet, je souffle tant que la poussière vole.

* Mais je suis heureux car la belle (avec une base de 8 mètres de coté pour une hauteur actuelle de 10 mètres) m'offre ses parements composés de pierres en calcaire aux dimensions très variables.

* Ses parements sont certes un peu délabrés mais ils me permettent de voir la qualité du remblai.

* Par contre, le parement d'angle est composé de pierres taillées d'une grande qualité.

 

 

Des trous qui ne sont point gouffres

* De chaque coté du parement je remarque des trous carrés.

* Ces ouvertures sont posées sur tous les cotés et sur toute la surface.

Qu'est ce ?

* Vous êtes si intelligents mes merveilleux lectrices et lecteurs que vous m'avez tous répondu : Des trous de boulin (voir vocabulaire).

* La particularité : Ils sont traversants.

 

 

La belle me montre ses entrailles

 

L'intérieur :

Elle me montre tout !

* D'habitude (les damoiselles et) les belles ruines doivent être charmées avant de s'ouvrir à moi.

* Curieusement, en la contournant la merveille s'offre à mes yeux ébahis.

* La tour, que dis je, le donjon "'légèrement arasé" montre 2 niveaux.

 

 

Le niveau haut est d'un haut niveau

* Le mur a une épaisseur importante.

* La qualité des pierres est la même qu'à l'extérieur.

* L'arasement ne permet plus de voir les possibles cul de lampe ni les sculptures.

Y en avaient-ils ?

* Une documentation affirme que les vestiges d'une cheminée existaient à la fin du 19ème siècle.

 

 

Le niveau bas m'abat Cette ruine me met sens-dessus-dessous

* De la partie basse, c'est la voûte plein cintre que je remarque en premier.

* Puis, au plafond, une curiosité m'attire.

En connaissez vous la fonction ?

* C'est évidemment une ouverture permettant l'entrée dans la salle basse.

* Au Moyen Âge, l'entrée d'un donjon n'était point au niveau du sol mais au moins à 5 mètres. L'accès s'effectuait par une échelle ou un escalier en bois facilement rétractable ou démontable. Pour accéder à l'étage inférieur, il fallait une ouverture très visible en ce donjon cassé.

* Une autre curiosité sont les corbeaux et surtout les trous alignés et très serrés.

* Ce sont évidemment les traces d'un plafond, donc d'un niveau intermédiaire dans le ratier.

* Les murs possèdent encore un enduit dont je ne saurai point vous en donner l'origine.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction d'un donjon habitable par Hugues, seigneur de Montrond.

* A la fin du 13ème siècle, plusieurs seigneurs revendiquent la possession de Montrond. La raison sous-jacente est la position de la seigneurie ne permettant pas la cohésion du domaine de la famille de Mérovillon (ayant fait allégeance au Comte de Provence).

* En 1297, il faut le dédommagement/paiement du Dauphin Humbert Ier au Comte (voir titre de noblesse) de Provence pour que Montrond soit "définitivement" en terres Dauphinoises.

* En 1307, le Dauphin Jean II donne la seigneurie de Montrond (ainsi que d'autres fiefs) à Barthélémy de Moras, chevalier et seigneur de Montjay.

* En 1309, en présence de plusieurs témoins et du chapelain et sur la terrasse en avant du château, Guigues de Montrond accorde aux Chartreux de Durbon, le droit de passage de leurs troupeaux sur ses terres.

* En 1988, un chantier de restauration est organisé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible à vos risques et périls. La probabilité de choir ou de recevoir une pierre est importante. Soyez très prudents.

 

 

L'enduit médiéval est encore présent... comme un présent pour le visiteur

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 08:50

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 Puis je être l'ombre de ton ombre ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Firmin est située à 50km à l'Est de Die (voir ses remparts), à 30km au Nord de Gap et à 10km au Sud-Est de Corps

 

     Coordonnées du château :

44° 46' 40" N 06° 01' 02" E
 44.777766825°  6.0172194242°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Elle m'attend !

* Au Sud-Ouest de la commune et à une portée de flèche au Nord de l'usine électrique de Saint Firmin, une ruine me hèle.
* Cela fait plusieurs kilomètres que cette beauté médiévale m'a repéré. Posée sur sa colline, la construction du Moyen Âge a une vue plongeante sur la vallée.

* Je pressens qu'elle a envie de me rencontrer (et réciproquement), mais j'ai besoin de l'observer de loin (et peut être me faire désirer d'elle).

Rond d'un coté, carré de l'autre

 

 

J'ai l'impression de déjà la connaître

* La construction est posée sur le rocher à 920 mètres d'altitude.

* La falaise protège le château au moins sur 2 faces.

* Grâce à la vue satellite et l'observation depuis le bas, il est possible de comprendre le plan, mais je préfère vous le montrer suite aux relevés de monsieur Vollaire au début du 20ème siècle.

 

 

Le plan

   Plan du château du château de Saint Firmin :

     4 - Tourelle de guet,

     5 - Courtines,

     6 - Donjon,

     7 - Entrée.

 

 

La façade coté poterne n'est pas impressionnante

Est ce le bon endroit ?

* Avec prudence et témérité, je marche sur le chemin menant à mon Graal du jour.

* J'arrive coté Ouest.

* Je découvre la tour de guet de 4,5 mètres de haut, la poterne et un morceau du rempart arasé.

* Cette façade n'était point accessible à l'époque médiévale car l'entrée principale était à l'Est.

* Lentement, je contourne le site pour chercher l'entrée principale de ce château Dauphinois.

 

 

Une entrée bien gardée

* Depuis le plateau, la vue sur la ruine et l'arrière plan est magnifique.

* L'ancien château fort est posé sur une butte.

* Lentement j'avance vers le puissant donjon.

* Sur la gauche, l'ouverture est l'entrée principale du château.

* Je constate que l'architecture de cette construction défensive ne ressemble pas aux standards des châteaux seigneuriaux.

* Ce site est un fort de repli. Il pourrait s’apparenter, en plus modeste, au fort de Caumont en Ariège.

 

  

 

L'intérieur :

Le donjon Que voila système défensif représentatif du Moyen Âge

* Évidemment, la haute construction située à l'Est a perdu de la hauteur et donc son crénelage.

* Quelques fentes défensives sont encore visibles.

* Les pierres sont pauvrement taillées et les joints sont très épais.

* A l'intérieur, je distingue 4 niveaux.

* Des fenêtres à coussiège simple ou double se devinent.

* Soudain, la ruine m'offre une vue incroyable !

