28 décembre 2017 4 28 /12 /décembre /2017 08:54

 

 

 Département 12 - AVEYRON

 

 

Une paroi gigantesque m'accueille

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Selve est située à 35km au Nord-Est d'Albi, à 30km au Sud de Rodez à 10km au Nord de Réquista.

 

     Coordonnées de la commanderie :

44° 06' 38" N 02° 32' 12" E
 44.11074479°  2.5366938114°

 

 

 

La commanderie :

L'extérieur :

Préambule

* Durant mes vacances loin de mes terres Dauphinoises j'essaie de voir le maximum de sites fortifiés d'origine médiévale.

* Donc, je me lève très tôt, je me couche très tard et je me dépêche entre chaque découverte.

* Parfois, ma précipitation m'empêche de prendre le temps de regarder et de comprendre.

* Et quelquefois, je ne prends pas le temps de photographier correctement ni de vérifier que mes images soient représentatives.

* Conséquence : En cette cité, mes photos sont minimales et ne traduisent pas correctement la commanderie.

* Je vais donc tenter de vous faire rêver avec.... peu.

 

Des murs massifs

 

L'arrivée

 * Les premiers bâtiments que je rencontre sont cubiques, sans recherche d'esthétique.

 * Les pierres des parements sont de dimensions diverses, pauvrement taillées et peu jointives.

 * Seuls les parement d'angles semblent avoir fait l'objet d'attention.

* Des fenêtres semblent avoir été ouvertes après la construction des bâtiments.

* Une massive construction crénelée semble posséder un escalier intérieur.

 

Eglise ou....

* Soudain une autre cubique construction me barre le passage.

* Les fenêtres sur la gauche m'informent que ce doit être une église.

* Mais en face de moi, je vois une construction crénelée ressemblant à une tour.

* L'ensemble étant si reconstruit que je doute de l'origine médiévale du système défensif.

* En ses entrailles, je vois plusieurs... heu.... mosaïques ?

 

 

Je prends la porte Une des rares portes fortifiées ayant survécu

* Mon errance dans les ruelles me fait découvrir quelque curiosité architecturales.

* Ici, je vois le piédroit d'une porte.

* Là, je vois.... une porte dont l'encadrement me semble ancien.

* Et enfin, un arrachement de mur.

 

 

Il faut déjà partir

* Par moment, je chausse mon chapeau de paille de touriste pour admirer l'architecture des maisons qui datée du Moyen Âge.

* En marchant dans la route principale, j'arrive devant une porte fortifiée.

* La salle des gardes au dessus a été transformée en habitation.

* Vantail, herse, assommoir, archère ont disparu.

* Je quitte cette cité avec sa commanderie en franchissant le pont fixe.

 

 

Le diaporama de la commanderie est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la commanderie :

* En 1150, Guillaume Alaman, seigneur de Bégon, donne des terres à La Selve aux "Pauvres Chevaliers du Christ et du Temple de Salomon". Les Templiers établissent une commanderie.

* En 1172, Adémar de Cadars donne tous ses droits sur la localité à l'Ordre du Temple.

* Durant le 13ème siècle, la puissance de la commanderie s'accroit par l'acquisition de terres (don et achat) à  Bégon, Rullac-Saint-Cirq, Auriac-Lagast, Tanus (1263), la Clause, Broquiès, Ayssènes, Faussergues et à Lautrec.

* En 1307, le Roi de France (voir liste) Philippe le Bel.

* En 1580, durant les Guerres de Religion, les Calvinistes attaquent la florissante cité. Le château et la commanderie sont brûlés.

* Au 17ème siècle (en 1609 ?), le château est partiellement reconstruit par Hercule de Vintimille. Il est constitué d'un corps de logis et de 4 tours carrées (une tour ronde existerait).

* EN 1788, le château est possession de Victor Nicolas de Belmont Vachou.

* Vers 1792, les Révolutionnaires, comme souvent, détruisent partiellement le site "historique et symbole de temps anciens".

* En 1793, le château est vendu à Louis Rouvellat.

* Au milieu du 19ème siècle, le château composé de 2 tours, dont une partiellement arasée, est encore visible.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues et ruelles. La visite de l'intérieur des tours et des fortifications est interdite.

 

 

Passer le pont, c'est traverser les siècles

 

Vers liste

constructions

des Templiers

Vers liste châteaux des Templiers  
  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2017 2 26 /12 /décembre /2017 07:41

 

 

Département :  36 - INDRE

 

Est ce qu'un abbé va m'aider à trouver les fortifications ?

