12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 08:50

 

 

     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

 

Département 94 - VAL DE MARNE

 

 

 

 

Ce donjon Royal est plus blanc que blanc !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Vincennes est située à 8km à l'Est du centre de Paris, au pied de la sortie de métro nommée : Château de Vincennes.

 

    Coordonnées du château :

48° 50' 33" N 02° 26' 08" E
 48.842568°  2.435494°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

* Avant de pénétrer dans le château, il est préférable d'en faire le tour extérieur à pied.

* Une promenade de 1100 m permet de mieux se rendre compte dans quel esprit il a été réalisé.

 

 

Le mur d'enceinte

* Le long mur d'enceinte résulte d'une volonté de Charles V (voir liste des rois) qui était de faire de Vincennes une cité fortifiée, renforcée de neuf tours qui avaient au 14ème siècle 40 m de hauteur et servaient simultanément de logis et d'éléments défensifs.

* Ce sont elles que l'on peut encore voir dans l'iconographie des "Riches Heures du Duc de Berry".

* C'est à l'initiative de Napoléon Ier que sept d'entre elles furent dérasées à la hauteur de la muraille d'enceinte pour recevoir des canons quand il décida de transformer Vincennes en place-forte militaire.

 

 

Enceinte coté Sud

 

 

Enceinte coté Sud

* Coté Sud, on a de l'esplanade du château une vue sur les fossés ceinturant l'ensemble et la tour du Bois, prolongée de part et d'autre par le portique qui ferme l'enceinte entre la tour du Roi au premier plan et celle de la Reine à l'extrémité.

* Seule la tour du Bois, au centre, a évité le dérasement ordonné par Napoléon.

* La petite colonne à la base de la tour carrée situe l'endroit où fut fusillé le Duc d'Enghien en mars 1804, à coté de la tour de la Reine.

 

 

Enceinte coté Est

* Coté Est, le long du cours des Maréchaux, la muraille qui plonge dans le fossé comporte cinq tours, toutes dérasées.

* En arrière-plan de celle-ci, la façade arrière du pavillon de la Reine.

 

 

La tour du Village

Enceinte coté Nord

* Enfin, sur le coté Nord, se situe l'entrée principale du château qui se fait par la tour du Village, haute de 42 mètres.

* Comme la tour du Bois au Sud, elle a échappé au dérasement général des tours externes sous Napoléon 1er.

* Les statues qui surplombaient le portail ont disparu, par contre le pont-levis et les rainures dans la pierre recevant ses bras de manœuvre sont encore bien là.

* Au Moyen-Âge, cette tour servait de résidence aux gouverneurs de Vincennes. 

* Franchissons cette entrée pour une visite des différentes constructions du château.

 

 

 

L'intérieur :

La basse cour

* Après avoir franchi la tour du Village, on pénètre dans une vaste enceinte qui, dans l'architecture féodale constitue la basse-cour.

* Les premiers bâtiments à droite et à gauche de l'allée centrale de la cour sont des bâtiments à usage administratif dont le seul intérêt est de situer l'emplacement du manoir primitif du 12ème siècle qui a progressivement été détruit à partir du 17ème siècle.

* Mais notre marche nous fait respecter la chronologie des constructions de Vincennes puisque la haute silhouette du donjon apparaît sur la droite.

* Là encore, on retrouve le schéma constructif classique du 14ème siècle :

- Une première défense, un fossé (en eau à l'époque),

- Et immédiatement après, le Châtelet constituant son entrée. C'est de lui que part le rempart, surplombé de son chemin de ronde délimitant la haute-cour.

* Nous en voyons ici sa façade postérieure prise de la haute-cour.

* Le Châtelet, flanqué de deux tours à mâchicoulis, assurait la garde du pont-levis. Charles V (voir liste des rois) y avait installé son cabinet de travail d'où il avait vue, par une haute fenêtre, sur la basse-cour.

* De là une passerelle donne accès au premier étage du donjon.

 

 

Un donjon enchemisé

Le donjon

* Le donjon, proprement-dit est une tour de 52 mètres, flanquée de quatre tourelles aux angles.

* L'éperon, visible sur la gauche contenait des latrines, une garde-robe et un petit oratoire.

* Il est ceinturé par son propre fossé, surmonté sur son coté interne d'une muraille avec en tête un chemin de ronde couvert et mâchicoulis.

* Des petites tourelles en léger surplomb, couvertes de toits en poivrière, sont situées aux quatre angles.

* Pour la petite histoire, c'est à partir du chemin de ronde que le Duc de Beaufort, un des chefs de la Fronde, incarcéré à Vincennes sur ordre du Cardinal Mazarin s'évada en se laissant glisser le long d'une corde en 1648.

* Corde hélas trop courte, de telle sorte que le Duc dut se laisser choir dans le fossé d'où il fut récupéré par ses sbires. 

 

 

Généralité sur le donjon

* Le Donjon comporte un rez-de-chaussée et 5 étages, tous, sauf le 5ème, bâtis selon le même principe :

- Une grande salle voûtée avec un fort pilier central occupant le milieu de celle-ci,

- Et quatre petites pièces aménagées dans les tourelles d'angle.

 

 

Plafond du 2ème étage

L'intérieur du donjon

* Les salles du rez-de-chaussée constituaient des locaux de service.

* Le premier étage, où l'on accède directement par une passerelle, était celle des réceptions royales et où siégeait le conseil du roi.

* Le deuxième étage, où l'on accède par un large escalier en pierre, était la chambre du Roi, où vécut Charles V et où, selon la tradition, moururent Henri V d'Angleterre et le roi Charles IX.

* Le troisième étage était la chambre des enfants royaux. C'est là également qu'étaient incarcérés les prisonniers de marque (Condé, le prince de Conti, le duc de Longueville et Diderot entre autres).

* Les quatrièmes et cinquièmes étages servaient de dépendances.

* Il faut s'imaginer ces murs, actuellement nus, dans leur décoration de l'époque avec des plafonds et murs totalement lambrissés en chêne et revêtus de somptueuses tapisseries.

