28 août 2018 2 28 /08 /août /2018 08:32

 

 

Blason du canton du Valais

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

 

Le bourg :La tour ne surveille plus les ennemis mais... notre estomac puisque c'est un restaurant

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Venthône est une petite commune à 805 m d'altitude en surplomb sur la rive droite du Rhône. Elle est située à 3km au Nord de Sierre sur la route en direction de la station de ski Cran-Montana.

 

  Coordonnées du château :

46° 18′ 33″ N07° 31′ 53″ E
 46.30916° 7.531387°

 

 

 

Le château :

         L'extérieur :

La découverte

* Au cœur du village, à quelques mètres de l'église, une curieuse tour attire mon attention.

* Comme souvent en Valais, un petit parking attend ma voiture à l'extérieur du village.

* La découverte doit se faire à pieds à travers les rues étroites.

Ce bâtiment rectangulaire est-il le vestige du château de Venthône ?

 

 

Est ce un bâtiment du Moyen âge ?

* Évidemment oui, sinon il ne figurerait pas dans mon blog.

* Avouez qu'il ressemble plus à une maison du 19ème siècle qu'à un château du 13ème.

* Mais en approchant, de nombreux détails révèlent son âge.

 

 

Le plan La forme rectangulaire de la tour donne un plan facile à lire.

* Avant de découvrir le site, je regarde le plan de cette tour à l'époque médiévale :

    A - Caves, en partie inférieur, et salles d'habitation à l'étage.

    B - Escalier intérieur,

    C - Latrines,

    D - "Basse cour" (?) - actuellement place de l'église,

    E - Terrasse,

    F - Baie romane géminée.

  

 

Face Nord-Est

* Si je fais abstraction du auvent moderne et de l'escalier ajouté récemment, la face Nord-Est de cette tour a de nombreuses caractéristiques architecturales médiévales.

* Le bâtiment est construit sur un rocher qui n'a pas été aplani (regardez au pied de l'escalier).

* L'immense porte plein cintre de style roman est située à plusieurs mètres du sol. Il y a 700 ans, l'accès se faisait par une échelle amovible.

* La façade comporte de nombreux trous de boulins (voir vocabulaire).

* De petites fentes verticales trahissent des archères primitives et des fentes de lumière.

* Au dessus du auvent, au centre de la façade, un vestige de fenêtre géminée aujourd'hui bouchée tente "de survivre".

 

 

Face Sud-Est

* Sur la façade Sud-Est, une belle surprise qui a traversé les siècles "pour nous", attend le visiteur qui sait lever la tête.

* Une véritable baie romane géminée à pilier central du 13ème siècle.

 

 

Face Sud-Ouest

* A la renaissance, les seigneurs avaient une envie de confort et de lumière.

* Une fenêtre trigéminée  avec baie centrale plus grande que les 2 autres a remplacé les petites ouvertures (que je distingue encore).

* Le tube de cheminée est récent, mais grâce à un propriétaire très respectueux du site, il s'intègre parfaitement dans son gainage de pierres.

 

 

Face Nord-Ouest

* Le plan m'indique la présence de latrines (voir vocabulaire).

* Comme souvent elles sont du coté d'un à-pic.  Mais rien, je ne vois rien.

* Pourtant je suis du bon coté.

* Elles semblent avoir disparues.

* En réalité, cette avancé peu esthétique et inutile à notre siècle a été remplacée par une fenêtre moderne, s'intégrant parfaitement dans l'architecture. 

 

 

       L'intérieur :

* Comme vous l'imaginez, un restaurant ne se visite pas.

* En évitant l'heure de pointe du service puis avec mon sourire et ma passion qui se lisait dans mes yeux, j'ai pu entre-apercevoir quelques salles.

* Les règles d'hygiène d'un restaurant sont souvent incompatibles avec la vétusté des salles du Moyen Âge.

* Il y a donc peu de traces de mon époque préférée. Mais si l'on sait regarder il y a...... (chut, le lieu est privé et je me sens gêné à révéler des indices).

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle, l'évêque de Sion investit Ulrich de Venthône du fief. Une tour fortifiée est construite. Ce n'est pas un vrai château mais une "aula magna" (maison seigneuriale).

* En 1243, Pierre de Venthône et son épouse Antoinette d'Anniviers sont cités dans un texte relatant un conflit contre Pierre II de Savoie (voir liste).

* En 1268, Pierre de Venthône renonce à tous ses avantages de seigneur et entre à l'abbaye de Hauterive. Sa femme se retire au couvent de Maigrauge. N'ayant pas d'héritier direct, la seigneurie revient à Guillaume de La Tour.

* En 1292, Christine de la Tour, fille de Guillaume donne la seigneurie à Rodolphe de Venthône, branche éloignée de la famille originale.

* Vers 1415 (ou 1421 ?), le dernier membre de la Famille Venthône meurt sans héritier direct. Le seigneur de Rarogne récupère le fief. Il fait construire un toit avec pignon.

* Mais quelques années plus tard, la puissance de cette famille décline. Durant 2 siècles, la tour appartient à de nombreux propriétaires successifs.

* En 1600, la bourgeoisie de Sierre s'installe dans le "château" et commence quelques travaux d'embellissement et surtout de confort.

* En 1609, une salle boisée est construite

* En 1619, un poêle est installé dans la salle.

* En 1634 puis en 1668, des vitraux représentant les propriétaires sont posés aux fenêtres.

* En 1972, restauration complète de la tour.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route ou le sentier est libre et gratuite. Le château étant devenu un restaurant, avec un sourire il est parfois possible de voir quelques salles. Le risque de recevoir une pierre est très faible.

 

 

Derrière cette fenêtre, une princesse est prisonnière..... des fourneaux, et non d'un horrible brigand !  

 

Partager cet article

Repost0
17 août 2018 5 17 /08 /août /2018 08:50

 

 

Blason du canton du Valais

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

 

Le bourg :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Raron se situe en zone linguistique Je ne vous mens pas, cette église était bien un château médiéval.Alémanique. Sur ma carte achetée en France, elle se nomme Rarogne.

    Raron est à 20km à l'Est de Sierre et à 6km à l'Ouest de Visp (Viège en Français).  Le village est sur la rive droite du fleuve Rotten (c'est le nom que prend le Rhône en amont de Sierre).

 

    Coordonnées de la tour :

48° 18' 40" N07° 48' 13" E
 48.310976° 7.803997°

 

 

 

La tour :

        L'extérieur :

Le Chevalier est il devenu fou ?

* Sur un petit promontoire, à 120 mètres au dessus du village de Rarogne, une église trône fièrement et surveille les villageois.

* Je vous sens dubitatif sur ma démarche.

* Non, non, point fou je suis devenu. Je ne change pas le but premier de mon blog.

 

 

Explication

* Même si les apparences sont "contre moi", je vais réellement vous faire découvrir un ancien château médiéval.

* Durant de nombreux mois, je vous ai montré des châteaux :

- Devenus ruines très "cassées" et dangereuses,

- Changés en ruines visitables et romantiques,

- Ayant évolué en résidence de confort à la renaissance,

- Ayant eu une deuxième vie en centre de vacances pour enfants, en musée ou en hôtel de ville...

* Mais c'est la première fois (et peut être la seule ?) que je vais vous montrer une transformation d'un château en église.

 

 

La voici

* La montée vers la plateforme s'effectue à pieds par un chemin carrossable entre des maisons très colorées.

* Arrivée au sommet, c'est bien une église au milieu d'un petit cimetière que je découvre.

* En regardant les murs, la porte d'entrée et la forme du bâtiment, il y a un signe imperceptible de féodalité. 

* Je vous sens dubitatif.

* Voici 2 preuves qui vont vous convaincre :

1 - Depuis le porche d'entrée, la vue est extraordinaire. Il est aisé de surveiller la vallée du Rhône, axe de passage important pour le commerce.

