1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 06:45

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Suis je devant le château médiéval de Bouglon ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Bouglon est située à 56km au Nord-Ouest d'Agen, à 20km au Nord de Fargues sur Ourbise (voir son cimetière fortifié) et à 15km au Sud-Sud-Ouest de Marmande.

 

   Coordonnées du château :

44° 23' 33" N 00° 05' 50" E
 44.392509°  0.097277°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* La vie d'un château médiéval est parfois houleuse et curieuse.

* La vie de votre Chevalier Dauphinois, castellologue amateur, est parfois houleuse et curieuse.

* Conséquence, lorsque les 2 se rencontrent, c'est le choc !

 

 

Tous mes sens ... et même plus !

* Proche de la mairie (il est vrai que dans une si petite commune, tout est proche de tout) mes poils détecteurs de sites médiévaux se dressent.

* Ma blonde et longue chevelure, balayée par le vent chaud de fin de printemps, me fait tourner la tête vers une blanche construction.

* Conséquence : Mon magnifique regard d'un bleu profond cherche LE détail permettant à mon brillant cerveau de médiéviste d'être rassasier d'architecture de l'an 1000.

 

 

Autant de rondeurs ne sont que bonheur pour l'homme

Hummm... elles sont rondes !

* Devant moi, s'affichent deux rondes, deux belles, deux....

* Il faut que je reprenne mes esprits.

* Que vois je ?

- Un bâtiment cubique autour de construction tout aussi récente et anguleuses.

- Dans un angle, une tour circulaire et élancée. Elle n'arbore aucun signe défensif. D’ailleurs, je doute qu'elle soit médiévale.

- Dans l'autre angle, une imposante tour me sollicite.  Cette ronde beauté ne montre point d'archère ni canonnière, mais...

  ...... son sommet se pare de pierres en encorbellement,  vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

L'intérieur :

Vais-je entrer en elle ?

* La tour ne comportant point de porte (ce qui est logique pour une construction défensive), je contourne le blanc bâtiment.

* Soudain une grille m'arrête.

* Derrière, je vois de jeunes écuyers ou des sorciers débutants.

Quelle est donc la fonction de ce château ?

* Cet ancienne construction seigneuriale est devenue : Une école communale.

Forme-t-elle des sorciers comme à Poudlardcheeky

 

 

Conclusion

* Un site médiéval fortifié peut prendre différentes formes en notre 21ème siècle :

- Ruine inaccessible,

- Ruine minimale,

- Ruine payante,

- Habitat privé,

- Musée,

- Mairie,

- Et même.... école.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un village s'établit sur les pentes.

* Au 13ème siècle, construction du château. Avec l'insécurité de ce siècle, les villageois abandonnent leur ancien village puis se regroupent proche du château.

* Au 20ème siècle, proche des vestiges du vieux château, une école est construite.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Est ce l'école pour devenir Chevalier ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 08:55

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

 

Voyez vous cette merveille presque intacte ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Gavaudun est située à 50km au Sud-Est de Bergerac, à 20km au Nord-Est de Villeneuve sur Lot (voir ses fortifications) et à 15km au Sud de Monpazier.

 

   Coordonnées du château :

44° 33' 37" N 00° 53' 18" E
 44.560289°  0.888463°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* Ayant visité plus de 3000 sites médiévaux fortifiés, je pensais ne plus être surpris, j'imaginais avoir tout vu, j'étais certain (ou presque) que mes futures croisades ne feraient que renforcer mes convictions.

* Je pensais..... frown

* Et puis un jour, mon destrier me dépose dans le Nord du Lot et Garonne, dans la vallée de la Haute Lède, dans le canyon (selon certaines brochures)......

....... et là, c'est le choc !  surprise

* Pour lire cet article, il vous faut un bon fauteuil, une tasse de thé ou de café et pourquoi pas une musique de Chopin.

Attachez vos ceintures, un voyage magique commence !

 

Qui est accroché à l'autre ?.. Le château ou le rocher ?

 

Même les arbres ne lui font pas de l'ombre !

* Posé sur un plateau rocheux, le château regarde les petits touristes à ses pieds.

* Je me sens vulnérable face à cette masse.

* L'éperon rocheux de 100 mètres de long pour 15 mètres de large semble inaccessible. Je ne vois :

- Ni plan incliné,

- Ni escalier extérieur,

- Ni pont levis,

- Ni.....

* Parfois, un arc de décharge vient rompre la rigueur du rocher.

* Ce rocher ressemble à un paquebot traversant les intempéries des siècles sans heurts.

* A la base, les ruines du vieux village paraissent minuscules, alors qu'elles montrent des murs de 2 niveaux.

* Comme pour s'excuser d'être là, au sommet, le rempart du château a pris la couleur de la roche.

* Ce rocher porteur du château fait de l'ombre à tout : Maisons, ruines, mairie et même.... moi, Le Chevalier !

* Je me sens vulnérable face à cette masse.

Quelle masse !

* Soudain, dans le rempart, je remarque une "fissure".

Est ce la destruction du temps ?

* Que nenni. Vous avez évidemment reconnu les classiques mais si utiles latrines en encorbellement.

