8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 07:30
     
michel-j-01  

 

  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

 

Département 76 - SEINE MARITIME

  Façade Est donnant sur le parc et les dépendances

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Saint Maurice d'Ételan est située à 33km à l'Est de Le Havre, à 30km à l'Ouest de Rouen et à 15km au Sud-Est de Bolbec.

 

  Coordonnées du château :

49° 28' 01" N 00° 37' 40" E
 49.466925°  0.627809°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Introduction

* Entreprise dans les dernières années du XVème siècle, la construction du château d'Etelan nous propose une très remarquable réalisation Renaissance en Haute-Normandie.

* Sa situation en surplomb des boucles de la Seine entre Tancarville et Caudebec et la beauté de son parc servent à merveille cet ensemble qu'il faut absolument aller voir.

 

 

Entrée de la chapelle et le pavillon Renaissance italienne abritant l'escalier

 

Une architecture simple et complexe

* On n'imagine guère, après une existence aussi chaotique et un si grand nombre de propriétaires successifs, que le château d'Etelan puisse proposer une réelle unité architecturale.

* Toutefois, son admirable situation sur une terrasse boisée surplombant la vallée de la Seine, en garantit le charme.

* En fait, il comporte deux corps de logis d'épaisseurs inégales, aux soubassements en pierre et bancs alternés de brique et pierre en élévation, réunis entre eux par un vaste pavillon en pierre abritant un escalier, éclairé par neuf grandes baies en plein cintre apportant une touche italienne dans cet ensemble de la Renaissance cauchoise.

 

 

 

Bâtiment annexe

* Avant d'entrer dans le château d'Etelan il faut s'attarder sur cette jolie maison du 16ème siècle qui faisait partie des dépendances du château.

L'imposant tilleul n'est-il pas

lui-même d'époque?

* Ne manquez pas de rendre visite aux châtelains.

* Leur accueil est des plus sympathique et, de surcroît, vous y découvrirez l'incroyable beauté de la vue sur la basse Seine que l'on découvre de la terrasse Ouest.

 

Une jolie dépendance du château

 

 

L'intérieur :

La chapelle

* Commençons la visite intérieure du château par la chapelle, intégrée dans celui-ci à son extrémité nord.

* Cette chapelle a conservé ses aménagements intérieurs du 16ème siècle.

* Des fresques anciennes, sur les murs surplombant l'autel, ont été récemment mises à jour.

* Ces deux statuaires : Marie et Joseph, à gauche de l'autel, et la Vierge en lactance, à droite, sont également du 16ème siècle.

* Aussi du 16ème siècle, ces fresques murales qui constituent le mur du fond de l'autel.

 

 

 

Salon et salle à mangerUn gracieux mannequin se mire dans le Psyché d'une chambre réaménagée du 1er étage

* A l'intérieur, on admirera le grand salon à rez de jardin avec sa cheminée monumentale et la puissante ossature du plafond, ainsi que la salle à manger attenante, toutes deux offrant une vue inoubliable sur la vallée de la Seine.

 

 

 

L'étage

* Au 1er étage, la grande pièce au dessus du salon sert de cadre à des expositions temporaires ou à des concerts.

* Des photos, prises lors de l'acquisition des lieux par la famille Boudier, situent l'état de délabrement intérieur du château après la seconde guerre mondiale et le travail accompli pour en effectuer la restauration.

* On ne s'étonnera pas de l'aspect flambant neuf du parquetage au sol de la pièce.

 

 

 

La chambre

* Si l'on est sûr que Catherine de Médicis a couché à Etelan avec son fils, on ne peut que supposer que ce fut bien dans cette chambre, à l'extrémité sud du château.

* Tout comme dans la grande pièce qui sert maintenant aux expositions, le parquet n'est évidemment pas d'époque, pas davantage que le mobilier.

 

 

 

Hommage

* Saluons néanmoins l'effort entrepris par les actuels propriétaires pour, à tout le moins, en avoir restitué l'ambiance.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 14ème siècle, construction d'un château fortifié.

* En 1475, le Roi de France Louis XI (voir liste des rois) séjourne au château.

* A la fin du 15ème siècle, le roi de France ordonne la destruction du château. Il ne subsiste qu'un mur d'enceinte et la maison des gardes,

* En 1494, à l'emplacement du vieux château fort, Louis Picard, ami du cardinal d'Amboise, entreprent la construction de l'actuel château.

* En 1520. François Ier (voir liste des rois), pour vérifier l'état d'avancement des travaux de construction des fortifications du Havre, dort au château.

* Au milieu  du 16ème siècle, par alliance, le château échoit au maréchal de Cossé-Brissac.

* En 1563, le jeune Charles IX et sa mère Catherine de Médicis, sont reçus au château , ceci dans sa vaine tentative d'apaiser les dissensions entre catholiques et protestants par ses voyages en province. Profitant de cette visite à Etelan, la Régente proclame, avec un an d'avance, la majorité du roi.

* Au 17ème siècle, le château appartient aux d'Espinay Saint Luc.

* En 1714, le château est acheté par la famille Hénault qui y aurait reçu Voltaire vers 1723-1724.

* A la fin du 18ème siècle, par alliance, le château appartient au Comte (voir titre de noblesse) de Jonzac. Il entreprend une restauration.

* A partir de 1814, sous la Restauration, le marquis de Martainville est propriétaire du site.

* Vers 1852, durant le second Empire, le château est possession de la famille de Boishébert

* A la fin du 19ème siècle, le maire de Bolbec, Auguste Desgenetais achète le château.

* Durant la seconde guerre mondiale, le château est partiellement détruit.

