Translation

 

Select your language below

 
 

 

Recherche Dans Ce Site Web

16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 09:50

 

 

Département :   36 - INDRE

 

 

 

Le bourg : Dans son écrin de verdure, la ruine tente de séduire les marcheurs

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Levroux est une commune située à 80km au Sud-Est de Tours, à 60km à l'Ouest de Bourges et à 21km au Nord de Châteauroux. 

 

    Coordonnées du château :

46° 59' 16" N 01° 36' 38" E
 46.98801073  1.610806

 

 

Origine du nom :  (voir l'article d'initiation)

  Le nom actuel vient d'une léproserie construite au Moyen Age, appelée : Leprosum.

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Où est il ?

* Au Nord du village, un parking est aménagé pour le départ d'une randonnée pédestre, passant proche du château.

* Après quelques courtes minutes, "sa majesté de pierres" m'attend dans un écrin de verdure.  

 

 

L'aventure

* La météo annonçant des pluies importantes pour l'après midi, je me suis levé tôt pour admirer les vestiges du château de Levroux.

* Évidemment avec ce soleil matinal, les ombres sont importantes donnant une ambiance presque surnaturelle.

* Plutôt que de marcher sur le sentier, je préfère découvrir le château par "la combe" correspondant à l'ancien fossé, comblé au 19ème siècle.

 

 

Est ce un rêve ?... Il me semble qu'une princesse me fait signe avec son mouchoir en dentelle.

Le châtelet

  * Dans le silence du petit matin, les 2 grosses tours rondes semblent soupirer de bonheur à la venu d'un Chevalier Dauphinois .

 * Ce ne sont pas des tours d'angle (sinon le château serait très petit) mais les tours de défense du châtelet.

 * Elles comportent encore en partie basse des ouvertures de tir pour arme à feu, correspondant au type de défense du 15ème et 16ème siècle.

 * En observant leur construction, il me semble que ce sont des archères médiévales (voir vocabulaire) modifiées pour recevoir des arquebuses ou des petits canons.

Qu'en pensez vous ?

 * La Renaissance (?) a modifié leur esthétique et de grandes fenêtres ont été percées dans les étages rendant ces tours habitables.

 

 

    Le portail d'entrée

* Au milieu des 2 tours, une immense porte d'entrée rappelle l'origine médiévale du château.

* Bien que le fossé ait été comblé, je constate que l'entrée est surélevée.

* Les crapaudine en bas supportaient les axes du pont-levis et au dessus les flèches (voir vocabulaire) ainsi que les chaînes passaient par les 2 grandes fentes verticales (Voila une porte qui correspond aux standards du château fort de mon enfance).

* Des pierres encadrent la porte empêchant les assaillants de faire levier pour l'arracher.

* De chaque coté, la porte était protégée par les fentes de tir des 2 tours du châtelet : Défense classique mais efficace.

* Évidemment, une herse augmentait la protection dissuasive.

* Il ne reste que la rainure, mais sa largeur est imposante.

* Pour conclure la défense, deux vantaux fermaient l'ensemble (il ne reste que les montant de pierre). Voila une construction classique.

 

 

Curiosités

# Deux détails rompent le classicisme médiéval :

- A - D'abord la fenêtre au dessus de la porte. Elle a du être construite en même temps que celles des tours.

- B - Puis le blason au dessus de la porte.

* Ce blason a été massacré (peut être à la révolution ?), il est devenu "illisible".

* Un texte affirme que cette sculpture représentait les blasons des 2 "mécènes" lors des travaux d'amélioration et de consolidation à la fin du 15ème siècle :

- Le premier était celui de Jacquette de Peschin :

"Coupe d'argent et d'azur à la croix ancrée de gueules sur l'argent et d'argent sur l'azur". 

- Le deuxième est celui de son époux, Bertrand V de La Tour d'Auvergne :

"Écartelé, en 1 et 4 d'azur semé de fleurs de lys d'or et à la tour d'argent maçonnée et ouverte de sable, en 2 et 3 de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or, sur le tout d'or au gonfanon de gueules frangé de sinople".

* Pour comprendre ce vocabulaire, je vous invite à lire ce site d'héraldique.

* Comme à mon habitude, je contourne le château pour le découvrir de l'extérieur.

* Curieusement, les remparts ayant disparus, j'accède à l'intérieur du château.

 

 

L'intérieur :  

Où suis je ?

