24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 06:30

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

Sur la hauteur, un château se fait admirer des passants

 

 

Le bourg

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Vertieu est située à 50km au Nord-Est de Lyon, à 45km au Sud-Est de Bourg en Bresse et à 10km au Sud d'Ambérieu en Bugey.

 

  Coordonnées :

45° 52' 19" N 05° 22' 15" E
 45.871926°  5.370705°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

La découverte

* Étant un Chevalier Dauphinois, je me dois de connaître et reconnaître les fortifications médiévales de ma province.

* C'est donc dans la commune la plus au Nord du département de l'Isère que mon destrier me dépose.

* Ce n'est point le Château Neuf, en bordure du fleuve Rhône, que je viens voir, il est trop jeune pour moi (moins de 5 siècles), c'est la beauté médiévale perchée sur son rocher.

 

 

Voir et être vu semble être la devise de ce château 

Il est là haut !

* Les arbres de notre siècle ne mettent pas en valeur (cachent) cet ancêtre magnifique.

* Il me faut donc prendre une paire de jumelles pour apprécier la construction.

 

 

Première analyse

* Sur la gauche, je crois voir un vestige du rempart, puis sur la droite un imposant bâtiment que je nomme : Le logis.

* Cette construction angulaire possède :

- Une belle fenêtre à meneaux en croix,

- Puis une construction en encorbellement devant être les latrines,

- Et enfin à l'angle une petite tour sur culots.

Est ce un vestige d'échauguette ou une tour escalier ?

 

 

D'autres surprises m'attendent

* En élargissant la perspective, mes yeux ébahis voient les flèches d'un pont levis.

* Puis au fond une haute tour parallélépipédique avec crénelage (voir vocabulaire).

* Je subodore que c'est la tour maîtresse nommée aussi donjon.

 

 

Y a-t-il d'autres merveilles architecturales ?

* N'étant jamais rassasié de caractéristiques architecturales, je contourne le rocher pour mieux découvrir le château fort.

* Hélas, les arbres m'empêchent de voir et le chemin n'est point accessible pour votre Chevalier sans autorisation.

 

 

L'intérieur :

* Le château est une propriété privée non visitable.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1289, construction du château fort.

* En 1349, le Dauphin (voir liste) Humbert II "transporte" le Dauphiné au Royaume de France. Cet acte engendre un mécontentement du Comte de Savoie (voir liste) qui réplique par une attaque en pays de Gex.

* En 1355, signature du traité de Paris entre le roi de France Jean le Bon (voir liste) et le Comte (voir titre de noblesse) de Savoie Amédée VI définissant les frontières (voir l'importance d'une frontière). Le château de Vertrieu doit maintenant défendre le Royaume de France.

* En 1638, avec l'arrivée des canons rendant obsolète les vieilles fortifications médiévales puis le besoin de confort, un nouveau château est construit dans la vallée. Le château sur la colline, nommé château vieux, est abandonné. Ruine sera sa destinée.

* En 1712, la famille Poype vend le château aux Barthéon.

* A la fin du 20ème siècle, l'actuel propriétaire (De Laroullière descendant des Barthéon) tente de consolider puis reconstruire l'ancien château.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues du bourg, la visite de l'intérieur est impossible. Il semblerait que certains jours (journées du patrimoine, fêtes du bourg) une partie du château soit visitable.

 

 

Même non visitable, ce château fort est magnifique

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 06:30

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 Ne pouvant pas monter avec mon destrier, l'aventure pédestre commence ici

Le bourg

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Crolles se situe à 90km au Sud-Est de Lyon, à 35km au Sud de Chambéry et à 20km au Nord-Est de Grenoble.

 

   Coordonnée du château :

45° 17' 59" N 05° 53' 40" E
 45.299807°  5.894514°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Préambule

* C'est avec un immense plaisir que je me suis rendu en ce lieu  :

1 - D'abord, parce que ce château fort est peu connu du web et de la littérature. C'est l'une des missions pour ce blog : Montrer des constructions médiévales fortifiées oubliées.

2 - Ensuite, parce que c'est un château fort dans "mon Dauphiné".

3 - Et enfin, parce que cette construction pose de nombreuses questions. Les énigmes sont amusantes, surtout si les supputations sont plus importantes que la vérité. 

* Je vous invite dans une ruine de questionnements. 

 

 

Toponymie  (--> voir initiation)

* Il n'est point nécessaire d'être très instruit en toponymie pour comprendre que l'origine de ce lieu vient de Mont Fortis.

* Un point élevé proche d'une vallée est sujet à l'installation d'un bâtiment fortifié.

* Mais j'ai déjà une énigme à vous montrer :

Pourquoi sur le plan de Google,

le site porte le nom : Château Robert ?

* Il semblerait que la dernière famille ayant vécu en ce lieu au début du 20ème siècle se nommait : Robert.

* Ce n'était point les propriétaires mais des fermiers louant château et terres.

* Curieusement, les cartographes ont gardé ce nom qui n'est point usité par les Crollois et les habitants du Grésivaudan (vallée entre Grenoble et la Savoie).

 

 

Où est le château ?

* Le petit hameau de Montfort est situé à moins de 2km au Nord-Est de Crolles.

* Durant la période hivernale, la blanche forme du château médiéval se détache de la falaise.

* Mais en cette fin d'été, il faut une carte précise et de bons yeux pour voir à travers les hauts feuillus.

 

 Mais où est le château fort ?

La marche d'approche

* C'est par un agréable sentier, évidemment en pente (mais pourquoi ma passion m'oblige-t-elle à monter tout le temps ?), que la découverte commence.

* En cette fin d'été, l'alternance d'ombre et de lumière, de champs et de sous bois, titillent tous mes sens.

* Après avoir pris une bouffée d'air frais parfumé et si pur de mon Dauphiné (Qu'ai je ouïe ?.. Chauvin je serai ?), je tente de voir le château de Montfort.

Mais où est il ?

* Les pierres Dauphinoises sont très joueuses et adorent se cacher.

* Mais les connaissant, je sais où regarder.

Nota :

   Si dans mon Dauphiné, durant une randonnée vous pensez être perdus, il y aura toujours un panneau pour vous indiquer la direction. Le Dauphinois est farceur mais sait accueillir.

 

 

L'arrivée

* Mes efforts de marcheur sont récompensés, entre les arbres de l'actuel petit bois, le château de Montfort apparaît enfin.

* Les étonnements, curiosités et énigmes commencent :

1 - Je suis étonné par l'imposante surface non fortifiée en amont du château. Il aurait été logique de construire un rempart pour créer une basse cour.