* En 1941, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* En cette deuxième moitié du 20ème siècle, les propriétaires restaurent et consolident l'édifice.

* A partir de 1978, avec le soutien de l'Association des Amis du Château et des autorités administratives locales, le château est restauré.

* Au 21ème siècle, la visite du château est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

 

Catherine de Médicis a-t-elle dormi dans ce lit ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime

Partager cet article

Repost0
6 novembre 2017 1 06 /11 /novembre /2017 15:05

 

 

Département :  11 - AUDEAu milieu des vignes, un château médiéval m'attend.

 

 

 

Le bourg :

   Situation (--> le voir sur la carte)

       Ce château inconnu (ou presque) est situé à 50km au Sud-Est de Carcassonne, à 40km au Sud-Ouest de Narbonne, à 25km à l'Ouest de Leucate (voir son château), à 5 km à l'Est de Tuchan et à 2 km du renommé château d'Aguilar.

 

    Coordonnées du château :

42° 53' 54" N02° 44' 51"  E
 42.898352° 2.747489°

 

 

 

Le château :

         L'extérieur :

Comment le trouver ?

* Aucun panneau sur la route (RN611) indique sa présence, mais un castellologue "extraordinaire" comme moi (heu... c'est mon blog donc j'ai le droit de dire des bêtises  ) ne pouvait pas manquer ce rendez-vous avec une ruine qui a vu les Cathares et surtout les Espagnols. Est ce un château ou un simple mur ?

* Le site castral se cache dans les vignes.

* Mon nez de fin limier (il est vrai aidé par un viticulteur) l'a déniché dans la brume matinale de fin d'été.

* C'est en chantonnant que  j'attends le levé du soleil.

 

 

1ère analyse

* Mon premier étonnement, c'est la position "défensive" du château. 

*  Cette construction n'est pas implantée sur la petite butte toute proche, comme le sont, dans une région vallonnée, tous les sites défensifs de l'époque médiévale.

* Le château est en fond de vallée, dominé par des collines.

Curieuse stratégie militaire !

 

 

2ème analyse

* Autre curiosité pour un "château de plaine" : L'absence de fossé autour.

Mais peut être a-t-il été comblé avec le temps

pour agrandir les terres à vigne ?

* L'extérieur est une vaste enceinte à plan polygonal irrégulier.   Ce château a résolu la quadrature du cercle

A - Les murs font 1 mètre d'épaisseur et presque 1,5 mètre au Nord-Ouest, coté le plus proche de la colline.

B - Le mur Est est complètement effondré, je dirais : "Explosé".

Sont ce les Espagnols qui ont commis cet acte ?

C - Le mur coté Ouest comporte de très nombreuses ouvertures sur 2 niveaux. Elles sont trop étroites pour des archères, j'opte pour des ouvertures de tir d'arme à feu, ce qui prouverait que ce château était toujours habité au 16ème siècle.

D - La porte d'accès devait être sur le mur Est.

 

 

         L'intérieur :

La cour

* Il ne reste aucun bâtiment à l'intérieur de la cour. Conséquence, ce "vide" fait apparaître les entrailles encore plus grandes.

* En regardant de plus près dans la végétation, je peux apercevoir des fondations de murs appuyés à l'enceinte. Ce sont sûrement les vestiges des bâtiments de "stockage".

* A bien regarder cette ruine, il me parait impossible que cette "forteresse" soit une construction pour un seigneur.

* Ce devait être une protection pour les viticulteurs du village et les troupeaux, et pour marquer le territoire. 

* Sur le coté Nord-Nord-Ouest du mur, j'observe un grand arc de décharge.

Était ce l'emplacement de l'église ?

 

 

Le donjon

* Au centre, les vestiges du donjon tentent de survivre aux attaques des ronces.

* Non, ne rêvez pas, point d'immense tour ici. 

* Il ne reste que l'emplacement et quelques pierres.

* Il y en avait bien un donjon, mais pas assez large pour servir d'habitat.

* Ce devait être surtout une tour de guet, et peut être un bâtiment de protection ultime en cas d'invasion.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle (876 ?), des écrits nous apprennent que le lieu de Domneuve est connu.

* Vers l'an 1000, un testament cite le "allodam de Domneuve" appartenant à l'archevêché. Un village est établi au pied du château.

* En 1177, le château semble appartenir à Pierre de Domneunova.

Est ce le début d'une seigneurie familiale ?

* En 1262, l'abbaye fortifiée de Fonfroide possède le domaine.

* En 1315, ce petit château appartient maintenant à la famille de Nouvelles (voir son château).

* En 1204, l'église du village dépend de la paroisse de Saint Barthélémy.

* A partir de 1209, début de la croisade des Albigeois :  Aucune mention faite sur la prise par la force de ce domaine. Il est vrai que les forteresses  importantes encadrant ce petit château se sont rendues aux croisés de Simon de Montfort. Il parait logique que Domneuve n'ait pas cherché le combat avec si peu d'argument de défense.

* Au 16ème siècle, une incursion Espagnole laisse des traces sur ce petit château.

* Au 17ème siècle, il semble qu'une nouvelle incursion Espagnole sonne le glas du château et peut être même du village.

* Au milieu du 17ème siècle, la carte de Cassini indique que ce lieu est ruiné.

* Au 21ème siècle, la visite est libre et gratuite. Attention toutefois aux pierres peu stables et aux reptiles.

 

 

Les parois intérieures ont été remplacées par une dense végétation

 

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 11Vers Menu châteaux de l'Aude

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

Le rempart est si peu haut... que je pourrais le franchir même avec mon armure.

