19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 07:50

 

 

La description du bourg fortifié est ici - CLIC

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Voyez vous tous les indices défensifs et de confort ?

 

Le château :  

L'extérieur :

Efficacité et rigueur

* Ayant été partiellement détruit, les gravas ayant fait monter le niveau du sol, le spectacle est surprenant (tout en étant castral). Par exemple :

- La grande porte marron à droite devait être à plus de 3 mètres du sol,

- L'espèce vide derrière la rambarde en fer était la cour intérieure du château.

- Etc.....

- Donc, vous devez imaginer les murs avec une plus grande élévation.

* Face à moi, la tour me fascine par......

........ devinez........

.....le vestige d'une construction en encorbellement nommé : Latrines. wink

 

 

Confort et défense s'amusent sur les façades

* De l'autre coté, le mur est beaucoup plus haut (logique.... moins de remblais). Je suis enfin devant un vrai bâtiment castral.

* Les fenêtres, avec ou sans grilles posées au 15ème siècle, côtoient des fantômes de mâchicoulis. Le chemin de ronde était à ce niveau.

 

C'est à boire... hic... qu'il me faut !

 

L'intérieur :

Rappel

* L'entrée du château-musée étant payante, je me dois de ne pas tout vous montrer.

* Je vais tenter d'aborder quelques thèmes pour vous donner l'envie de visiter cette fascinante construction Vivaraise.

 

 

"Saoul pirail"

* Après avoir pris mon argent, la belle damoiselle à l'entrée m'informe que le château possède 4 étages et...... qu'il faut d'abord visiter les salles basses et la cour avec son puits.

* Etant un Chevalier discipliné, j'obéis.

* Atchoum....... La poussière médiévale me chatouille les naseaux. Heureusement, un soupirail (en réalité un puits de lumière) ventile un peu les salles sombres.

* Certaines salles sont voûtées mais d'autres possèdent un plafond avec poutres.

* Soudain, mon instinct de Dauphinois sent...... les vieux tonneaux.

Y aurait il quelques dégustations ?

* Comme je l'ai écrit au dessus..... je ne vous dirais pas tout.... Hic !

 

 

Vais je manger un boeuf ou deux sangliers ?

Après avoir bu, il faut manger

* Hummmm !

* Mes naseaux sont au paradis. blush

* Les odeurs de poulardes farcies me chatouillent le nez. Je suis certain d'entrer dans la cuisine.

* Que voir en cette pièce ?

- Une imposante cheminée avec four à gâteau.

- Un évier évacuant l'eau dans la cour derrière la fenêtre.

- Puis un potager dont la première apparition date du 14ème siècle. Ce ne sont point des cultures mais un espace pour maintenir au chaud les potages et aussi les plats à mijoter.

-- Le potager est une paillasse en pierre possédant des trous munis de grilles sur lesquelles étaient posées des braises prises dans la cheminée.

* J'avoue que ce gargantuesque repas m'a fait oublier mon envie de glaces.

 

 

Oups... je dois être dans les appartements d'une Dame

 

 

Se reposer après avoir bien mangé

* Le ventre plein, je pressens que ma digestion doit se faire dans le confort et la chaleur.

* La chaleur, c'est important dans un château aux froides pierres mais aussi dans le Vivarais, car l'hiver est rude.

* Il me faut choisir une grande cheminée où je pourrai réchauffer mes vieux os devant l'âtre.

* La cheminée de la salle "de la Dame" me semble être un bon choix.

Avez vous vu les blasons sur le linteau ?

* Bien qu'ils aient été massacrés par les Révolutionnaires vers 1792, il est possible de reconnaître :

- A gauche, celui de la famille Tournon (voir leur château) .

- Au centre, la famille Meyres, propriétaire du château au 15ème.

- A droite, la famille Tournon de Meyres (voir historique).

 

Etant très essoufflé, je vais prier dans la chapelle

 

Quand il faut y aller... heu... faut il rester ?

* La damoiselle de l'accueil m'avait prévenu :

"Ho beau Dauphinois" (c'est moi),

"il vous faudra garder des forces car vos mollets devront grimper 72 marches de hauteur inégale."

* Après un tel repas, ma surcharge pondérale est importante, je vais donc aborder cet escalier en colimaçon avec lenteur.

Ho hisse.... Ho hisse crying

* Je bénis l'architecte de ce château. Il a pensé à installer une coussiège pour que je puisse me reposer dans cette ascension digne des plus grandes montagnes des Alpes. surprise

* La montée infernale (suis je crédible dans mes qualificatifs ?) m'amène devant la chapelle seigneuriale. Cette pièce était dédiée au châtelain et sa famille avec parfois quelques proches.

* Bien qu'elle ait été très consolidée puis transformée en salle d'exposition, il est possible de voir ou d'imaginer (pour moi, les 2 se confondent toujours dans un site médiéval) :

- Le chapelain était logé dans une pièce accessible depuis la chapelle (cette salle est maintenant intégrée à la bibliothèque communale).

- Au fond était l'autel éclairé par une fenêtre à vitraux (hélas remplacée par une porte moderne).

- La voûte sur croisée d'ogives est belle par sa simplicité. Elle retombe sur des têtes sculptées.

* Je parle, je parle.... mais il me reste encore "des milliers" de marches à monter derrière la porte à gauche.

 

 

Les commodités

* Étant très essoufflé par mes efforts surhumains, je ne vais point vous narrer le donjon et ses systèmes défensifs.

* Je vais vous montrer les commodités de la conversation (comme l'affirmaient les Précieuses Ridicules).

* Hummm....... comme il devait être agréable de conter fleurette dans la lumière légère de ces coussièges rapprochées.

* Mais..... oups...... ayant trop mangé....oups.... je me dois de faire une halte dans les latrines.

 

 

La fin et la faim....... de glace

* Pensant qu'une petite glace pourrait me faire digérer, je vais redescendre.

* Oups.... j'ai la tête qui tourne dans cet escalier en colimaçon.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg et du château :

* Au 11ème siècle (?), construction d'une fortification nommée parfois forteresse (petit château ?) par la famille Retourtour (voir l'histoire de cette famille dans leur château éponyme). Une église avec fenêtre à colonnettes est aussi construite.

* En 1247, Armand de Retourtour est seigneur de nombreuses seigneuries dont Désaignes.

* Au 14ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, à la demande des seigneurs de Retourtour, construction du château au centre du bourg et aménagement de l'imposant rempart entourant le bourg. Quatre portes ont été percées (comme pour une bastide).

* En 1379, Briand de Retourtour décède au château. La seigneurie est transféré à Jacques Tournon, marié 3 ans auparavant à Alix de Retourtour la fille unique de Briand.

