23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 08:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montaut est située à 45km au Nord-Est de Marmande, à 35km au Sud-Est de Bergerac et à 8km au Sud-Ouest de Villeréal (voir son église).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 36' 14" N 00° 40' 10" E
 44.604028°  0.669444°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Là, rivé

* Après avoir visité l'église fortifiée de Bournel, un panneau à la base du mur de son cimetière m'indique qu'il faut que je me rende à Montaut.

* J'obéis.

* L'arrivée en cette commune est surprenante, car je suis rivé, bloqué, en attente sur une grande place.

* Normalement, je devrais voir une église, but de ma croisade, mais j'ai l'impression d'être au salon de l'automobile. Il y en a partout avec une dominante rouge.

Ont ils détruit l'église pour faire un parking ?

 

 

Quel puissant clocher défensif

L'enquête commence

* Derrière un arbre, une curiosité en pierre apparaît.

* Cette haute construction est le clocher-mur.

Comprenez vous l'architecture de ce moutier ?

* Lorsque je ne comprends pas un bâtiment, je prends un peu de recul.

* L'église est dépourvue de transept.

* Coté Sud, un collatéral a été aménagé, rompant la symétrie de l'église.

* La nef est basse, sans rehausse, avec de grandes fenêtres gothiques à remplage. Je pressens une reconstruction ou des aménagements "récents" ayant peut être supprimé les systèmes défensifs.

* Seul le clocher a gardé sa puissance militaire.

Ne vous fait il pas penser à Villeréal ?

 

 

Le clocher

* Avec ses 2 tours extérieures, le clocher-mur est plus large que la nef.

* Cette façade coté Ouest est fascinante par sa simplicité architecturale, pourtant travaillée.

* Au sommet, sous le toit à quatre pans en tuile, le clocher-peigne comporte 4 arcades comportant une galerie accessible depuis un escalier dans la tour de gauche (Nord-Ouest).

Pensez vous que la galerie fut défensive ?

* Sur le mur en dessous, 4 trous de boulins (voir vocabulaire) alignés m'interpellent.

Ont ils porté un hourdage ?

 

Un porche récent précède la façade et le portail

 

Est ce que le porche-rit ?

* Pour entrer dans l'église il faut d'abord franchir un porche.

* Cette construction avancée est plus récente que l'église. Son architecture tranche, s'oppose à la rigueur défensive de la façade.

* L'extérieur n'étant pas intéressant, je franchis lentement l'arc d'entrée.

Quelle curieuse impression !

* La pièce ressemble à une salle de garde.

* Une fenêtre pour la lumière, une cheminée pour la chaleur.

Quelle fut la fonction de cette pièce ?

 

 

L'intérieur :

* Le portail est intéressant. Il présente des chapiteaux sculptés au-dessus des colonnettes, engagées dans les piédroits, couronnées de chapiteaux à feuillages.

Vais je pouvoir entrer ?

* Je tire la bobinette... rien.

* Je tripote la poignée.... rien.

* Je...... rien.

* Comme beaucoup d'église en notre siècle, celle de Montaut est fermée.

 

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

- Dans ma documentation ainsi que dans le site des monuments historiques, les dates et circonstances sont différentes et parfois confuses.

- Je vous livre toutes les informations sans vous certifier qu'elles soient vraies.

* Au 12ème siècle (?), construction d'une première église.

* Au 13ème siècle (?), construction du clocher peigne défensif.

* Au 14ème siècle (?), construction du portail.

* Au 15ème siècle (?), agrandissement de la nef. Certains textes affirment que l'église est reconstruite (?).

* Au 16ème siècle, l'église souffre des attaques des Huguenots durant les Guerres de Religion.

* A la fin du 16ème siècle, l'église est "réparée".

* En 1932, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Est ce une fente pour la lumière ou pour la défense ?e

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 07:30
michel-j-01  

 

Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 91 - ESSONNE

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Le Val Saint Germain est située à 39km au Sud-Ouest de Paris, à 25km au Sud-Est de Rambouillet et à 14km à l'Ouest d'Arpajon.

 

   Coordo  nnées du château :

48° 34' 33" N 02° 06' 07" E
 48.575727°  2.102079°

 

 

 

Miroir, joli miroir.. Suis je le plus beau ?

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

* Le but de ce blog est de décrire les constructions médiévales fortifiées, c'est à dire, tous bâtiments dont une des pierres a été posée avant 1492, date convenue de la fin du Moyen Âge.

* Tous les châteaux ne sont pas devenus des ruines romantiques avec l'arrivée de la Renaissance. Nombre d'entre eux ont continué à vivre et à évoluer.

* Voici un exemple "extrême" d'une construction médiévale devenue un magnifique château "récent".

* J'espère que vous comprendrez la raison de cet article "hors norme" sur mon blog de ruines.

* Je laisse maintenant la place à messire M.J.

 

 

Façade Ouest, vue du Grand Canal

La découverte

* Une très grande solennité se révèle dans cette construction établie sur un plan rectangulaire et dont la façade Ouest se reflète dans un immense miroir d'eau.

* Deux ailes de cinq travées se raccordent sur un corps central de trois travées, surmonté d'un dôme, et précédé d'un péristyle à fronton triangulaire.

