Translation

 

Select your language below

 
 

 

Recherche Dans Ce Site Web

10 décembre 2021 5 10 /12 /décembre /2021 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

 

Voyez vous cette merveille d'un autre temps ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Tauriers est située à 50km au Nord-Nord-Est d'Alès, à 40km à l'Ouest de Montélimar (voir son château) et à 12km au Sud-Ouest d'Aubenas.

 

  Coordonnées du château :

44° 33' 03" N 04° 16' 50" E
 44.550992°  4.280770°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La vérité vraie

* Il était une fois un Chevalier, Grand, Beau, Fort, Intelligent et...... Curieux de tout !

* Par ses lectures hivernales, cet Apollon Fabuleux avait appris qu'une belle forteresse existait proche d'Aubenas dans le Vivarais médiéval.

* C'est donc, tel un Aventurier Intrépide, que ce jouvenceau Musclé (et modeste) se rendit en cette petite commune.

Nota : M'avez vous reconnu en cette introduction ?  blush

 

 

Je pressens que rempart cela fut

Les murs d'un autre temps

* Après avoir laissé mon destrier au bas de la colline, je marche dans les petites rues en pente.

* La commune est divisée en 2 :

- En bas, la ville "neuve".

- En haut, la cité médiévale (bourg castral ?).

* Soudain, mes poils de castellologue amateur se redressent car je viens de voir les traces d'un rempart.

* Derrière l'écran, je vois votre doute dans vos rides et ridules (si, si mesdames, je les vois wink ).

* En me décalant sur la droite puis en prenant du recul, je vous le démontre.

 

 

La porte  défensive

* Bien que des habitations aient été aménagées dans le rempart, l'aspect défensif et médiéval est encore visible.

* Regardez cette entrée fortifiée :

- Le mur épais,

- Le rail de guidage pour la herse,

- Le trou pour la poutre de blocage du vantail,

- Puis l'assommoir.

 

Voila une construction qui ne renie pas ses origines médiévales

 

 

Le château :

L'extérieur :

Le sommet est le summum !

* Derrière la porte fortifiée, proche de l'église, au sommet de la colline, à 410 mètres d'altitude, une masse construite m'appelle.

Correspond elle à cette vielle image ?

* Lentement je l'approche.

* Entourée de bâtiments anguleux, la seule construction qui attire mon attention est l'imposant donjon :

- Il est quadrangulaire.

- Il semble borgne.

- Crénelage et mâchicoulis ont disparu (mais.. y en avait il ?).

- Je ne distingue aucune tour-escalier extérieure.

* J'avance pour tenter de comprendre.

* Soudain, je suis arrêté par des fentes verticales que je pressens être des archères droites.

* Sous le toit actuel, je pressens que les trous de boulin ont porté un hourdage (voir vocabulaire).

* Ne comprenant pas l'architecture générale du château, je décide de prendre du recul.

 

 

Que de détails fascinants !!!

Encore bellement !

* Diantre, que voila complexité et efficacité ! ! ! !

* Derrière votre écran, je vous vois dubitatifs..... même dans les rides et les ridules. 😜

* Asseyez vous confortablement, je vous déroule le scénario :

- Au centre, une large construction en encorbellement :

-- Ceci ne point être bretèche.

-- Si cela est latrines, c'est un lieu pour 3 personnes. 😮

-- Je subodore que cet encorbellement fut un vide ordure. Je vous en ai montré :

--- En Aude (voir le château ici).

--- En Lot et Garonne (voir le château ici).

Nota : il est fort probable que fossé il y avait, donc l'assaillant ne pouvait point entrer par cet encorbellement.

- Sur le coté gauche, 2 merveilles pour les petits besoins de la vie. 🤣

- Le long bâtiment en retrait montre :

- Quelques fentes verticales que je pressens être des archères.

- Des trous de boulin alignés ayant porté des hourds.

 

 

Que voila donjon unique !

Que voila curieuses curiosités !

* Derrière, je vois à nouveau le donjon.

