21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Pourquoi les châteaux adorent se cacher de moi ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montmeyran est située à 40km au Nord-Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à 15km au Sud-Est de Valence.

 

     Coordonnées d'une des tours :

44° 50' 09" N 04° 58' 32" E
 44.835996°  4.975628°

 

 

 

Les tours : 

La première :

Il faut monter

* Cette cité Dauphinoise fut en son temps entourée d'un rempart...... dont il ne reste que le souvenir.... et des traces pour archéologues.

* Au sommet de la colline, château il y avait.

* Mon dictionnaire des sites médiévaux fortifiés affirme que des vestiges existent.

Comment trouver le sentier ?

* Il faut être logique (comme moi) et futé (comme.... heu.... moi).

* La solution est de suivre le panneau de rue. Je vous ai déjà montré cette astuce en Aude par exemple.

* Puis, monter, monter, montercrying

 

 

J'adore déjà ses rondeurs ... Hummmm

Elle est pour moi ! blush

* Sur la colline, pour trouver le château, il faut suivre le sentier tracé dans l'herbe.

* Il transporte le marcheur vers une ronde construction aux pierres pauvrement taillées et aux lits très irréguliers.

* Je constate que la tour a été consolidée il y a peu et ne comporte ni archère ni crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Comme par magie, je vole vers son sommet pour regarder ses entrailles.

* Que vois je ?

- Du ciment pour éviter les infiltrations d'eau.

- Un diamètre trop faible pour en faire un donjon.

- Aucune trace de marche d'escalier, donc ce fut une tour défensive.

 

 

La deuxième :

Vais je pouvoir me reposer ?

* Après avoir dégusté la ronde tour, je m'apprête à m'allonger dans l'herbe pour savourer ma pomme de victoire.

- Nota :

-- Il n'y a aucun jeu de mot ou pensée intellectuelle.

-- J'ai une vraie Reinette du Canada dans ma besace.

* Quand...soudain... mes poils de castellologue amateur se dressent.

* Mon œil est attiré par une petite sente....... qui sent(e) bon le moyen âge.

Ils ont eu recours à Pythagore pour construire cette tour

 

 

Quand il faut y aller, il faut y aller

* La construction n'est ni un mur de rempart, ni une cheminée, c'est....

* Je vais faire durer un peu le suspens.

* Que vois je ?

- Cette ruine est anguleuse.

- Ses pierres montrent 3 couleurs, certainement dues à des reconstructions après des attaques.

- Le parement d'angle n'est pas homogène.

- Je ne vois aucun système défensif.

* Il me faut contourner cette longiligne construction.

 

 

Entrer dans ses entrailles

* Quel curieux spectacle !

* Je vois :

- Des murs épais à la base.

- Un remblai fait de galets roulés et d'éclats de pierres.

- A mi-hauteur, un... heu.... une... heu... Je ne sais point :

- Une cheminée ?.... Je doute dans un angle.

- Une fenêtre ?..... Peut être mais c'est rare en un angle.

- Une archère ?..... Cela ne se peut.

- Une porte ?..... Solution la plus plausible.

* C'est sur ces interrogations que je rebrousse chemin en espérant m'allonger dans l'herbe pour regarder le paysage avec le fruit d’Ève.

 

 

Pourquoi ont ils fait pousser une tour devant ce panorama ?

La troisième :

Suis je persécuté ?

* Je pose mon séant merveilleux dans l'herbe magnifique de mon Dauphiné si fascinant (sans chauvinisme bien sur). blush

* Je sors le fruit défendu de ma besace.

* J'ouvre la bouche quand....... devant moi..... gâchant presque le panorama, surgit une tour.

* A nouveau, il me faut marcher vers cette belle.

 

 

Qu'était elle ?

* Sa position en bas de la colline me penser que cette tour fut..... heu....

- Une autre construction nommée château Bas ?.... Je doute.

- Une tour du rempart entourant la cité ?......Peut être.

- Le rempart du château ?...... Je ne sais que dire.

 

 

Rapide analyse

* La tour est dans une propriété privée donc non "touchable".

* Bien qu'elle soit ronde, elle arbore, comme sa consœur anguleuse, plusieurs couleurs de pierres.

* Les pierres sont de petites dimensions avec des lits parfois peu réguliers.

* L'arasement a permis de transformer la tour en "pot de fleur"cheeky

* C'est donc proche de cette tour que je déguste enfin ma pomme devant un panorama fascinant.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction du château au somment de la colline.

* En 1209, début de la Croisade des Albigeois. A la tête de l'armée Royale, Simon de Monfort se doit de soumettre tous les seigneurs ayant un lien avec les Cathares.

* Au début du 13ème siècle (1217 ?), Simon de Montfort (ou son armée sans sa présence ?) attaque le château car son seigneur est vassal d'un "Cathare".

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Soyez très prudents proche d'une ruine.

 

 

Depuis mon Dauphiné..... je vois l'étendu du monde

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2020 2 07 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

Pensez vous que cette ancienne cathédrale soit/fut fortifiée ?

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Die est située à 70km au Nord-Ouest de Gap, à 60km au Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à
45km au Sud-Est de Valence.

 

     Coordonnées de l'église :

44° 45' 09" N 05° 22' 15" E
 44.752461°  5.370862°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Fut elle fortifiée ?

* Après avoir examiné le rempart de cette cité Dauphinoise, mes pas me mènent vers une ancienne cathédrale qui fut "déclassée" en église au 18ème siècle.

* En découvrant cette haute tour, je suis impressionné.

* Le clocher-porche avec ses nombreux épais contreforts montre une solidité presque invulnérable.

* Mais...... il ne semble point défensif. 

 

 

La nef est.... mon vaisseau

* Ne voyant pas sur le clocher des preuves flagrantes que l'église fut fortifiée, j'avance vers la nef.Les ouvertures sont le secret de mon bonheur

* Pour un bâtiment aussi haut, je suis surpris de ne point voir de contrefort.

* Les fenêtres sont positionnées très hautes, cela permet d'être moins accessibles par des assaillants. Mais cet indice n'est pas une preuve.

* Soudain, mon d’œil d'expert (en trous dans les murs cheeky ) voit.... hooo...... entre les bandes lombardes des ouvertures rectangulaires. Leur position au dessus des fenêtres permet aussi une défense (comme une bretèche mais sans l'encorbellement).

* Je n'ai plus de doute, une salle de repli existe sous le toit de la nef.

 

 

Le temps c'est de l'argent... Mais le silence est d'or

* Je me pose une question :

Le chevet possède-t-il une salle de repli ?

* Pour connaître la réponse,  il faut longer la nef jusqu'au......

 * Le chevet ne ressemble pas à la nef :

- Il est moins large, moins haut.

- Il possède des contreforts.

* Etant pressé, je vérifie l'heure........