 

 

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Bozas est située à 60km à l'Est de Le Puy en Velay, à 20km au Nord-ouest de Valence, à 16km à l'Est de Tournon sur Rhône (voir son château) et à 4km au Nord-Ouest de Boucieu le Roi (voir sa maison forte).

 

   Coordonnées du château :

45° 03' 20" N 04° 39' 00" E

 45.0556038°

 4.650148451°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

La découverte

* En arrivant sur le parking extérieur de Bozas, je suis déjà dans l'ambiance grâce à un long rempart en pierre et plusieurs rondes tours défensives.

Voyez vous l'ouverture pour arme à feu ?

* Bien qu'il me soit impossible de définir si l'ensemble est d'origine médiale ou récente, je piaffe d'impatience en découvrant les premières pierres de cette commune posée sur un plateau.

* L'angle du mur, curieusement dépourvu de tour, possède un système défensif.

Le voyez vous ?

Quelle cubique construction à étage

 

 

 

Aucune rondeur !

* Après avoir longé le long mur, je vois un enchevêtrement de formes cubiques.

* Quel curieux assemblage de bâtiments aux angles si droits.

Sont ce des reconstructions successives ?

 

 

 

Les détails pour tenter de comprendre

* La partie centrale, la plus haute, possède à mi-hauteur une fenêtre de la fin du Moyen Âge.

* Sous le toit, je crois voir (mais mon imagination est très fertile) des restes de créneaux ou d'ouvertures pour salle défensive.

* Une petit fenêtre, dont la superficie a été diminuée après sa construction, semble coincée par le mur d'un autre bâtiment. Ma théorie de bâtiments ajoutés se confirme.

 

 

 

Bien que gommées, les fortifications résistent au temps

Les preuves que cette construction fut un château fortifiée

* Depuis la place de l'église, la façade ensoleillée montre, par petites touches, ses origines et sa fonction.

1 - A la base, les imposantes pierres trahissent ses origines médiévales (ou presque).

2 - Les consoles, ayant porté une échauguette, sont encastrées dans le mur. Cela prouve que le bâtiment a été modifié et agrandi.

3 - La preuve de cet agrandissement est visible proche des 2 petites fenêtres à meneau.

* Soudain, derrière votre écran je vous entends dire :

"Chevalier, point de défense nous voyons !"

* En plus des vestiges d'échauguette d'angle, il y a quelques fentes qu'il faut deviner sur les façades.

 

 

 

L'échauguette ne guette plus

 

 

L'intérieur :

Espoir

* Au bout d'une ruelle, le bâtiment semble me héler.

* Lentement j'avance vers lui. J'admire la fenêtre à meneaux en croix.

 

 

 

Hélas

* La porte est fermée.

* Le château a été divisé en plusieurs propriétés. Chacune n'est pas ouverte à la visite.

* Je me console en admirant le paysage.

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle, construction du château.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues et la place. Les propriétés privées et habitées ne sont pas visitables.

 

 

Quelle magnifique vue !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2017 5 27 /10 /octobre /2017 07:14

 

 

Département 30 - GARD

 

 

Est ce la timidité qui le force à se cacher dans la végétation ?

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Sauve est située à 40km au Nord-Nord-Est de Montpellier, à 28km au Sud-Ouest d'Alès et à 7km au Nord-Ouest de Quissac.

 

     Coordonnées du castellas :

43° 56' 19" N 03° 56' 59" E
 43.938638126°  3.94970968°

 

 

 

Le castellas : 

L'extérieur :

Elle est là haut !

* Depuis le bourg de Sauve, la ruine du Castellas, en bordure de falaise, est visible.

* Elle semble toujours surveiller la vallée.

* Elle paraît si proche que j'ai l'impression de la toucher.

* Hélas, ce n'est qu'une impression, monter il me faut.

 

 

Ce mur ne paraît point effrayant ni défensif

L'approche

* Le premier mur ressemble à un rempart.

* Je suis surpris par la piètre qualité de taille des pierres.

* Les pierres ne sont pas jointives. Cette construction ne peut pas être le château d'un puissant seigneur.

* J'opte pour une tour de guet.

* L'absence de système défensif m'étonne.

Est il si arasé ?

* En continuant mon ascension, je constate que bêtise j'ai pensée. Le mur possède de nombreuses fentes de tir.

 

 

Être au sommet

* Dans mon élan à grimper, je n'avais pas remarqué que j'étais au sommet.

* Au sommet... d'une tour, avec (pseudo) crénelage et nombreuses archères.

* Il n'est pas facile d'imaginer le bâtiment originel suite aux consolidations récentes.

* Ce site constitue un lieu privilégié pour la surveillance très large des vallées.

 

 

Voila un efficace poste de guet défensif

L'intérieur :

Prendre la porte

* Puisque je suis au sommet d'une tour, il semble évident qu'il y ait une base.

* Conséquence : Je redescends.

* Comme je le présentais, il y a une porte.

* Lentement, je la franchi.

 

 

L'antre défensif

* Comme ce site n'est point un château seigneurial, je ne m'attends pas à trouver des culs de lampe décorés soutenant la voûte ni de vaste cheminée aux piédroits sculptés.

* L'atmosphère est guerrière.

* Certains murs ont 3 fentes de tir, alors que d'autres en ont 4.

* Bien qu'il fasse frais en cette tour, je me dois de sortir pour visiter un autre château à un jet de flèche.

 

 

Le diporama du castellas est ici

 

 

 

Histoire du castellas :

* Au 11ème siècle, construction d'un château appartenant à la famille Bermond d'Anduze.

* Au 13ème siècle, pendant que son mari guerroie en Avignon, Blanche de Castille voit son amant, Bermond VII, au château (ceci fait partie des nombreuses légendes...peut être vraie).

