20 janvier 2023 5 20 /01 /janvier /2023 08:50

 

 

La description de l'extérieur du château est ici - CLIC

 

 

 

Département 02 - AISNE  (Thiérache)

 

 

 

 

le Dieu Otis n'est pas encore venu en cette tour !

 

Le château :  (suite)

L'intérieur du donjon :

C'est à cause du manque d'ascenseur qu'escalier je dois monter 

* Par définition, un donjon médiéval est une haute construction. Cette évidence pour vous signifie pour moi : Des escaliers ! 🙄

* C'est donc un Chevalier aux muscles saillants et à la forme Olympique 🏅 qui aborde cette difficulté.

* Je vous entends pouffer 🤭 derrière votre écran.

🗣 "Pauvre petit homme qui doit monter 3 marches !"

* Que cela n'est pas gentil ! 🙁

* La vérité : C'est plus de 40 mètres que je vais devoir escalader avec mes magnifiques mollets de Dauphinois.

* Ho hisse, ho hisse. 🏃‍♂️

* Sept étages à gravir !

* Ho hisse, ho hisse. 🏃‍♂️

* Parfois, l'éclairage est minimal, la chute imparable et gravissime pourraient être la fin de cet article.

* Ho hisse, ho hisse. 🏃‍♂️

* Conclusion : Pour vous montrer ce château, aventurier de l'impossible je suis ! 🤪

 

 

Quelle étourderie, j'ai oublié les bûches de bois dans la cour

 

 

C'est à cause de mon exploit surhumain qu'essoufflé je suis 

* Cette haute construction étant un donjon, je pressens que sa fonction première ne fut pas une habitation permanente des évêques (puisque bâtiments plus adaptés existent dans la cour). Malgré cela, je suis surpris du confort et des décorations.

* L'ensemble si propre, si peu abîmé me donne l'impression que les derniers occupants sont partis quelques semaines avant mon arrivée.

* D'abord, je découvre une salle avec une cheminée finement sculptée et un plafond sur croisées d'ogives.

* Puis en traversant une porte, je traverse le temps et l'espace :

- Une cheminée à peine éteinte 🤥 avec piédroits aux sculptures végétales.  

- Des croisées d'ogives asymétriques.

- Des culs de lampes reprenant le thème des végétaux.

Avez vous remarqué les traces de peinture sur les murs ?

* Les pièces devaient être magnifiques !

 

 

C'est à cause des ogives que je pense aux Croisés 🤭 

* Puis une pièce plus petite encore un plafond magnifique et des culs-de-lampe parfois un peu coquins ou farceurs. 

 

Bonjour, nous sommes Tic et Toc ! Derrière ce masque se cache... Moi, Le Diable ! Etes vous aussi souple que moi ?

 

 

C'est à cause de la coussiège en pierre que mon séant fut refroidi 

* Au dessus de cette autre pièce, le plafond est soutenu par des poutres, la cheminée n'est point sculptée.

* Je pressens que salle des gardes ou des serviteurs cela devait être.

Que contenaient les petites niches ?

Avez vous quelques idées ?

 

 

C'est à cause des marches que démarche ascensionnelle je fais 

* Ho hisse, ho hisse. 🏃‍♂️

* L'ascension parait interminable !

Vais je atteindre le paradis ?

* Que nenni !

* Au sommet, il y a bien une lumière, mais n'est point Divine. Elle provient des 4 ouvertures sur la toiture de la tour escalier.

- Rappel : Je vous l'ai montrée ici.

 

 

C'est à cause de mes mollets meurtris que paysage je vais observer 

* Après la montée, il y a....

... la descente.

* Ho glisse, ho glisse. 🏂

Avez vous remarqué le sens de rotation de l'escalier en colimaçon ?

* Bien que construit au Moyen Âge, cet escalier tourne à l'envers (dans le sens anti-horaire en montant), c'est à dire qu'il facilite l'attaque à l'épée de l'assaillant montant. 😮

* C'est durant mon questionnement que mes pieds se posent sur le chemin de ronde avec les ouvertures de tir et les fentes au sol pour mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Comme toujours, la vue est la récompense d'un découvreur de sites médiévaux.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, Septum Montes est cité dans un texte avec un premier château. La construction devient la résidence d’été des évêques de Soissons.

* Au 13ème siècle, Jacques de Bazoches fait rebâtir l’ancien château en y ajoutant des remparts et une chapelle.

* En 1226, au retour du sacre du jeune Louis IX (voir liste des rois) en la cathédrale de Reims, la petite histoire raconte que ce monarque accompagné de sa mère Blanche de Castille ainsi que toute sa cour sont reçus au château.

* Au milieu du 14ème siècle, à cause de la période de troubles, l’évêque Simon de Bucy fait agrandir le château en y ajoutant le donjon (en 1370) et la tour carrée.

* A la fin du 14ème puis au 15ème siècle, durant la guerre de Cent Ans, le château ne subit aucun dommage.