.... Ok, je suis dans l'étang...... oups... dans les temps. wink

 

 

Bandes Lombardes et bandes marron

L'autre face est (presque) identique

* Je contourne le chevet en hémicycle pour inspecter l'autre face de la nef.

* je passe rapidement devant une tour dont les pierres, les parements ne semblent pas de la même époque de nef et chevet.

* "Comme cela est curieux !".... m'écriais je

* Les fenêtres sont à la même hauteur, les ouvertures de la salle de repli sont identiques mais des bandes marrons rayent la blanche paroi.

Sont ce les fantômes des contreforts ?

* Puis, proche du clocher, je vois une tour.

 

 

L'architecture n'est pas plan plan

* Je vous sens perdu.

* Un Chevalier, de plus Dauphinois, se doit de mieux vous faire comprendre la position des bâtiments.

* Voici ... Le plan avec datation.

 

 

L'intérieur :

Vais je pouvoir monter ?

* La tour flanque possède un escalier éclairée par les nombreuses fentes verticales.

* J'ai hâte de l'emprunter pour monter vers mon ciel.

* C'est donc rapidement que j'entre dans l'église.

* L'intérieur est.... heu... intemporel.

* Les murs très clairs, sans décors peint, arborent des cadres et un mobilier marron.

* Je vois une nef unique de 15 mètres de large et de 17 mètres de haut.

 

 

La fin est toujours le début d'une autre aventure

* Que conclure ?

- La voûte de la nef confirme qu'une salle "non communicante" existe au dessus.

- La tour de la sacristie n'est pas ouverte au public.

- L'escalier n'est pas accessible.

* Je sors pour découvrir la ville, ses auberges et..... un château.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 5ème siècle, une petite église est construite au centre du bourg.

* Au 6ème siècle, une deuxième église et un baptistère sont construits.

* Jusqu'au 10ème siècle, églises et bâtiments religieux sont de nombreuses fois agrandis, remaniés.

* Au 11ème siècle, construction d'une tour défensive.

* Au 12ème siècle (1130 ?), sur la demande de l'évêque de Die, construction d'une cathédrale dédiée à Notre Dame de l'Assomption. Elle s'appuie sur la tour défensive. Elle est composée d'un clocher porche, une nef unique. Les archéologues supposent qu'un chemin de ronde est aménagé au sommet, comme pour beaucoup d'église du Sud de la France.

* Au 13ème siècle, achèvement des travaux de la nef.

* En 1443, effondrement de la falaise Thitonique du Claps à Luc en Diois (commune proche). Peu de temps après, le clocher de la cathédrale est renforcé.

Y a-t-il un lien entre ces 2 événements ?

* Au 16ème siècle, durant la Réforme Protestante, la cathédrale est fortement abîmée. L'arrachement de nombreuses statues et pierres sculptées a pour conséquence l'effondrement de la nef.

* Au 17ème siècle, le bâtiment religieux est reconstruit en gardant quelques bases anciennes. 

* En 1790, le diocèse de Die est supprimé. La cathédrale devient église.

* En 1840, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Il me faut entrer dans la lumière

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2020 5 03 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

Vais je visiter une forteresse de Vauban ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montélimar est située à 50km au Nord d'Orange, à 40km au Sud de Valence et à 35km à l'Est-Sud-Est d'Aubenas.

 

     Coordonnées du château :

44° 33' 33" N 04° 45' 17" E
 44.559386°  4.754786°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Est il encore médiéval ?

* Au dessus de cette grande ville de la Drôme Provençale apparaît une construction presque millénaire.

* La masse est le but de ma visite de cette fin de matinée d'automne.

* En arrivant au sommet de la colline, je vois.... heu.... un aménagement défensif ressemblant aux constructions de Vauban.

Reste-t-il des murs médiévaux ?

 

Que voila belle entrée défensive !

 

Plusieurs siècles s’entremêlent

* Profitant de la douce chaleur Dauphinoise (sans chauvinisme bien sur) je longe ce rempart moderne (16ème siècle) avec ses échauguettes d'angle sur culots. 

* Soudain, je vois une tour carrée. Cette beauté médiévale (sentez là, sa poussière a au moins 600 ans.... c'est ainsi que je date les vestiges surprise ) est nommée : Tour de Narbonne. 

* Après avoir léché cette anguleuse beauté avec ses fentes défensives, je continue mon errante recherche.

* Médusé je suis devant..... hooo.... cette merveille.

* Vous avez évidemment  donné une fonction à cette cubique construction. Je vous résume :

- Bien qu'elle soit arasée (comme la tour de Narbonne), l'encadrement en retrait autour de l'entrée puis les fentes pour les flèches d'un pont levis m'informe que cette tour fut : Une porte défensive.

* Ma documentation affirme que cette entrée fut aménagée au 16ème siècle...... Qu'importe, elle copie parfaitement une construction médiévale.

 

 

Prendre son temps pour comprendre

* Avant de traverser cette porte, il est important que vous compreniez l'architecture de nombreuse fois modifiée (voir historique).Que c'est beau un château..... Dauphinois !

* Voici la légende du plan :

1 - Chapelle Saint Pierre (11ème ? ).

2 - Logis seigneurial (12ème).

3 - Tour utilitaire (13ème).

4 - Tourelle du logis (14ème).

5 - Donjon (14ème).

6 - Mur d'enceinte (14ème 16ème).

7 - Tour de Narbonne (14ème).

 

 

L'intérieur :

Entre elle et moi

* Je traverse la porte défensive.

* J'admire les fentes de tir sur le mur (repère 6).

* Je donne quelques piastres à une damoiselle au sourire enjôleur. kiss

* Puis je commence la découverte de la cour en admirant l'extérieur des bâtiments de cette forteresse.

 

 

Faire la coure à la courA gauche, le logis, au fond, le donjon, sur le rempart, moi !

* Mon premier réflexe est évidemment d'admirer le système défensif du mur (repère 6). 

Imaginiez vous des archères avec un ébrasement si important ?

* Puis je me retourne pour regarder le donjon (repère 5) :

- Ce donjon s'appuis sur le rempart.

- En notre siècle, cette construction comporte au premier niveau, la billetterie et l'accueil des touristes (cette salle était certainement les écuries........ il est bon de ne point respirer en payant cheeky ).

- La ronde tour dans l'angle comporte un escalier.

- Evidemment avec les modernisations (ouverture des fenêtres), les consolidations (bouchage des portes), cette tour maîtresse défensive a perdu de sa puissance.

- Pourtant, en détaillant cette masse je vois encore la salle défensive sous le toit

Avez vous vu l'arc en encorbellement

permettant d'accéder au chemin de ronde ?

 

 

Religieusement présente

* En chaque château, il y avait une chapelle ou un bâtiment religieux. C'est donc sans surprise que je découvre cette construction avec des chapelles en hémicycle  (repère 1) .

* L'intérieur ayant été mutilé par les Protestants au 16ème siècle, il est étonnant de voir encore des traces de peintures âgées de 600 ans au moins.