* Au 17ème siècle, le Cardinal de Richelieu demande la destruction du site, devenu repère de Brigands.

* Vers 1703, Rolland, à la tête d'une troupe de camisards, prend le maquis dans le massif du Coutach. Le château de Roquevaire ayant été incendié, la troupe se replie dans le Castellas.

* En 1704, l’intendant du Languedoc Roussillon ordonne d’inclure le rocher du castellas dans les murs défensifs de Sauve. Il y fait construire une guérite.

* Vers 1859, les représentants de la commune souhaitent la démolition de la ruine du Castellas. Les paysans et les laboureurs s'y opposent car le site est utilisé pour définir l'heure (grâce à son ombre).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Quelle vue !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2017 2 24 /10 /octobre /2017 07:07

 

 

Département 24 - DORDOGNE

 Voyez vous le château médiéval ?

  

 

Le bourg :

     Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de La Tour Blanche est située à 45km au Sud-Est d'Angoulême (voir ses remparts), à 35km au Nord-Ouest de Périgueux (voir cette cité) et à 15km à l'Ouest de Brantôme.

 

   Coordonnées du château :

45° 21' 29" N 00° 24' 56" E
 45.3581138°  0.415743000°

 

 

 

Le château :

     L'extérieur :

La découverte

* Après avoir découvert l'incroyable donjon du château de La Tour Blanche, je me dirige vers le Sud-Ouest.

* Après 3 kilomètres, au pied du panneau de Jovelle, mon destrier pile et me quémande de descendre.

* Sachant qu'il a un flair pour dénicher les constructions médiévales, je lui fais confiance.

Curieusement je ne vois rien.

 

 

L'enquête commence

* J'ai l'impression que des pierres tentent de chasser les verts branchages.

* Je me déplace sur la gauche.

* Il y a un mur crénelé au loin.

* Que nenni, ce que j'ai pris pour un crénelage est en réalité des mâchicoulis sur une tour.

* A la base, il me semble voir une canonnière.

Quel magnifique mur défensif !

 

 

Une architecture défensive Rondeur et angle droit se marient harmonieusement

* En me déplaçant légèrement, mes yeux sont ébahis par le spectacle.

* Sur la gauche, une belle courtine en équerre portant les fantômes de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Au centre, une échauguette sur culot.

* Des ouvertures carrées sont disséminées sur la courtine et sous les consoles.

Sont ce des canonnières ?

 

 

Un bâtiment religieux ?

* Sur l'extrême droite, une blanche construction attire l'attention.

* Son toit applique à la lettre les règles de camouflage des snipers.

* Quelques contreforts plats rigidifient les angles.

* Pourtant j'arrive à voir une ouverture carrée ressemblant à celles de la courtine.

* Une archère cruciforme est visible à travers la végétation. Je pressens qu'il existe une chambre défensive dans cette construction.

* Sur la face étroite, une fenêtre trilobée me fait imaginer que la bâtiment fut une chapelle.

 

 

Synthèse

 

 

 

        L'intérieur :

   * La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle (ou 14ème siècle... les sources sont imprécises), construction d'un château fortifié. Il est possession de la famille Jéhan originaire du "Toulousain".

* Au 14ème siècle, une légende affirme que le Prince Noir séjourne au château. Le château est donc possession Anglaise.

* Entre le 14ème et le 15ème siècle, il semblerait que le château soit l'objet d'attaques des troupes Anglaises puis Françaises (à vérifier).

* Au 15ème siècle, le Roi de France (voir liste) Charles VII séjourne au château durant 4 mois.

* Au 16ème siècle, par mariage, le site est possession de la famille La Croix originaire du Nivernais.

* Au 17ème siècle, plusieurs travaux d'aménagement de confort sont réalisés (logis, puits etc...).

* En 1948, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de la propriété privée est interdite.

 

 

Une échauguette que je guette avidement

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 08:13

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Les vignes sont gardées par un puissant château fort

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Arras sur Rhône est située à 45km au Sud-Est de Saint Étienne, à 25km au Nord-Nord-Ouest de Valence, à 15km au Sud-Ouest d'Annonay et à 8km au Nord de Tournon (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

45° 08' 30" N 04° 48' 16" E
 45.14158615°  4.80441838°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

En territoire ennemi

* Après avoir visité le château-musée de Tournon, avec précaution je remonte le Rhône sur la rive droite.

Pourquoi "Précaution" ?

* En tant que Chevalier Dauphinois, j'appartiens en ce 13ème siècle au Saint Empire Romain Germanique. Je suis donc un "espion" en Vivarais, territoire du Roi de France (voir liste).

* Soudain, au dessus de la commune d'Arras, sur une colline à l'Ouest, en bordure de la rivière Ozon, je vois une ruine dont j'ai la représentation dans ma besace.

 

 

Sont ce les pierres du village médiéval ?

 

 

La montée vers mon Graal

* Un agréable chemin traversant les vignes, monte en pente douce vers le site castral.

* A l'approche du château, de nombreux murs en pierres sèches, certes utilisés de nos jours comme délimitation des champs, me font imaginer qu'un le petit village médiéval existait.

 

 

Le rempart (?)

* Un haut mur très vert tente de m'empêcher de rejoindre le château.

* Il est réalisé en pierres de petites dimensions et pauvrement équarries.

* L'épaisseur du mur me confirme sa fonction défensive (rempart ?).

* Avec précaution, je contourne cette "muraille" ne comportant curieusement aucune archère, ni trace de mâchicoulis (voir vocabulaire) et encore moins de crénelage.

