19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Sentez vous le plaisir monter avec cette belle ronde ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Etables est située à 25km au Nord-Ouest de Valence, à 20km au Nord-Est de Lamastre (voir son château) et à 18km au Sud d'Annonay.

 

   Coordonnées du château :

45° 05' 59" N 04° 43' 25" E
 45.099816°  4.723737°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Sa rondeur me séduit

* En arrivant dans la commune, de suite mon instant de castellologue amateur est attiré par une ronde construction.

* Ce type d'architecture est soit un moulin, soit un pigeonnier, soit une tour.

* Lentement je m'approche de cette belle pour voir qu'elle arbore :

- Une archère-arquebusière.

- Une ouverture horizontale ressemblant à une canonnière (je doute un peu de sa fonction).

 

 

Voyez vous les détails médiévaux ?

Classique architecture

* Lentement, tel un amoureux ne voulant point effrayer la belle, je contourne le bâtiment.

* Bien que les siècles et les hommes aient transformé ce petit château, il est encore possible de comprendre son architecture.

* C'est un quadrilatère avec une tour d'angle et un donjon carré puis une cour centrale (voir la vue satellite).

 

 

La suite est....détaillante

* A droite du donjon, je remarque une porte ogivale.

* Je pressens que nombreuses découvertes je vais faire.

* Que vois je ?

- Une barrière en bois..... Évidemment, c'est pour éviter que les promeneurs comme moi entre.

- Au sommet, les restes du beau double vantail.

- Puis sur le coté, le rail de guidage d'une herse.

- Et enfin, le trou d'emplacement de la poutre de blocage de la porte.

 

 

L'intérieur :

Je vole et je vole

* La propriété privée et habitée n'est pas ouverte à la visite.......

  .......... mais, tout en restant dehors, j’étends mes ailes pour voler entre les 2 portes (la marron médiévale et la bleue moderne).

* Ainsi, je peux voler quelques images intérieures.

 

 

Deviner, c'est voir autrement

* Le mur intérieur, de ce qui devrait être le logis, porte des traces de son histoire.

- Des lits de pierres pauvrement taillées de dimensions aléatoires.

- Des fenêtres bouchées (à droite et en bas).

- Des fenêtres à meneaux en croix ne laissant plus passer la lumière.

- Des pierres trouées (sont ce des remplois d'ouverture de tir pour fusil ?).

- Une porte ogivale transformée en "Lapeyre" moderne.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, la seigneurie est mentionnée dans un texte. 

* Au 13ème siècle, la famille Fay est mentionnée.

* Au 14ème siècle, construction du château par la famille Fay (à vérifier).

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château est attaqué par les Huguenots (à vérifier).

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

La plaine fut elle pleine d'ennemis ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Il va me falloir des heures pour tout voir et tout comprendre

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Viviers est située à 50km au Nord d'Orange, à 30km au Nord-Est de Vallon Pont d'Arc et à 10km au Sud-Sud-Ouest de Montélimar (voir son château).

 

   Coordonnées du centre fortifié :

44° 28' 56" N 04° 41' 25" E
 44.482214°  4.690464°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* Etre un castellologue amateur, c'est :

- Marcher des heures à la recherche d'une ruine médiévale perdue.

- Avoir les mollets griffés par les ronces et parfois des plantes vénéneuses.

- Sentir la sueur odorante perler sur son corps.

- Recevoir des pierres sur la tête ou glisser sur des cailloux d'un parement effondré.

* Il est donc logique que parfois, sur mon heaume protecteur, je pose un chapeau de paille de touriste pour retrouver le calme, le plaisir simple de la sécurité.

* C'est donc logiquement qu'après une semaine de marche en Vivarais, je me repose en cette commune aux "milles" bâtiments médiévaux consolidés.

Pensez vous qu'en ces trous des pigeons amoureux roucoulent ?

 

 

 

Promenade dans le temps

* Pour entrer en cette cité il faut presque montrer patte blanche devant la porte, car franchir les hauts remparts semble impossible.

* Puis les constructions anciennes s’enchaînent.

* Une tour joue à se cacher de moi. Coincée entre des bâtiments anciens, la ronde construction avec son pigeonnier me nargue car elle n'est point visitable.

* Plus loin, dans les étroites ruelles, je vois un large encorbellement. Cette construction repose sur des consoles triples.

- Je pressens que ce fut une bretèche.

* Puis en tournant la tête, une autre construction défensive ayant la même fonction, mais avec 2 curiosités :

- Un blason sculpté.

- L'ouverture de tir a été remplacée par 2 fenêtres de confort moderne.

* Diantre, que cette cité Vivaraise est magnifique !

 

 

 

Clocher-tour ou tour-clocher ou simple tour ?Diantre !... Est ce une cathédrale fortifiée ?

* Au loin, une curieuse polygonale construction.

* Cette curiosité, de 40 mètres de hauteur, s'élevant dans le ciel porte plusieurs noms (qualificatifs) :

- Le clocher,

- Le campanile,

- La tour Saint-Michel.

* Cette construction fut la porte d’entrée du quartier canonial au 11ème siècle. Depuis elle est reliée à la nef par un porche.

* Sa base carrée est ornée de bandes lombardes.

* Au-dessus est aménagée une chapelle dédiée à l'Archange Saint Michel (cela explique son patronyme).

* Puis au dessus, un étage octogonal (du 14ème siècle).

* L'étage possède quatre cloches nommées :

- Antoinette-Sophie.

- Arsène-Élisabeth.

- Théodorine-Joséphine.

- Marie-Jeannette.

 

 

L'intérieur :

* Les maisons défensives, la tour, le clocher ne sont pas visitables.

* Je vais en profiter pour manger une glace châtaigne-nougat (les 2 produits régionaux), cela me permettre de goûter d'autres parfums que ceux dans cette ville fortifiée de Gironde.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 1er siècle avant JC, la butte est habitée.

* A partir du 3ème ou 4ème siècle, un évêque habite le site durant l'évangélisation de la province.

* Durant 6ème siècle, l'évêché est attaqué, détruit, reconstruit.

* Au milieu du 6ème siècle, construction d'un premier rempart entourant la cité.

* Au 6ème siècle (?), construction d'une chapelle dédiée à Saint Martin pour recevoir dans sa crypte le corps de Saint Ostian (prêtre vénéré par les Vivarois).

* Au 7ème siècle, construction d'un deuxième rempart.

