Translation

 

Select your language below

 
 

 

Recherche Dans Ce Site Web

4 juin 2021 5 04 /06 /juin /2021 07:50

 

 

Le début de la visite est ici - CLIC

 

 

 

Département 56 - MORBIHAN

 

 

 

 

Rondeurs et angles droits se partagent l'espace

 

Le château :

L'intérieur :

Rappel

* La visite du site étant payante 💰, je ne me sens pas le droit de tout vous montrer.

* Je vais donc mettre en avant quelques détails, ainsi vous aurez envie de venir en cette presqu'île de Bretagne.

* 3... 2... 1..... entrons.

 

 

 

Le plan salvateur

* Bien que l'architecture de ce château ne soit pas complexe à comprendre, un bon plan est préférable à... heu.... une mauvaise explication.

Reconnaissez vous les éléments défensifs montrés précédemment ?

* Si l'extérieur montre (presque) l'intégralité des rondes tours défensives, l'intérieur a fait le choix (des hommes bien sur) de ne garder que les 2 logis opposés, les communs ont disparus.

* Les 2 bâtiments sont facilement identifiables :

 - Celui coté Est.

- L'autre, coté Ouest avec sa tour escalier extérieur.

 

 

 

Voulez vous vous nicher dans l'archère en niche ?

Je suis LE défenseur

* Un château, ce n'est pas que de confortables logis, ce sont aussi des murs défensifs.

* Depuis la cour, plusieurs systèmes sont identifiables :

- Des archères en niche modifiées pour les armes à poudre à la fin du 15ème siècle.

- Des archères arquebusières en niche.

- Au dessus, un chemin de ronde abcédant aux tours.

* Pour prendre l'ennemi à revers ou pour aller chercher du secours, il faut une porte "cachée" nommée : Poterne.

 

 

 

Le confort d'un bon feu

* Nul château sans étage, donc nul dénivelé sans escalier.

* Un château médiéval se doit d'avoir un système d'ascension en colimaçon.

* Dans les étages, la pierre froide en hiver se doit d'être réchauffée. C'est donc logiquement que je vois :

- Une petite cheminée avec les piédroits sculptés.

- Puis une autre plus rustique mais avec des arcs de décharge au dessus et à l'intérieur.

* En observant la beauté des multiples cheminées, il est (presque) facile de définir l'appartenance de la pièce (serviteurs, seigneurs, invités, etc...).

 

 

Que voila 2 grandes coussièges pour papoter à plusieurs A droite l'un peut s'allonger tandis que l'autre doit être assis

 

Que la lumière soit

* Un château est un compromis entre confort et défense, entre plaisir et sécurité.

* Pour résoudre cette dualité les architectes ont créé :

- Des ouvertures de lumière avec canonnière.

- Des fenêtres à meneaux en croix avec longues coussièges doubles.

- Coté cour, de multiples fenêtres avec petites coussièges (puisque le mur est moins épais).

* Evidemment, dans la chapelle, l'ouverture de lumière a de nombreux remplages.

- Souvenez vous, je vous l'ai déjà montrée ici.

 

Point de luxe en ce lieu défensif

 

 

Là haut... c'est la fin

* Monter, c'est arriver au ciel.... parait il.

* En réalité, dans un château médiéval, monter c'est atteindre les galeries défensives (qui peuvent aussi amener au ciel en temps de guerre).

* Certains chemins de ronde possèdent des trous au sol correspondant aux mâchicoulis (voir vocabulaire). 

* D'autres sont des couloirs avec des ouvertures défensives à large ébrasement intérieur.

* Atchoum ! 

* Avec les nombreuses ouvertures, le courant d'air me goutte le nez. 🤧

* Atchoum ! 

* Je vous laisse dans ce vent frais Breton, je vais reprendre la descente tourbillonnante.

* Atchoum ! 

 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Depuis le 10ème siècle, un Duc (voir titre de noblesse) "gère" la Bretagne (voir liste). Bien que cette presqu'île semble stratégique, aucun château ni fortification est cité dans un texte.

* Au milieu du 12ème siècle les Plantagenet (voir cette famille) règnent sur la Bretagne. Le Roi d'Angleterre a donc la main mise sur cette province.

* A la fin du 12ème siècle (?), Suscinio est un prieuré. Un domaine agricole se développe autour.

* En 1213, Pierre de Dreux, cousin du Roi de France (voir liste), épouse Alix de Thouars, l'héritière de Bretagne. Ainsi, cette province est Française.

* En 1218, un relais de chasse à Suscinio est cité dans un hommage (à vérifier).

* En 1237, un manoir (Ducal ?) est cité à Suscinio.

* Vers 1240 (?), Jean 1er de Bretagne fait construire un (important) château (est ce l'agrandissement du manoir ?). Sa politique subtile le fait "osciller" entre les Rois d'Angleterre et de France.

* En cette fin du 13ème siècle, le Duc de Bretagne Jean II agrandit le château puis améliore les défenses. Le site devient une véritable résidence Ducale avec des fêtes et des chasses dans les giboyeuses forêts. Des archives sont entreposées.

* En 1341, après la mort sans héritier du Duc Jean III, les Rois d'Angleterre et de France s'opposent dans ce qui est nommé : La guerre de succession de Bretagne.

* En 1365, après la défaite des armées du Roi de France, le nouveau Duc de Bretagne se nomme : Jean IV.

