Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 07:51

 

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Je pressens que la découverte sera paradisiaque !

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Barnas est située à 55km au Sud-Est de Le Puy en Velay, à 45km au Nord-Ouest de Montélimar (voir son château), à 25km au Nord de Joyeuse (voir son château), à 20km au Nord-Est d'Aubenas et à 5km à l'Ouest de Thueyts.

 

   Coordonnées du château :

44° 40' 08" N 04° 11' 19" E
 44.6688993°  4.18854833°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

L'arrivée

* A un kilomètre à l'Est de la commune, une butte très boisée porte les ruines du château de Chadenac.

* Tel un chamois Dauphinois, je grimpe la pente pour arriver devant le premier rempart.

 

 

Comme elle a de belles rondeurs !

Que me murmurent les murs

* Avec précaution, j'avance vers la ruine.

* Entre les pierres qui roulent, les arbres me balancent les branches dans les yeux et les plantes urticantes qui adorent mes mollets, la mission d'un castellologue amateur n'est point aisée.

* Soudain j'arrive devant une porte.

* Avec ses faibles dimensions, son manque de herse, son absence de fente pour les flèches d'un pont levis, je subodore que sa fonction fut : Poterne.

* En écartant les branches, j'entre dans le château.

 

 

L'intérieur :

Les murs et les mures

* Voila un château qu'il faut visiter en hiver tant la végétation est importante.

* Le premier mur que je rencontre est haut, d'épaisseur moyenne et possède des trous alignés ayant reçu des poutres.

* Dans cette première pièce, je compte 3 niveaux.

* Un autre mur ne me donne pas plus d'information.

* Ces parois ne possèdent ni fenêtre, ni système défensif, ni crénelage.

* Les murs se suivent, tous aussi hauts, tous aussi peu épais, tous aussi informels.

N'y aurait il que des parois à admirer ?

 

 

Archère ou fenêtre ?

Détails de vie

* Dans un mur épais, une ouverture.

* Avec son ébrasement intérieur (voir vocabulaire), j'ai imaginé que ce fut une archère....

..... mais la fente est trop large.

* J'opte pour une ouverture de lumière.

* Dans mon errance, je rencontre une ouverture.

Est ce une citerne, une cave, une étable ?

* J'entre pour comprendre.

1 - Je ne pense pas que ce fut la citerne, les parois ne possèdent par d'argile.

2 - En général, dans une étable, des mangeoires sont aménagées. Le sol est trop nivelé pour être un local à animaux.

3 - Cave... peut être.

 

 

Faire le tour de la tour

* Lassé de ne voir que des pans de mur, je me dirige vers l'ultime beauté de ce château médiéval.

* La tour est protégée par un rempart qu'il va me falloir mieux comprendre.

* Lentement, je contourne la petite butte

* Grâce une autre face, je comprends l'architecture.

* La tour (certainement le donjon de repli) est protégée par un mur très proche que les archéologues nomment : Chemise. La tour est dite enchemisée.

* En avant, je remarque les vestiges d'un rempart avec archère droite.

 

  Bonjour belle dame.... acceptez vous que je vous prenne dans mes bras ?

Des mensurations de rêve..... pour votre Chevalier

* Cette beauté n'arbore pas le classique : 90 - 60 - 90.

* Cette ronde construction a un diamètre de plus de 6 mètres.

* A la base, l'épaisseur du mur est de 1 mètre.

* La hauteur actuelle est d'environ hauteur 20 mètres.

* Au sommet, les vestiges de bretèches (dont je vois ai montré un exemple au château de La Motte à Accons) m'informent que la hauteur ne devait pas dépasser les 25 mètres.

Avez vous remarqué sur la photo de droite

une ouverture bouchée ?

* Ce fantôme était la porte d'entrée, accessible uniquement par une passerelle/échelle amovible en bois.

 

 

Je suis en elle

* Je suis à ses pieds (plutôt à son pied).

* La porte au niveau du sol est un aménagement non médiéval. Cette ouverture explique la raison du bouchage de l'ancienne porte haute (vue précédemment).

* Ce donjon de repli ne montre pas de sculpture.

* Il n'y a aucune trace d'escalier, ce qui est logique vu la faible dimension intérieure. L'accès au étage devait se faire avec une échelle en bois entre chaque plancher, lui même en bois.

* La seule trace de vie est la double ouverture.

 

 

C'est la fin

* Il est temps de quitter cette fragile tour dont les pierres au sol justifient la présence de mon heaume de protection.

N'oublier JAMAIS ce conseil.

La découverte d'une ruine n'est pas un jeu.

Le risque existe toujours.

* Puis, je quitte le château en franchissant dans l'autre sens ce que j'ai nommée : La poterne.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 970, un castrum (en bois ?) est construit sur la colline. Il "serait" l’œuvre d'Audigier Iter de Géorand.

* Au milieu du 12ème siècle, un lieu de culte (chapelle ou petite église) dédié à Saint-Pierre est aménagé dans la basse cour du château. Il relève de l’abbaye Vellave de Saint-Chaffre du Monastier.

* En 1217, dans l'enceinte du château, les enfants de la famille Iter de Géorand approuvent la donation de terre (?) faite à l’abbaye de Mazan.

* Au 13ème siècle, Béraud Itier de Géorand, marié à Béatrix Nibilia, est cité comme seigneur de Chadenac.

* A la fin du 13ème siècle (?), Pierre Iter de Géorand (fils de Béraud et Béatrix) est seigneur de Chadenac.

* Au 16ème siècle (1556 ?), Claude de Rivoire épouse Madeleine de Chadenac. Elle lui apporte en dot la seigneurie de Chadenac.

* Au 17ème siècle, Christophe de la Rivoire est seigneur de Chadenac et de Baumes (à vérifier).

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. La ruine n'étant pas sécurisée, le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudents.

 

 

J'ai soif. Faut il que je descende si bas ?

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article
Repost0
17 avril 2018 2 17 /04 /avril /2018 08:50

 

 

Département :  66 - Pyrénées Orientales

 

Voyez vous une église fortifiée ?

