22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 08:50

 

 

Département 04 - ALPES de HAUTE PROVENCE

 

 

 

Cette entrée a-t-elle été construite pour moi ?... Pour ma venue ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Riez est située à 35km au Sud-Sud-Ouest de Dignes les Bains et à 25km à l'Est de Manosque.

 

 

 

Les fortifications : 

La porte d'Ayguière

Coordonnées de la porte 

43° 49' 02" N 06° 05' 38" E
 43.817338°  6.094005°

 

 

Le rire est le propre de l'homme !

* C'est en pensant à un slogan écrit sur un mur que, par le Sud,  j'arrive en souriant à Riez.

* Mais il faut que je retrouve mon sérieux car Riez n'est pas une plaisanterie, c'est une cité médiévale.

 

 

Hooo Haute !

* Face à cette tour-porte, je me sens petit :

- Petit par la taille, car cette géante est magnifique.

- Petit par sa beauté qui m'écrase.

* En lisant l'heure sur le cadran solaire je pense que je peux prendre du temps pour découvrir cette cité fortifiée. Mais cette plaque  me répond :

"L’instant le plus serein est marqué par une ombre." cool

 

 

Garde à vous !

* La salle des gardes ou peut être le châtelet de défense est devenu un habitat.

Comme ses propriétaires ont de la chance !

* En observant mieux cette tour-porte je remarque des consoles quadruples ayant été des mâchicoulis (voir vocabulaire). Pourtant je m'interroge sur cette curiosité architecturale.

* En avançant, je remarque que les 5  (au lieu de 4 pour la façade) consoles se prolongent à l'intérieur pour soutenir un plafond.

Était ce une sorte d'assommoir ?

* Derrière je vois les traces des rails de guidage d'une herse puis les fantômes des gonds d'un double vantail.

Est ce que cette porte vous emporte ?

 

 

La porte Sanson ou Saint Sol :

Coordonnées de la porte

43° 49' 07" N 06° 05'27" E
 43.818798°  6.090968°

 

 

Une plongée dans un monde plus classique

* Ne souhaitant pas de suite entrer dans la ville, je ressors en suivant les traces de l'ancien rempart, matérialisé par des murs avec fenêtres modernes.

* Soudain, je rencontre à l'Ouest une seconde porte.

* Son architecture est plus massive, plus classique :

- Une ouverture alignée à la paroi.

- Une archère à l'étage.

- Au dessus, le fantôme de mâchicoulis représentés par les nombreuses consoles alignées.

 

 

Traverser le temps

* En traversant cette tour-porte, je retrouve l'architecture classique de ce type de construction : Le paradis est il au sommet de cette montée ?

- Une entrée profonde (pour des doubles portes formant un sas).

- Un étage pour les gardes et la circulation sur le rempart par des portes latérales.

- Une plateforme au sommet pour la défense de l'entrée et des remparts latéraux très épais composés de galets roulés.

 

 

 

La tour de l'Horloge :

Coordonnées de la tour

43° 49' 09" N 06° 05' 33" E
 43.819305°  6.092483°

 

 

Monseignor, il est l'or, l'or de manger

* Paraphrasant le film de Gérard Oury titré "La folie des Grandeurs" avec De Funès et Montand, je cherche une pendule (car mon sablier est humide).

* C'est au Nord-Est, sur les hauteurs que j'ai ma réponse.

* La tour de l'horloge, une des dernières constructions défensives de l'ancien rempart médiéval, me dit qu'il est...... Tard, très tard.

* Avant qu'il soit trop tard, je vous quitte ici..... J'espère que vous retrouverez le chemin facilement...... Adieu ! wink

 

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 5ème siècle, une cathédrale  avec un baptistère est construite. La commune devient importante. Elle est administrée par les Évêques.

* Au 10ème siècle, des membres des Vicomtés (voir titre de noblesse) de Marseille s’emparent de cette capitale régionale puis aménagent une motte castrale.

* Au début du 14ème siècle, des remparts sont construits, cinq portes défensives sont aménagées.

* Au milieu de 14ème siècle, des troupes venues d'Espagne ravagent la Provence. En s'attaquant à Riez, elles détruisent les remparts et de nombreuses maisons. Après la peste noire et les massacres, la population a grandement diminuée.

* A la fin du 14ème siècle, des remparts de circonférence plus modeste avec seulement deux portes sont construits.

* Au 15ème siècle, pour le confort de ses habitants, une fontaine est construite proche de la porte de Saint Sol.

* Au 16ème siècle, une horloge est apposée sur la tour défensive la plus élevée (au Nord-Est).

* Vers 1792, les Révolutionnaires décident la suppression de l'évêché. La commune perd son aura et les ressources financières.

* En 1921, les 2 portes défensives sont classées aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des tours-portes est interdite.

 

 

aaaaaaaaaaaa

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 04

Vers Menu châteaux

Alpes de Hautes

Provence

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2019 2 19 /11 /novembre /2019 08:50

 

 

Département 04 - ALPES de HAUTE PROVENCE

 

Diantre !... Quelle incroyable géante

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Sisteron est située à 45km au Sud-Sud-Ouest de Gap, à 45km au Nord-Nord-Est de Manosque et à 30km au
Nord-Ouest de Digne les Bains.

 

 Coordonnées des fortifications :

44° 11' 42" N 05° 56' 36" E
 44.195180°  5.943400°

 

 

 

Les fortifications : 

L'extérieur :

Touristique journée

* Aujourd'hui, c'est repos.

* Après avoir découvert de nombreuses ruines perchées sur des collines, mon vieux destrier souhaite se reposer.

* Comme je suis un fringant damoiseau de 800 ans, je décide de découvrir seul la vieille ville de Sisteron et ses andrones.