Sont ce les siècles qui ont fait disparaître le 1er rempart ?

 

La résolution d'énigmes commence ici 

Les énigmes commencent

* La grande bâtisse (qui est nommée : salle des gardes) me pose quelques problèmes de logique défensive :

2 - Elle est précédée par une ronde construction. Il serait aisé d'imaginer que ce soit les restes d'une tour de défense. Mais l'angle du bâtiment ainsi que la courtine n'en possèdent pas les traces de fondation. De plus, la "tour" n'accroche pas les 2 cotés des courtines, ce qui est un non-sens pour une "tour" d'angle.

3 - Le 1er bâtiment de ce château ne comporte pas de porte d'entrée. Vous allez rétorquer qu'elle se situe certainement sur une autre face (coté droit ?), mais ce schéma est rare, surtout sans "goulot" d'étranglement (sas), ni châtelet.

   De plus, quémander à un assaillant de tourner à droite signifie qu'il est protégé par son bouclier porté avec son bras gauche. Par habitude, le circuit d'entrée est à gauche permettant aux défenseurs de tirer sur l'assaillant droitier.

 

Le mur coté Nord de la salle des gardes

 

Le mur Nord

* En contournant la salle des gardes par la gauche, je découvre un mur surprenant.

* La tour que je pensais n'être qu'un ajout récent, aurait peut être pu servir au système défensif (Mais ceci n'est que supposition par sa position et non par les traces de construction).

* Cette façade est vraiment surprenante :

- Des fenêtres existent en partie basse. Ceci est illogique pour défendre un château.

- Leur position très près du sol m'informe que le niveau est monté avec les éboulements des étages.

- A l'étage, je compte au moins 2 archères droites "primitives".

- J'ai hâte de voir leur ébrasement (voir vocabulaire) pour confirmer ma supposition.

- Une fenêtre Romane fièrement se montre.

 

 

Un double rempart

Je tente de trouver l'entrée actuelle

* Ne pouvant passer à gauche (barrière puis épineux infranchissable et surtout un à-pic coté Chartreuse...

* Ceci confirme que le château était posé sur une motte), je contourne par la droite cette beauté Dauphinoise (Vous l'avais je déjà expliqué que cet incroyable château fort fut construit par les formidables Dauphinois ?  ).

* Un curieux spectacle s'offre à moi.

* J'ai l'impression de voir un double rempart, plus précisément 2 niveaux de remparts.

Diantre... Quelle curiosité !

 

 

Le secret du double rempart

* Point de mystère architectural il y a. Je vous rappelle que nous découvrons une ruine, de nombreuses pierres manquent.

* L'imaginaire est le seul moyen pour comprendre.

* Il semble "évidement" que :

- Le rempart supérieur est le mur d'un bâtiment du château.

- Le rempart inférieur est le mur entourant l'ensemble du site. D'ailleurs, sur la droite, il y a une pente abrupte.

* Mais en écrivant "évidement", je vous mens un peu ou plutôt je suis dans le mode :

- "Raccourci intellectuel".

* En réalité ces remparts me posent beaucoup de questions :

4 - Si le mur inférieur est le rempart du château, pourquoi n'enserre-t-il pas la salle de garde ?

5 - Pourquoi ce rempart ne comporte-t-il pas d'archère (voir vocabulaire) ?

 

 

Je vais tenter de trouver les réponses

* Lentement j'avance vers la salle des gardes pour tenter de répondre aux 5 énigmes.

   Nota :

Il est possible que sur certaines photos vous voyiez des tâches dans le ciel. Ce ne sont point des poussières causées par mon magnifique appareil photo. Ce sont des parapentes et des deltaplanes. Au dessus du château fort il y a la falaise du départ pour ces Icares modernes (voir flèche jaune).

 

 

La suite de la visite  est ici - clic.

 

 

La réponse est derrière ce mur !

 

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 06:30

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Le bourg : En haut de la colline, les vestiges de ce château jouent à se cacher avec les arbres.

Situation :    (--> le voir sur une carte

   La commune du Mottier est située à mi distance entre Lyon et Grenoble, à 40km au Nord-Ouest de Grenoble, à 20km au Sud de Bourgoin-Jallieu et à 6km au Nord-Est de La Côte Saint André.

 

   Coordonnées du château :

45° 25′ 11″ N 05° 19′ 04″ E
 45.419722°  5.317778°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'approche

* Je distingue à l'Ouest une butte sans construction moderne avec au sommet un bâtiment ruiné.

* Plus loin, une tour me fait penser à un moulin.

* Ce curieux "mirage" est bien le "fantôme" d'une forteresse médiévale.

* Je vous emmène à la découverte d'un château "Savoyard" en Isère (oui, c'est une curiosité de l'histoire).

Nous allons nous "régaler" !

 

 

Quel curieux site

* Les deux "tours" constituent l’unique témoignage de cette ancienne forteresse médiévale, mais elles sont pleines d'enseignements.

* Une petite route goudronnée contourne la butte et permet de rejoindre la ruine sans effort.

* Mais pour mieux découvrir le site, je gare mon "destrier à moteur" dans la montée, je dégusterai ce vestige à pieds.

* Dans le champ en pente, il est encore possible de discerner les empreintes des anciens remparts extérieurs du château de Bocsozel.

Les voyez vous ?

* En arrivant sur le site, un panneau m'informe que je vais voir une ruine. Hummm, quel plaisir !

 

 

Le site :

Présentation

* L'ensemble du site peut être décomposé en 3 parties :

1 - La butte,

2 - La tour ronde,

3 - Le bâtiment rectangulaire.

 

 

Ces formes différentes montrent la palette de construction de nos ancêtres

Le bâtiment rectangulaire

* Le bâtiment de forme rectangulaire est le premier vestige que l’on voit en arrivant par le sentier pédestre.* Il est très ruiné et ne comporte qu’un étage.

* Sa construction semble médiévale par quelques détails architecturaux :

- Des fenêtres ogivales avec arc en plein cintre, aujourd’hui obstruées,

- Des ouvertures rappelant des archères,

- Une fenêtre à meneaux (voir vocabulaire).

* Comme de nombreux bâtiments de la région, il est construit ou renforcé avec des galets (la rivière Isère est proche), mais il comporte dans les angles des parements de pierres correctement taillé mais sans marque de tâcheron.

 

 

La tour ronde

* La tour circulaire du 13ème siècle est en bon état et a un cachet moderne avec son toit joliment refait.

