12 juillet 2019 5 12 /07 /juillet /2019 06:55

 

 

Département :  39 - JURA

 

 

  Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Chevreaux est située à 40km à l'Est de Tournus, à 25km au Sud-Ouest de Lons le Saunier et à 10km au Nord-Nord-Est de Saint Amour.

 

   Coordonnées du château :

46° 30' 35" N 05° 24' 11" E
 46.509698°  5.403128°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Là-bas et là-haut

* Au loin, je vois des toits pointus.

* D'après mon destrier qui connait si bien les positions des châteaux médiévaux, c'est au sommet du bourg qu'il faut que nous nous rendions.

* Comme je sais lire, contrairement en mon équidé, je suis rassuré sur la destination qu'il prend car je déchiffre sur un panneau les lettres : Route du château.

 

Rondeurs et angles se marient avec curiosités

 

L'approche, là proche

* Bien que très arasé, le rempart s'enorgueillit de me dévisager avec sa large canonnière.

* Une ronde tour ressortant du rempart m'accueille..... avec une canonnière et une fente verticale.

* Je vais montrer "patte Blanche" en espérant ne point subir leurs foudres.

* Pour être certain de ne pas être attaqué, je vais longer la tour polygonale arasée (un hexagone ?).

 

 

L'antre de l'entrée

* Du portail d'entrée il ne reste que la moitié (et encore, j'oserai dire : le tiers).... mais cela suffit au rêve.

* Fermer les yeux puis, tout en lisant, imaginez cette porterie !

* Sur la gauche elle est protégée par une ouverture pour arme à feu avec un important ébrasement extérieur.

* Puis une haute tour carrée possède sur deux niveaux et sur deux cotés, deux fentes verticales.

* Les ouvertures carrées au sommet me font imaginez qu'une salle de guet existait.

 

 

Est ce la taverne pour se sustenter ?

 

L'intérieur :

Free... mais ai je tout compris ?

* Étant hors période estivale, l'entrée de ce château est gratuite. J'avance lentement en tentant de comprendre l'architecture de ce château détruit il y a plus de 300 ans.

* Ce plan va me permettre de ne pas me perdre.

 

 

La tête au carré

* J'entre dans la tour..... d'entrée. surprise

* Elle possède des archères droites avec un petit ébrasement intérieur.

* Chaque niveau était réalisé par un plancher posé sur des poutres encastrées dans des trous de boulin.

* Il n'y a aucun escalier dans la tour. Le changement d'étage était réalisé par un simple trou d'homme en utilisant une échelle en bois.

 

 

Asymétrie

* Accolé à la tour d'entrée, le bâtiment avec une plus petite hauteur est nommé : Les écuries.Curieusement, chaque tour est différente

* Avec la lenteur d'un détective cherchant LA vérité, j'avance.

* L'imposante tour avec son escalier accédant au chemin de ronde se nomme : La tour de la prison.

* Puis, en longeant le rempart très arasé, je suis face à une tour fermée à la gorge nommée : Tour de Joux.

Voyez vous les pierres d'arrachement du mur

correspondant au niveau du rempart ?

* Tout rempart qui se respecte doit posséder des systèmes défensifs. En voici un... que vous reconnaissez.

 

 

Les gens de la haute !

* Toute ma découverte a été effectuée dans la cour basse nommée : Basse cour.

* En observant cette herbeuse surface, je découvre une motte correspondant à : La Haute cour.

* Cette partie opposée à l'entrée possédait le logis seigneurial et le donjon de repli.

 

 

Ce n'est qu'un au revoir

* Avant de partir, j'admire la vue, l'habituel trésor d'un site médiéval fortifié.

* Puis, avant de retrouver mon destrier en utilisant la poterne, je récupère quelques plantes médicinales dans le jardin.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 10ème siècle, les terres sont possession des moines de Gigny-sur-Suran.

* A la fin du 11ème siècle, la seigneurie est possession d'Humbert de Coligny.

* Vers 1147, Guerric de Coligny possède la seigneurie.

* En 1158, un château est mentionné dans un texte des moines de l'Abbaye du Miroir.

* Durant 150 ans, la maison de Coligny possède la seigneurie de Levreaux.

* En 1280, Guy de Montluel épouse Marguerite de Coligny-le-Vieux (parfois nommée Coligny-le-Vieil) fille unique de Guillaume III de Coligny-le-Vieux. Chevreaux est apporté en dot.

* En 1332 , la seigneurie devient possession de la famille Vienne.

* En 1477, Charles Le Téméraire décède. De nombreux prétendants espèrent récupérer ses terres dont Chevreaux fait partie.

* Vers 1480, le Roi de France (voir liste) Louis XI décide de récupérer par la force de nombreux châteaux et terres de l'actuel Jura. Chevreaux est attaqué, pris puis démantelé.

* Au 16ème siècle, la seigneurie devient Baronnie.

* Vers 1595, la Comté est envahie par les troupes du Roi de France (voir liste) Henri IV. Le château subit de nombreuses dégradations.

* Au 17ème siècle, le château est embelli.

* En 1637, durant la guerre de Dix Ans, les armées du Duc (voir titre de noblesse) de Longueville assiègent le château, le pillent puis le saccagent. Les fortifications et le donjon sont démolis avec de la poudre. Ruine sera l'avenir du château.

* En 1990, une association de sauvegarde dégage les ruines, consolide les vieux murs puis aménage l'intérieur.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est gratuite toute l'année, mais durant les fêtes médiévales ou les activités pédagogiques, quelques piastres vous seront demandées.

 

 

Au loin, l'Amérique puis la Chine, puis l'Inde puis.....

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 39

Vers Menu

châteaux du Jura

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 08:35

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Sentez vous le frisson d'une construction médiévale ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Damazan est située à 30km au Nord-Ouest d'Agen, à 25km au Sud-Est de Marmande et à 15km au Nord de Barbaste (voir son moulin fortifié).