* Puis, tout en mangeant une glace, certainement melon-nougat (ce qui diffère de celle mangée ici), je monterai à la citadelle dont l'emplacement connu un château médiéval (disparu après le 16ème siècle) qui surveillait la frontière avec mon Dauphiné.

* Mais...... car il y a toujours un mais......

 

 

En ce lieu il y a des fantômes de mâchicoulis... à moins que...

Tournis et tournant

* Au tournant d'une rue je vois des tours.

* Bien que n'ayant pas encore bu, je ne vois pas double mais triple.

* Ces trois grâces étant identiques, Raphaël vous le confirmera, je vais vous les montrer comme si elles ne faisaient qu'une.

 

 

Une affaire : Trois pour le prix d'une

* Première constatation, il n'y pas d'ouverture à la base, donc ce ne sont point des portes.

* Comme elles ne sont point pénétrantes, ce sont donc des tours de défenses. D'ailleurs je vois :

- Au sommet, les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

-- J'ai un doute.

-- En voyant leur profondeur, je pressens que ces pierres en encorbellement portaient un hourdage en bois comme ceci.

- Sur la hauteur et la périphérie, des archères cruciformes en croix pattée.

    Nota : 

  Ne voyant pas de canonnière ni d'arquebusière, je peux affirmer que les systèmes défensifs n'ont pas été modernisés après le 14ème siècle.

* Soudain, en regardant le coté, des questions me viennent :

Pourquoi n'y a-t-il pas de pierre d’arrachement ?

Pourquoi n'y a-t-il pas de porte traversante vers le rempart ?

- Je vous ai déjà montré cela par exemple à Villeneuve sur Lot.

* Conclusion :

- Je suis face à des tours flanques ouvertes à la gorge.

 

Elle s'ouvre à moi !

 

L'intérieur :

Montre moi tes entrailles

* En franchissant l'axe des 3 grâces, je suis à l'intérieur des fortifications de la ville médiévale.

* Avec détermination j'avance vers une des tours très défensives.

* J'approche.

* La tour possède 4 niveaux, plateforme comprise.

* Je constate que les archères sont en niche, cela m'informe sur l'épaisseur du mur.

* Les pierres en encorbellement n'étant pas au même niveau, je suppose qu'un escalier existait.

 

 

Je connais leurs petits noms

* Avant de partir, j'entends que les 3 grâces souhaitent me parler.

* Etant un Dauphinois, le gratin de la chevalerie, ces belles me soufflent des secrets de leur vie dans le creux de l'oreille.

* Etant un Gentleman, je ne vous révélerai que leurs noms :

- Tour de la Médisance.

- Tour Notre-Dame-du-Fort.

- Tour de la porte de Sauve.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire succincte du bourg fortifié :

* Au 11ème siècle, le site est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Forcalquier.

* En 1209, Garsende de Sabran cède le Comté de Forcalquier au Comte de Provence. Sisteron devient la Frontière Nord de la Provence, face au Dauphiné.

* En 1337, début de la Guerre de Cent Ans. Sisteron étant bien loin de ce conflit, la ville ne déploie pas de systèmes défensifs spécifiques.

* En 1360, après le traité de Brétigny, les Grandes Compagnies n'ont plus de ressources. Ils décident de partir piller les autres provinces plus à l'Est. C'est ainsi que Sisteron est attaqué.

* A partir de 1370, un rempart avec de puissantes tours est aménagé pour protéger le bourg.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la ville, possédant l'un des rares ponts sur la Durance, souffre par les multiples attaques. Les Huguenots saccagent la cathédrale, le couvent, etc...

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des 5 tours (car il en existe 2 autres a la base de la citadelle) est libre et gratuite depuis les rues et les places. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Est ce cela le 'Signe de Croix' ?

 

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 04

Vers Menu châteaux

Alpes de Hautes

Provence

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2019 5 15 /11 /novembre /2019 07:50

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

 

 

Mes poils se hérissent en voyant cette merveille !

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Mallemort est située à 35km au Nord-Ouest d'Aix en Provence, à 20km au Sud-Est de Cavaillon et à 15km au Nord-Ouest de Salon de Provence.

 

     Coordonnées du château :

43° 43' 57" N 05° 10' 47" E
 43.732606°  5.180165°


 

 

Le château : 

L'extérieur :

Qui est le chef ?

* Croulant sous le chaud soleil du Sud, mon destrier pourtant si valeureux avance avec la vitesse d'un escargot.

* Soudain, il stoppe.

Est il si fatigué ?

* Que nenni.... Il a vu au sommet de la commune une construction anguleuse.

* Il ose me jeter de SA selle puis va boire dans la rivière Durance toute proche.

Quelle magnifique montée ombragée

 

 

Une montée remplie d'indices

* L'avantage des communes, dont les anciennes constructions datent du moyen âge, est l'étroitesse des rues apportant l'ombre salutaire.

* C'est donc avec plaisir que j'avance à la recherche d'indices défensifs....

  ...... car s'il y a château, il y a rempart.

* Ma recherche est fructueuse car je vois sur un mur aux larges fenêtres et balcon moderne, une archère en étrier.

* Plus loin un mur très remanié dont les pierres m'interpellent.

* Qu'importe mon incompréhension partielle, je me réjouis de voir :

- Une porte bouchée.

- Une pierre de remploi.

 

 

Le château s'est partiellement "envolé"

* Je vous entends dire derrière votre écran :

" Chevalier, de l'imposant château des évêques de Marseille il ne reste que.... le donjon."

* Qu'entends je ?.... 

..... "QUE le donjon". surprise

* D'abord il ne reste pas QUE cette tour maîtresse (quoique, ... les autres murs et bâtiments sont minimaux, presque inexistants) mais surtout, cette construction cubique est fascinante, pleines de détails mystérieux.