 * Durant le 14ème et 15ème siècle, avec son activité économique puis l'axe de passage entre Velay et vallée du Rhône par le doux, font de Désaignes un bourg  très riche et peuplé.

* En 1428, les portes sont renforcées, les murs du rempart ont une hauteur de 12 mètres.

* Au 15ème siècle, des modifications de confort sont réalisées au château.

* En 1494, en épousant Marguerite de Meyres (apportant le château en dot), Alexandre de Tournon crée "une nouvelle" famille : Tournon de Meyres.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le bourg et le château souffrent des attaques  aussi bien des Catholiques que des Huguenots (à vérifier).

* En 1608, un Temple (protestant) est construit après la signature de l'Edit de Nantes 10 ans plus tôt.

* En 1644, Just Louis de Tournon décède à Philisburg lors de la bataille de Ladenbrg. Etant sans héritier direct, la seigneurie est donné par testament à la famille Ventadour, plus exactement à la Duchesse (voir titre de noblesse) de Lévy-Ventadour.

* Au milieu du 17ème siècle, par héritage, la seigneurie appartient à sa fille, la Princesse de Turenne.

* En 1684, le Temple est détruit.

* En 1691, Antoine-Marie de la Gruterie Maisonseule (voir leur château d'origine) achète la seigneurie.

* En 1730, Antoine-Marie décède sans héritier. La seigneurie échoue à sa soeur : Claudine de Maisonseule.

* En 1739, Claudine décède sans descendance ni époux. Évidemment, ses sœurs (Jeanne et Anne) et famille de Claudine se disputent l'important héritage.

* En 1742, après un long procès, Louise de Chevrière, nièce de Claudine et fille de Jeanne, hérite de plusieurs biens dont Désaignes. Etant marié à Gaspard de Grollier, c'est cette famille qui administre la seigneurie.

* En 1750, l'ancienne "forteresse des Retourtour" est dite en ruine.

* En 1787, un édit de tolérance permet aux Protestants d'avoir une "vie civile" (car depuis Louis XIV, ils étaient "hors la loi").

* En 1792, Pierre-Louis de Grollier, seigneur de Désaignes, est guillotiné à Lyon. En même temps, les Révolutionnaires attaquent les rares biens existants du dernier propriétaire des lieux.

* Vers 1822, après autorisation du Roi Louis XVIII (voir liste), un Temple est construit sur les vestiges de la forteresse des seigneurs de Retourtour. Une tour est utilisée comme clocher. Ses dimensions prouvent l'importance de la communauté protestante à Désaignes.

* En 1841, une des 4 portes médiévales est détruite pour la création (ou l'agrandissement) d'une route de contournement.

* En 1905, la commune récupère le site castral.

* En 1933, la fenêtre Sud-Ouest du rez de chaussée du château avec linteau, piédroit et grille en fer forgé  est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1939, la porte de Lalle est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1972, certaines parties du rempart et pans de mur sont inscrits aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, un musée de l'histoire locale et de la vie d'autrefois est installé dans le château. Grâce à des systèmes interactifs, chaque salle permet de comprendre les étapes de la vie de cette ville et du Vivarais.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du rempart ainsi que les rues "médiévales" piétonnes est libre et gratuite. La visite du château-musée est payante. Des animations nocturnes et/ou théâtralisées sont possibles. Veuillez vous renseigner.

 

La vidéo du bourg et château est ici - CLIC

 

 

 

Quel plaisir cela devait être d'être guetteur !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Sentez vous la poussière médiévale sur ce rempart ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Désaignes est située à 50km à l'Est du Puy en Velay, à 35km au Nord-Ouest de Valence et à 5km à l'Ouest de Lamastre (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

44° 59' 40" N 04° 31' 01" E
 44.994533°  4.517118°

 

 

 

La cité fortifiée :  

L'extérieur du bourg :

Flâner m'est interdit

* Après avoir visité la fragile ruine de Retourtour (voir ce château), j'ai eu l'idée de changer de commune pour assouvir mon péché mignon...... c'est à dire, manger une glace dans la petite ville touristique proche.

-  Nota : Je vous ai déjà parlé de ma gourmandise en cette commune de Gironde.

* C'est donc avec les papilles en alerte que je cherche une échoppe.

* Soudain, mes poils de castellologue amateur se dressent. Cela signifie que je vais devoir chausser mon heaume de castellologue amateur pour découvrir des murs médiévaux défensifs.

* Adieu glace succulente au goût châtaigne.......

..... Bonjour à toi, murs (et non mûres) âgés.

 

Est ce un évier pour s'en laver les mains... à chaque tir ?

 

Elle est ronde comme une boule de glace

* Dans une commune ancienne, lorsque je vois un mur droit entourant, même partiellement, la petite cité, je pressens cela fut un rempart.

Est ce un rempart Romain, médiéval ou Renaissance ?

* C'est donc avec curiosité que je longe le long et haut mur.

* Evidemment, avec les siècles, les fentes défensives ont été bouchées ou transformées en fenêtres, Mais en léchant les pierres (comme si cela était une glace) j'ai le goût du rempart...... médiéval.

* Soudain, comme dans un conte de fée (ou dans une boulangerie) je vois, non point une glace mais une ronde tour.

* Certes, cette Belle a été arasée, donc a perdu ses créneaux et mâchicoulis (voir vocabulaire), mais en faisant le tour (comme lorsque je mange une boule de glace), je vois une fente verticale ressemblant à une archère droite.

* En approchant je remarque 2 curiosités :

- La base de la fente comporte un trou Trond 

- Le bec-entonnoir sous l'archère, Dans mes croisades castrales, j'ai déjà vu des systèmes défensifs dans une cuisine.

* Pensant avoir tout vu, j'ôte ma tenue de castellologue amateur pour mettre mon chapeau de paille de touriste gourmand.

 

 

Curieusement défensive est cette porte !

Journée portes ouvertes

* En longeant le rempart, j'arrive devant une porte (ce qui est logique, car un rempart sans porte, cela se nomme.... heu.... une boite de conserve surprise ).

* Cette petite porte est nommée : Formate.

* Au dessus de l'entrée une pierre porte le blason de la famille Retourtour :

- "D'or, à trois redortes de sables passées chacune quatre fois en sautoir, rangées en pal".

- Evidemment comme la pierre est monochrome, il faut imaginer les couleurs jaune et gris-noir,

* Pressentant qu'une telle cité doit posséder d'autres portes, je continue mon errance externe.

* Rapidement, je passe devant la porte Janot ressemblant beaucoup à la précédente.

* Quelques enjambée plus loin je vois : La "porte du bourg de l'Homme" aussi nommée  "porte de Salle". Que voila curieuse architecture défensive avec :

- Sur la droite une ronde échauguette sur culots.

- Au dessus, des mâchicoulis faisant office de bretèche (voir vocabulaire).