* Au 9ème siècle, une belle construction Romane sert de site de prière et d’évêché. La chapelle dédiée à Saint Martin est partiellement consolidée.

* Vers 1032, Viviers est rattaché au Saint Empire Romain Germanique. Le site se fortifie, une porte monumentale est aménagée.

* Au 11ème siècle, construction du rempart "définitif" entourant la cité. La chapelle dédiée à Saint Martin est agrandie (vérifier) et sculptée.

* Au 13ème siècle, agrandissement du rempart. Avec les années, deux villes se forment :

- Celle du bas, commerçantes.

-Celle du haut, cité religieuse.

* Au 14ème siècle, amélioration des systèmes défensifs du château et du rempart.

* Au 16ème siècle, Claude de Tournon détruit une partie de la cathédrale Romane pour aménager un bâtiment de style Gothique.

* Vers 1546, sur les bases de constructions datant du 14ème 15ème siècle, construction d'une maison pour Noël Albert (nommé aussi Albert de Noe) qui sera nommée : Maison des Chevaliers.

* Au milieu du 16ème siècle, les Guerres de Religion enflamment la province. Viviers est attaqué par les Huguenots. Les maisons des chanoines, le cloîtres et d'autres bâtiments sont fortement dégradés.

* Au début du 17ème siècle, construction d'une tour à l'Est du château.

* Au début du 18ème siècle, construction de 2 portes dans les remparts.

* Vers 1789, l'évêque Charles de la Font de Savine jure fidélité aux Révolutionnaires et à la Révolution. Cet acte épargne la cathédrale et les bâtiments religieux.

* Vers 1792, les biens de l’église sont réquisitionnés par les Révolutionnaires puis vendus (à vérifier).

* A partir du début du 19ème siècle, de nombreux travaux de démolition sont entrepris pour plus de modernité.

* En 1868, les fouilles dans la chapelle dédiée à Saint Martin révèlent le tombeau et les traces de Saint Ostian. Ses reliques sont transportées dans la cathédrale.

* En 1906, la cathédrale est classée aux Monuments Historiques.

* En 2017, un autre patrimoine Français trouve sa place au centre du bourg : La statue de Johnny Hallydaysurprise

- Pourquoi ?

- Sa mère, qu'il venait voir souvent, est au cimetière de la commune.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des bâtiments (ainsi que la statue de l'idole des jeunes) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de chacune des fortifications est interdite.

 

 

Là haut c'est l'inaccessible fortification

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Il est au sommet.... de mon imaginaire

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Saint Péray est située à 45km au Nord de Montélimar (voir son château), à 25km  l'Est de Lamastre (voir son château) et à 5km au Nord-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 56' 24" N 04° 51'07" E
 44.939994°  4.851999°


 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* Ayant éclaté un des pneus de mon destrier (heu...cela doit se nommer un fer) j'erre dans Valence à la recherche d'un dépanneur (un maréchal ferrant).

* Soudain, en levant les yeux, je remarque une belle qui m'observe depuis la fenêtre du château.

* Il me faut de suite la découvrir.... heu... la ruine bien sur.

* Cette paroi étant si abrupte, le sommet si haut (200 mètres de dénivelé), je décide de la contourner par une route goudronnée au Nord.

 

 

Comment entrer dans cette citadelle ?

C'est plus qu'un château !

* En découvrant ce site médiéval depuis le Nord, je constate que le bourg castral est immense.

Est ce le Carcassonne du Vivarais ?

* Certes, mon questionnement est (volontairement) exagéré, mais avouez que ce site est impressionnant.

* Une pente avec un village en bas, un château en haut, un rempart entourant l'ensemble.

* Cet imposant mur de protection mesure plus de 330 mètres. Hélas, à cause de son arasement, il est difficile de voir si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

 

 

Le châtelet avant le château, hooo !

* Pour entrer, il faut consulter le plan.

* Il n'y a qu'une seule porte (ce qui est logique puisque ce n'est pas une bastide comme celle-ci).

* J'avance vers le châtelet d'entrée. Il forme un sas permettant d'isoler les assaillants et surtout d'éviter l'utilisation d'un bélier.

 

 

 

Voici le village des courants d'air...Atchoum !

L'intérieur :

Il faut un parapluie !

* En franchissant la porte, mon regard est de suite attiré par les systèmes défensifs de l'entrée.

* Le temps, les hommes et les reconstructeurs ont assagi cette entrée, mis il est possible de voir la plateforme communiquant avec le chemin de ronde.

* Puis, j'avance lentement sur un sentier presque aménagé pour découvrir les ruines des 140 maisons (ou presque).

* Que voir ?

- Évidemment certaines s'appuient sur le rempart.

- Elles sont toutes dépourvues d'un toit.

- Leur base n'est pas très large.

- Elles semblent être composées de 2 niveaux. ne voyant pas d'escalier, je pressens que l'étage était accessible par une échelle en bois.

- Je ne vois que rarement des fenêtres, mais  je pressens que les murs fragilisés par ses ouvertures de lumière ont été les premier à tomber.

- Curieusement, je ne vois pas de cheminée.

- Parfois un trou dans mur me fait imaginer que ce fut un placard.

 

 

Sa seigneurie médiévale trône au centre des fortifications

Le château s'encastre dans le rocher !

* Pour mieux comprendre les systèmes défensifs, je ressors puis je contemple cette merveille de pierres depuis le Sud.

* En étant posé sur le rocher, ce rempart ne pouvait pas subir la sape.

* Le mur défensif est évidemment pourvu d'archères.

* Les angles et les changement d'alignement sont évidemment pourvus de tours avec étages défensifs ou semi-circulaires traversées par le chemin de ronde.

- Nota :

A - Je suis surpris que les murs défensifs ne comportent aucune canonnière ni ouverture de tir pour armes à feu.

B - Les trous de boulin aligné au niveau du "chemin de ronde devaient porter une plateforme en bois et/ou un hourdage.

 

 

Impair et passe

* Pour comprendre ce château, il faut un plan.

* Rappel : Je suis venu en ce lieu car une damoiselle me faisait signe à la fenêtre, donc :

- Je passe rapidement devant la citerne car je n'ai pas soif.

- Je ne regarde pas les écuries car mon destrier est en bas.

- Je ne m'intéresse point à l'église qui n'est pas fortifiée.