 

   Coordonnées du site :

44° 18' 04" N 00° 16' 58" E
 44.301194°  0.282753°

 

 

 

La maison forte :

L'extérieur :

Préambule

Quelle différence y a-t-il entre

un château et une maison forte ?

* Les petites constructions que je rencontre durant mes croisades sont parfois qualifiées de châteaux ou de castels, alors que leur historique et les articles d'historiens les nomment Maisons Fortes.

* Le propriétaire d'un château possédait des terres, mais parfois, le bourgeois habitant une maison forte en avait aussi.

Cette différence n'est elle due

qu'au titre de noblesse portée ?

 

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

La faim du ventre devient la fin de l'esprit

* Après avoir bien mangé (et bien bu ?) dans une taverne à Damazan, je laisse mon destrier me mener là où ses naseaux sentent le vent. C'est vers le Nord, en direction de Monheurt, qu'il a choisi de me transporter.

*  Soudain, mon facétieux quadrupède stoppe puis henni.

* Cette double réaction est souvent pour me montrer une construction médiévale fortifiée (car je l'avoue, je ne suis point doué pour les voir).

* Sa tête regarde vers la gauche (donc vers l'Ouest).

* Ne voyant qu'une modeste construction cachée par des arbres, je subodore qu'il a certainement profité du petit vin dans la cave de l’accueillante auberge. no

 

 

Un destrier Dauphinois ne commet jamais d'erreur !

* Voyant que je ne bougeais pas, mon palefroi me jette au sol.

* C'est donc, le nez dans la luzerne que je découvre ce panneau.

*Et c'est en sniffant l'herbe surprise que je me souviens de mon préambule.

Castel ou maison forte ?

 

 

Voila une beauté qu'il me faut comprendre

L'eau, source de construction

* La construction est  posée sur une petite motte dont je ne sais si elle est naturelle (dans ce paysage plat, j'ai des doutes) ou artificielle.

* Elle est précédée sur la droite (donc coté Nord) par un pont.

* Curieusement, je ne vois pas de douves, système défensif classique dans une région plate.

N'y avait-il aucune rivière ?

* C'est en étudiant la carte géographique actuelle que je remarque, proche de la construction, 2 cours d'eau alimentant le canal latéral à la Garonne.

* Je subodore que l'un d'eux alimentait les douves.

 

 

Sois sympa... Montre toi !

Que voir ?

* La construction est réalisée en briques.

* Le bâtiment comporte 3 niveaux.

* Le parement d'angle en brique ne comporte aucun contrefort.

* Quelques ouvertures en arc plein cintre sont visibles.

* Des fenêtres post Moyen Âge, avec un encadrement en pierres, ont été aménagées sur la partie gauche.

* A l’extrémité gauche (coté Sud-Ouest), une ronde tour coiffée sort des arbres. Elle ne comporte pas de fente de tir ni de mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

Est ce une tour de pouvoir ?

Conclusion

* Cette construction ne fut pas un château seigneurial mais une maison forte d'un noble.

* Elle est représentative des nombreuses constructions établies en Gascogne et dans l'Aquitaine après la terrible Guerre de Cent Ans.

* La paix, entraînant le commerce donc l'enrichissement de certaines familles, ces constructions avec une haute tour marquait la "puissance" financière d'une nouvelle noblesse.

 

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama de la maison forte est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la maison forte :

* Au 14ème siècle, construction d'une maison forte.

* Au 15ème siècle, modification (mais laquelle ?).

* Du 16ème au 19ème siècle, l'ensemble du site est modifié et modernisé. La propriété comprend :

- Un logis,

- Un pigeonnier,

- Un puits,

- Une grange,

- Une étable,

- Un séchoir,

- Un four à pain,

- Etc....

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site depuis la route et le sentier est libre et gratuite. La visite de la propriété privée est interdite.

 

 

Ayant été trop modifié, le château n'ose pas se montrer

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne
Partager cet article
Repost0
5 juillet 2019 5 05 /07 /juillet /2019 07:50

 

 

Département :  39 - JURA

 

 

  Je suis l'ombre de son ombre !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de La Tour de Meix est située à 35km au Nord d’Oyonnax, à 20km au Sud-Sud-Est de Lons le Saunier et à 4km à l'Est d'Orgelet.

 

   Coordonnées du château :

46° 31' 39" N 05° 39' 56" E
 46.527579°  5.665662°

 

 

 

Le château :  

          L'extérieur :

La montée culottée

* Il est tôt, mes yeux ne sont pas encore ouverts, je fais donc confiance à mon destrier pour m'approcher du château médiéval.

* C'est par une route étroite au Nord-Est prise dans le petit bourg que mon palefroi m'emporte.

* Durant la montée, j'aperçois sur la façade Ouest du château une échauguette sur culots, mais certains textes affirment que cela pourrait être des galeries.

* Soudain, prêt d'une table de pique-nique, il me dépose et me souhaite "Bonne Chance".

Est ce un présage ?

 

 

 Je pressens qu'il va me falloir sortir ma loupe de Sherlock Holmes

          L'intérieur :

Herbeux

* Après une courte marche sur un sentier balisé, je découvre une forêt d'arbres souhaitant cacher une ruine du Moyen Âge.

* Dans cet amas de pierres, de racines, de bases de murs et d'herbe j'avance lentement vers le mur coté Ouest.

* Avant de vous décrire ce que je vois, il est important que vous vous rappeliez :

- Le sol d'origine était beaucoup plus bas.

- Cette "montée" relative est due aux murs et plafonds ayant formé des gravas de plusieurs mètres de haut.

 

 

Je pense donc..... j'essuie (la poussière)

* En voyant le mur avec quelques trous, je me dis :

- Cette façade, "un peu" arasée cheeky , est positionnée coté "falaise. Elle sera donc réservée à l'habitat, même s'il est possible que je découvre quelques systèmes défensifs.

