Translation

 

Select your language below

 
 

 

Recherche Dans Ce Site Web

11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 08:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

 

Que de siècles composent ce fascinant château

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Duras est située à 45km au Sud-Est de Saint Emilion (voir son château), à 35km au Sud-Ouest de Bergerac et à 20km à l'Est de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide).

 

   Coordonnées du château :

44° 40' 37" N 00° 10' 44" E
 44.677088°  0.178987°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'architecture (comme moi) est évolutive

* Après avoir dégusté la porte fortifiée de la bastide (et aussi une glace), mes pas m'amènent devant le château de Duras.

* Cette construction médiévale qui fut successivement la résidence d'un Comte, puis d'un Marquis, puis d'un Duc (voir titre de noblesse) est une curiosité qu'il me faut dévorer.

* Les plus puristes d'entre vous reprocheront les ajouts de modernité "défigurant" la construction médiévale, mais c'est aussi cela un château : Une évolution..... avant LA révolution.

 

 

Que voila architecture très... archi-complexe

En premier, l'avant

* Dans vos yeux, je lis l'étonnement du titre :

- Heu.... l'avant ?

- Pourquoi pas lavant ?

* Certes, ambiguïté il y a. Mon propos est qu'avant de découvrir la partie habitable du château il faut commencer au début..... de la construction :

- Entourant la totalité du site, un mur arasé m'interpelle. Je subodore que ce fut le rempart extérieur, mais je ne saurais affirmer que les fentes furent des systèmes défensifs.

Peut être est ce le mur de soutènement des terrasses ?

- Sur la droite, le haut bâtiment linéaire avec les nombreuses fenêtres est la mairie. Sa construction n'est pas médiévale mais (peut être) du 17ème siècle.

- Deux imposantes rondes tours protègent l'entrée.

-- Bien qu'elles soient arasées il est encore possible de deviner les axes de circulation vers le châtelet et (peut être) vers les remparts latéraux.

-- Des archères à croix pattée, parfois obturées, se devinent.

 

 

Les rondeurs jouent avec les angles

 

 

Et après, c'est la suite

* En avançant vers l'Ouest, je vois une imposante masse : Le corps principal du château.

* Il est précédé d'un espace vide qui devait être la basse-cour médiévale Elle fut (certainement) transformée en cour d'honneur puisqu'elle aboutit à un double escalier monumental.

* Je vous sens dubitatifs. Pour plus de compréhension, voici la vue prise par mon satellite. surprise

 

 

Moderne, et pourtant..... ancien

Le magnifique corps

* Heu.... je ne vais point parler du mien (pourtant sublime 🤣) mais du corps de logis du château.

* Sa base architecturale est très classique pour un château médiéval :

- Quatre courtines de (presque) même longueur.

- Quatre tours rondes aux angles avec archères cruciformes en étrier.

- Un haut et rond donjon proche de l'entrée.

 

 

Les détails de six siècles

* Evidemment, vous avez remarqué les balcons à balustres, dont la construction n'est point médiévale.

* Ce château est une merveille de modifications sans (peu de) destruction.

* Par exemple :

- Sur les rondes tours médiévales (dont la base est évasée)  existe de belles fenêtres trilobées côtoyant des classiques ouvertures de lumière à meneaux en croix.

- Puis à mi-hauteur, sur des triples consoles, le balcon tournant comme des mâchicoulis.

- Enfin, pour plus d'esthétique (et d'efficacité de soutien) une trompe sculptée.

 

 

 

L'intérieur :

La nuit, c'est pour les rêveurs... et les gourmets

* J'ai pris beaucoup de temps pour visiter la bastide puis l'extérieur du château.

* Je n'ai pas consulté mon cadran solaire.

* Conséquence : Derrière son bureau à l'accueil du site castral, une jolie Duraquoise m'informe que la visite du château m'est interdite..... puisqu'il est tard. 🙁

* Je vais donc me consoler en dégustant les mets régionaux dans une taverne du bourg.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, sur le piton rocheux, construction d'un premier château par la famille Bouville.

* En 1152, Aliénor d'Aquitaine épouse Henri II Plantagenêt,

* En 1154, le Duc d'Aquitaine devient Roi d'Angleterre.

* Au début du 13ème siècle (1233 ?), Guillaume de Bouville, seigneur de Duras, est cité dans une charte.

* En 1242, devant la pression importante des impôts, le désordre de la Grande Noblesse, l'absence d'organisation puis le manque de présence Ducale (ce qui est logique puisque Henri III est aussi Roi d'Angleterre), la "petite" noblesse de Gascogne se révolte.

* En 1254, pour montrer sa puissance et son autorité, le Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine récupère le château de Duras puisque son propriétaire fut un des membres de la rébellion, puis le donne à son fils, le futur Edouard Ier.

* Au début du 14ème siècle (1312 ?), le Duc d'Aquitaine Edouard II d'Angleterre donne le château à Gaillard de Got, frère du pape Clément V. Ainsi le Duc pense être dans les bonnes grâces du Pape.