2 - Le plan du site montre (voir repère B et couleur bleue) une construction de base carrée de 20 mètres de coté avec des murs de 2 mètres d'épaisseur. 3 cotés sont conservés, le 4ème a été démoli pour ajouter la nef de l'église sur la face Sud-Est. Les ouvertures des fenêtres de l'église sont du 16ème siècle. Peut être percées à l'emplacement des archères ?

* Cette construction a été considérée comme la plus grande tour du 13ème siècle.

Est ce que l'intérieur a gardé des signes du château ?

 

 

Je suis dans une église colorée

         L'intérieur :

Je suis à genou

* L'intérieur est surprenant.

* Ce n'est évidemment pas un décor de château médiéval, ce n'est pas non plus une classique église "froide" aux murs de pierres colorées à la chaux.

* Il y a d'abord des piliers sculptés harmonieusement, aussi bien en haut qu'en bas.

* Ces décors s'apparentent aux motifs gothiques tardifs, période préparant la renaissance.

Avez vous remarquer les voûtes

qui retombent avec élégance ?

* La surprise est la délicatesse des croisées d'ogives.

* Magnifiques spectacles auxquels mes ruines ne m'ont pas habitué !

 

 

C'est la fin

* Il est temps maintenant de visiter la 2ème tour médiévale de ce site nommée : Tour de Vidômne.

 

 

Le diaporama de la tour est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la tour :

* Au 11ème siècle, une tour carrée est construite au sommet d'une petite butte.

* Au 12ème siècle, une enceinte fortifiée entoure le site.

* Au début du 13ème siècle, une tour en pierre est construite par la puissante famille Raron. Elle obtient le titre de Major et a la charge de collecter les impôts". Cette tour est décrite comme la plus grande du Valais au 13ème siècle.

* A la fin du 13ème siècle (?), la famille Raron devient plus puissante. L'évêque leur accorde le titre de Vidômne. Ils ont la charge de "collecte d'impôts" et de "basse justice".

* Au 14ème siècle, l'habitat semble agrandi. La charge de Major est donnée à la famille Asperin.

* En 1414, le Roi de Bourgogne Sigismond donne de nouveaux droits aux sires de Rarogne. Cet acte déclenche une révolte de la part de la bourgeoisie.

* En 1417, le château est attaqué par les Valaisiens puis pillé. Un texte le cite en état de ruine.

* En 1494, la crue du torrent nommé Bietsh enseveli partiellement le village et surtout l'église du village.  

* En 1508, le village n'ayant plus de lieu de culte, Schiner, évêque de Sion, fait construire une église sur les ruines de l'ancien château médiéval. Les travaux sont donnés à l'architecture Ulrich Ruffiner.

* En 1516, l'architecte propose de construire 2 piliers pour soutenir la trop large voûte .

* En 1927, le grand poète Rainer Maria Rilke (qui a vécu ses dernières années dans l'ancienne tour de Musot à Veyras) est enterré dans le petit cimetière.

* En 1970, des travaux de restauration de l'église commencent, ils durent 2 ans. Des fouilles sont effectuées en parallèle affinant la connaissance du site.

* Au 21ème siècle, la découverte de cet ancien château devenu église est libre et gratuite. Évitez les heures des offices.

 

 

Quelle délicatesse dans les dessins du plafond et des murs

 

 

Partager cet article

Repost0
7 août 2018 2 07 /08 /août /2018 09:03

 

 

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

 

 

Le bourg :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Niedergesteln se situe en zone linguistique Alémanique (vous vous en doutiez peut être un peu).

     Niedergesteln est à 15km à l'Est de Sierre et à 5km à l'Ouest de Visp (Viège en Français), dans la plaine sur la rive droite du fleuve Rotten (c'est le nom que prend le Rhône en amont de Sierre). 

 

     Coordonnées du château :

46° 18' 48" N07° 46' 57" E
 46.313382° 7.782470°

   

 

 

Le château :

        Extérieur :  

L'arrivée

* Au dessus du village, au bord d'un ravin naturel, une ruine se cache en prenant la couleur du rocher.

Est ce un ancien bâtiment médiéval ?

* Évidemment, sinon, je n'aurais pas osé vous en "parler".

* Mais avouez qu'il faut être un "chevalier extraordinaire" pour découvrir une telle "ruine caméléon".

Avez vous la même sensation que moi ?

* Malgré la faible hauteur des murs, la pauvreté apparente des vestiges j'ai l'impression d'être devant une ancienne forteresse très importante dans l'histoire du Valais.

* Il se dégage du site une puissance !

  

 

La montée

* Bien que je ne parle pas la langue Allemande, et qu'en plus il n'existe pas de panneau indiquant le sentier, mon flair incroyable et unique (oui, j'ai décidé dans cet article de me lancer des fleurs) me montre le petit chemin à gravir pour assiéger cet ancien château. 

* Oui, vous avez bien lu, j'ai écrit ASSIEGER. 

* Cet ancien château ayant été construit par un Dauphinois, je viens reconquérir "mon" territoire !... (heu çà, je ne l'ai pas dit aux autochtones.. chuuut).

 

 

L'arme secrète pour comprendre une ruine

* En approchant, je pressens qu'il va me falloir la loupe de Sherlock, et l'instinct d'un aventurier comme Indiana Jones pour comprendre l'architecture dont il ne reste que peu.

* Mais j'ai une arme secrète.

* Et..... je vous la montre.

* Le plan de la ruine réalisé par le grand médiéviste de la Suisse : Louis Blondel.

A - (en Vert Clair) Entrée fortifiée. L'ensemble du site était entouré d'un rempart puissant.

a - (en Bleu Foncé) La citerne.

B - (en Jaune) Le Château : Logis et salles de confort.

C - (en Bleu Clair) Le Fossé.

D - (en Vert Foncé) Le Bastion.

E - (en Rose) Ouvrage Fortifié protégeant le Donjon.

F - (rien) Poterne (voir vocabulaire).

G - (en Rouge Foncé) Le Donjon.

 

 

Les plateaux

* Ce "bloc" qui parait compact est en réalité composé de 3 plateaux successifs.

Aviez vous remarqué cela ?

* Chaque plateau est composés de :

- A,  a,  F

- B,  C,  D,  E

- G (avec la croix)

* Maintenant que nous sommes tous informés de l'aménagement des salles, il est temps de passer à l'action.

En avant !

 

 

       Intérieur :  

L'entrée (1er plateau)

* La végétation a un peu envahi le site mais ce ne sont pas de hauts arbres comme dans certaines ruines.

* Le puissant rempart est visible.

* Hélas, les murs ne sont pas assez hauts pour distinguer les archères. La datation va être difficile.

* La porte d'entrée n'est que le "fantôme" de celle médiévale,  il est impossible de trouver un rainurage de herse ou un probable pont-levis.

* Quelques traces de murets au sol  tendraient à prouver l'existence de bâtiments (communs, dépendances...)

* Soudain, à droite c'est le choc..... 

... Je suis devant un.... Solarium

Quel luxe !

 

 

Un solarium médiéval ?

* Évidemment non. Si vous avez suivi le plan, vous savez que cette "salle" recouverte d'une verrière moderne est en réalité la citerne.

* Elle a été construite en partie basse du site pour récupérer toutes les eaux de pluie.

* Par une petite trappe, j'ose passer la tête.

* kiiii... Une herbe me chatouille le cou.

* L'intérieur est recouvert d'argile rouge (je vous ai déjà montré ceci dans le château de Cucugnan par exemple).

* Je ne vois pas le système de filtration, ni les ancrages de la poutre pour récupérer l'eau.

* Quelques dizaines de mètres plus hauts, derrière un mur aveugle, je découvre le logis.

 

 

Le logis (2ème plateau)

* Voila une ruine "reconstruite", il est difficile de comprendre l'aménagement et la fonction des salles traversées.

* Par exemple sur la gauche (coté Ouest), une pièce comporte presque au centre, une sorte de "cuve" (ou de citerne).