 

 

Que voila palais luxueux

Le luxe Dauphinois !

* Au centre du château trône un bâtiment anguleux. C'est le palais des Adhémar (repère 2) .

* Il arbore au 1er étage, coté ville, 9 fenêtres décorées. Les voussures des archivoltes sont composées de claveaux sculptés de palmette alternant pierre blanche et molasse brune. Les arcatures plein cintre sont jointives. Elles retombent sur des chapiteaux portés par des colonnes cylindriques ou carrées.

* A elles seules, ces baies sont un chef d'oeuvre de l'art roman.

* Evidemment ces grandes ouvertures de lumière éclairent la aula et la loggia.

 

 

Entrer dans les entrailles

* Je pousse la porte.

* Pendante d'admiration est ma langue (mais point comme ce vil personnage surprise ).

* Avec lenteur (pour mémoriser chaque détail) je grimpe l'escalier.

 

 

Mettez la table, je vous invite tous à manger en cette salle

Holala, la aula

* Evidemment, un site castral médiéval transformé en musée ou en centre artistique doit respecter les nombreuses et contraignantes normes de sécurité au public. Ce sont donc des salles très propres, très éclairées, très organisées que je découvre.....

   ..... mais le rêve est présent par de nombreux détails.

* La grandeur des salles, les pierres dont certaines ont été taillées il y a 10 siècles et d'autres 6 siècles, les fenêtres à coussiège me transportent.

 

 

La fin..... c'est l'immensité

* Le site castral étant payant, je ne vais pas tout vous montrer.

* Conséquence : Je vous abandonne devant cette porte pour que vous admiriez le panorama.

* N'oubliez pas de redescendre par cet escalier avant la fermeture.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction d'un château défensif sur une motte aplanie, entourée d'un fossé. Il est possession de la famille Adhémar.

* A la fin du 12ème siècle (?), la famille Adhémar transforme le site fortifié en palais.

* Au 13ème siècle, construction (amélioration ?) d'un rempart entourant le logis (le château ?). Une aile est construite sur le logis.

* Au 14ème siècle, construction de la tour défensive nommée : tour de Narbonne.

* En 1570, durant les Guerres de Religion, Montélimar est attaqué par les troupe Huguenotes.

* En 1585,  le Duc de Lesdiguières, chef des armées protestantes du Dauphiné, attaque la ville. Les Catholiques se réfugient dans le château. Lesdigières les délogent peu de temps après.

* Vers 1586 (?), le Duc (voir titre de noblesse) de Lesdiguières demande la destruction du vieux château. Il conserve le donjon, le logis et la tour de Narbonne, puis il fait bâtir une fortification plus moderne et adaptée aux armes à poudre. L'entrée avec pont levis est construite (ou aménagée ?). La nef de la chapelle est transformée en poudrière.

* De 1622 à 1788, le logis est le siège de l'état major Royal.

* De 1792 à 1926 (?), l'ancien logis seigneurial a pour fonction : Maison d'arrêt. Les fenêtres sont obstruées, de nombreux aménagement détruisent la beauté des salles. La chapelle retrouve sa fonction de prière, elle est à nouveau consacrée.

* En 1889, le logis seigneurial est classé aux Monuments Historiques.

* En 1938, la tour de Narbonne et mur de fortification reliant cette tour au château sont classés aux Monuments Historiques.

* Vers 1965 (?), le château est acheté par le département de la Drôme.

* En 1983, après de nombreux travaux, le château est ouvert au public.

* En 2000, le château devient un Centre d'art contemporain présentant des expositions temporaires de jeunes artistes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis le parc et le sentier. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires et jours d'ouverture.

 

 

Au loin, c'est le Vivarais

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 08:50

 

 

La description de l'extérieur du donjon est ici - CLIC

 

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

Ne fermez pas la porte, je ne suis pas un prisonnier

 

Le donjon : 

L'intérieur :

Les geôles

* Ce donjon étant si massif, si solide, si haut, aux murs si épais et si imprenable qu'il fut évidemment transformé en prison.

* Les cellules ont des dimensions différentes permettant d'accueillir un à 50 prisonniers (ce chiffre est une déduction de mes lectures mais aucun texte le prouve).

* Une geôle est une porte solide et une fenêtre plus ou moins grande avec des barreaux.

* Bien que certaines soient devenues des salles d'expositions, l'inscription au dessus des portes rappelle le passé carcéral.

 

 

L'odeur du bois est partout

* En entrant dans cette incroyable tour médiévale, le plus impressionnant sont : Les escaliers.

* La grande majorité est en bois.

* Avec les imposantes poutres, l'odeur du bois est présente (même si mon objectivité n'est pas totale).

 

 

Attendez.... Je prépare le feu et nous boirons un thé !

Les instruments du confort

* Avant que la tour soit une prison, elle appartint à un seigneur ou un capitaine, Il fallait évidemment des équipements d'agrément et des pièces agréables à vivre.

* Grande cheminée, fenêtre à coussiège participaient au plaisir du lieu.

* Pour se laver, il faut aussi un peu d'eau, à récupérer dans la citerne de plus de 9 mètres de profondeur et d'une capacité de 65 000 litres. surprise

 

 

Le sommet est top (ou inversement)

* Monter, monter, monter........ Heureusement que je entretiens ma forme grâce à des exercices et des parcours de santé (voir ici).

* En haut de l'escalier, j'ai le souffle coupé. Ce n'est point à cause de l'effort mais par l'architecture fascinante de cette pièce.

* Regardez cette incroyable salle.

N'est elle pas unique ?

 

 

Tout le confort moderne est ici !

 

 

 

Que d'eau.....aurait dit Mac MahonFenêtres ogivales et trilobées illuminent cette salle à l'architecture unique

* Cette terrasse avait comme fonction la récupération des eaux de pluie pour alimenter la citerne.

*  A l'origine, cet étage n'était pas couvert. L'eau tombait sur le plancher incliné. Les caniveaux récupéraient le précieux liquide pour alimenter la citerne.

* Pour protéger les parois des infiltrations, un toit en forme de V a été construit ultérieurement. Cette forme assez rare permet de mieux canaliser l'eau vers les rigoles au centre de la salle.

* Un dessin (ou une maquette) valant mieux qu'une prose, regardez ici.

* Évidemment, une salle couverte devient habitable. Cheminées et fenêtres à coussiège double ou simple, ogivales ou trilobées,  ont été aménagées.

* Quelle lumière !

 

 

Aux armes !

* Derrière votre écran, je vous entends grommeler :

"Chevalier, nous ne voyons aucun système défensif !"

* Il est vrai que je n'ai pas encore présenté ce qui fait la fonction première d'un château fort médiéval, mais je vous avais prévenu : Le site étant payant, je ne souhaite pas tout vous montrer.

* Mais devant votre insistance je vais vous montrer un exemple.