(Vous ai je déjà dit que j'ai l'imagination fertile et le verbe excessif ?).

* Sur un mur, apparaissent les jambages en pierre de taille d'une magnifique cheminée.

 

 

Le plan en coupe du donjon

* Pour mieux comprendre ce donjon du 14ème siècle, je vous propose ce plan :

1 - Terrasse avec crénelage (voir vocabulaire).

2 - Pièce commune confortable avec sa cheminée.

3 - Porte d'accès aux courtines (chemin de ronde).

 

 

La cour 

* Je sors du donjon coté cour.

* Le vide et le néant se côtoient dans les entrailles du châteauLa petite tour de guet protège aussi la poterne

Y avait il des bâtiments

des maisons, des entrepôts ?

* Je ne saurais répondre à cette question.

* Au sol, je ne vois point les bases de mur. Mais il y a tant de gravas qu'il faudrait faire un travail d'archéologue.

N'y a t il rien à voir ?

* Pour le curieux sachant regarder, pour le castellologue amateur, des dizaines, que dis je des centaines de détails s'affichent.

- Des archères droites avec ébrasement.

- Une courtine "un peu" cassée montrant son remblai et son épaisseur.

- Une poterne.

- Une tour de guet dont l'intérieur est..... je manque de mots.

 

 

C'est la fin.... pour vous

* Il me reste tant à voir que je préfère vous abandonner ici.

* Pendant que je me délecte des pierres, je vous propose de quitter ce site avant la tombée de la nuit.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 14ème siècle, la guerre de Cent Ans ravage les provinces. Les Routiers dévastent toutes les vallées et les villages.

* En 1376, Charles de Bouville, gouverneur du Dauphiné, inspecte l'état des constructions défensives des bourgs et vallées. Il ordonne la construction d'une fortification défensive à Saint Firmin.

* En ce dernier quart du 14ème siècle, le puissant donjon carré est d'abord construit. Puis furent aménagés les remparts avec la ronde petite tour permettant aux paysans de se réfugier et de guetter.

* En cette fin de 14ème siècle, un procès  s'ouvre entre les 2 co-seigneurs : Pierre d'Ambel et Bernard de Gravollière, prieur de Saint Michel de Connexe et de Saint Firmin. L'enjeu est la détention des droits de Haute Justice puis, évidemment, des taxes sur cette seigneurie.

* Au début du 15ème siècle, Raymond d'Ambel est chargé de la défense des communes de Saint Firmin et de La Chapelle.

* Au 16ème siècle, des fenêtres à coussiège sont aménagées dans le donjon.

* Vers 1792, il n'y a aucune trace de présence des Révolutionnaires au château. Il est fort probable que ce dernier soit en ruine depuis bien longtemps.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec une extrème prudence.

 

Pour plus de rêve voici une petite vidéo.

 

 

Que de beautés en mon Dauphiné !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 08:55

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 

 

 

 

Je suis transporté au 15ème siècle... ou presque

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Tallard est située à 40km au Nord-Ouest de Digne les Bains, à 35km au Sud-Ouest d'Embrun, à 30km au Nord-Est de Sisteron (voir ses fortifications) et à 10km au Sud de Gap.

 

     Coordonnées du château :

44° 27' 37" N 06° 03' 21" E
 44.46021056°  6.05593979°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Voyage vers le passé

* Certains d'entre vous pensent que le voyage dans le temps n'est (et ne sera) pas possible.

* Pourtant, je le fais (et vous aussi) très souvent.

* Il suffit de regarder une photo pour voir le passé (évidemment).

* Pour votre Chevalier, le voyage temporel de ce jour s'est effectué grâce à une reproduction du château de Tallard au siècle dernier.

* Il ne m'en fallait pas plus pour seller mon destrier et partir en croisade à la limite Sud de mon Dauphiné.

* Quelques esprits chagrins vont m'expliquer que le site était possession du Comté d'Orange.

* Il faut savoir qu'une famille Dauphinoise "pela" l'Orange puis s'y installa (heu.... c'est presque vrai ---> Voir historique).

* Conséquence : C'est le blason du Dauphiné (modifié par Charles V après le transport de mon Dauphiné au Royaume de France) qui flotte sur ce château.

Je vous invite à visiter un de "mes" châteaux....hihihi.

 

Reconstructions et vestiges se mélangent

 

Surprenante arrivée

* Je suis surpris :

- Du contraste entre les hauts bâtiments presque neufs et de couleur claire face au vestige d'une défensive tour noirâtre.

- Du contraste entre les systèmes défensifs face aux remplages de la paroi religieuse.

- Des nombreuses canonnières pour un bâtiment que je pensais médiéval.

* En voyant ces fenêtres à meneaux en croix surmontées d'un pignon triangulaire, je ressens plus la Renaissance que le Moyen Âge.

Ne reste-t-il rien de l'époque médiévale ?

 

 

Le passage vers .....

* Ne comprenant pas ce château, je prends un peu de recul.

* Dans l'angle une ronde tour semble surveiller l'entrée.

* C'est donc avec précaution que je franchis le seuil pour voir.......

 

 

Quelle variété d'architecture moderne, ancienne et défensive

Bilan

* De la forteresse médiévale il reste quelques pans de mur.

* L'ensemble a été fortement modifié au 16ème siècle.

* Les archères ont été remplacées par des canonnières.

* Des fenêtres de confort ont été ouvertes à la Renaissance et même au 17ème siècle.

* L'arasement ne permet plus de voir crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Pour consolider le bâtiment de nombreuses baies ont été bouchées récemment.

 

 

L'entrée fortifiée

* La partie la plus facilement prenable dans un château fort est l'entrée.

* Il semble logique que les architectes aient été très attentifs à sa défense.

* De chaque coté, il y a une tour ronde.

* Bien qu'elles soient arasée, elles montrent leur puissance défensive : Des canonnières et des arquebusières avec un ébrasement extérieur permettant d'augmenter l'angle de tir.

* Au dessus du double vantail, une bretèche facilite la défense de près.

* Pour savoir s'il y a herse et assommoir, il faut entrer.

 

 

Les savoyards ont bien abîmé ce château

 

 

L'intérieur :

Je veux entrer

* Je tente de pousser la porte.

* Je crie, je bougonne, je tente de montrer que je suis là avant d'être las.

* J'aurais apprécié m'esbaudir.... Mais la porte reste close.

* Je cherche un panneau d'horaire d'ouverture.... Mais il n'y a rien.

 

 

Comment voir ?

* Comme un enfant gâté, je crie en me roulant au sol et.....

..... Je vois sous la porte.