 

 

Le bourg

Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Mosnay est située à 10km à l'Est de Poitiers, à 30km au Nord-Ouest de La Châtre (voir son donjon), à 20km au Sud de Châteauroux et à 15km au Nord-Est d'Argenton sur Creuse.

 

   Coordonnée du bourg :

46° 38' 30" N 01° 38' 35" E
 46.6418288°  1.64318293°

 

 

 

Le Prieuré 

L'extérieur :

Le questionnement

* A 3km au Nord-Nord-Est de Mosnay, un curieux panneau sur fond vert m'interpelle.

* Mon dictionnaire des châteaux forts et fortifications médiévales m'informe que des ruines fortifiées m'attendent en ce lieu.

* Un autre panneau me conseille de réduire ma vitesse.

Est ce pour ne point faire trembler le sol

et ainsi faire écrouler le site médiéval ? 

Hihihi

 

 

 

 Les religieux faisaient ils pousser des herbes ?Je suis au vert

* Avec ce soleil rasant, je peux affirmer que je suis l'ombre de l'ombre de son histoire.

* Mais point poète je suis, il me faut donc reprendre mon heaume de castellologue amateur.

Que vois je ?

* D'abord, de la verte végétation.

* Puis sur la droite, je distingue une forme ronde.

Est ce une tour ?

* Sur la gauche, il me semble apercevoir un mur accroché à... une autre ronde forme.

Voyez vous cela ?

 

 

Le secret

* Avec mon œil d'aigle, je vois.... heu.... je crois voir..... heu...

* Je me dois d'être téméraire dans mes affirmations !

* Donc, je vois un arc entre les deux tours.

Était ce la porte fortifiée ?

* Ne pouvant répondre, je contourne la ruine pour mieux la comprendre.

* Hélas, des habitations modernes m'empêchent de mieux voir.

* Le site étant dans une propriété privée, je me dois de la respecter et garder mon questionnement.

 

 

Le diaporama du prieuré est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 14ème siècle (à vérifier), construction d'un prieuré possession de l'abbaye de Déols.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la propriété privée et la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est impossible.

 

 

Quelle énigmatique ruine !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 36

Vers Menu

châteaux de l'Indre

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2017 6 23 /12 /décembre /2017 09:04

 

 

Département 24 - DORDOGNE

 

Voyez vous une église au loin ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Champeaux et la Chapelle Pommier est située à 40km au Sud-Est d'Angoulême (voir son château), à 15km au Nord-Ouest de Brantôme et à 10km à l'Est de Mareuil.

 

   Coordonnées de l'église :

45° 28' 28" N 00° 34' 45" E
 45.474550°  0.57927399°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Une erreur positive ?

* Il est tard en ce mois de mai, mes jambes sont lourdes, mon cheval peine à avancer. Pourtant, je continue ma croisade de découverte en Périgord car je me suis promis de découvrir l'église fortifiée de "Champeaux et La Chapelle Pommier".

* Ce que mon esprit peu lucide n'avait pas imaginé, c'est que le regroupement de 2 communes en une seule signifie qu'il y a 2 églises (une dans chaque ancienne commune).

Erreur j'ai commise à me dirigeant vers celle de Champeaux

* Avec  le recul voici ma théorie : Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse !

 

 

Voyez vous les systèmes défensifs ?

La découverte

* Dans les petits bourgs de quelques maisons, il semble évident que la construction dépassant des toits est une église et non point un immeuble.

* C'est donc avec confiance que je m'avance vers la grise construction.

Est elle fortifiée ?

* Je me dois de chercher les indices.

 

 

L'enquête commence

* La forme est très anguleuse.

* L'imbrication des bâtiments est difficilement lisible.

* Le chevet avec sa sacristie ne semblent pas fortifiés.

* Le clocher carré éclairé de jolies baies géminées pourrait faire penser à une tour de guet. Je concentre donc mon attention sur cette "tour".

* Je ne remarque pas de système défensif.

* Sa base est renforcée par de puissants contreforts asymétriques.

* Avec un peu d'attention, je remarque des ouvertures dans celui de gauche. Ceci n'est point fente de tir mais puits de lumière pour un escalier.

* La nef ne semble pas avoir été surélevée.

* Aucune salle de repli semble existée ou avoir été aménagée.

 

 

Un espoir ?

* Presque désabusé, je continue ma découverte presque sans regarder.

* Les trous de boulin (voir vocabulaire) ne me disent rien.

* Soudain, en contournant une chapelle, je remarque une ouverture sous le toit.

* Les pierres entourant ce "vide" semblent vouloir continuer vers le haut.