* Il me faut monter (encore) un escalier.

* Puis, dans une salle sans décors avec un agréable courant d'air (atchoum), je vois des archères droites avec ébrasement latéral et vers le bas.

 

 

Latrines doubles ou bretèche ?

 

 

Se plonger dans les beautés Dauphinoises

* Souvent je vous écris que le plus grand trésor d'un site castral est la vue panoramique.

* Sachant que ce donjon a une hauteur de 52 mètres et qu'il est posé sur un rocher au dessus de la ville, la vue est évidemment magnifique.

* Le panorama unique permet d'embrasser les vallées, les reliefs de la Drôme puis les montagnes et plateaux de l'Ardèche ainsi que du Vercors.

* Oups..... les nuages de pluie arrivent, ce n'est pas le moment d'être au sommet du donjon.

* De suite, je redescends les escaliers pour rejoindre une taverne préparant un merveilleux gratin Dauphinois.

 

 

Le diaporama du donjon est visible ici

 

 

 

Histoire du donjon :

* Au 12ème siècle, la famille Arnaud fait construire un château avec donjon de 12m x 15m ave une hauteur de 44m. Rapidement cette seigneurie est  l'enjeu de possession des Comtes (voir titre de noblesse) de Valentinois et des Comtes-évêques de Die (voir leur cathédrale).

* Au 13ème siècle, Aymard II de Poitiers prend le parti du Comte de Toulouse. Par cette alliance, Crest devient "Cathare donc ennemi" du Roi de France.

* En 1217, durant la croisade des Albigeois, les troupes Royales de Simon IV de Montfort assiègent le donjon, mais ne réussissent pas à s'en emparer.

* Durant le 14ème siècle, sur la "tour vieille" deux autres tours sont aménagées (elles sont nommées tour Neuve et tour Croton). Elles sont l'oeuvres des Comtes de Valentinois.

* En 1382, Louis II de Poitiers-Valentinois affecte une salle du donjon pour frapper monnaie (à vérifier).

* A la fin du 14ème siècle, pour éviter les infiltrations d'eau dans les parois, la terrasse de la tour est recouverte d'un toit en V permettant de récupérer l'eau de pluie (ce qui était la fonction première de cette terrasse).

* Au 15ème siècle (1419 à la mort de Louis II de Poitiers-Valentinois), le Comté de Valentinois et le donjon de Crest deviennent la propriété du Roi de France (voir liste). Cette imposante tour est confiée successivement à des familles puissantes.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, de nombreux Protestants sont emprisonnés dans le donjon.

* En 1633, sur les conseils de Richelieu luttant contre les "grands du royaume", le Roi Louis XIII ordonne l'arasement de nombreuses tours ainsi que la destruction de nombreux châteaux défensifs. Ce site castral est dans la liste. Curieusement, le château est détruit mais cette prison de droits communs, de Huguenots, de personnages politiques, de prisonniers de guerre est conservée.

* Au 17ème siècle (1685), après la révocation de l'édit de Nantes, de nombreux Protestants sont emprisonnés dans le donjon.

* En 1789, bien que ce donjon fut nommé parfois "la bastille du Sud", les Révolutionnaires ne détruisent pas ce symbole seigneurial et royal, Ils l'utilisent aussi comme prison.

* En 1811, le donjon devient propriété du département de la Drôme.

* En 1831, la tour "accueille" une soixantaine d'activistes ayant participé à l'insurrection de Lyon.

* En 1832, le préfet de la Drôme cède le donjon-prison au ministère de la guerre. Prison militaire est la nouvelle fonction de cette tour. 

* En 1849, une trentaines d'émeutiers de Marseille sont incarcérés.

* Après le coup d'état de 1851, plus d'une centaine de Républicains ayant pris les armes contre Napoléon III sont emprisonnés à Crest.

* En 1873, la tour est déclassée, elle n'est plus une prison.

* En 1877, le donjon est classé aux Monuments Historiques.

* En 1878, Maurice Chabrières achète le donjon.

* En 1988, la ville de Crest achète le donjon à la famille Chabrières.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante.

 

La vidéo du donjon est ici

 

 

Je vois l'infini... et même au-delà

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 06:50

 

 

Département :  38 - ISÈRE

Ce petit chemin, qui sent la noisette.....

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Le Touvet est située dans la vallée du Grésivaudan à 30km au Sud de Chambéry, et à 28km au Nord-Est de Grenoble.

   Le château est à moins de 2 kilomètres à vol d'oiseau au Sud-Ouest de Le Touvet, vers le centre de la parcelle n° 156 - section A2, à 564 mètres d'altitude.

 

   Coordonnées du château :

45° 21' 01" N 05° 56' 01" E
 45.350337°  5.933532°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Que la randonnée est belle en MON Dauphiné !   Le chemin se rétrécit, la ruine est proche

* Je ne veux point être chauvin, car un Chevalier se doit d'être toujours objectif, mais les randonnées de printemps en vallée du Grésivaudan sont les plus belles du Royaume de France. D'ailleurs, ce n'est point le fils aîné du Roy, nommé Dauphin (voir la raison) donc parfait, qui me contredira.

* En cette province merveilleuse, dans la vallée la plus belle, je marche lentement sur un magnifique chemin sentant toutes les odeurs capiteuses de la vie.

* Dans cette ambiance paradisiaque, la dense foret écarte ses arbres pour créer un chemin et me laisser passer.

* Soudain, comme par magie, une forme en pierre se montre au sommet de la colline.

* C'est avec le plus grand respect pour ce château parfait (en toute objectivité) que je m'avance.

* Savoir que je vais mettre mes chausses dans un des châteaux du "fameux" Baron des Adrets me fait venir la larmounette !

"Allons Chevalier, ressaisis toi !" me souffle ma muse.

 

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

Que c'est beau un château Dauphinois !

* Une beauté se mérite. Il faut donc monter par un sentier qui n'est pas celui de l'entrée médiévale.

* Je découvre coté Nord un mur fait de pierres mal ajustées et pauvrement équarries.

* Pour ne point vous perdre en cette ruine, je vous propose de consulter le plan avec la représentation possible (imaginée par Eric Tasset) du château durant sa splendeur.

* J'oblique un peu vers le Nord-Est et là..... je vois des pierres magnifiques, sublimes.

(Rappel : Je reste objectif

même devant un château Dauphinois).

* Devant j'offre à mes yeux d'amoureux l'angle du donjon.

* Encore un petit effort et les entrailles de cette beauté seront à moi.

 

 

Est ce le logis ?

L'intérieur :

Que la végétation Dauphinoise est magnifique !

* Ici, je vois... heu... un mur.

* Là, le vois.... heu.... la grande tour d'entrée (?).

* Et aussi, devant moi... heu.... un long mur.

* Oups... je ne vois "rien"..... Il faut que je cherche quelques détails.

 

 

Que les détails Dauphinois sont riches !

