5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 08:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Est ce le château d'Espiens ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune d'Espiens est située à 40km au Sud-Est de Marmande, à 20km à l'Ouest-Sud-Ouest d'Agen et à 8km à l'Est de Barbaste (voir son moulin fortifié).

 

   Coordonnées du château :

44° 10' 06" N 00° 22' 41" E
 44.168444°  0.378167°

 

    Toponymie :   (--> voir initiation)

* Espiens provient du mot Gascon "Espia"  signifiant :  Regarder, voir, vue.

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Mise au point

* Dans certaines brochures et sites web, le Graal de ce jour est nommé : La tour d'Espien.

* Je m'oppose à ce qualificatif réducteur !  laugh

* Cette construction défensive au sommet de la petite colline, ayant créé la commune, est un véritable château... certes "un peu" cassé.

 

 

Première découverte

* Après avoir laissé mon destrier à l'entrée d'Espiens, coté Ouest, j'erre lentement en direction opposée.

* Quelques constructions en pierres millénaires me font signe.

Pensez vous que ce soit les murs du château ?

* Que nenni !

* Les murs de certaines maisons du bourg ont été construits grâce aux pierres de l'ancien château médiéval.

 

 

Les fleurs se pâment devant cette beauté médiévale

Mes poils se dressent de plaisir

* En contournant la dernière maison d'architecture récente, je vois un cube de pierre dans un écrin de verdure colorée.

* A petits pas, je continue mon errance.

* Aucun doute possible, je suis en présence du château.

 

 

Je détaille les détails

* Le site a été partiellement arasé, crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) ont disparu.

* Curieusement, la façade coté Sud ne comporte aucun système défensif. Ils ont du être bouchés lors de la consolidation au siècle dernier.

* Le parement d'angle est propre, les pierres sont correctement taillées et jointives : Cela traduit un château ayant été possession d'un seigneur "aisé".

* En me décalant un peu je vois.......... Hooooo...

........ une porte.

 

 

Cette porte est le passage vers le monde médiéval

Une porte qui me transporte

* Aux étages, deux ouvertures me fascinent :

- Une archère droite datant du début du 13ème siècle.

- Une fenêtre trilobée avec une blanche damoiselle tournant son regard vers un autre horizon.

* Derrière un rempart de haies "infranchissables", je vois une porte en arc brisé.

* Prenant tous les risques, je traverse les feuillages (peut être empoisonnés) .

* Les dimensions de l'ouverture  me font penser que ce ne devait pas être la poterne. Pourtant quelques détails me "chagrinent". Je ne vois pas :

- Les traces des fentes pour les flèches d'un pont levis (voir exemple).

- D'encoche pour recevoir ce fameux pont (voir autre exemple).

- De crapaudine pour soutenir un pont-levis (voir cet exemple).

- De bretèche pour sécuriser l'entrée.

* Malgré tous ces manques, je suis heureux de voir le rail de guidage de la herse.

 

 

Ses entrailles n'ont aucun secret pour moi

L'intérieur :

"Ouvre toi pour moi" lui dis je

* Bien que le site soit interdit à la visite, il est possible de voir l'intérieur par quelques astuces et une petite contorsion.

* Un mur extérieur comporte deux ouvertures :

- Celle du haut est une archère en niche.

- Celle du bas est.... heu.... j'ai un doute.

Est ce un puits de lumière ?

Une archère droite ?

* Sur les autres murs je vois :

- Une petite archère droite.

- Une salle comportant une fenêtre avec coussiège unique.

 

 

La fin pour vous... la faim pour moi.

* Cette ruine m'a mis en appétit.

* Je décide de vous laisser ici (sans vous avoir tout montré... car il faut que vous ayez quelques surprises).

* Je vais poser mon séant merveilleux sur un rocher, sortir une pomme et admirer le paysage, l'ultime trésor d'un site castral.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château avec une tour carrée à chaque angle.

* En 1286, la seigneurie d'Espiens est détenue par 4 familles :

- Bertrand de Galard pour 50%,

- Pierre d'Auvignon pour 25%,

- Gailhard de la Roche pour un huitième.,

- Guilhaume Raymond de Nazareth pour un huitième.

* Au 16ème siècle, le Comte (voir titre de noblesse) de Mazellière de Douazan est Baron d'Espiens.

* En 1891, la commune achète les ruines du château.

* En 1926, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Veuillez respecter les propriétés privées ainsi que l'ambiance studieuse de la cour d'école.