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Banyuls dels Aspres est située à 15km au Sud de Perpignan, à 10km à l'Ouest d'Argelès sur Mer (voir son château) et à 8km au Nord-Nord-Est de Le Boulou.

 

    Coordonnées de l'église :

42° 34' 02" N 02° 51' 59" E
 42.56738199°  2.86655657°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

* En arrivant dans la commune par le coté Nord, je suis surpris de découvrir une façade aussi cubique.

* Moi qui suis venu voir une église du 15ème siècle, je m'attendais à une architecture Gothique, des rondes formes et une volonté de hauteur.

* Devant moi apparaît le chevet plat de l'église.

 

 

Archères, crénelage... Que de défenses !

Défensive elle est !

* De suite je comprends la raison de cette large paroi plate du chevet.

* Point de fioriture sur cette surface, aucun contrefort, ni rosace, ni vitrail. Tout est fonctionnel pour la défense.

* Sur plusieurs niveaux, des archères droites sont positionnées en décalé.

Pourquoi ne sont elles pas en bêche

ou avec arquebusière ?

Rappel ; cette église est du 15ème siècle.

* Au sommet, il me semble voir une "sorte" de crénelage.

 

 

La nef

* Je contourne l'église par la gauche pour découvrir la nef.

* Au sommet, de nombreuses ouvertures verticales me font penser à des fentes de tir pour arme à feu.

* Je suis surpris de voir cet unique créneau perdu sur la longueur.

Est ce une erreur de reconstruction récente ?

 

 

Les fortifications ne semblent pas impressionnantes mais elles sont efficaces

 

 

La surprise contradictoire

* Lentement je continue mon avancée vers le clocher.

* Soudain, tel un chien de chasse devant le gibier, je me mets en arrêt !

Qu'ai je vu ?

* A la base de la nef, 3 archères droites me défient.

* Elles ne sont pas vraiment agressives, d'ailleurs l'une d'elle arbore un petit cœur.

Pensez vous qu'il soit logique

d'avoir des archères au niveau du sol ?

* Positionner de telles fentes si basses est illogique. Je pressens que des comblements du 19ème et 20ème siècle ont défiguré l'utilité des systèmes défensifs. Même la "faible" hauteur du mur extérieur ne me semble pas logique.

 

 

Le clocher

 * Le sommet du clocher a une forme très curieuse. Il semble plus esthétique que défensif.

* Mais je ne doute point que le clocher ait pu servir de tour de guet.

 

 

L'intérieur :

* Lentement j'approche de la porte.

* Je tourne la poignée, je pousse, je tire.... Rien !

* Puisque la belle ne souhaite point se laisser séduire par le beau Dauphinois....

......  Comme il est tard, je pars vers une taverne dans une commune proche.

 

 

Le diaporama de l'église est visible est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* En 819, le village "primitif" est cité dans un texte. Il est établi au Nord de l'actuelle commune proche d'une motte (peut être castrale).

* Au 10ème siècle (à vérifier ?), une église dédiée à Saint André existe dans le village.

* En 1411, le village est déplacé.

* Entre 1424 et 1427, à la demande du seigneur de Jehan II de Banyuls, construction d'une église dans le nouveau village. Il est fort probable que les fortifications ont été réalisées dès la construction.

* En 1428, la région subit un terrible tremblement de terre. Les crus des multiples rivières détruisent de nombreuses constructions dont l'abbaye de Sant Pau de Fontclara. Jean II donne l'église de Banyuls à ces moines.

* Au 17ème siècle, le village devient possession du monastère de Montserrat (à vérifier).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint André) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Cette église est réellement unique !

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Partager cet article
Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Le petit matin rend l'endroit mystérieux

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Martin de Valamas est située à 40km à l'Est-Sud-Est de Le Puy en Velay, à 35km à l'Ouest de Valence et à 5km au Nord-Ouest de Le Cheylard (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

44° 56' 49" N 04° 24' 10" E
 44.9460866°  4.40266369°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

L'approche... mais pas là proche

* Il y a 2 manières d'aborder ce magnifique château :

1 - Soit par le bas, en suivant le sentier pédestre (GR420A) long, difficile et pierreux avec la sensation de mériter cette ruine.

2 - Soit par le haut en empruntant une belle route goudronnée, sinueuse et peu large par endroit qui aboutit à un parking proche.

 

Pour être invisible, le château prend la couleur du rocher

 

Elle est bien de loin

* Depuis le bas, coté Sud, sur la route menant à Saint Martin de Valamas, le château montre une architecture sur 3 niveaux :

1 - A gauche, les constructions des plus basses sont des dépendances nommées aussi chazals. Je pressens que mon analyse va être minimale car il ne reste qu'un pan de mur sur chaque.

2 - A droite, l'immense paroi correspond à une tour-logis. Mes poils se hérissent de bonheur en voyant toutes ses fenêtres.

3 - Au dessus, sur un imposant rocher, une tour défensive.

* L'architecture et les pierres me semblent très différentes. Je pressens que les bâtiments ont été construits ou aménagés sur plusieurs siècles.

Ressentez vous cela ?

 

 

Les atours de la tour  La tour attire l'attention

* En arrivant depuis la route supérieure, coté Nord, la première chose que je remarque est l'imposant rocher sortant de terre.

* Ce piton porte une tour carrée de 6 mètres de coté.

* Il est probable que ce soit le donjon de repli du château primitif.

Avez vous remarqué 3 curiosités ?

1 - Un rocher précède le piton portant la tour.

Était ce un avant poste ?

2 - Un mur semble avoir été aménagé le long du piton.

La tour était elle enchemisée ?

3 - Un fossé sépare le rocher du piton.

Y avait il un pont rétractable ?

* La base de la tour repose sur le rocher qui semble peu aplani.

* La qualité du parement d'angle m'informe que ce site n'était pas qu'une simple tour de guet.

Ce donjon de repli était il défensif ?

* La réponse est OUI. Les 2 parois encore visibles comportent des archères droites.

* L'ébrasement intérieur (voir vocabulaire) me semble peu important.

* L'accès à la tour est impossible (à moins d'avoir un équipement de grimpeur).

 

 

Voulez vous que je fasse une petit feu dans les cheminées ?