* Quand le roi d'Angleterre (Henri V) mourut ici d'une dysenterie, en 1422, sont corps fut préalablement bouilli dans la cuisine du rez-de-chaussée avant d'être ramené dans son pays.

*  Mirabeau fut, pendant trois ans, incarcéré dans l'une des tourelles d'angle du premier étage.

 

 

La Sainte Chapelle

 

 

La Sainte Chapelle

* En face du donjon, la Sainte-Chapelle fut commencée vers 1300 et achevée par Philibert de l'Orme pendant le règne de François 1er.

* Bien que construite pour l'essentiel en pleine Renaissance, l'édifice est du style gothique flamboyant.

* Observons la disposition originale de ces deux galbes dont l'un surplombe la porte et le second, plus grand, la rosace du pignon encadré de deux tourelles se terminant par des clochetons finement sculptés.

* La flèche a été supprimée au 18ème siècle.

 

 

La Sainte Chapelle et le portique Nord

C'est la fin

* Achevons cette visite de Vincennes par la Résidence Royale, un château à part dans ce vaste ensemble, situé à l'extrémité Sud de la grande cour et volontairement isolée de la partie médiévale par son portique Nord, voulu par son architecte, Le Vau, le premier architecte de Versailles.

* Deux constructions bordent la cour d'honneur :

- Le pavillon du Roi à l'Ouest, le premier construit au milieu du 17ème siècle,

- Et le pavillon de la Reine à l'Est.

* Deux vastes constructions classiques comportant deux étages nobles et un troisième en attique, et dont les travées sont rythmées par de forts pilastres doriques.

* Les deux portiques Nord et Sud qui les rejoignent ont eux-mêmes leur histoire :

- Le portique Nord a été détruit au 19ème siècle et reconstruit à l'identique.

- Le portique Sud qui avait remplacé l'ancienne muraille du Moyen-Âge, s'était trouvé englobé dans une casemate en 1840. Il a été retrouvé presque intact, lorsque les Allemands ont dynamité celle-ci en 1944, et reconstitué dans son état d'origine, notamment le portail d'honneur en forme d'arc de triomphe et ses deux suites d'arcades de part et d'autre ouvrant des vues sur le bois. 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, la Couronne Royale de France achète la forêt de Vincennes aux moines de l'abbaye de Saint-Maur.

* Au 12ème siècle, sous les règnes de Louis VII (voir liste des rois) et de son fils Philippe-Auguste, il est fait mention d'un manoir à l'emplacement du château actuel.

* Au 13ème siècle, le roi Louis IX fait entamer les fondations d'une chapelle gothique qui ne sera achevée que sous François 1er

* En 1274, Philippe III Le Hardi se marie à la chapelle.

* En 1284, Philippe IV Le Bel se marie au château.

* Dans le 1er quart du 14ème siècle, les trois fils de Philippe IV Le Bel (Louis X, Philippe V et Charles IV) décèdent au château. 

* En 1328, c'est la branche des Valois qui succède aux Capétiens. Ils vont être les bâtisseurs de Vincennes.

* Vers 1336 (à vérifier), le roi  Philippe VI entreprend la construction du donjon.

* En 1337, début de la Guerre de Cent Ans.

* En 1338, à Vincennes, naissance du futur roi Charles V.

* En 1340, arrêt des travaux car le roi doit faire face à une bataille navale perdue et l'année suivant, la guerre de succession de Bretagne.

* En 1361, Charles V  fait reprendre les travaux du donjon.  C'est le premier roi à partager sa vie entre le Louvre et Vincennes.

* En 1363, construction de l'enceinte avec ses 9 tours.

* En 1371, donjon et enceintes sont terminés.

* Au 16ème siècle, les rois de la Renaissance délaissent quelque peu Vincennes au profit de Fontainebleau, Saint-Germain et des châteaux de la Loire. François 1er y fait cependant achever la chapelle royale.

* En 1554, inauguration de la chapelle Royale par Henri II (voir liste des rois).

* Au début du 17ème siècle, le donjon, jugé trop inconfortable, est définitivement abandonné comme résidence royale par les souverains. Deux grands corps de logis sont construits au Sud-Ouest et Sud-Est, adossés au mur d'enceinte :

- Marie de Médicis fait édifier le premier qui deviendra le pavillon du Roi.

- Louis XIV lui donne son vis-à-vis, le pavillon de la Reine, cinquante ans plus tard.

* En 1661, à Vincennes, décès de Mazarin.

* Vers 1682, c'est cependant la fin de Vincennes en tant que résidence royale, bientôt abandonné par Louis XIV au bénéfice de Versailles. Le château abrite dès lors temporairement une fabrique de porcelaine.

*  Dans le troisième quart du 18ème siècle, Louis XVI songe à mettre en vente "ce château qui n'est bon à rien".

* A la fin 18ème siècle, Napoléon va lui donner une vocation militaire. Toutes les tours du mur d'enceinte sont arasées à la hauteur des courtines. Le vieux manoir des Capétiens est totalement détruit. Les ouvertures extérieures sont bouchées. Vincennes devient un arsenal et un ouvrage de défense.

* Au 20ème siècle, restauration des deux grands pavillons, du Village au Nord et du Bois au Sud, redonnant son lustre à la grande cour intérieure ainsi qu'à l'aspect extérieur du château par le rétablissement des fossés. 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est possible après un droit de passage en pièces sonnantes et trébuchantes. Renseignez vous sur les horaires et jours d'ouverture.

 

 

6 siècles d'architecture Royale, religieuse et militaire

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables   Cliquez pour aller au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux du Val de Marne

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 07:30
michel-j-01  

 

Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02 ;

 

 

Département 91 - ESSONNE

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Le Val Saint Germain est située à 39km au Sud-Ouest de Paris, à 25km au Sud-Est de Rambouillet et à 14km à l'Ouest d'Arpajon.