Avez vous remarqué que les portes ne possèdent aucune archère ni fente de tir ?

Est ce un "lissage" des hommes des temps modernes ?

* Avec précaution, je traverse ce passage du temps.

 

Que c'est beau une archère dans un mur de 7 siècles !

 

L'intérieur du bourg :

Errance

* En entrant, sur la droite, je vois une porte bouchée.

Était ce l'entrée vers la salle des gardes ?

* Se promener dans cette ville semi-piétonne est un plaisir aussi bien pour le touriste que pour le passionné d'histoire. Chaque bâtiment montre la vie passée, par exemple :

Une église catholique, avec comme "toujours" son horloge.

- Puis un Temple protestant, rappelant qu'après la signature de l'Edit de Nantes, les deux religions coexistaient.

* Les agréments de la promenade-découverte sont nombreux :

- Fenêtres à meneaux en croix,

- Linteaux sculptés sur les portes des habitations,

- Fenêtres avec grilles forgées,

- Archères et fentes de tir dans les murs du rempart.

* Chaque détail d'architecture m'informe que la cité fut riche et très habitée il y a quelques siècles.

* Soudain apparaît une masse anguleuse : Le château.

 

 

La description du château est ici - CLIC

 

 

Etude théorique de Désaignes au 11ème siècle

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article
Repost0
12 juin 2020 5 12 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Avec cet enchevêtrement, je pressens le plaisir de la découverte

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Saint-André-de-Cubzac est située à 20km au Nord-Est de Bordeaux, à 18km au Nord-Ouest de Libourne (voir sa porte fortifiée) et à 10km au Sud-Sud-Est de Pugnac.

 

   Coordonnées de l'église :

44° 59' 32" N 00° 26' 55" W
 44.992271°  -0.448680°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Tout sur la tour !

* En découvrant l'église par la face Nord, mon regard est d'abord attiré par l'imposant clocher.

* Sa position excentrée est curieuse. 

* La différence de qualité des pierres m'informe que le clocher a été surélevé.

* Je pressens qu'il fut "tour de guet".

 

Un enchevêtrement montrant 7 siècles de modification

 

L'autre face est aussi complexe

* Diantre !... Que voila architecture chaotique.

* Il me faut un peu de temps pour comprendre cet enchevêtrement.

* En plus du temps, il me faut un plan.

- Le bâtiment avancé à droite, formant le bras du transept, est une construction de la fin du 16ème siècle. Je m'en désintéresse.

- Évidemment, la nef fortifiée me fascine. La salle de repli défensif est clairement identifiable.

Voyez vous la différence avec le coté Nord ?

-- La corniche a disparu. Je ne m'explique pas la raison.

- La nef est soutenue par 3 types de contreforts différents.

-- La différence de hauteur et d'épaisseur entre ceux de droite et de gauche s'explique par la création de la salle de repli.

Mais pourquoi cet imposant contrefort au centre ?

-- L'explication semble être le poids du clocher coté Nord appliquant une poussée sur les voûtes intérieures de la nef.

 

 

Des défenses encore

* Sur la gauche, donc à l'angle de la façade d'entrée, une curieuse construction m'interpelle.

* Ce vertical et rectiligne aménagement ressemble à une tour d'angle. Mais curieusement, elle ne dépasse pas le toit, comme le ferait une classique construction défensive dans un angle.

* Cette tour se transforme en échauguette, communicant avec la salle de repli de la nef.

* Cette plateforme de défense et de guet possède des mâchicoulis (voir vocabulaire) dont les orifices sont très fins.

Comme cette église possède d'originales défenses !

Que voila un chevet polygonal très défensif

 

 

Le chevet polygonal

* Cette église est fascinante par ses multiples originalités !

* Par exemple :

- Très souvent un chevet d'église romane est soit plat, soit en hémicycle, c'est à dire de forme semi-circulaire.

- Sur cette église, le chevet montre plusieurs pans de mur.

* Évidemment, vous avez remarqué la salle de repli défensif sous le toit.

* Comme pour la nef, la corniche ainsi que les modillons ont disparu, laissant les chapiteaux des colonnes dans un curieux vide.

* Nota :

- Vous avez certainement remarqué les fentes verticales  pour fusil dans le mur des collatéraux et du transept.

- Précédemment je vous ai dit que je m'en désintéressais. Je rage de cette stupide décision.

 

 

L'entrée unique !

* Unique ne signifie pas que c'est la seule porte pour découvrir l'intérieur, en notre siècle.....

..... Unique car je n'ai pas encore vu ce style d'architecture défensive. aire le tour des tours est le tournant de la découverte

* En faisant abstraction du petit bâtiment avancé au centre, je vois une façade défensive.

* A droite, la tour possède des ouvertures de guet et de tir pour arme à feu. Cette salle défensive communique avec l'échauguette vue précédemment.

* La tour de gauche ne possédant pas d’échauguette se pare d'ouverture de guet et de tir coté nef. Coté entrée, le système défensif est identique.

* J'ai une question :

A quoi sert cette encoche à la base de la tour gauche ?

 

 

L'intérieur :

Lumineuse et grandiose

* En entrant, je suis étonné par la lumière, pour une église théoriquement Romane.

* Avec toutes les fenêtres ajoutées, la nef est très lumineuse. 

 

 

L'aventure Gironde continue

* L'abside en cul de four me transporte dans le Moyen Âge.

* Constatant que je ne pourrai pas monter dans les salles de repli défensif, je rebrousse chemin en admirant les voûtes.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église et d'un prieuré demandée par les bénédictins de l'abbaye de La Sauve-Majeure. L'église comporte une nef droite, une chapelle latérale portant un clocher et un chevet polygonal.

* Au 13ème siècle, la charpente en bois est remplacée par des voûtes en ogive portées par des piliers divisant la nef. Des contreforts extérieurs sont construits pour tenir les murs de la nef. En ce siècle, la petite cité est un carrefour commercial important.

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, le Roi d'Angleterre et Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine érige une châtellenie pour surveiller les possibles intrusions Françaises.

* Au 15ème siècle, le clocher est rehaussé.

* En 1453, à la fin de la Guerre, l'Aquitaine redevient Française. N'étant plus stratégique, la cité est délaissée. Son château n'est plus entretenu (à vérifier).

* Au 16ème siècle, à cause des Guerres de Religion, l'église est fortifiée.

* Au 18ème siècle, la nef reçoit de nouvelles fenêtres offrant plus de lumière. Un portail est aménagé coté Ouest, puis une sacristie est construite au Sud-Ouest.

* En 1837, par manque d'entretien, l'église est proche de l’effondrement. Au lieu de la démolir, de nombreux travaux de consolidation sont réalisés.