* Au fond de la cour (était ce la basse cour ?), je vois plusieurs bâtiments et des pans de murs ruinés.

* Avec ses archères sur les tours rondes, l'intérieur ressemble à un château médiéval.

* Le site n'étant pas ouvert au public ce jour, je décide d'utiliser les brèches, les canonnières et les fenêtres pour "voler" quelques images.

* Ici je vois... heu.... Et là je vois..... heu.

 

 

C'est fini

* La ruine n'étant pas facile à comprendre par mes images "volées", je décide de partir vers une autre découverte.

* Mais avant, je me délecte du magnifique panorama.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, les terres sont possessions du Comté (voir titre de noblesse) d'Orange. Une tour de guet (en bois ?) est construite pour surveiller les vallées.

* En 1215, le Prince d'Orange cède la terre de Tallard aux Chevaliers de Saint Jean de Jérusalem.

* En ce début de 13ème siècle, les Chevaliers font construire une fortification en pierre.

* En 1322, le petit château et ses terres sont cédés à un membre de la famille Trians. Arnaud devient le premier seigneur de Tallard.

* En cette première moitié du 14ème siècle, le site est fortement remanié. Un puissant château remplace la petite fortification.

* En 1326, Tallard devient le siège d'une Vicomté.

* En 1496, après de nombreuses successions et mariages, la Vicomté devient possession de Bernard de Clermont.

* Au début du 16ème siècle, peut être grâce à la fortune apportée par sa femme Anne de Husson, le Vicomte aménage le vieux château fort en une fortification Renaissance.

* Au milieu du 16ème siècle, à cause des Guerres de Religion, le Vicomte, sa femme et ses enfants fuient le château. La bâtisse peu entretenue se détériore.

* Au début du 17ème siècle, le site et les terres sont achetés par Etienne de Bonne, seigneur d’Auriac. Le site castral est restauré.

* En 1692, Victor-Amédée II, Duc de Savoie (voir liste), est partie prenante de la Ligue d'Augsbourg contre la France de Louis XIV (voir liste des rois). A la tête d'une puissante armée, il envahit la région de Gap. Le château de Tallard est attaqué et partiellement détruit.

* Durant 2 siècles, les propriétaires se succèdent. Le château ne semble plus habité.

* Vers 1792, les Révolutionnaires massacrent de nombreux blasons pierres sculptées dans ce château, symbole d'un temps déchu.

*  En 1957, sur l'initiative de Richard Duchamblo, un prêtre passionné de vieilles pierres, la commune achète le château.

* En 1958, le corps de garde est classé aux Monuments Historiques

* En 1969, le château est classé aux Monument Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. L'à-pic étant important soyez très prudents et surveillez les enfants. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture.

 

 

Le guetteur avait un panorama magnifique

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 08:55

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 

 

 Monter il va me falloir, pour toucher cette belle

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Montmaur est située à 85km à l'Est de Montélimar (voir son château), à 40km au Nord de Sisteron (voir ses fortifications) et à 20km à l'Ouest de Gap.

 

    Coordonnées du château (haut) :

44° 34' 33" N 05° 52' 02" E
 44.57601956°  5.8672035°

 

 

 

Le site : 

L'extérieur :

Il est là haut !

* Non loin du bourg, mon destrier piaffe comme si un site médiéval est proche.

* En levant les yeux, je remarque une blanche construction un peu au dessus de Montmaur.

* Puis au sommet de la haute colline, un grand vestige me fait signe.

* "Proche... Proche.... c'est vite dit" je grommelle en direction de mon palefroi.

* Ma carte IGN affirme que le site castral est à 1351m d'altitude.... C'est haut !

* Et là, j'entends une voix affirmer : "Ce petit exercice te fera maigrir, mon gros !"

* Il est vrai que le matin, j'avais eu quelques difficultés à mettre mon armure.

* C'est donc pour perdre un peu de poids que je vais gravir cette "immense" montagne.

 

J'arrive... Mais laisse moi reprendre mon souffle 

L'approche

* Pour approcher une belle, il ne faut jamais se précipiter.

* Avec mon léger surpoids (parait il), je ne tente point une rapide course mais une lente "séduction".

* Si mon cœur bat vite, c'est que la belle m'impressionne.

* Si mon souffle est court, c'est que la ruine me fascine.

Suis je crédible dans mon rôle d'amant éperdu ?

 

 

Est ce le bon endroit ?

* La construction me surprend.

* Elle ne ressemble que peu à un vestige de château fort.

* Je consulte mon altimètre : Moins de 1000m.

* Je ne suis pas devant les ruines du château fort mais devant celles des fortifications de l'ancien village médiéval.

 

 

Rapide analyse

* Ce site est improprement nommé : Tour Sarrasine.

* La construction possède une ouverture de lumière et des trous de boulin (voir vocabulaire).

* Les pierres sont pauvrement taillées et peu jointives. Je doute que cette construction appartint à un seigneur.

* Elle a une forme de parallélépipède mais curieusement, les 2 angles coté opposé à la vallée sont arrondis.

* La face coté plaine est plane.

- Elle comporte en partie médiane une ouverture ressemblant à un effondrement.

- Au sommet, s'affiche une importante ouverture rectangulaire avec des pierres correctement taillées et un solide linteau.

- Sous cette porte, des trous de boulin alignés me font imaginer qu'une passerelle en bois existait.

Point de signe défensif en cette constructioin

 

 

L'intérieur de la construction

Que voir ?

* Il n'y a pas d'ouverture en partie basse pour entrer.

* La fissure dans le mur ne me permet pas l'intrusion.

* Avec souplesse et légèreté, j'introduis mon oeil dans les entrailles. Je remarque que les pierres intérieures sont pauvrement taillée et aucune sculpture apparaît.

* La porte à l'étage est inaccessible sans échelle.

* Par un trou de boulin, je vole une image de l'intérieur de la porte. Je constate que la construction a été fortement consolidée récemment.

 

 

Problème... donc solution

* Ne pouvant point avoir d'autre détail sur cette construction, je reprends ma marche vers le sommet.

* Soudain, je plie !

* Je ne vous narrerai pas mon problème, mais la conséquence est : Ascension impossible ce jour.

* Je me repose en observant la vallée.

Que vois je ?

 

Je suis au paradis....des castellologues amateurs !

 

 

 

Le château bas :

       Depuis le haut

 * En bas, je vois une construction parallélépipédique.

 * Les 2 angles opposés à la montagne possèdent une ronde tour.

 * Un bâtiment rectangulaire s'accroche à la perpendiculaire du premier.