* En arrivant, j'avais affirmé que la tour maitresse est borgne. Mais en la regardant mieux je vois.... heu.... de rares et fines fentes verticales.

- Sont ce des archères ?.... je doute.

- Sont ce des puits de lumière ?..... Peut être.

* Au sommet, coté Ouest, je distingue 3 consoles triples. Je subodore que porte il y a en dessous donc bretèche cela est.

*  Sur la face Sud, je remarque une ouverture bouchée avec deux crapaudines au dessus. Je suppose qu'une huchette (voir vocabulaire) protégeait l'ouverture.

* Le plus impressionnant est la forme de ce donjon. Il possède un éperon. Ce type d'architecture est rare en Vivarais.

 

 

 

L'intérieur :

* Face à la porte avec son arc plein cintre, je plante mes chausses...

.... Puis je toque...

..... Puis je quémande à haute voix.....

...... Puis je hurle mon besoin d'entrer !

* Mais close reste cette paroi en bois.

* Je tourne donc mes talons pour......

...... admirer le paysage.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, des mines d'argent sont exploitées à Tauriers. Ces mines font l'objet de nombreux contentieux de possessions entre le Comte de Toulouse (voir liste), l'évêque de Viviers (voir liste) et les seigneurs locaux.

* En 1177, l'évêque de Viviers (possédant certainement quelques mines autour de Largentière, Chassiers, Montréal et Tauriers) est autorisé à battre monnaie.

* En 1190, Pierre-Etienne de Tauriers et son frère Odilon de Tauriers sont cité dans un texte de don à l'abbaye de Chambons.

* En 1193, Raymond V, Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse reconnait avoir usurpé quelques droits sur les mines. Il s'engage devant l'archevêque de Vienne (voir liste) à ne pas faire usage de la force contre les autres possesseurs des mines.

* Vers 1209 (?), Etienne de Tauriers possède un sixième d'une mine à Largentière (à vérifier car Etienne serait le seigneur de Brison - scission de la famille).

* En 1210, l'évêque de Viviers se plaint des acquisitions faites par le Comte de Toulouse. Le castrum de Tauriers est dans cette liste.

- Certains historiens supposent que le château aurait été construit au début du 13ème siècle.

* En 1229, le castrum de Tauriers est cité comme l'une des limites du tènement de Largentière.

* Au 15ème siècle (?), un corps de logis de 2 niveaux,  "moderne" et confortable est construit dans l'enceinte du château. Une nouvelle enceinte (extérieure ?) est construite pour renforcer les défenses.

- Certains castellologues supposent que le donjon reçoit des mâchicoulis.

* En 1926, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de la propriété privée est interdite.

 

 