* Mais cela pouvait être aussi les fondations d'un escalier intérieur ou d'un mur de séparation non terminé par les archéologues.

* Pas facile de comprende.

* A droite, le spectacle est différent.

* Voila les vestiges d'une salle caractéristique du Moyen Age.

* Ho, je sais que mon imagination est fertile dans une ruine, mais

 Ce début de voûte ne vous inspire t il pas ?

* Regardez bien, le mur à gauche est en réalité la roche qui a été creusée.

* Ce logis qui devait avoir plusieurs étages, mesure à la base 40m par 13m. Dimensions importantes pour l'époque.

* Je vous sens peu réceptif, je continue la visite.

 

 

Le donjon (3ème plateau)

* Après avoir passé le fossé, je monte vers le donjon.

* Oups, avec le vent, j'ai failli tomber, je ne vous montrerais que la vue de cette tour depuis le bas.

* En l'observant, je ne pense pas qu'elle soit habitable.

* Sa fonction de tour de guet est évidente.

* En me retournant (vers le Sud), je distingue clairement les 3 plateaux aménagés, avec au fond, les premières maisons du nouveau village.

* Cette succession de plateaux, de murs, de fossés a fait dire à de nombreux médiévistes que le château de Châtillon était la plus puissante forteresse du Valais au milieu de Moyen Age.

 

 

 

Le passage secret

* En redescendant, mon regard est attiré par une ouverture percée dans la roche.

* Le mythe du passage secret sous la tour ressurgit en moi.

* Le fameux souterrain de ma jeunesse empli de trésors et de dragons à combattre (je vous avais dit que mon imaginaire est fertile dans une ruine).

* J'entre doucement.

* Plus j'avance et plus la lumière faiblit.

* Par magie, un rayon de lumière transperce la roche (Il est vrai que j'en rajoute un peu dans le mystère).

* Je continue à descendre, et je rampe presque car le passage se rétrécit en hauteur.....

Vais je arriver en enfer ?

* Pffff, pas grave, je sais tout sur le diable (voir ce manuscrit sulfureux), point peur il me fait.

* Soudain, dans la pénombre, le sol remonte.

* Des marches ont été creusées par "mes ancêtres" Dauphinois (?) pour ne point glisser vers la sortie.

* Ce passage n'est pas une grotte aux trésors mais un souterrain de contournement pour surprendre les assaillants par l'arrière.

 

 

La récompense 

* Après cette péripétie, j'ai le droit à mon cadeau.

Le devinez vous ?

* Évidemment, c'est le magnifique panorama qu'offrent presque toutes les ruines médiévales.

* Cette vallée du Rotten encadrée de montagnes est réellement magnifique.

* Le temps s'écoule et le rêveur prend la place du médiéviste !

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1170, une famille Dauphinoise nommée De La Tour, s'implante sur ce lieu. Rapidement elle scelle une alliance avec les chevaliers de Châtillon. Cette nouvelle seigneurie relève directement de l'Empire Romain-Germanique.

* En 1235, le château de La Tour-Châtillon est cité dans un texte. Les 2 familles deviennent puissantes en annexant de nombreuses terres.

* A la fin du 13ème siècle, l'évêque de Sion se sent menacé par ces voisins si entreprenants.

* En 1356, le Comte de Savoie (voir liste des Comtes) s'empare du Valais (à la demande de l'évêque). Pierre V de La Tour préfère être vassal de ce puissant Savoyard, pourtant "ami" de l'évêque.

* Vers 1366, l'évêque de Sion et les communes alliées attaquent les terres de la famille de La Tour. Le bourg est ravagé, mais les assaillants ne peuvent pas s'emparer du puissant château.

* En 1367, les communes mettent le siège devant le château, sans succès.

* En 1375, Antoine de la Tour fait assassiner l'évêque de Sion : Guichard. Il est pourchassé et s'enfuit en Savoie. Antoine vend son domaine au Comte de Savoie, qui s'empresse de la revendre au nouvel évêque : Edouard de Savoie-achaie. Ce dernier tente d'y établir ses prérogatives.

* En 1388 à la bataille de Viège (Visp en alémanique), les troupes Savoyardes sont vaincues. Cela va être le début de destruction de nombreux bâtiments dans la région. Les troupes du Haut-Valais attaquent et détruisent le château de Niedergesteln.

* Vers 1415, après la défaite des puissantes familles La Tour et Raron, le bourg est ravagé puis abandonné. Le château ne sera pas reconstruit.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Faites attention avec les enfants dans "le passage secret".

 

 

 
 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2018 2 10 /07 /juillet /2018 07:50

 

 

Blason du canton du Valais

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

  Retirée des axes principaux, la ruine attend le visiteur égaré

Le bourg :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Vex se situe à 5km au Sud-Ouest de Sion, sur un promontoire de la rive gauche du fleuve Rhône, et surtout sur la rive gauche d'une rivière nommée : Borgne.

  

     Coordonnées du château :

46° 12' 15" N07° 24' 30" E
 46.204159° 7.408256°

 

 

 

Le château :

       L'extérieur :

Où est il ?

* Pour découvrir cet ancien château, il faut emprunter un chemin carrossable à 1.5km en contre bas de la commune.

* Au bord d'un ravin naturel, une curieuse tour en ruine attend les visiteurs.

* Elle porte le doux nom de : Tour Tavelli.

 

  Pourquoi est elle proche du ravin ?

Fantôme et impressions

* Le site du château est un plateau presque circulaire aujourd'hui transformé en verger.

* Il est bordé sur 3 cotés par un ravin impressionnant (attention aux enfants).

* Les traces des communs, habitats et autres bâtiments ont disparu.

* Curieusement à l'extrémité du plateau, des constructions en pierres tentent de survivre à l'attaque de la végétation.

Est ce un mur "récent" fait avec les pierres de l'ancienne tour ?

Ou les restes du rempart ?

 

 

Combien de cotés  pour octogone ?

* Pour découvrir la Tour Tavelli il faut descendre dans le fossé, et là.....

Quelle surprise !

* Ce n'est pas sa hauteur qui m'étonne mais sa forme. Une tour octogonale.

* Ce type de construction est assez rare. De plus, je n'ai pas connaissance qu'il en existe une autre en Suisse, ou du moins dans le Valais.

 

 

Quelle fonction ?

* La surprise passée, je reprends mon "inspection".

* Cette tour devait contrôler et défendre le passage.

* Elle est précédée par un fossé certainement creusé par l'homme.

* Je ne vois aucune trace de pilier pour pont-levis.

 

  Que voila une forme très originale

Description

* Le plan octogonal est régulier.

* Les parois portent les traces de nombreux trous de boulins (voir vocabulaire).

* La tour a une hauteur aujourd'hui de 8 mètres, mais comme je ne distingue aucune archère et aucune porte d'accès, je peux supposer qu'elle devait atteindre les 14 mètres. 

Nota : L'ouverture en partie basse n'est pas la porte médiévale, mais une percée récente (utilisation de la tour pour le stockage ?).

* Curieusement, je ne vois aucun départ de mur, ni aucune trace d'une courtine sur ces parois.

Était ce une tour isolée ?

Ou la tour avait-elle des remparts en bois pour accéder aux étages ? 

 

 

        L'intérieur :

Que vois je ?

* L'intérieur de la Tour Tavelli est aussi de plan octogonal.

* Je distingue des murs en retrait pour poser des poutres.

* Deux étages sont clairement visibles, mais aucune trace d'escalier ou de cheminée.

* Cette tour n'était pas habitable, mais réservée à la surveillance et à la défense.

 

  L'octogone est partout

Une fin humide

* Hélas, le ciel Helvète me punit d'être entré dans une propriété privée

* Zeus fait tomber sur "mon armure" de l'eau de pluie.

* Je quitte à regret ce lieu médiéval.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, la seigneurie de Vex dépend de Ayent (à 10km au Nord).

* En 1130, la seigneurie devient propriété de l'évêque de Sion. Un château primitif semble exister.

