Translation

 

Select your language below

 
 

 

Recherche Dans Ce Site Web

19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 06:30

 

Pays :

 ALLEMAGNE

Région :

 PALATINAT

 

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

* Le site est à 4km au Sud-Est de Dahn et à 5km à l'Ouest de Vorderweidenthal.

* Hoo, je sens que ces villages ne vous "parlent" pas, je vais être plus généraliste. Il est à 15km au Nord-Ouest de Wissembourg (en France).

* Le château de Drachenfels est posé sur une colline à 2km au Sud de Busenberg.

 

   Coordonnées du château :

49° 07′ 18″ N 07° 49′ 41″ E
 49.121694°  7.828144°

 

 

Origine du nom : (petite initiation)

* Drachenfels signifierait : Château du "Dragon" ou Château du "Cerf-Volant".  Je pressens déjà qu'il va falloir monter et même grimper.

* A moins que son féodal propriétaire fut un terrible tyran, un véritable "Dragon" pour ses contemporains. 

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'arrivée

* Mon destrier a repéré le petit parking proche de Busenberg et c'est à pieds que je vais découvrir ce site presque invisible dans les denses forêts du Palatinat.

* Après 15 minutes de marche, je découvre l'impressionnant rempart.

 

 

La surprise

* Ce haut mur à bossage me change des vestiges que je rencontre habituellement.

* En haut, une bretèche (voir vocabulaire) prouve que cette forteresse a vu son architecture évoluée sur plusieurs siècles.

Mais que vois je encore plus haut ?

 

 

Première constatation

* Il me semble que c'est un rocher habité. 

* Vite, il faut découvrir cette curiosité. (j'avoue que je triche un peu, car un panneau au pied du château comporte plusieurs photos de son intérieur).

Mais où est donc la porte ?

* Là, me dit mon instinct, toujours aussi perspicace.

* Avant de franchir la puissante porte et de pénétrer dans le long couloir "piège", je consulte le plan de masse réalisé suivant l'inventaire de Piramsens.

 

 

Le plan

1 - Citerne,

2 - Tour d'entrée,

3 - Lapidaire avec cave,

4 - Tour,

5 - Fossé,

6 - Rotonde,

7 - Escalier Ouest taillé dans le roc,

8 - Escalier Est taillé dans le roc,

9 - Salle des gardes, troglodytique,

10- Salle troglodytique,

11- Escalier (supérieur) taillé dans le roc.

 

 

 

L'intérieur :

Que de surprises !

* En franchissant la première porte, je découvre un espace comportant peut être des bâtiments de stockage ou des habitations non luxueuses.

* Le roc est taillé pour recevoir des poutres supportant un plafond, et délimitant les étages.

* Aujourd'hui, l'ensemble est envahi par la végétation et il m'est impossible de faire le plan de cette basse-cour.

* Un peu plus loin, je traverse une nouvelle porte certainement fortifiée menant à un escalier.

* Cet enchevêtrement de salles et de niveaux est impressionnant.

* J'ai l'impression que ce château a été modifié et réaménagé en fonction des besoins des multiples propriétaires et des familles qui s'agrandissaient :

- Un véritable "légo".

 

Mon paradis est en haut de cet escalier d'enfer

 

Encore plus haut !

* C'est à ce moment que mes pensées me font lever les yeux et là.......

....... Je découvre qu'il existe sur le rocher des aménagements.

Mais comment vais je monter sur cette plate-forme ?

* Évidemment, par un escalier creusé dans la roche.

* A l'origine il devait former un couloir, mais le temps (et l'incendie de 1532) ont eu raison de la solidité de la roche.

 

 

Je suis émerveillé

* Quelle incroyable sensation que de fouler les traces de seigneur ayant décidé ce travail "titanesque" !

* Avec le soleil, les couleurs de la roche et de la verdure donnent une féerie lumineuse incomparable, sensation augmentée par l'odeur de la pierre chauffée.

Avez vous déjà ressenti ce plaisir ?

 

 

Je suis dans un autre univers

* La plate-forme est un peu aseptisé par le manque de bâtiment et de trace de construction.

Quelle vue !

* C'est un des grands plaisirs de la recherche castrale.

* Jamais je suis déçu par le paysage offert.

* En face de moi, un rocher a été aménagé en donjon ou en tour de guet accessible par une salle troglodytique et un escalier... oups... peu large.

* De là haut, la plate-forme parait petite.

* Ces ruines et ce paysage m'inspirent milles histoires de chevaliers et de belles princesses qui emportent mes rêves et m'obligent à vous quitter.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A l'époque Romaine, le lieu serait habité, mais aucun texte le confirme.

* Au 10ème siècle, certains historiens pensent qu'un tel site devait être utilisé pour la surveillance. Mais aucun texte certifie cette hypothèse.

* Au 12ème siècle, il est possible qu'une fortification en pierre soit construite pour surveiller la frontière avec l'abbaye voisine de Klingermuster.

* Au milieu du 13ème siècle, un certain Von Drachenfels est cité dans un texte sans que l'on puisse le rattacher au château. Son sceau représente un Dragon.

* En 1335, les troupes Strasbourgeoises attaquent le château devenu le repère de seigneur-brigands dévalisant la région.

* Vers 1344, la famille Drachenfels vend les ruines et la seigneurie.

* A la fin du 14ème siècle, la famille Eckbrech de Dürkheim reconstruit le château.

* Au début du 15ème siècle, différentes familles se partagent le château, (il semble que 25 propriétaires revendiquent le lieu). L'architecture complexe du château est à l'origine de ce morcellement.

* En 1463, la noblesse du Haut-Rhin fonde la "Compagnie de Saint-Esprit" dont la mission principale est de défendre la position de la chevalerie face à la politique du Reich. Le château de  Drachenfels est leur lieu de réunions.

* En 1532, le pouvoir n'apprécie pas ces réunions et décide l'attaque du château. Les bâtiments sont pillés puis brûlés, avec interdiction de reconstruction.

* Vers 1765, les pierres de la ruine servent à la construction d'une église et d'une maison bourgeoise dans le proche village de Busenberg.

* Au 20ème siècle, des travaux de consolidation sont réalisés pour garder la mémoire du site.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible. C'est surtout les à-pics qui impressionnent.

 

 

 

Partager cet article