3 avril 2021 6 03 /04 /avril /2021 07:50

 

 

Département 65 - HAUTES PYRÉNÉES

 

 

Il est là haut, moi en bas

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Montoussé est située à 35km au Sud-Est de Tarbes, à 25km à l'Ouest de Saint Gaudens et à 10km au Sud de Lannemezan.

 

  Coordonnées du château :

43° 03' 48" N 00° 24' 52" E
 43.063413°  0.414669°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Là haut sur la montagne 🎼🎶

* C'est mon dernier jour de vacances.

* Je ne suis pas triste car demain, je vais revoir mes Dauphinoises montagnes......

   ..... Donc, je chante, haut et fort.

* Haut... Hoooo..... car là haut sur une ronde colline, il y a un frémissement de poussière, une odeur médiévale.

* Je me dois d'avancer vers le Sud.

* Proche de l'église du bourg, un chemin attend le randonneur passionné.

 

 

Est ce LA porte vers le paradis ?

L'aventure inhumaine

* Comme toujours, il faut monter.

* Comme toujours, mon destrier reste en bas.

* Comme toujours, c'est l'ascension de l'Everest qui m'attend.

* Comme toujours, le sol est glissant pour me faire choir.

* Comme toujours, les plantes griffantes et vénéneuses attaquent mes merveilleux mollets musclés.

* Comme toujours............. j'exagère (un peu) mon exploit. 😚

 

 

L'approche "portuaire"

* Le chemin balisé vers la ruine, bien qu'en pente, est accessible.

* C'est donc avec les yeux brillants que je découvre le premier rempart.

* Bien qu'arasé et parfois très effondré, ce mur d'une hauteur de 5 mètres pour une épaisseur de presque 1 mètre est encore impressionnant.

* Cette paroi possède une porte cintrée de 3 mètres de haut.

* Certains pourraient imaginer que cette trouée soit un éboulement. Sur le coté, la présence d'un trou pour le blocage d'une poutre du vantail confirme mon affirmation que porte cela est/fut.

 

 

Voyez vous le fantôme du chemin de ronde au dessus de la porte ?

 

 

 

Je pressens que le jardinier est parti faire une sieste

L'intérieur :

L'errance... dans le temps

* Je suis dans la place.

* Rapidement je passe devant les vestiges minimaux de la chapelle.

* Ruines et végétation se battent pour marquer leur territoire.

* Chaque mur arasé définit une salle, une pièce, un bâtiment.... dont je ne peux point spécifier la fonction exacte.

- Qu'importe, errer dans un site médiéval est un plaisir unique.

* Soudain, une paroi m'interpelle.

Comprenez vous mon étonnement ?

* Les pierres sont positionnées en arrête de poisson.

- Ce type de réalisation date généralement du 10 ou 11ème siècle.

Ce mur est il si vieux ?

- Au 13ème siècle, cette pose est souvent à l'extérieur, pour l'esthétique, la décoration.

Etait ce le mur d'un bâtiment majeur ?

- Je pressens que cette curiosité a été faite récemment, durant les consolidations.

 

 

Ce spectacle est unique, fantastique, magique et.... clouté... hihihi

 

 

Je pressens que le donjon sera encore présent dans 1000 ans

Le clou du spectacle

* En réalité je devrais écrire : Les clous. Deux incroyables vestiges s'offrent  moi.

- Sur la droite, la citerne pour récupérer les eaux de pluie. Le château est positionné si haut qu'il est impossible de creuser un puits.

- A gauche, le puissant donjon un peu cassé. Ses dimensions ne le rendent pas habitable. L'épaisseur des murs se devine coté remblai.

 

 

La fin de la visite et.... des vacances

* Ayant tout vu, touché, léché.....
      ...... Je pose mon séant merveilleux et musclé sur une pierre taillée presque millénaire pour admirer le paysage.

* A mes pieds, l'espace entre les murs se nomme : Un boulevard.

* Au loin, je surveille les habitantes des nombreuses petites communes dont l'une se nomme : Bisous.

* C'est en pensant à vous les faire (vous gentes dames) que je quitte ce site castral.

* Avant de partir, je vous fais un cadeau : Le plan simplifié du château.

 

 

Pour voir le diaporama, veuillez cliquer ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un premier château.

* A partir de 1255 (?), la Bigorre est terre d'Aquitaine (donc Anglaise).

* A la fin du 13ème siècle (ou début du 14ème), suite à la guerre de Guyenne , le roi de France (voir liste) Philippe le Bel récupère le château.

