7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 07:50

 

 

La description de l'extérieur du château est ici - CLIC

 

 

 

Département :  11 - AUDE

 

 

 

Les rondeurs sont plus jeunes de 200 ans

 

L'intérieur du bâtiment central :

Entrer comme dans un moulin (ou presque)

* En observant l'entrée (entre repères 2 et 3) très abîmée, je ne vois aucune trace (trou) pour poutre de blocage, ni rainurage de herse ni fantôme de bretèche. La porte est totalement détruite.

* Le mur (à droite donc Sud) a une épaisseur de 1,70 mètres.

* La paroi perpendiculaire à gauche me semble être un ajout Royal lors de l'extension défensive (repère 2).

* Ma supposition :

- L'entrée actuelle est due aux modifications Royales sous Louis IX (ou plus certainement Philippe III).

- L'entrée primitive devait être sous les corbeaux (repère C) ayant porté une "bretèche" en bois, donc un petit mètre à droite de l'entrée actuelle (repère E).

 

 

A droite, le logis d'origine, au fond, le mur bouclier

Le vide est plein de détails

* En entrant, le touriste pressé ou non attentif ne verra que du vide, de l'herbe et des pierres. 😕

* Mais le passionné, le castellologue amateur remarquera des détails si nombreux qu'une encyclopédie il faudrait écrire.... ou presque. 🤭

* Que voir et que conclure :

I - Le travail de fouille n'a pas été réalisé complètement ou bien les archéologues ont remis la terre (pour une prochaine campagne) car sol d'origine doit être à plus d'un mètre en dessous.

Comment je pressens cela ?

- Les archères basses (repère A) ne sont pas accessibles ni visibles de l'intérieur.

II - Les imposants trous carrés dans la paroi Sud devaient porter des poutres du plancher supérieur, prouvant encore que le sol d'origine était beaucoup plus bas.

III - La largeur (Nord-Sud) de cette salle étant supérieure à 10 mètres, il est fort probable qu'un mur de soudure/séparation Est-Ouest existait, mais il est sous la terre herbeuse.

IV - A l'extrémité Est (à droite du repère 3) apparait une salle voûtée dont la fonction devait être... heu.... un stockage/cave.

V - Au fond, la pointe est l'éperon bouclier dont l'épaisseur du mur semble être de 2,8 mètres. L'assemblage des pierres entre cet éperon et les murs Nord et Sud me fait penser qu'il fut aménagé après la construction du logis primitif. C'est donc un aménagement Royal.

VI - En me collant le dos contre la pointe intérieure de l'éperon, je vois vers l'Ouest l'ensemble du bâtiment :

- Au centre, un arbre fruitier en cas de siège. 😂

- A gauche, l'épais mur Sud (repère 3) avec des archères (A) et l'entrée (E).

- A droite au fond, la tour citerne (repère 1).

- A fond derrière l'arbre, le........ (repère 2)

 

 

E comme entrée, A comme archère, M comme moi  😂

 

 

En bas, sont ce les arches d'un pont ? 😂

.... Logis défensif

* En entrant dans la pièce coté Ouest (repère 2), je me sens bien ou plutôt je retrouve un aménagement classique de château médiéval :

- En bas, des archères de 1,8 mètre de haut couvertes d'un arc plein cintre d'une largeur de 1,2 mètre. Je vous les ai déjà montrées ici.

- Au dessus, le mur en retrait portait les poutres du plancher supérieur.

- Puis l'étage de confort avec 2 baies avec un arc plein cintre surbaissé. Je pressens que coussiège il y avait... mais vous connaissez mon imagination fertile. 🤗

 

 

Le bâtiment central défendait il correctement ?

* Pour connaitre la réponse à mon questionnement, il suffit de :

- Regarder depuis l'une des archères du logis (repère 2). Le tir est possible sur la porte principale dans l'enceinte extérieure, les 2 tours ouvertes à la gorge et les escaliers vers le chemin de ronde.

- Regarder depuis l'archère "disparue" coté Est pour défendre la poterne et sa tour adjacente.