 

 

      Depuis le bas

 * Le château dans le bourg est entouré d'un mur dont certaines parties sont issues de son ancien rempart, mais dont la majorité sont assez récentes.

* Les fenêtres à meneaux en croix confirment l'ancienneté du bâtiment.

* Par contre, les tours sont dépourvues de système défensif.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du site :

* Au 11ème siècle, construction de la Tour Sarrasine.

* En 1265, Montmaur est l'une des 4 principales baronnies (voir titre de noblesse) du Dauphiné. Elle est sous l'autorité de la Chartreuse de Durbon.

* En 1298, le 13 juillet, proche du château haut, les frères Guillaumes Martin et Jean Martin signent l'acte de vente d'un champ au frère Guigues Bontosil de Durbon.

* Au 14ème siècle, construction du château bas.

* En 1340, le Dauphin (voir liste) Humbert II séjourne quelques jours au château (est ce le bas ou le haut ?).

* A la fin du 16ème siècle, construction des tours d'angle au château bas.

* Au 17ème siècle, un incendie ravage partiellement le château bas.

* Au 18ème siècle, un incendie ravage partiellement le château bas.

* Vers 1792, les Révolutionnaires ne s'intéressent pas au château bas. Il échappe aux saccages et à la destruction.

* Au 19ème siècle, le château bas change plusieurs fois de propriétaires. Chaque famille transforme cette construction.

* En 1988, le château bas est classé aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, le département achète le château bas. Après quelques travaux de mise en conformité, des expositions et des concerts sont organisés.

* Au 21ème siècle :

A - La découverte de l'extérieur et l'intérieur de la ruine du château haut est libre et gratuite avec beaucoup de précautions.

B - La découverte de l'extérieur de l'ancienne fortification du vieux village est possible

C - La visite du château bas est possible durant l'été. Renseignez vous.

 

Pour mieux comprendre ce site, veuillez regarder cette vidéo.

 

 

Ce bourg peut s'enorgueillir de 2 châteaux

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 08:35

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

Ce haut bâtiment est il d'origine médiévale ? 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Chabeuil est située à 70km au Sud-Ouest de Grenoble, à 40km au Nord-Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à 12km au Sud-Est de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 53' 59" N 05° 01' 10" E
 44.8998407°  5.01931429°

 

 

 

Les fortifications :

L'extérieur :

La découverte

* Par le petit pont piéton enjambant la rivière Véore, je m'approche d'un haut et curieux bâtiment.

* L'hôtel de ville semble avoir été implanté dans les remparts du bourg.

* Mais ce bâtiment n'est qu'une illusion. Il a été construit en style néo-gothique au 19ème siècle.

* Par contre, la ronde tour proche fut un des systèmes défensifs du bourg fortifié.

 

 Chaque siècle a ajouté ses pierres et ses emblèmes

La porte fortifiée

* Quelques dizaines de mètres plus loin, en face du pont routier, une puissance porte trône fièrement.

* Cette haute construction est encore encadrée par les restes minimaux du rempart primitif.

* Etant l'emblème du bourg, les hommes l'ont affublée de symboles comme un monument aux morts (des 2 guerres mondiales) par exemple.

* Au sommet, les mâchicoulis sont un ajout du 19ème siècle.

 

 

Les traces des systèmes défensifs et de protection

* Cette construction ne semble pas avoir possédé de pont levis.

* Il y a de forte présomption que l'entrée était protégé par une porte en bois à deux vantaux. Mais je ne distingue aucune trace de gond ni de poutre de blocage

* Une herse récente symbolise le classique et efficace système défensif de toutes des entrées fortifiées depuis le moyen âge.

* La construction forme un tunnel où l'assaillant est se retrouve bloqué, car à l'autre extrémité, les rails de guidage m'informent de la présence d'une deuxième herse.

* Il est fort probable qu'un double vantail fermait l'ensemble coté intérieur du bourg.

* Je tente de voir si un assommoir (voir vocabulaire) existait. A défaut de trou en partie supérieure, je vois sur le flan des trous de poutre.

Y avait-il un niveau défensif ?

Y avait il une princesse ou un garde armé derrière ces belles fenêtres ?* Pour mieux comprendre je prends un peu de recul.

* Comme souvent, au dessus de la porte il y a la salle des gardes.

* La différence de couleur m'informe qu'un étage a été ajouté. La forme de la fenêtre prouve que quelques siècles séparent les 2 ouvertures de lumière.

 

 

L'intérieur de la porte fortifiée

* Par une chance incroyable, la porte d'accès aux étages est ouverte.

* Avec précaution j'entre dans la première salle.

* La cheminée coté mur Nord me semble récente.

Avez vous remarqué le mur coté extérieur du bourg ?

 

 

Traces !

* Il comporte les vestiges d'un crénelage. Ma supputation d'une tour-porte rehaussée semble se vérifier.

* La salle de l'étage supérieur est très modernisée. Il ne reste que les témoins de support de poutre de l'ancien toit.

* La petite fenêtre coté intérieur du bourg donne une lumière laissant place à la pénombre.

* Je m'approche pour admirer de haut les ruelles de Chabeuil quand soudain, je vois......

 

 Plusieurs siècles d'architecture s'offrent à moi !

Les entrailles du bourg

* A gauche, sur une butte, des pans de mur m'informent qu'un château fortifié exista.

* A droite, un peu surélevée, une église plusieurs fois remaniée et reconstruite.

Que ce bourg est riche en constructions !

 

 

Un bourg touristique

* Les ruelles fleuries semi-piétonnes sont parfaites pour découvrir la diversité de l'architecture sur plusieurs siècles.

* C'est alternativement que je chausse mon chapeau de paille de touriste et mon heaume de castellologue amateur.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, sur les bases de murs Gallo-Romains, construction d'un rempart et de plusieurs portes fortifiées.

* Au 13ème siècle, les systèmes défensifs sont améliorés (à vérifier).

* Au 14ème siècle, les 3 portes fortifiées sont remaniées (à vérifier).

* En 1401, la porte fortifiée est consolidée.

* Au 16ème siècle, les armes des Grimaldi sont apposées au dessus de la porte.

* Vers 1790, les Révolutionnaires martèlent les armes des Grimaldi.

* En 1850, le conseil municipal vote la destruction de la porte. Les habitants se révoltent et font valoir leur opinion à la préfecture. L'ordre est annulé.

* En 1881, Ernest Tracol réalise l'hôtel de ville en style néo-gothique.

* En 1895, l'architecte Ernest Tracol ajoute un crénelage à la porte fortifiée.