* Comme vous le constatez, je me parle à moi-même et je réfléchi tout haut lorsque je suis dans une ruine. blush

 

 

Quelle magnifique dentelle !

Analyse du mur Ouest

1 - Je suis surpris de ne pas voir de trace de cheminée. Elles devaient se trouver sur les murs perpendiculaires permettant (peut être) de chauffer 2 salles (ou de coté de mur) en même temps.

2 - Au vue du nombre de fenêtres, de la hauteur du mur (n'oubliez pas qu'il y a 1 à 2 étages sous la terre) et de la superficie du site castral, je pressens que ce château appartint à un puissant seigneur ou un riche personnage.

3 - La dimension des fenêtres me porte à croire que ce château a été remanié au moins au 15ème siècle.

4 - Au niveau de l'herbe, je vois des traces de plafond voûté. Je pressens que les communs et les pièces de stockage était au niveau bas (ce qui est classique).

5 - Cette fenêtre donne plusieurs indices :

- Elle ne possède pas de meneau simple ou en croix.

- Elle est dépourvue de coussiège (voir vocabulaire).

- Elle m'informe sur l'épaisseur du mur.

6 - Au niveau inférieur, je voir une archère droite.

7 - La longueur du mur ainsi que la largeur de la plateforme me font penser que de nombreux serviteurs occupaient aussi le château.

 

 

Quelle fut la fonction de ce mur ?

Tout paraît si loin !

* Une question me titille :

Ne reste-t-il que le mur Ouest ?

* En me calant à l'extrémité Sud du château, contre le mur, au loin je vois.....

..... d'autres vestiges.

* Je vais vous dire un secret, je suis un peu menteur ou cachottier, car l'entrée est proche des autres ruines au Nord, donc je les avais vu dès le début.

- Qu'y puis je ?

- J'adore jouer avec vous !

 

 

Qu'est ce ?

* Que voila des vestiges peu facilement identifiables.

* Un mur épais, presque borgne, avec de nombreux trous de boulin et proche de l'entrée, à l'opposée des logis....

... devinez vous sa fonction ?

* J'ose émettre l'hypothèse que ce fut : Une tour défensive.

* Puis dans l'alignement, j'imagine que cette paroi fut le rempart Nord.

 

 

Chaque rupture du sol montre un détail fascinant

Faire le pont

* Pensant avoir tout vu, je me dirige à nouveau vers l'Ouest pour admirer le paysage quand un pont de pierre me barre la route. surprise

Pourquoi avoir construit un pont au milieu ?

* Évidemment, derrière votre écran je vous entends glousser :

"Chevalier, ne nous prend pas pour des lapins de six semaines....

...... ceci n'est pas un pont mais....

..... les vestiges de la voûte d'une salle."

* Raison vous avez, hoooo mes formidables lectrices et lecteurs, de nombreuses salles existaient en ce château. Leur existence se fait jour par les éboulements de la terre.

* Heureux de ma découverte et de mes exploits, je me repose en admirant l'un des trésors des ruines médiévales : Le panorama.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1166, à la demande du chapitre de Saint-Oyan-de-Joux, le Chevalier Aymon I de Revigny fait construire un château en ce lieu. Il a le droit de basse-justice.

* A la fin du 13ème siècle (1282 ?), l'abbé de Saint Claude prend possession du site puisfait rebâtir complètement le château.

* Durant le 14ème siècle, les abbés viennent parfois au château mais ils préfèrent celui de Moirans (à vérifier).

* En 1479, les troupes Royales de Louis XI (voir liste des Rois) font le siège devant de nombreux châteaux de Bourgogne. Certains historiens supposent que celui de La Tour de Meix a pu être attaqué.

* Au début du 16ème siècle, l'abbé Morel décide la modernisation du site castral.

* Durant le 16ème siècle,  les abbés se réjouissent de venir à La Tour de Meix. il y vivent en grand seigneurs.

* En 1637, durant la guerre de Dix Ans, le château est attaqué par les troupes d'Henri II d'Orléans, Duc de Longueville, puis  site castral et village sont brûlés. Le château ne sera pas reconstruit. Ruine est son avenir.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de précautions. Le site n'étant pas totalement sécurisé, le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents, surveillez vos enfants et ne montez pas sur ces murs historiques.

 

 

Je vois l'infini... et au delà !

 

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 39

Vers Menu

châteaux du Jura

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2019 2 02 /07 /juillet /2019 07:55

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

Point de défense visible pour cette église !

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montagnac sur Lède est située à 50km au Sud-Est de Bergerac, à 45km au Nord-Est d'Agen; à 20km au Sud-Ouest de Villefranche du Périgord et à 15km au Sud-Est de Villeréal (voir son église).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 32' 36" N 00° 50' 39" E
 44.543404°  0.844224°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La surprise

* Dans cette petite commune de moins de 300 âmes, je suis surpris de voir une si grande église.

* Il est fort probable que Montagnac sur Lède comptaient beaucoup plus de foyers il y a quelques siècles.

* Mais je ne suis point un historien des civilisations, ni un fonctionnaire du recensement. Il me faut remettre mon heaume de castellologue amateur pour chercher les systèmes défensifs de ce moutier.

 

 

Je pressens que le clocher est la construction défensive

Où sont les défenses ?

* Le rond chevet, avec ses grandes fenêtres, ne ressemble point à une architecture défensive.

* Il semble avoir été rehaussé, mais je ne vois aucune ouverture de tir ou de guet prouvant la présence d'une salle de repli.

* De chaque coté de la nef, des collatéraux ont été construits. Leurs basses et larges fenêtres ne sont point "intelligentes" si la construction est défensive.

Me suis je trompé de commune ?

 

 

La vérité est ailleurs

* C'est presque la tête baissée de tristesse que j'avance vers le clocher.