 

 

Le donjon Un pic, que dis je un cap, une péninsule

* Évidemment, la première construction que je remarque est le donjon.

* Sa hauteur, sa masse, sa puissance forcent le respect.

* Il mesure 25 mètres de haut et possède 5 étages dont les archères (droites ou cruciformes) sont asymétriquement positionnées.

* Sa curiosité architecturale (presque unique) est qu'il semble être semi-cylindrique, anguleux ou droit suivant le coté où je le regarde.

* A la base, en réalité au niveau du rempart encore visible, une large ouverture me surprend.

Quelle fut sa fonction ?

* Sous cette ouverture, je remarque des trous de boulin alignés.

* Il est impossible que cela fut l'entrée, donc.......

...... Je pressens que l'ouverture est le passage pour un hourdage (voir vocabulaire). Ainsi, les attaquants ne pouvaient pas assiéger le château par ce coté (Nord-Est).

 

 

Ramper devant le rempart ?

* Lentement j'avance vers la petite commune.

* Avec précaution je regarde les éventuels pièges des fantômes du passé.

* Soudain, je suis bloqué par une solide porte.

- "Qui va là ?" semble-t-elle me dire.

- "Mais..... Moi...... Le Chevalier Dauphinois !"

* C'est ainsi que la herse se lève pour faciliter mon entrée (théâtrale).

 

 

L'intérieur :

Amour... haaa... l'amour !

* Je délaisse rapidement les quelques maisons dans la cité fortifiée pour me précipiter vers....

... le guichet.

* La visite de cette merveille médiévale est payante.

* Je lève la visière de mon heaume pour voir....

.... Une ravissante créature au sourire enjôleur.

* Je lui donne les piastres qu'elle souhaite et là..... je suis amoureux.

* Vous lisez bien.... je suis amoureux ! heart

* Mon cœur de Chevalier bat vite, très vite, pour elle.....

..... pour elle, la ruine médiévale bien sur. blush

 

 

Pour visiter l'intérieur de ce château

Veuillez cliquer ici - CLIC

 

 

 

Il faut montrer patte blanche pour entrer

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 09:06

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Franchir la porte , c'est entrer dans les temps médiévaux

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Nomdieu est située à 20km au Nord-Est de Condom, à 18km au Sud-Est de Barbaste (voir son moulin fortifié) et à 15km au Sud-Ouest d'Agen.

 

   Coordonnées du château :

44° 05' 42" N 00° 28' 32" E
 44.094948°  0.475457°

 

 

 

Le site fortifié :

L'extérieur :

Emporté..... devant la porte

* Que voila porte (presque) puissante !

* Que voila défense (d'éléphant cheeky ) !

* L'entrée dans le bourg me fait déjà rêver.

* Je traverse le temps et la porte (ou inversement).

* Derrière, la fente défensive est ... heu.... belle.

* Proche, je vois..... heu.... une tour que je ne peux dater.

N'y a-t-il rien d'autre à voir ?

* Soudain mon regard est attiré par un mur dont une fenêtre ajoutée a condamné une porte.

A quoi se rattache ce mur ?

Est ce une fusée pour la terres des Hospitaliers ?

 

 

Je prends du recul

* Ceux qui me suivent depuis quelques temps savent que...

   ....... Si difficulté de comprendre j'ai....

     .......... Recul je prends pour mieux analyser.

 

 

Énigme résolue

* Ceci n'est ni un minaret, ni une tour de surveillance des incendies, ni.....

* Cette construction survolant les arbres, attirant le regard des touristes, fascinant votre Chevalier, est.....

Le clocher d'une église !

 

 

Vieux... et pourtant jeune

* L'église est censée avoir été construite au 12ème siècle.

* Le bâtiment que j'ai sous les yeux parait beaucoup plus récent.

* Je ne sais pas s'il reprend les systèmes défensifs médiévaux, mais j'avoue que le clocher fortifié a fière allure.

* Ses mâchicoulis me font rêver.

* Sa plateforme défensive sous un toit à quatre pans est digne des tours de guet de puissants châteaux.

 

 

 

L'intérieur :

L'église est ouverte

* En entrant deux particularités m'étonnent : Ombre et lumière se partagent l'espace

- La petitesse de la nef. Avec une telle hauteur, je m'attendais presque à "une cathédrale".

- Le contraste de lumière entre la nef (éclairée par les jolis vitraux nombreux et hauts) et l'abside (sombre à cause des petites baies).

* Proche de l'entrée, la porte accédant au clocher est fermée....

    ........ Je vais donc quitter ce lieu à la décoration très sobre.

* En regagnant mon destrier, je marche sur une croix récemment posée au sol.

Saurez vous l'identifier ?

* Cette croix, inscrite dans un cercle, se trouve sur d'autres pierres, sculptées au 17ème siècle, marquant les limites de possession d'un célèbre Ordre Militaire Religieux.

Avez vous deviné ?

 

 

Conclusion

* Ce site a été tellement démoli puis reconstruit après le 15ème siècle qu'il est difficile de certifier que les bâtiments puis les fortifications soient d'origine médiévale.