 

 

Si elle avait été là, j'aurais fait du feu dans la cheminée

En fermant les yeux... je le vois entier !

* Enfin, je suis face au château :

- Sur la droite, le fantôme de la tour escalier en colimaçon avec au sommet la porte de l'étage.

- A gauche... heu... l'annexe avec une imposante cheminée au dessus.

* Ma dulcinée doit être derrière ce mur...... que je m’empresse de traverser.

* Dans le logis, je vois 2 grandes cheminées (sur 2 étages).

* Au centre, le passage vers la tourelle.

* Puis sur la droite...... un fenêtre à meneaux en croix.... sans damoiselle.crying

Pourquoi ne m'a-t-elle pas attendu ?

 

 

Ma fin est ici...... ce blog se termine à tout jamais

* J'imagine la scène :

- Un autre est arrivé avant moi.

- Ils se plurent........ plus rien pour moi.

* De désespérante tristesse, je vais me jeter du haut de la falaise.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, établissement un point fortifié (c'est ce que pensent quelques castellologues).

* Au 12ème siècle, construction d'un donjon carré en pierre.

* En 1152, Aldebert de Crussol et Guillaume de Crussol sont cités dans un texte en tant que témoin d'un testament.

* Vers le milieu du 12ème siècle (?) une chapelle, dédiée à Sainte Marie, est aménagée proche du château.

* En 1184, Odon de Crussol, évêque de Valence, donne à l’abbaye de la Chaise-Dieu, la chapelle Sainte-Marie du castrum.

* En 1186, Guillaume de Crussol est garant d’une vente faite au profit des Templiers de Valence.

* Au 13ème siècle, avec la période d'insécurité, les villageois de la vallée  s'installent proche du château. Un premier rempart est aménagé.

* En 1220, Giraud Bastet, seigneur de Crussol, est cité dans un texte portant sur l'achat du château de Charmes.

* En 1283, Giraud Bastet (est ce le même que précédemment ?), seigneur de Crussol, rend hommage à Jean de Genève, évêque de Valence, pour son château.

* A la fin du 13ème siècle, le Vivarais est rattaché dans la Couronne de France (l'acte officiel semble être en 1308, mais le Vivarais n'était pas régi par une seule personnalité, de nombreux Comtes-Evêques avaient déjà fait allégeance au Roi).

* En 1293, un accord est signé entre Peyroneta, abbesse de Notre Dame de Soyons, et Géraud Bastet, seigneur de Crussol, sur les droits de vingtain et de pâturage ainsi que les limites des mandements.

* Au 14ème siècle, certainement à cause des Routiers sans emploi durant les trêves de la Guerre de Cent Ans, les habitants de la vallée, harcelés par les petites troupes armées, se réfugient sur les hauteurs. De nouvelles habitations sont construites en contrebas des précédentes. Un nouveau rempart est aménagé pour protéger ces nouveaux arrivants.

* En 1355, hommage lige est rendu par le seigneur de Crussol à l’évêque de Valence, pour le château et le mandement de Crussol.

* A la fin du 15ème siècle (?), pour plus de confort, des fenêtres à meneaux sont aménagées sur les murs coté vallée du logis du château. Après la fin des conflits Franco-Anglais, les villageois redescendent dans la vallée.

* En 1486, par son mariage avec Jacques I de Crussol, Simone d'Uzès apporte en dot la Vicomté (voir titre de noblesse) d'Uzès.

* Au début du 16ème siècle, le seigneur de Crussol-Uzès délaisse ce vieux site sans confort pour le château d'Uzès.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château de Crussol est attaqué par les Huguenots. Il est partiellement détruit.

* Vers 1624, comme pour d'autres châteaux fortifiés dans le Royaume de France, Richelieu demande l'arasement des fortifications de Crussol. L'avenir de cette vieille construction médiévale sera : Ruine.

* Au 19ème siècle, pour trouver un trésor caché (pffff) une partie du château est dynamitée (D'autres textes affirment que la destruction est due à l'exploitation d'une carrière de pierre).

* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, une association est créée pour consolider les vieux murs, sécuriser la visite puis organiser des fêtes et manifestations.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que les ruines aient été consolidées, il faut toujours être prudents car le risque existe. Veuillez être respectueux en ne montant pas sur ces pierres millénaires et historiques.

 

Voir des vidéos ici - CLIC

 

 

Ce château espionne MON Dauphiné !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Je vais être essoufflé pour rejoindre ce si haut château

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune du Cheylard est située à 40km à l'Ouest de Valence, à 35km au Nord d'Aubenas et à 15km au Sud-Ouest de Lamastre (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

44° 54' 26" N 04° 25' 50" E
 44.907265°  4.430575°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

La malchance, c'est de la chance différente

* Un castellologue amateur est un marcheur sans limite, un avaleur de sentiers aux plantes piquantes, un grimpeur de colline, un escaladeur de roc en dévers.

* Pour être ce type d'homme parfait surprise il faut avoir une condition physique de champion.

* Il n'est donc pas illogique que je recherche des parcours de santé pour parfaire ma forme d'athlète (je vous l'ai déjà prouvé en Aveyron - voir cet article).

* Conséquence : En cette commune, mon œil est attiré par ce panneau.

* Quel dilemme Cornélien !

- Devenir Super man ?

- Ou visiter super castel ?

Elle a de belles rondeurs ! ! ! !

 

 

Faire la ronde avec elle

* Ne pouvant trancher, je vais d'abord découvrir la construction avec ses belles rondeurs. Puis, si elle ne m'a pas épuisé, je ferai 2 fois le parcours de santé.

* Au bout d'un plateau rocheux, le château de La Chèze se dore au soleil.

* Après de nombreuses années de travaux, la ruine a laissé place à un joli bâtiment.

* Le château était composé :

- D'un logis central de base rectangulaire (50m x 20m),

- De quatre tours rondes aux angles.

* Les tours n'ont pas le même diamètre. La tour EST, du coté de l'attaque, est beaucoup plus imposante. Ce fut certainement la tour maîtresse souvent nommée donjon.

* L'arasement ne permet plus de voir crénelage ou mâchicoulis (voir vocabulaire).

* La petite façade EST ne présentant aucune curiosité architecturale, je vais la contourner par la gauche.

 

 

 

Que voila façade fascinante

* Quelle surprise ! Que d'interrogations en cette Sudiste face !