* Erreur !

* Mon erreur n'est point d'avancer.... mais de baisser la tête...

      .......... car mon bonheur est en hauteur !

 

 

Au détour des tours

Les tours s’élancent vers le ciel et mon âme de castellologue amateur

* Mon cœur va exploser !

* Mon cerveau est en ébullition !

* Moi qui pensais revenir bredouille de Montagnac sur Lède, je sais maintenant que son moutier possède... heu...

Dois je m'enflammer pour 2 tours ?

* Contrairement à l'église de Monflanquin (la voir ici) dont les deux tours ne sont pas identiques, celles de ce moutier sont de vraies jumelles.

* La tour de droite possède de petites ouvertures (pour l'escalier interne), par contre, celle de gauche est borgne.

* Au centre, une galerie permet de circuler entre les deux tours.

* Sous la galerie, je ne vois aucun mâchicoulis (voir vocabulaire).

N'y a-t-il aucun vrai système défensif ?

* Au dessus du portail, je vois 2 pierres en encorbellement.

Est ce un fantôme de hourdage ?

Un diamant dans un écrin de verdure

 

 

 

L'intérieur :

Sésame...

* Je me présente devant la porte.

* Je tourne la poignée.

* L'église n'est pas ouverte en ce mois de mai.

 

 

Conclusion

* D'après le dictionnaire des châteaux, cette église était bien fortifiée.

* Je pressens que les nombreuses modifications et les aménagements ont transformé l'architecture défensive.

* Il ne reste que les tours, souvenir d'un passé glorieux.

* Je repars vers une autre aventure.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle (?), construction de l'église.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, les Huguenots attaquent la commune puis détruisent partiellement l'église.

* Vers 1761, une cloche est montée au clocher.

* Vers 1884, une deuxième cloche équipe le clocher.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne
Partager cet article
Repost0
28 juin 2019 5 28 /06 /juin /2019 06:55

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

 

 

Que voila une curieuse église avec transept

Le bourg :

Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Saint Quentin de Chalais est située à 50km au Sud d'Angoulême (voir son château), à 15km au Sud-Est de Brossac (voir son église fortifiée) et à 8km à l'Ouest d'Aubeterre sur Dronne (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 15' 27" N 00° 04' 05" E
 45.257677°  0.068104°

 

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Curiosité architecturale

* Au Moyen Âge, durant les périodes d'insécurité, les habitants se réfugiaient dans tous les bâtiments défensifs ou résistants mis à leur disposition.

* Les solides églises romanes avec leurs murs épais et leurs fines fenêtres anti-intrusion étaient une excellente solution dans les hameaux.

* Parfois, ces bâtiments religieux étaient volontairement construits sur une faille dans le sol créant, avec un aménagement, une ou des salles de refuge anti-feu.

* L'église de Saint-Quentin-de-Chalais possède plusieurs chambres taillées dans le roc, reliées entre elles par des couloirs.

 

Râblée, torturée et défensive !

 

Quelle beauté !

* En découvrant cette architecture travaillée je suis en amour.

* Il y a tant à voir, à toucher, à déguster, à lécher (heu.... j'exagère) que je ne sais point par où commencer.

* J'opte pour le chevet :

- De nombreuses églises défensives possèdent un chevet plat, mais celui-ci est avec abside unique en hémicycle. Cette architecture est souvent réalisée en Saintonge.

- Il a été surélevé pour contenir une salle de repli.

- En découvrant les fentes et ouvertures de défense trop proches du toit, je suppose que le chevet a été partiellement arasé.

- Ma supposition se confirme en voyant la construction en encorbellement.

Quelle fut sa fonction ?

- Je ne sais que dire :

-- Étant unique sur le pourtour, je pensais que ce fut des latrines.

-- Mais des latrines médiévales ont une ouverture souvent ronde et possède (en majorité) une console de chaque coté. Là je vois une double console au centre. Ce serait donc une bretèche.

-- Mais, une bretèche pour une seule fenêtre n'est pas logique.... donc, je vous laisse trouver l'explication.

 

 

Quelle magnifique nef défensive !

La nef si fascinante

* Après le rondouillard chevet, voici la cubique nef :

- Ses fenêtres Gothiques m'informent qu'elle fut modifiée.

- La "porte-verrue" entre 2 contreforts est aussi un ajout postérieur à la construction.

Avez vous remarqué la base ?

- Je pressens que l'ensemble fut densifié pour éviter le travail de sape d'un attaquant. Mais je suppose aussi que le sol étant plus bas (fossé ?).

- Je n'explique pas la raison des 2 fenêtres superposées et obstruées.

- Par contre, le contrefort d'angle plus haut que les autres m'informe que la nef a été rehaussée après sa construction.

- Sous le toit, je vois des fentes de tir. La salle de repli créée (peut être) à cause de la Guerre de Cent Ans a certainement été réaménagée au moins à la fin du 15ème siècle ou au début du 16ème, après l’invention des armes à poudre.

- L'autre face de la nef confirme ma supputation puisque je vois des archères droites et des fines ouvertures pour arme légère à poudre.

 

 

Tout est fascinant en cette église Charentaise !

 

 

Encore et toujours de fascinantes curiosités

* Le clocher carré, à la croisée du transept, ressemble à une tour de guet.

* Le transept montre une fine fenêtre anti-intrusion dans sa partie médiane, puis proche du toit, une ouverture de lumière pour une salle de repli.

Question :

Est ce un vrai transept ?

Ou deux chapelles latérales opposées ?

* Le plus incroyable est l'archère à l'angle du transept et de la nef.

- La nef étant plus large que le transept, l'angle mort est ainsi partiellement comblé.

Quelle inattendue église fortifiée !

 

 

Un portail typiquement Saintongeais

Le portail

* Ma première remarque est sur l'ajout, de chaque coté de la façade d'entrée, de collatéraux agrandissant la façade. Ces verrues sont peu esthétiques.