- Regarder....... partout.

 

 

Bien assis dans l'angle Nord-Ouest, je déguste ma pomme et l'architecture

 

 

Conclusion

* Les modifications primitives, les améliorations royales, les destructions puis les consolidations ont rendu difficile les datations précises du site.

* Mes supputations et affirmations ont été faites sur mes connaissances acquises grâce aux nombreuses découvertes de ruines et châteaux entiers (plus de 4000) puis par la lecture de plusieurs écrits d'historiens et castellologues. Mais il est possible que bêtise(s) j'ai écrite(s).

* Je pressens que les prochaines années d'étude par les futurs doctorants ou les périodes de fouille vont affiner ou contredire de nombreuses hypothèses.

* Mais sur la base actuelle, mon article fait de vous des spécialistes 😎 sur ce château unique.

* En récompense 🏆 , je vous donne un plan détaillé.

 

 

Le diaporama du château est visible ICI

 

 

 

Histoire du château :

* En 1001, les terres sont possession de la famille des Comtes (voir titre de noblesse) de Carcassonne. Aucune mention d'une construction de guet ou de défense est faite sur le rocher des Aigles.

* En 1010, les terres sont cédées au Comte de Besalù (voir liste).

* Au début du 12ème siècle (1123 ?.... c'est ce que supposent les historiens mais la date de fin 11ème est parfois énoncée), les terres d'Aguilar entrent dans les possessions de la puissante famille de Termes (voir leur château principal). Aucune mention d'une construction de guet ou de défense est faite. 

* A la fin du 12ème siècle ou début du 13ème siècle (à vérifier), Raymond de Termes (voir sa biographie) fait construire un petit château (à vérifier) au sommet du pech (voir étymologie). Le site comprend un donjon carré de 3 niveaux.

Nota : Beaucoup d'historiens doutent de cet aménagement.

* En 1209, début de la terrible croisade des Albigeois (voir ici).

* En 1210, après l'attaque victorieuse contre le château de Termes par l'armée Royale de France commandée par Simon IV de Montfort (voir ce livre), Raymond de Termes est capturé puis emprisonné. Tous les châteaux et terres de cette famille, dont Aguilar, son possession du Baron de Montfort. Les textes ne mentionnent aucun siège ni attaque du site d'Aguilar, donc aucune véritable fortification existe en ce début de 13ème siècle.

* En ce début du 13ème siècle, le jeune Olivier de Termes (voir sa biographie), fils de Raymond, s'enfuit en Aragon. Il y apprend l'art de la guerre et du siège puis devient un des familiers du Roi d'Aragon Jacques 1er.

* En 1218, Simon IV de Monfort décède durant le siège de Toulouse. Son fils, Amaury VI de Montfort récupère ses titres de noblesse et sa charge pour la croisade contre les Albigeois. Mais il n'a pas la maturité ni la connaissance guerrière de son père.

* En 1224, Amaury VI de Montfort, suite à une audience auprès du Roi de France Louis VIII, cède ses droits sur Aguilar (et d'autres châteaux) au royaume de France.

* A partir de 1240 (?), durant la révolte de Raymond II de Trencavel, plusieurs seigneurs faydits se regroupent dans différents châteaux dont Aguilar.

- Certains textes affirment que les chevaliers Raimond de Congost et Othon de Montbrun sont présents.

* En 1241, après de nombreuses batailles avec le Roi d'Aragon puis le Comte de Toulouse contre les possessions Royales en Occitanie, Olivier de Termes, vaincu, se soumet au Roi de France Louis IX (voir liste des rois). Le château d'Aguilar est toujours occupé par une garnison royale.

* En 1250, après sa vaillante participation à la septième croisade en terre Sainte, Olivier de Termes reçoit le site d'Aguilar toujours occupé par une garnison royale dépendant de la sénéchaussée de Carcassonne. Olivier fait construire (ou consolide... les textes partiels sont contradictoires) un puissant château (repère 3 sur le plan) puis l'aménage comme résidence principale. Un village fortifié est créé dans la pente au Sud du château.

