30 janvier 2019 3 30 /01 /janvier /2019 07:30

 

michel-j-01

 

  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 77 - SEINE et MARNE

 

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Moret sur Loing est située à 60km au Sud-Est de Paris, à  40km au Sud-Ouest de Provins et à 11km au Sud-Est de Fontainebleau.

 

    Coordonnées de l'entrée fortifiée :

48° 22' 22" N 02° 49' 07" E
 48.372672°  2.818712°

 

 

 

Les fortifications : Vue de Moret-sur-Loing au début du 17ème siècle

L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

* Narrer une ville n'est point un exercice facile pour votre Chevalier. Excepté pour Carcassonne que je montrerai certainement dans quelques années, je ne tenterai pas ce style d'article.

* C'est donc avec respect et plaisir que je me permets de vous montrer le travail de messire M.J. qui oscille à la perfection entre détail touristique et historique, entre architecture militaire et bourgeoise.

* Oubliez les ruines de ce blog et regardez le bourg médiéval comme une expérience d'initiation.

* Je vous laisse maintenant déguster sa prose.

 

 

L'histoire

* A l'extrémité Sud-Est de la forêt de Fontainebleau, à proximité du confluent du Loing et de la Seine, Moret-sur-Loing fut, au Moyen-Âge, une place forte et une résidence royale, à la frontière des domaines des puissants comtes de Champagne.

* Il convenait, au 12ème siècle, pour le roi de France, Louis VI et ses successeurs (voir liste des rois), de se protéger des ambitions de ses vassaux Champenois.

* Les défenses de Moret ne cesseront d'être entretenues qu'au 19ème siècle

* Aujourd'hui, seuls subsistent des vestiges de ces remparts et les deux portes, dites de Samois au Nord-Ouest (A) et de Bourgogne au Sud-Est (C).

* Néanmoins, Moret conserve son caractère de ville close.

  Sur la rive opposée du Loing

 

Le bourg de loin et du Loing

* Prenons du recul en traversant le Loing en nous mettant à l'endroit même où le peintre impressionniste, Alfred Sisley, a installé son chevalet pour peindre cette apaisante vue :

- Du vieux pont de pierre qui enjambe la rivière,

- De l'église gothique de Moret

- Et de la porte de Bourgogne.

* Les maisons anciennes qui bordent la rivière se sont installées sur les parties basses des vieux remparts.

 

 

Sur le pont

* Vus du pont, les vieux remparts sont encore bien présents et Notre-Dame de Moret émerge des toitures qui bordent la rivière.

* A l'extrémité du pont, la porte monumentale de Bourgogne, du 12ème siècle, est composée de deux forts murs latéraux qui encadrent le passage charretier.

* Le toit qui la recouvre a été réalisé au 17ème siècle, en remplacement d'une terrasse et d'échauguettes à ses quatre angles.

 

 

L'église Notre Dame Eglise Notre Dame

Extérieur

* L'église Notre-Dame a été bâtie durant la première moitié du 12ème siècle, dans un style gothique qui ne dénie cependant pas son caractère de maison forte si l'on en juge par ces meurtrières qui apparaissent dans les tourelles adossées de sa façade.

 

Intérieur

* La nef et ses deux bas-côtés restent d'une grande sobriété. La moindre hauteur des voûtes des bas-côtés a permis l'installation de tribunes latérales dont les fines voûtes ogivales prennent appui sur des colonnettes circulaires.

* Le transept aux parois très ajourées a été réalisé au 13ème siècle.

* Le buffet d'orgues Renaissance (16ème siècle) est curieusement installé en encorbellement sur le coté droit de la nef. On remarque les fines sculptures sur bois de ses caissons.

 

 

Une gourmandise sucrée

* Ce bâtiment d'angle, à pans de bois, à coté de l'église est un ancien hospice fondé en 1638 qui était naguère réputé pour les sucres d'orge fabriqués par les sœurs.

* Les sœurs ne sont plus là, mais une confiserie fait perdurer la fabrication de cette sucrerie. Une statuette en bois de Saint-Jacques apparaît sur le poteau d'angle.

 

 

Maisons remarquables

* Dans les ruelles de Moret, les vieilles maisons se reconnaissent au premier coup d'œil :

Des chaînes d'angles en grès (en abondance dans la région),

- Et des remplissages en moellons.

* Aux numéros 28 et 30 de la Rue Grande, principale artère de Moret, on remarque ces deux constructions Renaissance dont les portes d'entrées sont finement sculptées.

* Plus surprenante est cette galerie à l'Italienne Renaissance à la décoration exubérante qui reliait autrefois un logement dans la cour à celui de la rue Grande.

* On y remarque un ancien portail surmonté de la Salamandre de François Ier (voir liste des rois).

 

 

La maison du peintre

* A l'angle de la rue du Donjon et de la rue Montmartre, nous ne pouvons qu'apercevoir, derrière un haut mur la maison où le merveilleux peintre Sisley a passé ses dernières années et où il est mort en 1899.La porte de Samois

  En dépit de son immense talent, Sisley n'a jamais connu la notoriété, alors qu'aujourd'hui il est reconnu comme l'un des plus grands impressionnistes.