* Le piano nobile est visiblement ici le rez-de-chaussée.

* Les fenêtres de l'étage sont de dimension plus modeste, et même en attique dans le péristyle. 

 

 

Le raffinement

* Établi sur une plate-forme entourée d'eau, la cour d'honneur correspond à celle du château antérieur dont elle semble avoir conservé les deux petits pavillons à base carrée à ses deux angles Nord-Ouest et Sud-Ouest.

* L'architecture, due à Jean-Benoît Barré, laisse apparaître un extrême raffinement :

- Une longue corniche, à modillons, court tout le long de la façade et est reprise dans la décoration du grand fronton central.

- Répondent à celui-ci quatre petits frontons aux extrémités des ailes du piano nobile.

* Entre les trumeaux qui séparent les baies, de courts éléments de frises sculptées et un grand bandeau séparent les deux niveaux.

 

 Une tour médiévale  

Les dépendances

* Un petit pont de pierre donne accès aux dépendances, établies sur une autre plate-forme, tout autant cernée par l'eau de la Remarde.

* Ces dépendances sont celles du troisième château du 17ème siècle dont l'architecture se différencie nettement de celle du château principal.

* De forts chaînages d'angles, en légère saillie et encadrant l'accès, limitent de sobres façades en pierre.

* Des toitures à la française d'où saillissent des lucarnes.

* Le gros colombier à l'angle Nord-Ouest, serait une réminiscence d'une des tours du château féodal d'origine.

* Ces dépendances abritent un musée consacré à Talleyrand, ce personnage incontournable durant la charnière des 18ème et 19ème siècle.

 

 

 

La façade Nord Façade nord des dépendances

* Ces dépendances qui sont disposées sur trois des quatre cotés de la seconde plate-forme ont des dimensions impressionnantes, situant l'importance du domaine du Marais.

* Ce château qui n'est ouvert à la visite que les dimanches mérite cependant une visite, ne serait-ce que pour y venir jouir de son vaste parc arboré et visiter ses parties accessibles intérieures.

 

 

L'intérieur :

* Le salon où Talleyrand nourrissait ses intrigues avec la propriétaire des lieux, mais également la salle consacrée à cet autre politicien, Gaston Palewski, dont la carrière lui a fait côtoyer le général Lyautey au Maroc, puis Paul Reynaud et enfin le général de Gaulle dont il fut directeur de cabinet, durant les années de guerre.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un manoir féodal.

* Au 15ème siècle, un certain Antoine de Vigeais fait relever de ses ruines une première construction en faisant construire un deuxième château,

* En 1516, Jean Hurault, conseiller au parlement de Paris, achète le château

* Vers 1620, cette même famille fait construire un troisième château dont il ne reste actuellement que les communs.

* Au début du 18ème siècle, le domaine est acquis par Pierre Henri Lemaître.

* En 1767, le château est vendu à Jean Le Maître de La Martinière.

* En 1772, ce nouveau propriétaire fait table rase du château pour en faire bâtir un quatrième, sur les plans de Jean-Benoît Barré, dans la facture rigoureuse et solennelle des constructions de la fin de règne de Louis XVI (voir liste des Rois).

* En 1783, à la mort de Jean Le Maître,c'est sa nièce, Adélaïde Prévost, qui hérite du château. Elle est mieux connue sous son nom de femme mariée, Mme Lalive de La Briche.

* Au 19ème siècle,  elle tient salon au château du Marais et y reçoit des hommes de lettre, Florian, Sainte-Beuve, Mérimée, Chateaubriand… et surtout le charismatique Talleyrand qui fit ici la connaissance de Mme de Staël.

* A la fin du 19ème siècle, le château est acquis par le Comte Boniface de Castellane.

* Entre 1903 et 1906, le Comte (voir titre de noblesse) fait reconstituer les jardins à la française qui avaient été transformés en parc paysager au début du 19ème siècle.

* En 1906, son divorce d'avec son épouse Anna Gould qui avait financé ces somptueux travaux, amène finalement la transmission du domaine à la famille de Talleyrand-Périgord.

* En 1965, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la visite du château est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

 

Façade Ouest vue du Grand Canal

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux d'Ile de France

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2018 5 16 /11 /novembre /2018 08:25

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

Que pensez vous de ce curieux mur ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Sainte Colombe en Bruilhois est située à 50km au Sud-Est de Marmande, à 25km à l'Ouest de Barbaste (voir son moulin fortifié) et à 9km Est-Sud-Est d'Agen.

 

   Coordonnées de l'église :

44° 10' 40" N 00° 30' 56" E
 44.177900°  0.515707°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Des poils détecteur de vieilles pierres

* Au centre de la commune, sur une petite élévation de terrain, apparaît un clocher pointu.

* Je dépose mon destrier à l'ombre sur une petite place, puis j'avance avec envie.

* Soudain, sans que j'ai fait plus de 3 pas, mes poils de Castellologue-Amateur se dressent.

Voyez vous ce qui stimule mon épiderme via mes neurones ?

 

 

Vais je ramper devant ce mur-rempart ?

* Devant moi apparaît un mur épais.

* Je pressens que ce fut le rempart de la petite cité.