* En 1337, début de la guerre de Cent Ans.

* En 1360, après la signature du traité de Brétigny, le château devient possession du Roi d'Angleterre (voir liste).

* En 1466, un capitaine "Français" est affecté à la garde du château et à la surveillance de la vallée.

- Question :

En 1659, lors de la signature du traité des Pyrénées, ce château, qui n'est plus frontière, est il toujours occupé ?

* Durant la deuxième guerre mondiale, l'armée Allemande dynamique le donjon et quelques bâtiments pour installer une DCA. Le but est de protéger l'usine chimique proche.

* En 1995, une association de sauvegarde est créée. Lentement les ruines revivent.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite avec de bonnes chaussures. Les ruines n'étant que partiellement consolidées, soyez très prudents car le risque de glisser ou de recevoir une pierre est important.

 

La vidéo du château est ici

 

 

Au loin, voyez vous MON Dauphiné ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 65 Vers Menu châteaux des
Hautes Pyrénées
Partager cet article
Repost0
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 08:50

 

 

Département 65 - HAUTES PYRÉNÉES

 

 

 

 

Je me sens l'âme d'un toréador !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Mauvezin est située à 30km au Nord-Est de Lourdes (voir son château), à 20km au Sud-Est de Tarbes et à 10km à l'Ouest de Lannemezan.

 

  Coordonnées du château :

43° 07' 06 "N 00°16'37.0"E
 43.118392°  0.276943°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

J'ai si faim que je mangerai un bœuf

* J'ai faim.

* J'ai une faim de loup.

* Comme il n'y a aucune taverne proche, je décide d'entrer dans le champ pour attraper un bœuf ou une vache.... qu'importe.

* Mais, car il y a toujours un "mais" dans une vraie histoire, le bruit de ferraille de mon armure de castellologue amateur, puis mon manque de vivacité font que ma nourriture sur pattes s'éloigne.

* Ce champ nu de victuaille fait mon désespoir...... alors que mon destrier végétarien se régale.

 

 

La construction est si légère qu'elle vole au dessus des arbres !

Une déconvenue entraine toujours un plaisir

* Bien que mon estomac soit dans les talons (puisque l'étalon n'est point sous mon séant) mes poils se dressent.

* N'étant pas en saison hivernale, je subodore que construction médiévale est proche.

* Mes yeux scrutent l'horizon. 👀 

- Derrière votre écran, je vous entends glousser :

- "Chevalier, nous avons tous vu le château dès la première image !"

- Heu..... je vous rappelle que j'ai faim. Un homme affamé ne réfléchit plus ou plutôt ne pense qu'à une seule idée : Manger. 😩

* Donc, je reprends mon récit.

* Au sommet de la colline (que je subodore avoir été arasée), dans cet écrin de verdure, une blanche (ou jaune suivant l'angle des rayons du soleil) merveille trône...... puis me quémande de la caresser.

* J'arrive, Belle Beauté !

 

 

Est ce un donjon ou une tour-porte ?

 

 

Anguleuse beauté

* Lentement j'approche.

* Je survole rapidement la basse cour pour me retrouver proche d'elle.

* Bien que la construction ait été arasée, bien qu'elle ne possède ni crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire), son architecture défensive est intacte (ou presque).

* Ses caractéristiques :

- Enceinte carrée de 35 mètres de coté.

- Hauteur actuelle des murs : 15 mètres.

 

 

Ses angles sont tranchants comme...heu... des couteaux

Les absentes rondeurs

* Moi qui adore les rondeurs, en ce château je suis presque frustré. "Presque" car le Moyen Âge de protection se voit dans chaque détail. Tout est fait pour une efficacité défensive :

- Une tour au centre pour protéger les 2 courtines adjacentes.

- A chaque angle une tour (ressemblant à un contrefort) pour éviter les angles morts et apporter une autre défense aux courtines.

- Bien sur, le manque d'archère sur la hauteur est surprenant. Mais je suppose que cela est dû aux reconstructions (car au début du 20ème siècle, ce château n'était que ruines). Réparations et rehaussement se voient proche d'une archère.

- Sous cette archère il y a..... hummmm..... des latrines en encorbellement.

Sont ce les seules ?

- Évidemment non, d'autres existent dans l'angle des tours.

 

 

Une entrée bien défendue

* Du coté de l'attaque, l'architecte a décidé de construire une imposante tour anguleuse de forme carrée.