 

 

 

Quel curieux emplacement pour un donjon

L'intérieur :

La haute tour

* En un bond, j'entre dans le château.

* De suite, la construction qui occupe mon attention est évidemment la tour maîtresse.

* Sa hauteur dépasse les 20 mètres

* Son diamètre extérieur approche les 7 mètres.

* L'épaisseur du mur de la tour oscille entre 1,3m à 1,6m (à vérifier).

* Elle est construite avec des moellons en granit pauvrement taillés.

* L'ouverture verticale ressemble à une archère. Je suis surpris par la largueur de cette fente.

Serait ce un puits de lumière ?

* Les multiples trous carrés sur la hauteur sont prévus pour la construction et la réparation de la tour. Ils sont nommés : Trous de boulin.

* Au sommet, jeun crénelage est visible. Son aménagement me parait suspect.

Est ce une reconstruction récente ?

* Grâce à fondement d'une paroi, il est possible de voir les entrailles de la tour maîtresse.

* L'étage visible est voûté en coupole. L'orifice au plafond pour permettait, par une échelle rétractile en bois, de monter et descendre. Ce système de circulation dans les tours étroites était classique.

Avez vous regardé la fente verticale ?

* Elle est située trop haut du sol pour être utilisée comme archère. Ce serait donc un puits de lumière.

* Mais... un puits de lumière possède un plan incliné en partie basse.

Est ce une erreur suite aux consolidations récentes ?

 

 

L'intérieur du château est riche.... en ruines

Logis, communs..... Que de vestiges !

* Pour mieux comprendre la tour maîtresse, je prends un peu de recul et...

   ... oups, j'ai failli tomber.

* Le sol est jonché des restes de mur, de pierres provenant des vestiges, de trous......

* Je suis dans la partie de vie du château.

* Bien que je ne sois pas capable d'identifier la fonction exacte de chaque pan de mur, il semble évidement que je suis face aux communs et logis.

 

 

Curieuse... curiosité !

* Pensant avoir tout vu, lentement je prends le chemin du retour quand je suis interloqué.

Que pensez vous de ce mur si près de la tour ?

* J'ai l'impression que le donjon était enchemisé.

Me trompe je ?

* Tout en réfléchissant sur mon hypothèse, je pose mon séant sur une pierre plate pour admirer le paysage.

* Le plaisir de regarder au loin mon Dauphiné (sur la rive gauche du Rhône) m'a fait perdre la notion du temps. La nuit vient de tomber.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

La date de construction du château est inconnue.

* Entre 1160 et 1191, Guillaume d'Arras est cité dans plusieurs textes comme négociateurs entre plusieurs belligérants.

* En 1223, Jocerand d’Arras est cité comme témoin dans un conflit.

* En 1266, Silvion d’Arras et sa femme Béatrice donnent au Dauphin du Dauphiné (voir liste) la seigneurie d'Arras. Ce dernier leur rend terres, château et péages (à vérifier).

* En 1285, Silvion d’Arras est père de 2 filles, Alysia et Philippa. Il décide de vendre son péage d’Arras à ses 2 gendres.

* En 1287, Jocerand d’Arras, fils de Silvion d’Arras, devient seigneur d'Arras.

* Vers 1323, Ponchon d’Arras détient la moitié de la seigneurie d'Arras. C'est peut être à cette époque que le château posséda 2 tours :

- La tour carrée, aujourd'hui disparu.

- La tour ronde et blanche, dont la silhouette est visible en notre siècle.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Veuillez respecter les vignes et les plantations. Soyez prudents car le risque de glisser ou de recevoir une pierre n'est pas nul.

 

 

Quelle magnifique vue sur mon Dauphiné, au loin

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 06:46

 

 

Département 30 - GARD

La petite tour me fait tourner la tête !

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Pougnadoresse est située à 40km au Nord-Est de Nîmes, à 35km à l'Est d'Alès et à 12km au Sud-Ouest de Bagnols sur Cèze (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 05' 35" N 04° 30' 28" E
 44.093099°  4.5079055°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La découverte

* Au Nord du bourg, proche d'une rupture de terrain, un château se dore au soleil.

* Il est amusant de constater que la roche est si dure qu'elle n'a pas été aplanie malgré les siècles et la modernisation.

* A certains endroits, le rocher dépasse les maisons.

* Je pressens que le château, construit avec une pierre de schiste, aura ses parements très bruts.

 

 "Adores tu mes rondeurs Chevalier" me demande la tour

Rempart

* Le rempart extérieur, bien qu'un peu arasé, montre une belle hauteur.

* Les angles ou les rupture de linéarité sont protégés par des tours tondes.

* Certaines possèdent un crénelage que je pressens avoir été reconstruit au siècle dernier.

* D'autres ont été transformées en pigeonnier.

* Ce rempart, composé de pierres aux couleurs variées dont la taille est (comme je le pensais) variable, montre parfois une canonnière.

 

 

Le château habitable et défensif est derrière

Voyez vous à l'arrière le puissant château ?

* Je vous sens perdu. Pourtant l'architecture est assez classique.

* Un château habitable proche de l'à-pic, puis un rempart coté le plus vulnérable.

* Lentement, je contourne le site.

* Le confort moderne a fait ouvrir de nombreuses fenêtres.

* Quelques détails m'amusent :

- Le parement d'angle parfait bien que conçu avec des pierres à bossage.

- L'arasement de la tour donnant un toit en pente.

- L'ajout d'un bâtiment collé à la tour (la qualité des pierres est différente).

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

* Je me console en découvrant le paysage depuis les rochers bruts.

 

 

La diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château  :

* Au 12ème siècle, le castrum de Pugnaduritia appartient à Bermond 1er seigneur d'Uzès.