* Au 13ème siècle, le château primitif est remplacé par une double fortification. Guillaume Tavelli, un des héritiers de la famille d'Ayent, fait construire une tour fortifiée (qui portera son nom). Et la famille de la Tour-Châtillon en fait de même.

* En 1376, la famille de la Tour-Châtillon quitte le château qui n'a qu'un propriétaire unique : Tavelli.

* En 1388 à la bataille de Viège (Visp en alémanique) les troupes Savoyardes sont vaincues. 

* Vers 1415, après la défaite des puissantes familles De La Tour et Raron, la bourgeoisie tente de récupérer le pouvoir. De nombreuses fortifications sont attaquées et détruites (voir La Tour de Vidômne). 

* Vers 1417, il semble que le château soit attaqué par la "bourgeoisie". La Tour Tavelli est "égratignée", alors que l'autre tour est détruite (Ses seigneurs étant détestés par la population).

* Au 15ème siècle, le nouveau propriétaire se nomme : Chevron-Vilette.

* Au 20ème siècle, des fouilles sont entreprises pour comprendre l'aménagement du site.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La propriété est privée. En respectant le lieu, il est possible de regarder la Tour Tavelli. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

 

Bien que petite, cette tour parait gigantesque !

 

 

Partager cet article

Repost0
8 juin 2018 5 08 /06 /juin /2018 08:30

 

 

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

 

 

Le bourg :

      Situation :  (--> le voir sur une carte)

     La commune de Saxon se situe à 18km au Sud-Ouest de Sion, sur un promontoire de la rive gauche du fleuve Rhône.

 

   Coordonnées du château :

46° 08' 33" N07° 10' 39" E
 46.142625° 7.177603°

 

 

 

Le château :

       L'extérieur :

L'approche

* Proche du centre du village actuel, sur une butte à 660m d'altitude, une curieuse tour en ruine attire mon attention.

* C'est par une petite route carrossable que s'effectue la montée vers "mon Graal".

* Elle serpente au milieu des immenses cultures d'abricotiers.

* Malgré la pluie qui menace, je décide de gravir la pente à pieds, pour mieux ressentir la ruine du château de Saxon posée sur le plateau.

 

 

 

Le plan

* Pour comprendre cette ruine, je vous propose le plan établi par Blondel, un des grands spécialistes des sites médiévaux en Suisse :

  - L'entrée médiévale du site est au Nord et passe par une chapelle du 12ème siècle,

  - A l'Est, un profond ravin, créé par le torrent de la Vellaz, isole le site,

  - A l'Ouest, un fossé semble avoir été creusé ou agrandi,

  - L'ancien château a été construit au Sud, isolé par un fossé creusé et assez loin de la montagne pour éviter une attaque d'en haut.

 

 

Point de chapelle je veux

* Je ne m'attarde pas sur la chapelle qui est pourtant l'une des plus anciennes du Valais.

* Ses ouvertures, certes très reconstruites, rappelle l'art roman.

* Je me plante devant le donjon coté Sud.

 

 

C'est à vous de m'expliquer !

* Cela fait 3 ans que je vous montre des ruines castrales, alors, je vais faire un test pour savoir si vous avez tout retenu.

Que voyez vous ?

           * Alors... J'attends !

- Oui, absolument, vous avez raison. Ceci est un donjon circulaire donc postérieur au 12ème siècle.

- Ce donjon est trop étroit pour être habitable (théoriquement oui).

- Évidemment, vous avez remarqué les archères droites confirmant une datation du  13ème siècle.

- Elles sont alternées pour éviter de fragiliser la construction.

Et puis ?

* J'attends !

- Les pierres autour des archères sont différentes des parements de la tour.

- Des latrines en encorbellement.

- A mi-hauteur, une grande ouverture.

Qu'est ce ?

- Évidemment, vous me dites que c'est l'entrée médiévale.

- La tour ne comporte pas de créneaux, elle a donc été arasée d'un étage. 

- Peut être que des hourds en bois (voir vocabulaire) facilitaient la défense.

- La porte du bas est anormale.

* Vous avez raison (quelle perspicacité), ce n'est pas l'entrée médiévale mais une ouverture récente qui va nous (Nous... car je vous accompagne) permettre de visiter le donjon de Saxon.

* C'est bien, je suis fier de vous.

* Vous avez suivi mes "formations" avec attention.

Mais ce n'est pas fini.

 

 

Je coupe le plan pour vous

* Avant de visiter l'intérieur, je m'imprègne du plan de coupe du donjon réalisé par Blondel suivant les relevés de Gillard et Godet.

* Vous remarquez l'entrée médiévale à 10m du sol sur la face Nord.

* Des trous de boulins (voir vocabulaire) devaient certainement supporter une terrasse en bois par laquelle on accédait grâce à une échelle amovible depuis un rempart ou par un pont volant depuis une chemise (un chemin de ronde ?).

 

 

 

Quelle surprise...... "un ascenseur"

* Il est temps maintenant d'approcher de la trouée.

* Ho, quelle surprise, un escalier !

* Les Suisses sont vraiment extraordinaires.

* Cet escalier moderne est rare en France. Souvent, je vous montre ceci ou bien un intérieur comme cela. Il est souvent impossible de monter dans une si étroite tour.

* Je vous emmène maintenant au 7ème ciel.

* Heu, je veux dire : Vers le sommet.

 

 

       L'intérieur :

En montant, le plaisir monte

* Le rez de chaussée devait être le ratier (voir vocabulaire), mais hélas il a été aseptisé avec le temps.

* Le 1er étage comporte une archère primitive dans un mur épais (1,5m). La fonction de tour de guet et tour de défense ultime se ressent  durant la montée.

* Au 2ème étage, je fais une halte devant l'entrée médiévale de style roman.

- Je vous en ai déjà parlé. Souvenez vous.

- La vue vers le Nord sur la chapelle et le village est un plaisir dont je ne me lasse jamais.

- En me retournant, je vois une archère en niche.

* Au 3ème étage, j'ai une "envie pressente", heureusement les latrines s'offrent à moi.

- Oups, curieux d'avoir 15m de vide en dessous.

 

 

Le sommet... du plaisir

* Au sommet de l'escalier, je regarde la distance parcouru. J'ai une surprise.

- Sur la droite, un conduit de cheminée montre que le 4ème étage pouvait être habité.

- Certes, ce n'était pas le confort d'un logis seigneurial mais le donjon permettait de survivre durant un siège.

- Peut être servait il à se réchauffer entre "2 tours de garde".

* Et maintenant, "le clou du spectacle !"

Avez vous deviné ?

* Évidemment, c'est la vue.

* J'embrasse toute la vallée du Rhône, et au loin, je distingue........ heu....... rien car la pluie arrive.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 13ème siècle, une famille noble de Saxon possède "une maison forte", mais aucune description permet de définir son architecture et son importance. Un petit bourg entoure la place fortifiée.

* En 1266, le site est vendu au Comte de Savoie (voir liste) Pierre II. Le Comte installe un châtelain dans le bâtiment.

* Vers 1278, la construction est rasée puis remplacée par une tour fortifiée permettant le guet et la signalisation à vue avec les autres châteaux de la vallée (Saillon, Martigny). Ces travaux sont demandés par le Comte Philippe de Savoie.

* En 1285, un texte décrit le rempart entourant le village (situé proche du château sur la butte).

* En 1474, début de "la guerre de Bourgogne".

* Vers 1480, les Confédérés attaquent le château puisqu'il est possession de leur ennemi : Le Duc (voir titre de noblesse) de Savoie. Il semble que les bâtiments subissent de gros dommages. Le site ne sera jamais reconstruit. Les villageois abandonnent le village médiéval, puis descendent dans la vallée créant le village actuel.

* Au 20ème siècle (vers 1965 ?), la chapelle et la tour sont consolidées.