* En cette fin du 14ème siècle, le Duc fait réaliser des habitations de confort mais améliore les systèmes défensifs.

* Au début du 15ème siècle, le Duc Jean V continue les travaux défensifs et de confort.

* Au 15ème siècle, construction d'un imposant pigeonnier hors les murs.

* Au milieu du 15ème siècle, le Duc François II préfère le château de Nantes.

* Vers 1491, durant la Guerre de Bretagne, le château est attaqué puis pris par l'armée Royale de France.

* A la fin du 15ème siècle, le site "délaissé" par le Duc de Bretagne devient possession de Jean IV de Chalon-Arlay. Ce Prince d'Orange réalise des travaux.

* En 1502, à la mort de Jean IV, Anne de Bretagne récupère le château. Des aménagements de confort sont réalisés pour que cette vieille forteresse soit habitable par la Reine de France lorsqu'elle se rend en ses terres de Bretagne. A partir de cette date, ce site devient "un château de femmes" :

- Françoise de Foix, maitresse du Roi (voir liste).

- Diane de Poitiers, maitresse du Roi.

- Françoise de Brézé, fille de Anne.

* En 1562, le Roi de France Charles IX achète Suscinio.

* Durant 40 ans, les propriétaires et occupants se succèdent.

* Au début du 17ème siècle, le château est faiblement entretenu.

* Durant le 17ème siècle, peu de travaux sont/semblent réalisés.

* Au 18ème siècle, bien que la famille propriétaire attache de l'importance au site, les bâtiments sont peu entretenus.

* Vers 1792, les Révolutionnaires vendent le château comme Bien national. Le site castral est dépecé.

* En 1840, Prosper Mérimée classe le site en ruine aux Monuments Historiques.

* En 1965, le conseil général du Morbihan achète le château, puis entame un longue campagne de consolidation et d'aménagement.

* Au début du 21ème siècle, une importante campagne d'amélioration de la visite est réalisée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et les sentiers. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les jours et heures d'ouverture.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Que d'eau aussi bien dans le sol que dans le ciel !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 56

Vers Menu châteaux du Morbihan

Partager cet article

commentaires

P
S urprise je fus : il y a long temps
U n prieuré était ! Or, maintenant
S uperbe castel à voir est donné !
C ontinuerai-je disant que frustrée,
I l est vrai, je me sens : peu d’intérieur
N ous est offert…* Et Bretagne n’a l’heur,
I l me semble que le savez aussi,
O ui, d’être près du Dauphiné !… Ravie

S uis-je, toutefois, d’avoir aperçu
A utant de détails, autant d’attributs
R appelant que défendu fut ce site.
Z oomer sur archères n’est insolite,
E t pourtant, heureux mon esprit rendez !
A i-je tendresse pour ces allongées,
U niverselles marques d’un guerrier

M oment, jadis.** Encore : n’est courant
O uvrage de guet***, là, arpenter en
R éelle, si bonne compagnie ! J’ai
B ien cru que me pâmer, ici, j’allais !!!…***
I l est aussi pacifiques atours :
H ôtes des lieux ne furent mie toujours
A ssaillis, et leur rang est reconnu :
N ‘étaient-ils simples gens ou malotrus !

B énéficièrent de confort les salles,
R éalisé, icelui, c’est normal,
E n plusieurs années, siècles. Cheminées,
T out comme coussièges, m’ont attirée,
A insi qu’escalier en colimaçon.
G uidée je fus dans rêverie par noms
N otés dans l’histoire. Des Dauphinois
E n étaient, Mon chevalier de surcroît !****

P our sûr, régalée me suis en ce lieu !
S avez être, sans conteste, un vrai Dieu !

* de l’intérieur du castel lui-même, des salles, car « l’intérieur de l’extérieur » nous donnez bien à mirer (oui, je sais bien que vous ne pouvez mie tout montrer… mais un tout petit peu plus ici m’aurait fort plu !)
** vues de l’intérieur : j’adore !
*** le chemin de ronde couvert. Pas souvent que l’on voit l’intérieur d’un chemin de ronde (couvert, donc). Vous m’avez ravie en le montrant !
**** noms Dauphinois : Diane de Poitiers, avec pas mal de sang Dauphinois ; sa fille avec un peu moins. Quant à Jean IV de Chalon-Arlay, point Dauphinois était-il, mais son petit-fils est resté dans ma mémoire (!) puisqu’il vint se battre sur ma terre natale lorsqu’il voulut s’emparer du Dauphiné ! …ET, vous, Mon Chevalier Dauphinois, le 1er guide de cette visite !… Et j’écris ceci au son des symphonies de Beethoven : magique ! (les 9 à la suite : exceptionnel !)… vous êtes Wolfgang, je suis Ludwig !
Répondre
L
* Pauvre Chevalier.
* Atchoum !
* Il lui est reproché de ne point trop montrer les salles.
* Atchoum !
* Alors qu'il a attrapé une terrifiante maladie.
* Atchoum !
* Evidemment avec ses éternuements les photos d'intérieur sont floues.
* Atchoum !
* Impossible de les montrer ici.
* Atchoum !
* Pauvre Chevalier.
* Atchoum !
* Il lui est reproché de ne point montrer les salles.
* Atchoum !
* Alors qu'il aurait apprécié un grog et un massage du torse avec des plantes.
* Atchoum !