* Dans un des angles d'une tour (c'est ce que je suppose), un trou carré apparaît.

* Sur le mur adjacent, le même type de trou s'offre à mes yeux ébahis.

Quelle est la raison de ce gruyère ?

* Vous êtes si intelligents mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteurs que vous avez hurlé ensemble :

"Chevalier, ce sont des trous de boulin !"

* Pour ceux qui n'ont point crié, je vous propose l'explication ici --> CLIC.

* Ces trous ne pouvant pas être au niveau du sol, j'imagine les mètres de terres qu'il faudrait enlever pour retrouver le niveau original.

 

Voyez vous la magnifique cheminée ?

 

Toujours plus de détails Dauphinois  !

* Vous remarquerez que les Dauphinois adore la nature.....

......... ils en mettent partout dans les ruines (hihihihi).

* C'est dans cette jungle Dauphinoise, (l'une des plus belles du monde évidemment) que je progresse à la recherche d'indices de vie.

* Soudain, je suis en pâmoison.

Voyez vous cette merveille ?

* Ceci est le piedroit sculpté d'une belle cheminée.

* Je suis donc dans le logis seigneurial au premier étage.

* Je rêve qu'une association de sauvegarde entame des fouilles dans les étages inférieurs.

 

 

Je suis le gratin.....Dauphinois  !

* Toutes ces merveilles Dauphinoises m'ont mis en appétit.

* Je reprends le chemin du retour en rêvant déjà d'un merveilleux gratin.... Dauphinois bien sur.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1080, Humbert de Beaumont est cité. Il est probable qu'il réside en ce lieu, mais le château n'est pas décrit.

Est ce une forteresse en bois ?

* A la fin du 12ème siècle, construction probable d'un château en pierre (supposition faite par les archéologues).

* En 1340, Amblard Ier, souvent nommé Le Grand Amblard, vassal du Dauphin (voir liste) rebâtit (agrandit ?) le château.

* En 1375, Amblard Ier décède.

* Au 16ème siècle, François de Beaumont, Baron (voir titre de noblesse) des Adrets, parfois nommé "L'Attila du Dauphiné", améliore le système défensif du château en créant des canonnières.

* Au 17ème siècle, la château est en ruine.

* Au 19ème siècle (1835 ?), Victor Cassien immortalise les ruines du château de Beaumont.

* Au début du 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le site castral n'est pas sécurisé, les pierres roulent au sol et les feuilles mortes cachent quelques pièges (trous, rochers glissants, etc...).

 

 

Quel beau mur de courtine

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38

Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 06:53

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 

Voyez vous une construction fortifiée ?

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Roche des Arnauds est située à 90km à l'Est de Montélimar (voir son château), à 40km au Nord de Sisteron (voir ses fortifications) et à 10km à l'Ouest de Gap.

 

     Coordonnées du château :

44° 33' 54" N 05° 57' 39" E
 44.5651381°  5.9608662°

 

 

Toponymie :   (--> voir initiation)

* La Roche : Ce qualificatif est évidement.

* Des Arnauds : Cette précision est due à l'histoire du site. il y eut 8 seigneurs ayant porté le prénom Arnaud.

- Il est amusant de savoir que chaque année, en février pour la Saint Arnaud, la commune accueille toutes les personnes ayant ce prénom. Un apéritif et une fête sont organisés.

 

 

 

 

Le château : Ruiné est ce vieux château fort

L'extérieur :

L'approche

* Au dessus de la petite commune une belle colline partiellement boisée me fait face.

* Mon destrier qui ressent les murmurent des vieilles pierres me quémande de mettre pied à terre et de monter sur la butte.

* Presque au sommet, je vois des pierres pauvrement taillées attirées par la pente.

* Je pressens que ruine je vais voir.

 

 

Confirmation : Le site est en ruine

* Lorsque souvent je vous affirme que le trésor d'un château fort, même en ruine, est le panorama ce n'est point une idée farfelue de mon esprit trop passionné de châteaux forts.

* Voici une preuve que je ne suis point seul à le penser. Un banc a été posé par la commune pour que les visiteurs apprécient le paysage.

* Je ne suis point venu en ce lieu pour le tourisme mais pour comprendre les secrets d'une construction.

Question 1 : Est elle médiévale ?

 

 

Quelle magnifique rondeur !

Une tour imposante mais arasée

* Bien que les arbres tentent de la cacher, une ronde construction s'offre à moi.

* Bien que sa hauteur soit imposante, elle ne me donne aucune information sur ses systèmes défensifs.

* Point d'archère ni de mâchicoulis (voir vocabulaire) sont visibles.

* Son diamètre m'informe qu'elle n'était pas habitable.

* Ses pierres sont pauvrement taillées et peu jointives.

* Son lit de pierre m'informe que cette construction n'appartenait pas à un puissant seigneur.

* L'épaisseur du mur est une preuve que tour défensive cela était.

 

 

En son coeur, le site me montre quelques fascinants détails

L'intérieur :

Je renomme ce site en : Château vert !

* En entrant, je découvre une petite forêt. Cette végétation ne me facilite point la lecture du site.

* D'après ma documentation, il serait possible de voir les bases du logis rectangulaire appuyé contre la paroi.

* Avec précaution j'avance.

* Soudain, mon instinct de castellologue amateur me dicte de stopper.

Voyez vous la cause ?

 

 

Padirac... mais presque

* Devant moi, le sol est en pente, les pierres roulent et surtout, un gouffre se cache.

* Vous êtes si perspicaces mes merveilleux lectrices et lecteurs que vous avez deviné, non point un trou, mais les vestiges d'une voûte.

* Lentement, j'avance vers cette construction médiévale.

 

 

L'écho me répond

* La marche est instable car les pierres jonchent le sol.

* La première idée qui me vient est d'imaginer que cette construction fut la citerne.

* Mais de suite, je change d'avis car il n'y a pas :

- De trou sous la voûte pour récupérer l'eau.

- D'argile sur les parois.

* Sur le coté, une porte me fait imaginer que je suis dans une réserve.

 

En ce chaud soleil d'été, je resterai des heures au frais

 

La mystérieuse cour

* Je sors pour tenter de voir d'autres bâtiments.

* Un mur plus haut que les autres pourrait être le vestige du logis.

* Mais à l'intérieur du site défini par les murs arasés je ne vois pas de construction identifiable.

* Je me console en admirant le magnifique panorama.

* Puis, je tente de retrouver le chemin vers le bourg.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1017, sur la colline, au dessus d'une petite église, est aménagé une tour protégée par un rempart.

* En 1188, Arnaud III Flotte est seigneur de La Roche.

* Au début du 13ème siècle, le site est possession de Arnaud IV de Flotte.

* En 1226, la seigneurie et le château sont cités dans un texte. Le site n'est pas Dauphinois mais dépend des Comtes (voir titre de noblesse) du Valentinois et du Diois.