 

   Coordo  nnées du château :

48° 34' 33" N 02° 06' 07" E
 48.575727°  2.102079°

 

 

 

 

Miroir, joli miroir.. Suis je le plus beau ?

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

* Le but de ce blog est de décrire les constructions médiévales fortifiées, c'est à dire, tous bâtiments dont une des pierres a été posée avant 1492, date convenue de la fin du Moyen Âge.

* Tous les châteaux ne sont pas devenus des ruines romantiques avec l'arrivée de la Renaissance. Nombre d'entre eux ont continué à vivre et à évoluer.

* Voici un exemple "extrême" d'une construction médiévale devenue un magnifique château "récent".

* J'espère que vous comprendrez la raison de cet article "hors norme" sur mon blog de ruines.

* Je laisse maintenant la place à messire M.J.

 

 

Façade Ouest, vue du Grand Canal

La découverte

* Une très grande solennité se révèle dans cette construction établie sur un plan rectangulaire et dont la façade Ouest se reflète dans un immense miroir d'eau.

* Deux ailes de cinq travées se raccordent sur un corps central de trois travées, surmonté d'un dôme, et précédé d'un péristyle à fronton triangulaire.

* Le piano nobile est visiblement ici le rez-de-chaussée.

* Les fenêtres de l'étage sont de dimension plus modeste, et même en attique dans le péristyle. 

 

 

Le raffinement

* Établi sur une plate-forme entourée d'eau, la cour d'honneur correspond à celle du château antérieur dont elle semble avoir conservé les deux petits pavillons à base carrée à ses deux angles Nord-Ouest et Sud-Ouest.

* L'architecture, due à Jean-Benoît Barré, laisse apparaître un extrême raffinement :

- Une longue corniche, à modillons, court tout le long de la façade et est reprise dans la décoration du grand fronton central.

- Répondent à celui-ci quatre petits frontons aux extrémités des ailes du piano nobile.

* Entre les trumeaux qui séparent les baies, de courts éléments de frises sculptées et un grand bandeau séparent les deux niveaux.

 

 

Une tour médiévale

Les dépendances

* Un petit pont de pierre donne accès aux dépendances, établies sur une autre plate-forme, tout autant cernée par l'eau de la Remarde.

* Ces dépendances sont celles du troisième château du 17ème siècle dont l'architecture se différencie nettement de celle du château principal.

* De forts chaînages d'angles, en légère saillie et encadrant l'accès, limitent de sobres façades en pierre.

* Des toitures à la française d'où saillissent des lucarnes.

* Le gros colombier à l'angle Nord-Ouest, serait une réminiscence d'une des tours du château féodal d'origine.

* Ces dépendances abritent un musée consacré à Talleyrand, ce personnage incontournable durant la charnière des 18ème et 19ème siècle.

 

 

Façade nord des dépendances

La façade Nord

* Ces dépendances qui sont disposées sur trois des quatre cotés de la seconde plate-forme ont des dimensions impressionnantes, situant l'importance du domaine du Marais.

* Ce château qui n'est ouvert à la visite que les dimanches mérite cependant une visite, ne serait-ce que pour y venir jouir de son vaste parc arboré et visiter ses parties accessibles intérieures.

 

 

L'intérieur :

* Le salon où Talleyrand nourrissait ses intrigues avec la propriétaire des lieux, mais également la salle consacrée à cet autre politicien, Gaston Palewski, dont la carrière lui a fait côtoyer le général Lyautey au Maroc, puis Paul Reynaud et enfin le général de Gaulle dont il fut directeur de cabinet, durant les années de guerre.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un manoir féodal.

* Au 15ème siècle, un certain Antoine de Vigeais fait relever de ses ruines une première construction en faisant construire un deuxième château,

* En 1516, Jean Hurault, conseiller au parlement de Paris, achète le château

* Vers 1620, cette même famille fait construire un troisième château dont il ne reste actuellement que les communs.

* Au début du 18ème siècle, le domaine est acquis par Pierre Henri Lemaître.

* En 1767, le château est vendu à Jean Le Maître de La Martinière.

* En 1772, ce nouveau propriétaire fait table rase du château pour en faire bâtir un quatrième, sur les plans de Jean-Benoît Barré, dans la facture rigoureuse et solennelle des constructions de la fin de règne de Louis XVI (voir liste des Rois).

* En 1783, à la mort de Jean Le Maître,c'est sa nièce, Adélaïde Prévost, qui hérite du château. Elle est mieux connue sous son nom de femme mariée, Mme Lalive de La Briche.

* Au 19ème siècle,  elle tient salon au château du Marais et y reçoit des hommes de lettre, Florian, Sainte-Beuve, Mérimée, Chateaubriand… et surtout le charismatique Talleyrand qui fit ici la connaissance de Mme de Staël.

* A la fin du 19ème siècle, le château est acquis par le Comte Boniface de Castellane.

* Entre 1903 et 1906, le Comte (voir titre de noblesse) fait reconstituer les jardins à la française qui avaient été transformés en parc paysager au début du 19ème siècle.

* En 1906, son divorce d'avec son épouse Anna Gould qui avait financé ces somptueux travaux, amène finalement la transmission du domaine à la famille de Talleyrand-Périgord.

* En 1965, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la visite du château est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires.

 

 

Façade Ouest vue du Grand Canal

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux d'Ile de France

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2018 2 31 /07 /juillet /2018 06:30

 

   
michel-j-01    Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 75 - PARIS

 

 

 

Le bourg :

     Situation :   (--> le voir sur une carte) Ce bâtiment fut un château au Moyen Âge !

   Paris est situé ... en France. Étant la capitale, je ne me permettrai pas de vous la situer.

   Le Palais de Justice, la Sainte Chapelle et la Conciergerie se situe dans l'ile de la cité.

 

   Coordonnées du Palais de Justice

48° 51' 20" N02° 20' 45" E
 48.855496° 2.345702°

 

 

 

Le Palais :

       L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

   Le but principal de ce blog est de montrer toutes les constructions défensives d'origine médiévale, c'est à dire, toutes les constructions dont au moins une pierre a été posée entre 480 et 1492, période habituellement reconnue pour le Moyen Âge.