* Contrairement au bâtiment rectangulaire, elle est faite uniquement de galets.

* Elle est proche de la rupture de pente et devait faire partie du rempart de la basse-cour.

* Mais aucune fondation de mur ne permet d’étayer cette théorie.

* Une porte a été ouverte récemment (au 19ème siècle ?) au niveau du sol facilitant l'utilisation de la tour (stockage).

*Au 1er étage, une ouverture est peut être la trace d’un ancien chemin de ronde.

* Au même étage, des corbeaux en pierre sortent du mur.

Y avait il :

- Une bretèche médiévale (voir vocabulaire),

- Un balcon renaissance

- Ou des latrines ?

* Mystère.

 

 

La motte

* Bien au dessus des bâtiments, la motte à 2 niveaux m'impressionne.

* Elle se situe dans un terrain privé fermé par une barrière, mais elle est accessible par une rustique et solide échelle en bois enjambant une barrière.

* Vous aurez peut être l’occasion de croiser ses nouveaux locataires : De belles vaches Iséroises.

* Sa forme symétrique et ses 2 niveaux montrent bien un aménagement humain.

* On peut supposer la présence d'un poste de guet Romain (?) puis d'un château en bois du 11ème siècle (voir exemple).

* Un panorama à 360° explique aussi le choix de cet endroit. 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château : 

* Vers le 2ème siècle, les romains occupent le haut de la colline (oppidum ?). C'est le lieu de passage de la voie romaine reliant Lugdanum (Lyon) à l'Italie en passant par Cularo (l'actuelle Grenoble).

* Au 11ème siècle, un premier château de terre et de bois apparaît en haut du village de Moustier (ancien nom de Mottier). La famille Bocsosel est vassale des comtes de Savoie (et pourtant, ce village est en terre Dauphinoise). C'est une enclave dans le territoire naissant du Dauphiné. De nombreux villages sont sous la tutelle du châtelain :

- Champier,

- Eydoche,

- Flachères,

- La Côte Saint André

- Nantoin......

* A la fin du 11ème siècle, Humbert 1er de Boscozel est cité dans un texte (je n'ai plus la référence originale de cette page lue à la bibliothèque.).

* En 1151, le châtelain se nomme Pierre de Bocsozel.

* En 1140, la famille Boscozel est puissante et influente. Elle participe à un arbitrage entre les Comtes de Savoie et les Dauphins du Dauphiné.

* En 1159, Mélioret de Boscozel est citée dans un texte relatif à l'abbaye de Bonnevaux, proche du château.

* Dans la 2ème moitié du 12ème siècle, le "Monastère Bossosella" est fondé par le seigneur du château. (information donnée par un historien très instruit sur ce château).

* A la fin du 12ème siècle, la motte castrale fait place à un château de pierres. Ce territoire restera indépendant jusqu'à la fin du 13ème siècle.

* Au début du 13ème, la famille Boscozel devient plus puissante. Certains de ses membres occupent des fonctions importantes en Dauphiné et Savoie.

* En 1223, Guillaume de Boscozel est Abbé de la Chaise Dieu (Donnée à vérifier : Un lecteur m'informe que ce serait Saint Chef et un autre à Bonnevaux.).

* A partir de la moitié du 13ème siècle, les guerres entre Dauphinois et Savoyards sont de plus en plus nombreuses et violentes. L'enclave de Moustier est souvent harcelée et parfois partiellement détruite. La tour ronde est construite durant cette époque de "harcèlement".

* En 1286, Pierre de Boscozel vend à Amédée VII comte de Savoie (voir liste des Comtes), ses terres, châteaux, tours et maisons. Le chef lieu du mandement devient La Cote Saint André (village à 5 km à l'Ouest) où un château "Savoyard" est construit par Philippe de Savoie.

* En 1349, le Dauphin Humbert II (voir liste des Dauphins) «transporte» («cède» mais ce mot est moins élégant) son territoire (le Dauphiné) au roi de France. Cet acte signe la lente fin de ce château qui n'est plus "frontière".

* Vers 1355, pour éviter les anciennes guerres entre les 2 régions ennemies, le roi de France Jean II (voir liste des rois) négocie avec le Duché de Savoie. Moustier n'est plus une enclave "étrangère". La famille Bocsozel s'installe dans d'autres châteaux (par exemple Maubec) établissant la 4ème Baronnie du Dauphiné (voir titres de noblesse).

* En 1428, le roi de France Charles VII ordonne la suppression des Vingtains (impôts prélevés par les seigneurs pour l'entretien des fortifications). Les habitants délaissent les murs et remparts du château de Boscozel.

* Au 16ème siècle, le bâtiment prend des allures renaissances avec de grandes ouvertures. Mais les violentes guerres de religions n'incitent pas à la créativité artistique.

* En 1809, la propriétaire Melle de la Porte vend le château au maire de Mottier : Laurencin J. Mais de nombreuses années sans entretien sonnent le glas de ces bâtiments.

* En 1896, le bâtiment rectangulaire s'effondre.

* En 1904, l'ancienne chapelle du château, devenue l'église du village, est démolie. Ce lieu devient le cimetière du village.

* Vers 1979, une association se crée suite à l'effondrement du toit de la tour ronde.

* En 1984, par la construction d'un nouveau toit, la tour est protégée des intempéries.

* A la fin du 20ème siècle, la dynamique association participe aux journées du patrimoine et décide de réhabiliter ce "souvenir historique". Des manifestations et des randonnées pédestres "culturelles" incitent les visiteurs à la rêverie dans ces ruines.

Y aura t il une grande campagne de fouilles révélant les secrets enfouis ?.... L'avenir le dira.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre n'est pas négligeable près du bâtiment carré. Mais le lieu est si bucolique qu'il serait dommage de ne point aller le voir.

------------------------------------------------------------

(Depuis ma dernière visite, il semblerait que des travaux de consolidation aient été effectués sur la tour quadrangulaire. Le panneau "danger" aurait disparu...... J'enquête ) .

 

 

Comme elle est fière cette tour avec son toit tout neuf !

 


 Nota:  Je voudrais remercier l'association «Les Amis de Bocsozel» pour leur disponibilité, leur merveilleux accueil et leur connaissance sur l'histoire de ce château.

 

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 06:30

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

La flèche verte du bonheur !

Le bourg

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Crolles se situe à 90km au Sud-Est de Lyon, à 35km au Sud de Chambéry et à 20km au Nord-Est de Grenoble.