* Ma seule certitude : Une grande partie des pierres ont été taillées au Moyen Âge.

* Quelques livres (d'auteurs peu spécialistes), quelques sites web (trop fanatiques) affirment que Nomdieu fut possession de l'Ordre du Temple. Mes recherches réfutent ces affirmations. Il est vrai que le mot Templier est plus vendeur qu'Hospitalier. surprise

* Les Templiers auraient possédé une église à quelques distances de là.

 

 

Le diaporama du site fortifié est visible ici - CLIC

 

 

Quelle incroyable église !

 

 

 

Histoire du bourg :

* Vers l'année 1160, Gaston V, Vicomte (voir titre de noblesse) de Béarn donne, à l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, le territoire de « Percemil ».

* L'année suivante, un frère de cet ordre fait construire une maison destinée au soulagement des pauvres. Elle porte le nom : Hôpital du Nom-Dieu.

* Peu de temps après (1170 ?), Marie de Béarn, sœur de Gaston V, dote des terres pour une nouvelle "maison de l'Hôpital" puis fait bâtir un moulin pour l'usage des Hospitaliers.

* A la fin du 12ème siècle, le nouveau Comte, Gaston VI fils de Marie de Béarn confirme les donations faites à l'Ordre. Cette confirmation est à l'attention de l'épiscopat d'Elie de Castilhon.

* En 1216, les Hospitaliers possèdent aussi les territoires Marmontet et la ville de Oumet (?).

* Durant les siècles suivants, chaque Vicomte de Béarn confirme les possessions de l'Ordre et ajoute parfois quelques terres.

* Au début du 14ème siècle (?), un hôte de marque passe quelques jours à Nomdieu, c'est Bertrand de Got, archevêque de Narbonne, futur pape Clément V.

* Au milieu du 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, les moines de Nomdieu reçoivent l'autorisation de fortifier leurs possessions.

* En 1562, début des terribles Guerres de Religion.

* En cette fin du 16ème siècle, la province étant Huguenote, la commanderie (Catholique) de Nomdieu souffre des attaques des Protestants.

* En 1592, l'armée Huguenote de Nérac attaque puis s'accapare les possessions de la commanderie.

* En 1594, l'Ordre des Hospitaliers récupère pacifiquement une partie de ses terres.

* En 1620, la commanderie, les systèmes défensifs et l’église sont en mauvais état. Ordre est donné de restaurer l'ensemble des bâtiments.

* Vers 1790, les Révolutionnaires dissolvent les ordres militaires religieux. Les bâtiments de Nomdieu sont pour certains vendus, pour d'autre démolis pour construire des maisons. L'église devient paroissiale mais son état est piteux.

* En 1860, le château est démoli par la municipalité.

* En 1875, l'église est partiellement (?) reconstruite.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-Jean-Baptiste) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église des Hospitaliers

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 09:35

 

     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 76 - SEINE MARITIME

 18 septembre 2005 Journée du Patrimoine

 

 

 

Le bourg :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Martainville-Épreville est située à 15km au Nord-Est de Rouen.

   Dans le bourg, plusieurs panneaux attirent l'attention et un parking permet de déposer son destrier moderne pour visiter le château.

 

  Coordonnées du château :

49° 27' 31" N 01° 17' 36" E
 49.458745°  1.293383°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Présentation

 * Le château de Martainville, l'un des plus importants de la Seine-Maritime, a été édifié à la fin du XVème siècle. Le Moyen-Âge se termine, mais a laissé des traces, en l'espèce ces puissantes tours qui cantonnent le corps de logis.

* Mais, dès le début du siècle suivant, ses propriétaires vont lui apporter des éléments décoratifs et percer ses façades de fenêtres, lucarnes et loggias dans le goût de la Renaissance.

* Murs d'enceinte et douves disparaissent du même coup.

 

  La façade Nord du château

Particularités

* La loggia, au dessus de la porte d'accès, est en fait l'abside de la chapelle, éclairée de trois baies de style gothique flamboyant.

* Les hautes toitures en ardoise sont agrémentées par une forêt de souches de cheminées en brique, toutes différentes.

* L'ensemble est complété d'un colombier du XVIème siècle, d'un four à pain du XVIIème siècle et de dépendances construites par Louis de Martainville au XVIIIème siècle.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle, Jacques Le Pelletier de Martainville fait bâtir cette grande demeure fortifiée durant la régence d'Anne de Beaujeu, la sœur aînée du futur Charles VIII (voir liste des rois). La Renaissance n'a pas encore fait son apparition en France.

* En 1510, le neveu de Jacques Le Pelletier décide de mettre le château féodal au goût du jour en détruisant le premier mur d'enceinte trop proche du château, comblant le fossé primitif et faisant ouvrir, dans la maçonnerie de brique, des portes et fenêtres, aux linteaux joliment galbés. Le pont-levis devenu sans objet cède la place à une porte surbaissée sous une petite loggia polygonale d'inspiration flamande-espagnole, éclairée de trois fenêtres. L'aspect général du château reste dans son état primitif, avec ses quatre grosses tours cylindriques cantonnant le corps de logis et rappelant les nécessités de la féodalité, mais la Renaissance égaie cet ensemble et surtout rend la demeure plus confortable.