* En 1903, un campanile, s'inspirant du Palazzo Vecchio de Florence, est aménagé sur l'hôtel de ville. Cela traduit la prospérité de Chabeuil.

* En 1926, la porte fortifiée est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la porte fortifiée est libre et gratuite depuis rues et ruelles. La visite de l'intérieur n'est possible que durant les expositions.

 

 

Depuis ce point élevé, je surveille une partie du Dauphiné

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26 Vers Menu châteaux de la Drôme

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 06:10

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 

 

 

Voyez vous un château fort ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de La Rochette est située à 30km à l'Est de Gap, à 10km au Nord d'Aspremont (voir son château) et à 8km au Sud de Luz la Croix Haute.

 

     Coordonnées du château :

44° 35' 19" N 05° 43' 18" E
 44.5886632°  5.72171778°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Errance et rance

* Votre Chevalier Dauphinois part en vacances vers la Méditerranée.

* Évidemment, comme il n'apprécie point les autoroutes ni la vitesse, il choisit l'itinéraire par Sisteron (voir ses fortifications).

* Ne souhaitant point perdre trop de temps, votre Dauphinois ne se lave que très peu durant ce voyage de plusieurs jours. Rance est l'odeur qu'il dégage dans sa lente promenade.

* Soudain son destrier stoppe. Ceci est le signe qu'un château est proche.

Le voyez vous ?

 

 

Est ce la forteresse du vertige ?

Cyrano je clame !

«C'est un roc ! ... C'est un pic...

C'est un cap !

Que dis-je, c'est un cap ? ...

C'est une péninsule !»

* Certes, je m'emporte un peu devant cette ruine dont la forme semble unique.

 

 

Que voir sur cette face ?

* Planté sur son rocher, le cubique vestige ne ressemble plus à un château fort.

* J'ai l'impression de ne voir qu'un pan de mur indéfinissable.

* Mais avec un peu d'attention, je vois sur la gauche.... comme un petit mur.

* Je contourne le rocher..... par la gauche bien sur.

* Par sa couleur, le mur à angle droit se fond au rocher.

* Je suis étonné de la pauvreté de la taille des pierres ainsi que de leurs dimensions.

* Par contre, le parement d'angle me surprend agréablement.

 

 

L'intérieur

Sont ce les entrailles ?Je vole des images pour ne point voler dans le ciel

* Avec le vent violent et tourbillonnant, je ne peux point gravir la pente pour déguster ses entrailles.

* Je vais donc faire une analyse de loin.

 

 

Que de détails !

* Les vestiges montrent un haut et puissant donjon central entouré de murs.

* En de nombreux endroits, le sol ne semble pas avoir été aplani.

* A la base de la tour, un vestige de porte apparaît.

* En observant mieux, j'aperçois une autre ouverture au même niveau. Elle doit communiquer avec un bâtiment ou une salle adjacente.

* Je contourne le rocher et je vois....... hoooooo.....
    .......les vestiges d'une voûte avec la baie de communication.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Cette ruine mérite LA couronne de fleurs en récompense de sa beauté !

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le château est possession des seigneurs de Bôchaine et de La Beaume-Noire.

* Au 13ème siècle, ces 2 familles possèdent toujours le château.

* Au 14ème siècle, la seigneurie est détenue par la famille Artaud.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est dangereuse.

 

 

Même ruiné, le château est encore très puissant !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 06:05

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 Suis je perdu en cette dense forêt ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Jardin est située à 80km au Nord-Ouest de Grenoble, à 25km au Sud de Lyon et à 4km au Sud-Est de Vienne.

 

   Coordonnée du bourg :

45° 30' 03" N 04° 54' 11" E
 45.500798°  4.90311027°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

La découverte

* La recherche d'une ruine médiévale se traduit souvent par une promenade, plus ou moins tranquille.

* En mon Dauphiné, la végétation est respectueuse du Chevalier Dauphinois. Ce sont donc des arbres qui s'écartent devant moi.

* Pour me permettre de savourer la beauté du ciel Dauphinois (qui ose affirmer que je suis chauvin ?), les feuilles s'effacent.

* Mais... Je ne suis point venu ici pour me faire flatter par la végétation. Je suis dans cette forêt pour découvrir la ruine du château de Montléans, dont j'aperçois les premiers indices.

 

 

 Je vois les frontières de mon Dauphiné !

Des pans de murs

* Des pierres construites... Cela est le fantôme d'un rempart (peut être).

* Quelques mètres plus loin, ma supputation est confirmée.

* En bordure d'un petit à-pic, le mur peu épais possède des ouvertures pour le guet.

* De là, je vois les limites de mon Dauphiné..... et même l'infini.

* Je pressens que ces murs n'étaient point que des remparts. Ils devaient encadrer des petits habitats ou des entrepôts.

* L'ensemble est si étendu qu'une idée me vient :

Il devait y avoir une vie en ce lieu

il y a quelques siècles.

 

 

 Est ce la tour de Babel ?

Mon sang n'a fait qu'un(e) tour

* Je suis si heureux d'avoir vu tant de remparts que mon esprit rêve tandis que mes jambes avancent vers.... heu, je n'en sais rien.

* Soudain, mon instinct me quémande de lever la tête.

Ma vue me joue-t-elle des tours ?

* Je frotte mes yeux, je passe ma vision en mode Terminator.

Diantre !... Ceci une tour.

 

 

 

Les atouts de la tour

* Ronde elle est.

* Haute elle paraît.

* Enlacée par le lierre elle s'affiche.

* Les hommes modernes l'ont consolidée avec un (gros) peu de ciment. Pourtant son ancienneté est évidente.

* Lentement je m'avance vers cette beauté médiévale.

* Elle ne comporte pas d'archère visible et son crénelage a disparu.

* A sa base, une ouverture non naturelle va me révéler ses entrailles.

 

 

 

L'intérieur :

Analyses rapides de bas en haut

* Avec précaution, je passe la tête dans le trou.

Le cercle de la tour me fait tourner la tête.. en rond

* Bien que des gravas aient rempli le fond, je vois en bas l'encoche circulaire d'un fantôme de plancher m'informant que salle il y avait.

* Au dessus, une rangée de trous ayant porté des poutres. Entre les deux planchers, une fenêtre éclaire la salle.

* A l'étage supérieur, je vois une ouverture de lumière puis des niches (placards).

* Il me semble voir aussi l'entrée des latrines.

 

 

 

C'est la fin

* Je vous laisse ici. Je vais continuer mon exploration seul.