   De Paris à Marly, puis pour finir à Moret, il dut s'éloigner de la capitale à la recherche de loyers plus abordables.

* Un pèlerinage et notre reconnaissance, en quelque sorte.

 

 

La porte de Samois

* A l'extrémité Nord-Ouest de la rue Grande, la porte de Samois est le pendant de celle de Bourgogne au Sud-Est, limitant l'une et l'autre le vieux Moret.

* Sur sa façade intérieure, on remarque cette petite statue de la Vierge, protégée par un minuscule toit d'ardoises.

 

 

C'est la fin

* Nous sommes revenus à notre point de départ.

* Cramponnées aux fondations des vieux remparts, les vieilles maisons surplombent un bras mort du Loing.

* Ici se termine notre visite dans cette petite bourgade si attachante qui mérite bien un détour.

 

 

Le diaporama du bourg est ici - CLIC

 

 

 

Le vieux pont, l'église gothique et la porte de Bourgogne

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 77 Vers Menu châteaux de Seine et Marne

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2019 5 25 /01 /janvier /2019 07:05

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

Le Graal de ce jour est en haut du rocher

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de La Roque Sainte Marguerite est située à 35km au Nord-Ouest de Le Vigan, à 20km au Sud-Ouest de Meyrueis et à 13km au Nord-est de Millau (voir son beffroi).

 

    Coordonnées du château fort :

44° 06' 29" N 03° 15' 56" E
 44.108153°  3.265458°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Le Causse Noir

* Après avoir visité le château de La Roque Sainte Marguerite, je me dirige vers le hameau de Saint Véran situé à 3km au Sud-Est et posé sur le versant Sud du causse Noir.

 

  Est ce un château fort ou une forteresse de Vauban

La découverte

* Perchée tel un nid d'aigle au confluent le la rivière Dourbie et du ravin des Rajals, proche de la frontière avec le département du Gard, la petite cité désertique a eu un rôle de surveillance durant des siècles.

* Au sommet, une curieuse bâtisse joue avec la végétation.

 

 

Rapide analyse

* De loin, le site ressemble à une forteresse du 17ème siècle.

* Les fentes pour "tir au fusil" (?), l'absence de crénelage ne font pas penser à un château fort.

* En avant, un mur mal appareillé possède un arc de décharge très (trop) large. J'ai des doutes sur sa fonction.

* La seule certitude : La construction est posée sur le rocher.

 

 Voyez vous des murs construits ?

Rochers ou fortifications ?

* Soudain, en tournant la tête, l'architecture du site change.

* Je ne sais plus faire la différence entre rocher aménagé et murs construits.

* Il me faut un peu de temps pour visualiser les vestiges de mur.

* En prenant du recul, en échappant mon regard des rochers, je retrouver les bases du classique système défensif.

 

 

Une tour

* Voila une énigmatique tour.

* Elle ne présente pas de système défensif et paraît bien haute face au rempart.

Etait ce un châtelet d'entrée ?

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas ouverte à la visite.

* N'ayant pu répondre aux dizaines de questions que me pose ce site, je quitte ce lieu par la "petite" porte.

 

 

Une construction presque intemporelle

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (1195 ?), le château est cité. Il appartient à une famille nommé : Saint Véran.

* Au 14ème siècle, le dernier descendant de la famille Saint Véran laisse la place à la famille  Claret. Le site est en co-seigneurie avec :

- Le Vicomte (voir titre de noblesse) de Creyssels,

- La famille Ratier.

* Au début du 15ème siècle, la famille :

- Claret est remplacée par la famille De Sévérac,

- Ratier est remplacée par les De Montcalm. 

* Vers 1428 (?), le Comte d'Armagnac récupère les parts de la famille Sévérac.

* Au 15ème siècle (1447 ?), construction d'un rempart entourant le château ordonné par Jean IV Comte d'Armagnac.

* En 1470, le Vicomte de Creyssels est attaqué en son château par le Sénéchal du Rouergue.

* En 1471, le 1er janvier, le Vicomte est capturé puis enfermé à la Bastille pour 12 ans.

* En 1563, durant les Guerres de Religion, les protestants détruisent partiellement le bourg.

* Vers 1792, les familles Armagnac et De Montcalm sont chassées par les révolutionnaires.

* Au milieu du 20ème siècle, les propriétaires entament une consolidation des ruines.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

La ronde tour ne m'a point révélé ses secrets

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2019 3 23 /01 /janvier /2019 08:51

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Le tourisme castrale est aussi un plaisir sans limite

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Pujols est située à 50km au Sud-Est de Marmande, à 25km au Nord-Nord-Est d'Agen et à 3km au Sud-Ouest de Villeneuve sur Lot (voir ses fortifications).

 

  Coordonnées de l'entrée fortifiée :

44° 23' 09" N 00° 41' 18" E
 44.386029°  0.688347°

 

 

 

Les fortifications :

L'extérieur :

Y a-t-il une différence entre tourisme et castellologie ?

* C'est avec cette curieuse question que je découvre au Nord-Est la tour à canonnières de l'ancien château mais surtout, coté Nord, le long rempart modernisé de cette commune de Gascogne.

* Ma réponse est :

- Un bourg touristique doit se visiter comme une ruine de château, même si de nombreux visiteurs perturbent la quiétude de votre Chevalier solitaire.

