12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 08:50

 

 

Département 65 - HAUTES PYRÉNÉES

 

 

 

 

Je me sens l'âme d'un toréador !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Mauvezin est située à 30km au Nord-Est de Lourdes (voir son château), à 20km au Sud-Est de Tarbes et à 10km à l'Ouest de Lannemezan.

 

  Coordonnées du château :

43° 07' 06 "N 00°16'37.0"E
 43.118392°  0.276943°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

J'ai si faim que je mangerai un bœuf

* J'ai faim.

* J'ai une faim de loup.

* Comme il n'y a aucune taverne proche, je décide d'entrer dans le champ pour attraper un bœuf ou une vache.... qu'importe.

* Mais, car il y a toujours un "mais" dans une vraie histoire, le bruit de ferraille de mon armure de castellologue amateur, puis mon manque de vivacité font que ma nourriture sur pattes s'éloigne.

* Ce champ nu de victuaille fait mon désespoir...... alors que mon destrier végétarien se régale.

 

 

La construction est si légère qu'elle vole au dessus des arbres !

Une déconvenue entraine toujours un plaisir

* Bien que mon estomac soit dans les talons (puisque l'étalon n'est point sous mon séant) mes poils se dressent.

* N'étant pas en saison hivernale, je subodore que construction médiévale est proche.

* Mes yeux scrutent l'horizon. 👀 

- Derrière votre écran, je vous entends glousser :

- "Chevalier, nous avons tous vu le château dès la première image !"

- Heu..... je vous rappelle que j'ai faim. Un homme affamé ne réfléchit plus ou plutôt ne pense qu'à une seule idée : Manger. 😩

* Donc, je reprends mon récit.

* Au sommet de la colline (que je subodore avoir été arasée), dans cet écrin de verdure, une blanche (ou jaune suivant l'angle des rayons du soleil) merveille trône...... puis me quémande de la caresser.

* J'arrive, Belle Beauté !

 

 

Est ce un donjon ou une tour-porte ?

 

 

Anguleuse beauté

* Lentement j'approche.

* Je survole rapidement la basse cour pour me retrouver proche d'elle.

* Bien que la construction ait été arasée, bien qu'elle ne possède ni crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire), son architecture défensive est intacte (ou presque).

* Ses caractéristiques :

- Enceinte carrée de 35 mètres de coté.

- Hauteur actuelle des murs : 15 mètres.

 

 

Ses angles sont tranchants comme...heu... des couteaux

Les absentes rondeurs

* Moi qui adore les rondeurs, en ce château je suis presque frustré. "Presque" car le Moyen Âge de protection se voit dans chaque détail. Tout est fait pour une efficacité défensive :

- Une tour au centre pour protéger les 2 courtines adjacentes.

- A chaque angle une tour (ressemblant à un contrefort) pour éviter les angles morts et apporter une autre défense aux courtines.

- Bien sur, le manque d'archère sur la hauteur est surprenant. Mais je suppose que cela est dû aux reconstructions (car au début du 20ème siècle, ce château n'était que ruines). Réparations et rehaussement se voient proche d'une archère.

- Sous cette archère il y a..... hummmm..... des latrines en encorbellement.

Sont ce les seules ?

- Évidemment non, d'autres existent dans l'angle des tours.

 

 

Une entrée bien défendue

* Du coté de l'attaque, l'architecte a décidé de construire une imposante tour anguleuse de forme carrée.

* Sa hauteur, sa puissance, sa superficie me font penser que c'est un donjon habitable.

- Hauteur actuelle : 36 mètres.

- Largeur : Presque 14 mètres.

* Évidemment les systèmes défensifs comme archères, crénelage et mâchicoulis n'ont pas été oubliés.

* L'armement étant stocké dans le donjon, le chemin de ronde traverse cette tour.

* Pensant avoir tout compris de l'extérieur, le long de la courtine Sud,  je rampe tel un assaillant rusé pour entrer en ce château qui fut partiellement possession de mon Gastounet (je vous ai montré un autre château ici).

 

 

JCombien de belles dames ont lu sur cette coussiège ?

L'intérieur :

Rappel

* La visite du château étant payante, je ne me sens pas le droit de tout vous montrer.

* Je vais donc m'attarder sur quelques détails vous donnant l'envie de découvrir cette magnifique construction médiévale.

 

 

La cour

* Après avoir donné quelques piastres à une demoiselle Mauvezinoise, je découvre la cour intérieure avec ses reproductions d'armes médiévales d’assaut et de défense.

* Je ne suis point venu jouer les chevaliers guerrier (car j'en suis un) mais comprendre les bâtiments, donc je regarde la pierre.

* Coté Ouest, le long bâtiment modernisé (et surtout incomplet puisqu'il n'englobe pas la fenêtre au 3ème niveau) fut peut être le logis avec les communs en dessous.

* En découvrant les puits de lumière et le mur en retrait au dessus, il est possible de définir l'ancienne hauteur de la salle médiévale.

* Face à moi, l'imposant donjon avec ses murs de 3 mètres d'épaisseur.

* Face à moi, une porte vers un autre monde.

* Face à moi, l'aventure intérieure.

 

 

Muse et musée

* Meublé un donjon ayant plusieurs siècles est délicat 

Quel siècle montrer ?

* La solution choisie : Le moyen âge et Gaston Fébus.

* Je profite de la quiétude pour papoter avec d'autres guerriers.

* Puis, comme je suis galant homme (comme tous les Dauphinois), je vais conter fleurette à la belle dame qui s'ennuie.

* Je vous laisse découvrir seuls les autres salles et le chemin de ronde car la suite est....... privée et coquine. 😘

 

 

Pour voir le diaporama, veuillez cliquer ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er avant JC, il est probable que les Romains bâtissent un oppidum.