* Ce portail est typiquement Saintongeais. Ce dispositif à trois arches rappelle l'arc de triomphe Romain. Les archéologues supposent qu'il fut initié par Charlemagne qui souhaitait faire renaître l'architecture antique.

* Ce portail est composé :

- De deux baies aveugles à l'extérieur composées de 2 voussures non sculptées retombant sur des colonnettes.

- La baie centrale possède 4 voussures avec des sculptures en pointe de diamant.

- Au dessus, une corniche finement sculptée avec des modillons formant consoles.

- Puis cinq arcs sur colonne formant 4 baies aveugles.

 

 

 

L'intérieur :

* Hélas, comme pour beaucoup d'églises en notre siècle, la porte ne s'ouvre pas.

* Je ne pourrai pas voir son souterrain-refuge.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église sans transept.

* Au 14ème siècle, ajout de chapelles latérales.

* Au 15ème siècle, fortification de l'église.

* Vers 1790, les Révolutionnaires réquisitionnent une des 2 cloches pour la transformer en canon.

* En 1913, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 1909, un souterrain-refuge est découvert près de l'église.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Quentin) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Une église fortifiée typique de cette province

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux de Charente
Partager cet article
Repost0
25 juin 2019 2 25 /06 /juin /2019 08:07

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Quelle puissance, quelle parure, quelle douceur !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Réunion est située à 40km Ouest-Nord-Ouest d'Agen, à 25km au Sud de Marmande et à 8km au Nord-Est de Pompogne (voir son cimetière fortifié).

 

   Coordonnées du château :

44° 17' 18" N 00° 07' 45" E
 44.288460°  0.129193°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* Question 1 :

Faut il montrer tous les châteaux médiévaux ?

Ou devrais je sélectionner ?

* Question 2 :

Faut -il être en admiration devant les reconstructions

faites au 19ème siècle, malgré les erreurs ?

* Ma réponse :

- La variété est la richesse de notre patrimoine.

 

 

Il paraît si jeune... et pourtant il a 6 siècles

Comme il est sage !

* Après avoir visité la petite église défensive d'Anzex, je remonte vers le Nord-Ouest pour trouver une taverne pour la nuit en la commune Casteljaloux quand soudain, mon destrier stoppe brusquement.

* Mon Pégase au regard perçant a vu au loin une imposante construction.

* Sachant qu'il est infaillible dans sa détection en pierres médiévales, je décide de descendre de sa selle pour immortaliser ce château nommé : Le Sendat.

 

 

De Gauche à Droite

* De l'imposant château de Sendat, il n'est possible de voir que la façade Est..... mais quelle façade ! ! ! !

* A gauche, une puissante ronde tour d'angle avec mâchicoulis, chemin de ronde couvert et une jolie toiture en poivrière à lanternon.

* Accolée, une courtine percée d'archères droites. Les fenêtres à meneaux en croix ont été percées à une époque plus récente.

* Évidemment, pour encadrer et défendre cette longue courtine, il y a une autre ronde tour. Contrairement à sa consœur, elle ne possède pas de mâchicoulis (voir vocabulaire) sur consoles.

* La suite de la façade est curieuse.

- A droite une grande tour carrée aux pierres jointives mais sans système défensif. A la base du toit, les consoles sont peut être les fantômes des mâchicoulis.

- Le petit bâtiment entre la tour ronde et la tour carrée est aseptisé.

Que pensez vous des couleurs sur les volets ?

- Cette architecture est surprenante en comparaison à la partie gauche.

 

 

Comme j'adorerai être un oiseau pour découvrir les toits de haut !

La fin

* Je tente de trouver un sentier pour découvrir les autres façadee de cet imposant château.

* Hélas, il n'y a que des champs d'un coté, puis de hauts arbres feuillus de l'autre.

* Je vais me contenter de la vue satellite montrant une architecture carrée de 60m par 45m sur cour centrale.

Voyez vous à l'Ouest les 2 tours rondes

protégeant un pont ?

* Je pressens que douves il devait y avoir à l'époque médiévale.

* Avant de partir, je me délecte du panorama.

 

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction d'une maison forte.

* Au 15ème siècle, construction du château à l'emplacement de l'ancien bâtiment. Il est la propriété de la famille Montlezun.

* A la fin du premier quart du 15ème siècle, La Hire (voir sa prétendue maison forte) s'arrête en ce lieu avant de rejoindre Jeanne d'Arc.

* Au 16ème siècle, la famille Montesquiou possède le château.

* En 1622, Jean-Charles de Montesquiou, Baron de Sendat est de religion catholique. Suite au meurtre d'un capitaine protestant nommé Soulier, le Baron est condamné puis gracier par le Roi Louis XIII (voir liste).

* En 1626,  à cause des indemnités qu'il doit payer, le Baron vend son château à François de Morin.

* Au 17ème siècle, des modifications sont réalisées sur les bâtiments.

* En 1845, le Baron (voir titre de noblesse) Henri-Léon de Morin, propriétaire du château, fait appel au célèbre architecte Jacques-Félix Duban, pour réaliser d'importantes restaurations.

* En 2003, une partie du site est classé aux Monuments Historiques.

* En 2016, d'autres parties du site sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de puis la route est libre et gratuite. La visite du est interdite normalement. Mais pour les journée du Patrimoine, il est possible de le découvrir avec ses propriétaires. Il semblerait que ce ^certaines pièces soient aménagé en gîte. Veuillez vous renseigner.

 

 

La paix a transformé ce château en résidence de loisir très calme

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne
Partager cet article
Repost0
21 juin 2019 5 21 /06 /juin /2019 06:50

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

 

Quel arc en ciel de couleurs !