L'intérieur :

Je suis la fée du logis

* Lentement j'avance vers le logis donc certaines pierres au sol m'informent qu'une intense vie existait.

* D'autres pierres me montrent le luxe d'antan.

* Ce bâtiment de confort étant du coté de l'à-pic, les murs extérieurs n'ont pas besoin d'être très épais.

* Le nombre de fenêtres ne fait conclure que ce logis possédait au moins 3 niveaux.

* Chaque étage possède une grande cheminée dont les piédroits sculptés prouvent la "richesse" de ses anciens occupants.

 

 

Une énigmatique énigme !

* Soudain, je remarque un ensemble de pierres taillées à l'extérieur de l'actuel logis.

* Cet assemblage ressemble à un vestige de fenêtre.

Mais pourquoi dans le vide ?

* Je pressens qu'un éboulement a emporté le bâtiment accolé.

Était ce un autre logis ?

* Ma documentation affirme que cette face comportait 3 logis.

 

 

Là bas... en bas

* En bas, je vois les vestiges des chazals.

* Puis plus bas, j'imagine que ce sont les vestiges du village médiéval.

* Avant de quitter ce puissant château, j'admire le panorama sur le mont Gerbier de Jonc et le sommet du Champ de Mars.

 

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au milieu du 11ème siècle, le château primitif (une tour ou donjon) est possession de Giraud de Romegier.

* A la fin du 11ème siècle (1083 ?), Bertrand de Rocha Bonna est cité comme témoin dans un acte concernant de donation faite par Jocerand de Lamastre (voir son château).

* En 1273, Pons de Brion vend à Guillaume de Châteauneuf le château, la seigneurie et bourg de Rochebonne.

* Au début du 14ème siècle (1303 ?), le château est la propriété de la famille de Châteauneuf-en-Boutères (voir leur château) nommée aussi de Rochebonne.

* En 1328, un acte confirme la possession des seigneuries de Châteauneuf-de-Boutières et de Rochebonne à Guillaume I de Châteauneuf-de-Boutières.

* En 1398, Guillaume II de Châteauneuf de Rochebonne épouse Isoarde du Tournel.

* Au 15ème siècle, un logis de confort est aménagé dans la partie basse et coté à-pic.

* En 1477, Guillaume III de Châteauneuf de Rochebonne, Baron de Rochebonne, épouse Catherine Blau.

* En 1490, Claude de Châteauneuf de Rochebonne, Baron de Rochebonne, épouse Catherine de Talaru.

*  En 1577, durant les Guerres de Religion le château est attaqué puis pris par les Protestants car son propriétaire est Catholique.

 En 1580, les Protestants attaquent encore ce château et s'en emparent.

* En 1595, le château est pillé puis détruit partiellement par les Protestants.

* Au 17ème siècle, le logis du château est encore habité.

* Vers 1725 (?), la seigneurie appartient à Louis Joseph de Châteauneuf de Rochebonne, évêque de Carcassonne.

* Au 18ème siècle, après avoir fréquenté la cour de Louis XIV, Louise de Châteauneuf de Rochebonne se retire au château de Rochebonne.

* Au 18ème et 19ème siècle, de nombreuses pierres sont dérobées.

* En 1980, une association de sauvegarde est créée. Ses dynamiques membres fouillent et reconstruisent dans des conditions parfois difficiles, mais toujours avec bonne humeur.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en dehors des périodes de fouilles et de consolidation. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe. Soyez très prudents.

 

 

Le panorama est le cadeau ultime d'une ruine médiévale

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article
Repost0
10 avril 2018 2 10 /04 /avril /2018 08:38

 

 

 

Département 81 - TARN

 

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sorèze est située à 50km au Sud-Est de Toulouse, à 35km au Nord-Ouest de Carcassonne, à 20km au Sud-Ouest de Castres et à 5km à l'Est de Revel.

 

     Coordonnées de l'église :

43° 27' 07" N 02° 04' 01" E
 43.45207617°  2.0670765638°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La femme est l'avenir de l'homme... sinon !

* En arrivant dans cette commune, ma muse, toujours posée sur mon épaule à solliciter des "obligations" (messieurs, vous savez ce dont je parle... cette omniprésence de la gente féminine à nous commander sans donner des ordres.... hihihi....), me quémande avec sa douce voix :

"Chevalier, il faut que tu te rendes au centre de Sorèze !"

* Ce que femme veut... Dieu le veut... et si ce n'est pas lui..... c'est elle .

* C'est donc avec courage (et servitude) que j'avance dans les rues à l'allure médiévale. Ce bourg semble organisé comme une bastide.

* Soudain, comme apparue de nulle part, une "fusée" s'élève dans le ciel.

 

 

Quelle puissante tour défensive... ou clocher défendu

 

 

Les mots me manquent

* Je n'en crois pas mes yeux !

- Une masse longiligne avec embonpoint.

- Une allure légère et pourtant massive.

- Une forme ronde et pourtant anguleuse.

* Que de contrastes dans cette flèche levée vers le ciel.

* Soudain, j'entends la voix mélodieuse de ma muse.

"Arrête de rêver avec des termes inutiles

Décris nous la construction, cela sera plus intelligent"

* Heu.... Ce que femme veut... Dieu le.......

 

 

Château ou église ?

* L'architecture visible est de style gothique.

* Cette imposante construction peut faire penser à un donjon ou une tour défensive d'un château. Hors, il n'en est rien.

* Ce bâtiment est le seul vestige ayant échappé à la destruction de l'église : Voici le chevet avec clocher.

* Ce chevet est soutenu par de nombreux contreforts à larmier.

Voyez vous cette curiosité au dessus du 4ème lamier ?

* J'ai l'impression que les contreforts ont été rehaussés. La qualité de la pierre et la construction est différente.

Est ce pour soutenir le chemin de ronde ?

* Les contreforts sont reliés à leur sommet par des voûtes en berceau qui ne sont pas percées pour servir de systèmes défensifs en surplomb.

N'est ce pas curieux ?

* Au dessus, une tour octogonale à 2 étages.

* Sur cette face, au niveau du chemin de ronde, une construction en avancé s'élève. Elle contient l'escalier en colimaçon visible sur ce plan (à gauche).