   Je suis conscient que ces bâtiments ont été tellement remaniés qu'ils ne ressemblent plus à un château fort. Mais ce n'est point une raison pour oublier leur histoire médiévale.

  C'est donc avec conviction que je vous offre cet article bien différent de "mes habituelles ruines ruinées".

 

 

 

La découverte

* De la rue de Lutèce, rue piétonne, on a une belle vue d'ensemble sur la cour d'honneur – la cour du Mai – du palais de justice, à coté de laquelle émerge la superstructure élancée de la Sainte-Chapelle.

 

  Est ce Versailles ?

 

La cour de mai

* L'ensemble des bâtiments de cette cour a été réalisé de 1783 à 1786 par les architectes Desmaisons et Antoine.

* Son nom est dû au fait que les clercs y plantaient un arbre en mai de chaque année.

* La belle grille en fer forgé, rehaussée de dorures a été réalisée à la même époque.

* Au fond de la cour, on accède par un vaste escalier à l'avant-corps du palais, aux quatre colonnes doriques supportant une architrave rehaussée de quatre statues allégoriques et d'un dôme quadrangulaire décoré à sa base par une sculpture figurant deux génies ailés encadrant un écusson aux armes royales.

* Avant de pénétrer en ces lieux, faisons en le tour.

 

 

  Quai des Orfèvres

Les bâtiments extérieurs

* L'aile du palais, à l'angle du boulevard du Palais et du quai des Orfèvres est finalement la plus récente. Elle a été réalisée par l'architecte Tournaire dans un style néo-classique entre 1911 et 1914.

* La corniche à modillons, la frise sculptée courant sous celle-ci et la décoration de la lucarne de l'angle n'en restent pas moins une démonstration du savoir-faire des constructeurs de cette époque.

* A ce bel exemple d'architecture, succède la sévère façade du quai des Orfèvres, abritant maintenant les locaux de la police judiciaire mais, au 18ème siècle, était le centre parisien de la joaillerie.

* En tournant dans la rue de Harlay (Président, propriétaire des terrains de la pointe de l'île de la Cité) on aboutit à la seconde entrée du palais, une nouvelle façade néo-classique due à l'architecte Duc au temps du second Empire.

 

 

 

Le vieux Palais  Restes remaniés du vieux palais de Philippe-le-Bel

* Enfin les façades des bâtiments longeant le quai de l'Horloge.

* Après cette façade néo-classique du 19ème siècle, à treize travées dont trois dans un avant-corps central, on découvre les restes remaniés du vieux palais de Philippe-le-Bel. 

- La première grosse tour ronde crénelée est la tour Bonbec. La question et la torture y furent ici pratiquées pendant des siècles et finissaient par délier les langues, d'où son nom.

- Les deux tours jumelles (tour d'Argent et tour César) commandaient l'entrée du palais. Le trésor de la couronne était gardé dans la première. Pendant la Terreur, le procureur Fouquier-Tinville logeait dans la seconde.

- Enfin la tour de l'Horloge, à l'angle du Quai et du boulevard du Palais, a été édifiée au 14ème siècle.

* Quant aux façades entre ces tours, elles résultent de remaniements ou de placages néo-gothiques de l'architecte Duc, au 19ème siècle.

* La tour de l'Horloge reçut en 1370 la première horloge publique de Paris. Germain Pilon (1540-1590) a réalisé les sculptures qui encadrent le cadran.

 

 

 

Commençons la visite intérieure par la Conciergerie - CLIC

 

 

 

La conciergerie

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux d'Ile de France

Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 06:30

 

michel-j-01  

 

  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

 

Département :    78 - Yvelines

 

 

 

 

Le château est au bout de cette route

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Senlisse est située à 35km au Sud-Ouest de Paris, à 22km au Nord de Dourdan et à 10km au Nord-Est de Rambouillet.

 

  Coordonnées du château :

48° 41' 23" N 01° 58' 40" E
 48.689586°  1.977724°

 

 

 

 

Le château:

L'extérieur : 

Où est il ?

* A l'abri de ses douves en eau, et caché par une abondante végétation, le château de la Cour-Senlisse est bien difficile à voir.

* L'absence de feuilles aux arbres en ce début du printemps permet une lointaine vision de la tour du 15ème siècle avec ses mâchicoulis.

 

 

Une tour de défense médiévale

L'imposante tour

* Voici la grosse tour d'angle du 15ème siècle, avec son toit à poivrière coiffé d'un lanternon.

Ne serait-elle pas un ancien colombier reconverti en habitation?

* Cette ceinture horizontale à mi hauteur, destinée à interdire aux rongeurs de grimper semble l'indiquer.

 

 

Le corps de logis

* Le corps de logis, en maçonnerie enduite, renforcée par une lisse au niveau du plancher du premier étage et des encadrements de baies en brique, semble bien être une demeure rurale du 16ème siècle si l'on en juge par les étroits meneaux de ses fenêtres.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 15ème siècle, construction d'un château cantonné de quatre tours.

* Au 16ème siècle, tout en conservant le plan d'origine, un quadrilatère de 45 m de coté, des aménagements sont réalisés dont le logis.

* Au 17ème siècle, des bâtiments en retour d'équerre sont refaits.

* Au 19ème siècle, les constructions le long de la route sont démolies.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est faisable avec discrétion. La visite des entrailles semble possible à condition de prendre une ou plusieurs chambres.

 

Pour plus d'informations, veuillez consulter le site officiel du château.

 

 

Le corps de logis

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 78 Vers Menu châteaux des Yvelines
Partager cet article
Repost0
27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 07:30

 

michel-j-01    

  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

 

Etait ce une tour de défense ?

Département :    78 - Yvelines

 

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sainte Mesme est située à 45km au Sud-Ouest de Paris, à 33km au Nord-Est de Chartres et à 15km au Sud-Est de Rambouillet.