Le bourg :

Situation :   (--> Le voir sur une carte)

  La commune de Saint Aulais la Chapelle est située à 40km au Sud-Est de Cognac, à 35km au Sud-Ouest d'Angoulême (voir son château) et à 10km à l'Est de Barbezieux Saint Hilaire (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 26' 53" N 00° 03' 04" W
 45.448091°  -0.051086°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Questionnement

* En découvrant les 2 hauteurs de l'église, je me demande :

1 - Est ce que la nef (à gauche) a été (re)construite après ?

2 - Est ce que la nef a été arasée ?

* Voyant des matériaux différents, je pressens que mon hypothèse 1 soit la plus logique.

* L'église a certainement été agrandie après la Guerre de Cent Ans et après les guerres de Religion suite à la croissance démographique durant la période de paix.

Est ce une nef pour nains ?

 

 

Une nef qui n'est point un vaisseau

* Positionnée à l'Ouest, l'architecture de la nef est surprenante :

- Par la faible hauteur de ses murs,

- Par la petite longueur face à la dimension globale du bâtiment.

- Par son absence de contrefort (pour une église Romane).

- Par sa fine ouverture de lumière.

- Par la non présence de modillon.

* En découvrant le moutier, j'ai cru que le petit bâtiment à gauche était la sacristie. Mais dans ce cas, elle aurait été démesurément grande.

* Les bâtisseurs ont été bien empressés en construisant cette "verrue".

 

 

Une masse, une simplicité, une curiosité

* Comment imaginer que cette bâtisse anguleuse puisse être un "morceau d'église ?   Un vrai cube défensif !

* De plus, ce cube n'est pas symétrique :

- Sur la face Nord, il y a 2 contreforts à larmier de même hauteur.

- Sur la face Sud, un des deux contreforts est plus large et plus haut.

Connaissez vous la raison ?

* Regardez : Les ouvertures dans le contrefort sont un indice.

- Ceci est un escalier hors-œuvre.

 

 

Un vrai bâtiment défensif

* Pour éviter l'intrusion, les fenêtres sont étroites.

* Pour protéger les habitants, une salle de repli a été créée sous le toit.

* Le chevet plat est plus facilement défendable qu'une architecture arrondie.

 

 

Un portail bien simple

* La plupart des églises des 2 Charentes ont un portail  de type Saintongeais. Cela signifie :

- 2 baies bouchées de chaque coté.

- Une baie centrale plein cintre avec la porte d'entrée.

* Je suis surpris de ne voir aucune sculpture sur les voussures.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la porte principale ne s'ouvre pas.

* Pour entrer, je cherche l'ancienne porte.... mais elle n'est pas ouvrable.

* Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

* Je me console en admirant le plat pays de Charente.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle, fortification de l'église.

* Au 17ème siècle, reconstruction de la nef.

* En 1846, Saint-Aulais absorbe les communes voisines nommées La Chapelle et Conzac. Conséquence, Saint-Aulais possède 3 églises dont une seule est fortifiée.

* En 1873, l'église fortifiée est foudroyée.

* En 1875, des réparations sont réalisées.

* Au 20ème siècle (?), construction d'une sacristie au pied du chevet.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Sainte-Eulalie) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Quelle magnifique cubique église médiévale

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 16 Vers Menu châteaux de Charente
Partager cet article
Repost0
18 juin 2019 2 18 /06 /juin /2019 07:55

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 

Voyez vous cette merveille qui n'attend que ma venue ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Altier est située à 50km au Nord-Ouest d'Alès, à 45km à l'Ouest de Vallon Pont d'Arc à 30km Est-Sud-Est de Mende (voir sa tour fortifiée) et à 25km au Nord-Est de Florac (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 28' 44" N 03° 51' 56" E
 44.478984°  3.865552°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Que c'est agréable d'errer !

* Après avoir visité le château du Champ à l'entrée de la commune d'Altier, mon destrier avance tranquillement en direction de Villefort à l'Est.

* Au confluent de la rivière nommée l'Altier et du petit ruisseau de Rouvière, mon palefroi stoppe.

Pourquoi me laisse-t-il sur le pont ?

 

 

Pour comprendre cette ruine, il faut de la patience

Pourquoi ?..... Parce que !

* Là bas, il y a une imposante ruine aux pans de murs éparses.

* J'ai envie de courir vers elle mais.....

* Avant de visiter une ruine, il est important :

A - De comprendre la raison de son emplacement.

B - De regarder son architecture de loin, car souvent, proche des parois, les raisons s'estompent au profit des détails.

* Donc pour A :

- La plateforme est isolée sur 3 cotés grâce à deux vallées creusées par les anciens torrents (moins impétueux en notre siècle).

- La surveillance de l'ancienne route (au fond et non à gauche c'est à dire la récente belle départementale goudronnée) permettait de contrôler le passage et peut être de faire payer.

 

 

Pour B :

* Sur les pentes, des maisons s'agrippent. La couleur de leurs pierres ressemble à celle du château.

* Un peu au dessus, de hauts murs apparaissent. Les pierres sont pauvrement taillées et peu jointives.

Sont ce les vestiges du rempart ?

Ou des murs de terrasse ?

* Le site semble être divisé en deux, séparé par un fossé.

* A gauche, un vestige d'une tour posée sur le rocher. Le mur semble épais, mais je suis dubitatif sur la résistance des pierres peu jointives.

* A droite, une plateforme plus longue avec un vestige de tour ressemblant à la précédente.

 

 

Voyez vous toutes ses constructions ?

L'intérieur :

Un surprenant Graal !

* Pour découvrir la ruine, il faut emprunter un large sentier en pente menant vers le village.

* Puis les maisons laissent place au rocher.

* Devant moi, la tour. Elle semble barrer le passage.

* Avec précaution je la contourne pour constater.... qu'il ne lui reste qu'un pan de mur en équerre : Aucune trace de système défensif.

Surprenante surprise ! surprise

 

 

Des murs qui murmurent

* Sur la gauche, un pan de mur troué.