Y aurait eu un arasement général ?

 

 

La façade du portail

* Avec ses 3 voussures retombant sur 6 colonnes, les spécialistes affirment que le portail est typique de cette région.

* Mais ce qui m'intéresse c'est la partie haute de la façade.

Pensez vous que cela fut l'emplacement d'une salle de repli ?

 

Sésame, ouvre toi !

 

 

 

Point de fioriture Gothique en ce lieu

L'intérieur :

L'ambiance est au recueillement

* Je pousse la porte, par "miracle", elle s'ouvre.

* Je n'ose pas marcher tant le silence est impressionnant.

* Le plafond en bois m'étonne.

Ne serait point à cause de l'arasement ?

* Mes images trop lumineuses  ne traduisent la pénombre.

* Soudain je suis en arrêt !

* Ce n'est point la porte qui m'interpelle mais l'éclat de la chaux laissant apparaître une peinture de plusieurs siècles.

 

 

Ai je le droit ?

* Un peu défi, je tente d'ouvrir la porte secrète.

* Un deuxième "miracle" s'opère : Elle s'ouvre.

* Je suis face à un escalier en colimaçon.

* Mon autre surprise est de découvrir que les puits de lumière ont un ébrasement important qui n'est point vertical.

* Je continue mon ascension.....

.... Mais... ne sachant pas si ma témérité est autorisée par la commune, propriétaire de cette église, je stoppe ici mon récit.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 13ème siècle, construction de l'église.

* En 1948, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher n'est pas autorisée.

 

 

Un clocher fortifié serait le secret de cette église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost0
19 décembre 2017 2 19 /12 /décembre /2017 07:30

 

     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 76 - SEINE MARITIME

 

 

L'entrée est à gauche

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Clères est située à 34km au Sud de Dieppe, à 25km à l'Est d'Yvetot et à 20km au Nord de Rouen.

 

  Coordonnées du château :

49° 35' 52" N 01° 06' 38" E
 49.597791°  1.110531°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Comment présenter le château ?

* Sur une base médiévale, une construction de la Renaissance, très remaniée au 19ème siècle dans une facture néo-gothique.

 

 

Le site de Clères dans son cadre de parc zoologique.

La découverte

* Il faut faire comme les Rouennais et privilégier Clères pour bénéficier d'une fort agréable promenade dans ce parc animalier, si possible en semaine.

* Ne pas chercher d'unité architecturale dans ce château médiéval, puis Renaissance, revu et "corrigé" au 19ème siècle qui s'intègre toutefois fort bien dans ce bel ensemble. Les amoureux de la nature trouveront leur compte dans ce cadre paisible.

 

 

Un harmonieux mélange

* Cet ensemble, quelque peu hétéroclite, associe, non sans charme, les principaux ingrédients des constructions cauchoises :

- Des parties traitées en colombage,

- D'autres en grès,

- Et de subtils appareillages en damiers de brique et silex.

* Se marient ici les fenêtres à croisées de pierre Renaissance avec les lucarnes néo-gothiques, au sein d'un vaste parc à l'Anglaise de 90 hectares, conçu par le paysagiste Bussigny durant le Second Empire.

 

 

La cohue et ses façades en colombage.

La cohue

* Au château est associé un petit manoir, la cohue, avec un subtil colombage en façade dont le premier étage est, comme beaucoup de construction de ce type, en surplomb par rapport au rez-de-chaussée.

* Cette cohue abritait jadis la salle de justice et le chartrier.

* Intérieurement, on y remarque un plafond dont les poutres sont ornées de motifs floraux s'entremêlant avec diverses armoiries.

 

 

Particularité normande

* Cette élégante cohue permet d'observer le soin que prenaient les constructeurs de l'époque pour protéger les fragiles façades en colombage des intempéries.

* Chaque niveau est en léger surplomb par rapport à celui du dessous. L'ensemble est protégé par une toiture en notable débord.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fort.

* En 1418, durant la Guerre de Cent Ans, le château est rasé par les Anglais.

* A la fin du 15ème siècle, à la fin de la guerre de Cent-Ans, le château est reconstruit.

* Au 16ème siècle, le château est modifié dans le style de la Renaissance.

* En 1563, le château reçoit la visite de Catherine de Médicis

* En 1592, c'est le roi Henri IV (voir liste des rois) qui s'arrête au château.

* Au 17ème siècle, le château passe de mains en mains.
* Au 18ème siècle, le château est possession de plusieurs propriétaires successifs

* Au milieu du 19ème siècle, le château appartient au prince de Béarn. Son propriétaire le remanie selon une facture néo-gothique très en vogue à l'époque.