* Mais avant, je vous offre le spectacle d'un système défensif classique et très efficace : Un fossé.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié. Il est possession de la famille de Beauvoir de Marc.

* Au 16ème siècle (1525 ?), la famille de Maugiron possède la seigneurie.

* En 1569, le site est élevé au rang de Comté (voir titre de noblesse).

* En 1629, le Roi de France (voir liste) Louis XIII est reçu au château (à vérifier).

* En 1633, le château est détruit (comme de nombreuses forteresses dans le Royaume de France) sur l'ordre du Cardinal de Richelieu.

* En 1809, après avoir été chassés par Napoléon, des prélats d'origine Espagnole logent dans les ruines du château (à vérifier).

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite.

 

Une vidéo de ce château est visible ici

 

 

C'est dans ces moments où je regrette de ne point être un oiseau

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 06:26

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

La ruine ne s'illumine que si vous lui dites : "Que tu es belle !"

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Soyans est située à 80km au Nord d'Avignon, à 25km au Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à 10km au Sud de Crest (voir son donjon).

 

   Coordonnées du château :

44° 37' 40" N 05° 01' 20" E
 44.6277009°  5.02228081°

 

 

 

Le site castral :

Le village :

L'arrivée

* La route qui mène à Soyans permet de savourer au loin la silhouette d'une ancienne construction fortifiée.

* Sur cette colline boisée 3 formes grises apparaissent :

- En bas à gauche, le village.

- En haut à droite, l'église.

- En haut au centre, le château fort.

* Plus j'approche du site, plus les bâtiments disparaissent.

Y a-t-il quelques sorcelleries de la foret ?

 

 Un mur défensif m'accueille

Une porte fortifiée

* Après avoir laissé mon destrier sur un modeste mais ombragé parking, j'avance vers les premières maisons.

* Soudain je suis stoppé par une porte fortifiée.

* Même si le crénelage a été "curieusement" refait au 20ème siècle, même si certaines fentes de tir sont obstruées, l'aspect défensif est évident.

* Certains archéologues affirment que ceci était une tour défensive. Je n'ai pas d'avis sur cette supputation.

* Je montre patte blanche puis je pénètre dans le couloir à les aménagements de plusieurs siècles se côtoient.

* La douzaine de maisons le long de l'unique chemin rectiligne garde le souvenir des siècles passés.

* Dans ce spectacle, votre Dauphinois Chevalier oscille entre tourisme et castellologie.

* Lentement je monte vers mon graal du jour par un agréable chemin ombragé.

 

 

 

L'église :

Point défensive elle est

Voyez vous les multiples travaux d'aménagement sur cette église ?

Quelle curieuse architecture !

* La façade occidentale montre un parement régulier réalisé avec de petites pierres.

* Cette façade est percée de trous de boulin (voir vocabulaire).

* L'église semble posséder un transept. Mais ceci n'est qu'une illusion. Cette curiosité est due à la construction il y a 3 siècles de 2 chapelles latérales.

* Les pierres de remploi sont nombreuses. Si vous vous rendez sur ce site, veuillez regarder sur le rond chevet.

* La porte étant close, j'ose voler par la petite fenêtre un morceau du silence religieux.

 

Est ce la montée vers le paradis ?

 

Quel panorama !Les vestiges des pans de mur imitent un crénelage !

* Les pieds plantés dans le rocher, j'admire :

- A l'Est la vallée du Rubion.

- Au Sud, la frontière entre collines et vallée.

- A l'Ouest, la commune de Soyans.

- Et au Nord, les ruines du puissant château.

 

 

 

Le château :

Déchiqueté

* Lentement j'avance vers le château fort.

* Le premier bâtiment que je rencontre est une tour ronde avec des pierres pauvrement taillées.

* Les dimensions des pierres sont très variées me faisant penser à des consolidations nombreuses et rapides.

* Je suis très surpris de l'épaisseur de joints.

* En contournant le site coté Ouest, les anguleuses constructions posées sur le rocher possèdent aussi un parement de piètre qualité.

* Il m'est impossible de définir la fonction des murs délabrés.

* Il est surprenant de voir autant de fenêtre et aucune fente de tir ni de crénelage.

 

 Voir et être vu est la mission de ce château fort

Le coté Nord

* Contrairement aux 3 autre cotés, cette façade ne comporte aucune ouverture de confort.

* Il semble que le sentier médiéval n'aboutissait pas coté église mais coté Nord.

* Il est donc logique de voir des fentes défensives sur ce mur.

 

 

C'est la fin

* L'entrée est barrée par un haut et imposant grillage.

* Il n'est pas possible de déguster les entrailles de la ruine.

* Lentement, je retourne sur mes pas quand soudain.... une surprise "apparait".

Que pensez vous que cela fut ?

 

 

Hors sujet

* En notre beau royaume, les activités de loisir sont importantes et variées.

* Chacun trouve une motivation pour sortir de son habitat.

* Pour votre Chevalier Dauphinois, ce sont les découvertes de sites médiévaux fortifiés.

* Un autre loisir que j'ai rencontré est une sorte de "chasse au trésor" ou plutôt... un jeu de piste.

* Je vous propose de le découvrir ici : Les Cistes.

Pourquoi je vous explique cela ?

* La raison est simple. En poussant quelques pierres pour mieux voir l'intérieur de la ruine de Soyans, j'ai découvert une boite en plastique étanche.

* Dedans, il y avait un bric-à-brac.....

..... et surtout une explication.

* En tant que Chevalier respectueux, je n'ai pris aucun objet et je les ai soigneusement remis dans la boite. Avec minutie, j'ai replacé les pierres cachant le "trésor" de ce jeu fantastique !

* Question : Avez vous déjà vu ce style de trésor durant vos promenades ?

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 912, l'Empereur d'Occident Louis III l'Aveugle donne à l'église de Valence (en France), quelques territoires dont le site de Soyans. Il semblerait qu'un site fortifié existe. Une petite église dédiée à Sainte Marie est citée au sommet.

* Durant 4 siècles, le site castral change plusieurs fois de propriétaires.

* Au 12ème siècle, construction d'une église (certainement à l'emplacement du moutier primitif). Elle est dédiée à Saint Marcel, l'un des premiers évêques de Die au 5ème siècle.

* Au 14ème siècle, le village primitif, installé dans la pente, est abandonné.

* Au milieu du 15ème siècle, le Roi de France Louis XI (voir liste) confisque le château puis le donne à François d'Eurre, son valet de chambre.

* Au début du 16ème siècle, Jean de Poitiers, seigneur de Saint-Vallier, récupère le château.