* Regardez avec moi.

 

 

Détailler les détails Je vois plusieurs époques de construction

* Trois cotés du donjon sont encore visibles, même si deux sont partiellement ruinés.

* Les dimensions de cette tour la rendent habitable.

* La tour a été arasée. Elle ne montre aucune trace de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

Y en avait il ?

* Sur le coté entier, je vois une ouverture avec un trou de boulin en dessous.

- La baie semble trop petite pour une porte.

- Une passerelle en bois pour un hourdage (par exemple) ne peut pas tenir avec un seule poutre.

Quelle fut la fonction de cette ouverture ? cool

* Dans l'alignement, je remarque un mur avec des pierres à bossage.

- Je vous ai déjà expliqué la "fonction" des bossages ici.

- Donc, cette paroi, qui me semble avoir été ajoutée ultérieurement, est le signe d'une construction d'un puissant "seigneur".

* La grande baie sur le fragment de mur du donjon est évidemment la porte d'accès principale.

* Elle est classiquement positionnée en hauteur, accessible par une échelle rétractable.

 

 

Le feuillage donne un peu de couleur à la grise ruine

L'intérieur :

Des détails, toujours des détail encore des détails

* En contournant le donjon, il est possible de voir ses entrailles.

* Première remarque : Le mur est épais.

* La porte détaillée précédemment n'aboutit pas sur un étage en pierre (comme cela se voit parfois lorsqu'un ratier est réalisé au niveau bas), mais sur un plancher porté par des poutres (que je devine bien sur).

* Les trous de poutres aussi rapprochés en hauteur m'interpellent.

Était ce pour un plafond à caissons ?

 

 

Panoramiquement beau

* Pensant avoir tout vu, j'erre entre des parois taillées dans le rocher curieusement terminées par un arc.

Était ce une porte ?

* Au bout, une table d'orientation m'invite à admirer le panorama provençal.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

 

Histoire du site castral :

* Au 12ème siècle, la seigneurie est possession de plusieurs co-seigneurs dont le premier consul du Comte (voir titre de noblesse) de Provence.

* Au 12ème siècle, les chevaliers de l'ordre de Saint Jean de Jérusalem possèdent plusieurs maisons.

* Au 13ème siècle (à vérifier), construction d'un puissant château.

* Au milieu du 13ème siècle, le Comte de Provence cède la seigneurie et le château à l'évêque de Marseille (voir liste).

* Vers 1792, les Révolutionnaires chassent l'évêque puis détruisent de nombreux bâtiments.

* Au début du 19ème siècle, de nombreuses maisons sont construites avec les pierres des bâtiments détruits.

* En 1937, le donjon est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site castral est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Voyez vous la poussière des chevaux des Sarrasins ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux
des Bouches du Rhône

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2019 2 12 /11 /novembre /2019 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Saint Vincent de Pertignas est située à 50km à l'Ouest de Bergerac, à 12km au Nord de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide) et à 10km au Sud-Est de Saint Emilion (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 47' 55" N 00° 06' 41" W
 44.798853°  -0.111560°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

To be or not to be fortified ?

* D'après ma documentation et mon dictionnaire des constructions médiévales fortifiées, cette commune Girondine possède une église défensive.

* Mes chausses plantées sur le parking, depuis le Sud-Est, j'observe le bâtiment religieux au centre de son cimetière.

* Je pressens que loupe de Sherlock Holmes je dois prendre.

 

L'espoir est une qualité indispensable pour un castellologue amateur

 

Recherche d'indices

* Le chevet en hémicycle ne possède ni fente ni rehausse.

* Le clocher, bien que puissant et haut, ne montre aucun système défensif. Les trous symétriques et alignés pourrait faire croire à la présence de support pour un hourdage.... mais ayant l'imagination fertile il faut que je ne regarde que les preuves.

 

 

Le détail qui sublime ma journée

* Ne voyant rien coté chevet, je contourne l'église.

* Le nef ne me donne aucun indice mais......

Voyez vous cette curiosité sur le clocher ?

* Les yeux sont émerveillés par la construction en encorbellement.

* Soudain, mes neurones me titillent.

Quelle fut la fonction de cette construction ?

 

 

Raisonner, c'est aussi imaginer

* Pour comprendre il faut d'abord envisager toutes les solutions puis déduire la plus logique. Deux ouvertures dont une en encorbellement

 

A - Échauguette :

- En général, pour être très efficace, une échauguette est placées dans un angle.

-- Mais il existe de nombreux exemples d’échauguette sur un mur plat.

- En général, une échauguette possède des ouvertures centrales et latérales pour le guet (d'où son nom) et pour le tir défensif.

-- Curieusement cet encorbellement n'en possède aucune.

-- Quoique je vois au dessus du pan incliné une ouverture horizontale. Cela est stupide d'avoir créé un encorbellement si le guet se fait au dessus.

- Bien que ce ne soit pas la majorité, il existe de nombreuses échauguettes avec une partie basse évidée.

-- Mais si peu large, que protégeait elle ?

 

B - Bretèche :

- Ce type d'encorbellement est majoritairement positionné au dessus d'une porte.

-- Mais en dessous, il y a un toit.

- Il peut arriver qu'une bretèche soit au dessus d'une fenêtre.

-- Mais en dessous, il y a un toit.

-Si je pars du principe que la nef en dessous est un agrandissement "récent", il est probable qu'une porte fut en dessous.

-- Mais je doute, car au Moyen Âge, la porte d'une église était sur le coté et non dans l'alignement nef-chevet. 

 

C - Latrines :

- Ce type d'encorbellement de commodité est classique lorsqu'une église est fortifiée.

- Parfois les latrines ont une ouverture pour la lumière, mais j'ai de nombreux exemples où l'éclairage est au dessus (comme ici) ou sur le mur en angle à coté.