* En 1925, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* A partir de 1977, l'église est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-André-du-Nom-de-Dieu) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Quelle masse, quelle puissance, quelle défense !

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde
Partager cet article
Repost0
9 juin 2020 2 09 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Ce panneau oblige le touriste à admirer le château

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Die est située à 70km au Nord-Ouest de Gap, à 60km au Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à 45km au Sud-Est de Valence.

 

     Coordonnées du château :

44° 45' 03" N 05° 22' 41" E
 44.751004°  5.378259°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Stop ou encore ?

* J'ai faim.

* Je quémande à mon destrier de trouver une taverne pour me sustenter.

* Soudain, mon palefroi s’arrête.

* Evidemment, il a vu le panneau, mais il attend, il attend, il attend.

Qu'attend il ?

 

 

Diantre !... Que voila fantôme maquillé

Le partiel est en haut

* Il attend que j'étudie la possibilité de me rendre au sommet d'une colline pour voir un château qui semble très remanié.

* Donc, je grimpe... le ventre vide.

* Au sommet, je me cogne le nez sur une ronde construction.

* Bien qu'elle ait subi quelques "chirurgies" esthétiques, elle montre encore des alignements de pierres et des trous de boulin (voir vocabulaire).

* Le crénelage a été consolidé à la manière de Viollet le Duc, mais l'esprit médiéval existe encore avec les mâchicoulis.

* Accroché à la tour survit un morceau de la courtine.

 

 

L'intérieur :

Bondir, c'est avancer

* En un bond, je suis dans le châteausurprise

* Il est vrai qu'avec l'absence de rempart, mon exploit ne sera pas dans les annales des conquêtes impossibles.

* Le morceau de courtine me permet de voir son épaisseur et sa constitution (le remblai).

* La tour comportant 3 niveaux possède au deuxième une statue de la Vierge.

- Je vous ai déjà montré au château de Clansaye.

* Au premier niveau, la salle a été transformée en chapelle.

 

 

La cerise sur mon gâteau

* Grâce à la position en hauteur de ce château, je peux répondre à cette trilogie philosophique ou théologique :

- Qui suis je ?...... Le gratin de la Chevalerie.

- D'où viens-je ?... D'ici.

- Où vais-je ?.... Vers là.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, les évêques de Die font construire un château de surveillance et de contrôle de la route venant de Gap.

* Au 19ème siècle, le curé de Die achète la tour puis la transforme en chapelle mariale, sous le vocable : Notre Dame d'Espérance de Die.

* Vers 1960, la statue de la Vierge est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Mais il serait possible d'entrer quelques jours par an, renseignez vous.

 

 

Hoo mon Vercors, comme tu es beau !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

Il faut sauter la haie... pour séduire la belle !

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Lovagny est située à 45km au Nord de Chambéry (voir son château), à 40km au Sud de Genève et à 10km à l'Ouest d'Annecy (voir son château).

 

   Coordonnées du château

45° 53' 57" N 06° 02' 21" E
 45.899136°  6.039274°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Avant propos

* Je suis amoureux !  

* Je ne sais point si objectif je vais être dans la narration de cet article car Cupidon  m'a frappé à Montrottier.

* En vos yeux derrière l'écran, je sens poindre la question :

"Chevalier, tes yeux brillent ils pour cette construction ?"

* Que nenni.

* En ce château il y a une "guideuse" aux cheveux de feu, aux mains qui virevoltent en narrant l'historique, aux mots si proches des miens..... que j'ai cru m'entendre.

* La damoiselle parfaite est là, devant moi........ mais........ je suis transit ! blush

 

Que c'est beau un château avec une belle 'guideuse' !

 

L'histoire de la rencontre commence ainsi

* Sur la demande de mon Dauphin (voir liste), j'erre en terres Savoyardes pour espionner les fortifications de mon ennemi médiéval avant notre invasion (victorieuse) prochaine.

* Ce château posé sur une colline semble puissamment défendu. De plus avec son haut donjon, il va voir de loin les armées Dauphinoises.

* Derrière un premier rempart arasé puis un deuxième avec de rondes échauguettes d'angle, le château coté Sud comporte :

- Sur la droite (avec les échafaudages), la tour des religieuses avec une fine échauguette dans l'angle.

- Au centre, un donjon avec chemin de ronde défensif et mâchicoulis (voir vocabulaire).

- A gauche, les logis des Comtes et Chevaliers encadrés par une puissante tour défensive et une tour d'angle.

* Lentement j'avance en rampant dans l'herbe, mais les "Maudits Savoisiens" ont laissé en liberté des centaines de bêtes féroces aux cornes acérées et à la bave aux lèvres.

* N'étant point un matador (mais un Chevalier) je vais être plus brave en espionnant le château par l'entrée principale.

* Je ne le sais point encore, mais derrière le donjon........ cachée est...... ma promise.

 

 

Une topur-porte arasée avec des modernisations

Elle est proche.... mais je ne le sais pas

* Depuis les dernières maisons du bourg, il faut monter, monter, monter......

* Soudain, un bâtiment de ferme très modernisé.

* J'entre puis je donne quelques piastres Dauphinoises à un barbu Savoyard puis je m présente devant une curieuse entrée.

* La tour-porte (c'est ce que je suppose) a perdu sa hauteur, sa bretèche, son double ventail, sa herse et peut être..... son pont levis.

* Pourtant, en retrait par rapport au deux "tours" avancée l'encadrant, cette porte est classique au moyen âge.

* Elle est accompagnée par des façades plus récentes montrant :

- De jolies fenêtres.

- Des fentes que je pressens être plus pour la lumière que pour des archers.

- Une échauguette d'angle faisant le pendant celle vue sur la tour des religieuses (qui se situe d'ailleurs à ma gauche).

* Lentement j'avance le plan à la main.

 

 

L'intérieur :

Je suis nez à nez avec elle !

* En entrant, c'est le choc !

* Elle est là, devant moi....... et moi, si petit...... émoi, si grand !

* Je veux l'enlacer, la serrer, la pénétrer. surprise

* Heu.... je ne parle point de "Ma guideuse" mais de la tour maitresse.

* Il me faut visiter ses entrailles.

Comment entrer ?

*  Comme pour tous les donjons, l'entrée n'est pas en bas mais à quelques mètres du sol, accessible par une passerelle.

 

Sont ce des coeurs tombant des mâchicoulis ?

 

Je vais vous la décrire !

* Hooo, toi, ma belle, ma merveille, ma sublime..... Pardonne moi car je me dois de donner tes mensurations. blush

- Hauteur : 36 mètres.

- Périmètre à la base : 30 mètres.

- Epaisseur du mur à la base : 3 mètres.

- Epaisseur du mur au sommet : 1,5 mètre.

- Nombre de marches : 93.

 

 

La vieille est si jeune.... Elle est parfaite !