* En 1294, les étendards des 2 Comtes flottent sur le château.

* A la fin du 13ème siècle, le village est entouré d'un rempart.

* En 1357, la chapelle castrale est mentionnée dans un texte.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La ruine n'étant que partiellement consolidée, veuillez être très prudents. Le risque de glisser ou de recevoir un pierre est important.

 

 

En ce lieu je rêve d'un passé où le guet était une nécessité

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 06:56

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Quelle puissante forteresse médiévale !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Aulan est située à 40km à l'Ouest de Sisteron (voir ses fortifications), à 35km au Nord-Est de Carpentras, à 25km à l'Est de Vaison la Romaine et à 5km au Nord de Montbrun les Bains (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 13' 21" N 05° 25' 41" E
 44.2225979°  5.42826667°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Il est là haut !

* A 740 mètres d'altitude, posé sur un éperon rocheux au dessus de 2 vallées, le château d'Aulan me nargue de toute son histoire.

* Cette construction, étant Dauphinoise, est un peu mienne (dans l'esprit). Elle se doit de se révéler à moi, je me dois de l'inspecter pour le compte de mon Dauphin.

 

 

Le mythique château Cathare semble inaccessible

 

 

Vu avec ma longue vue

* Avant d'attaquer pacifiquement cette construction je l'observe depuis le bas et de loin.

* Elle est de forme polygonale asymétrique (car sa base doit suivre le contour du rocher).

* Le site castral est entouré d'un haut rempart.

* Un puissant donjon habitable trône coté Sud-Ouest.

* Une chapelle est encore visible.

 

 

Une entrée très défensive

* Après une courte montée, je découvre la face Nord du château.

* Voyant les nombreux systèmes défensifs de l'entrée, je montre patte blanche.

* La massive construction possède en partie basse de nombreuses canonnières avec un ébrasement important, puis en partie supérieure, des fentes de tir pour arme à feu.

* Derrière, le puissant donjon apporte un appui stratégique.

* La haute tour de guet permet de voir l'ennemi, de comprendre ses manœuvres d'approche, donc d'orienter la défense et les hommes.zzz

 

Bien que reconstruit, ce donjon est à l'image de son siècle d'origine

 

Reconstruit....... et pourtant si beau !

* Les premiers bâtiments que j'ai vus ont des parements parfaits, presque neufs. Aucune pierre de remploi, aucun ajout ou reconstruction suite à un éboulement.

Ce site n'aurait il jamais été attaqué ?

* En observant le rempart, je comprends qu'il a été entièrement refait "récemment" (voir l'historique).

* C'est donc un château presque neuf, mais reproduisant l'architecture médiévale qui m'est donné de découvrir.

 

 

Le donjon

* Je contourne le site sur la droite, coté Ouest.

* D'abord, je remarque une tour d'angle portant au sommet un pigeonnier. Ce symbole m'informe que ce château fut possession d'un puissant seigneur

* Au bout de cette portion de rempart sans crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire) apparaît la haute et cubique tour maîtresse.

* Ce donjon est positionné au Sud-Ouest, du coté de l'attaque. Il fut donc le puissant système défensif du château.

* Ses contreforts à larmier, ses mâchicoulis, sa position, son absence de canonnière me le font dater du début du 13ème siècle. Ceci est une supputation en imaginant que la reconstruction ait été fidèle au château d'origine.

 

 

 

L'échauguette sur culots me fascine

L'intérieur :

Vais je pouvoir entrer ?

* Ce site castral possédant un musée, j'espère pouvoir entrer pour mieux comprendre son architecture.

* Hélas, en dehors des mois très touristique, le porte est close.

* L'entrée est si modifiée, si modernisée, presque caricaturale, je m'en désintéresse.

* Je m'allonge pour regarder sous la porte. Les entrailles semblent très modernisées.

* Ne voulant point forcer l'entrée d'un des châteaux de mon Dauphiné, je rebrousse chemin.

 

 

Deux surprises "volées" avant de partir

* Avant de quitter ce site pour découvrir d'autres beautés Dauphinoises, je tente une excursion coté Est.

* Une curieuse tour avancée possède une porte en partie basse.

Était ce la poterne ?

* Puis, je vois.... heu..... je ne sais point.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, Raymond Ier, Baron de Mévouillon demande la construction d'un château pour surveiller les vallées du Vernu et du Toulourens.

* Au début du 13ème siècle, un village s'établit dans les pentes et sur le plateau pour bénéficier de la protection du château fort.

* En 1240, la seigneurie est achetée par Hugues de Montbrun.

* A la fin du 13ème siècle, en rendant hommage au Dauphin Humbert Ier, le Baron (voir titre de noblesse) devient officiellement Dauphinois. En réalité, ses terres étaient déjà Dauphinoises au début de ce siècle.

* En 1313, la seigneurie, possession du Dauphin, est inféodée à la famille Espine.

* Au 16ème siècle, certaines parties du château sont modernisées.

* Au 17ème siècle (à vérifier), les habitants désertent le vieux village entourant le château pour établir dans la vallée.

* Vers 1792, les Révolutionnaires incendient le château.

* Au 19ème siècle, le château est restauré.

* Durant la première guerre mondiale, le château est partiellement saccagé.

* En 1950, certaines parties du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis les rues et ruelles est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite, excepté certaines salles transformées en musée payant.

 

 

Le minimal me met en joie !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 07:58

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

Pensez vous que ce village fut fortifié ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune d'Allan est située à 60km au Nord d'Avignon, à 50km au Sud de Valence, à 15km au Nord-Ouest de Grignan et à 7km au Sud-Est de Montélimar (voir son château).

 

     Coordonnées du site fortifié :

44° 29' 53" N 04° 47' 49" E
 44.4982547°  4.79708791°

 

 

 

Le village fortifié : 

L'extérieur :

Préambule

* Notre magnifique royaume de France possède une richesse en vestiges fortifiés d'origine médiévale.

* Dans les régions vallonnées, de nombreuses petites buttes ont été soit habitées, soit utilisées comme point de guet.

* Il n'est donc point étonnant que la Drôme soit un département riche en vestiges.

* Cette province, possession de mon Dauphin (voir liste), est un de mes terrains de recherche et de promenade.

** Conseil à tous les "Parisiens" :

- Durant vos prochains trajets vers les plages de la méditerranée, au lieu de bêtement prendre l'autoroute où vous ne voyez rien, pensez à sortir vers Montélimar ou Livron puis empruntez les petites routes.

- Cette initiative vous fera découvrir des centaines de beautés odorantes et historiques.

Douceur, odeur, bonheur sont les qualités de ce site

 

 

L'approche

* A une portée de flèche à l'Est de l'actuelle commune d'Allan, une butte boisée de 325 mètres porte les traces de nombreuses constructions.

* En ce beau jour de début de printemps, votre Chevalier a décidé d'errer comme un touriste.