* En découvrant le coté Sud, je suis ébloui. Ce n'est point à cause du  reflet du soleil sur les pierres, c'est la variété architecturale et les questionnements.

- D'abord, cette façade coté à-pic possède de nombreuses fenêtres à meneaux en croix mais aussi sans meneau. Il y a même des ouvertures presque intemporelles composées de remploi de baie trilobée.

- Puis la bretèche qui n'assure pas la protection de la porte.

Est ce du aux reconstructions ?

- Le mur possède une base talutée. Curieusement la pente est entaillée par des archères droites.

Est ce du aux reconstructions ?

 

 

Les systèmes défensifs

A part les archères droites et la bretèche dans le mur Sud,

y a-t-il d'autres défenses ?

* La réponse est : Oui !

* D'abord il y a des archères droites sur une tour.

* Puis de nombreux trous pour fusil car ce château a été modernisé lors de l'invention des armes à poudre.

* Ses ouvertures de tir sont implantées dans les rondes tours et les épais murs médiévaux avec un ébrasement extérieur important pour augmenter l'angle de tir et faciliter la défense si l'assaillant est proche.

 

Est ce un trou de balle ? Que voila un beau trou rond Le trou sait se cacher dans une niche

 

 

 

Hourdage ou chemin de ronde ?

Il faut regarder en haut

* Au sommet des tours, il y a des trous de boulin alignés.

* Les "reconstructeurs" du 20ème siècle ont décidé d'installer une passerelle en bois. Cette curiosité n'est point un hourdage.

* Cette tour possède une autre curiosité en pierre.

La voyez vous ?

* Cette construction, que dis je, ces constructions en encorbellement sont un mixte entre échauguettes, bretèches et mâchicoulis. Elles assurent la défense au près. Je vous en ai déjà montrées ici.

 

 

L'intérieur :

Septique ou sceptique ?

* Mon errance me porte vers la façade Nord.

* Je suis accueilli par... heu... je ne sais point.

Est ce le vestige d'un pont ?

Ou une fosse ?

 

 

Fermé et ouvert..... sont mes yeux comme le château

* Le château n'est pas ouvert à la visite durant ma semaine de vacances, mais le décors qui me fait face rempli mes yeux.

* Depuis la tour-escalier, des passerelles en bois permettent l'accès extérieur aux habitations.

* Elles sont tenues par une colonne centrale est des corbeaux sculptés sur les cotés.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château possession de la famille Tournon de la Chèze (?). Posé sur un éperon rocheux, la fonction principale est la surveillance des vallées.

* En 1328, Brion rend hommage au Comte (voir titre de noblesse) de Valentinois pour ses fiefs dont La Chèze et Le Cheylard.

* En 1376, le site de La Chèze est cité par Louis II, Comte de Valentinois, lors du dénombrement fait au sénéchal de Beaucaire.

* Au 14ème siècle (?), agrandissement du château.

* En 1487, François de Tournon, seigneur de la Chèze, rend hommage au Dauphin (ou le roi de France Charles VIII ? N1) pour tous ses biens sauf La chèze (je n'ai pas la raison de cet "oubli").

N1 - Je pressens que ce fut le roi car, bien qu'âgé de 14 ans, il était Roi en 1483. N'ayant pas encore d'enfant, il était aussi le Dauphin du Dauphiné.

* Au début du 16ème siècle, le bâtiment s'adapte aux armes à poudre.

* Vers 1570, Magdelaine de la Chèze épouse un membre de la famille de Tersac. Le château est apporté en dot.

* En 1582, Gilbert III de Ventadour achète la Baronnie de Brion. Bien que le château de la Chèze (ou du Cheylard ?) ne soit pas listé dans la vente, la famille Ventadour considère que ce fief est leur possession (information à vérifier car la vraie baronnie de Brion se situe proche de Saint Laurent du Pape, donc aucun lien avec ce château et sa famille. Et puis, il y a souvent confusion entre le château de La Chèze et du Cheylard).

* Au 16ème siècle, début des Guerres de Religion. Le Cheylard est acquis à la cause des Protestants. Le château du Cheylard (et non La Chèze) est en terre Catholique.

* En 1620, Henri de Tersac est seigneur de La Chèze. Il afferme la seigneurie à Jacques de Sautel qui adhère au Protestantisme.

* En 1621, les Protestants attaquent le château du Cheylard. Devant leur échec, les Huguenots se réfugient dans le château de La Chèze.

- Le Duc de Ventadour Anne de Lévis (information à vérifier) se rend à La Chèze avec une importante armée pour attaquer le château.

- La résistance des Protestants est telle que le Duc repart.

* Au 17ème siècle, sa fonction de surveillance étant devenue moins utile, le château se transforme en résidence d'habitation de confort avec l'ouverture de fenêtres. Une terrasse est aménagée.

* Durant deux siècles, le bâtiment change souvent de propriétaire.

* Au 19ème siècle, le château devient un pensionnant Jésuite pour garçons. Les fossés sont comblés, le bâtiment est aménagé.

* Au début du 20ème siècle, Madeleine Sologne se rend souvent à La Chèze pour profiter de la fraîcheur et échanger avec ses amis.

* A partir de 1942 (?), le château devient le refuge des Résistants.

* En 1944, les Allemands incendient le château. Ruine abandonnée semble être son avenir.

* En 1946, la commune est autorisée à acheter la ruine à la condition de la transformer en hôpital (ce qui ne fut jamais réalisé).

* A la fin du 20ème siècle (1989 ?), durant 30 ans, une association consolide puis reconstruit ce bâtiment de l'histoire. Elle lui redonne une architecture du 16ème siècle.

* Au début du 21ème siècle, des manifestations historiques et/ou culturelles sont organisées.

* Au  21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur serait possible quelques jours par ans, veuillez vous renseigner.

 

 

L'infini... et l'autre pas... hihihi

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2019 5 11 /10 /octobre /2019 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Etre son ombre c'est déjà exister

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Quintenas est située à 40km au Sud-Est de Saint Étienne, à 25km au Nord-Ouest de Tournon (voir son château) et à 8km au Sud de Davézieux.

 

   Coordonnées de l'église :

45° 11' 21" N 04° 41' 14"E
 45.189272°  4.687137°


 

 

L'église 

L'extérieur :

Le noir, c'est clair...... ou s'éclaire

* En arrivant au petit matin, le soleil rasant amplifie les ombres.

* C'est donc une église immense mais foncée que je découvre au centre de la petite commune.