Était ce pour regarder les assaillants ? cool

*  La réponse est négative. Le temps (et les hommes) ont fait leur travail de destruction. De plus, ce mur arasé ne montre aucun système de défense.

* Le vestige du mur suivant est beaucoup plus impressionnant par son épaisseur. Je pressens que ce fut une tour défensive coté Nord.

 

 

La vue : Trésor d'une ruine

* Derrière ce rempart , je vois (ou plutôt je devine) l'ancienne route médiévale au Nord-Ouest.

* Au Sud-ouest le panorama est magique.

 

 

Le diaporama du château est ici - clic

 

 

 

Histoire du château :

* A partir du 11ème siècle (à vérifier), le château du Grand Altier est possession de plusieurs familles dont :

- Les puissants seigneurs de Randon,

- Quelques membres de la branche cadette de la famille d’Altier.

* Au début du 13ème siècle (?), naissance d'Azalaïs d'Altier qui deviendra une grande trobairitz.

* En 1249, la famille Randon possède la seigneurie.

* En 1277, la dernière descendante de la famille Randon épouse Armand, Vicomte (voir titre de noblesse) de Polignac. Elle apporte en dot plusieurs seigneuries dont Le Grand Altier.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château est détruit.

* A partir de la fin du 16ème siècle (?), le château ayant perdu son rôle stratégique n'est plus habité ni reconstruit. Ses pierres servent à la construction ou l'agrandissement des maisons.

* En 1668, la seigneurie est vendue par le Vicomte de Polignac à la famille Borne d'Altier.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur et l'intérieur du site castral est libre et gratuite. Bien que la ruine ait été consolidée et sécurisée, soyez très prudents proche des vieux murs. Avec les à-pics, il est nécessaire d'être très attentif avec des enfants. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe.

 

 

Au loin je vois... la statut de la Liberté !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère
Partager cet article
Repost0
14 juin 2019 5 14 /06 /juin /2019 06:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

En arrivant, je suis déjà dans l'ambiance

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Durance est située à 40km au Sud de Marmande, à 38km à l'Ouest d'Agen et à 15km au Sud-Est de Pompogne (voir son cimetière fortifié).

 

   Coordonnées du bourg :

44° 09' 46" N 00° 09' 41" E
 44.162805°   0.161322°

 

 

 

 

Les fortifications :

L'extérieur :

L'arrivée tonitruante

* Après avoir visité, à un kilomètre à l'Ouest, la Tour d'Avance ayant appartenu aux Hospitaliers, j'approche la commune de Durance par le Sud-Ouest.

* Soudain je suis en extase devant un spectacle médiéval :

- Devant moi, une tour.

- Sur la paroi, 3 niveaux de couleur de pierre (reconstruction ?).

- Sur la tour, une archère droite.

- Accroché à la tour, un rempart arasé.

Pourquoi dis je "arasé" ?

- Devant moi, une porte accédant au chemin de ronde... disparu.

 

 

Cette porte.... m'emporte 800 ans en arrière

Encore une tour !

* A quelques mètres vers l'Est, une autre tour me quémande de l'approcher.

* Ce n'est point une simple construction comme sa "consœur". En face de moi : Une tour-porte.

* De chaque coté, le rempart se devine.... même si des fenêtres ont été créées pour amener le confort dans les maisons attenantes.

* De la bastide fortifiée, il reste cette haute tour arasée.

 

 

Une fascinante tour-porte

* Évidemment, à cause des années et des dégradations, il ne reste rien du crénelage et des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* La façade extérieure arbore 4 petites fentes défensives sur 2 niveaux. Je pressens que ce furent des archères droites.

* Proche de la porte, je remarque le rail pour une herse. Les traces d'un double vantail se devinent... avec beaucoup d'imagination.

* En entrant, je constate que la voûte (ayant certainement possédé un assommoir) a disparu, il ne reste que les traces de sa présence.

* Au 1er et 2ème étage,  je remarque les 4 archères avec faible ébrasement intérieur.

* Chaque niveau était séparé par un plancher en bois soutenu par des corbeaux encore visibles.

* De chaque coté au 1er étage, l'ouverture rectangulaire fut la porte accédant au chemin de ronde du rempart. Cela permet de déterminer la hauteur du mur.

* Au 2ème étage, coté intérieur de la bastide, je suis surpris de voir une fenêtre avec double coussiège.

Était ce pour regarder les belles damoiselles

faisant leurs emplettes dans la rue commerçante ?

 

 

La tour-porte a du impressionner plus d'un assaillant

 

 

L'intérieur de la bastide :

La quiétude du Chevalier !

* Après avoir ressenti la puissance défensive de la tour porte, j'erre comme un touriste.

* En marchant dans le bourg, je suis comme un voyageur du temps. Je vois des maisons à pan de bois en encorbellement de 6 siècles côtoyer des façades du 20ème.

* Bien que la commune soit petite, comme pour toutes les bastides, les rues sont rectilignes et se croisent en angle droit.

* Je passe rapidement devant la grande église paroissiale du 15ème siècle (dédiée à Saint Étienne). Elle aurait été la chapelle castrale (?)

* Soudain, dans mon errance touristique, je vois.......

......... Une construction non médiévale mais fascinante.

 

 

A-t-il imaginé à poule-au-pot en cette maison ?  Saviez vous que Henri III de Navarre dormait en cette maison ?

Sentez vous ?

* Mes papilles réagissent aux effluves du... Béarn (curieux, puisque je suis en Gascogne).

* Plus exactement, je sens :

- Poule,

- Bouillon, légumes avec carottes, navets, poireaux, oignons, clous de girofle…

* J'avoue que... je suis un peu menteur... ou imaginatif.

* Il n'y a point d'odeur de cuisine en ce lieu le jour de ma venue.

Pourquoi ai je imaginé cela ?