* Vous êtes si perspicaces mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteurs que vous avez remarqué les mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

 

L'intérieur :

Que de beauté à admirer

* La vue coté Ouest est surprenante par la disparition de la nef.

* Même sur cette face, les systèmes défensifs sont visibles, exemple : Les mâchicoulis.

* Comme il était possible de le deviner depuis l'extérieur, l'abside comporte 5 pans.

* Même partielle, la beauté de l'église est éclatante. Regardez cette voûte d'ogives retombant sur les piles. En réalité, cette voûte comporte 8 branches :

- 6 nervures rayonnantes sur l'abside.

- 2 branches sur la partie droite.

 

 

Pouvez vous identifier ce blason ?

Détails

* Sur les colonnes, de nombreuses sculptures surprennent :

- Sur cette frise, les fruits évoqueraient le paradis.

- Ces animaux du bestiaire médiéval soutiennent un blason, hélas martelé à la Révolution.

 

 

La suite...

* Ayant tout vu de cette église, je me dirige vers l'autre merveille de Sorèze : L'abbaye bénédictine, fondée en 754.

* Elle devint une abbaye école au 17ème siècle.

* La notoriété de son éducation fut si grande que le Roi (voir liste) Louis XVI l'érige en : École royale militaire.

* Hélas, le site n'étant pas fortifié, il n'apparaitra pas en ce blog.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, construction de l'église.

* En 1571, durant les Guerres de Religion, les Protestants attaquent la ville puis saccagent l'abbaye. L'église semble ne pas avoir été trop abîmée.

* En 1573, les Protestants attaquent à nouveau la ville Catholique puis détruisent l'église. Seul le chœur reste debout. Ce curieux vestige est conservé car il peut servir de tour de guet.

* Au 17ème siècle, plusieurs initiatives de reconstruction de l'église sont imaginées, mais rien est réalisé.

* En 1707, par manque d'entretien, la toiture du clocher s'effondre.

* En 1717, la décision de réparation du clocher est acceptée puis réalisée.

* En 1753, la foudre détruit partiellement quelques pierres du clocher.

* En 1879, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Ce clocher fortifié est vraiment magnifique !

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 81

Vers Menu châteaux du Tarn

Partager cet article
Repost0
6 avril 2018 5 06 /04 /avril /2018 08:51

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

 

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Charmes sur Rhône est située à 40km au Nord de Montélimar (voir son château), à 25km au Sud-Est de Lamastre (voir son château) et à 10km au Sud-Sud-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 51' 48" N 04° 49' 51" E
 44.86342957°  4.83092263°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Sœur Anne, vois tu ceci ?

* Depuis la rive droite du Rhône et sur la rive gauche de la rivière Embroye, je vois au loin une colline où des maisons sont accrochées à la pente.

* Comme il y a de la surface habitable dans la plaine, une question se pose :

Pourquoi avoir construit en hauteur ?

* La raison est logique. A l'époque médiévale, un château a été aménagé au sommet. Les maisons se sont agglutinées pour bénéficier de sa protection.

 

Voyez vous la rehausse du mur ?

 

Ma montée vers la belle

* D'habitude, lorsque je monte vers une ruine médiévale, il faut que j'emprunte un sentier parfois glissant et souvent, affronter les épineux et orties. A Charmes, le charme est justement d'errer à travers les ruelles médiévales.

* C'est ainsi que je rencontre :

- La porte d'Embroy, avec au dessus son vestige de bretèche (voir vocabulaire). Son accès s'effectue par une ruelle courbe diminuant l'efficacité ou interdisant l'utilisation d'un bélier par les assaillants.

- Une tour seigneuriale pour le sel. Au dessus, un pigeonnier avait été aménagé.

Voyez vous la randière ?

- Un passage voûté sous les habitats, nommé : Trou du loup.

* Je ne vais pas tout vous décrire, sachez que les surprises architecturales sont nombreuses.

 

 

Les dieux des ruines ont planté des coquelicots pour donner de la couleur

L'intérieur :

Est ce encore loin l'Amérique ?

* Je monte, je monte, je monte.

* La paradis d'un castellologue, même amateur, est toujours dans la montée.

* Au loin, je vois un vestige de tour ronde est un grande ouverture.

Est ce l'entrée?

* Évidemment !

* La porte a été consolidée "récemment". Elle ne montre aucun système défensif, excepté la tour ronde à droite.

 

 

Je me voute !

* Les vestiges de murs et de bâtiments sont nombreux, mais je ne peux point leur donner une fonction.

* Ma fascination est pour les salles voûtées :

- Soit entières (car reconstruites pas l'association de sauvegarde)

- Soit en équilibres.

 

 

Que de grandeurs !

Où est l'escalier pour monter sur le chemin de ronde ?

* La superficie du château est impressionnante. Je ne m'attendais pas à cela.

* Certes, les bâtiments sont rares, mais avec un peu d'imagination ils se révèlent (presque).

* La qualité de ce château est de posséder un puits (et non une citerne). Cela permet de tenir un siège et d'avoir un quotidien de vie très  agréable.

Est ce la source de jouvence ?

 

 

La fin n'est qu'un début....

* C'est en mangeant ma pomme que j'admire le panorama sur le Vercors de mon Dauphiné.

* Puis, sans jeter le trognon car Le Chevalier est un modèle de propreté (heu... suis je crédible ?) je repars vers de nouvelles aventures en franchissant la porte d'Embroye.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC.

 

 

 

Histoire du château :

* A partir du 10ème siècle, de nombreux moulins à eau sont construits sur la rivière Embroye. Évidemment, cela représente une manne financière pour un seigneur. Mais aucune preuve d’existence d'un château.

* En 1186, les seigneurs Guillaume de Crussol et Arbert de Charmes sont les garants sur une vente faite au profit des Templiers de Valence.

* En 1220, Guinisius de Châteauneuf (voir son château) vend à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, le castrum et le mandement de Charmes.

* En 1230, pour son mariage avec Silvion III de Clérieux, Béatrice de Beaudiner, fille de Guillaume de Beaudiner et de Béatrix de Jarez, apporte en dot le château de Charmes. Ce château est souvent habité par la famille "de Crussol".