* Avec un peu de patience, le moutier reçoit les rayons de Râ.

* Comme il est beau !

* Mais une question se pose :

Est il fortifié ?

 

 

Voyez vous tous les systèmes défensifs ?

Même l'ombre n'est point mon obstacle

* Le premier bâtiment que je vois n'est pas médiéval. C'est une verrue parallélépipédique sans originalité architecturale.

* Puis, mes yeux aboutissent sur le chevet dont la rondeur me fascine :

- Les nombreuses fenêtres, bien qu'étroites, me semble avoir été ouvertes "récemment".

- Les contreforts étroits et peu profonds ne montent pas très haut. Cela me fait imaginer que ce chevet à été rehaussé après sa construction.

- La différence de mystérieux entre le bas et le haut semble confirmer ma supputation.

- Sous le toit, je vois des fentes. J'en conclus qu'une salle de repli défensif existe.

* Le clocher décalé attire mon attention :

- Sa forme anguleuse le fait ressembler à une tour défensive.

- Ses fines ouvertures confirment l'aspect défensif.

- Si la partie basse date du 12ème siècle, son "sommet", composé de trois parties architecturales avec une flèche, est plus récent.

* Puis, vient à moi (ou presque) la nef.  Avec ses ouvertures verticales (archères) sous le toit, j'ai la confirmation qu'une salle de repli défensif a été aménagée, certainement au Moyen Âge.

 

Que voila des vagues défensives uniques !

 

Au soleil.... tout est lumière !

* En un bond, je passe de l'autre coté.

*  Puisqu'il n'était pas fascinant coté ombre, évidemment, je me désintéresse du long bâtiment anguleux au fond.

* La nef par contre me fascine. Sur cette face, elle montre de nombreuses arches reposant sur des contreforts.

* J'ai l'impression de voir.....

.... hooo, ce n'est pas qu'une impression.....

..... des encoules !

* J'avais déjà vu ce type d'architecture défensive à Saint Andiol et aux Saintes Maries de la mer. J'avais lu que cette curiosité ne se voyait qu'en Provence.

N'est ce pas incroyable ?

 

 

Un portail qui me transporte.... Aie

* Pour mieux comprendre cette nef asymétrique, je prends un peu de recul.

Quelle incroyable surprise !

* La façade d'entrée est très défensive. Elle se compose : Il fallait montrer patte blanche pour entrer

- Sur la gauche, une échauguette sur culots.

- Au centre, au dessus de la porte, la classique et efficace bretèche.

- A droite... heu... rien (Encore une asymétrie volontaire ou causée par les reconstructions ?).

- Au sommet, un crénelage.

* Lentement j'avance vers la porte, en vérifiant qu'aucun défenseur me surveille.

 

 

L'intérieur :

Sans surprise

* Je pousse la porte.

* Elle grince.

* L'intérieur me paraît sombre.

* Mes yeux s'habituent à l'obscurité.

* Je ne vois aucune porte "secrète" pour monter dans la salle de repli.

* Je rebrousse chemin quand je vois........

 

 

Avec surprise

    ..... une bande noire sur des piliers

* Cette curiosité sombre coure partout.

* Elle serpente dans les fenêtres bouchées, sur les colonnes et les fenêtres avec vitrail.

* Je vous ai déjà montré ces peintures.

Vous souvenez vous du nom ?

* Ce sont des litres seigneuriales.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église et d'un prieuré.

* Après la famine de 1315, puis la peste de 1340, Quintenas est un village mourant autour de son église.

* Au 14ème siècle, élévation du clocher sur la base d'une construction vieille de 2 siècles.

* Vers 1364, à cause des méfaits de la Guerre de Cent Ans, les habitants de Saint Jeur d'Ay demandent à leur seigneur Briand de Retourtour l'autorisation de fortifier leur église. Quintenas faisant partie de la même paroisse, les historiens supposent que cette église a aussi été fortifiée à la même date.

* Vers 1370, les Tuchins attaquent la petite cité.

* En 1376, la seigneurie est possession de la famille de Tournon.

* A la fin du 14ème siècle, le prieuré est transformé en château.

* Au milieu de 15ème siècle (?), Quintenas est entouré d'un rempart.

* En 1528, la réforme Luthérienne est prêchée dans le Vivarais, surtout à Annonay.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de religion, les Huguenots attaquent la commune puis s’emparent de l'église et du château.

* Quelques temps après, les Huguenots quittent la ville en saccageant l'église et le château.

* En 1586, entre les guerres, la peste et la famine, les habitants ne peuvent pas reconstruire leur église.

* En 1598, après la signature de l’Édit de Nantes, les malheurs cessent. Lentement Quintenas revit.

* Au 17ème siècle, l'église est consolidée puis reçoit de nombreuses modifications :

- Ajout d'une chapelle,

- Installation d'un tabernacle architecturé, agrémenté de quatre statuettes et surmonté d'une exposition.

* En 1644, la seigneurie est possession de la famille Levis de Ventadour.

* Au 19ème siècle, l'église étant en mauvais état, de nombreuses modifications sont réalisées.

* En 1910, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 1942, le tabernacle est classé aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre aux Liens) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Est ce une église ou un château fort ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2018 2 23 /10 /octobre /2018 07:50

 

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Quelle merveilleuse surprise !

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Martin de Valamas est située à 40km à l'Est-Sud-Est de Le Puy en Velay, à 35km à l'Ouest de Valence, à 20km au Sud-Ouest de Lamastre (voir son château) et à 5km au Nord-Ouest de Le Cheylard (voir son château).

 

   Coordonnées du prieuré :

44° 56' 12" N 04° 22' 08" E
 44.9365855337°  4.3688678742°

 

 

 

Le prieuré 

L'extérieur :

Définition

Qu'est ce qu'un Prieuré ?

* Le prieuré est souvent une abbaye de moins grande taille, menée par un prieur, lui aussi souvent rattaché à une abbaye.

* C'est un "moyen" d'ancrer le Christianisme dans une vallée reculée.

* Par les dons, les droits et les impôts, c'est une des multiplies solutions pour acquérir de l'argent.

 

Encorbellement et échauguette sont les merveilles offertes ! 

 

La découverte

* En arrivant par l'une des routes venant du Sud-Est ou du Sud-Ouest, le touriste, même pressé, ne peut pas manquer de voir sur la gauche, cette construction dans une rue en angle.