* Durant la seconde moitié du 16ème siècle, les travaux sont interrompus par les guerres de Religion.

* A la fin du Samuel Couture, Conseiller au Parlement de Rouen, fait reprendre les travaux d'embellissement 

* En 1781, le dernier représentant de la famille Le Pelletier déède sans héritier. Le site devient une exploitation agricole, le château n'est plus habité.

* En 1889, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1906, l'état achète le château. La ruine est consolidée puis aménagée sauvant ainsi cette belle construction médiévale.

* En 1961, un Musée des Traditions et Arts Normands est créé dans le château par le Conseil Général de Seine-Maritime. Il présente des meubles, objets, vêtements et plus généralement l'art de vivre en Haute-Normandie aux 18ème et 19ème siècle.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis les routes est libre et gratuite. La visite du musée est payante. Renseignez vous sur les horaires.

 

 

L'architecture féodale n'a pas été gommée malgré les modifications

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime

Partager cet article

Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 07:40

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

 

Voyez vous une église fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Reignac est située à 40km au Sud-Ouest d’Angoulême (voir son château), à 18km au Sud-Est de Cognac et à 10km à l'Est de Jonzac (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 25' 22" N 00° 11' 01" W
 45.422705°  -0.183516°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

L'arrivée n'est pas le reflet !

* En ce titre un peu énigmatique, je ne vais point proser sur les miroirs, les glaces et autres sujets réfléchissants. Mon propos signifie :

- En fonction du coté où l'on découvre cette église, elle reflète :

-- Le Moyen Âge ou l'époque moderne.

-- Le classicisme architectural ou la forteresse.

* Maintenant que nos psychés sont en phases......

... la découverte commence.

 

 

Les fleurs prennent la couleur de l'église

 

 

Le Grand Sud !

* La façade Sud-Ouest est très chaotique. Cela est du à la construction "récente" du presbytère puis d'un collatéral.

* En faisant abstraction de cette grande surface jaunâtre, de nombreux détails me fascinent. Regardez avec moi :

- Sous le toit de la nef, 3 ouvertures carrées sont visibles. Cela signifie qu'une salle de repli défensif existe.

- Au centre, le clocher polygonal massif ne porte pas d'indice de guet ni de défense. Ses pierres étant différentes, je pressens qu'il fut modifié ou ajouté après la construction de l'église.

- Le curieux mur en avant du clocher arbore une haute fente de tir.

- Le bras du transept possède, au dessus d'une haute et fine ouverture de lumière, une ouverture rectangulaire. Je pressens que cette salle de repli communique avec celle de la nef.

 

Massif, défensif et élégant !

 

A l'Est... il y a des rondeurs !

* Pour mieux comprendre le chevet, je ne me mets pas à son chevet surprise  mais je prends un peu de distance.

* Que de détails fascinants !

- A gauche une autre fente de tir dans la salle de repli du transept.

- Au centre, un chevet avec une salle de repli défensif sous le toit ressemble à un chemin de ronde.

- Puis s'appuyant sur le chevet, un puissant, large et haut contrefort à larmier certainement construit lors du rehaussement du chevet.

 

 

Comme en montagne, la façade Nord est difficile

* Quel chaos !

* Entre le collatéral Gothique, les larges contreforts, le curieux contrefort d'angle entrant et les  arcatures sur fines colonnettes, la masse désordonnée m'impressionne.

* C'est le résultat de 5 siècles d'aménagement.

* Dans les consolidations, il est possible de voir de fines ouvertures sous le toit prouvant que l'église a été utilisée après l'invention des armes à poudre.

 

 

Le portail aux aménagements historiques

* Avec une église aussi modifiée par l'histoire et les hommes, je ne m'attendais pas à une façade d'entrée classique et sobre. Il faut du temps pour lire les modifications des temps

* C'est donc avec lenteur que je tente de comprendre cette masse non symétrique.

* Description de droite à gauche :

- A coté de la grille, le récent presbytère.

- Puis un imposant contrefort dont le larmier s'encastre dans l'angle. Sa construction est certainement due au rehaussement pour l’aménagement d'une salle de repli défensif.

- Au centre, le classique portail Saintongeais est composé  par trois grandes baies presque de même hauteur (les 2 à l'extérieur sont plus petites et classiquement obturée) dont une seule est percée. Ma supposition du contrefort de droite ajouté après la construction se vérifie, la "baie" de droite est partiellement cachée.  Curieusement, les voussures ne sont pas sculptées.

- Puis le collatéral, ajouté.

* Je me dois d'entrer pour tenter de visiter les salles défensives.

 

 

L'intérieur :

Vais je pourvoir ?

* En entrant, blanc et bancs m'accueillent. cheeky

* J'erre dans le collatéral dont le dallage est différent de la nef.

* La chapelle Gothique ne me montre pas l'entrée vers les étages.

* L'abside en cul de four ne possède pas de porte secrète vers le chemin de ronde

* Il n'y a personne en cette église pour me guider.

