3 décembre 2021 5 03 /12 /décembre /2021 08:50

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

 

En terre Dauphinoise, l'or blanc est une richesse.... parfois

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Jarrie est située à 10km au Nord des lacs de Laffrey (lieu touristique sur la route Napoléon), à 7km au Sud de Grenoble et à 5km au Nord-Est de Varces-Allières et Risset (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

45° 06' 38" N 05° 45' 24" E
 45.110790°  5.756796°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Il était une fois......

.... un chevalier Grand, Beau, Fort, Intelligent, Cultivé, Spirituel et modeste (évidemment 🤣 ) errant en SON Dauphiné.

* Certains d'entre vous vont pester en affirmant :

- 🗣 "Ce n'est point TON Dauphiné, puisque point Dauphin tu es !"

* Alors, mettons de suite le point (et non le pas) sur le i :

1 - Lorsque le Dauphin n'est pas là, c'est MOI son représentant. 👑

2 - C'est mon blog donc j'écris ce que je veux...... et surtout..... LA vérité. 😆

 

 

Des pierres médiévales surgissent dans ce désert blanc

Le Dauphin (moi) avance

* Soudain, ayant besoin d'un Bon Repos, car fatigue j'ai à marcher dans la neige, je décide de me rendre chez mon ami Armuet (voir historique) qui a vigoureusement déneiger sa sente.

* Qu'il est beau son château où lumière et défense s'équilibrent en Dauphinoise perfection.

* L'accueil merveilleux des Dauphinois se ressent par la porte ouverte aux visiteurs.

- Evidemment si Savoyard (ennemi médiéval) s'approche, archers de Mon Dauphiné seraient derrière le rempart (un peu arasé).

- Si ce vil ennemi tente par l'angle, une ronde tour défensive l'attend avec, en ses entrailles, de multiples arquebusiers.

* Mais en cette belle journée ensoleillé (vous ai je déjà dit qu'il y a au moins 400 jours de soleil par an en Mon Dauphiné ?), j'approche en joli pourpoint.

Nota :

- Il est possible que ma prose de ce jour ne soit point complètement objective. 🙄

- Il est vrai que dans la province de la perfection, peut on l'être ? 🤪

 

 

'Toi, toi, mon toit !'...aurait chanté Elli Medeiros

 

 

Ce château Dauphinois est parfait (comme tout en cette province)

De tel galet se nomme "gabeau" 🤭

* Que voila château correspondant aux imaginaires de notre enfance :

- 4 courtes courtines.

- 4 rondes tours aux angles.

* Evidemment avec les siècles puis les aménagements de confort et de luxe (puisque cette famille fut influente puis aisée) les systèmes défensifs ont été remplacés par des fenêtres ou des puits de lumière, mais l'architecture d'origine n'ayant pas changé, il est possible de voir :

- Des encorbellements ressemblant à des mâchicoulis (voir vocabulaire).

- Des archères arquebusières disséminées.

- Une ouverture trilobée, éclairant certainement une chapelle.

* Ce château de plaine a été construit en galets roulés. Mais l'esthétique n'est pas "grisement grise" ou "tristement triste" car toutes les ouvertures sont mises en valeur par des pierres blanches.

Nota :

- Le château ayant subi un incendie (voir historique), je pressens que le ciel je verrai en toutes les salles.

* Une charmante damoiselle, ravissante comme toutes les Dauphinoises, m'informe que le représentant du Dauphin (moi évidemment) est libre d'errer en ce lieu.

* J'entre.

 

 

 

L'intérieur :

En bas je fais : Hoooo

* Evidemment, un château a plusieurs étages possède : Un escalier.

* Le site étant médiéval, l'escalier est logiquement en colimaçon, mais dans le sens inverse des vrais bâtiments défensifs.

* En bas, dans ce qui fut les caves et réserves voûtées, l'ombre est omniprésente. Des soirées poésies, contes, musiques sont organisées.

* Atchoum 🤧 ...... A cause de la poussière en mes sensibles naseaux, je remonte l'escalier en passant rapidement devant la glacière. C'est ainsi que je découvre le lavabo de la cuisine.

Combien de dauphins ont été lavés puis écaillés ici 😆

pour faire le gratin Dauphinois ? 🤣

 

 

Dormir à la belle étoile est la mission de ce château

A ciel ouvert... ainsi que mes yeux

* Certains n'apprécient pas les ruines car il n'y aurait "rien" à voir.

* Je pense l'inverse, car l'absence de plafond et de toit permet de comprendre l'architecture.

* Par exemple :

- Le plafond du premier niveau reposait sur les retraits du mur.

- Les poutres supérieures portaient sur des corbeaux.

- Avec ses petites fenêtres, l'étage supérieur possédait de petites chambres ou pièces.

- Chaque niveau accédait aux tours d'angle.

- La grande salle est évidemment proche de la cuisine. Pour son confort, une immense cheminée est allumée (les dauphinois savent accueillir les visiteurs !).