* En 1283, Giraud Bastet, seigneur de Crussol rend hommage à Jean de Genève, évêque de Valence, pour la seigneurie de Charmes.

* En 1293, Giraud Bastet, seigneur de Crussol, et l’abbesse de Soyons signe un accord sur les limites de plusieurs mandements dont Charmes.

* En 1317, Hugues de Pierregourde reconnaît à Giraud Bastet, seigneur de Crussol, la possession de plusieurs mandements dont celui de Charmes.

* En 1486, par son mariage avec Jacques I de Crussol, Simone d'Uzès apporte en dot la Vicomté d'Uzès.

* Au début 16ème siècle, ce château (ainsi que le castrum de Crussol) sont délaissés par les seigneurs de Crussol au profit du château d'Uzès. Charmes bénéficie toujours de l'attention de la famille Crussol d'Uzès.

* En 1514, une chapelle est aménagée dans le château.

* En 1523, dans la chapelle (ou l'église) de Charmes, Charles de Crussol épouse Jeanne de Genouilhac (famille du Quercy), l'amie de Marguerite de Navarre.

* En 1548, suite à l'amélioration de la puissance des canons, les remparts et murs du château sont vulnérables. Pour épaissir les parois et augmenter la hauteur des murs, des galets de la rivière et du fleuve ont été ajoutés.

* Vers 1624, comme pour d'autres châteaux fortifiés dans le Royaume de France, Richelieu demande l'arasement du château de Charmes. L'avenir de cette vieille construction médiévale sera : Carrière de pierres.

* En 1746, pour la construction dans la commune de l'hôtel particulier du notaire nommé Louis Bouchon, les pierres sont largement récupérées sur le vieux château fort.

* A la fin du 18ème siècle, dans la cour de l'ancien château, des vignes sont plantées.

* Au début du 19ème siècle, le site très ruiné est nommé : Olympe. Cela supprime le mot "château", banni par les révolutionnaires voyant un symbole seigneurial.

* Au 20ème siècle, un jardin est aménagé dans les ruines.

* En 1994, la commune achète les ruines du château. Une campagne de consolidation est menée.

* Au début du 21ème siècle, la découverte des ruelles de l'ancien bourg et des ruines du château est libre et gratuite. Soyez prudents, bien que consolidé, le site castral est en ruine. Veuillez respecter ce site historique en ne montant pas sur les murs.

 

 

Le panorama est le cadeau de toutes les ruines médiévales

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article
Repost0
3 avril 2018 2 03 /04 /avril /2018 06:10

 

 

Département 30 - GARD

 

 

  Voyez vous l'église et le château ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montclus-sur-Cèze est située à 35km au Nord-Est d'Alès, à 30km au Nord D'Uzès et à 20km au Nord-Ouest de Bagnols sur Cèze (voir ses fortifications).

 

     Coordonnées du château :

44° 15' 42" N 04° 25' 12" E
 44.2617636°  4.4201732°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

L'arrivée

* En bordure de la Cèze, sur une petite colline, un antique bourg semble avoir gardé son architecture cubique médiévale.

* De loin, deux hauts bâtiments survolent les maisons :

- Une église avec son clocher,

- Un château presque à l'opposé.

* Évidemment, c'est ce dernier qui m'amène en cette commune Gardoise.

 

 

Un murBien que le temps l'ait défiguré, le donjon est toujours aussi impressionnant

* En approchant du château, je remarque un rempart.

* Certes il n'a plus sa puissance défensive d'antan, mais il m'informe que le château avait plusieurs niveaux défensifs.

* Sa forme polygonale est certainement due à l'utilisation du terrain pour augmenter son efficacité.

 

 

Le donjon

* Il est là, devant moi.

* Il est droit, haut, fier, presque neuf.... ou si peu abîmé.

* Le donjon est asymétrique.

* Je subodore que l'avancée (causant l'asymétrie) contient un escalier.

* Ses parements d'angle sont parfaits

* Ses pierres à bossage sont jointives.

* Tout reflète en lui la puissance que son seigneur à voulu imprimer.

* Quelques fentes minimales me rappellent des archères primitives. Mais il est fort probable que ce ne soit que des ouvertures de lumière.

* Au sommet, les consoles à plusieurs ressauts sont les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

Rigueur et minimalisme sont les mots que j'emploierai

Une curiosité

* Sur une façade, une curiosité m'intrigue.

Que pensez vous que cela soit et fut ?

* Je subodore que cela fut des latrines ou une bretèche ou une fenêtre ou une porte pour une passerelle en bois ou...

* Évidemment, cette ouverture a été rebouchée et curieusement, une petite fente de lumière a été créée.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

* Lentement je quitte ce site magnifique.

* Avant de retrouver mon destrier je tourne la tête et je vois.....

............ un pan de mur.

* Son architecture n'est point médiévale. C'est le vestige du bâtiment d'habitation aménagé au 17ème siècle.

 

 

Le diaporama du château est ici - clic

 

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle, un parent du Roi Charlemagne (voir liste) vient se guérir de la lèpre dans les eaux de la Baume-Salène. Il fait établir un rempart à Monclus (supposition faite par quelques historiens).

* Au 12ème siècle, une tour défensive est construite.

* Au 13ème siècle, la seigneurie est possession de la famille Montlaur qui est vassale du Baron (voir titre de noblesse) de Sabran. Le château est agrandi.

* A la fin du 14ème siècle, les Tuchins attaquent et détruisent partiellement le château.

* Au 15ème siècle, Guillaume de Poitiers possède le site fortifié. Le château est modernisé.

* Vers 1480 (?), Guillaume cède la seigneurie de Montclus à Philippe et Cathelin de Combe.

* Vers 1510, les deux frères se partagent les nombreuses seigneuries en leur possession. Philippe récupère Montclus.

* Au 16ème siècle, en se mariant, la fille de Philippe apporte en dot la seigneurie à la famille Montcalm.

* Au 17ème siècle, un bâtiment d'habitation est construit contre la vieille tour.

* En 1683, la Baronnie est élevée au rang de Marquisat.

* Au 18ème siècle, le site appartient au Marquis de Vogüe. Le château est partiellement ruiné et inhabité.