* L'autre question est :

Dois je mettre un chapeau de paille

ou un heaume ?

Faut il montrer patte blanche pour entrer ?

 

 

Je me sens porté vers..... la porte

* Sur l'ancien rempart, de nombreuses fenêtres (à remplage, à meneaux en croix ou géminées) ont été ouvertes, aussi bien pour les habitations que pour l'église Saint Nicolas, ancienne collégiale.

* Même si les systèmes défensifs ont disparu, la hauteur et la masse me font comprendre la puissance de cette cité à l'époque médiévale.

* Accolé au bâtiment religieux,  le clocher ressemble à une tour de guet.

* En dessous, une imposante porte m'invite à entrer dans le bourg.

* Avec précaution, je traverse le long tunnel.

* Je ne remarque ni rail pour une herse, ni trou pour blocage d'une poutre du vantail, ni assommoir (voir vocabulaire). Cette entrée à perdu toutes traces de son passé défensif.

 

 
 

L'intérieur de la cité :

Tourisme et castellologie

* C'est jour de marché. A travers la foule, voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

* Touristes, chalands, poussettes, marchands se partagent "mon" espace.

* Voyant que l'église est fortifiée, je tente d'entrer.

* Ce n'est pas de ce coté, puisque le haut chevet ne possède point logiquement d'entrés.

* Quelle lumière !

* Dans cette grande nef, je cherche une porte derrière laquelle se cacherait un escalier.

* Hélas, elle ne s'ouvre pas. Je dois ressortir de ce bâtiment dédié à Saint Nicolas.

 

 

Je cherche......

* En sortant, je vois un autre bâtiment... qui me semble religieux.

* C'est l'église Sainte Foy "la Jeune".

* Cette modeste construction (par rapport à l'autre église) est à déguster pour un touriste...

      ...... mais ce jour, j'ai mon heaume de castellologue.

 

 

Où sont les systèmes défensifs ? Est ce le fantôme d'un mur défensif ?

* La truffe au sol, les yeux attentifs, les poils en attente de vibration, j'erre dans les rues.

* Au fond, une maison bourgeoise du 16ème siècle.

* Soudain, je vois un mur en pierres taillées. Hélas, il ne possède ni fente de tir, ni trace d'un chemin de ronde.

 

 

Est ce un rêve ?

* Dans mon errance, je me retrouve dans une rue à l'Ouest de Pujols.

* Devant moi apparaît..... Hooooo !

* Une construction fortifiée nommée : Porte des Anglais.

* Cette dénomination signifie certainement que le bourg était possession du Royaume d'Angleterre après le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec le futur roi de l'autre coté de la Manche, ennemi de "mon" Roy !

 

 

Conclusion Les murs s'amusent avec les ombres

* Pujols est bien une cité médiévale fortifiée.

* Comme elle fut toujours habitée, ses hauts remparts se sont adoucis, ses portes se sont civilisées.

* Mais........ Si vous évitez le jour de marché, si vous ne la visitez pas durant les week-ends à touristes, vous ressentirez certainement le souffle du Moyen Âge.

* Et puis, comme toujours dans un site perché, la vue est magnifique et le panorama unique !

 

 

Le diaporama du bourg est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, à 800 mètres de la commune, une église est construite dédiée à Sainte Foy "la Vieille". C'est en ce bâtiment que les villageois vont aux messes.

* Au début du 13ème siècle, un lieu fortifié (castrum) est cité. Il dépend du Comté (voir titre de noblesse) de Toulouse dont le représentant est Raymond VI.

* En 1229, après la défaite du Comte de Toulouse durant la Croisade des Albigeois, le traité de Meaux est signé. Il prévoit entre autre, la destruction de plusieurs places fortes dont Pujols (à vérifier).

* Au milieu de 13ème siècle, dans la vallée, près du Lot, une puissante bastide est construite. Elle se nomme actuellement : Villeneuve sur Lot. De nombreux habitants de Pujols désertent pour rejoindre cette grande et belle nouvelle cité fortifiée.

* En 1279, signature du traité d'Amiens. L'Agenais devient une possession du Roi d'Angleterre, Duc d'Aquitaine. Cette ancienne cité est donc en territoire "ennemi" vu du Royaume de France.

* A la fin du 13ème siècle, le Baron Jean de Pujols (?) fait construire de nouveaux remparts.

* Au début du 14ème siècle, par mariage le château est donné en dot à la famille Esclamat de Fumel.

* Au milieu du 15ème siècle, à cause de la guerre de Cent ans, l'accès à l'église extérieure (Sainte Foy "la Vieille") est dangereux. Une nouvelle église paroissiale, dédiée à Sainte Foy "la jeune", est construite dans le bourg.

* En 1525, le seigneur de Pujols et sa femme demandent la création d'une collégiale. Son église, s'appuyant sur le rempart, est dédiée à Saint Nicolas.

* Au 16ème siècle, de nombreuses maisons sont construites à l'intérieur des remparts.

* En 1801, l'église Sainte Foy "la Jeune" est désacralisée.

* En 1821, l'église Sainte Foy "la Vieille" est détruite.