* Je vous entends pouffer derrière votre écran :

"Pfff, ce Dauphinois voit des fortifications partout"

* Je n'affabule point. Regardez le nom de la rue.

* Ce mur, certes plusieurs fois modifié, montre des pierres avec un orifice défensif (?) souvent de remploi.

 

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

Enfin, je la vois

* Après avoir été distrait par le rempart, j'avance d'un pas alerte vers le centre du bourg.

* Devant moi apparaît un rond chevet et une partie de la nef.

* Les contreforts plats à larmier si nombreux m'intriguent, mais c'est surtout la haute tour ronde qui me pose question.

Est ce que l'escalier intérieur amenait à une salle de repli ?

* Si oui, la rehausse semble avoir disparu.

 

 

Un clocher.... curieux

* Je prends un peu de recul pour comprendre cette église que je pensais fortifiée.

Voyez vous cette merveille ?

* Le clocher, situé sur la face occidentale, est curieusement travaillé.

* Sa base est carrée mais il est surmonté d'une plateforme octogonale portée par des boudins.

- Ce terme architectural vous semble impropre, pourtant c'est le mot officiel pour ces rondes constructions.

 

 

Où est l'ascenseur ?  Une plateforme octogonale soutenue par 3 boudins

* Soudain... j'entends votre question :

"Chevalier, comment fait on pour monter sur cette plateforme ?"

* La réponse est simple :

- Il suffit de contourner l'église puis de voir cette fine tour avec un escalier en colimaçon.

 

 

Est ce un passage pas sage ?

* Autant je comprends la fonction de la plateforme (chemin de ronde pour le guet), autant la salle au centre me semble logique, mais :

Quelle est la fonction de ces grandes ouvertures sur la base carrée ?

* Si celle au dessus de la nef avait pour rôle d'accéder à la salle de repli disparu...

Quelles furent les fonctions des autres ouvertures ?

Pourquoi certaines sont obstruées.

 

 

L'intérieur :

Je montre ma patte blanche

* Il faut que j'entre.

* Je quémande l'autorisation à Dieu, perché là hautDevant tant de beautés... Je me voûte

* Avec son accord, je franchis le portail en admirant les sculptures de diable et saint.

 

 

Un vitrail, des vitraux...... mais une vie trial, des....

* La lumière et l'ombre se partagent l'espace.

* Au fond, le chœur, voûtée en berceau brisé, se termine par un cul de four, sur deux doubleaux.

* Lentement, j'avance. Mes pas résonnent dans ce silence millénaire.

 

 

La fin, mais le début d'une autre beauté

* Je ne vais pas tout vous décrire en ce lieu de recueillement. Donc vous imaginerez :

- Le bas-côtés voûté d'ogives,

- Les voûtes à liernes et tiercerons,

- Les chapiteaux en bagues sont ornés d'animaux et de grotesques.

* Je sors pour admirer le panorama depuis la petite hauteur du bourg défensif.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église à l'intérieur des remparts.

* Au 15ème siècle de nombreux aménagements sont réalisés dont les fenêtres trilobées puis l'ajout d'un collatéral.

* Au 17ème siècle, la flèche du clocher est refaite.

* Au 19ème siècle, de nombreux vitraux sont apposés.

* En 1926, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à sainte Colombe de Sens) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 07:25

 

 

Département 24 - DORDOGNE

 

 

 Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Nanteuil Auriac de Bourzac est située à 45km au Nord-Ouest de Périgueux(voir ses fortifications), à 28km au Sud-Est d'Angoulême (voir son château) et à 12km au Sud de Villebois-Lavalette.

 

   Coordonnées de l'église :

45° 23' 04" N 00° 17' 27" E
 45.3844924°  0.2908691°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Préambule

- Parfois, il m'arrive d'être surpris par une église.

- Ses fortifications me résistent, son architecture m'empêche de la comprendre.

- Ne pouvant m'exprimer librement et jouer avec mon imaginaire, je réalise des images parfois très classiques ou peu parlantes.   

- C'est le cas avec cette église ayant appartenu au prieuré Bénédictin.

- Je vais donc vous montrer les images tels que je les ai prises.

 

 Un curieux contrefort d'angle et une fente irréelle

L'enquête commence

  * Aucune fente de tir ou archère est visible sur le mur de la nef.

  * Aucune salle de repli est visible sous le toit.

  * La nef semble avoir été modifiée, réparée de nombreuses fois. Les arcatures ont été comblées.

  * Pourtant, un espoir naît lorsque je vois les larges pierres sous le toit.

  * Le larmier du contrefort d'angle me fascine.

  * Le chevet semi-circulaire pourrait paraître classique mais avec ses corbeaux sculptés, je suis informé que des mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient. J'en conclus qu'une salle défensive existait (ou existe).

 

 

Le portail

* Le portail et son oculus désaxé ne sont point d'origine médiévale.

* Évidemment, mon centre d'intérêt est la construction en encorbellement au dessus de la porte.

* Il y avait donc une salle de repli défensif permettant l'accès à la bretèche.

* L'ouverture a été bouchée pour consolider la vielle église.

Avez vous remarqué les coquilles ?