* En 1257, Olivier de Termes décide de repartir en Terre Sainte. Pour financer la croisade (certains historiens affirment qu'il fait des dons important à de nombreuses abbayes et monastères pour le salut de son âme), il vend presque tous ses biens. Son testament précise que le château d'Aguilar sera cédé au Roi de France Louis IX.

* En 1258, signature du traité de Corbeil définissant la frontière entre les royaumes de France et d'Aragon. Aguilar devient une sentinelle Française surveillant la forteresse Aragonaise de Tautavel (voir ce château) à 14km au Sud.

* En 1260, Olivier de Termes étant toujours vivant, ne pouvant pas attendre la restitution du château par testament, le roi de France Louis IX achète le site d'Aguilar. Olivier quitte définitivement le site.

* A partir de 1262, Louis IX demande à ses architectes de réaliser une enceinte extérieure puissante sur le modèle de l'architecture Philipienne. Pour améliorer la défense de l'entrée coté Ouest (repère 9), l'ancien château est agrandi (repère 2 sur le plan). Au Sud, un mur est aménagé pour canaliser les assaillants vers l'Ouest (à vérifier car certains archéologues supposent que ce fut une porte défensive sur l'ancien chemin d'accès).

- Cette forteresse fait partie des « Cinq Fils de Carcassonne » avec les châteaux de :

-- Termes,

-- Quéribus,

-- Puilaurens,

-- Peyrepertuse.

* Vers 1263 (?), Pierre de Mirepoix, châtelain de la forteresse royale d'Aguilar, reçoit du roi de France des armures et des armes défensives. Certains historiens imaginent que le mur bouclier en éperon à l'Est est en construction.

* Vers 1272 (certains historiens supposent que cette date est trop tardive), la chapelle Sainte Anne (repère 8) est construite. La solde des soldats royaux est augmentée.

* En 1321, des machines de guerre provenant de la cité de Carcassonne sont amenées à Aguilar.

* Au 14ème siècle, construction de la tour carrée au Nord avec la citerne et 2 niveaux "défensifs".

- Certains historiens imaginaient que c'était le donjon d'Olivier de Termes, mais les spécialistes en architecture ont montré une réalisation plus tardive.

* En 1462, le Roussillon est donné au Royaume de France suite au traité de Bayonne signé par Louis XI.

* A partir de 1463, de nombreux conflits éclatent. Le château d'Aguilar est souvent attaqué.

* En 1493, le royaume de France perd le Roussillon

* En 1495, le lieutenant général du Roussillon, Henrique de Guzman, à la tête d'une armée, attaque puis récupère le château d'Aguilar.

* En 1525, la forteresse est à nouveau aux mains des Espagnols.

* En 1536, nouvelle attaque victorieuse des Espagnols.

* En 1541 ou 1542, les Espagnol attaquent encore la forteresse. Il semble que le site en ruine ne soit que partiellement consolidé (à vérifier).

* Vers 1569, le château est définitivement abandonné. Son dernier châtelain se nomme : Jean Gaspars de Gensac.

* En 1659, après la signature du traité des Pyrénées repoussant la frontière du Royaume de France au sommet des Pyrénées, le site d'Aguilar perd définitivement son utilité.

* En 1949, la ruine est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, plusieurs campagnes de fouilles et consolidation sont réalisées.

* Au 21ème siècle, la découverte au loin de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite depuis la route et les sentiers. La visite de l'intérieur est payante.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

L'infini est 'aux portes' de ce château unique

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 11 Vers Menu
châteaux
de l'Aude
Partager cet article

commentaires

Pierrote 12/08/2021 17:31

Je suis partante pour lire « 20000 lieues sous les pierres » !

Et bien déçue pour vous que votre « travail » d’un mois ne soit pas récompensé comme vous l’espériez.
En tout cas, j’ai eu grand, grand plaisir à lire vos 3 articles et mirer toutes vos photos du site. C’était presque comme si j’y étais allée !

Et, j’attends vos surprises avec impatience ! (mais j’attends toujours vos articles avec impatience… en espérant que ce ne soit mie un moutier presque « ordinaire » !)