* Au début du 20ème siècle,le château appartient à la Duchesse (voir titre de noblesse) de Choiseul-Praslin.

* En 1920, la configuration exceptionnelle de cet ensemble n'échappe pas à l'ornithologue Jean Delacourt qui achète le domaine pour en faire un parc animalier en y acclimatant de nombreuses espèces d'animaux. Clères a ainsi trouvé sa vocation.

* Au 20ème siècle, le château devient la propriété du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est difficilement possible. La visite du parc animalier est payante, renseignez vous sur les horaires.

 

 

7 siècles de constructions se côtoient

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 76 Vers Menu châteaux de Seine Maritime

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2017 5 15 /12 /décembre /2017 07:01

 

 

Département 30 - GARD

 

 

La tour se refait une beauté... Est ce pour moi ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Salindres est située à 45km au Nord-Ouest de Nîmes, à 40km à l'Ouest de Bagnols sur Cèze (voir sa tour défensive) et à 7km au Nord-Est d'Alès.

 

   Coordonnées de la tour :

44° 09' 45" N 04° 09' 48" E
 44.16253901°  4.16334897°

 

 

 

Le site fortifié :

L'extérieur :

Introduction

* Comme vous le savez, je prépare longtemps à l'avance mes découvertes castrales.

* Je coche sur une carte tous les sites médiévaux à immortaliser.

* Je choisis judicieusement les "auberges" pour être au centre des beautés à visiter.

* Je programme l'ordre des visites pour optimiser mes jours de vacances.

* Mais il y a 3 paramètres que je ne peux pas maîtriser :

1 - Les grèves des guides (J'en ai eu une au château du Haut-Koenigsbourg).

2 - Une météo exécrable.

3 - Des travaux de rénovation.

* Le problème numéro 3 se présenta à moi pour ce site Gardois.

 

 

La tour porte encore les broches de sa chirurgie esthétique

La découverte

* La grise tour dépasse des arbres.

* Mais curieusement, elle porte des piques.

Est ce un système défensif que point je connais ?

* Rapidement, je comprends que le site me sera interdit.

Je vois rouge !

 

 

Rapide analyse

* Une des faces ne me révèle rien du système défensif médiéval.

* Point de crénelage ni de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Par contre, une autre face montre une archère droite, a moins que cela soit un puits de lumière.

* Il me faut entrer pour connaître ses secrets.

 

 

Je contourne

* En découvrant le long rempart, je suis étonné que ce site soit nommé : Tour de Bécamel.

* En réalité, je pressens que ce fut un petit château de repli pour les habitants.

* Quelques mètres plus loin, je vois une porte.

Était ce la poterne ?

* Puis, le long d'une longue courtine, la porte principale apparaît.

* Hélas, comme pour sa consœur, un grillage m'empêche d'entrer.

 

 

 

L'intérieur :

* Comme vous le devinez, je ne peux pas découvrir les entrailles de cette beauté.

 

 

Le diaporama du site fortifié est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le site est construit par les Templiers. C'est ce qu'affirme certaines brochures, mais il n'y a aucune trace dans les multiples livres de (et sur) l'ordre du Temple.  J'ose affirmer que cela fait partie de la légende.

* En 1211, la "Bastida" est donné par le Roi Louis VII (voir liste) à l'évêque d'Uzès. La désignation signifie que le site servait de refuge aux habitants du bourg.

* Au 13ème siècle, le site est occupé par Bernard Pelet d'Alais avec autorisation de l'évêque : Pons de Becmil --> Remarquez vous l'analogie phonétique avec le nom actuel de la tour ?

* En 1341, une des deux filles de Denis de Becmil apporte en dot le site fortifié à Foulques de Caussargues.

* A la fin du 16ème siècle, la famille Caussargues vend le site à Georges de Cambis, Baron (voir titre de noblesse) d'Alais.

* Au 17ème siècle (à vérifier), la famille Isnard possède le site.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est certainement possible. Renseignez vous.

 

 

Je reviendrai la voir lorsque l'esthéticien ne sera plus autour d'elle

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2017 4 14 /12 /décembre /2017 07:35

 

 

Département 83 - VAR

  Le temps s'écoule à la vitesse de la roue

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune d'Aups est située à 50km à l'Est-Nord-Est d'Aix en Provence, à 20km au Nord de Brignoles et à 15km à l'Ouest de Sillans la Cascade (voir ses fortifications).