* A partir de 1829, le château et une partie des remparts sont démolis. Les pierres permettent la construction de quelques maisons dont l'actuelle prise de Villeneuve sur Lot.

* Au 19ème siècle, construction d'une halle, dans la cité.

* En 1903, l'église Sainte Foy "la Jeune" est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts, des 2 églises et des ruelles est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures, des maisons et des clochers est interdite.

 

L'infini se voit.... indéfiniment !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2019 5 18 /01 /janvier /2019 07:17

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 

  C'est par là !... Me suivez vous ?

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Chanac est située à 60km au Nord-Est de Rodez, à 40km au Sud de Saint Chély d'Apcher et à 15km Ouest-Sud-Ouest de Mende (voir ses fortifications).

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 52" N 03° 17' 55" E
 44.481148°  3.298554°

 

 

 

Le domaine fortifié :

         L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité la ruine du château de Chanac, je me dirige vers Le Villard, un hameau situé à 5km au Nord-Ouest. 

* Posé sur une colline en bordure de la rivière Lot, un magnifique rempart de plus de 600 ans, protégeant des constructions de plus de 8 siècles, s'offrent à moi.

 

  Un rempart médiéval un peu arasé

 

Le rempart

* Le site étant protégé sur 2 cotés par un profond à-pic, les architectes ont logiquement décidé de construite un épais rempart sur les faces accessibles par l'assaillant.

* Il est composé :

- De pierres pauvrement taillées aux dimensions asymétriques.

- De rondes tours.

- Des archères droites permettaient sa défense. Je suis surpris qu'elles ne soient pas cruciformes (voir vocabulaire) pour un rempart construit au 14ème siècle.

- Certaines archères ont subi l'attaque du temps.

* Avec son arasement, il m'est impossible d'affirmer que crénelage, hourdage et mâchicoulis existaient.

 

 

 

La porte fortifiée Cette porte me transporte dans un autre siècle

* Cette entrée est l'un des chefs-d'oeuvre architectural de ce site.

* Même si les tours d'encadrement ne sont pas impressionnantes, même si beaucoup d'éléments défensifs sont absents (Pont-levis, crénelage...), il émane de cette construction une incroyable puissance.

* Avant d'entrer, je regarde sur la gauche le rempart comportant de multiples archères droites.

* Je suis étonné que cette construction n'ait point évolué vers les défenses par canonnière.

L'ensemble fortifié s'est-il figé après sa construction ?

 

 

        L'intérieur :

J'entre

* Lentement je franchis la porte en vérifiant que :

- Point de pierre tombe de l'assommoir,

- Le double vantail soit ouvert,

- La herse soit bien relevée.

 

  Un 'couloir' défensif

Les systèmes défensifs

* En plus de l'entrée fortifiée, le site possède un mur de rempart avec :

- De nombreuses archères, dont les ébrasements internes ne sont point identiques.

- Un chemin de ronde accessible par un escalier droit. Même sis les traces d'escaliers sont nombreuses sur le périmètre du rempart, à cause de la faible hauteur du mur, ils ne mènent pas très haut.

- Des couloirs de circulation facilitant la défense.

 

 

Curiosités

1 - Dans mon errance, je vois une curieuse ouverture.

Est ce une archère ?

* Je vous sens pouffer derrière votre écran.

* Vous me dites :

"Chevalier, n'as tu point reconnu un puits de lumière ?"

2 - Puis, par distraction, en regardant en l'air, je tombe (virtuellement) dans un profond trou.

Est ce un piège ou une citerne ?

* Ni l'un ni l'autre.

* Ceci est la salle basse de l'ancien donjon du 12ème siècle

 

 

  Depuis un site médiéval fortifié, la vue est toujours magnifique

Les bâtiments annexes

* Sur la face Nord, un corps de logis du 14ème siècle avec des vestiges de corbeaux.

* Une église avec un chevet Roman du 12ème siècle.

* Puis un logis du 15ème siècle avec des fenêtres à meneaux en croix et une boite aux lettres.... médiévale ?

 

 

Le diaporama du site fortifié est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du domaine fortifié :

* Au 12ème siècle, après la construction du château de Chanac, le Comte-Évêque de Mende crée le Villard-jeune. C'est le poste avancé fortifié pour défendre le flanc Ouest de Chanac.

* Au 14ème siècle, construction du rempart.

* Au 18ème siècle, le site est définitivement abandonné.

* En 1984, les remparts sont restaurés.

* En 1988, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, l'association de sauvegarde organise des animations montrant les us et coutumes de la vie au Moyen Âge.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite gratuite de l'intérieur est possible. Durant les animations estivales, la visite peut devenir payante.

 

 

Le village médiévale attend les touristes

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2019 2 15 /01 /janvier /2019 07:10

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

Je ne sens pas la poussière médiévale

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Angoulême est située à 90km au Sud-Ouest de Limoges, à 70km au Nord-Ouest de Périgueux (voir ses fortifications) et à 40km à l'Est de Cognac.

 

   Coordonnées du rempart :

45° 38' 49" N 00° 09' 14" E
 45.646904°  0.153838°

 

 

 

Les remparts :

L'extérieur :

La découverte

     Après avoir visité le château d'Angoulême, je me dirige vers les remparts. Sachant que chaque siècle a apporté sa touche défensive, je sais que les traces médiévales seront rares et même difficilement identifiables. Mais je me suis promis de mettre dans ce blog toutes les constructions fortifiées dont une pierre a été posée avant 1492.Est ce une tour médiévale ?