-- Mais en dessous, il y a un toit.

- En partant de l'hypothèse que la nef en dessous est un agrandissement "récent", il est probable qu'un encorbellement pour commodité fut installé.

-- Souvent les latrines sont positionnées coté Nord, mais rien n'interdit de les construire coté Ouest.

* Conclusion :

--> C..... est ma présomption.

Quel est votre ressenti ?

 

 

Avec lenteur, je me presse

* Tout en observant les parois j'avance.

* Je suis dans le questionnement en découvrant cette fenêtre rectangulaire avec ébrasement extérieur.

* Puis, je m'interroge sur ce cadran solaire implanté dans un contrefort à larmier.

 

 

La complexité est sa richesse

Ta blancheur n'a d'égal que tes mystères

 *  Avec le collatéral sur la gauche, avec cette double porte, avec cette avancée du portail, avec ces consoles sur la gauche, avec les ouvertures au sommet, cette façade me pose mille questions.

* Je vais donc rester sobre et ne regarder que le portail :

- Il conserve un riche décor sculpté.

- Ses chapiteaux sont historiés.

- Des motifs végétaux illuminent ses voussures.

 

 

L'intérieur :

Sésame....

* Devant la porte, bobinette et chevillette sont tirées et cherrées (et inversement).

* Mais close reste la porte.

 

 

La vérité

* Cette église fut fortifiée.

* Les nombreuses modifications ont gommé son historique architecture.

* Qu'importe le flacon de vérité, j'ai l'ivresse de la découverte.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, une église "primitive" (pré-romane) est construite.

* Au 12ème siècle, sur les bases de l'ancien bâtiment, construction de l'église romane.

* Au 13ème siècle, des modifications sont apportées à l'église.

* Au 14ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, l'église est fortifiée.

* Au 16ème siècle, des modifications sont réalisées sur le clocher.

* Au 18ème siècle, construction d'une chapelle coté Nord, ajout d'un cadran solaire puis création d'une sacristie.

* Au 19ème siècle, la nef est restaurée puis des décors peints sont réalisés dans le chœur.

* En 2002, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Vincent) est libre et gratuite. La visite des salles fortifiées est interdite.

 

 

La nuit tombe, je vais dormir dans ce lit presque douillé

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
8 novembre 2019 5 08 /11 /novembre /2019 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Est ce une maison forte ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Bagas est située à 30km au Nord-Est de Sauternes, à 25km au Nord-Ouest de Marmande et à 10km au Sud-Est de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide).

 

   Coordonnées du moulin :

44° 37' 37" N 00° 03' 27" W
 44.627135°  -0.057638°


 

 

Le moulin :

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité le moulin fortifié de Barbaste puis celui de Lustrac, tous les deux en Lot et Garonne, je suis à la recherche d'une construction identique en Gironde.

* C'est donc avec assurance que je me dirige en bordure de la rivière Dropt. Mais une question se pose :

Ressemble-t-il à l'un des deux exemples ?

 

 

Avec toute cette eau, ce n'est pas un moulin à vent !

Le clapotis médiéval

* Devant moi une cubique construction dont les "pieds" semblent trempés dans une eau claire.

* Le bâtiment possède 3 niveaux apparents.

* Proche de la berge, une sorte d'écluse moderne a été aménagée.

* Ce "bétonnage" n'a pas défiguré la beauté défensive qui écarte les arbres.

 

 

La façade en amont de la rivière

* Cette façade est fonctionnelle et défensive :

- En partie basse, une porte permet certainement l'accès à la machinerie (roue, engrenages, meule et système de réglage du débit d'eau).

- De chaque coté de la porte, les petite fente ressemble à des ouvertures de lumière.

- Les 2 étages au dessus sont surprenants par leurs élégantes fenêtres trilobées à meneau central.

- Les quatre archères cruciformes à croix pattée rappellent la fonction défensive du bâtiment.

- Evidemment, vous avez remarqué les puissantes échauguettes d'angle (je vous les décrits ci-dessous).

Que manque-t-il pour que mon bonheur soit parfait ?

* Evidemment.... des latrines surprise dont les pierres en encorbellement rappellent le souvenir du lieu d'aisance.

 

 

Cette construction est très défensive

La façade d'accès

* La longue passerelle facilitant l'accès au 1er étage n'est certainement pas médiévale.

* En regardant avec attention la porte, je crois deviner le type de système anti-intrusion (ou plutôt retardant l'intrusion) utilisé il y a plusieurs siècles.

Le devinez vous ?

* Les 2 hautes fentes me font imaginer qu'un pont basculant existait (mais peut être que ce sont des ouvertures de lumière au niveau de la roue, donc.... mon raisonnement est faux).

* L'étage supérieur possède la même fenêtre et les mêmes archères que sa consœur sur l'autre façade.

 

 

Les échauguettes quêtent mon analyse

* Les quatre angles de ce moulin possèdent une échauguette.

* Chacune repose sur 3 niveaux de console (voici une caractéristique architecturale assez rare).

* Chaque échauguette arbore 3 archères cruciformes à croix pattée au même niveau. Les deux latérales défendent les courtines.

* Je remarque une curiosité que je ne peux expliquer.

La voyez vous ?

* Une échauguette est polygonale alors que les 3 autres sont circulaires.

* Question :

Voyez vous un manque défensif ? La troisième façade se cache derrière les arbres

* Vous êtes si formidables que vous me répondez toutes et tous :

- Chevalier, il n'y a aucun système de défense proche comme mâchicoulis (voir vocabulaire) ou bretèche.

 

 

La façade en aval de la rivière

* Ce coté, correspondant à la sortie de la rivière, est difficilement lisible à travers les feuillus.