* Au milieu du 16ème siècle, Diane de Poitiers, fille de Jean, possède le château. Il semble qu'elle ne soit jamais venue en ce lieu.

* En 1616, la seigneurie appartient à la puissante famille de Montauban.

* En 1622, le roi de France Louis III (ou peut être Richelieu) ordonne la démolition de plusieurs châteaux forts en Valentinois dont Soyans. Curieusement, ce dernier ne subit aucun dommage.

* En 1644, après avoir visité l'église, l'évêque de Die (voir sa cathédrale) stipule que la construction n'a pas souffert des Guerres de Religion.

* En 1717, le sir de Montauban est élevé au rang de Marquis (voir titre de noblesse). Il semble que le marquis ne vint jamais en ce vieux château fort.

* Au milieu du 18ème siècle, le nombre croissant de paroissiens oblige l'agrandissement de l'église. Le haut clocher est aménagé. Deux dates sont encore visibles sur la construction : 1757 et 1764.

* Vers 1790, les Révolutionnaires s'emparent du château et détruisent toutes marques de luxe et les représentations des propriétaires.

* En 1793, le 18 mars, un ordre révolutionnaire exige la destruction du château. Curieusement (et pour la 2ème fois de sa longue vie) le site n'est pas démoli.

* En 1796, des "inconnus" mettent le feu au château. Les flammes illuminent le site durant 2 jours.

* En 1926, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1950, le sculpteur Joseph Rivière habitant au village, organise la réfection de la petite église. Durant la même période, ce Sculpteur aménage la porte fortifiée du village "à sa convenance".

* A la fin du 20ème siècle, Auguste Blain, propriétaire du site , décède. Ses héritiers ne souhaitent pas récupérer les ruines. Le vieux site appartient à l'état.

* En 2002, la commune achète le vieux château. Avec l'aide du conseil régional, elle édifie des barrières anti-visite et envisage la consolidation.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du village, de l'église et du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur du moutier et de la ruine castrale est interdite. Le risque de recevoir une pierre existe. Veuillez être très prudent car l'à-pic est important coté Est.

 

 

Comme il est beau mon Dauphiné !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26 Vers Menu châteaux de la Drôme

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2016 4 01 /09 /septembre /2016 07:35

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 

 Voyez vous un château au sommet de la colline ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Aspremont est située à 80km à l'Est de Montélimar (voir son château), à 35km au Nord-Ouest de Sisteron (voir ses fortifications), à 30km au Sud-Ouest de Gap et à 7km au Nord de Serres.

 

     Coordonnées du château :

44° 29' 32" N 05° 43' 32" E
 44.492250°  5.725500°

 

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

L'endroit idéal

* A l'embranchement de la route qui mène d'un coté vers le Diois et de l'autre vers le Beauchaîne s'offre une colline.

* C'est l'endroit idéal pour implanter un château de surveillance des vallées.

Le voyez vous ?

* Voila un site qu'il est intéressant de voir en hiver lorsque la végétation est dépourvue de feuille.

* Sinon, la beauté médiévale échappera à votre vigilance.

 

 

Je pressens que Sherlock Holmes je dois être pour comprendre.

 

 

Doutes et questionnements en arrivant

* Après une montée facile, je découvre le site castral.

* Mes premières sensations sont mitigées.

* La ruine qui paraissait immense vue depuis le bourg semble petite et désordonnée.

* Les pans de murs sont être épars.

* La forme échappe à ma compréhension.

* Pour mieux l'appréhender j'utilise la vue depuis "mon avion espion".

* L'analyse rapide du terrain, de la vue du ciel et de la carte me questionne :

- Le château en pierre n'est pas au sommet de la colline.

- Ce sommet ressemble à une motte castrale.

Le château primitif avait il cette forme ?

 

 

Ne sont elles pas magnifiques ses rondeurs ?

 

 

Analyse des murs extérieurs

* Le rempart extérieur est presque inexistant.

* A de nombreux endroits il se devine plus qu'il se voit.

* Par contre, les murs extérieurs du château offrent une idée de la forme générale du site défensif.

* Le château a la forme d'un parallélépipède.

* Deux tours rondes sont encore visibles aux angles Nord-Ouest et Sud-Est.

* Les constructions sont très arasées.

* Il m'est impossible de deviner si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* Les parements sont constitués de galets roulés et de moellons calcaires grossièrement équarris.

* Les angles sont réalisés avec des pierres taillées possédant souvent d'imposants bossages.

* Cette rusticité est très décorative.

* Pensant avoir tout vu de l'extérieur, je pénètre dans l'enceinte par.... une porte virtuelle.

 

 

Vide et pourtant rempli !

L'intérieur :

Un désert de galets et non de pierres

* En son sein, le site me quémande de regarder le sol.

* Evidemment, il est prudent dans un tel endroit de regarder où je pose mes pieds.

* Mais la demande de la ruine est logique.

* Le site millénaire me montre l'amoncellement de galets.

* Par rapport à la surface importante du château, je ne vois que peu de pierres taillées.

* Il semble évident qu'elles furent achetées ou subtilisées il y a 2 siècles pour construire les maisons du bourg.

 

Peu et beaucoup

* Il est vrai que la ruine est si mal en point qu'elle offre peu de variétés architecturales.

* Avec un peu d'attention et d'imagination, il est possible de voir (deviner ?) quelques ouvertures pour armes à feu.

* Dans cet amas de galets, deux plaisirs se dégustent :

1 - Le silence, parfois troublé par un lézard ou un oiseau.

2 - Le panorama, cadeau merveilleux des sites médiévaux.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, un château en bois est aménagé (à vérifier).

* Au 12ème siècle, la seigneurie appartient à l'évêque de Die (voir sa cathédrale).

* En 1267, le château est cité.

* En 1270, le château est vendu au Dauphin (voir liste).

* Au 13ème siècle, la seigneurie est possession d'Artaud de Montauban qui possède déjà la Baronnie (voir titre de noblesse) de Montmaur (voir les baronnies du Dauphiné).

* Au 14ème siècle, la seigneurie est possession de la famille de Parme.

* Au 15ème siècle, le château est modernisé.

* Au 16ème siècle, des aménagements de confort sont réalisés. Le site est possession de la famille Sauret.

* En 1580, Claude Sauret, seigneur d'Aspremont, est l'un des plus brillants capitaines protestants et homme de confiance de Lesdiguières. Ce dernier lui demande de défendre La Mure (Bourg actuellement en Isère) contre le Duc de Mayenne.

* Vers 1792, les Révolutionnaires détruisent partiellement le château. Il semble que de nombreuses pierres aient été récupérées par les villageois.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec précaution. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents.