 

 

Je suis en bas

* Armé d'un croquis montrant le châtelet d'entrée au 17ème siècle je tente de trouver des preuves des fortifications "médiévales (peut être).

* Posé sur des rochers le rempart est composé de pierres correctement taillées mais asymétriques.

Est ce du à des réparations multiples ?

* La ronde tour, les contreforts me font penser à une architecture ancienne, mais point médiévale.

Pensez vous que cela soit le châtelet ?

 

 

Les systèmes défensifs

* Évidement, point d'archères médiévales je vois dans ce rempart du 17ème siècle.

* Les canonnières et bouches à feu ont remplacé les défenses primitives du Moyen Âge.

* Il y a bien quelques corbeaux pour des ouvrages en encorbellement, mais je doute qu'ils aient porté des hourds (voir vocabulaire).

 

 

 

Un contrefort qui me rappelle mon époque favorite

Je suis en haut

* N'ayant pas trouvé de réponse médiévales à mes questions aux pieds du mur défensif, par un escalier en pierre je monte sur les remparts remplacés par une agréable esplanade ombragée.

* La promenade est agréable, odorante mais peu instructive sur la date de construction.

* Une tour dépourvue de crénelage et mâchicoulis m'offre un paysage magnifique sur la plaine.

 

 

L'intérieur :

* Les casemates, les tours et les systèmes défensifs ne se visitent pas.

* Je me console en admirant le panorama.

 

 

Le diaporama des remparts est ici - CLIC

 

 

 

Histoire des fortifications :

  La construction des remparts est intimement liée avec la modernisation du château devenu l'hôtel de ville d'Angoulême, je vous propose de lire l'historique du château.

 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur, aussi bien dans la partie basse que l'esplanade supérieure, est libre et gratuite.

 

 

angouleme-rempart-87 angouleme-rempart-87 angouleme-rempart-87

 

 

      Vers Menu châteaux Charente

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2019 5 11 /01 /janvier /2019 07:30

 

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

 

Voyez vous une fortification ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Belcastel est située à 35km au Sud-Est de Figeac, à 25km Est-Nord-Est de Villefranche de Rouergue et  20km Ouest-Nord-Ouest de Rodez.

 

    Coordonnées du fort :

44° 22' 58" N 02° 19' 27' E
 44.382651°  2.324182°

 

 

 

 

Le fort : 

L'extérieur :

Je flâne

* Après avoir visité le château fort de Belcastel, je repars vers une autre aventure Aveyronnaise plus au Sud quand soudain mon destrier stoppe.

Serait-il fatigué ?

* Que nenni, ses naseaux me quémandent de regarder à gauche. Un panneau m'informe de la présence d'une forteresse du 10ème siècle.

Nota ; En fonction des documentations le site est nommée :

- Anglars.

- Lourdou.

 

 

 

Je le vois

* Aux pieds de la rivière Aveyron, un imposant rocher, presque isolé, semble porter un vestige au sommet.

* Avec un peu d'attention il est possible de voir une ronde construction.

Comment vais je monter sur le Roc ?

 

 

 

Un escalier plus que millénaire !

La découverte

* Un escalier taillé dans la roche m'invite à monter.

* Plus haut, je remarque une construction presque intacte.

* Je pressens que des consolidations récentes ont redonné vie à cet ancêtre.

* Lentement et respectueusement je monte les marches.

* Évidemment, arrivée en haut, point au sommet je suis.

* A nouveau, il me faut grimper... (jusqu'au ciel ?).

* Je vous sens dubitatifs derrière votre écran. Vous pensez :

"Pfff, le Chevalier se moque de nous.

Point autant monté il a ! "

* Tord vous avez. Voici la preuve que vers le ciel je m'élève à chaque marche. 

 

 

 

Rapides constatations

* Comme vous l'avez constaté, les murs ne sont point assez hauts pour voir si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* Les murs ayant été consolidés, je ne distingue aucune trace d'archère et encore moins de bouche à feu.

 

 

 

L'intérieur :

Les labyrinthes

* Ce titre peut vous paraître fantaisiste, mais en circulant dans les couloirs de la ruine, durant un court instant je me suis cru dans le labyrinthe d'un parc d'attraction ou de la mythologie.

 

Vais je trouver la sortie ? J'étais certain qu'il fallait tourner à droite Je suis perdu !!!

 

 

 

 

Architecture primitive ? Les aménagements humains sont visibles

* Dans cette forteresse dont les murs ont été très reconstruits, il n'est pas facile de reconnaître le bâtiments d'origine et les fonctions.

* Pourtant de nombreux détails trahissent le travail d'aménagement primitif des hommes.

* Par exemple :

- Ce rocher taillé sur 3 cotés servant de base pour un bâtiment à salle unique.

- Au premier plan à droite, cette banquette pour tenir un mur (aujourd'hui disparu).

- Le rocher est aplani pour plus de confort.

 

 

 

Le confort habitable

* Il n'y a pas que des murs dans cette forteresse d'un autre temps, quelques chambranles de porte sont visibles ainsi que des cheminées.