* Sa hauteur, sa puissance, sa superficie me font penser que c'est un donjon habitable.

- Hauteur actuelle : 36 mètres.

- Largeur : Presque 14 mètres.

* Évidemment les systèmes défensifs comme archères, crénelage et mâchicoulis n'ont pas été oubliés.

* L'armement étant stocké dans le donjon, le chemin de ronde traverse cette tour.

* Pensant avoir tout compris de l'extérieur, le long de la courtine Sud,  je rampe tel un assaillant rusé pour entrer en ce château qui fut partiellement possession de mon Gastounet (je vous ai montré un autre château ici).

 

 

JCombien de belles dames ont lu sur cette coussiège ?

L'intérieur :

Rappel

* La visite du château étant payante, je ne me sens pas le droit de tout vous montrer.

* Je vais donc m'attarder sur quelques détails vous donnant l'envie de découvrir cette magnifique construction médiévale.

 

 

La cour

* Après avoir donné quelques piastres à une demoiselle Mauvezinoise, je découvre la cour intérieure avec ses reproductions d'armes médiévales d’assaut et de défense.

* Je ne suis point venu jouer les chevaliers guerrier (car j'en suis un) mais comprendre les bâtiments, donc je regarde la pierre.

* Coté Ouest, le long bâtiment modernisé (et surtout incomplet puisqu'il n'englobe pas la fenêtre au 3ème niveau) fut peut être le logis avec les communs en dessous.

* En découvrant les puits de lumière et le mur en retrait au dessus, il est possible de définir l'ancienne hauteur de la salle médiévale.

* Face à moi, l'imposant donjon avec ses murs de 3 mètres d'épaisseur.

* Face à moi, une porte vers un autre monde.

* Face à moi, l'aventure intérieure.

 

 

Muse et musée

* Meublé un donjon ayant plusieurs siècles est délicat 

Quel siècle montrer ?

* La solution choisie : Le moyen âge et Gaston Fébus.

* Je profite de la quiétude pour papoter avec d'autres guerriers.

* Puis, comme je suis galant homme (comme tous les Dauphinois), je vais conter fleurette à la belle dame qui s'ennuie.

* Je vous laisse découvrir seuls les autres salles et le chemin de ronde car la suite est....... privée et coquine. 😘

 

 

Pour voir le diaporama, veuillez cliquer ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er avant JC, il est probable que les Romains bâtissent un oppidum.

* Au 10ème siècle, les historiens supposent qu'une motte castrale (en bois) est érigée par un (ou à la demande du) Comte de Bigorre (voir liste).

* Au 11ème siècle, le site défensif est possession du Comte (voir titre de noblesse) de Bigorre. Il est probable que ce soit Centulle I de Bigorre aussi nommé Centulle V de Béarn.

* A la fin du 11ème siècle, Gaston IV de Béarn, seigneur du château, participe à la première croisade. Profitant de son absence, le Comte de Comminge (voir liste) tente de s'emparer du château.

* Au 12ème siècle, un château en pierre, avec donjon central dans la cour, existe. Il est toujours possession du Comte de Bigorre.

* En 1152, Aliénor d'Aquitaine épouse Henri Plantagenet. Cet acte bien loin du château va avoir des conséquences 150 ans plus tard.

* En 1216, Pétronille de Bigorre hérite du château. La même année, par mariage avec Pétronille, le château est possession de Guy de Montfort, fils de Simon IV de Montfort.

* A partir de 1255 (?), la Bigorre est terre d'Aquitaine (donc Anglaise).

* En 1293 (ou 1294), le roi de France (voir liste) Philippe le Bel met le château sous séquestre.

Question: Est ce avant ou pendant la guerre de Guyenne ?

* En 1337, début de la guerre de Cent Ans.

* En 1360, après la signature de "l’odieux" traité de Brétigny, le château devient possession du Roi d'Angleterre. Une troupe Anglaise l'occupe (à vérifier).

* En 1373, Louis Ier Duc d'Anjou, pour le compte du Roi de France (puisqu'il est son frère), attaque le château avec 8000 hommes (info à vérifier). Après un siège de 6 semaines, il récupère le château qui est donné à Jean II, Comte d'Armagnac (voir liste).

* En 1379, Gaston Fébus en épousant Béatrix d'Armagnac, fille de Jean II, reçoit en dot (entre autre) le château.

* En cette fin du 14ème siècle, l'architecture du château est fortement modifié (certains historiens supposent qu'il ne reste que peu du château antérieur).