* L'archivolte du portail occidental est sculptée de neuf cartouches propres au style Renaissance, ornés d'angelots et de rosettes.

* Les colonnes, portant l'archivolte et encadrant le portail, ont subi l'outrage des intempéries. Pourtant de belles sculptures apparaissent encore comme aux "premiers jours".

* Pour entrer, je toque à la porte en prenant garde de ne point heurter ma main sur les clous.

 

 

L'intérieur :

* Comme souvent en notre siècle, les églises sont fermées.

* Celle-ci n'échappe pas à la règle.

* Mais en me soulevant sur la pointe de mes chausses, j'arrive à voler 2 images :

1 - L'ébrasement intérieur de la fenêtre amène une belle lumière.

2 - Les murs sont très refaits. Les grosses pierres semblent d'origine. Les colonnes ne sont pas sculptées.

 

 

Une longue église au portail bien défendu

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église et du prieuré Bénédictin.

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, l'église est fortifiée.

* Au 16ème siècle, le portail est reconstruit en style Renaissance. La nef est réaménagée.

* A la fin du 16ème siècle, le clocher est qualifié de fragile.

* En 1922, le clocher est reconstruit.

* En 1948, l'église est inscrite au Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Étienne de Nanteuil de Bourzac) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

 

 

Combien d'assaillants sont venus taper à la porte ?

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2018 5 09 /11 /novembre /2018 08:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Eglise massive, et pourtant aérienne !

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Mézin est située à 35km au Sud-Ouest d'Agen, à 15km au Nord-Ouest de Condom et à 10km au Sud de Barbaste (voir son moulin fortifié).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 03" 22" N 00° 15' 25" E
 44.056341°  0.256962°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Troublé

* Devant moi, en plus du kiosque à musique, apparaît une masse.

* Son architecture composée de bâtiment aux formes et hauteurs différentes m'embrouille l'esprit.

* Entre les angles droits et les rondeurs, entre le Roman et le Gothique, je ne sais que regarder.

Vais je partir sans comprendre ?

 

 

Voila des rondeurs qui me rappellent.... des tours défensives

Tenace je suis

* De suite, je me désintéresse de la partie droite (chevet, transept et même la nef) pour ne voir que la façade située au Ouest-Nord-Ouest.

* Le portail d'entrée est encadré par 2 tours jumelles, bien rondes comme je les aime.

* Curieusement ces jumelles sont différentes :

- Celle de droite possède à sa base un puissant contrefort à larmier.

- Les orifices verticaux ne sont pas positionnés aux mêmes endroits.

* Question :

Avez vous remarqué les 4 consoles

alignées au dessus du portail ?

* Je pressens qu'elles devaient soutenir un hourdage servant de bretèche (voir vocabulaire).

 

 

Curiosités chaotiques

* Dans ce brouillamini, cette confusion, ce désordre, cet enchevêtrement, cet imbroglio, ce mélange d'architecture, je suis perdu.

* Un oriel, des fenêtres Gothiques à remplage, un enfeu, un portail avancé, une tourelle borgne, etc...

Je suis perdu !

* Pour retrouver mes esprits, j'entre dans l'église.

 

 

Suis je dans une cathédrale ?

L'intérieur :

L'immensité me perd encore plus !

* En entrant, je me sens petit.

* Que c'est haut !

* Le plafond semble toucher le ciel (le paradis ?)

* Le volume est lumineux.

 

 

Ma Jehanne, ne vois tu rien venir ?

* Quand je suis perdu, je quémande la solution à ma muse (les femmes sont des êtres surprenants, aux idées lumineuses... aveuglantes parfois).

* Curieusement, c'est Sainte Jeanne d'Arc qui me répond :

* "Regarde là haut" semble m'indiquer son visage.

* Alors, je lève la tête et je vois..... Hoooo.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au milieu du 11ème siècle, le seigneur Arnaud du "locus meditiaco" donne des terres à l'abbaye de Cluny.

* En cette deuxième moitié du  11ème siècle, début de construction d'une petite église et d'un monastère.

* Au 12ème siècle, le monastère s'enrichit. Un village s’établit. L'église devenant trop petite

* Au 13ème siècle, avec la richesse grandissante du monastère et l'augmentation importante de la population, la nef de l'église est agrandie.

* Au 14ème siècle, de nombreux chapiteaux sculptés sont réalisés dans la nef. la façade Ouest reçoit des tours défensives.

* Au 16ème, durant les Guerres de Religion, les Huguenots massacrent entre autres,  les 12 statuts des apôtres du portail nord. Il ne reste que les niches vides, (cette informations, sans sources officielles, est transmises par les habitants depuis 5 siècles).

* Vers 1789 (?), le couvent des Bénédictins, accolés à l'église, est détruit par les Révolutionnaires (à vérifier).

* Au 19ème siècle, le clocher est entièrement refait.

* En 1833, les vestiges du monastère sont définitivement rasés.

* En 1840, l'église est classée au Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Jean Baptiste) est libre et gratuite depuis les rues. La visite du clocher est interdite.