* En 1156, une charte du Roi Louis le Jeune mentionne la présence d'une glacière dans le tour défensive.

* En 1257, un texte cite le castel vieil.

* En 1286, un texte fait état d'une prison au château (à vérifier).

* Au 14ème siècle, le site est possession de plusieurs co-seigneurs.

* En 1503, les co-seigneurs rendent hommage au Roi de France (voir liste).

* En 1550, l'une des familles de co-seigneurs se nomme : Le Chantre.

* En 1594, Honoré de Chantre est le seul propriétaire du château. Il est vassal du Duc d'Uzès.

* Au 17ème siècle, le Cardinal de Richelieu ordonne la démolition de l'entrée fortifiée.

* En 1645, Gondain Servezanne attaque et pille le château de son beau frère, Jean Le Chantre.

* En 1780, par mariage le château est propriété de Jean François de Sorbier de la Condamine.

* Vers 1792, les Révolutionnaires attaquent et pillent le château.

* Au début du 19ème siècle, le château peu habité se dégrade.

* Au 19ème siècle, Jules de Sorbier de Pougnadoresse entreprend de nombreux travaux de consolidation.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite. Veuillez respecter la tranquillité de la famille Sorbier de Poygnadoresse.

 

 

En passant la porte, je suis emporté dans l'époque médiévale

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2017 5 13 /10 /octobre /2017 07:55

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

Je suis déjà amoureux de cette vieille dame fortifiée

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Accons est située à 60km au Sud de Saint Étienne, à 40km à l'Ouest de Valence, à 22km au Nord-Ouest de Privas et à 3km au Sud-Ouest de Le Cheylard (voir ce château).

 

   Coordonnées du château :

44° 53' 22" N 04° 23' 59" E
 44.889439°  4.399887°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Le choc

Elle est si belle... Suis je dans un rêve ou la réalité ?

* Dans une de mes brochures sur le Département de l'Ardèche, il est noté que le château de La Mothe (orthographe différente) est considéré comme un chef d’œuvre de l'art militaire médiéval du Vivarais.

* C'est donc au triple galop que je me rends en cette commune.

* Soudain, au Nord-Est d'Accons, une merveille s'offre à mes yeux.

 

 

Je deviens fou

* Je vois d'abord sa tour d'angle.

* Puis je me dépêche pour dévorer sa façade.

* Puis je courre vers le coté Est proche du ruisseau.

* J'ai envie de l'embrasser, de la serrer, de la dominer, de la....

.... Si vous voulez me comprendre lisez cet article.

* Voulant comprendre cette merveille, il faut que je retrouve ma quiétude de Chevalier Castellologue Amateur.

 

 

Quelle fascinante échauguette d'angle

La façade Est

* La découverte commence sur coté Est, proche d'une petite rivière se jetant dans la Dorme.

* Cette façade m'étonne pour plusieurs détails :

1 - Entre le bas et le haut du mur, la disparité de dimension et de type de taille des pierres m'intrigue.

Est ce du à la création de communs au 16ème siècle ?

- La partie basse ressemble à un mur de repart médiéval dont je distingue les pierres à plusieurs endroits sur la périphérie du château.

- La partie haute possède une jolie petite fenêtre..... qui ne ressemble pas au puits de lumière pour des communs.

Quel est ce mystère ?

2 - Au sommet, sous le toit actuel, les petits trous me font penser à des.... heu....  ouvertures de surveillance ou de tir pour le chemin de ronde couvert.

Qu'en pensez vous ?

3 - A l'angle, ma fascination est à son comble pour l'incroyable échauguette.

- En plus de pouvoir observer l'horizon et défendre 2 cotés de courtine, elle assure la défense dans l'angle mort.

- Cette échauguette est accessible par le chemin de ronde.

 

Le guetteur est parti manger... Je vais continuer mon espionage

 

 

La façade Ouest

* La courtine opposé est hélas cachée par des arbres très feuillues.

* En me contorsionnant, tout en respectant la propriété privée, je peux voir de nombreuses bretèches, qui ne protègent aucune porte (que cela est curieux !).

Pourquoi n'y a-t-il pas de mâchicoulis (voir vocabulaire) ?

* Entre chaque bretèche, plusieurs fentes de tir m'informent que ce château fut construit (ou réaménagé) à partir du 15ème siècle.

 

 

Pourquoi des bretèches au lieu de mâchicoulis ?

Les fascinantes rondes tours

* Les 3 tours circulaires me subjuguent.

* Elles sont positionnées aux angles dont les façades ne sont pas protégées par le ruisseau.

* Les 2 plus puissantes sont aux angles Nord-Ouest et Sud-Ouest.

Nota : La tour Nord-Est (à gauche) semble avoir perdue son caractère défensif.

* Elles possèdent de fines fentes de tir réparties de façon asymétrique sur la hauteur et sur chaque tour.

* Les nombreuses bretèches au sommet me surprennent.

* Le plus étonnant est que ces constructions en encorbellement soient de largeurs différentes soutenues par 2 ou 3 consoles doubles.

Pourquoi cette asymétrie ?

 

Que d'énigmes en ce château !

 

 

Encore des surprises

* Je me décale (coté façade d'entrée) pour comprendre comment les défenseurs entraient dans le chemin de ronde des tours.

* Je remarque 2 surprenantes architectures.

1 - Une construction en "encorbellement" a été aménagée dans l'angle pour passer du logis (à droite) au chemin de ronde de la tour. Je subodore que cette "verrue" soit un escalier (ou quelques marches).