 

  Coordonnées du manoir :

48° 31' 51" N 01° 57' 45" E
 48.530944°  1.962497°

 

 

 

 

Le manoir:

L'extérieur :

La découverte 

* En passant à Sainte-Mesme, on découvre au coin d'une rue ce charmant petit manoir du 15ème siècle qui se caractérise par sa haute tour octogonale.

 

 

Cette face semble moderne

Rapide analyse

* D'étroites fenêtres, protégées de barreaux, en affirment le caractère défensif encore nécessaire à son époque. 

* Le gré se limite aux chaînes d'angle et encadrements de baies, alors que le surplus des façades est en simple maçonnerie enduite. 

 

 

Echec

* Porte close et vidéo surveillance, ce petit manoir a gardé finalement son aspect défensif !

* On ne peut qu'apercevoir sa façade sur cour et les dépendances.

 

 

Le diaporama du manoir est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du manoir :

Hélas, nous n'avons aucune information historique.

 

* Au 15ème siècle, construction du manoir.

* Au 16ème siècle, modification des bâtiments.

* Au 19ème siècle, modification des bâtiments.

* En 1985, le manoir est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est possible avec discrétion. La visite des entrailles serait possible à condition de prendre rendez vous.

 

 

Le satellite ne donne pas plus d'information

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 78 Vers Menu châteaux des Yvelines
Partager cet article
Repost0
1 août 2016 1 01 /08 /août /2016 06:15

 

 

La découverte de l'extérieur est ici

 

 

 

         L'intérieur : La salle des Gens d'armes de la Conciergerie

La conciergerie

* La salle des Gens d'armes de la Conciergerie a été construite en 1302, sous Philippe-le-Bel (voir liste des rois).

* L'un des rares ensembles d'architecture civile gothique, elle est composée de quatre nefs (dont seulement deux visibles sur la photo).

* Elle était à l'époque éclairée latéralement par des baies géminées. Elle servait alors de réfectoire.

* Des escaliers en vis menaient à la Grand'Salle d'apparat du palais, située au premier étage. Les aménagements ultérieurs du palais l'ont fait disparaître.

* Quatre cheminées assuraient le chauffage de cette vaste pièce.

* Surélevée de quelques marches par rapport à la salle des Gens d'armes, la salle des Gardes est de la même époque.

* Elle ne comporte que deux travées et une ligne de trois grosses colonnes à chapiteaux sculptés. Elle donnait accès à la chambre du roi, reconvertie en salle de tribunal.

 

 

Le greffier note scrupuleusement les entrées et les sorties

Les salles révolutionnaires

* Nous sommes ici dans le couloir des prisonniers, là où ceux-ci pouvaient circuler à leur guise.

* Le greffier note scrupuleusement les entrées et les sorties (le plus souvent vers l'échafaud) des détenus et, un peu plus loin le bureau du concierge.

* Au temps du palais des rois de France, le concierge était un personnage important dont l'autorité administrative faisait loi.

* Le palais était truffé de boutiques de marchands et leur location dépendait du concierge qui en tirait des revenus substantiels.

* Le caractère lucratif de sa profession changea dès que les rois désertèrent le palais au 14ème siècle.

* La Révolution le ramena à un rôle de gestionnaire de la vie carcérale.

 

 

Le traitement des prisonniers

* Il y avait cependant plusieurs sortes de prisonniers à la Conciergerie :

- Les plus modestes – les pailleux – couchaient à même le sol sur la paille.

- Un cran au-dessus – les pistoliers – qui, pour quelques pistoles, pouvaient disposer d'un lit.

- Et enfin – les hôtes de marque – dont faisait naturellement partie la reine, Marie-Antoinette.

* On voit ici une reconstitution de sa cellule, après sa tentative d'évasion.

* La cellule était séparée en deux par un paravent.

* D'un côté, les gendarmes chargés de sa surveillance.

* De l'autre, la reine vêtue de noir qui disposait d'un lit, d'une modeste table et d'une chaise.

* Le concierge devait bien trouver une contrepartie dans ces différences de traitement*.

 

 

La tentative d'évasion de la reine

* Lors de son incarcération, Marie-Antoinette fut placée dans une cellule à proximité de la cour des Femmes. Le chevalier de Rougeville réussit à lui faire parvenir de l'argent pour soudoyer ses geôliers. Trompée par la bonhomie du gendarme Gilbert, la reine commit l'erreur de se confier à lui. Celui-ci fit part de ce projet au comité de sûreté générale.

* La réaction fut immédiate. Le Concierge Richard et son épouse furent immédiatement arrêtés et conduits à la prison de la Force. La reine fut, quant à elle, transférée le 11 septembre 1793 dans une cellule plus éloignée de l'entrée et exécutée le 16 octobre.

 

 La cour des Femmes

La chapelle

* La chapelle des Girondins était une ancienne chapelle transformée en prison collective.

* Elle prit ce nom du fait que 21 députés y furent détenus et que, le soir de leur condamnation, ils aient attendu le jour en faisant bombance toute la nuit.

 

 

La cour des femmes

* La dernière vue de la Conciergerie est la cour des Femmes, entourée par les cachots des prisonnières.

* Les arcades du rez-de-chaussée recevaient les pailleuses.

* Les détenues pouvaient se promener en tournant autour de cette maigre pelouse.

* Seuls les arcades et le premier étage sont d'époque, les étages supérieurs font partie des aménagements du 19ème siècle.

 

  Double rangée de poteaux et étrésillons en quart de cercle

La Sainte Chapelle

* Au sein d'une cour d'une cour, encombrée de surcroît de baraques provisoires et de voitures, l'extérieur de la Sainte-chapelle est malheureusement fort mal mis en valeur.

* Il s'agit cependant d'une merveille de l'art gothique, dont les minces piliers supportant les voûtes ne sont contrebutés que par des contreforts verticaux sans arcs boutant.

* Un véritable défi à la stabilité de l'ensemble.

* Sur la façade Nord-Ouest, une minuscule chapelle à rez-de-chaussée, surmontée d'un oratoire a été ajoutée par Louis XI à la fin du 15ème siècle.