* Cette résidence fut le relais de chasse de Henri III de Navarre, futur Roi Henri IV de France.

Peut être a-t-il imaginé ce met ici ?

 

 

Quand il n'y en a plus.... Il y en a encore

*  Pour sortir de cette "vielle maison", il faut passer par une porte fortifiée.

* Cet assemblage de pierres plus ou moins bien taillées, de galets roulés et de remblai ne me permet pas de définir une date de construction.

* Après ce "tunnel", mon instinct de castellologue amateur me quémande de regarder à gauche....

..... Je vais vous dire la vérité. Ce n'est pas mon instinct. En tant que touriste non pressé, chaque seconde je tourne la tête pour tout voir....

Acceptez vous mon petit mensonge ?

* A l’extrémité d'un bâtiment avec fenêtre à meneaux en croix, une tour se dore au soleil.

* Je pressens qu'elle fit partie du rempart médiéval.

* D'ailleurs, je le sens.... sous cet encorbellement ! cheeky

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 13ème siècle, des remparts sont aménagés (je n'ai aucune information sur leur étendu et les systèmes défensifs).

* Vers 1320, Edouart II, Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine et Roi d'Angleterre demande la construction d'une bastide fortifiée.

* En 1337, début de la Guerre de Cent Ans. Une troupe Anglaise occupe la cité.

* Au début du quatrième quart du 16ème siècle, Henri III , Roi de Navarre, possède une maison forte (nommée parfois "château") dans Durance. Il s'y rend souvent pour chasser dans les giboyeuses forets proches.

* En 1651, durant la Fronde, le Duc de Bouillon se rallie à la cause du Roi Louis XIV. Par un traité signé le 20 mars, il échange la ville (principauté) de Sedan contre les Duchés-pairies d'Albret. C'est ainsi que Durance est sous la tutelle Ducale.

* A la fin du 18ème siècle, la partie supérieure de la tour s'effondre (à vérifier).

* Vers 1889, un projet de démolition de la tour-porte est étudié.

* En 1890, par devant maître Soudois, notaire à Mont de Marsan, la tour-porte Sud est vendue par madame la Comtesse de Loujon à la Société d'Agricultures, Sciences et Arts d'Agen.

* En cette fin de 19ème siècle, des travaux de consolidation et de mises en valeurs sont réalisés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts, tours et châteaux est libre et gratuite depuis les rues et les ruelles. La visite des intérieurs est interdite. Veuillez respecter le silence des sites et la tranquillité des habitants.

 

 

Le plaisir médiéval est partout en cette commune

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne
Partager cet article
Repost0
11 juin 2019 2 11 /06 /juin /2019 07:39

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

 

Pensez vous que cette église soit fortifiée ?

 Le bourg :

Situation :   (--> la voir sur une carte)

    La commune de Saint Martial est située à 35km au Sud d'Angoulême (voir son château), à 25km à l'Est de Reignac (voir son église) et à 15km au Nord-Ouest d'Aubeterre sur Dronne (voir son château).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 21' 34" N 00° 05' 45" E
 45.359533°  0.095748°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

* Après avoir visité l'église fortifiée de Brossac, mon destrier trotte avec souplesse en direction du Nord-Est. Soudain, en traversant la petite commune de Saint Martial, il bifurque au Sud-Est.

* Ne voulant pas le contrarier, je le laisse errer.

* A 4 kilomètres, mon palefroi stoppe dans le village de Peudry, puis me quémande de regarder à gauche de la route.

 

 

Un clocher certainement défensif

Le clocher

* En voyant au sol les traces de sarcophages, je pressens que cette église était entourée d'un cimetière, déplacé au 20ème siècle.

* De suite, je remarque l'imposant clocher-porche.

* Il se compose :

- En bas, un portail typiquement Saintongeais, c'est à dire :

-- Deux baies extérieures borgnes en arcades plein cintre.

-- Une baie centrale possédant une porte.

Nota : Je suis surpris par le manque de sculpture sur les voussoirs et pilastres.

- Au milieu, une baie dont je ne peux pas définir la fonction :

A - Bretèche : Je doute car moins large que la porte.

B - Accès par l'extérieur à la salle de repli : Je n'ai jamais vu cela pour une église fortifiée.

- Au dessus, les abat-sons.

- Au sommet, des ouvertures de guet et de défense pour une salle de repli.

 

 

Nef

* La nef, de hauteur classique, ne possède pas de salle de repli défensif.

* Par sa dimension, le contrefort confirme ma supposition d'une nef classique, sans défense.

* Les modillons ont des sculptures très simples (classiques ?).

* La position basse de la fenêtre m'étonne.

 

 

Chevet

* L'abside en hémicycle me surprend par l'absence de fenêtre ou d'ouverture de lumière.

Est ce à cause de la restauration récente ?

* Sa faible hauteur m'interdit de penser qu'une salle défensive existait.

* Les modillons affichent des visages peu expressifs.

 

 

L'intérieur :

*  Hélas, comme pour beaucoup d'églises en notre siècle, la porte ne s'ouvre pas.

* Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction de l'église dans le fief Royal de Peudry.

* Au 13ème siècle, après le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec le futur Roi d'Angleterre créant une période d'insécurité (conflit avec le Roi de France), l'église est fortifiée.

* Au 15ème siècle, des peintures sont réalisées sur plusieurs murs intérieurs.

* En 1523, par un échange de terres avec le roi de France François Ier (voir liste), François Green de Saint-Marsault récupère la seigneurie de Peudry.

* Vers 1790, les Révolutionnaires accordent à Peudry,  le qualificatif de commune.

* En 1845, la commune de Peudry est annexée à Saint Martial.

* En 1987, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 2005, l'église est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Nicolas de Peudry) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Comme moi, voyez vous une façade ayant presque forme humaine ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 16 Vers Menu châteaux de Charente
Partager cet article
Repost0