2 - Une ouverture a été pratiquée dans la paroi proche de la courtine. Ce n'est pas un puits de lumière (puisque la pente en est bas), mais une arquebusière ou un ouverture pour arme à feu permettant de tirer en bas pour défendre la porte d'entrée.

 

 

Voici une vraie façade d'entrée de château fort

Une entrée.... surprenante

* Comme vous le constatez, l'entrée se situe entre la puissante tour ronde et l'échauguette (vue au début de cet article).

* Le bâtiment avancé sur la droite est une construction récente.

Comment le sais je ?

* Cette petite construction bouche partiellement une belle ouverture médiévale.

* Les 2 ouvertures verticales rebouchées sont évidemment les fentes des flèches de manœuvre de l'unique pont levis (voici un exemple avec 2 ponts).

* Au niveau de la salle des gardes, une ouverture inclinée vers le bas permet la défense de l'entrée avec des armes à feu.

 

 

Questionnement

* En comptant celles des tours, le château comporte 13 bretèches.

Pourquoi n'avoir point construit des mâchicoulis ?

* En observant la façade d'entrée, je remarque des pierres en encorbellement.

Sont ce les vestiges de l'unique façade à mâchicoulis ?

 

 

L'intérieur :

Vais je conquérir ce château ?

* Avec précaution, j'avance vers l'entrée.

* Une ravissante damoiselle sort par la porte fortifiée pour monter dans son carrosse à essence.

* Avec un charmant sourire (auquel je ne peux résister) elle m'informe que le site privé n'est pas visitable, même pour un beau, fort, intelligent, raffiné et galant Chevalier Dauphinois.

 

 

Je suis un "poor lonesome knight"

* Ce château est si extraordinaire, si unique, que ne point entrer n'est pas une frustration.

* Grâce à ce plan, je comprends que le château s'articule autour d'une cour intérieure.

* L'accès aux étages du logis est réalisé par une tour escalier dans l'angle intérieur des 2 constructions en L. Cette tour est visible depuis l'extérieur.

* Je décide de reprendre seul ma route castrale comme mon ami lointain Lucky Luke.

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 15ème siècle, construction du château. Il appartient à la famille Lévis.

* A la fin du 16ème siècle, des communs et écuries sont aménagés coté Est en bordure de la rivière.

* En 1635, après les guerres de religion qui ont divisées la France, Saint François Régis souhaite reconvertir les villages Protestants au Catholicisme. Pour démarrer son périple, il loge au château.

* En 1645, la famille Bayles possède terres et château. Le Marquis est bailli de La Motte-Brion.

* En 1661, les nouveaux propriétaires se nomment : Sassenage.

* Au 18ème siècle, le site est possession de la famille Vogüé.

* En 1818, le site appartient au Marquis (voir titre de noblesse) de Bozas.

* En 1944, le château est incendié par une troupe Allemande.

* Durant la deuxième moitié du 20ème siècle (à partir de 1964 ?), les propriétaires actuels, Saléon-Terras, restaurent ces vieux murs de notre histoire.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de la propriété privée n'est pas possible. Veuillez respecter le silence du site et la quiétude des habitants.

 

 

Quel magnifique château fort !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 07:45

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

Quel charme intemporel !

 

 

Le bourg :

     Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Montjaux est située à 55km au Nord-Est d'Albi, à 45km au Sud-Est de Rodez et à 15km à l'Ouest de Millau (voir son beffroi).

 

     Coordonnées du château "bas" :

44°  06'  07" N 02° 53' 57" E
 44.101983°  2.899292°

 

 

 

Le château bas : 

L'extérieur :

La découverte

* En ce jour ensoleillé, il me vint à l'esprit de ne pas commencer ma visite par le château "vieux", dont les ruines presque inexistantes sont situées sur la colline, mais par le château "neuf" situé dans la vallée.

Vais je le trouver ?

* Le bourg étant si petit qu'il n'est point difficile de trouver le château sur l'axe principal.

 

 

Hooo, un cube avec des cotés arrondis

L'analyse 

  * La construction a la forme d'un parallélépipède.

  * Les 4 angles sont pourvus de rondes tours.

  * Curieusement, les tours ne possèdent point d'archère, ni de crénelage, ni de mâchicoulis (voir vocabulaire).

  * Mais en observant les pierres, je remarque un détail :

Voyez vous une fente de tir bouchée ?

  * Les courtines, dépourvues de système défensifs, possède de nombreuses fenêtres avec volets aménagées plusieurs siècles après sa construction.

  * Quelques trous de boulins prouvent l'ancienneté due la construction.

  * Bien qu'elle ait été modifiée sur l'ordre de Richelieu, la façade principale garde une rigueur militaire, hélas dépourvue de système défensif.

  * La porte avec fronton à arc brisé date du 17ème siècle.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable. 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire des châteaux :

* Au 12ème siècle, un château est construit au sommet de la colline. Il appartient au Chapitre de Brioude.

* En 1217, le Comte (voir titre de noblesse) de Rodez achète la seigneurie. Une famille éponyme habite le château fort.

* A la fin du 15ème siècle, la famille Montjaux quitte le vieux château inconfortable sur la colline et fait construire dans la vallée, proche des maisons, un château "moderne".

* Au 16ème siècle (1527 ?), le site est possession de la famille Prévinquières. Cette famille fait construire un "nouveau château" (est ce celui-ci ?).

* Au 17ème siècle (1625 ?), le château est embelli puis aménagé suivant les obligations ordonnées par Richelieu : Abaissement des tours, démilitarisation, etc.

* En 1742, le château appartient à la famille Rech.

* En cette fin de 18ème siècle, après un procès, le château appartient à la famille Raymond.

* Après la Révolution Française (au 19ème siècle), le site est possession de la famille Vernhettes.