- Bien sur toutes les pièces possèdent une cheminée (les dauphinois savent accueillir les visiteurs !).

* Ainsi, il est facile de faire le plan du premier niveau.

 

 

Les corbeaux

* Bien que le site soit reconnu LPO je ne vais point proser sur les volatiles mais sur les sculptures des pierres en encorbellement.

* Ces corbeaux montrent les blasons des familles propriétaires :

- Armuet : Trois heaumes (d'argent sur fond d'azur).

- De Murinais : Six besants, soit entier, soit en partie, avec les 3 heaumes.

- Et.... ce sera à vous de les découvrir lors de votre visite.

 

 

 

 

Lorsque le ventre est trop lourd, le séant est LA solution de repos

La chapelle

* Pour rejoindre la chapelle, il faut monter.... (car Dieu n'est point en bas).

* Si vous avez trop mangé dans la grande salle de réception (car les Dauphinois savent recevoir), vous pouvez vous reposer durant l'ascension sur les coussièges aménagées (car les Dauphinois savent recevoir).

* En poussant la lourde porte, un autre monde apparaît.

* La chapelle peut vous paraître neuve par rapport aux autres salles. En réalité l'association la remet en valeur car :

- Par un incroyable hasard de l'histoire, la chapelle a été photographiée (à la fin du 19ème siècle)

- Les clichés en noir et blanc affichés aux murs et plafond montrent les décors et peintures médiévales.

* Conséquences :

- C'est une représentation du diptyque est en noir-et-blanc trônant au dessus de l'autel, puisque l'originale est dans un musée de Grenoble.

- Grâce aux images et aux archéologues des monuments historiques, un artiste a représenté le "soubassement" original de cette chapelle.

Auriez vous apprécié de la voir entièrement refaite ? 😍

* Pensant avoir tout vu et tout compris, je redescends.

 

 

 

L'extérieur (à nouveau) :

Le beau temps.... Dauphinois

* En sortant, je découvre que la neige a fondu tant le soleil Dauphinois est chaud....... (parfois je me demande si vous croyez toutes les bêtises que j'écris 😆 ).

* Le château, tout de gris et de blanc vêtu, montre sa parfaite beauté.

* Fermez les yeux puis regardez avec votre sixième sens cette Dauphinoise construction qui vit le Dauphin Louis II.

* Le beau temps du ciel et le beau temps de l'histoire illuminent ce souvenir-présent ou cette présence-du-souvenir.

 

 

Ce château Dauphinois flotte sur un océan vert

 

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 13ème siècle, la famille Armuet appartient à la petite bourgeoisie. Ce nom apparait dans diverses fonction : Marchand drapiers, prêtres, notaires......

* Au milieu du 15ème siècle, Louis II de France (futur louis XI - voir liste des rois) est Dauphin (voir titre de noblesse) du Dauphiné. Bien que les textes ne le précisent pas, il est fort probable que Louis, très à l'écoute de sa province qu'il réforme, passe chez Antoine Armuet, conseiller au parlement du Dauphiné.

* En 1460 (?), Guillaume Armuet fait construire ce château sur des terres que sa famille possède depuis le début du siècle.

* En 1470, après le couronnement de Louis XI, Antoine Armuet devient Maitre des requêtes de l'hôtel du roi.

* En cette fin du 15ème siècle, Antoine est aussi commissaire à Gap, consul de Grenoble, prévôt de Saint Antoine etc......

* En 1522, une chapelle est construite dans le château appartenant à Martin Armuet.

* En 1532, Martin décède sans enfant. C'est Jean, son frère, qui hérite du château.

* Au milieu du 16ème siècle, durant les Guerres de Relion, le Dauphiné s'enflamme. Bien qu'une bataille importante se déroule proche du château, ce dernier ne subit aucun dommage. Louis Armuet, fils de Jean, est le nouveau propriétaire du château. Il est successivement gouverneur d'embrun, lieutenant de l'armée royale à Briançon, gouverneur de Grenoble, puis consul de Grenoble.

* Au début du 17ème siècle, Louis demande la réfection de la toiture du château.

* Dans le premier quart du 17ème siècle, le château est possession de Guillaume Armuet, fils de Louis

* Au milieu du 17ème siècle (1645 ?), le château est apporté en dot par Marguerite Armuet, fille de Louis, à la famille Auberjon de Murinais de Buissonrond.

* En cette seconde moitié du 17ème siècle, les salles intérieures du château sont réaménagées pour plus de confort mais aussi par la présence de plusieurs "couples" ou familles. L'extérieur est modernisé sans changer l'architecture "médiévale".

* A la fin du 17ème siècle (?), une terrasse est aménagée.

* En 1780, Charlotte Geneviève de Murinais hérite du château.

* Vers 1789, Charlotte Geneviève et son mari Joseph Henri Costa de Beauregard s'enfuient. Mais avant, ils confient le château à des fermiers.