 

 

 

C'est la fin... pour vous

* Pour que vous ayez quelques surprises, je ne vous dévoile pas toutes les richesses.

* C'est en regardant le château de Belcastel que je vous abandonne au sommet de la forteresse.

 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du fort :

* Au 5ème siècle, aménagement d'un fort de surveillance. Certains historiens supposent que c'est un poste de péage Carolingiens.

* Au 10ème siècle, la présence du fort semble attestée. Les historiens pensent que ce site est un avant-poste de garde du château de Belcastel.

* Vers 1792, des prêtres réfractaires se réfugient dans le site et la grotte (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Même si les murs paraissent solides, veuillez ne pas monter dessus et surtout respecter ce site vieux de 15 siècles. Le risque de recevoir une pierre existe. Comme dans toutes les ruines veuillez surveiller vos enfants.

 

 

Un vestige de 15 siècles

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2019 2 08 /01 /janvier /2019 07:30

 

 

Département 66 - PYRÉNÉES ORIENTALES

 

 

 

L'aventure commence par une porte fortifiée

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune nommée officiellement Sainte Marie ( mais qui est localement appelée Sainte Marie La Mer) est située à 50km au Sud de Narbonne, à 10km au Nord-Est de Perpignan et à 3km au Nord du Canet en Roussillon (voir son château).

 

     Coordonnées de l'église :

42° 43' 38" N 03° 00' 59" E
 42.7273436°  3.01657587°

 

 

 

Les fortifications : 

L'extérieur :

Première surprise?

* Dans l'ancien bourg, une ruelle me porte vers une curiosité construite.

* Cette construction se nomme : Tour de l'Horloge.

N'est ce point évident ?

* La partie supérieure en brique est évidemment un aménagement récent.

* Par contre la base, en pierre de taille, est l'une des rares traces des fortifications médiévales du bourg.

 

 

Analyse rapide de la porte

 

* De chaque coté, les pans inclinés rappellent les  bases talutées des tours médiévales.

Pensez vous que cela soit d'origine ?

* Les années et les consolidations ont supprimé les traces de herse, double vantail, bretèche et salle des gardes.

* L'épaisseur du portail prouve l'importance du rempart et sa capacité défensive.

 

 

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

La découverteSurvolant les toits, une construction m'interpelle !

* Je m'éloigne de la tour de l'horloge en espérant que l'église ne soit pas aussi reconstruite.

* Sur une belle petite place une tour me quémande d'approcher.

* J'exécute pour admirer une pierre de remploi. La gravure ne m'informe pas de la fonction de cette construction très modernisée.

* Lorsque je suis perdu, je prends un peu de recul.

Vais je avoir ma réponse ?

* A gauche, la tour n'est point défensive.

* Au centre, la nef ne semble pas fortifiée. Elle est certes rehaussé mais pour amener la lumière via les oculus.

* L'enchevêtrement des bâtiments, chapelles, déambulatoire, sacristie ne facilite pas la lecture de l'église.

* Pourtant... A droite... je vois...

 

 

Diantre !... Une curiosité architecturale

* Cela ressemble à un clocher mur ou plutôt à un mur bouclier.

* Portant je crois voir la "naissance" d'un arc.

Était ce la hauteur du toit de l'église médiévale ?

* Au sommet de la haute construction, je remarque une console triple, vestige des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Je contourne les maisons pour mieux comprendre le secret de cette "tour-mur."

 

Même le soleil envoie ses plus beaux rayons pour illuminer les vieilles pierres

 

* Aux pieds de la construction, je suis subjugué par cette tour défensive, seule rescapée de l'ancienne église médiévale.

 

Un donjon sur une église !

 

Où est l'entrée ?

* Il est temps de trouver l'entrée de l'église pour tenter de monter dans la tour.

* Comme je le présentais, l'église est si modernisée que le portail n'est pas à l'image de l'église médiévale.

* Qu'importe, l'important est de monter dans la tour.

 

 

L'intérieur :

Le chevalier laisse la place au touriste

* En entrant je me laisse prendre par la lumière.

* Mon âme de touriste admire le mobilier.

 

 

 

Je reprends ma vision de Chevalier Castellologue Amateur

* Soudain, mon regard est attiré par un détail.

* Il y a une porte "secrète" pour monter dans la construction défensive.

* Hélas, elle est fermée.

* Je me console en imaginant la salle au dessus de la coupole.

* Les trous de boulin (voir vocabulaire) m'informent que des étages existaient.

* Lentement, je quitte cette église où quelques pierres ont été posées il y a 8 siècles.

 

Combien de défenseurs ont marché au dessus ?

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 11ème siècle, le roi Pierre Ier d'Aragon fait fortifier le bourg.

* Au 12ème siècle, une église fortifiée est aménagée sur les fondations d'un premier lieu de culte.

* Au 18ème siècle, la nef est reconstruite.

* Au 19ème, l'église est allongée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Sainte Marie) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Les consolidations préparent l'église à l'éternité !

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Partager cet article

Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 08:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Est ce le château d'Espiens ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune d'Espiens est située à 40km au Sud-Est de Marmande, à 20km à l'Ouest-Sud-Ouest d'Agen et à 8km à l'Est de Barbaste (voir son moulin fortifié).