 

  Coordonnée du château :

45° 17' 7.616" N 5° 53' 26.97" E
 45.285289°  5.890313°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* Après avoir visité la ruine du château de Montfort sur les hauteurs de Crolles, je souhaitais découvrir l'autre château construit dans la vallée à la fin du Moyen âge, par la même famille.

* Abandonner la vieille forteresse inconfortable pour une résidence de agréable fut assez classique à l'approche de la renaissance.

* Hélas, je ne peux point entrer.

* La propriété est privée et non visitable.

 

La vue sur le massif de Belledonne ajoute au plaisir de la visite

 

Je vais quand même voir ce château

* Les journées du patrimoine sont un bonheur pour beaucoup de Français.

* Mais pour votre Chevalier Dauphinois, c'est une occasion inespérée de voir et même toucher des bâtiments souvent fermés au public.

* C'est donc avec une grande émotion que je pénètre dans cette propriété privée.

 

 

La longue allée

* Contrairement aux forteresses médiévales qui créent des obstacles vers l'entrée, le château de plaisance dans la vallée se découvre par une longue allée droite.

* Lentement, dans la chaleur automnale, j'avance en regardant les dépendances du château.

 

 

Ce château n'est pas une forteresse médiévale

Est ce un château fort ?

* En découvrant la façade droite percée de multiples fenêtres modernes sur quatre niveaux, je suis dans le doute.

Me suis je trompé de site ?

* Point de crénelage, de mâchicoulis (voir vocabulaire), système défensif.

* Lorsque j'ai un problème avec un bâtiment, plutôt que de m'obstiner, je prends un peu de recul pour mieux le regarder dans son environnement.

 

 

Des façades bien différentes

* Depuis l'autre coté, le château offre une vision plus défensive.

* Même si la partie centrale ressemble plus à un aménagement  de confort  "moderne" les 2 tours aux extrémités me charment.

Ressentez vous le souffle médiéval ?

 

 

Que de contraste dans cette architecture 

La 1ère tour

* La tour d'angle située coté Chartreuse ne montre pas de système défensif.

* Les multiples modifications à travers les siècles ont assagi cette ronde construction de 4 niveaux.

* Mais en la contournant, je vois au sommet un fantôme de chemin de ronde puis en dessous de petites ouvertures rondes pour arme à feu.

 

 

La 2ème tour

* Située coté de la chaîne montagneuse de  Belledonne, l'autre ronde tour semble identique à la première.

* Mais en l'observant mieux, je distingue à la base de nombreuses canonnières.

* Ces ouvertures oblongues semble avoir été ajoutées après la construction du château.

 

 

L'intérieur :

* Les bâtiments ne sont pas visitables.

* Je contourne le château pour rejoindre mon destrier tout en regardant la beauté de "mes" montagnes

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1334, le Dauphin (voir liste) donne à Amblard de Beaumont les terres de Montfort et de Crolles

* En 1340, le seigneur de Crolles et de Montfort fait construire une "maison forte" dans la vallée.

* En 1600, le château a un visiteur célèbre : Le Roi de France Henri IV (voir liste).

* En 1639, le Roi (voir titre de noblesse) de France Louis XIII et son principal ministre, le Cardinal de Richelieu, découvrent cette propriété.

* Au 18ème siècle, modification importante du château.

* En 1810, château et terres sont la propriété de la famille de Bernis.

* En 1965, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la propriété est privée et non visitable. Durant quelques jours dans l'année, jardin et terrasse sont visibles gratuitement. La découverte de l'intérieur est impossible.

 

 

Voyez vous la ruine médiévale sur les pentes de la Chartreuse ?

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 06:30

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Sur la route d'une station de ski, un château regarde passer les voitures

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Theys est située à 30km au Sud de Chambéry, à 25km au Nord-Est de Grenoble et à 16km au Nord-Nord-Est de Laval (voir son château).

 

   Coordonnée du château :

45° 18' 10" N 05° 59' 50" E
 45.302594°  5.997237°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La vie du Chevalier Dauphinois

* Dès que je le peux, dès que ma frénésie de visite de châteaux forts retombe, je me rends dans le massif de Belledonne (dans MON Dauphiné bien sur) pour admirer les paysages montagneux, regarder la flore Alpine et randonner dans le silence.

* Mais.... ma passion castrale me rattrape tout le temps.

 

 

 

La découverte

* En ce début d'automne, sur la route qui m'amène au col du Barioz (pour une belle promenade vers le Grand Rocher puis au Crêt du Poulet....si, si, c'est le vrai nom), je traverse le bourg de Theys.

* A quelques dizaines de mètres de l'église et de la mairie apparaît une curieuse porte fortifiée cachant partiellement un bâtiment avec une ronde tour.

* Il me faut voir de suite cette construction se dorant au soleil.

Pensez vous que ce soit un château d'origine médiévale ?

 

 

 

Même si elle n'a pas retenu beaucoup d'assaillants, cette porte retient mon attention

Le porche fortifié

* A coté de la route, blottie contre une maison récente, la porte fortifiée parait presque invisible pour le passant pressé ou l'automobiliste peu attentif.

* Pourtant elle est fascinante et comporte de nombreux détails d'architecture :

- Une magnifique porte en bois.

- Puis un joli heurtoir et en dessous un "hygiaphone".

- Encadrant la porte, un arc brisé.

- Cet arc est surmonté d'une large pierre "violette" sculpté. Avec un peu d'attention, il est possible de voir un oiseau avec une légende : Pax Huic Domm. Cela signifie : Paix à cette maison.

- Cet écusson est mis en valeur par un encadrement en relief.

- Les colonnettes sont terminées par une tête sculptée.

- Au dessus, quatre consoles faisant office de mâchicoulis (voir vocabulaire). Il me semble plus décoratif qu'efficace.

- De chaque coté de la porte, bien que bouchée, une fente de tir avec canonnière défendait l'entrée.

 

 

 

L'autre coté du porche

* Lentement je franchi la porte et je continue ma découverte de l'entrée. En levant la tête je vois des pierres saillantes

Était ce pour supporter des poutres ?

* Le porche comporte de chaque coté un emplacement fermé pour un garde ou plutôt un défenseur.

 

 

 

L'automne rend les châteaux plus colorés 

Le bâtiment principal

* Face à ce bâtiment, je n'ai qu'une seule idée : Trouver les systèmes défensifs.

Les voyez vous ?

* Un crépi moderne puis des fenêtres et portes récentes me laissent à penser que la recherche va être difficile. Mais c'est sans compter ma chance qui me montre deux corbeaux.