* On distingue cependant bien les deux niveaux :

- Une chapelle basse

- Et la chapelle haute avec ses immenses vitraux.

 

 

Dans la chapelle basse

* On entre par la chapelle basse qui était réservée aux serviteurs du Palais.

* Toute la structure a reçu un décor polychrome inhabituel dans ces lieux réservés au culte. Il s'agit en fait d'une restauration du 19ème siècle.

* La double rangée de poteaux et les étrésillons en quart de cercle qui les relient permettent de rééquilibrer la poussée des voûtes ogivales surbaissées de la nef centrale.

 

 Une lumière unique !

Dans la chapelle haute

* On monte à la chapelle haute par un escalier en vis. Les grandes verrières de 15 m de hauteur fournissent un éclairage étonnant. Mis en place au 13ème siècle, les vitraux sont les plus anciens de Paris.

* Pas moins de 1113 scènes sont ainsi réparties dans les 15 verrières couvrant l'histoire de l'Humanité, depuis la Genèse jusqu'à la résurrection du Christ, que l'on analyse par une lecture de gauche à droite et de bas en haut, verrière par verrière.

* Tout le vaisseau est entouré d'arcatures et de colonnes dont les chapiteaux sont ornés de motifs végétaux.

* Sur les douze poteaux principaux, sont adossés les statues des douze apôtres, chacun tenant une croix rituelle de consécration.

* Au fond de la chapelle, au-dessus de l'entrée, une grande rose symbolise l'Apocalypse. Au centre de celle-ci le Christ apparaît en gloire pour juger les vivants et les morts.

 

 

Les salles de l'actuel Palais de Justice

* Après avoir monté les marches de l'imposant escalier de la cour du Mai, on débouche dans la Galerie marchande.

* C'était sous l'Ancien-Régime un lieu très animé où se mêlaient huissiers et plaideurs auprès des boutiquiers en tout genre qui avaient pris place au Palais. Une galerie commerciale de l'époque en quelque sorte.

* Dans cette architecture classique de colonnes, pilastres et voûtes surbaissées, l'escalier de droite mène aux chambres de la Cour d'appel.

* Le couloir qui s'amorce au fond à gauche mène vers les chambres correctionnelles.

 

 

Vestibules

* Nous sommes ici dans le vestibule René Parodi, au cœur des chambres correctionnelles. Chacun y attend, en compagnie de son avocat que son affaire soit appelée.

* A l'extrémité Nord-Ouest du Palais, le vestibule de Harlay fait pendant à la Galerie marchande. De cette grande salle nue, on accède par l'escalier sur la droite à la Cour d'assises et, dans le fond, à la Cour de cassation.

 

Magnifique plafond à caissons

 

Anciens appartement de Louis IX

* Cette Première chambre civile, qui communique avec la salle des Pas-Perdus, a pris la place des anciens appartements de Louis IX au 13e siècle.

* Elle a été décorée d'un magnifique plafond à caissons sous Louis XII, miraculeusement épargné lors des évènements de la Commune.

* C'est ici que se tenait le Tribunal révolutionnaire de Fouquier-Tinville pendant la Terreur.

 

 

La salle des pas-perdus

* Nous sommes presque revenus à notre point de départ, puisque cette grande salle des Pas-Perdus communique avec la Galerie marchande.

* Au temps de Philippe-le-Bel, c'était une pièce gothique d'apparat – la Grand-Salle – à l'aplomb de la salle des Gens d'Armes que nous avons vue à la Conciergerie.

* Démolie à deux reprises, elle a été reconstruite après la Commune dans ce style néo-classique, tout en conservant ses deux "nefs" (Balzac la surnommait la "cathédrale de la chicane") dont une seule apparaît sur cette photo. Salle des Pas-Perdus

* C'est la salle la plus connue du Palais et son centre d'animation.

 

 

C'est la fin

* Nous terminons cette visite en regagnant le boulevard du Palais par ce monumental escalier Louis XVI, bâti par Antoine.

 

 

Le diaporama du Palais de Justice est ici - CLIC

 

 

 

Histoire succincte  du Palais de Justice :

* Dès l'occupation romaine, le site de l'actuel Palais de Justice estle siège du gouvernement administratif et militaire du pays.

* Au 5ème siècle, les rois Mérovingiens (voir liste) s'installent au château.

* Au 9ème siècle, les rois Carolingiens s'y installent. 

* Au 13ème siècle, Louis IX le Saint, habite dans ce qui est aujourd'hui la Première Chambre Civile et fait édifier la Sainte-Chapelle. Il rend la justice dans la cour du palais.

* A la fin du 13ème siècle, Philippe-le-Bel fait construire les bâtiments de la Conciergerie.

* Au 14ème siècle, aux heures les plus noires de la guerre de Cent-Ans, les émeutiers parisiens assassinent, sous les yeux du Dauphin (voir titre de Noblesse) Charles (le futur Charles V), ses conseillers.

* En 1364, devenu roi, Charles V quitte son palais où il ne garde que de trop mauvais souvenirs et s'installe dans l'hôtel Saint-Paul, ou dans la citadelle du Louvre et encore au château de Vincennes.

* En cette fin de 14ème siècle, pour faire comme le Roi Louis IX (ou en hommage), Charles V décide que le vieux Palais du Roi deviendra le Palais du Parlement et, simultanément la Cour suprême de justice.

* Vers 1790, la Révolution bouleverse les dispositions Royales. Ces bâtiments accueillent les nouveaux tribunaux, le vieil édifice prend alors le nom de Palais de Justice.

En 1840, la restauration des lieux est entreprise et se poursuita pendant 70 ans pour les rendre compatibles avec leur nouvelle destination.

* Au 20ème siècle, les diverses instances éclatant dans ce palais devient obsolète, il est aujourd'hui de nouveau question de le réorganiser en éloignant certaines juridictions.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de certaines salles est payante.

 

 

12 siècles de construction se mirent dans la Seine !