 

   Coordonnées du château :

44° 10' 06" N 00° 22' 41" E
 44.168444°  0.378167°

 

    Toponymie :   (--> voir initiation)

* Espiens provient du mot Gascon "Espia"  signifiant :  Regarder, voir, vue.

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Mise au point

* Dans certaines brochures et sites web, le Graal de ce jour est nommé : La tour d'Espien.

* Je m'oppose à ce qualificatif réducteur !  laugh

* Cette construction défensive au sommet de la petite colline, ayant créé la commune, est un véritable château... certes "un peu" cassé.

 

 

Première découverte

* Après avoir laissé mon destrier à l'entrée d'Espiens, coté Ouest, j'erre lentement en direction opposée.

* Quelques constructions en pierres millénaires me font signe.

Pensez vous que ce soit les murs du château ?

* Que nenni !

* Les murs de certaines maisons du bourg ont été construits grâce aux pierres de l'ancien château médiéval.

 

 

Les fleurs se pâment devant cette beauté médiévale

Mes poils se dressent de plaisir

* En contournant la dernière maison d'architecture récente, je vois un cube de pierre dans un écrin de verdure colorée.

* A petits pas, je continue mon errance.

* Aucun doute possible, je suis en présence du château.

 

 

Je détaille les détails

* Le site a été partiellement arasé, crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) ont disparu.

* Curieusement, la façade coté Sud ne comporte aucun système défensif. Ils ont du être bouchés lors de la consolidation au siècle dernier.

* Le parement d'angle est propre, les pierres sont correctement taillées et jointives : Cela traduit un château ayant été possession d'un seigneur "aisé".

* En me décalant un peu je vois.......... Hooooo...

........ une porte.

 

 

Cette porte est le passage vers le monde médiéval

Une porte qui me transporte

* Aux étages, deux ouvertures me fascinent :

- Une archère droite datant du début du 13ème siècle.

- Une fenêtre trilobée avec une blanche damoiselle tournant son regard vers un autre horizon.

* Derrière un rempart de haies "infranchissables", je vois une porte en arc brisé.

* Prenant tous les risques, je traverse les feuillages (peut être empoisonnés) .

* Les dimensions de l'ouverture  me font penser que ce ne devait pas être la poterne. Pourtant quelques détails me "chagrinent". Je ne vois pas :

- Les traces des fentes pour les flèches d'un pont levis (voir exemple).

- D'encoche pour recevoir ce fameux pont (voir autre exemple).

- De crapaudine pour soutenir un pont-levis (voir cet exemple).

- De bretèche pour sécuriser l'entrée.

* Malgré tous ces manques, je suis heureux de voir le rail de guidage de la herse.

 

 

Ses entrailles n'ont aucun secret pour moi

L'intérieur :

"Ouvre toi pour moi" lui dis je

* Bien que le site soit interdit à la visite, il est possible de voir l'intérieur par quelques astuces et une petite contorsion.

* Un mur extérieur comporte deux ouvertures :

- Celle du haut est une archère en niche.

- Celle du bas est.... heu.... j'ai un doute.

Est ce un puits de lumière ?

Une archère droite ?

* Sur les autres murs je vois :

- Une petite archère droite.

- Une salle comportant une fenêtre avec coussiège unique.

 

 

La fin pour vous... la faim pour moi.

* Cette ruine m'a mis en appétit.

* Je décide de vous laisser ici (sans vous avoir tout montré... car il faut que vous ayez quelques surprises).

* Je vais poser mon séant merveilleux sur un rocher, sortir une pomme et admirer le paysage, l'ultime trésor d'un site castral.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château avec une tour carrée à chaque angle.

* En 1286, la seigneurie d'Espiens est détenue par 4 familles :

- Bertrand de Galard pour 50%,

- Pierre d'Auvignon pour 25%,

- Gailhard de la Roche pour un huitième.,

- Guilhaume Raymond de Nazareth pour un huitième.

* Au 16ème siècle, le Comte (voir titre de noblesse) de Mazellière de Douazan est Baron d'Espiens.

* En 1891, la commune achète les ruines du château.

* En 1926, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter les propriétés privées ainsi que l'ambiance studieuse de la cour d'école.

 

La vue est toujours la récompense d'une ruine médiévale

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2019 2 01 /01 /janvier /2019 00:05

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

  Je ne vois rien... Et vous ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Huparlac est située à 50km au Sud-Ouest de Saint Flour, à 40km au Sud-Est de'Aurillac et à 15km au Nord d'Estaing (voir son château).

  

   Coordonnées du château fort :

44° 41' 35" N 02° 42' 55" E
 44.693011°  2.715222°

 

 

 

Le château fort : 

         L'extérieur :

Préambule

* Je suis en retard sur mon planning. C'est mon premier jour de vacances et je dois rapidement me rendre à 70km de là pour chercher les clefs de la masure qui va m'abriter durant ma semaine dans le Lot.

* Mon destrier me quémande de visiter ce site castral car il a vu sur la carte le symbole d'une ruine castrale.

* Pour lui faire plaisir, je décide de regarder très (trop) rapidement ce lieu.