Note personnelle : Cette architecture ressemble beaucoup à Morlanne et surtout Montaner, deux œuvres de mon Gastounet.

* A partir de 1412, Jean IV de Grailly (voir cette famille), Comte de Foix et Vicomte de Béarn séjourne parfois au château. Il demande quelques modifications architecturales (à vérifier).

* Au milieu du 16ème siècle débute la fratricide guerre de Religion. Le château est occupé par des Protestants armés qui rançonnent (à vérifier) les villages alentour.

- Une armée Catholique déloge les Protestants puis transforme le donjon en prison.

* Dans la deuxième moitié du 16ème siècle, Henri de Navarre séjourne au château (à vérifier).

* En 1607, la Bigorre, donc ce château, est englobée dans le Royaume de France.

* En 1659, après la signature du traité des Pyrénées, de nombreux châteaux ne sont plus "garde-frontières".

* A partir de 1667, le château n'est plus entretenu.

* Vers 1792, les Révolutionnaires attaquent le château puis le pillent.

* A la fin du 18ème siècle, les habitants du bourg récupèrent les pierres du château.

* Au 19ème siècle, de nombreuses pierres du château sont vendues pour construire les thermes de Bagnères de Bigorre.

* Au début du 20ème siècle (1906 ?), une campagne de consolidation est organisée.

* En 1941, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A partir de la fin du 20ème siècle, des campagnes de reconstruction et de consolidation sont réalisées par la commune et le département.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route, le sentier et le parking. La visite de l'intérieur du site est payante. Veuillez vous renseigner sur les jours et heures de visite.

 

La vidéo du château est ici

 

 

Ce paquebot traverse les siècles et renaît tel un Phénix

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 65 Vers Menu châteaux des
Hautes Pyrénées
Partager cet article
Repost0
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 08:50

 

 

 

Département 65 - HAUTES PYRÉNÉES

 

 

 

 

Faut il une échelle pour franchir ce rempart ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Bramevaque est située à 60km à l'Est de Lourdes (voir son château), à 25km au Nord de Bagnières de Luchon et à 20km au Sud-Ouest de Saint Gaudens.

 

  Coordonnées du château :

42° 58' 34" N 00° 34' 27" E
 42.976093°  0.574304°

 

 

 

 

Le château

L'extérieur :

Légende contée ou conte légendé ?

* Bramevaque est une commune dont le patronyme proviendrait d'une vache qui bramait pour retrouver son petit à cause...... (je vous conterai cela un autre jour).

* Bramevaque est une ruine castrale sur une colline au Sud du bourg.

* Bramevaque est un site attribué aux Comtes de Comminges (mais je n'ai pas trouvé de texte affirmant ce fait).

* Bramevaque, c'est une montée terrifiante avec des ronces maléfiques, des pierres entravant l'ascension et des serpents grands comme des immeubles (heu... je pressens que je suis dans le conte maléfique).

* Bramevaque, c'est.........

 

 

 

Que de bâtiments presque entiers !

... un site unique

* Après une agréable promenade d'approche sur un sentier ombragé en légère pente, mon nez heurte un haut mur arasé.

* Bien qu'il n'y a ni trace de crénelage ni preuve d'un hourdage (voir vocabulaire), je pressens que cette paroi fut le rempart extérieur.

* Les quelques fentes verticales confirment ma sensation.

Vais je pouvoir entrer ?

 

 

 

L'intérieur :

La basse cour

* Tel un jeune cabri, en un bond je suis dans la basse-cour (en réalité, il y a un effondrement partiel du rempart, coté Sud-Ouest au pied du donjon, permettant d'entrer sans risque ni exploit.... Mais j'adore vous faire croire qu'Indiana Jones je suis 😎 ).

* La basse cour ne possède point de volaille, c'est le nom médiéval de la cour basse (en opposition à la cour haute).

* Coté Nord, un long bâtiment orienté Est-Ouest avec ses deux pignons opposés (donc il n'y avait qu'un seul niveau) m'intrigue :

- Ses murs extérieurs sont épais, mais ils ne semblent pas défensifs.

- Je ne remarque aucune trace de cheminée ni de mur (ou trace) de séparation.

- Sa longueur est illogique pour une étable, une écurie ou un stockage.

Etait ce la aula ?

Et.... le logis seigneurial ?

 

 

Donjon et chapelle vont illuminer ma découverte

 

 

* Depuis le coté Sud, je vois....... hooooo !