* Question :

Était ce bretèche ou latrines ?

* J'opte pour ces dernières, mais mon raisonnement est plus une intuition qu'un fait avéré.

 

 

 

Curieux détail sur cette face

* Les 2 impressionnants contreforts me semblent avoir été aménagés après la construction du château, pour tenir les vieux murs. 

 

 

 

Une imposante tour escalier

Que de merveilles de l'autre coté !

* Bien que la physionomie ne soit pas celle d'un puissant château fort, l'autre face comporte de nombreux détails architecturaux :

- Une haute tour escalier.

- Une fente dont la fonction est facile à identifier : Une archère canonnière.

- Trois consoles certainement utilisées pour une bretèche. Cet exemple est assez rare dans une tour-escalier.

- La fenêtre au dessus des consoles doit avoir été finalisée récemment, car elle n'est point alignée pour rendre la bretèche efficace.

- Même si cette tour ne montre pas une puissance défensive, elle affirme sa volonté de ne point être désarmée.

 

 

 

Quelques détails du bâtiment d'habitation

* La modernité et le besoin de confort ont changé la façade du bâtiment.

* Mais quelques détails datant de 500 ans apparaissent comme cette fenêtre à meneau en croix avec linteaux en accolade.

 

 

 

L'intérieur :

Vais je entrer ?

* Je tente de pénétrer par la jolie porte avec linteau sculptée en accolade.

* Hélas, le château Jail n'est pas ouvert à la visite.

* De plus, hébergeant le service postal, je doute que des merveilles médiévales soient encore visibles.

 

 

 

L'automne en Belledonne

* Avant de partir, je regarde la vallée et la belle foret aux couleurs d'automne.

* Je vous laisse, je dois visiter l'autre merveille de Theys.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 15ème siècle, construction du château.

* Au 16ème siècle, la construction appartient à la famille Villiet.

* En 1583, le Duc (voir titre de noblesse) de Lesdiguières, très amoureux de Marie Vignon, achète la seigneurie de Theys. Il fait construire cette bâtisse et il nomme Jean Vignon, père de Marie, châtelain du lieu (certains prétendent que cette belle histoire n'est que légende... Je le pense aussi).

* En 1616, un inventaire signale que la bâtisse est en très mauvais état.

* En 1893, le château est acheté par Gabriel Jail.

* En 1959, la commune achète le château.

* Vers 1974, après de nombreux travaux, un bureau des PTT s'installe dans le bâtiment.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le bâtiment accueillant une agence de La Poste ne se visite pas.

 

 

Les massifs de Belledonne et Chartreuse marient leurs couleurs

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 07:05

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Au 21ème siècle, la tour est elle aussi fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Bernin est située à 45km au Sud de Chambéry et à 15km au Nord-Est de Grenoble.

 

   Coordonnée du château :

45° 15' 29" N 05° 51' 43" E
 45.25812916°  5.86196780°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Avertissement

* Dans ce blog, je souhaite montrer le maximum de constructions médiévales fortifiées. Cela signifie que si une pierre a été posée avant 1492, le bâtiment aura un article.

* Une construction médiévale fortifiée peut apparaître en notre siècle sous 3 formes :

1 - Une ruine plus ou moins imposante (et parfois minimale).

2 - Un bâtiment très bien conservé, même si parfois les siècles et les propriétaires ont aménagé quelques zones de confort.

3 - Un site très modernisé faisant parfois "table rase" de la fonction originelle de la construction.

 

 

Pourquoi suis je en ce lieu ?

* Les journées du patrimoine sont l'occasion de visiter des sites normalement fermés au public.

* Les sites que je recherche sont :

- Soit des propriétés privées ouvertes exceptionnellement.

- Soit des constructions gérées par une association de sauvegarde. Le site n'étant pas toujours totalement sécurisé, sa découverte est donc exceptionnelle.

* C'est avec l'image représentant la maison forte de La Veyrie (parfois nommée Le Château ou La Tour ou Le Donjon) que je me dirige vers une colline à un kilomètre au Sud de Bernin.

* La colline, dont l'altitude maxi est de 365m, domine la vallée de l'Isère de 150m.

* C'est donc un point de surveillance parfait.

 

Ne voyez pas rouge en découvrant cette curieuse merveille !

 

Surprenant !

* En ce lieu, il n'y a pas une mais 2 constructions médiévales.

- A gauche, le donjon habitable du 11ème siècle.

- A droite, l'habitat du 13ème siècle.

Incroyable architecture !

 

 Cette construction montre 8 siècles d'aménagement

Je vous sens perdu

* Avant de vous décrire cette merveille médiévale du Dauphiné, il est important de comprendre les raisons de ce bouleversement architectural.
* Au début du 20ème siècle, un riche industriel (voir historique) achète les bâtiments.

* Il aménage les pièces pour plus de confort.

* Il change "légèrement" l'harmonie médiévale pour permettre à sa famille d'avoir toutes les installation modernes de ce siècle industriel naissant.

 

 

A droite, le donjon

* Le bâtiment actuel comporte 3 étages.

* A l'époque médiévale, il y avait 4 étages, donc 5 niveaux.

* Le sommet semble avoir le souvenir d'un crénelage couvert.

* Cette grande bâtisse a une hauteur de 20 mètres.

* Sa base presque carrée mesure 10m à l'extérieur.

* Les murs ont une épaisseur moyenne de 1,20 mètre.

* Fenêtres et balcon sont "modernes".

* L'architecte a respecté le style du bâtiment en agrémentant les linteaux d'élégants arcs en accolade.

 

 

Bien que plus petit, le bâtiment résidentiel offre de beaux volumes

A gauche, l'habitation

* Ce bâtiment résidentiel médiéval a une base rectangulaire d'environ 10m extérieur.

* Il est accolé au donjon et en utilise un des murs.

* Il comporte 2 étages.

* Les fenêtres à meneaux en croix semblent d'origine.

* Elles possèdent aussi les élégants linteaux d'arc en accolade.

 

 

Le "minaret"

* Ce qualificatif que j'ai osé donner à la haute et fine contruction jaune est incorrect bien sur.

* La tour, qui n'en est pas une, a été construite au début du 20ème siècle.

* Elle a plusieurs fonctions :

- La principale est : Un "château d'eau".

(L'eau courante au début du 20ème siècle est une rareté).

- Tour escalier, pour monter vers la citerne.

- Éclairage de l'entrée située dans le bâtiment résidentiel.

 

 

Vais je entrer ?

* En ce week-end exceptionnel du patrimoine, la porte de la tour-citerne est ouverte.