* La forme cubique et anguleuse tour est adoucie par la ronde échauguette.

* Derrière votre écran, je vous entends dire :

A quoi servaient les 2 pierres en encorbellement ?

* Bonne question.

* N'imaginant pas que des latrines aient pu être implantées coté Sud, mon hypothèse est que ce fut une bretèche (voir vocabulaire).

 

 

 La façade Est

* Avec impatience, je contourne le bâtiment.

* L'autre façade montre une autre échauguette d'angle et deux bretèches.

Avez vous remarqué la base ?

* La construction est posée sur le rocher.L'autre face est aussi défensive

 

 

Où est l'entrée ?

* Avec envie, je frôle, je touche, j'enserre (virtuellement) cette fascinante construction.

* La dernière façade montre une ronde construction que je suppose être : Une tour escalier.

* Sous le toit, je remarque des ouvertures de guet correspondant à une salle de repli accédant aux échauguettes et aux bretèches.

* La porte est au bout du petit escalier extérieur.

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la propriété privée n'est pas visitable.

* En reprenant le chemin du retour, je suis interpellé par une autre construction.

  

 

 

Un maison forte 

* De l'autre coté de la rue, en alignement du prieuré, une façade de maison d'habitation attire mon attention.

* Elle possède en son centre une construction en encorbellement posée sur une console triple.

* Je suppose qu'avant l'agrandissement de la route et la privatisation des lieux, ce bâtiment appartenait au prieuré.

* L'ensemble formait une entrée au bourg et, peut être, un péage.

* Cette maison n'étant pas visitable, je me console en rêvant à l'autre site médiéval fortifié de la commune : Le château de Rochebonne.

 

 

 

Le diaporama du prieuré fortifié est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du prieuré :

* Au 11ème siècle, les moines de l'abbaye du Monastier Saint-Chaffre fondent un prieuré.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le prieuré est fortifié.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route et le petit parc. La visite de l'intérieur des propriétés privées est impossible.

 

 

Quel magnifique symbole de maison forte

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
10 août 2018 5 10 /08 /août /2018 22:58

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

Ces pierres sentent la poussière médiévale

 

 

 

Le bourg :

     Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Beauchastel est située à 30km au Nord de Montélimar (voir son château), à 15km au Sud-Sud-Ouest de Valence et à 4km au Nord de La Voulte sur Rhône (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

44° 49' 40" N 04° 47' 48" E
 44.827841°  4.796026°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

La haut... sur la colline

* Au sommet d'une petite colline proche de la commune, une grise construction attire l’œil.

* De loin, elle semble protégée par un rempart.

* Mais de près, je constate que c'est un mur en pierre refait, sans archère, sans âme médiévale.

* En avant, le bourg castral se devine.

 

 

Voyez vous des systèmes défensifs ?

J'en reprendrai bien un doigt

* J'avance en direction du "doigt" pointé vers le ciel.

* Après une courte montée, une plateforme m'accueille.

* Presque au centre, isolée, une haute construction m'impressionne.

* Ma documentation affirme que ce fut le donjon.

* Avec sa forme carrée, il est fort probable qu'il date du 12ème siècle.

* Ne voyant aucune archère, ma supputation se confirme.

 

 

 

L'intérieur :

Épaisse ou grosse ?

* L'avantage d'une ruine, c'est qu'elle montre ses entrailles.

* En contournant le donjon, je vois l'épaisseur des murs.

* Ils font moins d'un mètre. C'est peu comparé à certains autres donjons.

* Mais il est important de comprendre qu'avec les gravas amassés depuis des siècles, la plateforme s'est élevé. Donc, ce que je regarde n'est pas la base de cette tour de repli.

 

 

Le vide est plein.... d'enseignement

* En un bond, je suis à l'intérieur.

* Cela ne signifie pas que j'ai sauté en hauteur pour atteindre la porte.

* Comme un coté du donjon a disparu, il est possible de voir les entrailles.

Que pouvez vous me dire sur cet intérieur ?

1 - Il n'y a pas de trace d'escalier intérieur.

- L'accès aux étages était possible par une échelle en bois amovible.

2 - Il n'y a pas de trous pour les poutres dans les étages inférieurs.

- Ces étages sont uniquement planchéiés.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château.

* En 1179, Odon, évêque de Valence, accorde l’usufruit de ce château à son neveu Odon de Retourtour et à ses héritiers. A charge pour eux de tenir Beauchastel en fief rendable de l’Église de Valence.

* Au 13ème siècle, une église castrale (?) est citée dans un texte.

* En 1224, Aymar II de Poitiers, Comte (voir titre de noblesse) de Valentinois, et son fils Guillaume reconnaissent tenir Beauchastel en fief rendable de l’Église de Valence.

* En 1244, Aymar III de Poitiers, Comte de Valentinois, ne rend pas hommage à Philippe de Savoie, évêque de Valence, pour plusieurs châteaux dont Beauchastel. Un arbitrage donne raison à l'évêque.

* En 1247, Hugues de Retourtour cède à son fils, Maurice de Retourtour, plusieurs terres dont celles de Beauchastel.

* Vers 1289, Odon et Armand de Retourtour sont seigneurs de Beauchastel.

* En 1592, le site castral est déclaré en ruine.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Bien que le site soit sécurisé, il est bien d'être prudent.

 

 

La nuit tombe, je vais dormir dans le château

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

les lumières du petit matin transforment le château

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Meyras est située à 60km au Sud-Ouest de Valence, à 40km Est-Sud-Est de Langogne et à 10km au Nord-Est d'Aubenas.

 

    Coordonnées du château :

44° 40' 13" N 04° 17' 11" E
 44.670180°  4.286389°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Préambule

* Pour certains, une ruine castrale est la trace d'un passé lointain.

* Pour d'autres, c'est une construction romantique.

* Mais pour moi, parfois, c'est un choc, un étonnement sans limites.

* Voici l'histoire d'un Chevalier Dauphinois aux yeux ébahis.

 

 Mon Graal est au sommet d'une colline aplanie

Pourquoi est-il là haut ?

* "Il est là haut" me souffle mon destrier.

* Connaissant depuis des siècles mon fidèle destrier, je comprends que je dois descendre de "sa" selle. C'est à pieds que je dois gravir la colline.

* Si pour Napoléon au sommet de la pyramide d’Égypte, 40 siècles le contemplent, pour votre Chevalier, entre la rivière Ardèche et la base du château, 80 mètres sont à grimper.