* Au diable la lourde armure et le heaume si contraignant.

* C'est en tong, en short et en chapeau de paille que je vais découvrir un ancien village médiéval de mon Dauphiné.

* Rapidement je remets mes vêtements de castellologue amateur car c'est une vraie ruine que je vais visiter cet après-midi.

Nota :

- Par un malheureux hasard, je jour de ma visite je n'avais que peu de mémoire dans mon appareil photo.

- Malgré la variété des ruines, la grandeur du site (5 enceintes sont visibles), la beauté des paysages, c'est un reportage rapide que je vais vous offrir.

 

 

Rempart et porte Bien qu'en ruine, le rempart protège toujours le village

* En arrivant dans les premières pentes de la colline, je découvre un haut mur épais. Ce rempart arasé montre encore toute sa puissance protectrice.

* En longeant ce haut mur je découvre l'une des 4 portes de village.

* Ne souhaitant pas encore entrer en ce site je continue ma marche.

* Soudain, une puissante porte s'offre à mes yeux étonnés.

* Pour mieux la déguster, je prends un peu de recul.

* Cette merveille nommée "porte neuve" était protégée par une bretèche (voir vocabulaire) dont seuls les corbeaux subsistent.

* Le rail de guidage m'informe qu'une herse existait.

 

 

Le château

* Au sommet de la butte, donc au Nord, apparaît une puissante construction (Vous ai je déjà dit que j'ai l'imagination fertile ?).

* Le système défensif est composé d'une barbacane (voir vocabulaire) avec petites canonnières.

* Derrière cette architecture, une porte avec tour défensive.

 

 

 Les entrailles de cette ruine médiévale sont magnifiques et variées

L'intérieur :

Versailles... ou presque

* Dans le château, les indices de vie et d'évolution architecturale sont nombreux.

* La cour montre des salles voûtées que je pressens être des réserves et stockages.

* Par cette porte, le château se révèle..... à ceux qui savent regarder.

* Je ne vous en dirai pas plus, il est important que vous le découvriez par vous même.

 

 

Les bâtiments dans le village

* En redescendant dans le village, je découvre les ruines des habitations.

* Ces murs gris de un à deux mètres de haut sont fascinants car ils sont le souvenir de vie.

* Fenêtres, pieds-droits, encoches pour verrouillage de porte, traces de placard sont facilement identifiables.

* Soudain, comme par magie, je remarque un éclatant haut bâtiment.

* Il comporte sur la façade Sud, des fenêtres aux 2 étages supérieures ainsi que des archères.

* Le plan affirme que c'est le château bas. Je ne comprends pas cette dénomination.

* Avec précaution, j'avance pour le découvrir.

 

 

Téléportation

* En touchant le mur, je me retrouve transporté dans une salle voûtée.

Y aurait il quelques sorcelleries en ce vestige ?

* Je touche le mur du fond et......

 

 

L'église

    ...... Je suis face à une cubique construction.

*  Évidemment, hooo mes merveilleuses lectrices et mes formidables lecteurs, vous avez deviné que point de magie il y a. N'ayant que peu photographié ce site je ne peux pas vous montrer tous les bâtiments.

* Ce bâtiment est composé de pierres correctement taillées et jointives. Le parement d'angle est parfait.

* A l'origine, cette construction fut une tour de défense. Avec l'agrandissement du village puis le besoin d'un moutier pour la paroisse, la tour éloignée du nouveau rempart fut "allongée" et reconvertie en église.

 

 

C'est la fin

* En cette ruine, il est possible de passer des heures à admirer chaque pan de mur.

* Je vous proposerai bien de la redécouvrir avec moi, mais.... pas avant 1 siècle, j'ai d'autres croisades prioritaires.

 

 

Le diaporama du village est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du village fortifié :

* Au 11ème siècle, un membre de la famille Adhémar s'approprie des terres proches de Montélimar dont celles d'Allan.

* Dans le premier tiers du 12ème siècle, les Adhémar aménagent plusieurs places fortes dont celle d'Allan. Ces fortifications permettent d'avoir des revenus. Pour assurer le commandement et la récupération des impôts, des Chevaliers sont nommés dans chaque place forte.

* Au 12ème siècle Allan possède un château au Nord avec son enceinte, puis un petit village au Sud avec son rempart. La chapelle castrale est (certainement) utilisée par les habitants peu nombreux.

* En 1198, Louis d'Allan est bailli de la famille Adhémar.

* Au 13ème siècle, le village s'agrandit vers le Sud. Une nouvelle enceinte est construite.

* Au milieu du 14ème siècle, le puissant Comte de Valentinois "chasse" (à vérifier) les Adhémar. Le chevalier d'Allan fait allégeance (à vérifier) au Comte (voir titre de noblesse).

* En ce 14ème siècle, le Comte fait modifier les systèmes défensifs et l'aménagement du village.

* A la fin du 15ème siècle (à vérifier), le village s'agrandit au Sud et à l'Ouest. Une nouvelle enceinte  protège les nouvelles habitations.

* Au début du 17ème siècle, en utilisant une tour défensive carrée, construction d'une église dédiée à Saint Jean Baptiste.

* Au 16ème siècle (à vérifier), la famille Pape Saint Auban possède plusieurs places fortes dont Allan. Avec l'invention des armes à poudre, le système défensif du château est amélioré : Création d'une barbacane et de canonnières.

* Au 17ème siècle, au sommet de la colline, réaménagement complet du vieux château fort en habitat seigneurial de confort.

* En 1809, le château, possédant toujours les archives de la commune, est encore habité.

* En 1814, Françoise Hippolyte Leriget de La Faye, marquise de La Tour-du-Pin-Mautauban de La Chaux , dernière héritière de la famille Pape Saint Auban, décède  en son château de Condé. Allan est donné à son cousin Rolland Marie Legras, Marquis de Tuffé et de Luart.

* Au milieu du 19ème siècle, de nombreux habitants désertent le vieux village pour s'établir en plaine.

* En 1868 (à vérifier), 125 maisons sont encore habitées.

* Au début du 20ème siècle, le vieux village n'est plus habité. Ruine sera son avenir. Il semblerait que les pierres soient utilisées pour construire quelques maisons dans la vallée.

* A la fin du 20ème siècle, certaines portes et murs du rempart sont consolidés par l'association de sauvegarde nommée : "Allan, pierres et mémoire".

* Au début du 21ème siècle, des chantiers de jeunesse sont organisés pour consolider le site.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le site n'étant pas complètement sécurisé, la visite de l'intérieur des bâtiments est à vos risques et périls. Soyez respectueux avec ces vieux murs historiques, suivez le sentier-découverte aménagé.

 

 

Il faut plus de 3 heures pour visiter ce village

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

Que voyez vous ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Livron sur Drôme est située à 20km au Nord de Montélimar (voir son château), à 18km au Sud de Valence et à 15km à l'Ouest-Nord-Ouest de Crest (voir son donjon).