 

 

Le panorama est la récompense de ceux qui font l'effort de monter

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 06:35

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

La belle ruine médiévale attend SON Chevalier..... J'arrive !

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Morestel est située à 65km au Nord-Ouest de Grenoble, à 50km Est-Sud-Est de Lyon et à 20km au Nord-Est de Bourgouin-Jallieu.

 

   Coordonnées du château :

45° 40' 33" N 05° 28' 09" E
 45.67576161°  5.46923071146°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir déposé mon destrier sur le grand parking, en levant la tête je vois les 2 symboles des fondations de notre Royaume :

- L'église,

- Le donjon médiéval.

* Evidemment, comme l'église n'est point fortifiée, toute mon attention est portée sur les vestiges du château fort.

* Diantre !.... Que c'est beau, une ruine Dauphinoise (Je ne suis point chauvin bien sur).

 

 

Je vais me transformer en Homme-Araignée pour grimper la falaise

Une surprise

* Lentement, j'avance vers ce donjon posé sur une plateforme au dessus du bourg fortifié.

* Quand mon regard est attiré par une curieuse pierre.

En connaissez vous la fonction ?

* Ce type de pierre se voyait souvent dans les halles.

* Comme le système métrique n'existait pas et comme chaque province avait ses propres systèmes de poids et de longueur, il était important que les habitants aient une référence (pour comparer les prix par exemple).

* Cette pierre serait un étalon "à tissus". Ne me demandez point de vous décrire ses fonctions exactes, le mode d'emploi s'est perdu dans les labyrinthes du temps.

 

 

Elle est là haut !

* J'imagine que l'assaillant en bas de la paroi verticale devait être harcelé de pierres et de flèches depuis cette puissance tour.

* Soudain, mon regard est attiré par une curiosité architecturale dont je raffole.

La voyez vous ?

* Ce sont évidemment  les latrines en encorbellement.

 

 

L'intérieur :

La plateformeN'est il pas magnifique ce donjon Dauphinois ?

* En découvrant la plateforme ayant porté le château, je suis étonné par sa surface.

* Ce site (Dauphinois je vous le rappelle au cas où) avait pour mission d'imposer la présence du Dauphin proche de la frontière avec le Comté de Savoie.

* Proche d'un angle, l'imposant donjon habitable est le seul bâtiment encore visite.

* Ayant été très consolidé à la fin du 20ème siècle, il est difficile d'analyser ses murs, mais la qualité des pierres, des joints et du parement d'angle ne laisse aucun doute sur la fonction symbolique de cette tour-donjon.

* La porte à sa base donnerait accès à la prison (d'après les descriptions d'archéologues).

* La belle fenêtre à meneaux en croix est l salle de réception.

* Pour accéder dans le donjon, il faut (et fallait) monter sur le chemin de ronde du rempart.

* Durant l'ascension je vois à nouveau l'église Saint Symphorien qui est l'ancienne chapelle du couvent des Augustins construite en 1425.

 

 

La salle principaleToute l'hospitalité des Dauphinois se ressent dans cette pièce

* Plutôt que d'interdire la visite comme souvent je le constate en notre Royaume, ou encore d'ouvrir et de faire payer le touriste uniquement durant juillet/août (ce qui m'ennuie car je ne visite jamais durant les mois d'été, ma montagne est mon terrain de marche d'été), la municipalité a ouvert le donjon aux artistes peintres et sculpteurs durant plusieurs mois.

* Ainsi, cette beauté se découvre en libre accès durant plusieurs trimestres.

N'est ce pas magnifique !

* Les tableaux et  l'éclairage contribuent à donner une ambiance (presque) médiévale.

* Par l'escalier en bois grinçant sous mes pieds, j'aborde l'autre salle tout aussi magnifique.

 

 

L'autre étage

* L'ambiance est différente, plus "intime".

* Ceci est certainement du à la plus faible hauteur du plafond.

Question : Qu'avez vous vu dans ces salles ?

*  Ma vision :

- Une imposante cheminée,

- Une grande fenêtre à meneaux,

- Une archère,

- Une porte menant aux latrines,

- De petites fenêtres à coussiège.

 

 

Le Sabre et le Goupillon son toujours proches au Moyen Âge

Le sommet (du monde ?)

* A l'époque médiévale, le sommet était couvert permettant aux guetteurs et défenseurs d'être protégés du mauvais temps et des flèches des assaillants.

* A travers les archères, ils pouvaient voir sans être vus.

* L'avantage de cette disparition du toit est la possibilité d'embrasser un panorama à 360°.

* Une table d'orientation permet de se situer entre les 3 départements visibles.

 

L'enfer est par là !
Au loin, est ce la poussière d'une troupe guerrière ?
Ce soleil me donne une envie de sieste !

 

 

C'est la fin

* Je me suis demandé comment quitter ce monde ... (médiéval bien sur).

* Redescendre par le même chemin est trop classique.

* Je me penche pour savoir si une échelle ou une corde d'ennemie a été laissée.

* Je me penche encore plus.....

...... Je glisssssse.... Adieu monde.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1080, une famille portant le nom de Morestel est citée.

* Au début du 13ème siècle, un château fortifié en pierre est construit.

* En ce 13ème siècle, le territoire est possession du Comté de Savoie (voir liste des Comtes) grâce à la possession du château par la famille Miolans (voir leur château d'origine).

* Au début du 14ème siècle, la seigneurie devient Dauphinoise. Le Dauphin désigne un officier (le châtelain) pour administrer les terres.

* En ce 14ème siècle, les guerres Delphino-Savoyardes font rage (voir ce livre).

* En 1334, le Dauphin Humbert II (voir liste) est reçu au château.

* En 1342, la ville est pillée par les Savoyards mais le château résiste.

* En 1450, le Dauphin du Royaume, le futur Roi Louis XI (voir liste), est reçu au château.

* Au début du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la ville fortifiée et son château subissent de nombreuses attaques.

* En 1575, le château est démantelé et les remparts du bourg sont abattus.

* En 1791, l'ancienne chapelle du couvent des Augustins devient l'église paroissiale.

* En 1960, d'importants travaux de restauration sont réalisés sur le donjon.

* A la fin du 20ème siècle, la municipalité transforme le vieux donjon en salle d'exposition.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des étages est possible durant plusieurs mois dans l'année. Une visite guidée est possible, renseignez vous.

 

 

Je peux observer la frontière de MON Dauphiné

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38

Vers Menu châteaux

de l'Isère

Partager cet article

Repost0