11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 07:50

 

 

 

La description de l'extérieur du site médiéval est ici - CLIC

 

 

 

 

Département 66 - PYRÉNÉES ORIENTALES

 

 

 

 

En arrivant proche du château, les assaillants sont essoufflés

Le château :

L'extérieur :

“Une petite impatience ruine un grand projet” - Confucius

* Ne souhaitant point contredire mon ami Confucius, j'avance à petits pas vers le château qui occupe l'angle Sud-Est du plateau.

* Plutôt que d'affronter les herbes face à moi, je décide de longer le rempart coté Est. Ainsi je pourrai surveiller le chemin d'accès que j'ai utilisé quelques heures auparavant.

* La falaise est impressionnante.

* Sur le rempart arasé, à intervalle irrégulier, je remarque des fantômes d'archère droite avec un faible ébrasement (voir vocabulaire).

* C'est à ce moment que mon instinct de castellologue amateur me quémande de : Réaliser le plan du site.

* Une plume d'oie, de l'encre, un parchemin et un oeil 👁 de passionné vont faire..... votre bonheur.

 

 

 

Petite structure mais beaucoup de questionnements

“Le dessin exprime des sentiments bien plus forts que des mots” - Tarek

* Alors... là il y a.... et puis ici ce doit être....... 

* Voici le fruit de mes constatations :

1 - Entrée actuelle du château proche du fossé et de l'à-pic.

2 - Citerne.

3 - Salle voûtée dont la fonction semble avoir été : Une réserve (mais de quoi ?). 

4 - Latrines.

5 - Chapelle castrale Saint Laurent.

 

 

 

“Souvent une évolution est une révolution sans en avoir l’R” - Pierre-Henri Cami

* En observant cette ruine que je pensais facilement compréhensible et rapidement visitable, je me heurte à de nombreux questionnements.

* Il semble logique qu'un bâtiment du 13ème siècle ayant possédé une garnison au 17ème ait évolué, changé........

..... mais certains détails d'évolution (ou non évolution) me surprennent.

* Durant mon errance, je vais tenter d'en lister quelques uns, je vous laisse ainsi le loisir d'en découvrir d'autres lors de votre visite en ce lieu magique et unique.

 

 

 

Ce fossé semble avoir été creusé par des géants !

L'intérieur :

“Qui creuse à quiconque une fosse y culbute toujours lui-même” - Yunus Emre

* Pour ne point rendre vraie la citation de ce poète médiéval Turc, je vais garder quelques distances devant cet imposant fossé.

* Certes, les siècles sans entretien du gouffre l'ont un peu rempli de pierres du château, mais sa profondeur est impressionnante.

- Imaginez le travail de terrassier pour creuser cette roche au 13ème siècle.

- Admiratif je suis.

* Questionnement 1 : Comment entrait on il y a plusieurs siècles ?

- Je ne vois point trace d'un pont levis.

- Etait ce, comme en notre 21ème, un passage étroit devant la chapelle ?

 

 

La tour surveille tout... même moi

 

 

“Quiconque habite une tour est un touriste” - Erik Satie

* Un fossé ne suffit point à intimider l'assaillant, il faut donc lui tirer dessus. Ce fut la fonction de cette tour semi-circulaire talutée (évidemment la courtine possédait aussi des ouvertures défensives, mais elle est si arasée que je ne la montre pas).

* Cette ronde construction montre quelques hautes archères droites (identiques à celle vues sur la courtine à mon arrivée) mais aussi de petites fentes (pour fusil ?).

* En descendant dans le fossé, je vois une curiosité :

- Ce n'est pas le rocher portant la tour.

- Ce n'est pas les pierres aux dimensions aléatoires.

- Ce n'est pas le jointoiement non réalisé parfois.

- Ce n'est pas la fente protégeant la courtine.

Voyez vous ce qui me surprend  ?

* Questionnement 2 : Pourquoi l'une des rares archères existantes sur la courtine est (presque) inutilisable ?

- Vous pensez : Parce que la tour a été construite après (modernisation du système défensif).

Pourquoi ne pas avoir réalisé une tour moins ronde ?

 

 

 

Derrière la tour il y a l'espace de vie

“J'ai bâti de si beaux châteaux que les ruines m'en suffiraient” - Jules Renard

* Il est temps de visiter l'intérieur du château.

* En un bond, je suis proche du sommet.

* Soudain, je remarque une curiosité architecturale.