* Cette vue n'est pas l'extérieur du site, mais les restes d'un des murs intérieurs du château.

* Je suis de l'autre coté du châtelet.

Je vous vois interrogatifs !

Vous ne comprenez pas ?

 

 

Voici l'explication

* J'ai contourné le château.

* Sur la droite (de l'image), il y a le fossé et la tour du châtelet avec un départ du mur d'enceinte (le voyez vous ?).

* La muraille d'enceinte couvrait une superficie de 2 ha, aujourd'hui, elle a fait place à une belle étendue herbeuse. 

* Sur la gauche (de l'image) un plateau qui devait être l'emplacement de l'intérieur du château.

* Le mur que je vous montrais est en face, dans le prolongement.

 

 

1ère constatation des entraillesIntérieur épuré et pourtant révélateur

* L'intérieur du châtelet étant peu consolidé et dangereux, des grilles empêchent la visite.

* Mais en tendant le cou "comme une girafe", il est possible de comprendre l'aménagement interne.

* Dans la partie basse, un escalier descend vers une salle sombre, dont je ne peux comprendre la fonction.

* L'ensemble de ce niveau est éclairé par les nombreuses archères et bouches à feu.

* Un peu plus haut, je distingue des corbeaux devant supporter des plafonds (3 étages ?) ainsi que les grandes fenêtres à meneaux dépourvues de coussiège (voir vocabulaire).

* Il me semble deviner des traces de maçonnerie des cheminées, mais mon imagination dans une ruine est très fertile, il me faut être objectif.

 

 

Peu mais fascinant

 * Sur la gauche, dans la tour du châtelet, les vestiges d'un escalier en colimaçon me montre les axes de circulation.

* Curieusement, il passe devant une archère.

Cette aberration fonctionnelle est elle du

à la consolidation du bâtiment au 20ème siècle ?

* Hélas dans cette ruine, il n'y a plus de trace de décors ou de sculpture.

Était ce un château pour soldats ou pour un seigneur ?

 

 

C'est la fin... et la faim

* Les nuages prévus par Météo France n'arrivant pas, je décide d'abandonner cette ruine puis de trouver une auberge dans le bourg proche.

Venez vous avec moi ?

 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle (?), Un oppidum Gaulois est construit sur la colline d'un village nommé : Gabattum.

* Vers 1010 (?), un château primitif remplace l'oppidum. Il est l'oeuvre d'Eudes de Déols.

* En 1188, le château est attaqué et pris par Philippe Auguste (voir liste des rois).

* En 1189, par le traité d'Azay le Rideau, le territoire et le château appartiennent à Richard Cœur de Lion.

* En 1199, le Berry rejoint le domaine Royal de France. Le château change de propriétaire.

* A partir de 1229, les seigneurs de Levroux consolident le château et améliorent ses défenses.

* En 1413, Louis du Peschin, seigneur de Levroux, décrit au Roi Charles VI l'état du château dans un texte. Il semble que les défenses nécessitent de gros travaux et que l'entretien des courtines soit minimal.

* En 1416, Jacquette du Peschin épouse Bertrand V de La Tour d'Auvergne. Il devient le nouveau seigneur de Levroux et va devenir le commanditaire du château.

* Vers 1460 (?), commencent les travaux d'entretien et de modernisation du château.

* En 1461, Bertrand V meurt. Son fils Bertrand VI de La tour d'Auvergne devient le nouveau seigneur de Levroux.

* En 1566, Il semble que le château soit à nouveau en mauvais état.

* En 1653, un texte explique l'état de délabrement du château "féodal" après les guerres de religion.

* En 1689, un autre texte décrit l'état de ruine des bâtiments entourés d'un fossé.

* Au 19ème siècle, sur ce lieu, existe encore des ruines de grosses tours (dont une nommée Bonan) entourées d'un fossé.

* A la fin du 19ème siècle, les fossés sont comblés. Les restes des murailles sont détruits. La tour de Bonan semble ne plus exister.

* En 1927, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, des travaux de consolidation sont entrepris.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. L'entrée est barrée par une grille, mais il y a assez d'ouverture pour admirer l'intérieur de cette ruine sans "enfreindre la loi". Le risque de recevoir une pierre est faible (si vous restez à l'extérieur).

 

 

Heureusement que le fantôme du château dort, sinon il m'aurait bruler le pourpoint

 

  Vers Menu châteaux de l'Indre
Partager cet article