L'infini est la récompense d'un castellologue amateur

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

commentaires

P
T out à fait !…(je réponds à la question !*)<br /> A vec, toutefois, interrogation.<br /> U n oubli semblez avoir fait, ici :<br /> R ides ou ridules** ne seraient mie<br /> I mprimées, aussi, sur votre visage ?<br /> E tes un Chevalier d’un si grand âge !!!<br /> R ompu, de plus, êtes à vie « externe ». <br /> S ait-on qu’icelle provoque moult cernes !***<br /> <br /> V oilà qui est dit. Passons au castel.<br /> I nébranlables paraîssent murs. Belle<br /> V ision du donjon nous donnez ! On est,<br /> A ssurément ébahi, stupéfait !<br /> R avissement face à si hermétique,<br /> A ustère construction ! N’est pas unique :<br /> I mbrication d’anguleux bâtiments<br /> S ait compléter ce lieu d’un autre temps.<br /> <br /> A vec les attributs que nous montrez -<br /> R epérés bien - voyons que fortifiée<br /> D ûment fut cette place. Et les images,****<br /> E n sus, nous font rêver au Moyen-Âge.<br /> C urieux éperon l’attention attire.<br /> H eureuses âmes ayant su contenir<br /> E nnemis pour garder la vie ! Plaisir<br /> <br /> P our sûr, ce fut bourg, château admirer !<br /> S oyez remercié, Ô, Mon Chevalier !<br /> <br /> * question posée au "Nota" du 1er § « La vérité vraie ».<br /> ** voir un peu plus loin dans votre article, et : cela a à voir avec votre question, en fait ! (tous les adjectifs que vous voulez pour vous décrire, + des rides !!!)<br /> *** bon, ce ne sont pas des cernes qu’elle provoque, mais des rides (plutôt dûes au soleil d’ailleurs). Mais, pour les besoin de la rime…<br /> **** les photos anciennes du site, vues par la 1ère image de l’article et par le lien « correspond-elle à cette image ? » du § « Le sommet est le summum !».
Répondre
L
* Que lis je ?!<br /> * Si vieux je serai que rides j'aurais...... rhôôôô.<br /> * Tant à l'extérieur je suis que crevasseS sur mon visage apparaissent....... rhôôôô.<br /> * Rien de tout cela.<br /> * Peau de bébé j'ai toujours.<br /> * Mon secret...... Il est double :<br /> - 1 - Je connais toutes les fontaines de jouvence du Royaume. C'est en elles que je me lave une fois l'an.<br /> - 2 - Je garde mon heaume en toutes circonstances, ainsi le vent sec ou les rayons de Râ n'affectent pas ma beauté éternelle.
M
Quelle belle découverte que ce château avec son curieux donjon ! S'agissait-il d'une échauguette ou tout simplement d'un restant de créneau car bien souvent, pour ne pas dire toujours, les donjons étaient surmontés d'un crénelage, donc avec une plate-forme (terrasse) permettant de surveiller les alentours. Le sommet du donjon a pu être restauré à quel siècle ? Je dirai récemment... 18e, 19e, 20e ? Sauf à en savoir plus auprès des heureux propriétaires, ceci est une autre enquête...
Répondre
L
* Ce donjon en éperon n'est pas unique, car il en existe plusieurs en notre beau Royaume de France, mais n'étant pas si nombreux, en voir un est toujours un immense plaisir.<br /> * Les quelques pierres en encorbellement au sommet furent.... heu.... j'ai supposé une bretèche car porte il doit y avoir de ce coté.... Mais sans entrer dans la propriété privée, cela reste une supputation./déduction.<br /> * Je n'ai pas d'information sur l'architecture exacte du donjon médiéval...... Peut être qu'un jour je découvrirai une étude ou un document "de travaux payés par le seigneur" dans Gallica ou GoogleBook..... donc je complèterai cet article.<br /> .<br /> * C'est un peu mon problème dans ce blog : Dois je montrer sans expliquer ?... ou en supposant ?... ou attendre d'avoir lu une véritable étude sur les bâtiments ?... ou passer des mois/des années à rechercher/étudier pour un seul bâtiment ?<br /> * N'ayant pas la vocation d'un universitaire, ni l'envie de faire un master ou une thèse, je rédige en fonction de mes envies.<br /> * Conséquence : Parfois mon article est incomplet ou possède quelques erreurs ---> Plus tard, je corrige.<br /> .<br /> *** Quelques universitaires ou puristes me reprochent parfois de ne pas citer mes sources.<br /> *** Toute l'année, je lis différents ouvrages, publications, prospectus, panneaux. Parfois je photographie la documentation, qu'une secrétaire de mairie me montre, sans immortaliser les notes de bas de page ni la bibliographie à la fin.<br /> *** Un même document peut parfois concerner plusieurs sites défensifs.<br /> *** Tout cela est dans ma base de données (établie par département+ville+type), dont je supprime la source après la réalisation de l'article dédié.<br /> .<br /> * Mon blog est une sorte de guide touristique (puisque coordonnées géographiques il y a) dédié au Moyen Âge défensif avec une analyse face aux murs, pour faire comprendre ce que je vois (ou suppose).<br /> * Ayant plaisir à marcher et découvrir puis comprendre, j'essaie modestement de donner l'envie aux lectrices et lecteurs.<br /> * Et puis, dans les ruines médiévales, l'air est sain. Il n'y a pas de Covid....... (il n'y aurait qu'un reste de la bactérie Yersinia pestis.... hihihihi).