* Mais avec un peu d'attention et de patience, je vois :

Une fenêtre trilobée à meneau central encadré par des archères, comme les autres façades.

- Une échauguette d'angle.

- Et surtout, l'encorbellement que j'adore...... des latrines.  cheeky

 

 

L'intérieur :

* Le moulin est une propriété privée non visitable.

* Je repars sans avoir pu réveiller le meunier qui dort.

 

 

Le diaporama du moulin est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du moulin :

* Au 14ème siècle, construction du moulin. A cause de la Guerre de Cent Ans, le bâtiment est fortifié.

* Au 15ème siècle, le moulin est possession du monastère de La Réole (il est possible qu'il le fut aussi au siècle précédent).

* Au 16ème siècle, le moulin est vendu à un particulier.

* Au 17ème siècle, plusieurs familles deviennent successivement propriétaires du moulin.

* Au 18ème siècle, la famille Chollet devient propriétaire du site

* Au 19ème siècle, le moulin et son accès sont modifiés. Un passe-lit est aménagé facilitant la navigation fluviale.

* En 2000, le moulin est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du moulin est libre et gratuite en respectant les propriétés privées et le silence du site. La visite de l'intérieur est interdite. Les berges n'étant pas stabilisées, soyez très prudents.

 

Un moulin venu d'un temps ancien

 

Cliquez pour aller au menu des bâtiments NON classiques

Vers Menu
bâtiments non

classiques

    Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2019 2 05 /11 /novembre /2019 07:22

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Peintre je deviens devant un château inaccessible

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune d'Espiens est située à 40km au Sud-Est de Marmande, à 20km à l'Ouest-Sud-Ouest d'Agen et à 8km à l'Est de Barbaste (voir son moulin fortifié).

 

   Coordonnées du château :

44° 10' 32" N 00° 21' 27" E
 44.175579°  0.357553°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité le château d'Espiens, je laisse mon destrier me guider vers le prochain lieu situé au Nord-Ouest.

* Soudain, après 2 kilomètres il stoppe et me montre avec sa truffe un ensemble de bâtiments partiellement caché par des arbres.

Est ce le château d'Arconques ?

* Pour le savoir, je passe ma visée de Terminator en mode infrarouge-bleu.

 

 

Une partie du site a été détruite au 19ème siècle

Préambule

* En fonction des documentations et des siècles, la construction que je vais découvrir ce jour porte une fonction différente :

- Château,

- Maison forte,

- Manoir.

* Je ne me prononcerais pas officiellement, mais..... vous avez mon ressenti dans le titre. blush

 

 

L'analyse rapide du site

* La façade Nord-Ouest, visible depuis la route, offre des architectures, parfois très remaniées, d'époques différentes.

* Voici mon ressenti de gauche à droite :

- A gauche, une petite tour coiffée qui devait être une sorte d'échauguette.... posée au sol. surprise

- Elle est accrochée à une puissante tour carrée curieusement borgne (bien que des ouvertures murées se devinent). Je pressens qu'elle a été arasée puisque les mâchicoulis (voir vocabulaire) sont absents. Son toit en pavillon me surprend.

- Accolée à la tour carrée, une curieuse "verrue" m'interpelle. Je pressens un ajout récent. La fonction de cette "naine" m'est inconnue.

- La construction suivante est fascinante (et... je pèse mes mots bien sur). Ce devait être la courtine protégée par la grande tour carrée vue précédemment. Elle possède, sous le toit actuel, des ouvertures me rappelant un chemin de ronde ou une salle défensive. La pente du toit, anormale pour une construction médiévale de ce type, m'informe que ce bâtiment a aussi été arasé. Quel enchevêtrement de constructions disparates !

- J'avoue ne pas comprendre la raison du puissant contrefort à larmiers... pour un bâtiment si peu élevé.

- Les énigmes architecturales continuent sur la façade dans l'angle. Si je fais abstraction de l'ouverture ronde certainement récente (œil de bœuf ?.... car je n'imagine pas que si haut, ce trou fut une canonnière), je vois des pierres alignées en encorbellement. Ma première idée est d'imaginer qu'elles sont les vestiges de mâchicoulis.

-- Mais ce type de protection, aussi bas par rapport au sol mais aussi à la salle défensive, me fait revoir ma déduction.

-- Comme une pierre manque pour faire un alignement parfait, je suppose que ce sont 2 bretèches en protection des anciennes portes en dessous.

Qu'en pensez vous ?

- A droite, un contrefort à larmier unique.... dont l'emplacement semble logique.

- Puis, au fond de la courtine borgne, positionnée au Sud-Ouest, une tour d'angle. Sa faible épaisseur contraste avec la première tour que j'ai décrite au début.

Pourquoi tant de différences architecturales ?

 

 Quelle curieuse tour d'angle, aux dimensions minuscules

 

 

Je suis friand de la suite

* Face à une construction fortifiée aussi énigmatique, il me faut voir toutes les façades pour en comprendre la logique.

* J'avance sur la route.... mais les arbres m’empêchent de voir les bâtiments.

* Je m'engage sur un sentier.... mais un panneau m'informe que le chemin est privé.

* Je tente de prendre du recul.... mais les constructions disparaissent dans la végétation.

* Hélas, je ne peux pas admirer les autres façades et surtout la tour polygonale à l'Est.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un bâtiment fortifié.

* En 1460, Charles II d'Albret, compagnon d'arme de Jeanne d'Arc, donne la seigneurie à Arnaud de Saint-Germe.

* Durant le quatrième quart du 15ème siècle, le vieux site féodal est fortement modifié par ses propriétaires : La famille de Saint-Germe.

* Au 17ème siècle, les bâtiments sont possession de David Vacquier.

* Au 18ème siècle, la famille de Cambon est propriétaire du site.