* En 1977, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Quelle puissance !....

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Partager cet article
Repost0
1 avril 2018 7 01 /04 /avril /2018 07:10

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Brommat est située à 50km au Nord de Rodez, à 38km au Sud-Ouest de Saint Flour et à 20km au Sud-Est de d'Aurillac.

 

     Coordonnées du château fort :

44° 51' 30" N 02° 42' 11" E
 44.858394°  2.703077°

 

 

Toponymie :

* A l'origine, le château se nommait : Cailhac.

* Parfois aussi nommé : Caihacoil.

* Au 14ème siècle, il est reconstruit et se nomme : Castelnovel signifiant : Château nouveau.

* Avec le bouche à oreille et l'accent local, le nom devient : Castelnauel.

* Avec le temps, le nom s'est transformé en : Castelnoël ou Castel Noël.

 

 

 

Que cherches tu étranger ?

 

Le château fort :

L'extérieur :

La découverte presque irréelle

* Mon dictionnaire des châteaux forts et ma carte routière m'informent qu'à 5km au Nord de Brommat (voir sa maison forte), une beauté médiévale fortifiée somnole.

* Est ce à cause de ma précipitation ou de la faim qui me tenaille (car les cloches de midi ont sonné depuis plus d'une heure), mais je ne vois aucune construction dans ce paysage de verdure.

* J'erre au milieu des vastes prairies quand soudain, une voix grave me hèle :

"Que fais tu ici étranger ?"

* Je ne vois aucune âme d'homo sapiens.

"Qui donc me parle ?"

Pourquoi ne me réponds tu point l'étranger ?"

* Je n'ose parler à cet animal cornu.

"Tu dois certainement chercher le Castelnoël.

C'est là bas !"

* Surpris de me faire aider par une vache d'Aubrac, je n'ose croire qu'elle m'indique la direction de mon Graal de ce début d'après midi.

 

 

L'habitat fortifié est posé sur une colline

Je le vois

* La massive construction est située au sommet d'une colline.

* En contrebas, la rivière  nommée Seniq coule lentement.

* Sur la carte ign, je remarque que 3 cotés du château sont protégés par un à-pic.

* Il suffisait donc à l'architecte de construire :

- Une succession de remparts créant une basse-cour puis une haute-cour.

- Un puissant système défensif protégeant le coté le plus vulnérable.

* Il me faut vérifier mes dires.

 

 

Que vois je de loin ?

* De loin, je vois :

- Des arbres. Il m'est donc impossible de savoir si des remparts existent encore.

- Une imposante et haute courtine percée de fenêtres.

 

 

Analyse de la courtine

* La courtine que je pensais rectiligne est en réalité composée de plusieurs bâtiments décalés.

* Avec ses modernisations, il n'est point aisé de tirer des conclusions.

* Mais un détail me prouve que cette construction est ancienne : Les latrines en encorbellement.

 

 

Une imposante tour défend ce coté

Je contourne le bâtiment

* Sur l'autre face, la vision du cet ancien château fort est différente.

* La façade comporte peu d'ouvertures modernes mais surtout une imposante tour accapare mon attention.

 

 

Le donjon

* Même s'il est arasé, sa forme ronde, son diamètre imposant me font imaginer avec certitude que crénelage et  mâchicoulis existaient (voir vocabulaire).

* Hélas, ne voyant aucun système de défense, je ne peux pas dater correctement cette tour maîtresse.

* La seule certitude est qu'elle a été construite avant le 15ème siècle et après le 12ème.

 

 

 

L'intérieur :

* La découverte des entrailles est interdite.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château fort :

* Au ??, un château primitif existe.

* Vers 1010, Agnès, Vicomtesse (voir titre de noblesse) de Carlat, veuve de Guilbert 1er partage ses terres et biens auprès de ses 3 enfants. C'est Bernard qui récupère les terres de Cailhac.

* Au 14ème siècle, le château est reconstruit.

* Au 15ème siècle, un corps de logis est construit (ou aménagé ?).

* En 1482 (?), les enfants de Jacques d'Armagnac sont poursuivis par le Roi de France (voir liste) Louis XI. Dans leur errance, ils sont accueillis au château par le seigneur de Cailhac.

* En 1594, le château est assiégé puis pris. Le seigneur du château est tué par les assaillants.

* Durant les trois quarts du 17ème siècle, c'est toujours un héritier de la famille originelle Carlat qui détient le château.

* Vers 1685, Marc Antoine de Carlat décède sans héritier. Sa veuve décide d'affermer le domaine.

* En 1789, le château est possession du sir Cabon de Roussy.

* En 1793,  les révolutionnaires s'emparent du château. Ils ne font que dégrader les armoiries au dessus  de la porte fortifiée.

* En 1804, Jean Antoine de Pradine donne le château au curé de Marcillac : Le père Destour.

* Vers 1830, l'entrée fortifiée est toujours couronnée de mâchicoulis.

* Durant le deuxième quart du 19ème siècle, le château est possession du général Chapt de Rastignac.

* Vers le milieu du 19ème siècle, le général fait détruire partiellement le donjon.

* En 1859, le château change de propriétaire.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur (de loin) est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite aux touristes.

 

 

Adieu château privé, tu m'as bien fait rêver

 

     

 

 
      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Partager cet article
Repost0
29 mars 2018 4 29 /03 /mars /2018 08:10

 

 

Pays :

 ESPAGNE

Région :

 CATALOGNE

 

 

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le village de La Manresana est situé dans la région nommée Alta Anoïa, proche de Els Prats de Rei, à 70km au Nord-Est de Tarragone et à 11km au Nord-Ouest de Igualada.

 

   Coordonnées du château :

41° 41' 49" N01° 33' 08" E
 41.696945° 1.552097°

 

 

 

Le château :

       L'extérieur :

La découverte

* En arrivant sur le plateau portant le petit village, je me suis dit :

"Encore une tour. J'en ai tant vue d'identiques !"

* Mais une petite voix me répond :

"Chevalier, souviens toi : Tout ce qui est identique ne se ressemble jamais !"

* Et c'est ainsi que vaillamment, j'attaque (pacifiquement) la découverte du château de La Manresana.