 

     Coordonnées du bourg :

43° 33' 00" N 06° 00' 00"  E
 43.55°  6.0113°

 

 

 

Les bâtiments : 

L'extérieur :

Préambule

* Souvent, durant mes vacances de croisades castrales, j'ai besoin de prendre une pose.

* Généralement, elle intervient après 5 jours de découvertes intensives.

* Cette pose prend la forme d'une promenade touristique, dans un joli lieu.

>* Ce fut le cas à Barjols, charmante bourgade Varoise.

* N'ayant pas eu envie de faire l'effort de découverte castrale, je vais vous présenter une errance "questionnante" et non un véritable article castral.

 

 

 Pourquoi le rocher est aménagé ?J'erre

* Chaussé d'un chapeau de paille, j'admire les multiples fontaines, lavoir et moulins.

* Soudain, je lève les yeux.

Pourquoi ai je fait cela ?

J'étais en vacances !

 

 

Questionnement

* Au sommet, un rempart me nargue.

De quel siècle est il ?

* Pour ne pas le voir, je le contourne... car c'est ma journée de repos.

* Mais le sort s'acharne à me montrer un rempart.

* Puis la malchance me fait voir une tour.

Assez !

 

 

L'intérieur :

* Comme c'est ma journée de repos, je ne monte pas. 

* C'est ainsi que je vous abandonne.

* Je vais manger une succulente glace.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg et château :

* En 1021, Barjols est cité dans un texte.

* En 1061, l'évêque d'Arles fait construire une église sur les terres données par une famille de Pontéves.

* Au 13ème siècle, l'église est reconstruite.

* En 1323, une famine sévit dans la région. Le bailli de Barjols souffre terriblement.

* A partir de 1340, avec l'arrivée de la Grande Peste, le bailli se dépeuple rapidement.

* En 1350, les reliques de Saint Marcel sont déposées dans l'église.

* Au milieu du 14ème siècle, la difficile succession de la Reine Jeanne crée des conflits, donc des ravages par les bandes armées. Pour remédier à cela ainsi qu'à la désertification du bailli, il est décidé de créer des remparts, des fossés, des barbacanes et des guérîtes pour protéger le bourg. La population des environs se regroupe derrière les murs de Bagnols.

* Au 16ème siècle, l'église est remaniée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

Cette construction sera pour moi une énigme

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 83

Vers Menu

châteaux du Var

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2017 2 12 /12 /décembre /2017 09:55

 

 

Département 83 - VAR

  Je pressens une matinée pleine de surprises

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Aups est située à 80km au Est-Nord-Est d'Aix en Provence, à 30km au Nord-Est de Brignoles et à 25km au Nord-Ouest de Draguignan.

 

     Coordonnées du bourg :

43° 37' 39" N 06° 13' 27" E
 43.6276116379°  6.2242108583°

 

 

 

Les bâtiments : 

L'extérieur :

Préambule

* Notre patrimoine médiéval est riche.

* Depuis plus de 10 ans, je vous montre des ruines formidables et des châteaux passionnants.

* Ma mission est aussi de vous faire découvrir des beautés construites peu médiatiques, des architectures multiples.

* Regardez cet article comme un divertissement agréable.

 

 

L'arrivée 

* Bien qu'il soit partiellement démoli ou intégré dans les maisons, le rempart est encore visible.

* Ma première rencontre est une tour défensive dont un magnifique balcon ouvragé a été aménagé en tuf.

* Il est amusant de lire l'inscription : «Ad caelum aspirare» (Au ciel j’aspire).

 

 

 Les tours me font tourner la tête

Le rempart

* Les hautes constructions médiévales semblent figées dans le temps.

* Même si les tours ont perdu leur crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire), elles ont gardé leur rusticité défensive.

* Certains tours arborent de fines archères droites.

* D'autre tours montrent des système doubles :

- Archères droite,

- fentes pour tir au fusil.

* Je suis étonné de ne point voir d'arquebusière ni canonnière.

* Une curieuse tour m'apparaît. Elle est nommée logiquement : Tour de l'horloge.

 

 

Entrer ou ne pas entrer : Telle est la question

* Pour entrer dans le bourg, il existe plusieurs portes.

* Le hasard de mon errance m'amène devant cette merveille.

* Elle a gardé les fentes pour le système de levage du pont.

* Je subodore que les blasons ont été effacés à la Révolution Française.

 

 

Un château ?

* Pensant avoir tout vu, je m'éloigne du centre ville.

* Comme par enchantement, au loin apparaît une butte boisée.

* Elle semble porter une ancienne construction.

* Il me semble voir un mur extérieur défensif.