* C'est essoufflé que j'arrive en son sommet car cette belle m'a fait marcher.... avec toutes ses marches.

* Le spectacle est à la hauteur de l'effort :

- Un rond chemin de ronde.

- Des fentes défensives parfaitement fendues.

- Des ouvertures ressemblant à deux yeux autour d'un nez.

- Une vue sans limite......

    ......... mais j'avoue que ma limite est son large bassin (hummm, quel bassin féminin !).

 

 

Elle est chaude, mais distante, Elle est défensive et accueillante

Elle s'ouvre encore plus à moi !

* Je suis si heureux de l'avoir rencontrée que je vole, je vole, je vole.

* Curieusement, je suis dans un autre bâtiment alors que je ne me souviens plus d'avoir descendu les marches.

* Cette vaste salle ressemble à une aula.

* Le bois et la pierre se marient magnifiquement....... Just married.

* Les fenêtres à coussiège invitent le visiteur à lire des textes du Bel Amor.

* La cheminée permet de réchauffer nos corps après avoir épuisé nos sens.

 

 

C'est à ce moment où j'ai perdu tous mes sens !

* Proche du donjon, une voix parfaite raisonne en mes oreilles.

* La douce et belle Savoyarde (me) quémande de la rejoindre pour la visite commentée.

* Ses mots volent comme des colombes. Elle (m') explique la raison des objets dans les vitrines et sur les murs, la fonction des salles.

* Ses mains posent des questions aux visiteurs, mais je ne vois que ses yeux.

* Elle parle des Maçons.... Mais j'entends qu'elle veut une maison pour nous deux.

* En sa présence je me sens désarmé.

* Lorsqu'elle (me) montre une corne de Licorne....... Je comprends que c'est l'abondance de mon amour (dans une corne) qu'elle veut.

 

 

La vie à ses cotés doit être grandiose !

* Voici comment je vois les salles en sa présence.

  

La salle des Chevaliers est.... évidemment mienne !

Il y a peu, le propriétaire écrivait et mangeait en cette salle.... historique

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction de la tour (curieusement nommée) des religieuses. Le but de cette maison forte est de contrôler le passage sur le Fier, chemin entre Chambéry et Genève. Le site est (serait) possession du Comte de Genève (voir liste).

* Au 14ème siècle (?), construction du logis des Chevaliers et de la salle des gardes.

* En 1425, le château est possession du Duc (voir titre de noblesse) Amédée VIII de Savoie (voir liste).

* En 1427, le château est possession de la famille de Menthon (voir liste).

* Au 15ème siècle, construction de l'imposant donjon cylindrique sur la demande de Pierre de Menthon-Montrottier. Sa fonction : Marquer la puissance du propriétaire du site fortifié. Construction ou aménagement de logis coté Ouest (salle des Comtes ?).

* Vers 1792, les Révolutionnaires Français s'emparent du château puis saccagent certaines salles. Le donjon est partiellement arasé. Le site est vendu comme Bien National.

* Vers 1799, le site est possession de la famille Dufour.

* En 1839, la famille Rochette possède le château.

* En 1876, la famille Frèrejean, industriel de Lyon, achète le château.

* Au 19ème siècle, le sommet du donjon est reconstruit.

* En 1906, Léon Marès achète le bâtiment puis l'aménage, C'est ce riche collectionneur qui a façonné les salles si extraordinaires de ce château.

* En 1916, par testament, monsieur Marès lègue le château et les terres à l'Académie florimontane.

* En 1919, le château et ses collections sont classés aux Monuments Historiques. Peu de temps après, le site historique est ouvert à la visite.

* En 1935, les jardins et certains terrains du château sont inscrits aux Monuments Historiques.

* En 1987, certains bâtiments annexes du château sont inscrits aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible depuis le parking, la route et le sentier. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Il est fort, ce château... Fort fort et fort beau !

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article
Repost0
5 juin 2020 5 05 /06 /juin /2020 07:51

 

 

La description de l'extérieur du château est ici - CLIC

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

La cour emporte le visiteur dans une rêverie intemporelle

 

Le château :

L'intérieur :

La récréation dans la cour

* Après avoir traversé un tunnel "creusé" dans la haute et quadrangulaire tour-porte de plus de 5 mètres de large, j'entre dans la cour.

* Quelle magnificence !

* Cette sensation m'est inspirée par la lumière arrivant du haut, puis par l'élégance simple des arcades et enfin par l'aspect intemporel des blasons peints.

* Evidemment cette paroi n'était point ainsi il y a plusieurs siècles, mais ce lieu étant consacré au Duché de Savoie, il est logique d'y voir ces marques seigneuriales.

 

 

Je suis surveillé

* En cette cour, il n'est pas possible de faire une bêtise car le visiteur est sous la surveillance de la puissante tour maîtresse :

- Elle voit tout,

- Elle contrôle tout,

- Elle peut punir depuis ses mâchicoulis.

 

 

En voyant ces petits trous, je ferais bien une chanson.... hihihi

Défensive

* La fonction principale d'une maison forte est : La défense.

* Cela se matérialise :

- Depuis le bas par des archères droites avec ébrasement pouvant aussi être utilisées avec des fusils.

- Depuis les étages.

* Par les trous rondes des petites canonnières, il est possible de défendre les courtines.

 

 

Habitable par la lumière

* Dans l'expression "Maison Forte", il y a le qualificatif d'habitation plaisante.

* Pour que le plaisir d'habiter soit entier il faut :

- De la lumière apportée par les fenêtres,

- Et une belle vue,

- Puis du raffinement dans les pièces principales.

 

 

Ils me regardent..... comme si j'étais coupable !

Habitable par les décors

* En découvrant chaque pièce j'ai l'impression :

- Que les propriétaires y vivent encore tant tout parait fonctionnel,

- Mais que je suis aussi dans un petit musée.

Quel fascinant contraste !

* Les pièces sont grandes, les cheminées imposantes, la lumière omniprésente, tout semble prévu pour le plaisir de la famille qui fit certainement partie de grande bourgeoisie.

* Ne voulant pas tout vous montrer, je vous demande de redescendre par cet escalier pendant que je continue ma visite........

  .... en espionnant les stratégies militaires des Savoyards, l'ennemi médiéval des Dauphinois.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, une villa est construite (à vérifier).

* En 1178, Willerme d'Avully est chamoine de Genève.

* En 1257, la famille chevaleresque de Faucigny (voir leur château principal) est citée dans un texte. Elle possèderait une maison en ce lieu.

* En 1268, par mariage le Dauphin Guigues VII hérite des terres de Faucigny.

* Au début (?) du 14ème siècle (1335 ?), pour contrôler le passage vers le Chablais, avec l'autorisation (l'obligation ?) du Comte de Savoie (voir liste des Comtes), construction d'une maison forte possession de la famille d'Avully. Elle est vassale du seigneur de Faucigny (voir leur château).