 

La vue est toujours la récompense d'une ruine médiévale

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 16/01/2019 14:13

C’est bien ce que j’ai écrit, Chevalier : pas vraiment un traitre, le baron d’Espiens.
… Mais, sa parole aurait pu rester au roi de France, puisqu’il avait commencé ainsi ! C’est dans ce sens que je le voyais un peu comme traitre, ayant renié sa prime parole donnée (à la fleur de lys), justement.
… On sait que certains seigneurs des contrées sous l’égide du roi d’Angleterre s’allièrent au roi de France sans que les Anglois puissent y redire vraiment… mais ces derniers leur firent bien comprendre, à ces « félons », qu’ils n’auraient pas dû choisir la fleur de lys !… Et que beaucoup d’autres préférèrent faire allégeance au roi d’Angleterre par opportunisme (économique) surtout !… n’est-il point vrai ?

Cette situation complexe, je l’ai retrouvée, au fil de mes lectures, en ce qui concerne nostre Dauphiné après son Transport au royaume de France. J’ai beaucoup lu pour comprendre et trouver des exemples et explications.
… Nos ancêtre les Dauphinois ont toujours été vassaux de l’Empire Germanique, même après le Transport du Dauphiné (apparemment, jusqu’à la Révolution Française notre « maître » fut l’empereur germanique… de droit sinon de fait, et les terres Dauphinoises furent terres d’Empire).
… Leur souverain était l’empereur, et leur suzerain était le roi de France (qui, à certains moments d’ailleurs, dut aller rendre hommage à l’empereur pour ses terres d’Empire du Dauphiné, je l’ai retrouvé dans plusieurs grimoires).
… Et les Dauphinois ont joué de cette situation parfois ! Lorsqu’ils ne voulaient mie obéir au roi de France (ce fut rare), ils arguaient du fait que leur souverain était l’empereur Germanique ! Et d’autres fois, ils ont fait l’inverse pour ne mie obéir à l’empereur ! (il est vrai que la plupart du temps l’empereur ne s’est mie mêlé des affaires dauphinoises… trop loin de chez lui, nostre Dauphiné !).
… Quant à votre exemple sur des Dauphinois faisant allégeance au comte de Savoie, vous "trichez" un peu, non ? : oui, certains seigneurs firent cela, puisque leurs terres étaient une enclave savoyarde « attestée », reconnue depuis longtemps !
Mais d’autres choisirent de faire allégeance à nos Dauphins- même habitant dans une enclave savoyarde – puisque ou parce qu’en Dauphiné !…

Et pas d’accord sur votre opinion sur les Routiers !
… Ils guerroyaient pour l’argent, bien sûr, mais certains mettaient un point d’honneur à … honorer leur engagement « moral » (= ne point « retourner leur veste »)…
… J’ai l’exemple (toujours le même, mais c’est « Mon » Routier préféré !) de Rodrigue de Villandrando qui vint se battre sur nos terres Dauphinoises. Il y vint contre monnaies sonnantes et trébuchantes, évidemment, mais il mit un point d’honneur à ce que la coalition qui l’avait engagé « en ait pour son argent » : il tint à être en première ligne, là où il y avait le plus de risque de se faire occire ! (alors qu’il aurait juste pu « aider » sans trop de risques).
Et ce Routier, R. de Villandrando, fut fidèle à Charles VII tout au long de sa vie, et fidèle à tous ses engagements. (je sais que, comme vous le dites, des Routiers furent fidèles d’un bout à l’autre de la Guerre de Cent Ans, au roi d’Angleterre… chacun son choix, en effet !… mais je honnis et bannis de mon cœur ceux qui choisirent la Perfide Albion, quoi qu’ils firent !).

…Et il y a l’exemple de La Hire, aussi… Direz-vous qu’il n’avait pas d’honneur ?… du moins lorsqu’il se trouva aux côtés de « vostre Jehanne » ?…
… Pour moi : bien sûr qu’ils firent pis qu’à pendre, ces Routiers, mais ils eurent des moments honorables, voire très honorables, qui effacent presque leurs méfaits… toujours à mes yeux !

… Désolée d’avoir été si longue.
Il y a si longtemps que je n’avais mie parlé d’Histoire, et j’adore ces liens féodaux complexes !… et quand je commence, je ne m’arrête plus, vous le savez !

Le Chevalier Dauphinois 19/01/2019 10:08

* Que voila logue prose très enrichissante.
* Merci ma Pierrote !