* Hélas, la nuit tombe. Je n'ai plus le temps de continuer mes découvertes.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg et château :

* Au début du 10ème siècle, les Sarrasins occupent la Provence, ainsi que le petit bourg nommé Alps.

* En 973, après la bataille de Tourtour et la victoire du Comte Guillaume Ier contre les Sarrasins, le bourg est possession de la famille Blacas.

* Au 11ème siècle, château et remparts sont construits.

* Au 12ème siècle, les remparts sont améliorés. Deux co-seigneurs se partagent la ville :

- La famille Blacas,

- Le Roi de France (voir liste).

* En 1346, un procès oppose le Roi au Comte (voir titre de noblesse) de Blacas.

* Au milieu du 15ème siècle, le Roi René érige Aups en bailli indépendant.

* Au début du 16ème siècle, le Roi de France François 1er  confirme l'indépendance d'Aups en tant que bailli.

* Au 16ème siècle, les défenses sont modernisées.

* Vers 1574, durant les Guerres de Religion, les Huguenots massacrent de nombreux habitants.

* En 1712, le Roi de France est le seul détenteur de la cité (à vérifier).

* Au 19ème et 20ème siècle, plusieurs constructions sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

L'archère droite n'a plus de fonction en notre 21ème siècle

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 83

Vers Menu

châteaux du Var

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2017 5 08 /12 /décembre /2017 09:35

 

 

Département 83 - VAR

 

  Les arbres vont ils s'écarter pour laisser le Chevalier voir son Graal ?

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Figanières est située à 40km au Sud-Ouest de Grasse (voir son palais épiscopal), à 25km au Nord-Ouest de Fréjus et à 5km au Nord-Est de Draguignan.

 

     Coordonnées du château :

43° 33' 56" N 06° 30' 42" E
 43.56570998°  6.511794627°

 

 

     Toponymie :   (--> voir initiation)

* Au 11ème siècle, il est fait mention d'un "Castrum de Figua Nigra".

* Les figiers étant encore très présent dans la commune, l'origine du nom semble évidente.

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La découverte

* A 1km à l'Est-Sud-Est du bourg, apparaît dans la plaine une petite colline.

* Les bâtisseurs de l'époque médiévale ont, comme d'habitude, parfaitement choisi le site pour la surveillance des vallées.

* Une petite route carrossable permet de gravir la colline.

 

 Une tour..... Que dis je : Un donjon !

Je suis enfermé dehors !

* Que d'obstacles pour m'empêcher de le rejoindre :

- D'abord, un haut grillage.

- Ensuite des arbres.

* Je tente de le contourner, de gesticuler, de sauter pour mieux le voir et le sentir.

 

 

Rapide analyse

* Le site est composé :

- D'une tour habitable que j'ose nommer : Donjon.

- Elle a une base rectangulaire de 7m par 5.6m.

- La tour mesure 13 mètres de hauteur.

- Elle est curieusement dépourvue d'archère et d'un vrai crénelage avec mâchicoulis (voir vocabulaire).

- Elle a été très remaniée pour plus de confort par les propriétaires au 20ème siècle.

- Malgré ses modernisations, elle garde son allure médiévale.

- La tour est accolée à un grand logis qui semble avoir été aménagé à la Renaissance (ou à la toute fin du Moyen Âge).

- Il comporte de nombreuses ouvertures de lumière.

- Une construction en encorbellement m'informe qu'une porte existe (ou existait) en dessous.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

* Je vais me consoler en me rendant à quatre kilomètres au Nord-Ouest pour visiter le château de La Garde.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

Je n'ai aucune information sur l'historique de cette construction.

 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de la propriété privée est interdite. Veuillez respecter le silence des lieux.

 

Même très consolidé, le château est magnifique

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 83

Vers Menu

châteaux du Var

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2017 2 05 /12 /décembre /2017 07:03

 

 Je ne vois point de système défensif !

Département 12 - AVEYRON

 

 

 

Le bourg :

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

         La commune de Sévérac le Château est située à 90km au Nord-Ouest d'Alès, à 45km à l'Est de Rodez et à 35km au Sud-Ouest de Marvejols (voir ses portes fortifiées).

 

     Coordonnées du château :

44° 18' 27" N03° 05' 48" E
 44.307574 ° 3.096691°

 

 

 

Le château : 

        L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité le château de Séverac, je prends la direction du Sud-Est pour découvrir 3 kilomètres plus loin un curieux ensemble fortifié dans le hameau de Sermeillets.

* La pluie de la veille permet à cette beauté médiévale de se mirer dans les flaques d'eau.