 

 

Analyse des défenses de loin

* D'après ma documentation ainsi que l’observation sur le terrain, je distingue 3 niveaux de défense :

- Un rempart extérieur entourant l'ensemble.

- Un rempart coté Sud protégeant le château.

- Un ensemble défensif avec porte unique pour entrer dans la haute-cour.

* Le plus fascinant est que plus j'avance, plus je voyage dans le passé.

* Je vous explique :

- Le rempart le plus récent est loin du château, donc proche de moi,

- La construction la plus éloignée de moi, le donjon, est la plus ancienne.

 

  Quelle merveille !

Que d'évolutions !

* Ce château ayant subi de nombreuses modifications durant les siècles, il n'est pas facile d'en comprendre l'architecture.

* Grâce à ma documentation, je vous "offre" ce dessin.... en espérant que vous fassiez le lien entre mes images du 21ème siècle et son architecture au 17ème siècle.

 

 

La Première

* En découvrant la 1ère façade, les yeux sont attirés par ce long hourdage marron.

* Bien que cette construction en bois ne soit pas d'époque, elle donne le ton de ce château défensif.

* Dans l'angle, l’architecture unique de la haute et puissante échauguette, posée sur des consoles triples, m'interpelle.

Pourquoi est elle si imposante ?

* Je pressens que cette construction est une tourelle d'angle.

 

 

La Deuxième

* La 2ème façade me transporte dans le moyen âge guerrier : Que de puissance et de modifications sur cette façade !

- Il y a d'abord (sur la droite) le haut mur crénelé aux nombreuses archères (hélas, les échafaudages masquent ces merveilles défensives).

- Puis, une haute tour carrée (à droite) presque borgne, mais avec une plateforme de guet au sommet.

- La tour et le bâtiment à gauche, n'ont pas été construits à la même époque. La séparation le prouve, puis les pierres sont différentes.

Avez vous remarqué la petite tour ronde ?

- Cet ensemble de constructions à gauche est surprenant :

-- D'abord, ils sont posés sur des rochers .

-- Puis, ils ne sont pas alignés.

-- Ensuite, il y a cet arc, presque comme une trompe, qui doit porter des latrines.

-- Enfin, la salle de guet au sommet avec ses ouvertures fermées par des huchettes (je vous en ai déjà montrés en Suisse au château d'Aigle).

 

 

La troisième

* Cette façade est surprenante :

- Avec ses chaînages d'angle peu "qualitatifs".

- Avec ses grandes ouvertures (cela est justifié car cette face est coté ravin).

- Avec ses hautes archères.

- Avec ses créneaux.... certainement reconstruits récemment.

 

 

Les archères droites tapissent le mur

L'intérieur :

Introduction

* Le jour de ma venue, hors période touristique, le site n'était que partiellement ouvert.

* Qu'importe, le plaisir est intense

 

 

Rapide découverte

* Avec envie, je traverse la porte donc les années ont supprimé ses systèmes défensifs.

* La cour qui m'accueille est plein de rêve (avec les archères).

* De nombreux bâtiments reconstruits offrent une idée de la vie dans un château du Moyen Âge.

* Les intérieurs offrent une ambiance mais aussi des odeurs de pierre et bois.

* Le panorama est toujours la cadeau ultime d'un site fortifié de "mon" Moyen Âge.

 

 

Conclusion

* Ce château est une merveille qu'il faut déguster.

* Je me dois d'y revenir pour une visite complète.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Certains archéologues supposent que ce site portait un fort Romain au début du premier siècle.

* A la fin du 11ème siècle (à vérifier), construction d'un château autour d'un puissant donjon carré. Il est possession de la famille Solignac.

* En 1244, Guillaume de Jaujac rend hommage au chapitre du Puy pour son castrum et le mandement de Meyras.

* Au milieu du 13ème siècle (1270 ?), Janiage de Jaujac, fille de Hugues de Jaujac, épouse Guigues IV de La Roche-en-Régnier.

* En 1272, dans son testament, Pons V (à vérifier) de Montlaur, seigneur d’Aubenas, exige la restitution de tous les droits du castrum de Meyras à Guigue IV de La Roche-en-Régnier (à vérifier), son neveu.

* En 1275, Héracle de Montlaur, frère de Pons V, rend hommage à l’évêque du Puy pour le château et les terres de Meyras.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent du château et le vendent. Il est transformé en carrière de pierres.

* Au début du 19ème siècle, le château est noté "très en ruine".

* Au 19ème siècle, le château de Meyras est renommé : Château de Ventadour.

* En 1937, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Vers 1960, une association de sauvegarde commence des travaux de consolidation.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. L'entrée dans le château est payante. Renseignez vous sur les dates d'ouverture. N'oubliez jamais qu'un site médiéval en reconstruction offre parfois quelques pièges pour les enfants, soyez toujours prudents.

 

 

L'ombre emporte les secrets du château

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
12 mai 2018 6 12 /05 /mai /2018 08:11

 

 

Quel magnifique spectacle à travers les arbres

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Gilhoc sur Ormèze est située à 45km au Nord-Nord-Ouest de Montélimar (voir son château), à 25km au Nord-Est de Le Cheylard (voir son château) et à 20km Ouest-Nord-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 59' 25" N 04° 38' 54" E
 44.990355°   4.648282°

 

 

 

Le château :

L'extérieur : Que voila un solide bâtiment fortifié

L'errance

* Après avoir visité de loin le château de Solignac, mon destrier m'emmène sur une route sinueuse.

* Soudain, ce merveilleux quadrupède, qui me porte et me supporte depuis des années, stoppe.

* A travers les arbres, apparait un site castral.

* Il est beau, il est magnifique, il est fascinant, il est.....

* Mais, je me dois de reprendre par le commencement.

 

 

Remparts ?

* Le château est posé sur une petite butte entourée de champs qui devaient être seigneuriaux il y a quelques siècles.

* Proche et en contrebas, une petite rivière coule.

* Il semble évidement que ce cours d'eau ne pouvait pas alimenter des douves.

Comment était protégé le château ?

* Je vois un indice ici.

* Mais la faible hauteur du mur, son épaisseur "ridicule" me fait penser à une reconstruction.

 

 

Hautes courtines, tours d'angle... Magnifique architecture !

