1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

 

Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Denis de Pile est située à 60km au Nord-Ouest de Bergerac, à 20km à l'Est de Saint André de Cubzac (voir son église fortifiée) et à 12km au Nord de Libourne (voir sa porte fortifiée).

 

  Coordonnées de l'église :

44° 59' 39" N 00° 12' 21" W
 44.994197° -0.205890°

 

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Avant propos

* Avec les nombreux conflits entre le 10ème et 16ème siècle, avec la distance importante entre les châteaux dans les provinces de plaines, les habitants des villages ne pouvaient se réfugier que dans le seul bâtiment solide : Leur église.

* Ce bâtiment pour la sécurité de l'âme devint celui de la sécurité du corps.

* Nombreux d'entre eux ont été fortifiés pour repousser une petite bande armée.

* Mais la modernité à partir du 17ème siècle a changé l'architecture des églises.

Reste-t-il des défenses sur l'église de cette commune ?

 

 

 

Reste-t-il des traces de système défensif ?

L'arrivée devant cette masse

* Au Nord, un cimetière.

* Au (presque) centre du cimetière, une église.

* D'un coté, une longue nef.

* A l'opposé, un chevet en hémicycle.

* Au tiers, un transept.

* A la lisière du transept et du chevet, des chapelles rondes.

 

 

Recherche d'indice défensif

* Le chevet semble avoir été rehaussé, mais aucune fente de tir ou de guet est visible.

* Le transept est très haut, mais aucune fente est visible.

* Le mur de la nef est très haut, mais aucune fente est visible. De plus ses fenêtres positionnées en hauteur empêchent d'avoir une salle de repli défensif.

* Le clocher semble avoir été rehaussé. Une construction attenante comportant un escalier semble confirmer ma supputation. Mais..... s'il y avait eu des ouvertures de guet, elles ont été transformées en abat-sons.

* Je consulte ma documentation : "L'église de Saint Denis de Pile fut fortifiée."

 

 

L'entrée trop classique

* En contournant le chevet, je découvre l'entrée.

* Elle ne comporte ni assommoir, ni bretèche (voir vocabulaire).

* De chaque coté, les 2 contreforts avancés ne montrent aucun système défensif.

 

 

 

Même ce personnage ne me donne pas d'information sur les systèmes défensifs

 

L'intérieur :

Hooo... Haute !

* Je pousse la lourde porte.

* De suite je suis impressionné par la blancheur de la longue nef.

* Cette blancheur est accentuée par la lumière intense apportée par les hautes et larges fenêtres.

* Mais..... je ne vois aucune possibilité de salle défensive au dessus de la nef.

 

 

Le ciel a coloré les rondeurs

* Bien que moins lumineuse, l'abside colorée contraste et emporte le visiteur dans le silence.

* L'absidiole ainsi que ses colonnes reprennent l'esthétique du chœur.

* Mais..... je ne vois aucune trace de salle défensive au dessus.

* Je repars en espérant que la prochaine église soit plus révélatrice.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 5ème siècle, une église primitive est construite.

* Au 12ème siècle, à l'emplacement de la première église, construction d'un bâtiment religieux en pierre. Vue de haut, avec une nef très courte, son architecture ressemble à une croix grecque.

* A la fin du 15ème siècle (?), l'église est modifiée.

* Au 16ème siècle, les Guerres de religion dévastent les villages.

* En 1860, la démographie augmente la fréquentation de l'église. Devenant trop petite, la nef est allongée donnant à cette construction religieuse la forme d'une croix latine.

* En 1862, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Denis) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde
Partager cet article

commentaires

P
S ans vouloir être rabat-joie, je suis<br /> A ssurément effondrée ! Avez mis,<br /> I l y a peu article sur moutier,<br /> N ‘est-il point vrai ? (mais était fortifié, <br /> T outefois, bien qu’il ne m’ait, du tout, plu)<br /> <br /> D e plus, celui du jour n’est défendu ! (<br /> E n fait, plus de défenses d’autrefois).<br /> N ‘est-ce mie, le voyez, mauvaise foi !<br /> I mmergée dans lieu bien trop religieux<br /> S uis-je, ici, et ce n’est ce que je veux.<br /> <br /> D es église fortifiées : oui, d’accord.<br /> E ncore faut-il qu’à réels castels forts<br /> <br /> P uissent-elles être comparées ! Et puis,<br /> I l n’en faut trop, que non, jamais, nenni ! *<br /> L e trop de moutiers vous tue les moutiers…<br /> E st-ce mon avis. Est-il partagé ?…<br /> <br /> * et même pas à la suite, il n’en faut trop… le pourcentage de l’an passé était « passable » (pour moi, bien sûr), mais point n’en fallait-il plus !
Répondre
L
* Une église du mardi est (sera) toujours peu défensive ou avec des défenses "perdues"..... C'est le cas de celle-ci.<br /> * En 2022, j'ai fait de choix d'encadrer un moutier "peu fascinant défensivement" entre 2 châteaux uniques ou merveilleux ou fabuleux.... Ainsi, le "petit" mécontentement du mardi sera effacé par l'incroyable du vendredi.<br /> * 2022 ne sera pas l'année 2020 (la fameuse 20/20)..... Des bâtiments religieux oseront se montrer "parfois".<br /> --- Nota : Je ne vous définis pas le mot : Parfois (ni en périodicité, ni en quantité).... hihihihi.