 

 

La vue s'étend vers l'infini... et même au delà

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2018 5 02 /11 /novembre /2018 08:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Une église fortifiée typique !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Hilaire de Lusignan est située à 45km au Sud-Est de Marmande, à 20km au Nord-Est de Basbaste (voir son moulin fortifié) et à 10km au Nord-Ouest d'Agen.

 

   Coordonnées de l'église :

44° 14' 36" N 00° 30' 53" E
 44.243519°  0.514929°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Un plateau religieusement défensif

* A 2km au Nord de Saint Hilaire de Lusignan, sur un plateau surélevé, apparaît le lieu-dit : Lusignan-Grand.

* De suite, je remarque l'église au milieu de son cimetière.

* Je n'ai pas à réfléchir pour savoir qu'elle fut fortifiée, tant les signes sont présents.

Devant tant d'évidences, vais je repartir

(ou arrêter cet article) maintenant ?

 

 

Sentez vous la puissance de la pierre ?

Pour vous, je continue la description

* Étant un Chevalier, de plus Dauphinois (le Gratin), je me dois de vous montrer toutes les beautés de ce moutier médiéval.

* Par cette vue, il est possible de comprendre l'église.

 

 

La nef... tel un vaisseau

* En faisant abstraction du bâtiment peu élevé de construction plus tardive (la fenêtre Gotique le prouve), la nef est un mur droit, rectiligne, long.

* Je suppose qu'elle a été agrandie lors des périodes de forte démographie.

* Elle a été surélevée pour créer une salle de repli.

* Hélas, aucune fente de tir n'a traversé les siècles.

Y en avaient ils ?

 

 

Le clocher... carré-ment fort

* Le clocher de forme carrée s'élève tel un donjon.

Heu... un petit donjon

* Il est positionné proche du chevet.

* Sur les 2 faces en alignement avec la nef, il montre, sous le toit actuel, de grandes ouvertures dont je ne peux pas identifier la fonction.-

* La face au dessus de la nef possède deux hautes et fines fentes réalisées sur un mur en brique.

Sont ce des archères ?

* A mi-hauteur je remarque une ouverture ressemblant à "une porte".

Est ce un axe de circulation vers l'ancien château ?

Était ce un accès vers un hourdage ?

* Que de mystères !

 

 

Voyez vous la rehausse fortifiée ?

Être au chevet.... du chevet

* "Che vais" maintenant vous montrer le chevet.

* Ceux qui me connaissent savent que j'apprécie sa rondeur... Hummm.

* Mais le castellologue-amateur qui sommeille en moi voit la rehausse au dessus des bandes lombardes.

* Avec sa petite fenêtre positionnée en hauteur, il interdit l'intrusion.

* Avec ses nombreuses fentes verticales, il facilite la défense sans angle mort.

 

 

 

Admirer avant d'entrer

* Cette église est comme un livre d'histoire. Elle montre plusieurs siècles de construction et d'aménagement.

* Par exemples :

- Le puissant contrefort entre le chevet et le clocher.

- Les chapelles latérales.

- Le narthex récent.

- L'entrée sous porche.

- Etc...

 

 

L'intérieur :

* Je suis devant la porte.

* Hélas !

* Comme beaucoup d'église en notre siècle, celle de Lusignan Grand est fermée.

* Je me console en admirant le "pavage".

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église. Certains archéologues supposent qu'elle était proche du château seigneurial de Lusignan.

* Au 14ème siècle (?), la nef est agrandie.

* Au 16ème siècle (?), des chapelles latérales sont ajoutées.

* En 1649, le Duc (voir titre de noblesse) d'Épernon et gouverneur de la Guyenne, Bernard de Nogaret de La Valette d'Épernon, attaque puis détruit le château seigneurial, son propriétaire faisant partie des Frondeurs.

* En 1950, l'église est inscrite aux Monuments Historiques

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher et des salles de repli est interdite.

 

 

Quel beau chevet défensif

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2018 2 30 /10 /octobre /2018 08:55

 

 

Département 12 - AVEYRON

 Cette porte m'emporte dans les siècles passés

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Côme d'Olt est située à 55km au Sud-Est d'Aurillac, à 30km au Nord-Ouest de Séverac le Château (voir ce château), à 25km au Nord-Est de Rodez et à 5km à l'Est d'Espalion.

 

     Coordonnées du bourg :

44° 30' 57" N 02° 48' 51" E
 44.51573978°  2.814259529°

 

 

 

La cité : 

L'extérieur :

Une cité touristique... et pourtant

* En arrivant proche du centre bourg de Saint Côme d'Olt, je ne sais pas encore si je dois chausser mon chapeau de paille de touriste ou mon heaume de castellologue amateur.

 

* Bien que le bourg soit classé dans la liste des "Plus Beaux Villages de France", je pressens que je vais chausser les 2 couvre chef car mes poils se dressent.

 

 En traversant la porte, je traverse les âges

Des portes et des passages

* En découvrant les haut murs ressemblant à des remparts, la forme circulaire de "périphérique" extérieur et les portes défensives, j'imagine de suite que cette commune fut fortifiée.

 

* Une vue satellite me confirme que la forme circulaire est la caractéristique d'un "village défensif" ou d'une petite cité fortifiée des siècles passés.

 

* Je suis étonné de ne pas voir d'archère ni canonnière.