 

 

La découverte

* A genou proche du rempart, la tour paraît gigantesque.

* Évidemment, je triche un peu avec cette photo, mais je voulais vous montrer ce que devait ressentir un éventuel assaillant du moyen âge lorsque le rempart était intact.

* Vous avez bien lu, cet amas de pierres sont les restes d'un mur.

* Je sens le doute dans votre regard.

 

 

Les vestiges

* Regardez à quelques mètres de là, voici les vestiges de murs et voûtes de l'ancienne fortification.

* Comme souvent, les ruines posées sur une butte ont été transformées en château d'eau (un autre exemple en Catalogne au château de Aguilo ou à la commanderie templière de Vaour dans le Tarn).

* Avec les réaménagements du 20ème siècle, les reste des murs, la végétation, et la destruction du temps, il est difficile de comprendre l'aménagement du site.

* Je vous propose le plan du château pour faciliter votre visite.

Quelle magnifique attitude chevaleresque !

 

 

La tour

* Comme toujours avec une tour médiévale, l'entrée est située à plusieurs mètres du sol.

* Les Catalans sachant que je souhaitais visiter cette tour, m'ont construit un escalier extérieur.

* Ne me dites pas que ce "morceau de fer" choque à coté de cette fière tour en pierre, c'est au contraire une chance pour moi, pour vous et pour la ruine.

* Nous allons la découvrir et lui redonner vie.

* Ho hisse.... la montée est "tournante".... Je suis ivre.

* Je suis fébrile devant l'entrée

* Combien d'attaquants, il y a plusieurs siècles, auraient apprécié d'être à ma place, près à "dévorer les entrailles" de cette ronde tour.

* Suivez moi.

 

 

       L'intérieur :

Dans la tour

* Je suis dans la place.

* Heureusement qu'il y a plus de porte, car avec des "gonds" aussi solides, je serais resté dehors même avec un puissant bélier.

* Comme je le présumais, cette tour n'est pas habitable (pas de fenêtre, section étroite).

* Conséquence : Il devait y avoir une échelle mobile pour accéder aux étages.

* A cet étage intermédiaire, je me retrouve prisonnier. Six siècles plus tôt, des pierres me tomberaient sur la tête, lancées depuis une ouverture au plafond.

* Heureusement, point de belliqueux personnage contre moi en ce jour.

Comment monter au sommet ?

* Quelle chance, les Catalans ont construit un escalier fixe (faisant disparaître le plafond de cette salle, mais en sauvegardant celui de l'étage supérieur).

* En haut de l'escalier , je tente de comprendre l'architecture intérieure :

* Pas d'archère,

* Ni de cheminée,

* Ni de fenêtre,

* Ni de...

* Par contre, les parois sont alignées, presque trop nettes.

* Je pense à une reconstruction/consolidation récente ayant un peu (mais un peu seulement) défigurée l'aménagement interne.

Avez vous remarqué la diminution

de l'épaisseur des murs sur la hauteur ?

* Les 2 étages inférieurs étaient séparés par un plafond en bois soutenu par des poutres dans l'épaulement.

* Le sommet était fermé par une voûte de pierre (je vous l'ai montrée ici)

 

 

Au sommet

* Évidemment, vous vous doutez que la vue sur l'Alta Anoïa est magnifique.

* Comme la tour est plus haute que les arbres, 360° de plaisir s'offre à moi.

* De longue minutes passent...

* Il est temps de rentrer.

* Tel un héros de cinéma, je vais sauter sur la selle de mon destrier.

* Heu.....  Je vais plutôt redescendre les escaliers et quitter l'ombre rafraîchissante des vieilles pierres pour la lumière et le soleil de cette belle région.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, première trace d'un village avec peut être une tour en bois (d'après un prospectus  récupéré dans un office de tourisme).

* Au 12ème siècle, une fortification est construite sur la colline.

* Au 13ème siècle, modernisation du château (?).

* En 1982, une campagne de consolidation et de restauration de la tour est menée.

* Au 21ème siècle, la découverte de la tour est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 06:55

 

 

La description de l'extérieur du château est ici - CLIC

 

 

 

Mes poils se dressent devant ces poussières médiévales !

 

Le château (suite) :

           L'intérieur :

Unique entrée... et... entrée unique !

 * Je monte quelques marches d'un escalier en bois du 21ème siècle (évidemment pour que les touristes ne soient point ennuyés par une échelle rétractile médiévale) quand....

... je me retrouve devant l'entrée.

* Point de pont-levis ni de herse.....

Cette entrée est incroyable !

* Pour rejoindre le plateau il faut "grimper" dans un puits naturel dans la roche.

* Évidemment les marches actuelles ont été taillées "récemment" et surtout agrandie....

... mais l'accès médiéval (même sécurisé par des rampes en fer) est unique.

Comment un assaillant pouvait il entrer sans risque ?

 

 

 

Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai...

* L'entrée aboutit sur le coté Sud-Ouest, à l'opposé du donjon. Pour atteindre le donjon, il faut traverser tout le plateau

* Des bâtiments aménagés sur la plateforme, il ne reste que des vestiges, mais si vous savez écouter les pierres, elles vous diront leur fonction.....

.... en vérité, je vous conseille de lire la petite brochure (avec le plan) remise à l'entrée, car pour entendre les pierres, il faut être aussi fou que moi. cheeky

 

 

 

Communs... peu communs

* La première caractéristique que je remarque est le rempart.

* Ce n'est pas sa faible hauteur qui m'étonne mais son architecture non rectiligne. Ce mur de protection suit parfaitement la forme du plateau rocheux.

* Puis, je remarque à droite un bâtiment presque entier. Ce n'est pas un puits (car percer la roche si profonde est presque impossible). Ce bâtiment est la citerne. Le trou au fond devait être une des gouttières provenant des toits des communs.

- Les archéologues supposent que le puits (actuellement bouché) à la base du château pouvait alimenter la citerne en cas d'attaque potentielle ou de siège.

* Puis sur la gauche, c'est... heu... peut être les cuisines... peut être... Mais il est fort probable qu'il y ait les logis des domestiques (par exemple).