* Au début du 16ème siècle, l’évêque Symphorien de Bullioud fait construire un agréable logis Renaissance, nommé palais des Évêques.

* En 1534, après de décès de Symphorien, le château est partiellement délaissé par les évêques de Soissons. Les parements des salles (parquets, lambris, etc...) sont emportés.

* Au milieu du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la population se protège (et se défend) derrière les remparts du château.

* A la fin du 17ème siècle, le site est délaissé par les évêques. Ruine semble être l'avenir des constructions.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'approprient le site puis le vendent comme Bien National.

* Au début du 19ème siècle, différents propriétaires font des améliorations, modernisations et parfois "destructions".

* En 1835, en visite dans le département, Victor Hugo accompagné de sa maitresse Juliette Drouet grave cette inscription sur une pierre à l'intérieur du donjon : « Victor Hugo Juliette 29 juillet 1835 ». 

* En 1864, le célèbre peintre Jacques Edmond Leman achète les ruines puis entreprend de restaurer certains bâtiments. Le curieux belvédère carré au dessus du bâtiment carré de l'entrée aurait été réalisé à sa demande. C'est au château qu'il a peint plusieurs de ses tableaux "historiques".

* En 1877, la Baronne (voir titre de noblesse) d’Ezpeleta poursuit les travaux de restauration.

* Vers 1918, durant la 1ère guerre mondiale, des tirs d’obus endommagent les bâtiments. La perte du toit dégrade les différentes salles.

* En 1920, la chapelle de Saint-Louis et le donjon sont classés aux Monuments Historiques.

* En 1924, Catherine Anselm Gleason achète la ruine ainsi que quelques maisons du bourg puis tente de redonner vie à ce site castral historique.

* En 1970, Jean Rollin réalise au château le film "Le Frisson des vampires".

* En 1971, création de l’association : "Les Amis de Septmonts".

* En 1978, la commune de Septmonts achète le site, puis avec l'association réalisent des travaux de consolidation et de mise en valeur.

* En 2006, les douves, l'enceinte partiellement ruinée, la cour, les caves voûtées et la tour carrée sont classées aux Monuments Historiques. 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des bâtiments est libre et gratuite. La visite gratuite de l'intérieur est possible certains jours. Des visites guidées sont possibles, veuillez vous renseigner.

 

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

De la tour, je vois l'entièreté du monde... et même plus loin

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux de l'Aisne

Vers Menu châteaux de l'Aisne

Partager cet article

commentaires

P
S i je résume : causes ne sont mie,<br /> E n fait, perdues !…* (humour un tant lourd, oui…)<br /> P arce que grâce à votre abnégation<br /> T out s’éclaircit, trouve une solution !<br /> M ême si Dieu Otis n’est point venu,**<br /> O mniprésence d’un autre, connu (<br /> N e vais-je le nommer… est Dauphinois !...)<br /> T rès bien le remplace, car d’autrefois<br /> S ait-il nous montrer le plus bel d’un lieu (<br /> <br /> T out est relatif…***) Des salles vues, deux<br /> H eur ont eu, plus que les autres, me plaire.<br /> I l est vrai, cheminées ont su y faire !****<br /> E n troisième salle, têtes coquines <br /> R avie m’ont. Sont d’antan belle vitrine.<br /> A i-je compati quand j’ai lu qu’avez (<br /> C ombien, déjà ?) des marches dû monter,<br /> H élas, armuré ! Mais tant mieux pour nous !<br /> E st-ce ainsi qu’avons eu vision de tout !<br /> <br /> P uis-je remercier vos mollets vaillants ?...<br /> S ans eux, aurions voyagé dans néant !<br /> <br /> N ’oublierai-je que peintures sont restées,<br /> B ien abîmées, mais font toujours rêver !<br /> <br /> * Cf. tous les titres des paragraphes de vos 2 articles comprenant le mot « cause » (et j’ai écrit ceci avant d’avoir lu votre réponse… et votre signature ( !) à mon commentaire du 1er article de ce castel).<br /> ** cf. info-bulle de la 1ère image de votre article.<br /> *** pour moi, le plus bel d’un lieu, dans vos articles, est ce qui représente vraiment le Moyen-Âge.<br /> **** 2e salle et 4e salle.
Répondre
L
* Triste est le Caliméro Cétakoz...... car point de bises cicatrisantes ni de massages revigorants il a eu en promesse.<br /> * Pauvre Chevalier qui a monté au moins mille marches (peut être plus)...<br /> ..... Pauvre Merveilleux Dauphinois qui eut les épaules blessées à cause de la lourde armure à porter....<br /> ..........Pauvre Castellologue amateur avec les cuisses douloureuses et le dos cassé par tant de dénivelé !<br /> * Aucune promesse de de pommade sur sa fragile peau ensanglantée par exploit.<br /> * C'est à cause du manque de tendresse rassurante qu'église je vais montrer durant les 52 prochaines semaines.<br /> ** Signé : Moiémoi.