* J'affirme qu'elle est médiévale.

Le pensez vous ?

* L'enquête commence.

 

 Les 2 tours ont perdu leur crénelage et mâchicoulis

Rapide analyse 

* Ma documentation affirme que cette construction fut un manoir transformé en ferme.

Point château il aurait été ?

* Il est composé de 2 ailes avec 3 hautes tours.

* Au centre de l'aile la plus longue, une tour très arasée apparaît.

* En contournant la façade, je vois, dans une ruelle, un arc boutant voûté s'appuyant sur une maison basse.

* Derrière une autre structure en arc. La fenêtre m'informe qu'elle était soit habitée, soit passante.

Incroyable n'est ce pas !

* Je me retourne pour constater que la fenêtre opposée est plus petite.

* Sur la droite, une curieuse ronde construction m'interpelle.

A quoi peut servir la "tourelle" si basse ?

* Un peu plus loin, une fenêtre à meneau est protégée des intrusions par une grille en fer forgé.

 

 

Y a-t-il des systèmes défensifs ?

* N'étant point venu en ce lieu pour faire du tourisme architectural, je reprends ma mission de Chevalier-Castellologue pour trouver : Les systèmes défensifs.

* S'ils existent, les ouvertures de tir devraient se voir au moins sur les tours.

Les voyez vous ?

 

 

* Le château ayant été construit au 15ème siècle, il a bénéficié des systèmes défensifs par arme à feu.

* Ce sont donc des ouvertures pour fusils ou arquebuses qui apparaissent.

 

 

* Dans un angle, je vois une ouverture verticale.

* Est ce :

- Une archère ?

- Une ouverture de lumière ?

 

 

      L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

* Mais en respectant le silence des lieux et la tranquillité des habitants, j'immortalise la vue de la cour intérieure. L'une des tours montre :

- Six niveaux,

- De larges fenêtres (cette tour est donc habitable).

* Des consoles ayant supporté des mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le site appartient à la puissante famille Sévérac. Aucune construction fortifiée existe en ce lieu.

* Au 15ème siècle, la famille Sévérac demande la construction d'un château fortifié.

* Au début du 16ème siècle, la seigneurie dépend de la famille Guirard.

* En 1624, une chapelle domaniale existe.

* Au 18ème siècle, la seigneurie de Sermeilhets est possession de la famille Vignolles.

* Au milieu du 18ème siècle (?), le site est affermé par Mazeran Lézignan (seigneur de Cros) à François-Raymond Poujol.

* En 1785, au décès du seigneur de Cros, le site devient possession de Madeleine de Belval, Vicomtesse (voir titre de noblesse) de Vignolles.

* A la fin du 18ème siècle, à la mort de la Vicomtesse, le site est possession à messieurs Adolphe et Jules de Portalès.

* Au début du 19ème siècle, ces derniers vendent le site à monsieur Chassany.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant le silence du lieu. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

 

Malgré ses modernisations, le site a toujours son âme médiévale

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 08:51

 

 

La ruine joue à se cacher derrère les arbresDépartement :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Lamastre est située à 50km à l'Est du Puy en Velay, à 25km au Nord-Ouest de Valence et à 15km au Nord-Est de Le Cheylard (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

44° 59' 01" N 04° 34' 47" E
 44.98366173°  4.5797351°

 

 

Toponymie : (voir initiation)

- Pey : Montagne.

- Cheylard : Château.

Nota : Sur le web, le site est parfois nommé "Pecheylard", alors que je lis "Peychelard" dans mon dictionnaire.

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Je ne peux jamais être un simple touriste   Je pressens que ce château sera fascinant !

* En prenant le petit train du Vivarais nommé Mastrou, je me suis écrié : "Quel plaisir de faire un peu de tourisme sans son destrier !".

* Après un agréage voyage le long des gorges, le "cheval vapeur" arrive à son terminus : Lamastre.

* C'est donc à pieds, en longeant la rivière Doux, que j'erre dans les rues de la vivante commune.

* Soudain, au loin coté Sud, une ruine me hèle.

* Pour mieux la voir je me rends à ses pieds  (coté Est) proche de l'affluent du Doux nommé : Le Condoie.

 

 

Premières constatations

* Le site castral, magnifiquement posé sur un plateau au dessus de l'actuelle commune, est composé de 3 parties :

- A droite, coté Nord, les maisons s'appuyant sur les ruines du village primitif.

- Au centre, une basse cour délimitée par un rempart.

- A gauche, les vestiges du château fort.