Le Chevalier Dauphinois 12/08/2021 17:55

* Pour exister sur le web il faut être médiatique.
* Hors je ne suis ni un personnage connu, ni un journaleux, ni un chanteur, ni un influenceur, ni une star d'une télé-réalité.... donc je savais que mon blog ne serait pas souvent sur la première page de Google.
* De plus, ce COVID ne donne pas beaucoup l'envie à mes contemporains de partir en visite, ni en week-end (sans compter les limitations gouvernementales).
* Je me suis fait plaisir, c'est l'important.
* L'Aragon médiéval (donc le département du Roussillon en notre France) m'a donné des Idées. J'ai plusieurs châteaux du 66 en préparation.
** Pour les moutiers défensifs... hélas pour vous.... c'est ma deuxième passion.
** Je me dois de TOUS les montrer.
** De plus, les décrire me prend peu de temps.... me laissant ainsi plus d'heures pour créer des articles de ruines.
** A chaque chose, malheur est bon (si, si, c'est vrai).

Pierrote 10/08/2021 13:40

A i-je apprécié votre démonstration «
G laçante » quant à vérifier fonction
U tilitaire des archères… Antan,
I l valait mieux ne mie être devant
L ors d’un assaut, cela pour ennemis !…
A vez aussi moult détails réunis,
R appelant que premier castel subit

T ant d’aménagements ! De son passé
U nité n’est plus, plutôt est brouillée.
C harmée je fus, cependant, découvrir
H abitat des différents seigneurs. Lire
A ussi long historique est, à mes yeux,
N on pas comme un jour sans pain ! Si heureux

A été, là, mon médiéval esprit !
U ne cerise sur gâteau « acquis »
D ans vos articles précédents.* Emoi
E vident face à site de ce poids…

N ous avez permis un fort bel voyage
O ù l’on trouve, partout, le Moyen-Âge.
T out ce qu’il reste à faire ? vous remercier !
A ussi prenante vision j’ai aimée !

* les 2 articles sur Aguilar, précédent celui-ci, c’est le gâteau.

Le Chevalier Dauphinois 10/08/2021 15:40

* Ces 3 articles sur ce château sont (pour moi) une revanche d'une erreur que j'ai commise il y a quelques temps (je ferai certainement un article ou un long nota dans une autre prose sur une ruine de ce département à l'histoire ressemblante.).
* J'ai mis presque un mois à écrire les 3 articles sur ce château unique tant je souhaitai tout montrer "autrement" (ce qui est visible, supposé, déduit et invisible).
* Mes longues lectures et prises de notes brouillonnent se devaient d'être une découverte criante !
* Mes centaines d'images prises se devaient être le reflet de la vérité (ou de celle s'approchant de l'actuelle vérité connue).
* Sur le web, dans les présentations des offices de tourisme et dans les articles des "fanatiques" des Cathares, il y a "trop" d'erreurs et d'amalgames. Donc j'ai souhaité détailler "chaque" particularité.
* Il n'est pas prévu cette année que je refasse ce style de longue description déductive pour 2 raisons :
-- 1 -- La recherche de documents sérieux puis la prise de note sont très longues (1 mois pour un château... cela ne va pas remplir rapidement mon blog).
-- 2 -- Je n'ai pas eu beaucoup de visiteurs malgré la renommée du château et la diversité de mes photos. Donc mon mois de travail n'est pas "récompensé". Il est vrai qu'il y a de nombreux sites web, vidéos, Tripadvisor, page spéciale FaceBook, les Wiki, photos flicker, etc... montrant cette ruine. Mon petit blog n'est pas aussi bien référencé.
* Mais j'ai d'autres surprises en préparation (ou déjà rédigées pour cette année). Donc mon blog ne va pas s'arréter de suite.
* Et puis... je n'ai que 800 ans.... c'est jeune pour un Dauphinois..... donc...... je ferais comme mon ami Jules (que chacun connait sous le nom de Verne)... je vais écrire : 20000 lieues sous les pierres.... hihihi !