* Les murs verticaux s'enchaînent.

* Les archéologues ont déduit que cet emplacement devait être le logis. Cela semble logique, puisque le donjon est derrière moi :

- Les dimensions du logis seraient de 30 mètres de long sur 10 mètres de large.

- Ce logis aurait été constitué de 3 pièces linéaires (voir les traces au sol).

- Ce bâtiment d'habitation seigneurial possédait 2 niveaux (cela se devine par les traces de toit sur le donjon ainsi que les larmiers).

Que manque-t-il dans mon énumération ?

* Évidemment, le "cabinet d'aisance" avec les merveilleuses latrines en encorbellement.

 

 

 

Fébrile je suis face à cette imposante construction

Le donjon

* Trois ouvertures, que je présume être des portes, sont visibles sur la façade Sud-Est.

* D'après les archéologues, les 2 premiers niveaux datent du 11ème siècle, c'est la partie la plus ancienne du site.

* Cette imposante tour défensive de repli possède 5 niveaux. Fonction de haut vers le bas :

- La plateforme crénelée.

- La salle de garde.

- La gaine défensive.

- La salle de repli.

- La gaine défensive primitive.

- La salle d'armes.

* Comme l'ascenseur n'avait pas encore été inventé au Moyen Âge, je pressens que mes mollets seront très sollicités.

* Pour ne point trop me fatiguer de suite, je décide d'entrer dans la partie basse.

 

 

 

Pour visiter l'intérieur du  donjon

Veuillez cliquer ici - CLIC

 

 

Entre ombre et lumière se continue ma visite

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne
Partager cet article
Repost0
27 mars 2018 2 27 /03 /mars /2018 06:32

 

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

Quelle magnifique curiosité !

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Chély d'Aubrac est située à 50km Nord de Millau (voir son beffroi), à 25km au Nord-Est d'Estaing (voir son château) et à 10km au Sud-Est de Laguiole.

 

     Coordonnées du château :

44° 34' 09" N 02° 56' 29" E
 44.569303°  2.941326°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité la Dômerie d'Aubrac, je me dirige vers le Sud-Est de Saint Chély d'Aubrac.

* Quatre kilomètres plus loin, mon destrier et moi même sommes en arrêt.

Est ce le site médiéval que je recherche ?

 

 

Trop rapide analyse

* En découvrant ce site habité et consolidé, je pressens que les traces de fortifications médiévales seront minimales.

* Avec mes années de découverte de ruines et constructions fortifiées j'ai appris que rien est évidence et qu'il faut parfois du temps pour voir autrement une construction modernisée.

* Rapidement, je me désintéresse de la partie droite (au loin) bien que cela ressemble à une courtine puis une tour carré arasée, et je me concentre sur la grande tour.

 

  Saurez vous analyser cette construction ?

La tour

* Elle a une forme parallélépipédique et mesure 10m par 13m.

* Quatre étages sur rez de chaussée la composent.

* La hauteur globale avec le toit est de 30m.

* Les parements d'angle sont bien appareillés.

* Par contre, les murs comportent des pierres asymétriques en tailles et en dimensions.

Sont ce des réparations suite à des attaques

ou

des reconstructions par manque d'entretien ?

* Suivant les documentations, cette haute et puissante construction se nomme :

       - Un donjon,

       - Un château,

       - Une grange fortifiée.

* Des fenêtres à meneaux en croix ont été aménagées à la Renaissance.

* Ces ouvertures comportent un arc de décharge au dessus (ceci pour déporter le poids des étages sur les cotés soulageant ainsi le linteau).

* A l'étage supérieurs, de petites ouvertures semblent datées du Moyen Âge.

* La base de la tour semble évasée.

* De nombreuses canonnières pour tir rasant (le plus dévastateur) sont visibles.

* Curieusement, je ne vois aucune archère (voir vocabulaire). Peut être ont elles été remplacées par les larges fenêtres.

* Au sommet, les consoles triples sont la preuve que des mâchicoulis existaient.

* Le chemin de ronde a été remplacé par une promenade avec pilotis. Cette curiosité "moderne" est certainement due aux propriétaires du siècle derniers. Peut être n'approuvez vous pas la modernité de ce choix architectural, mais grâce à eux, la tour existe toujours et a même pris un aspect "art moderne" qui ne me déplait pas.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la porte ne s'ouvre pas.

* Je ne pourrai pas confirmer mes constatations. 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, le site appartient aux moines (de la Domerie) d'Aubrac. 

* En 1266, les moines autorisent les seigneurs de Belvezet et de Roquelaure à faire valoir leurs droits sur ce site.

* Vers 1370, durant la Guerre de Cent Ans, les Anglais attaquent et brûlent le château (certains historiens contestent ce fait à cause des homonymies régionales).

* Au 15ème siècle, le site est reconstruit.

* Vers 1581, pendant les guerres de religion, les habitants de Saint Chély et de Condoms ont l'obligation de monter la garde dans la tour (ou le château) pour prévenir des attaques des Huguenots.

* Au 16ème siècle, les murs sont percés de fenêtres.

* En 1656, une troupe commandée par le Chevalier de Saint Clément attaque et s'empare du château. L'inventaire de la grange fortifiée est le suivant :

- 2000 setiers de seigle,

- 200 bêtes à cornes,

- 9 paires de bœufs avec attelages

- 80 moutons,

- 5 pourceaux,

- 3 charretées de paille,

- 3 charretées de foin,

- Etc...

* Entre 1656 et 1657, le Chevalier de Saint Clément s'établit au château et pille la région avec sa troupe.

* En 1657, le maréchal des Logis Thomas, à la tête d'une petite armée, attaque le château, puis le reprend. Il capture 5 brigands qui seront jugés puis exécutés à Rodez.

* En 1658, un inventaire partiel mentionne la présence dans le château de :

- 67 vaches,

- 4 taureaux âgés de 4 à 5 ans,

- Etc...

* Au début du 19ème siècle, la famille Taulon possède le site.

* Au 20ème siècle, la tour est consolidée puis rendue habitable par ses nouveaux propriétaires.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Saurez vous donner un âge à cette tour ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Partager cet article
Repost0