- Un donjon anguleux et enchemisé bâti sur le rocher.

- Puis un vestige de bâtiment ayant subit les outrages du temps. Je pressens que ce fut la chapelle.

 

 

 

Faut il prier pour que les pierres ne tombent point sur ma tête ?

La haute cour

* La haute cour justifie son nom car......

....... il faut gravir un Everest 🙄 (ou presque) pour la rejoindre.

* Évidemment, le premier bâtiment que je rencontre est la chapelle :

- Bien que l'abside soit inexistante, la forme en hémicycle du chevet est visible. 

- Une petite ouverture verticale de chaque coté éclairait la nef.

- La voûte en berceau est constituée de pierres plates tombant sur des pierres en damier et billette.

* En sortant de la ruine religieuse je vois....... une croix.

Est ce une vraie archère ?

ou

Un aménagement comme à Termes (voir ce château dans l'Aude) ?

 

 

 

Le donjon et mes questionnements

* En tournant la tête coté Ouest, je vois l'imposante tour maitresse. Deux indices me plaisent :

- Le donjon est enchemisé.

- Sur la face Est, les 3 fentes verticales décalées en hauteur sont certainement des puits de lumière pour un escalier intérieur.

* Soudain, coté Nord, une haute baie me questionne :

- De suite j'ai imaginé que ce fut l'entrée médiévale, logiquement créée à plusieurs mètres du sol. Mais :

-- La place entre la chemise et la baie ne permet pas d'installer une échelle.

-- De plus, il n'y a pas de trou de boulin en dessous pour une passerelle d'accès.

- Ce ne peut point être un accès au rempart puisque le mur n'est pas assez épais.

- En voyant les pierres d'arrachement autour, j'ai supposé que latrines cela pouvait être. Cet encorbellement s'appuierait sur la chemise permettant une "évacuation" à l'extérieur du château.

 

 

FLa salle semble éclairée par le légendaire fantôme de Marguerite, maitresse du château

 

"Sombritude" des salles et de l'histoire

* J'entre dans le donjon.

* Les rares archères et/ou puits de lumière n'éclairent que faiblement chacune des deux salles (une sur chaque niveau).

* Ses salles de plan carré sont voûtées en berceau.

* Elles possèdent des niches servant de "placard" ou de lavabo.

Est ce en ces salles que furent cuisinés les bébés

quémandés en repas par la Comtesse ?

* Heu..... je doute, car ceci n'est qu'une légende et puis...... Je ne sens point l'odeur de la chair fraîche. 🤣

* En découvrant le manque de confort, de lumière et d'aisance des salles, une question me vient :

Est ce un donjon de repli ou habitable ?

* Je pressens qu'il fut les deux, mais je doute que les Comte de Comminges aient fait de ce château leur résidence principale (comme l'affirme les publications locales).

* C'est en réfléchissant à tout cela que je grimpe l'escalier dans l'épaisseur du mur.

 

 

 

La descente de ce coté me paraît plus facile....oups !

 

La plateforme paradisiaque

* Bien que le crénelage ait disparu, le sentiment d'être un guetteur et un défenseur est présent.

* De là je vois...... l'Amérique d'un coté et mon Dauphiné de l'autre. 🤥

 

 

 

La descente 

* Pendant que vous admirez le paysage magnifique et la petite commune de Bramevaque, je réfléchis aux 3 solutions possibles de descente :

1 - Depuis la plateforme, je saute sur le toit de la chapelle.

2 - Depuis la baie supposée être les latrines, je m'envole.

3 - Depuis le niveau bas, je franchis simplement la porte.

* Je vous laisse deviner mon choix.

 

 

Pour voir le diaporama, veuillez cliquer ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. Son seigneur est vassal du Comte de Comminges (à vérifier).

* Au milieu du 13ème siècle, Gauthier I de Fossat est seigneur de Bramevaque.

* A la fin du 13ème siècle, Gauthier II de Fossat est seigneur de Bramevaque.

* En 1443, à la mort de Marguerite, le Comté de Comminges, ainsi que ce château, sont possession du Royaume de France.

* En 1950, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Bien que le site ait été consolidé, soyez très prudents car vous entrez dans une ruine.

 

Les vidéos du château sont ici - clic

 

 

Les montagnes s'écartent pour me montrer au loin.... mon Dauphiné

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 65 Vers Menu châteaux des
Hautes Pyrénées
Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 07:30

 

 

Département :  65 - HAUTES PYRÉNÉES

 

 

 

Y avait il des panneaux au Moyen Age ?