* En ce 14ème siècle, la province du Faucigny devient terre Dauphinoise (voir liste des Dauphins). Cette enclave dans le Comté de Savoie est sujette à de nombreuses attaques.

Avully a-t-il été une des cibles ?

* En 1349, lors du Transport du Dauphiné au Royaume de France le Comte de Savoie doit "affronter" le Roi de France pour les terres de Faucigny.

* En 1355, lors de la signature du traité de Paris, le Faucigny (donc Avully) redevient Savoyard.

* En 1364, Jean d'Avully participe à la croisade Alexandrine (voir explication).

* En 1391, Humbert d'Avully est à la cour du Comte Amédée VII en sa résidence de Ripaille (voir ce château) à Thonon.

* En 1414, construction de la tour en amande.

* Durant le 15ème siècle, par manque de descendants mâles en vie, le château d'Avully passe successivement entre de nombreuses familles : Boëge, Rovorée-Excenedex.

* A la fin du 15ème siècle (1499 ?), Philiberte de Rovorée-Boëge vend la seigneurie à la famille Saint Michel.

* Au début du 16ème siècle, la maison forte adapte son système défensif aux nouvelles armes à poudre.

* En 1536, lors de l'invasion Bernoise, la famille Saint Michel se convertit au Protestantisme.

* En 1545, Antoine Saint Michel est vassal du seigneur de Berne (occupant le Chablais).

* Au milieu du 16ème siècle, de nombreuses modifications de confort sont réalisées dans le château.

* A la fin du 16ème siècle, Antoine de Saint Michel, Baron (voir titre de noblesse) d'Avully, est cité dans un texte (consistoire de Thonon). Il est le représentant du Duc de Savoie.

* En 1600, le Roi de France (voir liste) Henry IV attaque la Savoie. Le Baron d'Avully quitte précipitamment son château.

* Au milieu du 17ème siècle, par mariage le château est possession de Charles Victor Scaglia. des modifications sont réalisées au château (salle Sud-Ouest ?). 

* Au 18ème siècle (1754 ?), le petit neveu de Saint François de Salle achète le site.

* Vers 1792, les Révolutionnaires n'attaquent pas le "petit" château. 

* Au 19ème siècle, le bâtiment est loué à des fermiers (à vérifier).

* A la fin du 19ème siècle, le château est possession de la famille Mouchet de Saxel.

* En 1946, la ruine de la maison forte d'Avully est classé : Site pittoresque de Haute Savoie.

* Vers 1950, après de nombreuses années sans entretien, les bâtiments sont délabrés puis abandonnés. Ruine semble être son avenir.  

* En 1970, la famille Guyon achète le bâtiment très délabré puis décide de reconstruire et de restaurer la ruine historique.

* En 1974, le château est inscrit aux monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, votre Chevalier assiste à une soirée "culturelle". L'accueil est agréable.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible depuis la route et le parking. La visite payante de l'intérieur est possible. Renseignez vous sur les dates et horaires d'ouverture du château car certains jours, des mariages et réceptions privées (séminaire, festival de musique) sont organisés rendant impossible la visite touristique.

 

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

Je souhaite connaitre l'adresse de leur coiffeur

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article
Repost0
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Que voila château magnifiquement entouré d'habitations sur rempart

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montbrun les Bains est située à 35km au Nord-Est de Carpentras, à 25km au Nord-Nord-Ouest de Simiane la Rotonde (voir son château) et à 20km au Sud-Est de Buis les Baronnies.

 

     Coordonnées du château :

44° 10' 33" N 05° 26' 18" E
 44.175812°  5.438277°

 

 

 

La cité fortifiée : 

L'extérieur :

Point besoin de lunettes, je vois bien de loin

* Depuis le château de Reilhanette, je vois au Nord-Est un site castral entouré de maisons.

* Je pressens que cette petite cité fortifiée posée sur une colline fut aménagée au moyen âge.

* Il me faut de suite la découvrir.

* Mon destrier, toujours aussi vif à lire mes pensées, galope vers cette commune de.......... bains.

 

 

Rempart, porte fortifiée, église, château.... une vraie cité médiévale !

A mi-distance, ma vue est parfaite

* Depuis la vallée, la petite cité arbore fièrement son passé défensif.

* Elle est composée logiquement :

- D'une église romane.

- D'une porte fortifiée.

- Un château au sommet.

* Les maison alignées à mi-hauteur se sont établies dans le rempart.

* Ne pouvant s'étendre ni plus bas ni sur le coté, les maisons se sont élevées :

- Niveau bas pour les bêtes.

- Puis l'habitat.

- Puis grenier pour les récoltes.

 

 

De près aussi, ma vue est bonne

* Après avoir grimpé quelques calades, proche du vestige du 2ème rempart, je rencontre la porte nommée en notre siècle : 

- Tour de l'horloge.

- Beffroi.

- Tour campanile.

* Cette porte défensive montre :

- Des archères droites.

- Des mâchicoulis sur 3 cotés.

- Puis sur la plateforme, un campanile.

* Je ne vois aucune trace d'un pont levis.

* Par contre, le rail de guidage m'informe q'une herse existait.

 

 

L'intérieur :

Mon œil droit voit très bien cette surprise

* En franchissant cette porte, je n'imaginais point sa curieuse architecture.

* Une sorte de mur a été construit coté intérieur ville.

* Je pressens qu'à l'origine, la tour devait être ouverte à la gorge (voir un exemple à Sisteron), puis elle fut refermée.

 

Vous savez que je les aime rondes... bien rondes !

 

Mon œil gauche arrondit les formes

* La montée vers le château n'est pas difficile.

* En arrivant proche du sommet, je suis accueilli par une tour du rempart extérieur très arasée et aux défenses minimales. En notre siècle, elles sont au nombre de 2 mais je subodore qu'elles devaient être 4.

* Puis, je découvre le château.

* Aux angles, il possède des rondes tours qui semblent avoir été consolidées de nombreuses fois.

 

 

Ensemble, mes deux yeux voient des droites trouées

* Entre chaque tour, il y a évidemment une courtine parfois très abîmée.

* Le deuxième niveau montre de nombreuses fenêtres à meneaux en croix. Ce devait être les salles de réception et de vie.

* Les étages supérieurs n'ont que de simples ouvertures. Je suppose que c'était les étages des chambres pour le personnel et les gardes.

* L'absence de toit me fait comprendre que le château n'est pas habitable (ni habité).

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle, les Romains établissent des bains grâce aux sources d'eaux sulfurées.

* Au 12ème siècle (?) construction d'un château. Il semble qu'il soit en coseigneurie entre les familles Mévouillon et Agout. Des maisons se construisent dans la pente.