 

* L'absence de bretèche (voir vocabulaire) au dessus des portes en tiers-point est surprenante.

 

* Il me faut en traverser une pour entrer dans cet ancien bourg.

Reste-t-il quelques trésors ?

 

 

L'intérieur :

Tour des ruelles et détours

Est ce un couloir du temps ?

 

* Les ruelles sont étroites.

* L'architecture médiévale se ressent à chaque pas.

* Les maisons sont parfois reliées par une passerelle couverte.

* Les étages des maisons médiévales sont en encorbellement pour gagner en surface habitable.

Avez vous remarqué la porte bouchée à gauche ?

* Lorsque les ruelles aboutissent à une petite place, je distingue au loin quelques vieilles tours.

 

Ressentez vous la puissance de cette tour ?

 

 

 Quel magnifique le clocher torsEt toi et toit

* Soudain, mon nez heurte une haute construction.

Qu'est ce donc ?

* C'est la tour escalier de l'église paroissiale dédiée à Saint Côme.

* Cette église possède une curiosité architecturale assez rare en nostre Royaume de France :

- Un clocher flammé nommé aussi clocher tors.

 

 

En cette fin, le château restera sur votre faim

* Hélas pour vous et pour moi, mes images du château devenu l'hôtel de ville ne sont pas exploitables.

* Ainsi,  durant vos prochaines vacances en ce département, je vous laisse la surprise de la découverte d'un château fort modernisé à la renaissance.

 

 

Le diaporama du bourg et château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la commune :

* En 1226, un château est cité dans un texte, il est nommé : Hostel seigneurial. Le site est une dépendance de la châtellenie de Calmont.

* Au 14ème siècle, le château est reconstruit. Des fortifications sont ajoutées, quatre tours défendent les angles. Il appartient à la famille Castelnau.

* En 1392, Jean de Castelnau habite au château.

* Au 15ème siècle, le château est remanié.

* A la fin du 15ème siècle, l'évêque demande la construction d'une église qui deviendra paroissiale.

* Au 16ème siècle, la renaissance quémande au seigneur de remanier son château.

* En 1586, 2 40 habitants de la paroisse décèdent suite à la Grande Peste.

* En 1747, par lettre patente de Louis XV (voir liste des rois), Saint Côme est érigé en Marquisat (voir titre de noblesse).

* En 1768, la seigneurie est confisquée pour cause de dettes, pourtant le château n'est pas confisqué à la famille Curières de Castelnau.

* Vers 1792, le site est abandonné par ses propriétaires. Deux tours du château sont démolies.

* Au 19ème siècle, le château est transformé en pensionnant.

* A la fin du 19ème siècle (à vérifier), le château devient la mairie.

* En 1927, l'église et son magnifique clocher sont inscrits aux Monuments Historiques.

* En 1999, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du bourg et des ruelles est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des remparts et du château est interdite.

 

Cette cité m'en a fait voir de toutes les couleurs

 

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2018 5 26 /10 /octobre /2018 07:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Romestaing est située à 60km au Nord-Ouest d'Agen, à 20km au Nord-Nord-Ouest de Pompogne (voir son cimetière fortifié) et à 18km au Sud-Ouest de Marmande.

 

   Coordonnées de l'église :

44° 24' 58" N 00° 00' 09" E
 44.416151°  0.002573°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Reste-t-il des templiers !

* En cette commune, il y eut une commanderie appartenant à l'Ordre du Temple puis aux Hospitaliers. Hors, de ce lieu, il ne reste que l'église.

Va-t-elle être à la hauteur de mon imaginaire ?

 

 

Quelle merveille !

Rondeur et angles droits !

* En arrivant dans le bourg, je vois une place vide entourée de quelques bâtiments.

Suis je au centre de l'ancienne commanderie ?

* Devant moi, une surprenante église sans transept :

- A droite un chevet rond avec une rehausse borgne, l’ensemble est soutenu par un puissant et épais contrefort à larmier.

- Au centre, un clocher carré.

- A gauche une longue nef entrecoupée de fenêtres situées en hauteur, coincées entre des contreforts plats. La rehausse borgne semble avoir été consolidée récemment.

 

 

La suite...

* Lentement je contourne l'église.

* Les contreforts plats aux pierres si usées me fascinent.

* Soudain, comme si le temps glissait plus vite, je suis devant l'autre façade, identique et différente.

 

 

Voyez vous cette rondeur au loin ?

La preuve de l'identique-différent !

* Derrière votre écran je vous entends glousser :

"Chevalier, tu perds le sens des mots.

Ce qui est identique est différent,

Et inversement !"

* Raison vous avez, mais aussi erreur vous commettez.

* Cette façade, coté Nord, a la même architecture que la précédente mais seuls 3 points diffèrent :

- 1 - Le rehausse du chevet n'est pas borgne. Je vois une haute fente (de tir ou de guet ou de... ?). Je pressens que de nombreuses existaient sur la périphérie.

- 2 - Une ronde tour. Je pressens qu'elle comporte un escalier à vis.

- 3 - Une porte.

* Cette façade devait se situer à l'intérieur de la commanderie.

 

 

L'intérieur :

Sésame .....

* Je me présente devant la porte dont les sculptures sont presque inexistantes.