Le bourg :

Situation  (--> le voir sur une carte 

  La ville de Lourdes est située à 20 km au Sud-Sud-Ouest de Tarbes et à 36km au Sud-Est de Pau (voir son château). 

 

   Coordonnées du château :

43° 05′ 48″ N 00° 02′ 57″ W
 43.09667°  -0.04917°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'arrivée

* Le miracle pour le Chevalier Dauphinois, c'est de trouver une construction fortifiée médiévale même si elle est en ruine.

* Alors imaginez ma "joie miraculeuse" lorsque je vois ce panneau dans mon errance Pyrénéenne.

* Après avoir visité des milliers de châteaux (durant mes 800 ans  ) je sais qu'une construction fortifiée dans une ville est très souvent consolidée, parfois presque méconnaissable.

* Le château de Lourdes abrite le plus grand musée d’arts et de traditions populaires des Pyrénées Françaises et Espagnoles.

Reste-t-il encore une petite trace médiévale en ce lieu ?

 

 

Hoooo, il est haut !.. c'est un chat haut

La découverte

* En arrivant proche du château, je me demande :

"Comment vas tu monter cette falaise,

avec ta lourde armure ?"

* A Lourdes (heu, là ce n'est pas l'armure mais la ville ) tout est magiquement miraculeux.

* Pour grimper à cette falaise verticale il y a... un ascenseur dans ce gros bloc de béton.

 

 

L'entrée primitive  

* Évidemment, à l'époque médiévale ainsi qu'aux siècles suivants l'entrée s'effectuait par un sentier sinueux, avec entre chaque virage, des murs comportant de nombreuses fentes de tir (du 17ème siècle certainement).

* Au bout de cette longue montée pleine de pièges, l'attaquant est encore sous le feu des défenseurs. Franchir cette porte était un vrai suicide.

 

 

Encore des défenses

* Bien sur, pour ralentir les attaquants, il y a :

- Une herse, pointue, lourde et en fer,

- Un solide double vantail avec une poutre transverse,

- Puis un tunnel avec un autre vantail. 

* Par contre, je suis surpris de ne pas voir.....

Avez vous deviné ?

  * Une bretèche et un assommoir (voir vocabulaire).

 

 

 

Voila le seul vestige médiéval du château

L'intérieur du château :         

La tour

* Il est impossible de ne pas voir la haute tour.

* Ce donjon est le seul vestige important de l'ancien château fort du 14ème siècle.

* Les aménagements pour le confort, la défense et la protection des pierres n'ont pas abîmé sa rusticité et sa splendeur primitive.

* Au sommet, les classiques mâchicoulis ont des compagnons modernes : Des gouttières.

 

 

L'intérieur de la tour

* Pour entrer dans ce donjon médiéval, il faut d'abord gravir un escalier droit "moderne".

* Puis dans la tour, c'est le classique escalier en colimaçon qui va me transporter vers mon Graal.

* La montée est animée par des cachots rappelant la fonction de prison durant 3 siècles.

 

 

Au sommet de la tour

* Dans la salle supérieure, le manque de décoration rappelle que cette tour était pour des soldats et non un Comte de Bigorre.

* Il y a : Crénelage, fente de tir, mâchicoulis... Le système défensif médiéval est parfait.

 

 

La chapelle

* Point de château ni de forteresse sans une chapelle.

* Ce petit bâtiment est construit avec des matériaux de réemploi.

* La chapelle nommée "Notre Dame du Château" abrite le mobilier ainsi qu'un magnifique retable de l'ancienne église paroissiale Saint-Pierre de Lourdes, rasée en 1904.

 

 

Le musée

* Parfois "Votre-Chevalier-Castellologue" ôte son armure (mais reste en pourpoint bien sur  ) pour visiter des musées non médiévaux.

* Celui de Lourdes est situé dans le bâtiment proche de la tour.

* La reconstitution des intérieurs d'habitats ruraux, ainsi que les outils des paysans sont magnifiquement mis en valeur.

* Il y a même des esprits farceurs pour animer la visite. 

 

 

Le panorama

* Situé sur un roc élevé, en bordure d'une rivière et proche d'une vallée, ce château de surveillance permet une vision sur 360°.

* A droite, à gauche, derrière, devant, tout n'est que ravissement sur les montagnes voisines et l'immense plaine.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle, le rocher est occupé par une construction fortifiée d'époque Gallo-Romaine.