 

 

Pour aller en haut, il faut regarder... en haut

Ma Jéhanne me conseille

* Dans mon errance je vois Saint Michel. J'ose lui demander. Mais il est occupé avec son dragon.

* Je me désole quand soudain, j'entends une voix.

Va-t-elle m'indiquer la voie ?

* "Hoo, Mademoiselle d'Arc, savez vous comment monter au ciel ?"

-- "Chevalier, tu es bien moqueur. Je vois que tu cherches l'entrée vers les salles de l'étage. Regarde vers le haut et prie... que cela soit ouvert" me souffle dans l'oreille La Pucelle.

* Raison a cette Sainte, regardez est la solution.

* C'est ainsi que je vois un escalier en bois (remplaçant évidemment une médiévale échelle amovible) menant vers la porte de mon Paradis.... hélas fermée.

* Pour me consoler de cet échec, je me délecte des multiples peintures murales comme ce motif géométrique, une litre seigneuriale, une scène de vie, etc.....

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église du prieuré Saint-Pierre dépendant de l'abbaye de Lesterps.

* A la fin du 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, fortification de l'église.

* Au 15ème siècle, les fortifications de l'église sont améliorées.

* Au 16ème siècle, le bas-côté Nord est remonté sur croisée d'ogives.

* Au 17ème siècle, le clocher est reconstruit (à vérifier).

* Au 18ème siècle, un presbytère est accolé coté Sud.

* En 1970, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 2015, les fissures de la voûte devenant importantes, une longue restauration de l'église commence.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Ces décors sont ils médiévaux ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Charente

Partager cet article

Repost0
12 mars 2019 2 12 /03 /mars /2019 09:35

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

Voyez vous la merveille que je vais visiter ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Saint-Amant-de-Boixe est située à

40km au Nord-Est de Saintes et à 15km au Nord d'Angoulême (voir son château).

 

   Coordonnées de l'abbaye :

45° 47' 48" N 00° 08' 05" E
 45.796552°  0.134573°

 

 

 

L'abbaye : 

L'extérieur :

Il est pointu...turlututu !

* Au loin, je vois un clocher pointu sur une base carrée. Je pressens que cela est l'église abbatiale.

* J'allonge ma foulée pour découvrir ce bâtiment qui aurait été fortifié.

* Mais avant, il me faut passer par la porterie.

 

 

Je suis perdu ! Un paysage de presqu'en ruine... qui m'emporte sans me transporter

* Je suis toujours fasciné par les sites fortifiés médiévaux, car sans être très différents ils ne sont jamais identiques.

* C'est avec cette phrase que j'erre dans cette abbaye, parfois détruite, parfois modernisée, parfois aseptisée.

* Il me faut  beaucoup de concentration pour tenter de comprendre.

 

 

Est ce le détail que j'attends ?

* De loin, l'église ne semble pas fortifiée.

* Mais une curiosité attire mon attention.

* Que voila une paroi qui n'est pas "catholique".

 

 

Dans quel état j'erre ?

* Il me faut rejoindre le portail. Pour cela je passe devant un mur possédant des pierres en encorbellement.

* De suite, je reconnais une bretèche (voir vocabulaire).

* Je vous avoue ne pas comprendre l'architecture défensive de ces façades alignées.

* Et puis, entre le chœur Gothique et le transept Roman, je suis perdu.

 

Haaa, la Saintonge Romane !

 

Le portail

* Ce portail est typiquement Saintongeais :

- Deux baies aveugles de chaque coté.

- Une baie centrale très ouvragée avec 5 voussures sculptées reposant sur des colonnettes.

* Les corniches sans modillon m'interpellent.

* Le deuxième niveau offre une symétrie axiale alors que les baies d'un même coté ne sont pas identiques.

* Même là, je suis perdu.

 

 

L'intérieur :

Une nef, comme un vaisseau !

* Dans l'obscurité relative, il me faut du temps pour habituer mes yeux mais aussi ma logique.

* Même là, je suis perdu.

Pourquoi cette ouverture est à moitié fermée ?

* Puis, perdu face à l'orgue.

Pourquoi peindre un trompe l’œil ?

 

 

Peintures murales de la crypte

Je me rassure

* Enfin, quelques détails me rappellent la logique d'une architecture religieuse :

- La coupole de la croisée du transept.

- La crypte.

- Les peintures religieuses.

 

 

Un triptyque de 5 tableaux

* La partie gauche :

- L'Annonciation (Luc, I, 26-35, 38).

- La Visitation (Luc, I, 39-56).

* La partie centrale :

- La Nativité (Luc, II, 1-7).

* La partie droite :

- L'Annonce aux bergers (Luc, II, 8-20).

- La Présentation au Temple (Luc, II, 22-38).

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'abbaye :

* Au début du 11ème siècle, sur la demande de la femme de Guillaume IV Taillefer, Comte d'Angoulême, construction d'une abbaye Bénédictine non loin du château Comtal (voir titre de noblesse).

* Durant le 11ème siècle, des maisons se blottissent à l'abbaye formant avec le temps un bourg.