* En 1178, les seigneurs de Mévouillon sont considérés comme les vassaux directs de l'empereur Frédéric 1er Barberousse. Ce dernier leur accorde le droit de transformer leur territoire en Principauté (relevant directement de l'Empire). 

* Au 13ème siècle, la famille Mévouillon a des problèmes d'argent. Elle cède une partie des seigneuries (lesquelles ?) au Comte (voir titre de noblesse) de Valentinois et de Diois. Les Mévouillon rendent un hommage partiel au Comte de Toulouse (à vérifier).

* En 1317 (le 2 septembre), la famille Mévouillon est très endettée. Raymond VI de Mévouillon cède officiellement la Principauté au Dauphin (voir liste) par acte passé à Avignon. Ce site devient "Dauphinois".

* Au 14ème siècle, des tours portes sont aménagées.

* Au 16ème siècle, Charles du Puy-Montbrun est seigneur de Montbrun. Il fait détruire une grande partie du vieux château médiéval pour faire construire un logis Renaissance.

* Au milieu du 16ème siècle,  à cause des Guerres de Religion, les habitants renforcent les remparts (à vérifier). Charles du Puy-Montbrun devient le chef des Huguenots en Dauphiné. Son hardeur au combat  est telle qu'il est parfois nommé : Le Bayard Protestant.

* En 1560, le château de Montbrun est démantelé sur l'ordre du Roi Charles IX (voir liste).

* En 1577, deux ans après l'exécution de Charles du Puy-Montbrun pour exactions, pillages et meurtres , le Roi de France ordonne que toutes traces de son procès (et de sa vie ?) soient rayées.

* En 1620, Jean Alleman du Puy-Montbrun, fils de Charles, marié 29 ans auparavant à Lucrèce de La Tour du Pin-Gouvernet, devient, par la grâce du Roi, le premier Marquis de Montbrun.

* Vers 1789, sentant les méfaits de la Révolution Française, les propriétaires du château quittent la cité.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château puis le vendent comme Bien National. Ruine sera l'avenir de cette construction seigneuriale.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la cité, de la porte fortifiée et des ruines est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Pauvre château..... tout cassé !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
26 mai 2020 2 26 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Avec mon oeil d'aigle, je vois une merveille

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Lespéron est située à 45km au Nord-Ouest d'Aubenas, à 40km au Sud de Le Puy en Velay et à 3km à l'Est de Langogne.

 

   Coordonnées du château :

44° 42' 40" N 03° 52' 04" E
 44.711226°  3.867894°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

La surprise

* Après avoir visité la magnifique ruine du château de Luc en Lozère, mon destrier m'emporte ver le Nord.

* Son pas lent et rythmé puis le chaud soleil m'endorment.

* Soudain, mon palefroi stoppe, henni, me jette de sa selle.

* Je sais (car nous sommes un vieux couple donc les mots sont inutiles) qu'il a senti de la poussière médiévale.

Où est le site à visiter ?

 

Quel spectacle !... Une géante tour et une petite ruine

 

D'une province à l'autre

* Etant sur une route Lozérienne, je ne comprends pas la raison de stopper ici :

- "Je n'ai rien coché sur ma carte. Es tu certain qu'en Gévaudan il y a un site castral proche ?" demandais je à mon étalon.

* Le voyant hausser les épaules puis me montrer son fessier,  je comprends qu'erreur de province j'ai faite.

* De l'autre coté de la rivière Allier, donc en Vivarais, je vois des grises constructions à l'Ouest du village de Concoules.

* Ne pouvant traverser à cause de la rivière et de la voie ferrée, je tente une observation de loin.

 

 

Deux pour le prix d'une

* Le site est composé de 2 constructions :

- Celle de droite est le vestige d'une église avec un beau portail d'architecture Gothique.

- A gauche, une imposante tour ressemblant à un donjon.

 

 

Une fascinante géante

* La base de la tour ressemble à un carré de 10 mètres de coté.

* La construction actuelle semble avoir une hauteur de 20 mètres.

* Elle est dépourvue de crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire). Mais il est probable que ce soit du à un arasement (supposition théorique de ma part car je vois des tuiles au sommet).

* Ses pierres en granit sont pauvrement équarries et peu jointives.

* Ses parements d'angle, bien que réalisé avec des pierres de grandes dimensions, sont pauvrement taillées.

* Cette haute tour ne possède aucun contrefort (cette caractéristique est étonnante).

* Je ne vois ni échauguette ni encorbellement (latrines, bretèche...)

* Sur la gauche, il me semble voir une tour escalier. Je remarque des ouvertures de dimensions différentes.

* Au 4ème niveau, la fenêtre avec linteau en accolade a été obturée.

 

 

Cette tour est si secrète que je ne peux point la déchiffrer

Mes interrogations !

* Cette construction me pose beaucoup de questions.

1  - Avec mes jumelles, je ne vois pas d'autres murs. Il y a quelques murets mais qui semblent plus récents (découpage de parcelles ?).

Etait ce une tour isolée ou un vrai château ?

Nota :

- Sur la vue satellite, il me semble voir des murs "anciens" coté Sud.

2 - Un château de plaine est souvent entouré de douves.

Pourquoi est il si loin de la rivière ?

3 - Je vois quelques collines proches.

Pourquoi est il en "fond de vallée" ?

4 - En feuilletant les cartes des voies romaines (souvent utilisées au Moyen Âge), je vois que la plus proche est loin du donjon.

Que surveillait cette tour ?

5 - L'église est proche de la tour mais semble trop loin pour une chapelle castrale.

Le donjon a-t-il été construit après l'église

pour protéger des paysans ?

6 - Ma question finale :

Pourquoi dois je répondre à ces questions

alors que ce site a été trouvé par mon équidé ?

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas ouverte à la visite.

* Je repars vers une nouvelle aventure en Lozère, puisque j'approche de Langogne.

 

 

Le diaporama de la tour est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la tour :

* Au 12ème siècle (à vérifier), construction de la tour. Elle serait (peut être) possession de la famille Arlempdes.

* En 1382, durant la Guerre de Cent Ans, Just Rolland accompagné de ses Routiers, saccagent plusieurs villages dont Lesperon. (Aucune archive sur la tour précise son état).

* En 1982, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier communal,  en respectant la propriété privée.

 

 

Je me cache dans les arbres pour espionner.... la fenêtre de la Belle

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article
Repost0
22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

Deux couleurs pour.... milles plaisirs !

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le commune de La Baume de Transit est située à 30km au Sud-Sud-Est de Montélimar (voir son château), à 25km au Nord d'Orange et à 15km à l'Est de Pierrelatte.