* Au 10ème siècle, les historiens supposent qu'une motte castrale (en bois) est érigée par un (ou à la demande du) Comte de Bigorre (voir liste).

* Au 11ème siècle, le site défensif est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Bigorre. Il est probable que ce soit Centulle I de Bigorre aussi nommé Centulle V de Béarn.

* A la fin du 11ème siècle, Gaston IV de Béarn, seigneur du château, participe à la première croisade. Profitant de son absence, le Comte de Comminge (voir liste) tente de s'emparer du château.

* Au 12ème siècle, un château en pierre, avec donjon central dans la cour, existe. Il est toujours possession du Comte de Bigorre.

* En 1152, Aliénor d'Aquitaine épouse Henri Plantagenet. Cet acte bien loin du château va avoir des conséquences 150 ans plus tard.

* En 1216, Pétronille de Bigorre hérite du château. La même année, par mariage avec Pétronille, le château est possession de Guy de Montfort, fils de Simon IV de Montfort.

* A partir de 1255 (?), la Bigorre est terre d'Aquitaine (donc Anglaise).

* En 1293 (ou 1294), le roi de France (voir liste) Philippe le Bel met le château sous séquestre.

Question: Est ce avant ou pendant la guerre de Guyenne ?

* En 1337, début de la guerre de Cent Ans.

* En 1360, après la signature de "l’odieux" traité de Brétigny, le château devient possession du Roi d'Angleterre. Une troupe Anglaise l'occupe (à vérifier).

* En 1373, Louis Ier Duc d'Anjou, pour le compte du Roi de France (puisqu'il est son frère), attaque le château avec 8000 hommes (info à vérifier). Après un siège de 6 semaines, il récupère le château qui est donné à Jean II, Comte d'Armagnac (voir liste).

* En 1379, Gaston Fébus en épousant Béatrix d'Armagnac, fille de Jean II, reçoit en dot (entre autre) le château.

* En cette fin du 14ème siècle, l'architecture du château est fortement modifié (certains historiens supposent qu'il ne reste que peu du château antérieur).

Note personnelle : Cette architecture ressemble beaucoup à Morlanne et surtout Montaner, deux œuvres de mon Gastounet.

* A partir de 1412, Jean IV de Grailly (voir cette famille), Comte de Foix et Vicomte de Béarn séjourne parfois au château. Il demande quelques modifications architecturales (à vérifier).

* Au milieu du 16ème siècle débute la fratricide guerre de Religion. Le château est occupé par des Protestants armés qui rançonnent (à vérifier) les villages alentour.

- Une armée Catholique déloge les Protestants puis transforme le donjon en prison.

* Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, Henri de Navarre séjourne au château (à vérifier).

* En 1607, la Bigorre, donc ce château, est englobée dans le Royaume de France.

* En 1659, après la signature du traité des Pyrénées, de nombreux châteaux ne sont plus "garde-frontières".

* A partir de 1667, le château n'est plus entretenu.

* Vers 1792, les Révolutionnaires attaquent le château puis le pillent.

* A la fin du 18ème siècle, les habitants du bourg récupèrent les pierres du château.

* Au 19ème siècle, de nombreuses pierres du château sont vendues pour construire les thermes de Bagnères de Bigorre.

* Au début du 20ème siècle (1906 ?), une campagne de consolidation est organisée.

* En 1941, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A partir de la fin du 20ème siècle, des campagnes de reconstruction et de consolidation sont réalisées par la commune et le département.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route, le sentier et le parking. La visite de l'intérieur du site est payante. Veuillez vous renseigner sur les jours et heures de visite.

 

La vidéo du château est ici

 

 

Ce paquebot traverse les siècles et renaît tel un Phénix

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 65 Vers Menu châteaux des
Hautes Pyrénées
Partager cet article
Repost0

commentaires

Pierrote 14/03/2021 15:30

M erveille d’hermétisme est construction
A vec si hauts murs. Une élévation
U niforme, stricte, aveugle quasi.
V ous l’avez dit : légèreté, ici,
E st ressentie* malgré massif aspect.
Z ones anguleuses donnent cet effet ?
I l se pourrait… L’absence de rondeurs
N ous offre perception de la frayeur

B ien normale des intrus autrefois
I mmobilisés devant ces parois :
G uère d’angles morts pour une échalade
O u sape des murailles. Une « balade »
R eposante n’étaient point les assauts !
R udes défenses sont vues dans château
E t, à mes yeux, cela le rend fort beau…

N ‘ai-je pris en compte remaniements.
O uvrage est donc tel que siècles avant,**
T rès visible de plus. Dans le passé
A montré de ses seigneurs renommée.

B ien je mélange parfois ces familles
E ntremêlées (trop !) par fils et filles…***
N ’est-ce point le lot de la « grande Histoire » ?
E tre le lien de son vaste terroir.

* cf. info-bulle de la 2e image de votre article.
** dans mon esprit, en songe.
*** je veux parler des comtes de Bigorre, Béarn, Comminges, Foix (et même Navarre), tant les liens sont proches entre eux.

Le Chevalier Dauphinois 14/03/2021 20:17

* Qu'apprends je ?
* Ma Pierrote s'intéresse aux liens familiaux et aux potins !
* Je subodore qu'elle s'est abonnée à des journaux people tels "Ici Bigorre" ou "Voici du Béarn", "France et provinces Dimanche", "Closer de Navarre" et même "détective en Foix".
* Doucement, avec les années, je sais tout de MA Dauphinoise.
* Je connais ses lectures, ses revues, ses sources..... Je sais tout !