* En 1125, les reliques de l'ermite Amantius, devenu Saint Armant, sont rapatriées dans l'abbaye.

* En 1170, Aliénor d'Aquitaine finance les derniers travaux d'achèvement de l'abbaye.

* A partir du 13ème siècle, l'abbaye s'enrichit grâce à ses terres, moulins, églises mais aussi au pèlerinage et aux pèlerins vers Saint Jacques de Compostelle.

* Au 14ème siècle, la crypte est peinte.

* Au 15ème siècle, le chœur est modifié. Suite aux attaques dues à la Guerre de Cent Ans, le site est fortifié ainsi que l'église. Mais à cause de l'insécurité, les finances de l'abbaye chutent.

* Au 16ème siècle, à cause des Guerres de religion et au laxisme des abbés, financièrement l'abbaye périclite.

* En 1774, l'abbaye est "dissoute".

* Vers 1790, les Révolutionnaires vendent les bâtiments de l'abbaye comme Bien National. L'église abbatiale devient paroissiale.

* En 1840, l'église est classée aux Monument Historiques.

* Vers 1860, quelques travaux de rénovation sont entrepris (flèche du clocher, un bras du transept...) mais destruction d'une chapelle Gothique et de quelques bâtiments abbatiaux.

* En 1935, les ruines de l'abbaye et des bâtiments annexes sont classés aux Monuments Historiques.

* En 1973, la commune achète l'église puis entame des travaux de consolidation.

* En 2008, les sols de certaines partielles (jardin, ruines, etc...) sont inscrits aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Amant) et des murs défensifs est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des fortifications est interdite.

 

 

Que de sensations j'ai eu durant cette découverte !

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Charente

Partager cet article

Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 07:50

 

 

Département :  39 - JURA

 

 

 

Je veux habiter dans cette rue !Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Poligny est située à 40km au Sud-Est de Dôle, à 25km au Nord-Est de Lons le Saunier et à 20km au Nord-Ouest de Champagnole.

 

   Coordonnées du château :

46° 50' 19" N 05° 42' 39" E
 46.838534°  5.710942°

 

 

Toponymie :   (--> voir initiation)

Sergenterie ne provient pas de sergent, militaire qui aurait pu avoir la garde de la tour, mais de Sergentin, ancien nom de la rivière coulant à ses pieds. Le cours d'eau a été rebaptisé : Doye.

 

 

 

Les fortifications 

L'extérieur :

Prédestination !

* C'est mon dernier jour de vacances.

* Ayant marché tous les jours sur les collines de Franche Comté à la recherche de ruines médiévales perdues, la fatigue s'est installée dans mes mollets et mes chausses.

* C'est presque sans motivation que j'erre dans cette cité quand..... apparait un plaque de rue en mon honneur.

* Je me dois de faire bonne figure... J'avance donc à grande enjambée dans MA rue.

 

Quelle magnifique merveille !

 

Elle m'appelle

*  Puis, j'arrive dans la rue de La Tour..... qui montre au loin : Une Tour.

* Cette haute construction de forme circulaire est l'un des rares vestiges du rempart de la cité médiévale Royale.

* Elle possède :

- 4 niveaux.

- Les consoles triples sont les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

- Un curieux hourdage en bois s'appuie sur la dernière console. Je ne suis pas certain que ce type d'architecture ait été apposé à l'origine.

* Pour mieux comprendre cette tour, je dois tenter de voir ses entrailles.

 

 

L'intérieur :

L'approche La tour n'est pas totalement ronde

* J'entre dans l'ancienne ville médiévale.

* Le rempart a disparu mais je peux deviner le tracé.

* Lentement elle s'approche de moi..... à moins que ce soit le contraire.

 

 

Rapide analyse

* La partie intérieure est fermée à la gorge.

* Le chemin de ronde accédait à la tour au deuxième étage.

* Il n'y avait pas de console pour mâchicoulis à l'intérieur de la cité.

* Au rez de chaussée, une grille permet de voir... des soldats figés pour l'éternité.

 

 

Le diaporama de la tour est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au milieu du 15ème siècle, 2 hommes au fort tempérament commencent à se jauger avant de s'affronter :

- Le futur Charles le Téméraire, Duc (voir titre de noblesse) de Bourgogne.

- Le Dauphin Louis, futur Louis XI, Roi de France (voir liste).

* En 1477, décès du Duc de Bourgogne. La succession de ses territoires étant complexe, Louis XI utilise l'attente pour récupérer par la force une partie des terres de Bourgogne.

* Vers 1481, Louis XI fortifie Poligny pour faire un avant poste.

* Durant le 16ème au 19ème, la tour est une habitation.

* En 1636, durant la guerre de Dix Ans, Poligny est partiellement détruite.

* Vers 1840, la tour est transformée en moulin à huile, utilisant la force motrice de la rivière Doye en dessous.

* Vers 1860, la force motrice est utilisée en battoir à écorce.

* En 1908, le commune achète la tour.

* En 1985, la tour est classée aux Monuments Historiques.