* Au 21ème siècle, la découverte de la tour est libre et gratuite. La ruine est consolidée, mais faites attention avec les enfants dans l'escalier et proche du ravin.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 mai 2018 2 01 /05 /mai /2018 06:30

 

 

Pays :
 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

 

 

 

Le bourg :

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Savièse se situe à 6km au Nord de Sion, sur un promontoire de la rive droite du fleuve Rhône. 

 

    Coordonnées du château :

46° 14' 37" N07° 19' 38"E
 46.243695° 7.327153°

 

 

   

Le château :

      L'extérieur :

Interrogation

* La découverte de ruines médiévales est souvent pleine de surprises.

* Parfois il reste beaucoup de murs mais très tristes. Parfois, les 5 pierres rayonnent et tentent de faire revivre sa splendeur.

Comment va être le château de La Soie ?

 

 

Grand... mais une interrogation demeure

* C'est depuis la colline portant le château de Montorge (je vous le narrerai prochainement), que j'aperçois les vestiges du château de La Soie.

* Il est à l'Ouest du petit village posé sur un promontoire pour surveiller les vallées.

* Le site est impressionnant par ses dimensions : 600m de long pour 35m de large.

  Que pensez vous que je vais trouver ?

 

 

Un contour impossible

* Évidemment, comme toujours la découverte s'effectue en suivant les contours extérieurs du "château".

* Mais cela n'est pas facile car il n'existe aucun chemin "circulaire", et surtout, une pente raide entoure le site (logique, je vous narre une forteresse médiévale de défense et de guet).

* Mais rapidement, je pressens son intérieur rien qu'en regardant ce mur de rempart.

* Enfin sur la face Nord-Est, je découvre la porte d'entrée.

 

 

Interrogation sur la porte

* Ce n'est pas la porte principale de la cité (qui a disparu au profit de champs de vignes) mais l'entrée principale du château.

* Elle est massive avec des murs très épais, mais pauvrement appareillé et je pense partiellement reconstruite.

* Curieusement, aucune archère ou bouche à feu (voir vocabulaire) est visible.

* Pas de créneau, de bretèche, de trace de pont-levis, de herse...... 

Est ce le fantôme d'un château

que je vais découvrir ?

* J'entre doucement de peur de réveiller les......... lézards

 

 

      L'intérieur :

Interrogation

* C'est bizarre.

* Plus j'avance et moins il y a de murs.

* Après quelques minutes de marche (lente bien sur, car je cherche les vestiges) je me retourne.

* Je ne vois que les restes de la porte d'entrée, et rien d'autre.

 

 

Le plan
 

* Pourtant ce site est gigantesque.

* Je vous le prouve avec le plan établi par Louis Blondel, l'un des grands médiévistes de Suisse.

* Légende :

A - Jardin de l'évêque,

B - Château,

C - Donjon,

D - Citerne,

E - Palais,

F - Bourg médiéval,

G - Entrée,

H - Fossés.

 

 

Rien ... pourtant des détails

* 600m à marcher dans un site sans "rien" trouver, c'est certainement la première fois que cela m'arrive.

* Mais le lieu est calme, vert, reposant avec une vue incroyable sur les montagnes du Valais depuis le jardin de l'évêque.

* Comment imaginer que dans cet endroit verdoyant un drame terrible eu lien en 1315 (Voir historique ci-dessous).

* Soudain, une grille apparaît dans la verdure.

 Est ce une oubliette ou

un accès à une grotte aux trésors ?

 

 

Ont ils oublié les oubliettes ?

* Évidemment rien de tout cela, c'est simplement une citerne dans laquelle je me mire.

Miroir d'eau, suis je le plus beau ?

* Après ce moment de Narcissisme, depuis ce belvédère je contemple le paysage.

* Le château de Martigny se voit au loin.

* En mangeant les délicieux abricots du Valais, j'attends le coucher de soleil.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1219, Landry de Mont, évêque de Sion, fait construire sur cet éperon une fortification pour protéger la ville. Cette décision est "mal vue" du Comte de Savoie (voir liste des Comtes) et de son idée expansionniste dans le Valais.

* Au milieu du 13ème siècle, l'évêque nomme un châtelain chargé de la protection et de l'entretien du site.

* Au 14ème siècle, le site est la résidence principale des différents évêques de Sion. Loin des "embrouilles de pouvoir de la grande ville", ils se sentent plus en sécurité. Et pourtant....

* En 1375, le 8 août, Antoine de la Tour (voir son château) fait assassiner l'évêque Guichard Tavelli qui lisait tranquillement installé dans les jardins. Cet acte crée de nombreux troubles dans la région.

* Vers 1382 (?), "les Patriotes" s'emparent du château de La Soie.

* En 1384, le Comte (voir titre de noblesse) de Savoie Amédée VII récupère le château et place un châtelain pour administrer le domaine.

* En 1388 à la bataille de Viège (Visp en alémanique), les troupes Savoyardes sont vaincues. Cela va être le début de destruction de nombreux bâtiments dans la région par les troupes du Haut-Valais.

* Vers 1417, après la défaite des puissantes familles La Tour et Raron (voir son château), le château de La Soie est attaqué, pillé puis détruit. Il ne sera jamais reconstruit. Le bourg est encore occupé durant quelques années.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Il y a si peu à voir qu'il est préférable de visiter ce plateau pour la vue et le calme.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 juin 2017 4 29 /06 /juin /2017 07:05

 

 

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

 

 

Le bourg :

      Situation :  (--> le voir sur une carte)

    La ville de Sion se situe à 30km à l'Est de la frontière Française en passant par Chamonix.

  Montorge est au Nord-Est de Sion, sur un promontoire de la rive droite du fleuve Rhône. 

 

   Coordonnées du château :

46° 13' 51" N07° 10' 01" E
 46.230830° 7.334948°

 

 

 

Le château :

        L'extérieur : 

Il se cache

* A la sortie de la ville en direction de l'Ouest, au bord d'un ravin naturel, un curieux bâtiment attire mon attention.

* Ne me dites pas que vous ne le voyez pas.

* Allons faites un effort.

* Je vous le montre autrement.

 

 

Je lui tourne autour

* Comme j'ai envie de mieux comprendre ce site castral, je décide de contourner la colline.

* L'autre face est moins verte.

* La blanche ruine se distingue mieux

* Elle est posée en haut de la colline à 732m d'altitude.

* Sa position stratégique au confluent des vallées permettait la surveillance des frontières entre les terres Épiscopales et Savoyardes.

 

 

L'approche

* Pour découvrir cette ruine, il faut attacher son destrier au petit parking depuis La Muraz, puis monter par un petit sentier.

* Aux pieds de la dernière montée, les historiens ont décelé un fossé protégeant la porte du premier rempart avec pont-levis.

* J'avoue que cela est imperceptible aujourd'hui.

* Proche du sommet, un autre fossé existait avec évidemment l'habituel pont-levis.

* L'ensemble a totalement disparu bien sur.

* Si vous tentez de découvrir le site en contournant les remparts extérieurs, vous découvrirez qu'il épouse parfaitement l'étroite crête donnant un ensemble tout en longueur orienté Est-Ouest.

 

 

Le plan

* Pour comprendre cette ruine, il est préférable de regarder le plan  mis à disposition des visiteurs sur une courtine.

* L'entrée est en bas à droite sur le plan.

* De suite l'ambiance est donnée : Ceci est une véritable ruine.

* La preuve, voici les restes de la salle des gardes.

  

 

        L'intérieur :

La défense

* Sur la face Nord, la courtine est épaisse et comporte des archères droites du 13ème siècle (?).

* Ceci est bien une ruine d'époque médiévale.

* Ne pensez pas que l'archer médiéval était couché puisque le sol est au raz de la fente. Cette "curiosité" est due aux étages supérieurs et au toit écroulés, comblant ainsi l'étage inférieur.

 

 

La suite

* En face sur la face Sud, des petits murets très consolidés sont les vestiges d'un grand bâtiment.