* Vers 1327, après le décès de Bertrand de Got, le château passe à la famille Durfort, après accord du Roi de France et du Comte d'Armagnac (information à vérifier).

* Au 14ème siècle, agrandissement du château puis aménagement de la basse-cour.

* Vers 1453, Gaillard IV de Durfort, (entre autre) seigneur de Duras, étant toujours fidèle au Roi d'Angleterre, se voit contraint par la force (des armées Royales de France) de perdre nombre de ses châteaux. Le site de Duras est donné par le Roi de France (voir liste) au seigneur du Lau.

* En 1476, après la signature du traité de Picquigny mettant fin à la Guerre de Cent Ans, le Roi de France Louis XI souhaite la paix avec tous les nobles du Royaume. Il accorde la clémence à Gaillard IV de Durfort puis lui redonne plusieurs seigneuries dont Duras.

* Durant 3 siècles, la famille Durfort-Duras habite le château.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de Religion, la famille Durfort-Duras (Guy Aldonce Ier de Durfort) adopte la religion réformée. Elle s'oppose par la force aux "amis" du Roi de France.

* Vers 1562, suite à la visite d'un émissaire du Roi de France, la famille Durfort-Duras "baisse les armes". Le château devient le siège d'un Comté.

* En 1609, le château est le siège d'un Marquisat.

* Au 17ème siècle, le château est fortement modifié pour plus de confort et de lumière (et d'apparat ?). Création de décors en stuc, d'un oratoire, de balcons à balustres, etc...

* En 1689, le château est le siège d'un Duché.

* En 1755, Amédée-Bretagne-Malo de Durfort est fait pair de France par le Roi (voir liste).

* Vers 1789, la famille Durfort-Duras quitte le château puis émigre en Allemagne dans l'espoir de combattre les révolutionnaires Français.

* Vers 1792 (?), le château est pillé puis ravagé par les Révolutionnaires.

* Durant 2 siècles, le château change de nombreuses fois de propriétaires. N'étant que peu entretenues, les constructions se dégradent. Ruine semble être son avenir.

* En 1969, la commune achète le château puis réalise de nombreux travaux.

* Au début du 21ème siècle, la mairie s'installe dans un bâtiment annexe du château.

* En 2002, après de nombreuses inscriptions partielles depuis 1948, la totalité du site est classé aux Monuments Historiques.

* En 2017, Albert II de Monaco visite le site puisque historiquement, les familles Grimaldi et Durfort-Duras furent liées par le mariage en 1777 de Louise d'Aumont, petite-fille des Durfort.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route, les rues, les parkings et le sentier. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les jours et heures d'ouverture.

 

 

Toutes ses rondeurs me font perdre la tête

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne
Partager cet article

commentaires

P
D ire que j’ai aimé ce lieu ? Nenni.<br /> U n trop moderne aspect ici se lit,<br /> R éduisant à peu médiévalité.<br /> A ssurément, sont des sécurités<br /> S ans lesquelles je n’aurais mie prosé.<br /> <br /> C omme d’habitude, beaucoup m’ont plu<br /> A rchères mirées ! Etait défendu,<br /> S implement, mais fort efficacement,<br /> T out le castel. Bien sûr, y avait-il, antan,<br /> E léments autres offrant grande puissance.<br /> L ‘architecture montre moult défiance.<br /> <br /> G uère de doute qu’anciennes rondeurs <br /> A uront touché, du Chevalier, le cœur !<br /> S ans elles, courtines n’auraient été,<br /> C ‘est, là, certain, aussi bien protégées.<br /> O r, n’ôtent point, à mes yeux, « toilettage »<br /> G randiose du site. Le Moyen-Âge<br /> N e peut rester indéfiniment, oui,*<br /> E n ces châteaux qui ont très longue vie…<br /> <br /> P rudence, Chevalier ! Glace aux pruneaux<br /> S ait être un danger… armuré… oh, oh !…**<br /> <br /> * je veux dire : je sais bien que, puisque ces castels ont été habités pendant des siècles, ils ont obligatoirement subi des améliorations… mais je n’aime pas ça !<br /> ** cf. les 1ères lignes de cet article, et l’article précédent ! (pour le parfum de la glace)
Répondre
L
* Quelques jours (heures) avant la Saint Valentin, je me devais de montrer... de belles rondeurs !.... hihihihi.<br /> * Haaa, les rondeurs.... cette caractéristique féminine... (heu, puisque définie pour UNE tour... point de quiproquo bien sur) me fait oublier le siècle de construction ou de modification.<br /> ** Mais MA Dauphinoise n'est point dupe (ni subjuguée) par l'architecture (modifiée) de ce château.<br /> ** Evidemment, vu rapidement, ce château n'est point forteresse médiévale ni ruine perdue..... Mais avec un oeil ne voyant que ce qu'il faut regarder, le Moyen Âge est partout.<br /> *** Pour les pruneaux.... raison vous avez.... mais je n'en décrirai pas plus.... oups !