Vais je de suite franchir le seuil ?

* Cette porte n'étant pas l'entrée médiévale, je décide de faire le tour.

 

 

Pour découvrir l'intérieur du château,

veuillez cliquer ici.

 

 

 

 

Evolution  des constructions sur 10 siècles

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu
châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 07:30

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Le bourgMon patrimoine Dauphinois est visitable !

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Biviers est située à 40km au Sud de Chambéry et à 9km au Nord-Est de Grenoble.

 

   Coordonnée du château :

45° 14' 04" N 05° 48' 34" E
 45.234525°  5.809325°

 

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Préambule

* Parfois, la distinction entre château fort et maison forte n'est pas facile à faire. De plus, si les siècles et les modes ont transformé l'aspect de la construction, je ne me sens pas la capacité à argumenter et choisir.

* Ce bâtiment me pose problème. Dans certains documents il est nommé maison forte, mais sur les cartes et les guides, c'est le mot château qui est notifié.

* J'opte pour ce dernier qualificatif, je suis en attente de vos suggestions.

 

 

 

Le fameux week-end de septembre

* Les journées du patrimoine sont un bonheur pour beaucoup de Français.

* Pour le Chevalier Dauphinois, c'est une occasion inespérée de voir, de humer et même de toucher des bâtiments souvent fermés au public.

* C'est donc avec une grande émotion que je vais pénétrer dans cette propriété privée.

* Mais n'allons pas trop vite. Commençons par le commencement. La vallée du Grésivaudan

Il était une fois...... 

 

 

 

La vallée du Grésivaudan

* La vallée du Grésivaudan (vallée créée par la rivière Isère) est un axe important entre la Savoie (Albertville/Chambéry) et Grenoble.

* Au Moyen Âge, pour se protéger de "nos" ennemis les Comtes de Savoie (voir liste), de nombreux châteaux de guet et de défense ont été aménagés par les Dauphinois sur les 2 rives.

* Je vous en ai montrés plusieurs :

- Tour d'Arces,

- Tour des Chiens,

- Château Corbeau.

- Château de Revel,

- Château de Montfort,

 

 

 

Quel est le nom de ce château ?

* Dans les différents manuels, livres, documentations et cartes, cette construction porte aléatoirement trois noms :

1 - Château de Biviers (du nom de la commune),

2 - Château Servien (du nom de la famille l'ayant possédé entre 1500 et 1655),

3 - Château Serviantin (ce serait une déformation du nom Servien. Il est amusant de constater qu'une rue adjacente au château porte le nom de Serviantin).

* Ne voulant fâcher personne  , j'utiliserai certainement les 3 patronymes dans mon article.

 

 

 

Le château regarde passer les chevaux vapeurs

Je le vois

* Le château Servien est situé proche de la route principale, à 100m au dessus du niveau actuel de l'Isère.

* Cela n'en fait pas une construction fortifiée inaccessible, c'est peut être la raison de son déclassement en "maison forte".

 

 

 

J'entre dans le parc du château

* Après avoir posé mon destrier en face de la maison forte de Biviers, je pénètre par le portail d'entrée qui ne possède plus de système défensif.

* Par une longue allée, je découvre le petit parc paysagé aménagé il y a un siècle.

* Le contraste entre l'ombre et la lumière est fascinant pour un photographe (en herbe bien sur  ).

* Les fleurs multicolores, la variété des verts, la beauté du massif de la Chartreuse me font presque oublier le but de ma présence en ce lieu.

 

 

servien-serviantin-14 servien-serviantin-15

 

 

 

La visite commence par une tour carrée

Une tour carrée

* Ce château d'origine médiévale a traversé les siècles presque sans dommage, ainsi il a pu se moderniser et devenir une habitation très confortable.

* La mission du Chevalier Dauphinois est de retrouver les traces du Moyen Âge.

* Cela commence par la découverte d'une tour carrée.

Peut être était ce le donjon d'angle du château primitif.

* Je sens votre doute sur l'origine médiévale de cette construction.

* Il est vrai que l'absence de crénelage, d'archère, de mâchicoulis, d'échauguette (voir vocabulaire) fait ressembler cette tour à une construction du 17ème siècle.

* Mais je peux vous assurer que derrière sa blanche peau, il y a des pierres et des fondations datant de "mon" Moyen Âge Dauphinois.

 

 

 

Je poursuis ma découverte

* La courtine ouverte sur 2 niveaux de grandes fenêtres modernes et avec son toit très pentu ne ressemble pas à un rempart médiéval.

* Sur son angle coté Sud-Est, une ronde tour me confirme que cette beauté récente a bien été une construction défensive.

Voyez vous ce détail ?

* Vos yeux expérimentés en architecture défensive ont évidemment vu les fentes verticales de tir.

 

 

 

La façade Sud Est ce une construction renaissance ou médiévale ?

* Avec ses multiples fenêtres, ses lucarnes, ses portes au rez de chaussée, la façade me fait peser à une maison bourgeoise du 18ème siècle.

* Certains d'entre vous s'étonneront que mon blog de ruines médiévales s'intéresse à un bâtiment moderne. Mais je me suis promis de lister puis montrer toutes les constructions fortifiées dont une pierre a été posée avant 1492.

* Je vous montre tant de "ruines ruinées", tant de sites parfois minimaux que vous décrire une construction ayant traversée le temps et en plus de MON Dauphiné est un réel plaisir que je veux vous communiquer.

 

 

 

La porte d'entrée

* En faisant le tour de la maison forte, j'arrive en face d'une porte avec linteau en accolade.

* Quelle chance j'ai qu'elle soit ouverte.

* Mais avant de me précipiter dans ses entrailles, je me dois de l'examiner.

* Au dessus, je remarque le blason de la famille Morard d'Arces.

* Comme vos yeux ne sont point habitués à lire la pierre usée, je vous le montre sur le montant d'une fenêtre.

Que remarquez vous ?

* Il semblerait que le sculpteur ait représenté le blason inversé, comme dans un miroir.

 

 

 

Désirez vous une tasse de thé ?

L'intérieur : 

Je pénètre dans une autre dimension

* En pénétrant dans un couloir, je remonte le temps.

* Les murs se parent de tableaux narrant la vie de certains personnages ayant habité ce lieu, dont le fameux Abel Servien, un Dauphinois ayant vécu sous Louis XIV (voir liste).

* Une de ses correspondances avec Anne d'Autriche est mise en valeur sur un mur.

* L'une des portes avec linteau à accolade me quémande de l'ouvrir.

