Translation

 

Select your language below

 
 

 

Recherche Dans Ce Site Web

25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 07:30

 

 

Département :  36 - INDRE

Un diamant dans un écrin de verdure 

 

 

Le bourg

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Chaillac est située à 80km au Sud-Est de Poitiers, à 60km au Nord de Limoges et à 45km au Sud-Sud-Ouest de Châteauroux.

 

   Coordonnées du château :

46° 24' 57" N 01° 19' 13" E
 46.415742°  1.320309°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

La découverte

* Depuis la commune de Chaillac, mon destrier prend la route du Sud-Est en direction du hameau de Brousse.

* Lentement le plaisir monte à la vue d'une tour que je pressens en ruine.

* Avec mon œil d'aigle, j'aperçois plusieurs constructions dont une belle semble posée sur une motte.

* J'ai hâte de la caresser.... du regard bien sur, Chevalier je suis.

 

  Faudra-t-il tirer la chevillette pour que la bobinette cherre

Porte close

* Arrivée proche du château, j'ai la tristesse qui m'envahit : Le site semble fermé au public ce jour.

Qu'importe, je pressens le plaisir !

* Même clos, le portail d'entrée montre de nombreuses caractéristiques défensives :

- Au sommet, les vestiges de mâchicoulis (voir vocabulaire).

- Puis les fentes des flèches de levage d'un pont.

- Puisqu'il y a 3 fentes, il semble évidement qu'il y a une entrée pour carrosse et une pour piéton.

- Les 2 ouvertures d'entrée que j'avais devinées sont visibles.

- Avec la végétation, il est difficile de voir l'épaisseur du mur, mais je la pressens importante.

- Le mur que j'entrevois à l'intérieur signifie que cette entrée devait être un châtelet. De chaque coté, il me semble voir les fantômes de rondes tours de défense de la porte.

 

Plan du château de Brosse 

Plan du château

* Pour comprendre cette immense ruine, il est important d'assimiler son architecture pentagonale :

B - Bâtiments (communs),

C - Châtelet d'entrée,

E - Église (chapelle ?)

P - Puits (citerne ?)

D1 - Donjon défensif : 13ème siècle,

D2 - Donjon primitif sur motte : 12ème siècle.

 

 

Précisions

* L'ensemble est entouré d'un fossé creusé dans le roc.

* Les années et les gravas des courtines l'ont aplani.

* Les archéologues ont estimé qu'il avait une largeur de 12 mètres pour 3 mètres de profondeur.

* Une basse cour précédait l'ensemble (coté Nord).

* Elle est difficilement identifiable car les remparts définissant son périmètre ont disparu.

 

Mes rondeurs ne sont pas là pour attirer les hommes. 

Le rempart

* Lentement, je longe la rectiligne courtine.

* Sa faible hauteur ne me permet pas de voir si elle possédait un crénelage et des fentes défensives.

* Je ne distingue que des trous de boulin (voir vocabulaire).

* Quelques mètres plus loin, de rondes constructions très rapprochées me fascinent.

* Avec un peu d'attention, il est possible de voir que ces tours possèdent des archères canonnières positionnées à 90° chacune :

- Deux archères protègent donc la courtine,

- La dernière "attaque" les assaillants.

 

 

Analyse des tours

* Même si ces tours ne sont pas exceptionnelles, elles sont représentatives des évolutions défensives au 13ème siècle :

- Forme circulaire pour supprimer les angles morts,

- Base talutée pour renforcer l’assise. Cette astuce rend le travail de sape très long et difficile.

- Solide base posée sur le rocher.

- Archère en étrier.

 

J'aurai besoin d'une chirurgie esthétique

 

Quelle chance d'avoir une ruine

* Dans les châteaux entiers, il est difficile de comprendre le travail des maçons et des architectes car tout est propre et fini.

* Face à une ruine, les entrailles des murs se dévoilent.

* Derrière le joli parement de pierres bien alignées se cache un remblai des déchets de taille de pierre et des galets.

 

 

Autre chance d'être devant une ruine

* Cette tour qui paraît intacte est en réalité meurtrie comme la courtine qu'elle devait protéger au Moyen âge.

* Comme sa consœur, elle montre un remblai classique, mais c'est surtout l'effondrement dû à une archère qui est intéressant.

* Je peux voir l'épaisseur du mur et la voûte.

Suis je au bout de mes surprises ?

 

Je ne suis plus que l'ombre de moi même 

Une tour géante !

* Je continue ma découverte de l'extérieur du château en longeant la courtine arasée qui comporte quelques fentes défensives.

* Soudain, je tombe nez à nez sur une gigantesque tour.

Était ce l'habitat de Gargantua ? 

* Que nenni, ceci est le donjon extérieur.

 

 

Pourquoi un donjon extérieur ?

* Contrairement à la plupart des donjons bâtis à la fin du 12ème et au début du 13ème siècle de type Philippien (nom donné au style défensif imposé par le roi Philippe-Aguste (voir liste) consistant à construire la tour maîtresse dans un angle de l’enceinte pour une défense active), celui de Brosse est au centre de la courtine (même s'il est vrai que le rempart n'est point linéaire).

* Mais j'assimile cette position du donjon au style Philippien car la puissante tour n'est point un refuge dans le château mais bien une tour défensive protégeant le rempart sur la partie la plus vulnérable.

 

 

Le donjon extérieur

* Avec sa base talutée d'un diamètre de plus de 20 mètres, puis avec un fossé large et profond, il paraît invulnérable.

* Avec une hauteur de plus de 30 mètres, il permettait de voir l'ennemie et de comprendre sa stratégie d'attaque.

* Avec un diamètre extérieur de plus de 15 mètres, je suppose que de nombreux soldats étaient présents à chaque étage.

* Mais un détail me surprend. Le donjon ne comporte aucune archère

Est ce du à des consolidations ?

 

 

==>  Pour découvrir les richesses intérieures de ce château fort,

veuillez cliquer ici - CLIC

 

 

 

Ce panneau prouve que la ruine est un magnifique site protégée

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Partager cet article