C'est donc une découverte minimale que je vous offre.

 

  Est ce un donjon ?

La découverte

* Je me précipite sans prendre le temps de bien regarder.

* C'est ainsi que je manque l'observation dans le dénivelé souvent très révélateur.

* De suite, j'arrive sur le plateau.

 

 

        L'intérieur :

L'analyse

* Le plateau est vide.

* Les quelques pierres au sol ne sont point révélatrices d'une architecture.

* Il n'y a que la ronde tour qui puisse me donner quelques indications.

Erreur !

* Cette construction est moderne.

* Et même si un crénelage apparaît, c'est en réalité le "château d'eau" de la commune.

 

 

Je me console de cet échec

* N'ayant rien vu, je profite du joli panorama et des fleurs qui tapissent les rochers.

* Soudain, un insecte me pique. C'est le signe que je dois de suite repartir.

 

 

Conclusion

* Lorsque j'en ai eu a possibilité, j'ai regardé la vue satellite du site.

Je n'ai rien vu de tout cela !

* Moralité : Prenez le temps de bien faire "les choses".

* La précipitation est à l'opposé de l'efficacité et de la vérité.

Je ne ferai plus cette erreur !

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, une construction fortifiée nommée Altun existe. Elle appartient à la famille d'Estaing (voir leur château principal).

* En 1223, Déodat d'Estaing est reconnu propriétaire du château par Raymond VII, Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse. Ce château est le siège d'un Baronnie.

* En 1324, Raymond d'Estaing habite le château.

* En 1664, le château est encore habité.

* En 1711, le sir d'Estaing n'ayant pas nommé de prêtre pour officier en ce lieu, la chapelle castrale est désaffectée.

* En 1788, après de longues années sans entretien, le site n'est que ruine.

* En 1906, il semble que quelques pans de murs sont encore visibles.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en respectant les plantations et les propriétés privées.

 

 

Le paysage est le trésor de toutes les ruines médiévales

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2018 5 28 /12 /décembre /2018 08:35

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Voici une porte fortifiée... Je ne plaisante pas !

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Astaffort est située à 60km à l'Est de Montauban, à 30km au Nord-Est de Larressingle (voir cette cité fortifiée) et à 15km au Sud d'Agen.

 

   Coordonnées du bourg :

44° 03' 49" N 00° 39' 05" E
 44.063609°  0.651499°

 

 

 

 

Les fortifications :

L'extérieur :

Préambule

* Être un castellologue amateur, c'est errer dans notre beau Royaume de France à la recherche de sites médiévaux fortifiés.

* Mais c'est aussi flâner dans les ruelles l'appareil photo à la main.

* Enfin, c'est une croisade dans des villages où une personnalité habite.

* C'est pour ces 3 cas que je suis à Astaffort, petite commune théoriquement fortifiée, agréable et résidence de Francis Cabrel.

* Donc, attendez vous (peut être) à quelques images ou situations non habituelles sur mon blog.

 

 

 

Au loin, une tour m'appelle

L'entrée... en matière

Voyez vous ce pilier ?

* C'est... heu... le vestige de la porte de Corné. En réalité c'est le jambage de la tour-porte médiévale.

Quelle chance de la voir !

* Ne riez point. Sur les 3 portes (Corné, Bouc et Gers), il ne reste que cette haute pierre.

* L'ensemble des remparts entourant la ville était précédé d'un fossé, évidemment disparu.

 

 

 

Une tour.... ouverte et fermée

* Au loin, je vois une haute tour.

* Avec empressement je vole vers elle.

* Cette tour est curieusement accrochée à l'église Sainte Geneviève.

Était ce une église fortifiée ?

ou une tour du château accolé à l'église ?

* Lentement je m'approche pour l'espionner.

 

 

 

Les archéologues l'ont analysée Quels secrets cachent cette entrée voûtée ?

* Cette porte serait l'entrée du château de Craste (aujourd'hui disparu).

* La base traversante par un passage voûté plein cintre date du 12ème siècle.

* Le premier niveau avec les fenêtres date de 1666. Il correspond à la transformation de la tour en clocher.

* Le deuxième niveau de fenêtres ainsi que la terrasse datent de 1839.

 

 

L'intérieur :

Dans la tour

* La tour entre dans une propriété privée, donc l'accès est interdit...

  .... mais il est possible de voir :

- Au sol, sur un dallage qui n'est point médiéval, le couvercle d'un sarcophage.

- Des murs aux pierres pauvrement taillées.

 

 

Dans l'église

* Le moutier dédié à Sainte Geneviève n'est pas médiéval.

* Les nombreuses et larges fenêtres illuminent la nef.

 

 

Le diaporama du bourg est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 12ème siècle, construction d'un château. Un village s'établit autour.

* Au 14ème siècle (?), des remparts avec fossés sont aménagés autour de la ville.

* En ????, le château est détruit.

* En 1666, la tour-porte du château est transformée en clocher d'église.

* En 1784, le bourg Estafort est montré fortifié sur la carte de Cassini.

* A la fin du 18ème (ou début 19ème ?) siècle, les remparts sont détruits.

* En 1839, le clocher de l'église est rehaussé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite depuis la rue. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

 

J'ai prié pour trouver les remparts...

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0