* En 1990, des travaux de consolidation sont réalisés. Le hourdage et le toit sont ajoutés.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La tour n'est pas visitable mais la vue à travers la grille en partie basse permet de comprendre son architecture.

 

 

J'espère qu'il n'y a pas de défenseur sur le chemin de ronde

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 39

Vers Menu

châteaux du Jura

Partager cet article

Repost0
5 mars 2019 2 05 /03 /mars /2019 16:48

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

 

  Quelle magnifique tour !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Flavin est située à 35km au Nord-Ouest de Millau (voir un château), à 10km à l'Ouest de Pont de Salars et à 9km au Sud-Sud-Est de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 17' 41" N 02° 37' 03" E
 44.294774°  2.617568°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Avant propos

* Dans mon dictionnaire des châteaux forts ainsi que dans une brochure, le château d'Hyars est annoncé appartenant à la commune de Flavin.

* Mais curieusement, dans mon GPS ainsi que dans Google Map, le bâtiment est attaché à Sainte Radegonde.

* Qu'importe cette subtilité, mon but est de déguster la construction médiévale.

 

 

La découverte

* Après avoir visité le château de Le Bouyssou proche de Flavin, je me dirige vers un autre site médiéval.

* Dans la poche arrière de mon armure trône une vieille photo du château d'Hyars.

* C'est donc avec allant que je galope depuis le centre de Flavin en direction du Nord-Est.

* Après un kilomètre, une haute beauté de pierre perdue dans le ciel bleu me hérisse les poils de bonheur.

 

  Voyez vous les systèmes défensifs ?

L'analyse 

* La tour a une forme carrée.

* Elle est isolée de l'ensemble des habitations.

* Elle est composée de pierres pauvrement taillées.

* Le parement d'angle a beaucoup souffert.

* Une face comporte de nombreuses fenêtres "récemment" ouvertes.

* Sur cette face, une archère droite est visible.

* Le coté adjacent comporte une archère cruciforme.

* Proche du sommet, les faces comportent des ouvertures carrées (puits de lumière ou fenêtre de guet ?).

* Curieusement, la tour est dépourvue de crénelage.

* Au sommet, les mâchicoulis sur consoles sont simples et encore fonctionnels.

 

 

Les autres bâtiments

* Les autres constructions semblent être de factures plus récentes.

* Étant un Chevalier Médiéval, je ne vais point vous les décrire.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1329, le site appartient à l'évêque de Rodez.

* Au 14ème siècle (?), le site est occupé par la famille Izarn. Le vieux château porte ce nom. Il est composé d'une tour fortifiée et d'un rempart.

* En 1465, Almaric Izarn, après accord de la population du village, fait démolir un rempart du bourg pour accéder facilement à sa résidence.

* En 1488, l'évêque de Rodez vend le domaine.

* Au 15ème siècle, un château "neuf" est construit par la famille Méjanes de Bouyssou.

* Au 18ème siècle, avec le bouche à oreille et la prononciation locale, il semble que le site se nomme : Yars. Il appartient à la famille Feneyrols.

* En 1737, le château est profondément remanié.

* En 1767, le site est acheté par Étienne de Bancarel.

* Au milieu du 20ème siècle, Bernard de Bancarel est propriétaire du site. L'exploitation est donnée à Célestin Blanquet.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de loin est libre et gratuite en respectant a propriété privée et la tranquillité de ses habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Le rêve est dans chaque pierre de la tour de défense

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
1 mars 2019 5 01 /03 /mars /2019 08:35

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Mes yeux de castellologue amateur remarquent un alignement ...médiéval

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    L'ancienne commune de Villeneuve de Mézin (rattachée maintenant à Lannes) est située à 30km au Sud-Ouest d'Agen, à 22km au Nord-Est d'Eauze et à 11km au Nord-Ouest de Condom.

 

   Coordonnées des fortifications :

44° 00' 59" N 00° 14' 50" E
 44.016261°   0.246908°

 

 

 

Les fortifications :

L'extérieur :

L'errance est souvent porteuse de rêves

* Après avoir visité l'incroyable église fortifiée de la commune, j'erre vers l'Ouest dans les petites rues en mangeant une pomme.

* Soudain, devant moi, un long alignement de maisons attire mon attention.

* Mes poils de castellologue amateur se dressent.....

     ...... il faut que j'avance vers ce mystère.

 

 

Avec précaution, je guette l'échauguette

Sherlock Holmes est sur la piste

* Avec lenteur j'avance en observant chaque pierre du mur.

* Le contraste entre les pierres brunes et claires m'informe que ces bâtiments ont été partiellement reconstruits "récemment".

* Le mur ne comporte aucune fente de tir ni crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

Comment contrer l'angle mort ?

* Arrivé à l'angle, je revis.

* Posé sur un puissant contrefort d'angle, une ronde échauguette protège les 2 cotés du rempart.

* Je suis surpris par la forme des ouvertures de tir.

Sont ce des ébrasements extérieurs ?

* Sur sa droite, une fenêtre à meneaux en croix m'informe qu'une pièce de vie est derrière.

 

 

Que voyez vous sur l'autre façade ?