Les tours

* La tour de gauche (au Sud-Est) possède de grandes ouvertures sur plusieurs étages.

* Avec un peu d'attention, je remarque que ce sont des canonnières avec un ébrasement pour tir vers le bas

* Au sommet, la construction en encorbellement est système d'aisance nommé : Les latrines.

* Conséquence : Le sommet devait être habité ou plutôt être la salle de guet.

** La tour de droite (au Nord), bien que ronde comme sa consœur, est différente.

** Elle arbore des consoles ayant porté un chemin de ronde avec mâchicoulis. La porte d'accès a été bouchée.

** Je suis surpris de ne pas voir de trace des mâchicoulis sur la gauche coté courtine.

*** La tour au fond, (coté Nord-Ouest) est surprenante par son petit diamètre.

*** Il semble que sa fonction soit une tourelle de guet.

*** Lentement je la contourne.

**** La végétation est dense et ne me permet que de voler rapidement une image sur...... une autre tour sur la façade Ouest.

**** Les mâchicoulis sous le chemin de ronde sont intacts.

 

 

Les courtines La courtine est protégée par les rondes tours d'angle

* Évidemment entre chaque tour, il y a les courtines.

* Pour le confort des habitants du site, les façades ont été adoucies, des fenêtres ont été percées.

* Les fenêtres aux dimensions différentes, les ouvertures bouchées trahissent une évolution de l'architecture sur plusieurs siècles.

 

 

L'intérieur :

La fin de l'un est le début de l'autre

* La propriété privée n'est pas ouverte à la visite.

* Je repars vers une autre aventure.

 

 

Conclusion

* Je vous ai un peu menti.

* Je viens de m'enthousiasmer pour un château construit au 17ème siècle, mais utilisant les pierres ainsi que l'emplacement (théorique) d'un château du moyen âge.

Acceptez vous cette traîtrise dans ce blog ?

 

 

 

Le diaporama du château est visible ici.

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 15ème siècle (?), construction d'un château défensif appartenant à 2 frères : Jean et Pierre des Boscs. Il semble qu'avec leur famille ils habitaient en ce domaine, mais il n'existe aucune trace de leurs habitats réels (2 résidences en une ?).

* Au 16ème siècle (suivez bien le récit, car les prénoms sont similaires) :

- Jean des Boscs a un fils nommé Antoine. Ce dernier donne naissance à un fils nommé Pierre.

- Pierre des Boscs a un fils nommé Bernard. Ce dernier a un fils nommé.. (heu... Pierre ?)

* En 1514, Jean des Boscs épouse Jeanne Gautier.

* En ???, Jeanne donne naissance à un héritier nommé : Pierre.

* En 1591, Pierre vend ses parts (ou son domaine) à son cousin Pierre.

Nota : J'espère ne pas avoir commis d'erreur dans tous ces prénoms identiques.

* Au 17ème siècle, le château est reconstruit par Pierre des Boscs.

* En 1672, Henri des Boscs, petit-fils de Pierre des Boscs, est assassiné par deux frères : Antoine et Jean Reboullet d‘Urbillac.

* Au 18ème siècle (1783 ?), la famille de Fay-Solignac, originaire de la région du Mézenc, achète le château.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. L'accès au sentier du château ainsi que la visite de l'intérieur sont impossibles. Veuillez respecter la tranquillité du site.

 

 

Ces vestiges de mâchicoulis sentent bon le Moyen Âge

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 07:55

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Je vois 2 constructions fortifiées !

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Gilhoc sur Ormèze est située à 45km au Nord-Nord-Ouest de Montélimar (voir son château), à 25km au Nord-Est de Le Cheylard (voir son château) et à 20km Ouest-Nord-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 58' 32" N 04° 39' 28" E
 44,975390°  4,657794°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Loin et si proche

* A 3 kilomètres au Sud-Ouest de Gilhoc sur Ormèze, un ensemble de bâtiments en contrebas de la route menant vers Saint Barthélémy Grozon, attire mon attention.

* La curiosité de ce château est qu'il est positionné en bas de la route, ce qui est illogique pour une fortification médiévale.

* Mais en regardant la topologie du terrain, je remarque qu'il est construit sur une bosse au dessus d'une petite rivière formant vallée.

* Le site semble divisé en 2 parties.

 

 

Quel magnifique bâtiment défensif et d'habitation

A droite.... C'est partiel

* Le vestige de droite est assez entier pour le comprendre et assez partiel pour le comprendre (je sais, je me répète).

* Sa superficie est importante. Ce ne fut pas une simple fortification de garde.

* Je pressens que la construction possédait au moins 4 niveaux.

* Même si la végétation attaque les vestiges, je peux voir :

- Des murs épais, bien que l'épaisseur ne soit pas impressionnante.

- Les pierres sont de multiples dimensions et les joints sont très importants.

- Seul le parement d'angle est propre.

- Des axes de circulation.

- Des archères droites.

- Des fenêtres.

 

 

Pensez vous que la base soit médiévale ?A gauche..... C'est entier

* Les 2 bâtiments sur la gauche m'intriguent.

* Celui en avant semble avoir été entièrement refait. Je ne peux pas me prononcer sur son origine médiévale.

* Par contre, celui en arrière plan montre :

- Un rempart accroché à sa paroi.

- Des trous de boulin (voir vocabulaire).

- Sur le coté, une ronde tour.

- Sous le toit, des ouvertures pour une salle de repli (?).

* Cette construction ressemble à une maison forte construite après le château.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas ouverte à la visite.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle (1083 ?), Aymon de Solignac est témoin pour un don fait par Jocerand de Lamastre (voir son château) aux moines de Romans.

* Au 12ème siècle, construction du château défensif.

* En 1152, Pierre de Solommiac est cité dans un texte de donation (les historiens s'accordent sur le nom exact : Pierre de Solignac).

* En 1187, Pierre de Solignac est un des témoins de la vente faite par Pons Girbert au  Templiers de Valence.

* En 1215, Arnaud de Solignac est cité dans un texte comme témoin d'une vente.

* En 1291, Aymon de Solignac signe un accord avec les Templiers de Valence au sujet d’une terre proche de Grozon.

* En 1376, Guillaume de Solignac est propriétaire du château et des terres.

* A la fin du 15ème siècle, un texte affirme que le château est habité.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est impossible. Veuillez respecter la tranquillité du site et de ses habitants.

 

 

La vue est magnifique sur le site castral

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0