* Pauvreté de la pierre. Il est vrai que les Templiers ne souhaitaient pas de merveilleux ornements.

* Je tourne la poignée : Rien.

* Je toque : Rien.

* Je sollicite à haute voix : Rien.

 

 

Le fin n'est jamais triste !

* Ne pouvant entrer dans l'église, j'erre dans les ruelles de la commune quand soudain....

   ...... un puits me fait face.

Date-t-il de l'époque des Templiers ou des Hospitaliers ?

* En rêvant.... je retrouve mon destrier pour une nouvelle aventure.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la commanderie :

* Dans la deuxième moitié du 12ème siècle (1160 ?), Amanieu de Bouglon (voir son château) donne des terres de Romestaing à l'Ordre du Temple. Il semble que l'église ainsi que la "commanderie" soient construites rapidement.

- Durant plusieurs années, le site est soit autonome, soit dépend de la commanderie de Cours (actuellement Cours les Bains en Gironde) ou de la commanderie d'Argentens (en Lot et Garonne).

* En 1266, Pierre de Saint Pau est commandeur de Romestaing.

* En 1267, Pierre Barrau est commandeur bailli d'Argentens et précepteur de Romestaing.

* En 1267 (?), Pierre d'Andiran est commandeur de Romestaing.

* En 1278, Arnaud de Grignols, seigneurs dont les terres sont proches de la commanderie, s'empare du bois de Flaujac. Les Templiers amènent la confiscation devant la justice et obtiennent gain de cause.

* En 1286, Pierre de Caupenne est commandeur de Cours et Romestaing.

* En 1289, Vital de Caupenne est commandeur de Cours et Romestaing.

* En 1292, Pierre Arnaud de la Croix est commandeur de Romestaing.

* En 1302, Jean de Caumont est commandeur de Cours et Romestaing.

* En 1307 (le 12 juillet), peu de temps avant l'arrestation de tous les templiers, Jean de Caumont échange le bois de Mesmes contre des dîmes d'une autre paroisse (laquelle ?).

* En fin 1307, Guillaume de Caumont, seigneur de Montpouillan, est chargé des biens de Cours et Romestaing après l'arrestation des templiers.

* En 1312, après la dissolution de l'Ordre du Temple, le pape Clément V ordonne le transfert des biens des Templiers aux Hospitaliers. Guillaume de Caumont, pensant avoir quelques droits, s'oppose à cette demande.

* Vers 1789 (?), la commanderie est "dissoute", les bâtiments sont "occupés" par les Révolutionnaires.

- Je n'ai aucune date sur la disparition des bâtiments.

* En 1965, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Christophe) est libre et gratuite. La visite du clocher et des salles de repli est interdite.

 

Cette église des Templiers n'a pas pris une ride !

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers liste
châteaux des Templiers
Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2018 2 23 /10 /octobre /2018 07:50

 

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Quelle merveilleuse surprise !

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Martin de Valamas est située à 40km à l'Est-Sud-Est de Le Puy en Velay, à 35km à l'Ouest de Valence, à 20km au Sud-Ouest de Lamastre (voir son château) et à 5km au Nord-Ouest de Le Cheylard (voir son château).

 

   Coordonnées du prieuré :

44° 56' 12" N 04° 22' 08" E
 44.9365855337°  4.3688678742°

 

 

 

Le prieuré 

L'extérieur :

Définition

Qu'est ce qu'un Prieuré ?

* Le prieuré est souvent une abbaye de moins grande taille, menée par un prieur, lui aussi souvent rattaché à une abbaye.

* C'est un "moyen" d'ancrer le Christianisme dans une vallée reculée.

* Par les dons, les droits et les impôts, c'est une des multiplies solutions pour acquérir de l'argent.

 

Encorbellement et échauguette sont les merveilles offertes ! 

 

La découverte

* En arrivant par l'une des routes venant du Sud-Est ou du Sud-Ouest, le touriste, même pressé, ne peut pas manquer de voir sur la gauche, cette construction dans une rue en angle.

* La forme cubique et anguleuse tour est adoucie par la ronde échauguette.

* Derrière votre écran, je vous entends dire :

A quoi servaient les 2 pierres en encorbellement ?

* Bonne question.

* N'imaginant pas que des latrines aient pu être implantées coté Sud, mon hypothèse est que ce fut une bretèche (voir vocabulaire).

 

 

 La façade Est

* Avec impatience, je contourne le bâtiment.

* L'autre façade montre une autre échauguette d'angle et deux bretèches.

Avez vous remarqué la base ?

* La construction est posée sur le rocher.L'autre face est aussi défensive

 

 

Où est l'entrée ?

* Avec envie, je frôle, je touche, j'enserre (virtuellement) cette fascinante construction.

* La dernière façade montre une ronde construction que je suppose être : Une tour escalier.

* Sous le toit, je remarque des ouvertures de guet correspondant à une salle de repli accédant aux échauguettes et aux bretèches.

* La porte est au bout du petit escalier extérieur.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

* En reprenant le chemin du retour, je suis interpellé par une autre construction.

  

 

 

Un maison forte 

* De l'autre coté de la rue, en alignement du prieuré, une façade de maison d'habitation attire mon attention.