 

   Coordonnées du château :

44° 46' 06" N 04°50' 54" E
 44.768505°  4.8484978°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* Par la magie de mes visites chez les bouquinistes, par le hasard de mes recherches dans les livres et revues,  je découvre une représentation des fortifications de Livron sur Drôme.

* Les systèmes défensifs semblent classiques et efficaces :

- Au sommet de la colline, le château fort.

- Accroché à la pente, le village.

- Entourant l'ensemble, un rempart.

Avez vous noté que ce rempart ressemble

aux architectures de Vauban ?

* Étant un Chevalier Dauphinois, je me dois d'inspecter l'état des sites fortifiés de "mon" Dauphiné.

 

 

 Il ne faut pas beaucoup de temps pour faire le tour de la tourLa tour du Diable

* Depuis la commune, un agréable sentier chemine vers le site.

* A la vue d'un panneau, mes poils se dressent :

Le Diable a-t-il dormi en ce lieu ?

* La toponymie obéit généralement à des règles linguistiques. Mais en ce cette tour, c'est une légende qui a donné ce patronyme.

 

 

La Légende

- Cela se passe en un siècle où les nuits sont noires, où la flamme des torches n'éclairent que peu.

- Chaque soir, un homme du village est désigné pour faire le guet en cette tour.

- Évidemment, comme toute la journée ce volontaire-désigné a travaillé au champs, fatigué il est.

- Logiquement, le guetteur préfère, au milieu de la nuit, fermer un œil, puis deux.

- Au petit matin, la relève le retrouve en bas de la tour au lieu d'être à son sommet.

- Ne souhaitant pas avouer qu'il avait dormi, il expliqua qu'une bonne fée, ayant pitié de lui, l'avait forcé à s'endormir puis l'avait transporté dans l'herbe "loin" de son poste d'observation.

- Comme cette mésaventure a frappé plusieurs guetteurs, le Diable (si farceur) a remplacé la bonne fée dans les récits.

 

 

La base évasée a subi le travail d'érosion des sièclesAnalyse rapide de la tour

* Cette construction faisait partie du rempart extérieur du site fortifié.

* C'était l'une des tours défensives surveillant la vallée au Sud-Est où coule la rivière Drôme.

* Du rempart il ne reste que de rares vestiges noyés dans la végétation et la terre.

* La base de la tour est évasée.

* Ses pierres sont pauvrement taillées.

* Son arasement ne permet pas de voir crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Je suis surpris de ne pas voir d'archère ni canonnière.

 

 

Que reste-t-il du château fort ?

* Rien !

* Ayant été détruit au 17ème siècle, ses pierres ayant servi à la construction des maisons (par exemple), le site au sommet de la colline est vierge de tout passé.

* Cette plateforme permet  d'admirer une magnifique vue sur 30 kilomètres (c'est ce qu'affirme les récits médiévaux).

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, au sommet de la colline, construction d'un château fort appartenant à l'évêque de Valence (dans l'actuelle Drôme). Le contrôle du passage du Rhône à Livron, c'est percevoir une taxe.

* Durant les siècles, les fortifications sont améliorées et englobent le village à l'Est.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le site fortifié est possession des Huguenots.

* En 1575, les troupes Royales assiègent la place forte Protestante.

* En 1633, Richelieu demande la destruction du site fortifié.

 * Au début du 19ème siècle, un télégraphe de Chappe est implanté au sommet de la colline, sur les ruines du château fort.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour et des vestiges du rempart est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est difficile. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez très prudents.

 

 

Il ne reste presque rien, pourtant c'est beaucoup !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26 Vers Menu châteaux de la Drôme

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 07:55

 

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

Voyez vous un château fort ?

 

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de La Saulce est située à 100km à l'Est de Montélimar (voir son château), à 20km au Nord de Sisteron (voir ses fortifications), à 18km au Sud-Sud-Ouest de Gap et à 5km au Sud-Ouest de Tallard (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 25' 37" N 06° 00' 29" E
 44.4270898°  6.00818574°

 

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La découverte

* C'est la fin de ma croisade en ces terres qui furent partiellement Dauphinoises.

* Lentement, mon destrier trottine vers le Nord. Je le sens heureux de retrouver sa paille et son écurie.

* Soudain, sans que j'en comprenne la raison, il stoppe avant le panneau d'indication du bourg puis il me jette au sol.

Voyez vous ce que mon équidé à découvert ?

 

 

 Je pressens qu'une marche avec dénivelé je vais faire

Comme toujours, c'est en haut !

* Dans une région de collines ou de petites montagnes, il semble logique d'imaginer qu'un château médiéval ne soit pas en bas, proche d'une rivière.

* Conséquence : Je lève la tête, puis ma visière, puis les yeux pour voir au sommet : un vestige.

* La question est :

Sont ce les restes d'un moulin

ou d'une construction défensive ?

 

 

 

J'attaque la montée

* Sous le chaud soleil des Hautes Alpes, durant la montée, de multiples pensées me viennent :

Pourquoi ai je choisi une passion qui me fasse marcher ?

* Les yeux rivés sur le sentier, j'en oublie de regarder les vestiges du site qui ressemblent à un château.

* Après des minutes qui me semblaient être des heures, je ressens la présence de la ruine.

 

 

 

Est ce l'intérieur ou l'extérieur ?

Que voir et deviner ?

* En arrivant, un angle de mur m'accueille.

* Le parement d'angle est de bonne facture.

* Même si les pierres sont peu jointives, même si leurs dimensions ne sont point identiques, ce vestige prouve que le site n'était pas qu'une simple position de guet.

 Que va me montrer l'autre vestige ?

 

 

 

Une grande tour !

* Ce vestige est plus imposant que le précédent.

* La largeur du mur m'informe que ce bâtiment fut habitable.

* Bien qu'arasé donc dépourvu de crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire), le pan de mur montre un haut bâtiment.

* Il comporte aux angles 2 archères droites dont l'ébrasement intérieur me fait dater ses fentes du 12ème siècle.

 

 

 

C'est la fin

* Lentement j'approche de la ruine qui ne me révèle pas d'autre information.

* Avant de redescendre vers le bourg, je profite de la vue.

* Diantre !... Que ce trésor est magnifique.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'une importante tour défensive dont la fonction (guet ou habitat) n'est point décrite dans les textes.

Nota : Certains historiens supposent que les tours carrées auraient pu être construites au 13ème siècle.

* Au début du 13ème siècle, le seigneur d'Orange donne la seigneurie à l'Ordre des Hospitaliers.

* En 1262, Feraud de Barras rend hommage au Comte (voir titre de noblesse) de Provence pour ses terres situées dans l'évêché de Gap.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que le site ait été consolidé le risque de recevoir une pierre existe. Veuillez être très prudents proche de l'à-pic.

 

 

Quelle magnifique vue !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0