* Vers 1792, lors des grands saccages et attaques d'habitation des nobles, le château de Bon Repos est épargné et n'est pas vendu comme Bien National puisqu'il est administré par des fermiers. 

* En 1811, Charlotte Geneviève de Murinais cède le château à Christophe Ruelle.

* En 1914, début de la première guerre mondiale. Cet évènement bien loin du Dauphiné aura une conclusion fatale pour ce bâtiment.

* A partir de 1915, les hommes ayant été envoyés au front, le personnel manque pour les travaux des champs et dans les usines. Conséquence : Les prisonniers de guerre subviennent aux tâches, Ils sont loger dans le château, transformé en prison.

* En 1917, les prisonniers sont déplacés. Au même moment, un incendie se déclare puis ravage toutes les toitures et les planchers. Les habitants du bourg sont partagés sur cette catastrophe :

- Soit les prisonniers ont mis le feu volontairement.

- Soit les conditions d'hébergement étant peu acceptables, "Dieu" a épargné les prisonniers puis a mis un terme à cette exploitation humaine en ce lieu.

La vérité ne sera certainement jamais connue.

* Au milieu du 20ème siècle, devant l'ampleur des travaux, les propriétaires du site abandonnent le château à son avenir de ruine. Ne possédant plus de toit, les murs se dégradent rapidement.

* En 1976, la commune achète le château.

* En 1978, une association de sauvegardes créée. Les rénovations d'urgence commencent.

* En 1986, le château et son enceinte sont inscrits aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, l'association de sauvegarde organise des spectacles gratuits et payants. Les sommes récoltées servent à la consolidation du château.

* En 2009, la municipalité achète les terres et bâtiments entourant le site. Un projet d'agriculture biologique prend forme.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de l'intérieur est possible chaque mois soit libre soit accompagnée par des membres compétents, attentifs et Dauphinois bien sur. Veuillez vous renseigner auprès de l'association de sauvegarde.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Ce château Dauphinois flotte sur un océan blanc

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38

Vers Menu

châteaux de l'Isère

Partager cet article

commentaires

P
C omme on le lit, ce castel est « récent ».<br /> A t-il allure médiévale, pourtant.<br /> S ûr que moins d’ouvertures m’auraient plu,<br /> T émoignage d’un lieu très défendu.<br /> E t puis, le fait de savoir que Louis II<br /> L e connut, rend mon esprit fort heureux !<br /> <br /> D es galets roulés comme appareillage,<br /> E t voilà, dans très grand bonheur je nage !<br /> <br /> B ien plus : que soit parfait Le Chevalier (<br /> O ui, je ne conteste pas cette idée !)<br /> N ous guidant dans visite, apporte, là,<br /> <br /> R avissement ! Qu’on ne s’y trompe pas :<br /> E st tout à fait impartial jugement !…<br /> P uissance se lit même dans le plan :<br /> O n a simple et très rude architecture,<br /> S auf qu’on est bien protégé en ces murs.<br /> <br /> J e vois des tours surveillant les courtines.<br /> A i-je berlue, ou ne sont point latrines ?<br /> R ager avez dû que l’extérieur n’ait<br /> R évélé ces encorbellements ! Mais,<br /> I nquiète suis-je : ne va t-on mie croire<br /> E n Dauphinois sans hygiène ? Miroir<br /> <br /> D éformant, s’il en est, de la contrée !…<br /> A i-je entrailles aperçues moult aimées.*<br /> U ne austérité se sent, aujourd’hui.<br /> P ourvu de confort était ce bâti.<br /> H eur avons cheminées y découvrir.<br /> I l y a coussièges pour discourir.<br /> N on pas que ! Servaient aussi pour le guet,<br /> E t soldats bien à l’aise s’y trouvaient…<br /> <br /> P uisse représentant de Mon Dauphin**<br /> S avoir que, comme lui, m’a émue bien !***<br /> <br /> * notamment la cave voûtée, bien sûr !<br /> ** c’est-à-dire : vous, représentant de nostre Dauphin Louis II ! (cf. 1er §)<br /> *** émue est un tant exagéré, mais cela signifie que votre article m’a bien plu, autant pour le côté « technique », qu’historique ou humoristique !
Répondre
L
* Cette construction est une somme de contrastes :<br /> -- Maison forte peut être était elle à l'origine, mais château il est pour nous.<br /> -- En ruine il est, mais il semble entier.<br /> -- Récent presque moderne dans son architecture actuelle, pourtant il fut médiéval dans sa construction.<br /> -- Confort partout se lit, pourtant défenses sont visibles et se devinent.<br /> -- Ouvert et sans toit il semble, pourtant son sous-sol et sa chapelle sont des intérieurs vivants.<br /> -- Prison il fut, pourtant libre est le touriste pour le découvrir.<br /> -- Enneigé il parait être, pourtant ensoleillé il est.<br /> * Cette construction est une somme de contrastes !