Voyez vous la raison de mon étonnement ?

* Le mur devant a été monté bien après la construction de la courtine.

* Questionnement 3 : Quelle raison a poussé l'architecte à aménager un mur en biais ?

 

 

 

“Ne pas confondre défense d'éléphant et défense d'afficher” - Moi 👎

* Proche du sommet du logis, je remarque un trou rectangulaire dans le mur.

* Dedans, je découvre une archère..... visant la paroi interne de la courtine.

* Questionnement 4 : Est ce une "erreur" de consolidation ?

 

 

 

“Il vaut mieux avoir plusieurs cordes à son arc qu'un cheveu sur la langue” - Pierre Perret

* Sur de nombreux murs, je vois des archères droites plus ou moins hautes.

* Questionnement 5 : Pourquoi n'y a-t-il aucune trace d'arquebusière ou de canonnière ?

 

J'ai une envie pressente... de regarder dans ce trou

 

 

“Le paradis des hommes ?... Trois télécommandes et un siège de toilettes toujours relevé” - Allan Pease

* A l'extérieur, je vous avais montré une pierre en encorbellement qui m'avait fait supposé que vide ordure cela fut.

* En pénétrant, non point dans le trou mais dans la niche, ma supputation s'avère fausse en découvrant les vestiges de support de chaque coté.

* Latrines cela fut donc.

* Questionnement 6 : Pourquoi n'y a-t-il aucune vraie construction en encorbellement pour un château datant du 13ème siècle ?

* J'allais partir quand je constate que la pièce de vie ainsi que la citerne sont proches de cette niche.

Pensez vous que la cuisine fut ici ?

* Questionnement 7 : Cette niche pourrait elle avoir été des latrines ET un vide-ordure ?

 

 

 

“On se ruine l'esprit à trop écrire. On le rouille à n'écrire pas” - Joseph Joubert

* Trop proser sur une ruine me ruine les neurones. 🧠

* Tel un mannequin (que je suis), je vais poser tout en posant mon séant musclé 🤥 et merveilleux sur le mur de courtine Sud.

* Puis, en mangeant une pêche 🍑, mes yeux pèchent les détails du panorama.

 

 

Opoul en bas, les Pyrénées au loin

 

 

La découverte du diaporama est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du site castral :

* En 1209, début de la croisade des Albigeois. L'armée du puissant Roi de France (voir liste) commandée par Simon de Montfort n'a pas mission d'envahir le Roussillon ni l'Aragon, mais le Comte de Roussillon est attentif aux manoeuvres de son rival.

* En 1246, à cause de la création, par Louis IX de France, de puissants châteaux Royaux à la frontière Nord (par exemple Aguilar), sentant la menace, le Roi d'Aragon Jacques Ier demande la construction d'un site fortifié (village défensif et château) nommé Salveterra. Il promet des privilèges aux villageois devant habiter sur le plateau.

* En 1262, l'Infant d'Aragon, futur Jacques II de Majorque, confirme les droits et privilèges des habitants.

* Au milieu du 14ème siècle, le site est peu entretenu.

* En 1360, Pierre IV, Roi d'Aragon et Comte de Roussillon, demande au chevalier François Sagarriga de consolider le château, réparer tuiles et toits ainsi que terrasses crénelées, puis améliorer les systèmes défensifs. Contre une salaire de 80 livres Barcelonaises, ce capitaine et seigneur du château doit tenir un inventaire annuel des réalisations, des armements et mobiliers.

* En 1369, un inventaire des armes est réalisé par François Sagarriga.

- Je ne vais pas vous lister le catalogue mais je suis surpris par la pauvreté des armes et armures :

-- 13 arbalètes à étrier.

-- 1420 carreaux d'arbalètes à étrier.

-- 3 arbalètes à tour.

-- 76 carreaux d'arbalètes à tour.

-- 6 frondes.

-- 7 boucliers avec écusson Royal.

-- 6 primo cuirasses.

-- 6 gorgerons.

-- 3 heaumes en bois avec visière en fer.

-- 1 trompette.

-- etc.....

* En 1375, à cause des menaces de guerre avec la Navarre, le Roi Pierre IV d'Aragon ordonne "de construire des maisons à l'intérieur de l'enceinte pour y demeurer pendant la guerre, y vivre ou mourir au château sous les ordres de Pero Eximendez Astor, alcade du castrum".