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux d'Ile de France

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 07:30

 

 

michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 91 - ESSONNE

 

 

J'ai le césame pour ouvrir cette porte

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Villeconin est située à 35km au Sud-Ouest de Paris, à 25km au Sud-Est de Rambouillet et à 8km à l'Est de Dourdan.

 

  Coordonnées du bourg

48° 30' 50" N 02° 07' 25" E
 48.513818°  2.123505°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

S'agit-il d'un manoir, d'un château, d'une ancienne maison-forte?

* Peu importe.

* A part les ouvertures qui ont été percées dans les façades de son corps de logis principal, au 16ème siècle, ce magnifique ensemble a conservé son architecture médiévale d'origine.

* En face de l'église paroissiale, une longue allée pavée nous en fait découvrir la façade Nord : Son grand corps de logis conforté par un grand pavillon à base carré. Voyez vous les systèmes défensifs ?

* Une petite aile d'équerre adossée à une tour de guet et des constructions de dépendances fermant la cour d'honneur.

 

 

La façade sur le parc

* Une fois franchie la cour d'honneur, on découvre la façade sud donnant sur le parc.

* L'aspect en est sévère et exprime le caractère défensif des lieux.

* Sur un soubassement et entre les chaînages d'angles en grès, la maçonnerie de remplissage est faite de pierre massive sans enduit.

* D'étroites fenêtres s'ouvrent sur le parc.

* Le gros pavillon carré a conservé ses mâchicoulis.

* Il est pratiquement aveugle, comme la tour ronde coiffée d'un toit en poivrière.

  

 

  La façade Ouest Voyez vous la porte fortifiée ?

* Poursuivant le tour extérieur du château, nous abordons sa façade Ouest qui était primitivement celle d'accès au domaine.

* Cette mystérieuse importante tour carrée en était finalement le portail, précédé d'un pont-levis sur des douves, alimentées par la "Misère" qui se jette un peu plus en aval dans la Remarde.

* Du pont-levis, ne subsistent que les rainures dans la maçonnerie abritant ses bras de levage.

* Deux entrées en plein cintre, l'une piétonnière et l'autre cochère, donnant maintenant accès à un escalier.

* Les douves (voir vocabulaire ) en eau ont, elles, subsisté et concourent au charme des lieux.

 

 

Accès Nord

* Revenons à l'accès nord du château qui se fait maintenant par un charmant pont en maçonnerie, jeté au-dessus des douves en eau, omniprésentes à Villeconin.

 

  Quel honneur d'être dans la cour d'honneur

La cour d'honneur

* La sobriété de la cour d'honneur préserve l'esprit de la destination primitive des lieux :

-  Une maison-forte.

* Cette cour est certes davantage ouverte maintenant sur l'extérieur, mais tout en conservant son authenticité.

* Remarquons les longues lisses horizontales en légère saillie sur cette maçonnerie de pierre blonde.

* Les dépendances établies dans l'angle Nord-Est de la cour ont été traitées avec des matériaux identiques.

 

 

Le jardin

* Sobre est également la décoration végétale des abords :

- Un parterre de pelouse et de buis taillés le long de la façade sud et des massifs de plantes vivaces, ça et là, au détour des rives de la "Misère".

* Ce domaine de Villeconin est réellement un enchantement.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée est ouverte à la visite quelques semaines par an.

* Il est impossible de réaliser des photos de l'intérieur.

* Sachez que chaque salle est un plaisir des yeux.

* La découverte avec les propriétaires apporte un charme unique.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1390, au cœur même de la guerre de Cent Ans, Jean de Montagu, surintendant des Finances de Charles VI (voir liste des rois), fait construire cette maison forte, ceinturée de douves.

* En 1409, Jean de Montagu est décapité sur ordre de Jean-Sans-Peur. Château et terres sont sequestrés

* En 1422, la seconde fille de Jean de Montagu épouse Jean de Malet, seigneur de Graville. Le famille de Graville récupère le château de Villeconin.

* En 1542, François Ier achète le fief pour son fils illégitime, Nicolas d'Estouteville.

* En 1545, Estouteville meurt en duel.

* En 1567, la famille de Cochefilet achète le château et le modernise pour en améliorer l'habilité.

* A partir du 17ème siècle, le château voit de nombreux propriétaires se succéder.

* En 1659, le fief appartient à la famille Mérault.

* Au début du 18ème siècle, la famille Talaru devient propriétaire.

* Vers 1792, les révolutionnaires récupèrent le château et le vendent à la famille Renaud. Le château est le siège d'une exploitation agricole.

* En 1926, la "ferme" est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1932, la famille de Jouvencel, lointaine parente de celles des Cochefilet et Talaru, achète le domaine et réhabilite le château et son parc.

* Au 20ème siècle, la dernière représentante de la famille Valentine, épouse le Comte (voir titre de noblesse) de Longevialle. Cette famille devient, jusqu'à nos jours, propriétaire du château en y apportant tous ses soins et en l'ouvrant à la visite.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est possible après un droit de passage en pièces sonnantes et trébuchantes. Renseignez vous sur les horaires et jours d'ouverture.

 

 

L'architecture médiévale n'a point été gommée par les siècles

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux de l'Essonne

Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 07:30

 

michel-j-01 

 

 Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02 

 

 

 

Département :    78 - Yvelines

 Entrons dans la cour d'une hôtel de prestige 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Villiers le Mahieu est située à 50km au Sud-Est de Evreux, à 40km à l'Ouest de Paris et à 25km au Nord-Ouest de Versailles.

 

   Coordonnées du château :

48° 51′ 34″ N 01° 46′ 08″ E
 48.859463°  1.769099°

 

 

 

Le château:

L'extérieur :

Où est il ?

* Pour trouver le château dans cette région de plaines, il suffit de suivre les panneaux.

* Cette magnifique construction est aujourd'hui un Château-Hôtel de Prestige.

* Entièrement entouré de douves (voir vocabulaire) en eau, le château de Villiers-le-Mahieu est une ancienne forteresse médiévale du 13ème siècle.