* Ce devait être une tour rectangulaire.

* Il ne reste qu'une salle voûtée (que je pressens être une citerne).

* Puis, ce que le plan nomme l'annexe.

 

 

La surprise dans le mur

* Un peu plus à l'Ouest après de nombreuses archères apparait une large ouverture dans la courtine.

Qu'est ce ?

* Ceux qui pensent à une poterne (voir vocabulaire) ont .... perdu.

* Ceux qui pensent à une archère cassée ont...... perdu aussi.

* Les timides qui n'osent pas dire que c'est une bretèche ont........ hélas perdu... mais c'est presque cela.

* Je vais vous donner un indice en regardant ce "mystère" depuis l'extérieur.

* Ceux qui ont "triché" en regardant le plan ont certainement la bonne réponse.

* Ce sont les vestiges des latrines.

 

 

Elle est ronde

* Je continue ma conquête de l'Ouest  (votre chevalier se prend pour un cowboy maintenant   hihihi).

* Le dernier vestige de ce château apparait.

* Il a certes perdu (lui aussi vous n'êtes pas les seuls    hihihi) de sa hauteur, de sa puissance, mais il est facile de reconnaître la tour ronde surveillant la vallée de la Morge.

 

 

Le confort était là

* Protégé du soleil d'été grâce à l'ombre des arbres, appuyé sur la tour, il est agréable d'admirer la longueur de cette ruine.

* Juste devant moi mon imaginaire revoit la vie du seigneur dans son logis.

* Je ne me moque pas, cette grande étendue herbeuse était l'habitat de ce château.

 

 

Le cadeau !

* Avant de repartir vers un autre château, j'admire la richesse des ruines médiévales du Valais......

..........qui est....

.................. l'incroyable panorama sur la vallée du Rhône.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1230, Aymon de Sablais, fils de Thomas Comte de Savoie (voir liste des Comtes) fait construire une fortification sur le territoire de l’Évêque de Sion. Évidemment un conflit éclate.

* En 1260, un accord d'échange est conclu entre l'évêque et Boniface Comte (voir titre de noblesse) de Savoie. Curieusement, Montorge appartient toujours aux Savoyards. Sa position pour surveiller les châteaux de Valère et Tourbillon en fait un atout de pression "psychologique" pour le Comte de Savoie.

* En 1264, Henri de Rarogne, vassal de l’Évêque, s'empare du château par la force.

* A la fin du 13ème siècle, Pierre d'Oron, Évêque de Sion, fait reconstruire le château.

* En 1417, durant la guerre de Rarogne, le château est définitivement détruit

* Au 20ème siècle, la ruine est consolidée et quelques recherches archéologiques sont entreprises.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 07:30

 

 

Blason du canton du Valais

Pays :

 SUISSE

Canton :

 VALAIS

 

 

 

 

Le bourg Le 21ème siècle côtoie le 12ème

      Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Leuk est située en zone linguistique Alémanique. Sur ma carte achetée en mon Royaume de France, elle est nommée Loèche.

    Leuk est à 6km à l'Est de Sierre et à 22km à l'ESt de Sion, sur un promontoire de la rive droite du fleuve Rotten (c'est le nom que prend le Rhône en amont de Sierre --> Voir son château nommé Géronde).

 

   Coordonnées du château :

46° 18' 59" N07° 38' 02" E
 46.316390° 7.633001°

 

    Origine du nom :

   Loèche vient du latin LEUCA FORTIS, signifiant Place forte. La présence de ces 2 constructions est justifiée. Dans certains textes, le village est nommé : "Loèche La Forte".

 

 

 

Château :

       L'extérieur :

Deux pour le prix d'un !

* Proche du centre ville actuel, au bord d'une petite pente aujourd'hui recouverte de vignes, deux curieux bâtiments d'origine médiévale surveillent la vallée.

* Le plus proche est la Tour de Vidomne. Celui que je vais vous décrire est au second plan est nommé : Le Château Épiscopal.

 

 

Voyez vous les consoles ?

Pourquoi avoir construit ici ?

* A mon arrivée sur le site, je suis surpris.

* Ces bâtiments médiévaux prévus pour l'habitat ne sont pas construits sur la hauteur du village mais en léger contrebas.

1 - Était ce pour mieux surveiller la vallée du Rhône ?

2 - A moins que de multiples remparts entouraient "la ville basse", coté le plus exposé aux attaques ?

* Mystère !

 

 

Le rempart Ouest et la grande salle

* J'aborde ce château, non pas par la route du village coté Nord (qui est l'accès le plus facile), mais par le Sud-Ouest, tel un envahisseur médiéval.

* Je suis au pied d'un rempart très reconstruit avec créneaux (voir vocabulaire).

* Cela ressemble à un bastion entourant les bâtiments intérieurs.

* La pente étant importante et glissante, je ne pense pas que l'assaillant ait pu attaquer par ce coté.

* Le constructeur a eu la même idée que moi puisqu'il a mis sur la face Ouest du bâtiment quelques ouvertures de lumière.

* La grande baie en partie basse n'est pas médiévale mais plus tardive (16ème ?).

* Le mur comporte de nombreux trous de boulins très utiles au moyen âge pour l'entretien des murs.

A - Avez vous remarqué la grande ouverture avec arc supérieur plein cintre et des 2 solides corbeaux en dessous ?

B - Est ce une porte médiévale accessible avec une échelle amovible ?

* Allons réfléchissez !

* J'opterais pour... des latrines.

 

 

Le plan salvateur

* Pour mieux comprendre ce château, regardez ce plan établi par le spécialiste médiéval Louis Blondel :

A - Magnifique fenêtre romane,

B - Grande salle de réception (les latrines sont sur le mur gauche),

C - Cours,

D - Habitation,

E - Donjon.

 

 

Rempart et tour carrée... Voila une construction médiévale

Le rempart Ouest et la grande salle

* La façade Sud de la grande salle comporte de nombreuses traces d'architecture médiévale :

- Évidemment, les trous de boulins,

- Mais aussi les petites ouvertures (archères ?),

- Ainsi que des fenêtres romanes du 13ème siècle.

* La plus belle expression architecturale du 13ème siècle de ce bâtiment est incontestablement la fenêtre avec arc en plein cintre et colonnettes sculptées.

 

 

Le rempart Nord et la Tour

* L'entrée principale est située au Nord.

* Là, face au rempart, 2 surprises m'attendent :

1 - Un panneau jaune comportant le mot "Verboten" et surtout le portail fermé pour cause de travaux.

2 - Une haute tour carrée crénelée de plus de 9 mètres de haut (peut être du 12ème siècle) surmontée d'un dôme de verre du 20ème siècle rappelant "un phare". L'ensemble est très restauré.

* Sur la gauche de la tour (à l'Ouest) un bâtiment est en cours d'aménagement, c'est lui "la cause de mon interdiction de visite".

* Sur le plan  ce bâtiment interdit a le repère D. C'est l'habitation.

 

 

L'habitat

* La face Est de l'habitation est très intéressante.

* En sailli sur le mur, la souche d'une cheminée est curieusement visible.

* Cette "verrue" peu esthétique est surprenante à coté d'une belle fenêtre romane.

* Une autre curiosité est le sommet pourvu d'un tuyau de cheminée rond typique de l'architecture Savoyarde.

 

 

Porte ou fenêtre ?

La vue, trésor des châteaux

* Depuis la cour, la vue sur la vallée est exceptionnelle sur la vallée du Rhône, oups pardon, du Rotten.

* A mes pieds (en bas de la photo) il y a une ombre gigantesque et surtout caractéristique.

L'avez vous reconnue ?

* Je vous aide un peu

* Ho, je vous vois songeur...   Je vous aide encore un peu .

.
...
.....
.......
        C'est
                 le
                     château
                                   des ......

* Holalala, il faut que je vous dise tout..... C'est ICI.

 

 

    L'intérieur :

* Le château était fermé au public le jour de ma visite.