* En 1383, une charte rappelle aux habitants que : "Pour jouir des privilèges, il faut résider et demeurer sur le plateau".

* En 1396, ordre est donné aux habitants de "surveiller, guetter puis défendre le château sous le commandement de Raymond, Vicomte (voir titre de noblesse) de Perellós et de Rodès (voir ce site)".

* En 1442, les gens d'arme de France étant trop pressens, il est demandé au seigneur de Salveterra de renforcer la surveillance.

* En 1493, le site est signalé partiellement ruiné.

* Au 16ème siècle, il semble que le site (château et village) soit déserté.

* En 1638, Alferez Louis Nuñez Geraldo est nommé châtelain du castrum (mais dans quel état est il ?). Quelques hommes d'arme lui sont alloués pour la garde et la défense du site.

* En 1639, l'armée Royale de France attaque puis s'empare du château. Les hommes d'arme sont autorisés à retourner à Perpignan. Après un procès rapide, le châtelain est garrotté le 13 juin.

* En 1659, après la signature du traité des Pyrénées, ce site défensif devenu Français n'est plus frontière. Les rares habitants le désertent définitivement au profit d'un village plus confortable dans la vallée : Opoul.

* A la fin du 20ème siècle, des campagnes de fouille sont organisées. Lentement le château est consolidé par une association de sauvegarde.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur coté Sud et Est est libre et gratuite (il semblerait que la partie Ouest soit privée, bien qu'aucune limitation filaire soit marquée). La visite de l'intérieur (du plateau) est possible avec un peu d'attention car le risque de glisser sur les pierres mouvantes au sol ou de tomber dans les citernes est possible. Veuillez respecter le travail des associations tentant de consolider ce site historique du Roussillon.

 

 

L'infini est à la jonction du ciel et de la terre

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 66

Vers Menu châteaux des

Pyrénées Orientales

Partager cet article

commentaires

Pierrote 14/09/2021 17:42

C ontinuez vos citations, ce jour,
A utant sérieuses que pleines d’humour !
S i elles ne sont sur même sujet,
T outes ont bien quelque chose de vrai.
E uh... pour la vôtre… comment dire ça ?…
L e mieux est de se taire… n’est-ce pas !!!…

D e Confucius, vous êtes inspiré.
E t c’est tant mieux… pour nous ! Ainsi, avez

S uivi rempart, trop arasé, pour sûr.
A gardé, dans ce qu’il reste de murs,
L es traces de ses défenses : archères.
V isibles sont, mais bien moins que naguère.
E n était tout le bâtiment nanti :
T ours et courtines et longue enceinte, aussi.
E fficaces furent ces attributs,
R udoyant de toutes parts les intrus.
R iche d’autres éléments fut château ?
A n’en mie douter : oui. Juste nous faut

O uvrir notre esprit et… fermer les yeux*
P our apprécier la puissance du lieu.
O bstruction première avec le fossé.
U n gouffre qui devait être enjambé !
L ‘on imagine gens d’armes armurés

P arvenant à le franchir : n’étaient point
E n sécurité - en étaient-ils loin ! -
R éduits à éviter tirs des archères.
I l m’est avis qu’en sortirent vifs guère…
L iste des armements fort nous surprend.
L ‘êtes vous-même, surpris, mais, antan,
O nc ne venaient au service tout nus
S oldats. D’habits de guerre étaient vêtus…**

P eu importe, en fait ! Ce qui est bien sûr :
S u ouïr j'ai du site beau murmure.

* comme vous nous le conseillez souvent !
** d’après ce que j’ai lu dans moult grimoires, l’équipement était même conséquent… sur le papier… Est-ce qu’en réalité les soldats, ou chevaliers ou autres convoqués venaient avec « l’équipement type » ? … ça, je ne le sais mie !

Le Chevalier Dauphinois 15/09/2021 15:19


* J'ai abordé l'écriture de ce site du Roussillon comme celui d'Aguilar.... donc en plusieurs articles affichant un thème différent.
* Ce site défensif étant moins important dans l'histoire de France, moins médiatique (puisque non cathare) je l'ai agrémenté de citations pour dynamiser sa lecture-découverte.
* Mais comme Aguilar, il y a quelques curiosités architecturales et des doutes dans la chronologie des bâtiments.
* Comme pour Aguilar, j'ai passé beaucoup de temps à choisir les images, à rédiger puis à mettre en forme. Un exercice fascinant que je renouvellerai au moins 3 fois en 2022.