* Suite à cette question, j'attends vos réponses :

1 - Des fleurs !.. (si, si, en bas cheeky )

* Soyez un peu sérieux, dites moi ce que vous voyez.

2 - A droite, l'échauguette sur culots vue précédemment.

3 - En dessous, le curieux contrefort pour la supporter.

4 - A gauche, le "même" contrefort sans échauguette.

5 - Deux fenêtres créées récemment.

Pourquoi dites vous récemment ?

6 - Ben... heu... il y a un truc en encorbellement au dessus, donc ce n'est pas logique.

Peut être que ce truc est une bretèche ?

7 - Heu... ben... alors.. les fenêtres ne seraient pas récentes (?).

Regardez mieux.... est ce vraiment une bretèche ?

8 - Hooo, des latrines.... Donc les fenêtres ne pouvaient pas "regarder" les excréments tombant..... Conséquence,  elles sont récentes.

* Vous voyez, avec un peu d'observation, il est possible de comprendre (un peu) un site fortifié.

* La suite est moins intéressante car c'est une habitation moderne.

 

 

La porte piétonne pour entrer dans la cité

Quand il n'y en a plus... Il y en a encore

* Je prends un peu de recul devant la façade pour mieux ressentir l'ancien rempart, masqué par les habitations récentes.

* Au centre, je remarque une porte de faible largeur.

* Je suis surpris qu'elle soit positionnée si haute.

Était elle précédée par un pont levis avec pente d'accès ?

* Je ne vois aucun indice architectural prouvant ma supputation.

 

 

L'intérieur :

La traversé du temps

* Le mur du rempart est épais.

* La porte semble avoir été ajoutée à l'extérieur.

* Je ne vois ni gonds pour un vantail, ni emplacement d'une poutre de blocage, ni herse.

*  En prenant un peu de recul, je crois voir le souvenir du chemin de ronde.

Voyez vous les murs en pierre

souvenir d'une époque lointaine ?

 

 

Rapide conclusion

* Le mur du rempart a été ouvert par des fenêtres pour amener la lumière dans les habitations. Ceci est classique après le 18ème siècle.

* Ce rempart a été fortement détruit. Il ne reste que le long mur que je vous ai montré.

* Bien que les rues de la petite commune soient étroites, il ne reste pas d'autres souvenirs de l'époque médiévale.

* Mais, ce site est si fascinant, qu'il faut que vous le découvriez lors de vos prochaines vacances en Gascogne.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

Je n'ai pas d'information spécifique sur la commune fortifiée.

Il est fort probable que son histoire soit liée à celle de son église.

 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du rempart est libre et gratuite depuis les rues. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter la tranquillité des habitants.

 

 

Mon instinct de Gaulois pressent que le ciel va me tomber sur la tête

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
26 février 2019 2 26 /02 /février /2019 09:55

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

  Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Anzex est située à 40km au Nord-Ouest d'Agen, à 25km au Sud de Marmande et à 10km au Nord-Est de Pompogne (voir son cimetière fortifié).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 17' 03" N 00° 09' 56" E
 44.284260°  0.165503°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Préambule

* Durant la période hivernale, je cherche dans ma bibliothèque les communes possédant des sites fortifiés d'origine médiévale pour mes futures croisades du printemps et d'été.

* Ainsi, je coche sur une carte routière toutes les merveilles à découvrir.

* Lorsque 4 mois plus tard je sors mon destrier de l'écurie, j'avoue ne plus me souvenir de l'état (ruine ou entier) ni des systèmes défensifs que je vais découvrir sur les bâtiment.

* Être un castellologue amateur, c'est avoir d'immenses plaisirs mais aussi des moments de doute et de questionnement.

* Cet avant-propos est pour vous faire comprendre la raison de cet article.

 

 

Voyez vous ce petit indice défensif ?

L'enquête commence

* Proche de la mairie, il y a le cimetière.

* Dans le cimetière, je vois l'église, but de ma recherche.

* Son architecture romane, basse avec un clocher-mur ne la fait pas ressembler à une puissante église fortifiée.

Ai je mal cochée ma carte

durant la période hivernale ?

 

 

Peut être... or not... peut être... That is LA question

* Je l'approche.

* Je la contourne.

* J'observe son puissant contrefort.

* Rien.... Je ne vois aucune archère, ni salle de repli, ni construction en encorbellement.

* Pourtant le dictionnaire des châteaux forts cite cette église.

* C'est en traînant mes chausses que j'avance doucement, la déception dans l’œil.

* Face à l'entrée, mes poils se dressent, mes yeux brillent.

Ai je trouvé un indice ?

* Au dessus de la porte, les consoles devaient porter un encorbellement en bois.

Était ce une bretèche (voir vocabulaire) ?

 

 

 

L'intérieur :

* Hélas, comme beaucoup d'église en notre siècle, celle d'Anzex n'est pas ouverte.

 

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction de l'église.

* Au 14ème siècle, deux chapelles sont ajoutées.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Sainte-Radegonde et Sainte-Christine) est libre et gratuite.

 

 

Que pensez vous du système défensif de cette église ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0