 

     Coordonnées du château :

44° 20' 16" N 04° 51' 55" E
 44.337975°  4.865430°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Le soleil, les cigales

* En ce début de printemps, après avoir visité quelques sites médiévaux en Provence, mon destrier remonte vers le Nord pour revenir en mes Terres Dauphinoises.

* Dans cette plaine (la vallée du Rhône), il est facile de voir les villages et surtout...... les châteaux.

* Dans cette ambiance aux parfums Provençaux, j'avoue ne pas me sentir en Dauphiné. Pourtant les sabots de mon palefroi frappe la limite Sud de "la plus belle des provinces"..... en toute objectivitéblush

* C'est donc avec attention que je regarde autour de moi.

* Soudain, comme volant au dessus des maisons, une tour apparaît.

* Je quémande à mon Pégase de voler jusqu'à cette commune.

 

 

Les fantômles de mâchicoulis m'emportent 7 siècles en arrière

Murmure de tour ou tour des murs murs

* En arrivant, je découvre une imposante tour s’entremêlant avec le rocher.

* La construction qui s'offre à moi est composée :

- D'une courtine avec quelques consoles doubles et quadruples.

- D'une imposante tour semi circulaire avec vestiges de mâchicoulis au sommet.

* Le site étant partiellement arasé, je ne peux point savoir si un crénelage existait sur le mur ET la tour. Je le suppose.

 

 

Blessures et ouvertures

* Tour et courtines ne sont point aveugles. Elles possèdent de grandes ouvertures correspondant à des fenêtres (certainement réalisé à la Renaissance).

* Mais tour et courtines ont des cicatrices. Certaines sont dues à des attaques (il y a plusieurs siècles), mais d'autres ressemblent à des consolidations d'urgence (certainement récentes).

* Avec un œil d'aigle (ou bien un flair de canidé) j'ai repéré un détail : Une ouverture de tir avec ébrasement (voir vocabulaire).

* Il est temps de trouver une trouée pour entrer.

 

 

L'intérieur :

Peu et beaucoupQuelle ruine magnifique !.... Il y en a partout

* Ma première surprise est la différence de couleur des pierres entre extérieur et intérieur est fascinante. Je ne vous ferais pas une explication de géologue, mais cela s'explique.

* Ma deuxième surprise est pour la beauté et la variété des murs et vestiges.

* Ne riez point, cette ruine montre :

- Des arrachements de mur.

- Des fenêtres à coussiège et sans coussiège.

- Des traces de cheminée.

- Des encadrements de porte amenant....... dans le vide. cheeky

- Des colonnes engagées.

- Des chapiteaux ouvragés.

 

 

Le risque est pour moi

* Il est temps de se dire adieu....

  ..... car je dois utiliser cet escalier en colimaçon pour voir le panorama.

* Comme il est instable, je vais vous demander de sortir pour évitez que vous receviez une marche...... sur la tête et non..... marcher sur la tête. smiley

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. le seigneur est vassal de la famille Poitiers-Valentinois.

* En 1189, Aymar II de Poitiers est vassal de Raymond VI de Toulouse. Ce "lien" aura des conséquences pour le château dans 20 ans.

* En 1209, début de la Croisade des Albigeois. A la tête de l'armée Royale, Simon de Monfort se doit de soumettre tous les seigneurs ayant un lien avec les Cathares. Il attaque ce château.

* Au 15ème siècle (?), aménagement (construction ?) du donjon.

* Au début du 16ème siècle, (certains historiens supposent) Diane de Poitiers dort (une nuit ?) en ce château . Elle a (aurait ?) demandé quelques modifications (à vérifier).

* Au 16ème siècle, les Guerres de Religion ravagent la France. La seigneurie étant Catholique, les armées Protestantes attaquent puis pillent le site. François de Baume, seigneur de Suze, fervent Catholique, attaque pour récupérer aux Huguenots de nombreux sites. La Baume de Transit est à nouveaux "Catholique".

* En 1980, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Bien que les murs et la tour aient été consolidés, soyez toujours très prudents dans une ruine.

 

La vidéo du château est ici - clic

 

 

Je vous invite à marcher sur les marches du temps

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Sentez vous le plaisir monter avec cette belle ronde ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Etables est située à 25km au Nord-Ouest de Valence, à 20km au Nord-Est de Lamastre (voir son château) et à 18km au Sud d'Annonay.

 

   Coordonnées du château :

45° 05' 59" N 04° 43' 25" E
 45.099816°  4.723737°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Sa rondeur me séduit

* En arrivant dans la commune, de suite mon instant de castellologue amateur est attiré par une ronde construction.

* Ce type d'architecture est soit un moulin, soit un pigeonnier, soit une tour.

* Lentement je m'approche de cette belle pour voir qu'elle arbore :

- Une archère-arquebusière.

- Une ouverture horizontale ressemblant à une canonnière (je doute un peu de sa fonction).

 

 

Voyez vous les détails médiévaux ?

Classique architecture

* Lentement, tel un amoureux ne voulant point effrayer la belle, je contourne le bâtiment.

* Bien que les siècles et les hommes aient transformé ce petit château, il est encore possible de comprendre son architecture.

* C'est un quadrilatère avec une tour d'angle et un donjon carré puis une cour centrale (voir la vue satellite).

 

 

La suite est....détaillante

* A droite du donjon, je remarque une porte ogivale.

* Je pressens que nombreuses découvertes je vais faire.

* Que vois je ?

- Une barrière en bois..... Évidemment, c'est pour éviter que les promeneurs comme moi entre.

- Au sommet, les restes du beau double vantail.

- Puis sur le coté, le rail de guidage d'une herse.

- Et enfin, le trou d'emplacement de la poutre de blocage de la porte.

 

 

L'intérieur :

Je vole et je vole

* La propriété privée et habitée n'est pas ouverte à la visite.......

  .......... mais, tout en restant dehors, j’étends mes ailes pour voler entre les 2 portes (la marron médiévale et la bleue moderne).

* Ainsi, je peux voler quelques images intérieures.

 

 

Deviner, c'est voir autrement

* Le mur intérieur, de ce qui devrait être le logis, porte des traces de son histoire.

- Des lits de pierres pauvrement taillées de dimensions aléatoires.

- Des fenêtres bouchées (à droite et en bas).

- Des fenêtres à meneaux en croix ne laissant plus passer la lumière.

- Des pierres trouées (sont ce des remplois d'ouverture de tir pour fusil ?).

- Une porte ogivale transformée en "Lapeyre" moderne.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, la seigneurie est mentionnée dans un texte. 

* Au 13ème siècle, la famille Fay est mentionnée.

* Au 14ème siècle, construction du château par la famille Fay (à vérifier).

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château est attaqué par les Huguenots (à vérifier).

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

La plaine fut elle pleine d'ennemis ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article
Repost0