* Elle possède en son centre une construction en encorbellement posée sur une console triple.

* Je suppose qu'avant l'agrandissement de la route et la privatisation des lieux, ce bâtiment appartenait au prieuré.

* L'ensemble formait une entrée au bourg et, peut être, un péage.

* Cette maison n'étant pas visitable, je me console en rêvant à l'autre site médiéval fortifié de la commune : Le château de Rochebonne.

 

 

 

Le diaporama du prieuré fortifié est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du prieuré :

* Au 11ème siècle, les moines de l'abbaye du Monastier Saint-Chaffre fondent un prieuré.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le prieuré est fortifié.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le petit parc. La visite de l'intérieur des propriétés privées est impossible.

 

 

Quel magnifique symbole de maison forte

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 06:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Y a-t-il... Quelque chose de Tennessee ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Sainte Livrade sur Lot est située à 60km au Sud de Bergerac, à 40km au Sud-Est de Marmande et à 25km au Nord d'Agen.

 

   Coordonnées des remparts :

44+ 23' 56" N 00° 35' 28" E
 44.399057°  0.591288°

 

 

 

Les fortifications :

L'extérieur :

"Retiens la nuit"

* Au loin des ombres !

* Il est vrai que je suis parti tôt car ma journée sera longue avec 4 sites médiévaux à visiter.

* Cette commune proche du Lot, rivière très passante au Moyen Âge, possède des remparts datant du.... heu.... l'histoire est floue entre légende et réalité du bâti.

 

 

Pour moi la vie va commencer..... en découvrant cette tour

"Allumer le feu !"

* C'est donc avec les rayons de Râ que je pense : "Pour moi la vie va commencer".

* Devant moi, une construction nommée : Tour du Roy.

Nota :

- Cette tour ne fut jamais construite pour un Roi et encore moi habitée par un Roi.

- Voila une belle légende urbaine.

* Incroyable !

* De la brique alors que je ne suis point dans le Nord.

* Au lieu de chanter "Le noir c'est noir".... Je fredonne "Le rouge c'est rouge".

 

 

"Que je t'aime"

* En voyant ce bâtiment si haut, si droit, si fier, j'ai l'impression qu'il veut "rester vivant".

* Au sommet, un cube comprenant 2 niveaux.

- Le nombre d'ouverture est différent sur chaque face... Je n'ai aucune explication logique.

* Sur 3 faces, des contreforts (1 au centre et 1 à chaque angle) renforcent la base carrée de l'édifice.

Servaient ils aussi de mâchicoulis ?

* Entre les contreforts, la base est talutée. Je pressens que la fonction fut double :

- Consolider la tour contre le travail de sape.

- Donner de l'élan aux projectiles lancés depuis les mâchicoulis.

 

 

"Vivre pour le meilleur"

* Lentement je me décale sur la gauche.

* Aucun mur, aucune porte fortifiée !

* Du rempart entourant la ville, il ne reste que cette tour.

* "Je te promets" de tout faire pour te pénétrer, car "derrière l'amour" il y a la connaissance.

 

 

Quoi ma gueule... Qu'est ce qu'elle a ma gueule

L'intérieur :

"J'ai un problème"

* Lentement, je pose mes pieds sur les marches pour monter vers mon Graal.

* Hélas, la tour n'est pas ouverte à la visite.

* "Un jour viendra" où elle s'ouvrira pour moi.

 

 

"Requiem pour un fou"

* Je me console en pensant que cette construction fut "un pénitencier dont les portes se sont refermées".

* Après cette visite, je me dis que le médiéval, c'est "La musique que j'aime".

* Il faudra que j'en parle à "Laura", "Sarah", "Gabrielle" et "Marie".

 

 

Le diaporama des remparts est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, autour du village de Santa Liorada d'Olt (ancien nom du site) des remparts sont aménagés. Une puissante tour (ou château) est construite sur la demande de Richard Cœur de Lion (cette information ne semble pas avoir été vérifiée --> légende ?).

* En 1209, début de la terrible croisade des Albigeois.

* Dans le premier tiers du 13ème siècle, après la conquête de l'Occitanie par les troupes du Roy de France, le site perd son nom Occitan (à vérifier) et devient : Sainte Livrade sur Lot.

* En 1289, le site est érigé en bastide. L'actuelle tour, formant une maison forte, est construite dans les remparts.

* En 1337, début de la Guerre de Cent Ans. La bastide est attaquée de nombreuses fois par les 2 belligérants. Population et remparts souffrent de la rivalité Franco-Anglaise.

* En 1652, durant la Fronde des Princes, le port de Sainte Livrade est l'enjeu d'un combat entre "les frondeurs" et les troupes du Roi de France (voir liste) souhaitant affamer la population.

* Vers 1792, les Révolutionnaires donnent la tour à la commune. Elle devient une prison.

* En 1925, la tour est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 2018, Le Chevalier Dauphinois photographie le rempart puis rédige son article en pensant aux chansons de Jean-Philippe Smet.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour-rempart est libre et gratuite. La visite de l'intérieur serait possible. Renseignez vous.

 

 

Peintre je me fais devant ce vestige de brique

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0