* Au 19ème siècle, démolition de la tour d'angle et de quelques bâtiments au Nord-Ouest du château.

* Au milieu du 19ème siècle, les toits sont refaits.

* A la fin du 19ème siècle, le maire d'Espiens achète la propriété.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route. La visite de la propriété privée est interdite.

 

Les champs sont la richesse de cette contrée

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2019 5 01 /11 /novembre /2019 08:55

 

 

Département 04 - ALPES de HAUTE PROVENCE

 

 

 

Il va me falloir la journée pour tout voir

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Simiane la Rotonde est située à 60km à l'Ouest de Dignes les Bains, à 40km au Nord de Pertuis et à 10km au Sud-Ouest de Banon (voir son château).

 

  Coordonnées du château :

43° 58' 52" N 05° 33' 42" E
 43.981314°  5.561681°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Je pressens qu'il va me falloir monter

* Il fait beau, mon destrier marche lentement vers l'Ouest.

* En levant les yeux, je vois au loin une colline dont les pentes sont attaquées par des centaines de maisons.

* Au sommet, une curieuse forme ressemblant plus à la tour de Babel qu'à un donjon médiéval.

* Je me dois de découvrir cette illusion d'optique.

Un passage en angle droit pour éviter le bélier des assaillants

 

 

Serpenter pour mieux piquer

* C'est donc à pied que j'erre dans les ruelles de cette cité médiévale.

* Sous le soleil les efforts sont plus intenses, la pente ressemble à l'ascension de l'Everest (ou presque).

* Pour me reposer des efforts terribles, je m'arrête devant chaque porte pour en admirer la beauté :

Porte Hôtel particulier Pélissier des Granges.

- Porte millénaire avec ses marches usées.

- Porte d'un magasin médiéval.

- Porte plein cintre.

* Bien que la cité ait été modernisée et assagie, il est possible de ressentir la présence des remparts et des portes qui devaient être défensives.

* Cet épais tunnel fut certainement un sas défensif avant d'accéder au château.

* Encore un effort presque inhumain surprise et j'arrive.

 

 

Vais je pouvoir franchir le rempart ?

 

 

Un nez, un cap, que dis je... une rotonde Babelisante !Il est si haut que les arbres ne lui font pas d'ombre

* Soudain, comme une apparition, une masse sort du feuillage.

* Mon Graal du jour est face à moi, gigantesque, presque irréel !

* Ce donjon est si unique par son architecture qu'il est nommé : La Rotonde.

* Sa forme est si incroyable pour un donjon médiéval que certains historiens et archéologues n'ont pas hésité à lui attribuer la fonction de : Lanterne des morts. Mais cette hypothèse semble avoir été abandonnée en notre siècle.

 

 

Le contourner c'est tourner, tourner, tourner......

* Timidement, comme un fan rencontrant son idole, j'avance, en tremblant, en titubant, en bredouillant, en.......

* Grâce à une blessure du temps (un pan du mur effondré) je vois un peu le début de ses entrailles.

Est ce la porte pour entrer ?

* Que nenni, c'est une ouverture de circulation  intérieure.

Avez vous remarqué l'épaisseur

de la paroi entre les 2 arrachements ?

 

 

Le confortable logis

* Mon regard se détache enfin de mon idole Babélien pour regarder le logis et sa cour.

* Les traces de vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire) sont encore visibles sur cette architecture très adoucie.

 

 

L'intérieur :

Mais qu'est ce qu'elle me dit ?

* Je cherche l'entrée.

* Je regarde les horaires d'ouverture... Ouf, je suis dans la plage d'accès.

* Je sors ma bourse pour donner des milliers de piastres à l'hôtesse d'accueil.

* Elle me dit : "Ce n'est pas ouvert".

* Je demande la raison. Elle me parle....... je ne comprends rien.

-"Seule, horaire, personne, été, hier......."

* Je ne vois aucune logique à son charabia.

* Ayant visité de très nombreux châteaux et musées payants durant ma longue vie (rappel, j'ai 800 ans), c'est la première fois que l'entrée m'est refusée (durant les heures d'ouverture) pour des raisons incompréhensibles et inarticulées. angry

 

 

La négociation pour 1 minute

* Après avoir tenté de comprendre, après avoir posé 789 fois la même question : "Puis je entrer s'il vous plait ?" crying 

    ...... j'ai le droit de prendre quelques images furtives.

* Hélas, mes réglages étant approximatifs, les deux images que j'ai pu récupérer sur ma rafale sont de piètre qualité.

Je vois une immense salle dont les parois forment un incroyable dodécagone irrégulier.

* Chacun des 12 cotés est composé d'une arcade avec chapiteaux finement sculptés.

* Au sommet, la coupole est formée de 12 voûtes de croisée d'ogives.

* A 5 mètres du sol, un oculus termine le chef d'oeuvre. surprise

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1031, un castrum existe au sommet de la colline.

* Au début du 12ème siècle, à son retour de la première croisade, le seigneur de Simiane fait construire un château en pierre (à vérifier).

* A la fin du 12ème siècle, construction du donjon entouré d'un fossé.

* Au 13ème siècle (à vérifier), construction ou aménagement des remparts de la cité.

* Au 16ème siècle, modification du logis pour plus de confort et de lumière. Le vieux donjon semble abandonné.

* Vers 1792, le château est vendu comme Bien National. Sa vie va être tumultueuse car par le désintérêt de ses nombreux propriétaires.

* En 1862, le donjon est classé aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle (à vérifier), le château est acheté par la commune.

* En 1998, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 2000, logis, enceinte, citerne, puits, etc... sont classés  aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des fortifications et du donjon est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite de l'intérieur du donjon est possible "parfois", veuillez vous renseigner.

 

Voici... le clou du spectacle !