* J'ai besoin de la voir, de la toucher. Il me faut prendre successivement :

- La rue du château.

- La montée des ruines.

- La rue du Belvédère de Peychelard.

 

Ruiné et pourtant si vivant

 

L'intérieur :

Les premiers indices

* Arrivé sur le plateau, je remarque une grande surface herbeuse délimitée par un vestige de mur d'une hauteur de ... heu... 30 centimètres.

* En un bond (imaginez moi en armure escaladant cette vertigineuse paroi de 0,3 mètre     )......

  ........ je suis dans ce qui pu être : La Haute Cour (?).

- Heu....... Je n'imagine point que cette surface ait pu être la Basse-Cour, mais il est possible que je me trompe.

* Au loin apparaît une puissante construction entourée de hauts murs (certes un peu arasés).

* Lentement j'avance.

* La prudence est de mise car les pierres au sol roule sous mes pieds.

* Attaqué par la végétation, un mur très arasé me révèle son épaisseur. Je suis face à une paroi défensive coté Nord.

* Je me retourne (donc face au Sud-Ouest), pour découvrir deux imposants bâtiments. Et réalité, ce n'est qu'un seul bâtiment divisé en deux parties.

 

 

Que voila belle bâtisse habitable et fortifiée

Haute et belle (ou Ho t'es belle)

* Face à moi, une imposante construction séparée presque au centre par un mur formant...2 "bâtiments".

* Dans la partie gauche, à l'étage médian, trône au centre de la pièce les vestiges d'une imposante cheminée. Hélas les piédroits et le linteau ont disparu.

* Sur la gauche je vois un mur épais. Cette construction avait certainement une fonction défensive.

* Les imposants trous de forme carrée ont certainement reçu les poutres d'une plancher.

* Au dessus, je remarque un mur en retrait. Ce devait être l'étage supérieur du bâtiment.

* L'étage supérieur est passionnant. Je vois :

- Au centre, le conduit de cheminée.

- Le crénelage.

* Le mur à droite, aussi épais que son symétrique à gauche, porte les traces d'une ouverture. Je subodore que ce fut la porte pour se rendre dans le bâtiment de droite.

 

 

A droite... toute ! Comme cela être un plaisir de rêver en cette habitat

* La partie droite a une superficie au sol plus petite que sa "consœur" de gauche.

* Hélas elle est envahie par la végétation. Je devine la salle du bas plus que je la vois, je n'en ferais donc pas une description.

* Les murs sont aussi épais que la partie gauche.

* A mi hauteur, un vestige de cheminée apparaît. Sa dimension est plus petite que précédemment, mais cela est justifié par la superficie moins grande de la pièce.

* Un fenêtre semble posséder une coussiège (voir vocabulaire).

 

 

Conclusions

* Cet imposant bâtiment aux murs épais devait être le donjon défensif puisque situé coté Nord-Ouest.

* Le Nord-Ouest est le seul coté ne possédant pas un à-pic ou une pente.

 

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, une construction défensive (en bois ?) est aménagée sur le pic au confluent du Doux et du Condoie.

* En 1082, Adhémar de Mastra possède la seigneurie.

* A la fin du 11ème siècle (1083 ?), Jocerand de Lamastre confirme la donation faite par son père de l’église de Saint-Victor aux moines de Romans. Le témoin se nomme Aymon de Solignac (voir son château).

* Au début du 13ème siècle, Guillaume de Lamastre possède le château.

* Vers 1220 (?), Guillaume cède son château à sa fille Aygline.

* Vers 1224, après son mariage avec Aygline de Lamastre, Jarenton de Chapteuil possède le château.

* Vers 1246, après avoir rendu hommage à Aymar de Poitiers, Comte (voir titre de noblesse) de Valentinois, Jarenton et son fils Pons sont toujours seigneurs de Lamastre.

* Vers 1283, Jocerand Arnaud, seigneur de Lamastre, lègue une demi-manse de plusieurs biens dont la seigneurie de Lamastre, au précepteur de l'ordre de Saint Antoine de Viennois. Ceci pour le salut de l'âme de ses parents, de sa femme Élisabeth et de la sienne.

* Au milieu du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château semble existé.

* Au début du 17ème siècle, le château est nommé : Ruine (à vérifier).

* En 1644, René de la Gruterie, Chevalier de Saint Jean de Jérusalem, Commandeur de Lyon, achète à la famille Meyres, la seigneurie ainsi que les ruines du château

* Vers 1792, le site castral est transformé en carrière de pierre.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite.

 

 

L'ombre emporte ces ruines dans une autre dimension

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0