* Par les nombreuses ouvertures, j'ai quelques indications sur la construction, mais cela est trop imprécis pour que je tente une description.

* L'intérieur du château épiscopal restera un mystère pour vous.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château

* Avant le 3ème siècle, la plateforme ensoleillée de Loèche appartient à la couronne des Rois Burgondes.

* En 515, le village de Loèche est donné par le Roi Sigismond au monastère de Saint Maurice.

* Au 12ème siècle, il semble qu'une fortification en pierre soit construite sur le site d'une vieille ferme. Un métayer habitant la fortification est chargé de collecter les taxes. Un marché important fait naître une richesse.

* Au 13ème siècle, l'évêque de Sion (nouveau propriétaire) décide de la fortification de cette ville, certainement à cause des guerres incessantes entre l'évêque et le Comte de Savoie (voir liste des Comtes). Il agrandit le château (peut être pour en faire une résidence occasionnelle) et fortifie ce lieu.  Il est habité par un Major faisant parti de la puissante famille des sires de Rarogne.

* En 1388 à la bataille de Viège (Visp en alémanique) les troupes Savoyardes sont vaincues. Cela va être le début de destruction de nombreux bâtiments dans la région.

* Vers 1415, après la défaite des puissantes familles De La Tour et Raron, la bourgeoisie tente de récupérer le pouvoir. Le château est partiellement incendié durant un de ces conflits, nommés parfois "révolte populaire". 

* En 1475, l'évêque de Sion (Walter Supersaxo ?) fait restaurer le château.

* Au 17ème siècle (1678 ?), le château accueille un procès pour sorcellerie.

* En 1805, l'évêque de Sion vend château et terres au grand bailli Augustini.

* En 1934, la commune achète le bâtiment et le restaure partiellement durant 2 ans. 

* En 1970, certains murs du château menacent de tomber. L'association "Pro Leuca" décide d'une restauration urgente.

* A la fin du 20ème siècle, l'architecte Mario Botta s'occupe de la restauration du château et fait construire une coupole de verre.

* En 1977, un musée local est ouvert dans le château.

* En 1990, une nouvelle salle est ouverte au public, elle est nommée : Chambre de l'évêque.

* En 2001, le château a la chance d'être reconnu puisqu'il figure sur un timbre postal.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La propriété est privée et n'était pas ouverte à la visite le jour de ma venue. Pourtant une pancarte indiquait les horaires d'ouverture d'un musée.

 

 

Ce phare va-t-il éclairer l'histoire ?

 

 

 

Partager cet article

Repost0
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 06:30

 

 

Blason du canton de Fribourg

Pays :

 SUISSE

Canton :

 FRIBOURG

 

 

 

 

 Ce n'est pas un mirage, il y a bien un château médiéval au loin !

Le bourg

       Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Vaulruz se situe à 24km au Sud-Sud-Ouest de Fribourg, et à 25km au Nord-Nord-Est de Montreux et plus précisément à 4km à l'Ouest de Bulle (voir son château).

 

    Coordonnées du bourg :

46° 37′ 13″ N06° 59′ 21″ E
 46.620279° 6.989166°

 

 

 

 

Le château :

        L'extérieur :

La découverte

* Proche du centre ville actuel, sur une petite colline, un curieux bâtiment attire l'attention de mon destrier.

* Avec le temps je sais que ses réactions sont propices à la découverte.

* Mon hongre a raison, sur la droite de la grande bâtisse claire, un mur avec systèmes défensifs m'attend.

Est ce un château fort du Moyen Âge ?Quelle curieuse porte fortifiée !

 

 

Est ce une reconstruction ?

* Plus je m'approche de cette bâtisse, et plus je sens ma passion médiévale vibrer.

* Mais je pressens que les bâtiments seront "intacts".

* Depuis 6 jours de recherche en Suisse, je n'ai vu que des châteaux "entiers".

N'y a-t-il aucune ruine dans ce beau pays ?

 

 

Première sensation

* Posé sur une petite colline, il faut monter une légère rampe pour découvrir les courtines externes et accéder à la porte d'entrée du château.

* Il est possible d'imaginer que l'ensemble était précédé d'un premier rempart et qu'un fossé isolait le château.

* Mais les années ont gommées toutes traces. 

 

Que voila tour très défensive et solidement plantée

 

Analyse

* L'architecture de ce château est curieuse. Il y a de nombreuses traces de systèmes de défense médiévale, mais la reconstruction semble incomplète.

* Par exemple :

- La porte d'entrée comporte 4 fentes pour recevoir les flèches d'un pont-levis (voir vocabulaire)

- Les pourtours sont renforcés évitant qu'un ennemi fasse levier pour arracher le pont lorsqu'il est levé.

- Mais aucune archère latérale ou échauguette ou tour protège cette porte, maillon faible d'un château.

* Autre exemple :

- A 7 mètres du sol, il y a des créneaux dont les merlons comportent des archères en croix (nommées parfois arbalétrières).

- Mais curieusement, aucune trace de mâchicoulis (système de défense très tôt employé dans les châteaux).

- Ni de bretèche au dessus de la porte.

- Ni de corbeau pour installer des hourds (voir exemple).

- De plus, avec les progrès des armes de jet, cette faible hauteur n'est pas appropriée à la défense d'un château au 15ème siècle.

Peut être que sur les autres faces

des indices m'éclaireront sur ces "curiosités" ?

 

 

Suite de la découverte Voyez vous le chemin de ronde couvert ?

* A l'opposé de la porte d'entrée, au Nord Ouest, une tour carrée surprend par ses dimensions et sa puissance.

Était ce le donjon primitif ?

* Je ne le pense pas, la tour Savoyarde de 1316 devait avoir une forme différente.

* Le parement est soigné, mais très récent.

* Dans la partie basse, un arc de décharge équilibre le poids de la tour au dessus d'un rocher.

* En haut, des bretèches très élégantes donnent un air de féodalité à cet ensemble très reconstruit.

* Je ne trouve pas les réponses à mes questions.

Pensez vous qu'à l'intérieur, il y ait la clé de l'énigme ?

 

 

    L'intérieur :

  Que c'est beau ! 

* La tour comporte des fenêtres récentes où des formes humaines bougent derrière.

* Le chemin de ronde est recouvert d'un toit en bois et agrémenté de fleurs colorées.

* Des cris stridents, des rires aux éclats, un coup de sifflet m'informent que je suis entré dans la cour d'une école.

* Sur la pointe des pieds, je sors en ayant la réponse à mes questions.

* La commune a reconstruit le château en éliminant tous bâtiments dangereux.

* C'est donc une fortification "aseptisée" et sécurisée que j'ai visitée rapidement.

* C'est aussi cela la vie d'un château médiéval.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

 Histoire du château :

* Au 13ème siècle (?), un donjon semble être construit par le seigneur de Blonay.

* Au début du 14ème siècle, château et terres sont vendu à Amédée V, Comte de Savoie (voir liste).

* En 1316, le château est agrandi puis une bourgade est construite aux pieds de la forteresse.

* En 1321, le Comte de Savoie accorde une charte de franchise à la bourgade. Cet acte enrichit la ville qui grossit, organise des marchés et renforce ses défenses. Le Comte de Savoie obtient ainsi une défense de ses terres et une surveillance de l'évêque de Lausanne.

* En 1349, la peste décime la population de la cité. C'est le début du déclin de sa puissance.

* En 1387, un incendie ravage la bourgade. Jamais plus Vaulruz ne retrouvera sa prospérité.

* Au 15ème siècle, le Comte de Savoie vend le territoire à un seigneur de Saint Michel de Maurienne. La bourgade devient un petit village rural sans ambition.

* A partir de 1474, la guerre de Bourgogne éclate opposant les "états Bourguignon" à la "Confédération Suisse". Vaulruz hélas subit quelques attaques.

* En 1536, l'invasion Bernoise commence. Grâce à une habile manœuvre de négociation avec les Fribourgeois, le seigneur de Vaulruz sauvegarde sa cité.