* En 1912, les Petits enfants de Maurice Vernhettes rétrocèdent le château à Jean Guibal,. C'est un des petits fils d'Amédée Vernhettes.

* En 1978, le château "bas" est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Le charme de ce château n'est pas dans ses systèmes défensifs inexistants

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 06:50

 

 

Département :  38 - ISÈRE

Ce petit chemin, qui sent la noisette.....

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

        La commune de Le Touvet est située dans la vallée du Grésivaudan à 30km au Sud de Chambéry, et à 28km au Nord-Est de Grenoble.

   Le château est à moins de 2 kilomètres à vol d'oiseau au Sud-Ouest de Le Touvet, vers le centre de la parcelle n° 156 - section A2, à 564 mètres d'altitude.

 

   Coordonnées du château :

45° 21' 01" N 05° 56' 01" E
 45.350337°  5.933532°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Que la randonnée est belle en MON Dauphiné !   Le chemin se rétrécit, la ruine est proche

* Je ne veux point être chauvin, car un Chevalier se doit d'être toujours objectif, mais les randonnées de printemps en vallée du Grésivaudan sont les plus belles du Royaume de France. D'ailleurs, ce n'est point le fils aîné du Roy, nommé Dauphin (voir la raison) donc parfait, qui me contredira.

* En cette province merveilleuse, dans la vallée la plus belle, je marche lentement sur un magnifique chemin sentant toutes les odeurs capiteuses de la vie.

* Dans cette ambiance paradisiaque, la dense foret écarte ses arbres pour créer un chemin et me laisser passer.

* Soudain, comme par magie, une forme en pierre se montre au sommet de la colline.

* C'est avec le plus grand respect pour ce château parfait (en toute objectivité) que je m'avance.

* Savoir que je vais mettre mes chausses dans un des châteaux du "fameux" Baron des Adrets me fait venir la larmounette !

"Allons Chevalier, ressaisis toi !" me souffle ma muse.

 

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

Que c'est beau un château Dauphinois !

* Une beauté se mérite. Il faut donc monter par un sentier qui n'est pas celui de l'entrée médiévale.

* Je découvre coté Nord un mur fait de pierres mal ajustées et pauvrement équarries.

* Pour ne point vous perdre en cette ruine, je vous propose de consulter le plan avec la représentation possible (imaginée par Eric Tasset) du château durant sa splendeur.

* J'oblique un peu vers le Nord-Est et là..... je vois des pierres magnifiques, sublimes.

(Rappel : Je reste objectif

même devant un château Dauphinois).

* Devant j'offre à mes yeux d'amoureux l'angle du donjon.

* Encore un petit effort et les entrailles de cette beauté seront à moi.

 

 

Est ce le logis ?

L'intérieur :

Que la végétation Dauphinoise est magnifique !

* Ici, je vois... heu... un mur.

* Là, le vois.... heu.... la grande tour d'entrée (?).

* Et aussi, devant moi... heu.... un long mur.

* Oups... je ne vois "rien"..... Il faut que je cherche quelques détails.

 

 

Que les détails Dauphinois sont riches !

* Dans un des angles d'une tour (c'est ce que je suppose), un trou carré apparaît.

* Sur le mur adjacent, le même type de trou s'offre à mes yeux ébahis.

Quelle est la raison de ce gruyère ?

* Vous êtes si intelligents mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteurs que vous avez hurlé ensemble :

"Chevalier, ce sont des trous de boulin !"

* Pour ceux qui n'ont point crié, je vous propose l'explication ici --> CLIC.

* Ces trous ne pouvant pas être au niveau du sol, j'imagine les mètres de terres qu'il faudrait enlever pour retrouver le niveau original.

 

Voyez vous la magnifique cheminée ?

 

Toujours plus de détails Dauphinois  !

* Vous remarquerez que les Dauphinois adore la nature.....

......... ils en mettent partout dans les ruines (hihihihi).

* C'est dans cette jungle Dauphinoise, (l'une des plus belles du monde évidemment) que je progresse à la recherche d'indices de vie.

* Soudain, je suis en pâmoison.

Voyez vous cette merveille ?

* Ceci est le piedroit sculpté d'une belle cheminée.

* Je suis donc dans le logis seigneurial au premier étage.

* Je rêve qu'une association de sauvegarde entame des fouilles dans les étages inférieurs.

 

 

Je suis le gratin.....Dauphinois  !

* Toutes ces merveilles Dauphinoises m'ont mis en appétit.

* Je reprends le chemin du retour en rêvant déjà d'un merveilleux gratin.... Dauphinois bien sur.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1080, Humbert de Beaumont est cité. Il est probable qu'il réside en ce lieu, mais le château n'est pas décrit.

Est ce une forteresse en bois ?

* A la fin du 12ème siècle, construction probable d'un château en pierre (supposition faite par les archéologues).

* En 1340, Amblard Ier, souvent nommé Le Grand Amblard, vassal du Dauphin (voir liste) rebâtit (agrandit ?) le château.

* En 1375, Amblard Ier décède.

* Au 16ème siècle, François de Beaumont, Baron (voir titre de noblesse) des Adrets, parfois nommé "L'Attila du Dauphiné", améliore le système défensif du château en créant des canonnières.

* Au 17ème siècle, la château est en ruine.

* Au 19ème siècle (1835 ?), Victor Cassien immortalise les ruines du château de Beaumont.

* Au début du 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le site castral n'est pas sécurisé, les pierres roulent au sol et les feuilles mortes cachent quelques pièges (trous, rochers glissants, etc...).

 

 

Quel beau mur de courtine

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38

Vers Menu châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0