 

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 04

Vers Menu châteaux

Alpes de Hautes

Provence

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2019 2 29 /10 /octobre /2019 09:50

 

 

Département :  39 - JURA

 

 

 

L'humour est agréable durant une recherche de château !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Montigny-les-Arsures est située à 45km au Sud-Ouest de Besançon, à 30km au Sud-Ouest de Dôle, à 12km au Nord-Est de Poligny (voir ses fortifications) et à 10km au Sud-Ouest de Salins les Bains (voir ses fortifications).

 

   Coordonnées du château :

46° 55' 29" N 05° 46' 53" E
 46.924667°  5.781361°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Les recherches donnent soif

* Après avoir visité les fortifications d'Arbois, mon destrier m'emporte au Nord-Est.

* Il fait chaud, très chaud, trop chaud.... mais ce palefroi continue son trot sans me donner une chance de boire.

* Soudain, dans une petite commune, il stoppe proche d'une curieuse fontaine au panneau fantaisiste. cool

Nota :

- Le trousseau n'est pas un ensemble de linge et de vêtements que l'on donne à un enfant qui rentre en pension ou à une femme qui se marie.

- Le Trousseau est une appellation de vin rouge du vignoble du Jura.

* L'œil malin de mon équidé m'informe que je dois errer à pied à la recherche des bâtiments faisant mon plaisir.

 

 

Est ce cela ?

* Mon premier regard se porte sur une haute construction.

* Elle possède une tour polygonale que je suppose contenir un escalier.

* A coté d'une porte en arcade, je vois une archère arquebusière.

* Je regarde mon destrier...... Je le vois pouffer avec une moue négative.

* Conclusion :

Ce n'est pas le bâtiment médiéval principal de cette commune.

 

 

Faut il une tronçonneuse pour voir le bâtiment ?

Pour trouver... il faut chercher

* Derrière un mur, il y a des arbres. Derrière les arbres, il y a une construction.

Est ce mon Graal ?

* Lentement, je longe le mur.

* A travers les arbres, je vois enfin une tour d'angle carrée. Elle possède plusieurs archères arquebusières identiques à la première construction.

* Je me dois de trouver l'entrer pour mieux comprendre l'architecture du château.

 

 

L'entrée.... avec plat de résistance

* A quelques mètres, deux "arches" m'appellent. Ce sont les portes d'entrée dans la cour du château.

* En les détaillant mieux, je vois :

- Sur la gauche, une entrée piétonne.

- Sur la droite, l'entrée pour carrosse.

- Au dessus, le vestige carré ressemble (à vérifier) à une bretèche (voir vocabulaire).

 

 

Une cubique construction

* Tout en respectant la propriété privée, je tente de comprendre le château.

* Constatations :

- L'architecture de base ressemble à un logis central avec 4 tours d'angle carrées.

* Les tours possèdent des systèmes défensifs de la fin du 15ème siècle ainsi qu'une salle défensive au sommet.

- Les murs et les joints ont été refaits au 20ème siècle.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, les Comtes Palatins de Bourgogne ont des droits sur les terres de Montigny.

* En 1375, Marguerite de France donne la seigneurie de Montigny à son maistre d'Hostel.

* A la fin du 14ème siècle, Montigny est à nouveau possession des Ducs de Bourgogne via Philippe II le Hardi.

* Vers 1408, construction du château par un des conseillers de Jean Ier Duc (voir titre de noblesse) de Bourgogne aussi nommé : Jean Sans Peur.

* Au 16ème siècle, une aile et une cage d'escalier sont ajoutées au château.

* En 1595, Henri IV de France (voir liste des rois) utilise le château comme quartier général durant le siège de plusieurs villes proches : Arbois, Poligny et Salins les Bains.

* Au 17ème siècle, l'aile Nord est ajoutée au château.

* Au 18ème siècle, l'aile Sud est ajoutée au logis du château.

* Au début du 19ème siècle, construction d'une chapelle ainsi que des écuries avec remises.

* En 2013, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. la propriété privée et habitée n'est pas visitable.

 

 

Un château habité actuellement et pourtant défensif

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 39

Vers Menu

châteaux du Jura

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2019 5 25 /10 /octobre /2019 08:08

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Que voila porte qui me semble Anglaise !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Bourg, localement nommée Bourg sur Gironde, est située à 60km au Nord-Ouest de Libourne (voir sa porte fortifiée), à 25km au Nord de Bordeaux et à 5km au Sud-Est de Blaye.

 

Coordonnées d'une des portes fortifiées :

45° 02' 26" N 00° 33' 37" W
 45.040772°  -0.560389°

 

 

 

Les fortifications :

L'extérieur :

Les Maudits sont là

* Mon merveilleux destrier étant assoiffé, je me suis donc rendu au bord de la Dordogne, sur la rive droite, pour qu'il puisse jouir du frais aqueux.

* Puis, lorsqu'il fut repu, il se mit à remonter vers la ville haute de Bourg (qui est aussi un bourg).

* Soudain, il stoppe. Ses naseaux se bloquent. Il vient de sentir l'Anglais, ce maudit envahisseur au 14ème siècle.

* Cette entrée fortifiée de l'ancienne cité (nommée Porte de la mer ou Porte du port) possède un mur épais, les vestiges d'un rail pour une herse, puis un blocage pour un vantail double.

* Curieusement je ne vois pas de trace d'assommoir ni de rempart, ni de bretèche.

Les Anglais étaient ils si bêtes ? no

* Evidemment, vous avez compris que les siècles et les consolidations "récentes" ont gommé de nombreux systèmes défensifs

 

 

La surprise de l'errance

* Pensant avoir tout vu des fortifications de cette cité, je me promène dans les petites rues à la recherche d'un glacier. wink

Rappel : Seul mon palefroi s'est abreuvé.