* Au 20ème siècle, des travaux de consolidation sont réalisés par la commune. Puis un centre de vacances est installé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La propriété privée n'est pas ouverte à la visite.

 

 

Chemin de ronde et tour d'angle... le rêve médiéval est là !

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 06:30

 

 

Pays : 
 SUISSE

Canton :

 FRIBOURG

 

 

 

Le bourgJ'ai les poils qui se dressent de plaisir en voyant cette ruine... Et vous ?

    Situation :  (--> le voir sur une carte)

     Le petit bourg d'Illens se situe à 12km au Sud de la ville de Fribourg sur un plateau proche de la rivière Sarine.

 

     Coordonnées du château :

46° 44' 18" N07° 06' 37" E
 46.738362° 7.110458°

 

 

 

Le château :

       L'extérieur :

La marche d'approche

* Je laisse mon destrier proche d'une ferme et c'est à pieds que je m'engage sur un chemin.

* Après avoir traversé une belle clairière, le sentier entre dans une épaisse forêt.

* Heureusement quelques panneaux indiquent la direction de l'ancien château de Illens.

* Trois minutes plus tard, un solide mur en ruine correspondant au rempart extérieur titille mes sens.

Hummm, la ruine va être belle, je le pressens.

 

 

Le frisson

* Dans la découverte d'une ruine médiévale, il y a parfois des instants magiques :

- Un moment où le frisson me gagne,

- Où mes yeux s'envolent vers le rêve,

- Où mon imaginaire m'emporte et me fait perdre la notion de l'heure et du temps......

* Ce moment, je viens de le vivre devant cette beauté de pierre.

* Je sais que je vais passer plusieurs heures dans un royaume du rêve. Je vous invite dans "mon" château d'Illens.

 

 

La découverte

* Le bâtiment au bout d'une cour aujourd'hui vide, parait massif au premier regard, mais quelques détails  architecturaux allègent sa rudesse médiévale.

 

La tour escalier semble avoir été ajoutée
La tour escalier

* En avançant, je découvre sur la gauche une tour-escalier ajoutée certainement à l'époque Renaissance.

* Les fenêtres à meneau en croix confortent ma rapide analyse d'une évolution vers le confort.

* L'encadrement de la porte devait être magnifique.

* Il est possible d'apercevoir quelques sculptures et sur le haut, les traces d'un blason.

Que représente il ?

- La réponse m'est donnée par un visiteur : "Il s'agit des armoiries de la famille de la Baume".

* La qualité de la construction et la taille des pierres sont un bel exemple du savoir faire des tâcherons de l'époque.

Qu'en pensez vous ?

 

 

         L'intérieur :

La tour escalier

* J'arrête de rêver et j'entre dans ce que je crois être la tour-escalier.

* A la renaissance, il était classique de desservir les étages par une tour extérieure laissant plus de surface dans les vieux donjons (il y a d'autres cas, par exemple à Raron en Valais).

* Ne vous moquez pas de sa fonction de "tour-escalier", l'absence de marche ne me fera pas changer d'avis.

* Pour les sceptiques, voici la preuve du fantôme des marches.

* Avec mon envie de dévorer cette ruine, je me transforme en "spider man" et je grimpe vers la porte du 2ème étage.

* Et là, je vois...... 

 

 

L'habitat

   .... Je vois les 4 étages de ce château.

* Les murs sont très épais (puisque c'est une bâtisse du 13ème siècle) mais avec les nombreuses fenêtres, il parait léger.

* Évidemment, plafonds et murs intérieurs ont disparu mais il est facile de définir la fonction des salles.

 

  Quel pieds !

Il faut deviner

* Sur le mur du fond, une ouverture de style roman attire mon attention.

Qu'est ce ?

* Point une bretèche pour défendre une porte, mais..... simplement les latrines.

* Sur le mur adjacent, 3 magnifiques cheminées superposées prouvent que ce château n'était pas fait pour un petit seigneur ou un simple bailli.

Plusieurs familles vivaient elles ici ?

* En équilibre sur un pied, je regarde en bas. Évidemment, le sol n'a pas un beau dallage car des m3 de terre se sont amassés après des années sans toit.

* Mais au bout de la pièce, je distingue une poutre, et même....

Que pensez vous que cela soit ?

* Il faut que j'aille voir de plus près.

 

 

Prise de risque

* Je ressors de la tour-escalier et je cherche une entrée dans le donjon habitable.

Mais où est elle ?

* Évidemment avec les années et l’affut de terre, le rez de chaussée se retrouve au sous-sol.

* Et c'est par une "chatière" en rampant que je pénètre dans la grande salle.

 

 

La grande salle  

* Évidemment, les amoureux du palais des glaces de Versailles diront que le sol ressemble à une cave et que les murs sont "poussiéreux", mais avec un peu d'imagination (en fermant les yeux  ) regardez cette "beauté".

 

 

L'art de deviner

* A ce niveau, ce devait être une salle voûtée, le mur garde encore les traces de construction.

* Aux étages, la pierre est mieux taillée, plus belle et parfois sculptée, ce manteau de cheminée en est un bel exemple ainsi que la cheminée qui la surplombe.

* Le rêve est partout ainsi que les mystère de construction.

* Par exemple, au fond de cette cheminée, il y a les traces d'une ancienne fenêtre romane obstruée.

Incroyable n'est ce pas ?

 

 

Le confort des fenêtres

* A l'opposé des cheminées, le mur comporte de belles fenêtres et dans la profondeur du mur, des coussièges (voir vocabulaire). 

* Il est temps que je vous laisse à vos déductions, le temps que je divague seul dans mes rêves.

* Avant de partir, je vous invite à découvrir quelques marques sur les murs.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 
Histoire du château :

* En 1032, à la mort du roi Rodolphe III, l'Empereur Conrad II intègre par la force le royaume dans celui du Saint Empire Romain Germanique.

* Au milieu du 11ème siècle (?), pour remercier le Comte (voir titre de noblesse) Oltingen de son soutien, l'Empereur Henry IV lui donne le domaine d'Arconciel près de la source de la Sarine.

* Au début du 12ème siècle, par héritage, le Baron de Glâne récupère les terres. Le déboisement et l'aménagement du site donne naissance à une seigneurie avec peut être construction d'une petite fortification (?).

* En 1127, Ulrich de Glâne et son fils aîné sont tués à la bataille de Payerne. Guillaume, le second fils, fonde une abbaye à Hauterive.

* En 1157, Guillaume décède. La seigneurie appartient au Comte de Neuchâtel.

* Au milieu du 12ème siècle, de chaque coté de la rivière sont construits deux châteaux, dont celui d'Illens qui appartient à la famille Aarberg.

* En 1251, le Comte Pierre II de Savoie (voir liste des Comtes de Savoie) s'empare par la force de nombreux châteaux. En voyant la destruction du 1er château, Ulrich d'Aarberg, seigneur de Illens préfère être vassal du Savoyard.

* Durant 35 ans, les terres et château d'Illens sont convoités par les puissants Fribourgeois.

* En 1292, la seigneurie d'Illens appartient à Nicolas Englisberg de Fribourg.

* En 1450 (?), le château est modernisé par les Bernois et les Fribourgeois.

* Durant 4 siècles, la seigneurie change de propriétaire plusieurs fois.

* Au 16ème siècle, la forme guerrière du château s'adoucit. Une tour escalier "renaissance" est construite et des fenêtres s'ouvrent dans les épais murs.

* Au 19ème siècle, le château est abandonné.

* En 1914, la commune de Rossens devient propriétaire de la ruine.

* Au 20ème siècle, le site est partiellement sécurisé et des arbres sont coupés pour redonner vie au site.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe. Le ravin étant proche, faites attention avec des enfants.

 

 

Chaque morceau de pierre est un plaisir des yeux. 

 

 
Cliquez pour aller au menu des Châteaux Suisse

Partager cet article

Repost0