Pierrote 14/01/2019 13:34

Je reviens ici pour l’Histoire :

… J’ai encontré un baron d’Espiens au XIVe siècle, de la famille de Bertrand de Galard que vous citez dans votre historique en 1286, un descendant (je le suppose fortement en tout cas, puisque mon historien le nomme baron d’Espiens, et vu qu’il a le même patronyme…).
… Le baron d’Espiens que j’ai connu (!) était Pierre de Galard.
… Il fut donc baron d’Espiens mais également capitaine de Routiers ! (comme souvent à cette époque… souvent pour les cadets de famille nobles - entre autres - ai-je lu dans différents grimoires).
… Le malheur est qu’après avoir combattu contre Anglois, il se rallia à eux en 1370.
… « On » me dit aussi qu’il terrifia le Gévaudan et le Rouergue.
… Il mourut en 1384… Paix à son âme damnée de traitre ! (oui, je le sais, les habitants de ces provinces n’étaient pas vraiment des traites, puisque leur suzerain était le roi d’Angleterre/duc d’Aquitaine bien souvent, mais quand même !… leur souverain était bien le roi de France !)

NB : Mon grimoire ne me dit mie s’il était l’unique propriétaire du castel d’Espiens ou si le castel était encore en multi-propriétés à la fin du XIVe siècle… ?

Le Chevalier Dauphinois 15/01/2019 11:13

* Merci pour cette information historique.
- 1 - La Guerre de Cent Ans ne donna pas obligatoirement des "traitres". L'allégeance était LA parole donnée. Donc en rendant hommage au Duc, un seigneur était d'abord "Aquitain" avant d'être vassal d'un Roi de France bien loin de chez lui. Il y a quelques exemples en notre Dauphiné où certains seigneurs rendaient hommage au Comte de Savoie, bien qu'il fut parfois au "centre" de MON Dauphiné.
- 2 - Les Routiers ne "guerroyaient" que pour l'argent. Point de notion d'honneur. Donc, changer de camps fut l'un de leurs jeux..... Mais il y eut des Routiers fidèles au Roi d'Angleterre.
.
* Il est difficile de résumer un acte au Moyen Âge... Dans une guerre qui a duré plus de 1 siècle, les trahisons, mais aussi les actes de bravoures ne sont qu'à nos yeux de "modernistes" des notions complexes.
.
* Pour ce qui est des occupants du château d'Espien, j'ai mis dans l'article tout ce que je possédai.
* Si durant mes futures lectures je récupère d'autres données (surtout en quantité), je republierai cet article dans quelques temps (très souvent en Août ou en Décembre... quelque soit l'année ou le siècle 22ème ? hihihi).

Pierrote 07/01/2019 10:02

E st-ce dommage que soit entouré
S ite de maisons neuves, mais râler
P oint je ne vais : m’a contentée ce lieu !
I mmersion faisons dans passé. Heureux
E t rassasiés sont là mes médiévaux
N eurones mirant restes du château !
S oit ! Peu subsiste, mais sont bien perçus

L es plus représentatifs attributs
O rnant tel ouvrage, de guerre ou de paix.
T rès vieilles archères ne sont jamais

E nnuyeuses à mes yeux : moult je les aime !
T out comme le coussiège : n’est-ce le même

G age de sécurité, mais pour moi
A t-il senteurs d’une vie d’autrefois,
R envoyant image fort reposante
O ù damoiselles, dames et leurs suivantes
N e faisaient point que broderie, nenni !
N aguère, écoutaient troubadours aussi,
E t de lectures ne se privaient mie !*

G ardera porte entrevue son mystère :
A t-elle été poterne ou bien première ?**
S ynonyme de rêve est, d’une entrée
C harmante conduisant dans le passé…
O ui, de plus, nous offrez beaux paysages
G ascons par quelques magnifiques images…
N ous voilà comblés, et comme les fleurs***
E n pamoison tombons, de vrai bonheur !

* bien sûr, tout cela pour de nobles personnes... ou quasi.
** première, dans le sens de porte d’entrée, porte principale.
*** cf. info-bulle de la 2e image de votre article.

NB : en rapport avec la toponymie : en vieux-françois (XIIe à XIVe siècle, en gros), une espie = un espion (ou un éclaireur), nom féminin antan.

Le Chevalier Dauphinois 07/01/2019 10:24

* Diantre !...... En pâmoison est Ma Pierrote.
* Pouvoir j'ai maintenant sur elle, je vais en profiter.
* Mais en relisant sa belle prose, je note que ce n'est point moi qui l'aie mise dans de tels émois..
......... Mais la ruine.
* Ruine donc je vais tenter de devenir, pour que ses pâmoisons soient pour moi (hôôôôô).