* Au détour d'une boutique, je vois ce curieux bâtiment devenu musée.

* Son passage et sa bretèche m'attirent sans que je puisse en faire une datation correcte.

 

 

Diantre... Quelle porte !

La masse

* Puis ma chance me transporte vers une porte qui me met en transe.

* Son nom n'est point transe-porte mais porte de Blaye (elle est donc au Nord de Bourg en direction de la commune de Blaye). 

* Cette porte fortifiée, certes "un peu" cassée, possède de nombreuses traces de sa vie guerrière :

- Au sommet, une rangée d'archère-canonnière.

- Sur la paroi, plusieurs archères-canonnières.

- Certaines, sont proches d'une gorge.

Est ce pour un fusil ?

* Evidemment comme toutes les portes défensives, celle-ci possède les rails d'une herse et les buttoirs du vantail (certainement double mais il ne reste qu'un seul coté de la porte).

Avez vous remarqué l'élégant linteau

en accolade de la porte d'accès au bâtiment ?

 

 

Élégance et confort

* Avec mon œil d'aigle (qualité obligatoire pour être Dauphinois blush) je remarque plusieurs détails d'architecture au dessus.

* Par exemple, cette enfilade de portes de circulation avec linteaux et montants sculptés

* C'est avec jouissance que je quitte ce vestige d'un autre temps pour déguster ma glace chocolat-pistache en admirant le paysage Girondin.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de Bourg :

* Du 5ème au 10ème siècle, la petite cité est ravagée par les multiples assaillants que sont les Mérovingiens, Gascons, Sarrasins, Carolingiens, Normands, etc......

* Au 13ème siècle, la porte fortifiée basse (porte du port) est construite.

* Au milieu du 14ème siècle, débute la Guerre de Cent Ans. Evidemment, sur le confluent entre les deux fleuves navigables que sont la Garonne et la Dordogne, en face de Bordeaux, riche cité Anglaise, Bourg subit de nombreuses attaques.

* Au 15ème siècle, les systèmes défensifs de la porte de Blaye sont modernisés pour utiliser les armes à poudre.

* Au 19ème siècle, pour faciliter la circulation des véhicules, la porte de Blaye est partiellement détruite pour agrandir la rue. La partie basse de la porte du port a aussi été entaillée.

* En 1925, la porte de Blaye et la porte du port sont inscrites aux Monument Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des deux portes fortifiées est libre et gratuite. La visite des entrailles est impossible.

 

Au loin Bordeaux puis l'Amérique puis.....

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
22 octobre 2019 2 22 /10 /octobre /2019 08:50

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

 

La belle m'attend au bout de la route !

 

 

 Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Istres est située à 40km au Nord-Ouest de Marseille, à 35km au Sud-Est d'Arles et à 20km au Sud-Ouest de Salon de Provence.

 

     Coordonnées de l'église :

43° 30' 50" N 04° 59' 20" E
 43.513889°  4.988833°

 

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Être un simple touriste m'est impossible

* Il fait chaud dans le Grand Sud.

* Après avoir visité quelques ruines, j'ai envie de me reposer, de me prélasser, d'être un touriste en tongs et en chapeau de paille devant un "pastaga".

* Un panneau m'informe que, pour être touriste, il faut voir ces 3 constructions.

* Avec lenteur, j'avance en direction de la flèche.

 

 

Erreur.... il faut monter !  Pensez vous que cette église fut fortifiée ?

* La vieille ville d'Istres a débuté autour d'un château sur une colline.

* Conséquence : L'ancienne église est sur la même colline..... monter, monter, monter je dois.

* Depuis les étroites ruelles, je vois un clocher qui ne semble pas défensif.

* Monter, monter, monter je dois.

* Mes chausses ont tellement monté que je suis presque plus haut que l'église.

Suis je sur l'emplacement du château médiéval ?

 

 

Le contournement

* Je redescends.

* Ses dimensions sont : 11 mètres de haut, 32 mètres de long, 21 mètres de large.

* En longeant la nef, je constate que l'église est positionnée en hauteur. Je ne saurais pas affirmer que le talus en pierres soit d'origine.

* A cause de la luxuriante végétation, chevet et nef ne sont pas photographiables. Mais je peux affirmer qu'ils ne sont pas défensifs.

Aurais je commis une erreur ?

 

 

Voila une entrée bien défendue

Sa face me fait face

* Enfin, la belle accepte de me montrer ses défenses.

* Sur la droite, une ronde tour curieusement borgne et certainement arasée. L'ensemble est posé sur une base aux pierres pauvrement taillées et peu jointives.

* Sur la gauche, une tour identique.

* Je suis surpris de ne voir ni crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire), ni archère, ni fente de tir. Aseptises sont ces tours et la façade.

 

 

L'intérieur :

* Comme souvent en notre siècle, les églises sont fermées.

* Celle d'Istres ne fait pas exception.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 10ème siècle, un castrum est cité dans les écrits de l'abbaye de Montmajour. Les maisons s'établissent sur la pente.

* Au 13ème siècle, adossée au château seigneurial, une église est construite.

* En 1510, l’autorisation est donnée d'agrandir l'église. Un clocher est ajouté.

* Au début du 18ème siècle, effondrement d'une partie de la voûte. Elle est reconstruite peu de temps après.

* A la fin du 18ème siècle, aménagement d'un baptistère sur le mur Ouest et d'une sacristie sur le mur Sud.

* En 1833, à cause de la foudre, effondrement du clocher. La partie Est est reconstruite. Un nouveau clocher est aménagé en avant du chevet.

* En 1997, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de Beauvoir) est libre et gratuite depuis les ruelles de la vieille ville. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Est ce le lac de Genève que je vois au loin ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux
des Bouches du Rhône

Partager cet article

Repost0