 

 

 

La salle didactique

* L'ambiance est chaude et propice à une lente découverte.

* Je prends le temps de de lire chaque lettre affichée, d'admirer chaque tableau puis, sous le regard de monsieur Abel Servien, je regarde la vidéo narrant la guerre de Trente Ans et la signature du traité de Westphalie dont Abel fut l'un des acteurs importants.

* Après m'être abreuvé d'une culture historique, je regagne la porte en étant fier d'être un Dauphinois !

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction de la maison forte (château fort ?). Il appartiendrait à la famille Morad d'Arces, dont l'un des ancêtres a fait construire, 2 siècles plus tôt, une construction fortifiée à quelques kilomètres à l'Est (château d'Arces).

* Vers 1500, Catherine de Morard d'Arces, en épousant Jean Servien, apporte en dot le château. Durant 4 générations, la famille Servien sera propriétaire du château..

* Au 16ème siècle, avec le début de la Renaissance, la construction médiévale est aménagée pour le confort par les Servien.

* En 1593, naissance d'Abel Servien. Ce personnage (presque inconnu au 21ème siècle hélas) sera l'un des plus puissants et influents Dauphinois de son époque.

* En 1648, Albel négocie le traité de Westphalie.

* Au 17ème siècle, plusieurs aménagements de confort changent l'architecture du château.

* En 1655, Abel Servien vend château et terres à Jean-Antoine de Reynold, maréchal de Camp des armées de Louis XIV (voir liste des rois).

* A partir de 1739, le château est acheté puis revendu de nombreuses fois.

* Au 18ème siècle, le château est modernisé.

* Au début du 19ème siècle, un parc paysagé est aménagé. Deux jolies statues accueillent les visiteurs, l'une représente Vénus et l'autre Bacchus.

* En 1855, Alphonse Rallet achète le château.

* En 1906, le château est possession de la famille Jordan

* En 1928, Marguerite Jordan épouse Albin Jacquemont.

* En 1960, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1994, par héritage, Augustin Jacquemont est le nouveau propriétaire du château.

* Au début du 21ème siècle, la famille Jacquemont possède toujours ce château

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis les routes et à travers les grilles est libre et gratuite. La visite du château est possible certains jours (en été). Renseignez vous.

 

 

 

Le massif de la Chartreuse est magnifique en cette fin d'été

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 11:05

 

 

La découverte de l'extérieur du château est ici.

 

 

 

Dans la pénombre se déguste les décors s'étalant sur 10 siècles

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Le château :  

L'intérieur :

Avertissement

* Je ne vais pas vous faire une visite guidée de chaque pièce en les situant soit dans le donjon, soit dans l'habitat médiéval.

* Je vais vous montrer des thèmes ou des détails reflétant les entrailles de ce site médiéval, modifié au début du 20ème siècle.

 

 

Le hall d'entrée

* Comme vous l'avez remarqué, l'entrée actuelle est au rez de chaussée du bâtiment d'habitation construit au 13ème siècle.

* Les éléments les plus remarquables sont :

- L'épaisseur du mur de l'entrée,

- Les 2 portes accédant aux salles habitables,

- La fontaine "récente" avec le Dauphin (symbole du Dauphiné),

- Le puits médiéval de 30m de profondeur,

- L'escalier éclairé par la tour-citerne,

- L'ascenseur.

 

 

La chaleur de plusieurs siècles se ressent dans cette première salle 

Quel accueil !

* Cette pièce devait être une antichambre.

* Avec la chaleur des matériaux, l'ambiance de la maison est créée.

* La cheminée suffit à attirer l'oeil et la curiosité.

Qui étaient ces personnages ?

Que dit la belle à son amant ?

 

 

Rouge elle est

* Tout en paraissant moderne, cette pièce montre un décor d'un siècle.

* Le placard est intégré dans l'épaisseur du mur.

"Quelle épaisseur a le mur ?" me demandez vous ?

* Pour le savoir, il suffit de regarder la fenêtre.

 

 

Est ce la chambre de Van Gogh ou Monet ?

* Je vous sens surpris par le titre du chapitre.

* Pourtant, c'est la question que je me suis posée en voyant ceci.

 

 

Un feu d'artifice !

* Toutes les salles ont gardé leur papier peint.

* Chacune semble avoir un thème et une couleur.

* Beaucoup de pièces possèdent une cheminée, mais les radiateurs à eau chaude sont aussi présents.

 

 

Imaginez cette pièce sans les dégradations 

Une belle pièce de vie

* Après les salles colorées, voici une luxueuse sobriété.

* Tout est chaleureux en cette grande salle :

- Les murs sont épais.

- La cheminée imposante.

- Le bois est omniprésent.

- Les couleurs chaudes donnent une ambiance de bien être.

* En regardant sur l'autre mur, deux détails m'interpellent :

- Un cabinet de toilette avec de magnifiques panneaux sculptés.

- Un coffre fort dans le mur.

Ne venez pas pour le forcer, j'ai déjà récupéré le trésor  .

 

 

Les salles de bain

* Vous ayant présenté le château d'eau à l'extérieur, vous me demandez :

"Chevalier, à quoi servait cette immense réserve ?"

* Évidemment, cette eau n'était pas que pour les radiateurs en circuit fermé.

* Le confort au début du 20ème siècle était l'eau courante dans la maison.

* En plus de la cuisine, la toilette demandait beaucoup d'eau.

* De plus, cet ensemble de bâtiments comporte de nombreuses salles de bain, par exemple au bout de cette pièce.

* Certes, les vandales ont quelque peu terni la beauté de cette salle d'eau, mais avez vous remarqué la lumière puis la chaleur apporté par le radiateur.

* Dans une autre salle de bain, la fenêtre médiévale à coussiège a été mise en valeur.

 

En ce lieu de beauté, j'ai envie de me laver

 

 

Votre découverte se termine ici

* Pour vous, c'est la fin de la découverte.

* Si vous avez la chance d'être invités à une visite, vous n'allez pas vous ennuyer. Je vous assure qu'il y a de nombreux détails à découvrir (car je n'ai point tout montré).

* Avant de partir, sur les terrasses, n'oubliez pas d'admirer le panorama grandiose sur 360°.

* Le massif de la Chartreuse, le Vercors, la chaine de Belledonne et les premières montagnes de Savoie s'offrent aux yeux de ceux qui savent regarder.

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1090, construction d'un site fortifié pour surveiller la vallée du Grésivaudan. Sur cette butte naturelle, la vue sur 360° est remarquable.