* En 778, une légende raconte que la fortification a subi l'attaque de Charlemagne à son retour d'Espagne.

* Au 11ème siècle, le château est la résidence des Comtes (voir titres de noblesse) de Bigorre.

* Au 12ème siècle, les Comtes de Bigorre s'installent à Pau. Le château de Lourdes devient l'habitat d'une garnison.

* Au 14ème siècle, le château appartient aux Comtes de Champagne. Cette famille est également le titre de Roi de Navarre.

* Ce 14ème siècle voit les luttes de pouvoir pour la possession du château par Roi de France (voir liste de Rois) Philippe le Bel, Gaston Phoebus, Edouard Plantagenêt, plus connu sous le pseudonyme du Prince Noir, etc...

* Durant 4 siècles, le château fort subit de nombreuses attaques pour le contrôle les routes commerciales vers le Piémont.

* En 1360, par le Traité de Brétigny, le château est cédé aux Anglais.

* Au 14ème siècle, aménagement d'un puissant donjon.

* Au 15ème siècle, après 2 longs sièges, le château revient dans la couronne Royale Française.

* Dans la seconde moitié du 16ème siècle, les guerres de religions ravagent le pays. Les Lourdais se réfugient souvent dans le château.

* En 1576, le château appartient au Roi de Navarre [futur Roi de France - voir liste de Rois - sous le nom de Henri IV].

* En 1590, sur l'ordre de Henri IV, l'architecte Jérôme Vise modernise les défenses de la forteresse. Il abat de nombreuses tours médiévales mais laisse le puissant donjon.

* En 1685, l'architecte Royal Vauban visite le château puis propose quelques aménagements.

* Au 17ème siècle, le château devient une prison Royale Française.

* Vers 1792, le château devient une prison d'état.

* Au 19ème siècle, l'architecture du château est légèrement modifiée.

* En 1870, le château devient une prison pour les soldats Prussiens

* En 1921, grâce à la volonté de Louis Le Bondidier et son épouse Margalide, le site fortifié abrite le musée Pyrénéen (Collections sur l'histoire des Pyrénées Françaises et Espagnoles).

* Au 21ème siècle, la découverte du site posé sur un roc est magnifique depuis la ville. La visite du château avec son musée est payante.

 

 

La surveillance des vallées est aisée

 

  Vers liste châteaux des Hautes Pyrénées Vers Menu châteaux des Hautes Pyrénées
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 07:30

 

 

Département :  65 - HAUTES PYRENEES

 

 

 

Dominant le bourg, la ruine m'appelle

Le bourg :

Situation  (--> le voir sur une carte 

    La commune d'Avezac-Prat-Lahitte est située à 30 km au Sud-Est de Lourdes (voir son château), à 18km à l'Est de Bagnières de Bigorre et à 10km au Sud-Ouest de Lannemezan.

 

   Coordonnées du château :

43° 3' 54" N 00° 20' 09" E
 43.064949°  0.335796°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

* Une fortification médiévale est très souvent posée en haut d'une colline.

* Elle devient ainsi plus difficile à attaquer.

* Et en se montrant à plusieurs kilomètres à la ronde, le seigneur marque sa présence et sa possession d'un territoire.

* C'est ainsi qu'il ne m'a pas fallu beaucoup de temps pour distinguer au loin la beauté millénaire.

* Cette ruine est si belle que j'en ferai bien un tableau.

* Mais je ne suis pas venu pour me transformer en Toulouse Lautrec.

Chevalier découvreur je suis !

 

 

L'arrivée 

* Je grimpe rapidement la colline, et je m'arrête car je suis essoufflé. Je vous sens dubitatifs :

"Pfff, chevalier, tu n'as rien monté !"

* Détrompez vous, j'ai gravi une petite hauteur et en voici la preuve.

 

 

Le ciel d'orage ne m'empêche pas de visiter la ruine

1ère analyse du site

* Malgré l'orage menaçant, j'ose rester sur la colline pour déguster ce château fort.

* Dans les rochers affleurants, je crois voir quelques signes de banquette (voir vocabulaire).

* Mais je ne vois aucun vestige de rempart, ni de pierre taillée en bas de la colline.

* C'est évidemment la tour qui est le vestige le plus imposant.

 

 

La tour

* Sa forme carrée me fait penser à une construction du 12ème siècle.

* Avec sa position légèrement décalée de la pente, j'imagine que cette construction était un donjon de repli car ses 7 mètres de coté ne rendent pas cette tour habitable.

