7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 06:30

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

 

 

  Tel un donjon de château fort, ce clocher montre sa puissance

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune d'Hary est située à 33km au Nord-Est de Laon, à 18km au Sud-Ouest de Hirson et à 6 km au Sud de Vervins (voir son église).

 

    Coordonnées de l'église :

49° 47′ 07″ N 03° 55′ 29″ E
 49.785227°  3.924622°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La découverte

* Je somnolais sur mon destrier quand soudain j'entends une voix :

"Monsieur Potter, tu es chez toi" .

* Ne me nommant point ainsi je cherche à comprendre.

* En levant la tête je vois la commune d'Hary

  "Quelle curieuse introduction dans ce blog consacré

aux fortifications médiévales" pensez vous.

* Il fallait bien que j'attire votre attention sur une construction puissante comme un donjon de château.

* Mais, après quelques minutes, j'ai un doute :

Est ce un château fort ou une église incroyable ?

 

 Ma vue se brouille devant tant de puissance !

L'enquête commence

* En arrivant dans le village, ce n'est point une église que je vois mais un véritable donjon.

* S'il n'y avait pas eu d'abat-sons au sommet, doute j'aurais eu.

* En entrant dans le cimetière, je me refuse à regarder le clocher-donjon et je me précipite sur le corps du bâtiment pour voir si une salle de repli ou chemin de ronde existe au dessus de la nef.

* Hélas la "partie religieuse" (sans transept) de cette église ne possède aucune défense.

* Son architecture un peu chaotique est surprenante.

Le clocher serait donc le seul système défensif ?

* Je prends un peu de recul pour vérifier ma supposition.

 

 

Le clocher-donjon

Que voyez vous en 1er en regardant ce donjon ?

* Mon regard est attiré d'abord par la tour flanque.

* Sa forme ronde surprend sur cette église très parallélépipédique.

* Ce devait être la tour escalier.

* Il est amusant de voir des dessins géométriques créés par des briques noires vernissées.

Que voyez vous après ?

* Je suis en admiration devant les contreforts d'angle, linéaire et monobloc.

* Leur position n'est pas idéal pour éviter les angles morts (pour les défenseurs), mais quelle puissance ils donnent à ce clocher-donjon.

Y a t il un détail qui vous surprend ?

* Évidemment, l'absence de fente de tir, d'archère, de mâchicoulis et de bretèche (voir vocabulaire) ne facilite pas la défense.

* Peut être que leur disparition est due à une récente consolidation.

 

 

L'intérieur :

* Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées.

* Celle-ci ne déroge pas à la règle.

* Je me console en regardant la gravure du blason de la famille De Coucy, seigneur de Vervins.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 12ème siècle (?), construction d'une église.

* Au 17ème siècle (1619 ?), modification de l'église et construction du clocher-donjon.

* En 1989, certaines parties de l'église sont inscrites aux Monuments Historiques.

* En 1994, classement partiel aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Corneille et Saint Cyprien) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

L'immensité de l'Aisne s'offre à moi

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées  

Vers Menu châteaux et églises de l'Aisne

Partager cet article

commentaires

Anne la Dauphinoise 07/04/2015 20:42

H eureuse je suis d’entendre reparler
A ujourd’hui de votre fidèle destrier !*
R avie moins de voir construction de brique ;
Y suis-je encore et toujours « allergique »…

A cela près qu’ici est un donjon -
I l ne peut être « apposé » autre nom
S ur ce si massif et puissant bâti -
N anti de cet appareillage… Aussi
E st cette petite aversion oubliée,

T ant plus que tout le reste du moutier
H abillé de pierre se voit, mais défenses
I gnore t-il. Seul clocher « donne l’ambiance »…
E st-il imposant, déjà en hauteur,
R appelant qu’était du lieu le guetteur,
A vec chemin de ronde, certainement ;
C omme aussi plus bas ouvertures ayant
H élas disparu, mais qui existèrent.
E n pouvait-il être autrement naguère ?

P erplexe serais-je si l’on me disait : oui ;
I maginer que l’on aurait construit
C ette énorme tour sans nul autre « artifice » :
A ttaque aurait été « un vrai délice »,
R ompre bois de la porte jeu enfantin,
D u moment qu’était libre le chemin…
I l m’est avis que bouches à canons et
E ncore fentes à fusils ici étaient.

N ombreuses peut-être pas, mais furent-elle vues.
O u alors, j’avoue que je suis perdue :
T ant de force affichée juste pour un leurre ?
A ce donjon, c’est vrai, aussi bon heur

B ien protéger de sa masse le moutier
E n le cachant… mais d’un unique côté !
N ‘est-il dissuasif, là, qu’en partie.
E tait-ce prudent ? surtout en ces temps-ci ?

P risé j’ai moyennement ce « donjon ».
S ut me plaire, par contre, le très beau blason.

* je pensais à lui ces temps – si, si ! me disant que vous l’aviez abandonné ! - et notamment en lisant votre l’article sur la dômerie d’Aubrac : je l’aurais bien vu vous y conduisant.

Le Chevalier Dauphinois 08/04/2015 12:48

* Raison vous avez, mon destrier était un peu au repos dans mes précédentes proses.
* Pour ce qui est de la Dômerie, mon quadrupède m'avait lâchement abandonné quelques centaines de mètres avant pour brouter la bonne herbe du plateau.
* Mais il est curieux que vous abordiez ce sujet car, hier soir, j'ai terminé un article sur un site du Rouergue où mon magnifique cheval a eu une place importante dans l'introduction.
* Il vous faudra attendre septembre pour lire cela.
------------------------------------
** Pour le matériau de cette église, je pressentais qu'il ne serait point votre.
** Mais les bâtiments en briques ont l'avantage de se construire rapidement. Ceci est un atout en cas de conflit ou de périodes d'insécurité.