* En 1124, Enguelbert est cité comme seigneur de Bernin. Il est le fils de Ardenc Ier seigneur d'Izeron.

* Au 12ème siècle, en contrebas du château, s'établit un prieuré de l'Ordre de Saint Benoît dépendant de celui de Saint Laurent à Grenoble.

* En 1191, naissance au château de Jehan de Bernin. Vingt huit ans plus tard, il sera archevêque de la ville de Vienne (en Dauphiné) et légat du pape Grégoire IX.

* En cette fin du 12ème siècle, naissance d'Aymar de Bernin, frère de Jehan. Il sera abbé du monastère de Saint- Pierre puis évêque de Maurienne et enfin archevêque d'Embrun.

* Au 13ème siècle, un habitat fortifié est construit à coté de la tour. L'ensemble est précédé par un rempart. Un fossé est aménagé coté Sud (à vérifier).

* Durant presque cinq siècles, le site change souvent de propriétaires :

- Falastrier,

- Bernard,

- Lombard,

- Fontaine,

- D'arces,

- Marc,

- De Vente,

- De Vanchon,

- De Vaujany.

* En 1743, le site est vendu à Etienne Peyraud, riche bourgeois d'une bourgade sur l'autre rive de la rivière Isère nommée : Villard-Bonnot.

* En 1919, Charles-Albert Keller (ingénieur des Arts et Métiers, officier de la légion d’honneur) achète le château pour en faire son lieu de résidence secondaire. Il effectue de nombreux travaux de modernisation et de confort.

* Durant la deuxième moitié du 20ème siècle, le site n'est plus habité. Comme souvent, des vandales entrent par effraction et saccagent l'intérieur.

* En 1995, le site est propriété de la commune. Plusieurs projets d'aménagement culturel et de loisir sont étudiés mais n'aboutissent pas.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée. Un restaurant avec terrasse est aménagé proche de la tour.

* En 2015, le château de La Veyrie reçoit le label : "Patrimoine en Isère".

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des entrailles n'est pas encore autorisée.

 

 

Dans la vallée du Grésivaudan, le paysage est toujours magnifique

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38 Vers Menu
châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 07:30

 

Cet article est la synthèse visuelle du château décrit ici

 

 

Préambule :

    Après vous avoir longuement analysé puis imaginé les murs de cette mystérieuse ruine Dauphinoise, je souhaiterai vous faire rêver devant des images "animées".

 

Remarques :

1 - N'ayant pas encore acheté le logiciel permettant ces animations, j'utilise la version de démonstration. Comme vous le constaterez, elle intègre un filigrame dans les images.

2 - En fonction de votre ADSL, les images peuvent être un peu lentes à charger. Veuillez patienter.

3 - Vous deviez voir 3 animations puis 2 images fixes cliquables.

Si vous avez des problèmes, veuillez me les expliquer dans les commentaires.

Pour les prochains articles, j'améliorerai ma méthode.

 

Un peu de musique :

Pour savourer ces images avec lenteur, je vous propose "L'horloge de Haydn".

C'est ma méthode pour voyager dans le temps.

 

 

Comment se promener dans les images :

Veuillez utiliser la souris pour naviguer dans chaque animation.

La molette sert de zoom avant/arrière.

 

Il est possible de zoomer avec la touche SHIFT.

 

La touche CTRL permet de dézoomer.

 

 

La cuisine :

Get Adobe Flash player

 

 

 

La pièce mystérieuse (Chapelle ?) :

Get Adobe Flash player

 

 

La salle des gardes :

Get Adobe Flash player

 

 

Plan du château :

 

Isère - Montfort - plan

 

 

Dessin de la ruine :

 

Isère - Montfort - plan en perspective

 

 

 

 

 Cliquez pour revenir au menu des Châteaux du 38Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 06:30

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 

 

 

Plan du bourg au 19ème siècle

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de La Bâtie Neuve est située à 35km au Nord-Ouest de Barcelonnette, à 20km au nord-Est de Tallard (voir ce château) et à 9km à l'Est de Gap.

 

     Coordonnées du château :

44° 33' 58" N 06° 11' 44" E
 44.566001°  6.195495°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* C'est une gravure représentant le bourg fortifié de La Bâtie Neuve qui m'a donné la force de faire tous ces kilomètres (à cheval bien sur).

* L'autre raison que j'ose vous avouer est plus "chauvine".

- Ce château appartenait au Dauphiné (ma province) il y a plusieurs siècles.

- Revoir l'un des châteaux, qui ne fut pas possession de Mon Dauphin (voir titre de noblesse) car appartenant aux Évêques, est une obligation.

 

 

La découverte

* Après avoir visité la ruine de La Bâtie Vieille, il semble évident que mon destin est de voir son pendant "plus jeune".

* Je suis si impatient de découvrir le château  que, dans la petite commune, je pousse mon destrier à heurter une butte de terre.

* Après avoir calmé mon Pégase, je porte mon attention sur un vestige de tour.

Diantre !........ Qu'est ce ?

 

 

Un site médiéval très consolidé 

Le vestige est... moderne

* Soudain, mon cheval se gausse. Il me pousse la tête pour regarder de l'autre coté. 

Quelle chance j'ai d'avoir un destrier aussi intelligent !

 

 

Je contourne le site

* La tour d'angle n'a plus son prestige d'antan.

* Sa hauteur est minimale, point de système défensif est visible.

* Sa reconstruction l'a aseptisée. Il ne reste que le fantôme des limites extérieures.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la porte ne s'ouvre pas.

* Je ne pourrai point découvrir les entrailles (certainement trop modernisées et consolidées) de ce curieux vestige d'origine médiévale.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, les évêques de Gap font construire, sur une butte entourée de marécage, un château fort marquant leur pouvoir et surveillant leur territoire.

* A la fin du 13ème siècle, un village se blottit sur les pentes Sud de la colline.

* En 1812, un plan "cadastral" montre un château de forme parallélépipédique avec 4 rondes tours d'angle et coté Est un donjon cylindrique à l'intérieur des courtines.

* A la fin du 19ème siècle, le rempart Sud ainsi que son chemin de ronde disparaissent au profit d'habitations plus confortables.

* Au début du 20ème siècle, le château est toujours visible, bien que peu entretenu.

* En 1951, le donjon du château s'écroule faisant 2 victimes.

* Durant la deuxième moitié du 20ème siècle, le château est presque entièrement détruit.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est

 

 

Minimal vestige, mais correctement consolidé

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes

Partager cet article

Repost0