* La petitesse des pierres confirme ma 1ère analyse de datation et la qualité du parement d'angle conforterait mon avis sur sa fonction de tour maîtresse.

 

 

La porte d'entrée 

* Avec sa classique porte en hauteur , il est facile d'imaginer que la tour mesurait au moins 25 mètres.

* Sa petite dizaine de mètres ne permet de voir le crénelage et les mâchicoulis.

Mais y en avait il ?

* La tour étant borgne, je doute que des moyens de défense aussi sophistiqués aient existé.

* La porte est classique pour une construction de 800 ans.

* Les trous de boulin en partie basse devaient supporter une passerelle en bois en encorbellement.

* L'épaisseur des murs est impressionnante, au moins 1,5 mètres.

 

 

L'intérieur : 

* Hélas, la porte est trop haute et point d'échelle j'ai pour entrer dans cette belle tour.

* Mais avec mon œil exercé, je parviens à voir.... qu'il n'y a rien à voir.

- Pas de cheminée,

- Ni de linteau sculpté,

- Ni de piédroit décoré.

* Je me console en regardant le paysage vers les collines ainsi que les premières montagnes des Pyrénées.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un château .

* Au 21ème siècle, la découverte du site depuis le sentier est possible. La visite dans la tour est impossible.

 

 

L'infini se verrait presque si nuage il n'y avait

 

  Vers liste châteaux du 65 Vers Menu châteaux des Hautes Pyrénées
Partager cet article
Repost0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 05:30

 

 

Département :   65 - HAUTES PYRÉNÉES

 

 

 

Le château médiéval devrait être dans ces bois

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte 

   La commune de Lomné est située à 30 km au Sud-Est de Lourdes (voir son château), à 12km à l'Est de Bagnières de Bigorre et à 10km à l'Ouest de Lannemezan.

 

     Coordonnées du château :

43° 02′ 45″ N 00° 17′ 40″ E
 43.04602°  0.294517°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La préparation

* Pour découvrir des ruines oubliées, peu connues, non décrites sur le web, il faut un peu de recherche en amont (avant de parcourir les collines).

* Pour cela, j'utilise mon Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Age ainsi que d'autres ouvrages que je vous décris ici.

* Mais cela ne suffit pas, il est important de consulter une carte précise, et d'avoir un peu de chance.

En aurais je en ce dimanche brumeux ?

 

 

L'arrivée

* Proche de la mairie, je descends de mon destrier et je consulte ma carte détaillée.

* La ruine se situe au bout d'un chemin au Nord-Nord-Ouest de l'église (petit cercle avec croix sur la carte).

* Ce bâtiment religieux, grâce à la hauteur de son clocher est souvent un bon point de repère pour un chercheur de ruine.

* Dans les bois, sur cette plate-forme, ma cible apparaît.

* L'aventure castrale peut commencer.

 

 

Est ce la ruine ?

* Le froid matinal, la brume ambiante ont fait déserter les ruelles et chemins du village.

* Je suis seul au milieu des arbres et je ne peux compter que sur mon instinct car derrière l'église, je ne vois que cela.

* Avec de la détermination, du temps et un œil d'aigle j'aperçois enfin ce qui devrait être le château de Lomné.

* Évidemment, de si loin et dans la végétation, les doutes fusent.

* Je tente de m'approcher.

 

 

L'intérieur :   

Est elle visitable ?

* La propriété est privée, une barrière me bloque : La visite est impossible.

* Je vais donc utiliser mon arme secrète : Un téléobjectif.

- Ce bâtiment rectangulaire ne possède pas de défense.

- Le lierre m'empêche de comprendre l'architecture de celui-ci.

- Plus loin quelques murs épais pourraient ressembler à.... mais je sais que mon imagination est fertile.

 

 

Confirmation

* Une jeune damoiselle promenant son chien me confirme que ces bâtiments sont les restes cassés du "très vieux château".

* La découverte des ruines du château de Lomné est un demi-échec .

* Je me console  :

- En regardant le paysage,

- Puis en me régalant de la vue satellite,

- Enfin, en revenant sur terre en admirant les fleurs.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un château.

* Au 21ème siècle, la découverte du site depuis le sentier est possible. La visite du château est interdite car situé dans une propriété privée.

 

 

Qu'importe la ruine pourvu qu'on ait la fleur !

 

  Vers liste châteaux des Hautes Pyrénées Vers Menu châteaux des Hautes Pyrénées
Partager cet article
Repost0