 

 

La découverte 

* On aborde le château par une grande allée bordée d'une double rangée d'arbres.

* La façade coté Est n'est pas la plus attrayante.

* Une entrée, fortifiée par deux tours jumelles, enserre un corps central qui devait abriter :

- Le poste de garde,

- Le logement du gardien.

* De part et d'autre, deux ailes à rez-de-chaussée et un étage sont couvertes par des toitures en tuiles plates. Elles sont couvertes par des toitures en tuiles plates.

- Notons que la pierre de taille n'est pas le matériau courant dans le Mantois.Elle est réservée aux chaînages et aux encadrements de baies, le surplus étant réalisé en moellons destinés à être enduits au mortier de chaux.

 

 

Tours d'angle coiffées de poivrière;

 

 

L'arrière du château

* Faisons le tour de cette construction, remaniée au cours des siècles et qui ne revendique aucune authenticité, mais dont cependant la réhabilitation a été intelligemment réalisée en respectant son aspect médiéval du 13ème siècle, tout en s'inscrivant merveilleusement bien dans son environnement rural.

* L'eau est omniprésente, provenant des sources et petits ruisseaux qui irriguent la campagne environnante.

* L'ensemble des bâtiments est, du reste, cerné de douves en eaux sur ses quatre cotés, franchies par des petits ponts de pierre.

* Les longs corps de bâtiments se trouvent flanqués aux angles par des tours circulaires coiffées de toits à poivrières.

 

 

L'eau : Le miroir du château

* Les façades se reflètent dans de larges douves en eau.

* On peut imaginer que leurs parties basses correspondent aux fondations de la forteresse d'origine.

* Très judicieusement, on s'est gardé d'enduire les murs en moellons pour préserver la rusticité de l'ensemble.

 

 

La végétation adoucit la rudesse médiévale Les belles statuts du 18ème se mirent dans l'eau

* Il ne fait guère de doute que cette façade sur le parc devait être close de murs dans son état d'origine.

* Elle se trouve maintenant généreusement ouverte sur le parc arboré où l'on accède par ce charmant pont de pierre.

* La rusticité des façades a été adoucie par cet habillage végétal de vecchi.

* Les sculptures, les buis soigneusement taillés, les essences à feuillage persistant confèrent à cette cour d'honneur un aspect calme et reposant.

* Ces statues qui se mirent dans les douves sont un probable apport du 18ème siècle.

 

 

C'est déjà la fin

* Nous achevons cette visite par un retour sur la façade d'accès qui, à l'instar des autres, se mire dans l'eau des douves et où le pont de pierre a pris la place d'un probable pont-levis.

 

 

Diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction d'un château fortifié par le seigneur de Villiers-le-Mahieu, Hugues de Maizelan.

* Passant de mains en mains au fil des siècles suivants, il devient la propriété de la famille de Claude de Bullion, Surintendant des Finances de Louis XIII (voir liste des rois).

* En 1642, c'est le fils de Claude de Bullion, Claude, Marquis d'Attilly qui fait reconstruire le château. Il semble qu'il ne l'ait cependant conservé que peu de temps si l'on se réfère à un registre de l'état civil du temps de Louis XIV qui fait apparaître comme propriétaire Messire Philippe de Cuisy, Secrétaire du Roy. 

* A la fin du 18ème siècle, c'est un conseiller du roi Louis XVI, Nicolas de la Haye qui s'en rend acquéreur.

* Puis le Baron Caruel de Saint-Martin sous le second Empire.

* Suivi du docteur Velter qui acheta le château en 1919.

* Et du Comte de Rohan-Chabot qui entreprit d'importants travaux de restauration de 1965 à 1970.

* C'est lui qui donna au château son aspect actuel, dans lequel séjourna le peintre Bernard Buffet de 1971 à 1979.

* Le château est, depuis 1980, la propriété de M° Jean-Luc Chauffour qui réalisa les travaux nécessaires pour lui donner sa vocation actuelle de Château-hôtel de Prestige.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est possible avec discrétion. La visite des entrailles est autorisée à condition de prendre une ou plusieurs chambres.

 

 

Château-hôtel entouré de douves

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 78 Vers Menu châteaux des Yvelines
Partager cet article
Repost0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 06:30

 

 

Département :  95 - VAL d'OISE

 

 

 

Au sommet du bourg, le ruine surveille les voitures du parking

Le bourg

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   Beaumont sur Oise est à 20km au Nord-Est de Pontoise et à 30km au Sud-Ouest de Senlis.

 

   Coordonnées du château :

49° 08′ 38″ N 02° 17′ 11″ E
 49.143889°  2.286389°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Il en reste !

* Avec la construction effrénée d'habitations dans la périphérie de la Capitale de notre Royaume, avec l'explosion démographique et l'envie de faire du nef au 19ème siècle puis après les 2 guerres mondiales, j'imaginais que peu de vieilles ruines poussiéreuses et dangereuses avaient résisté dans les mégapoles Parisiennes.

* Vous comprenez ma surprise en voyant cette beauté sur les hauteurs de Beaumont sur Oise.

 

 

Le rempart

* Bien que partiellement arasé le rempart offre une belle image de son glorieux passé.

* Les tours rondes du 13ème siècle ne comportent plus de mâchicoulis ni de créneau (voir vocabulaire), mais impressionnent par leur puissance.

* Les pierres sont asymétriques, peu jointives et pauvrement taillées.

* C'est surprenant pour une forteresse stratégique pour la défense de Paris.

Est ce du à de nombreuses reconstructions

ou à une consolidation rapide entre chaque bataille ?

* Le mur d'enceinte comporte des pierres de couleurs et d'origines différentes (surélévation ou reconstruction ?).

* Sa faible hauteur ne permet pas de savoir si des archères existaient.

 

 

Le donjone n'a que 3 mètres de haut, mais quelle puissance !

Le donjon rectangulaire

* Le donjon est situé dans l'enceinte. Pour comprendre l'architecture globale, je vous propose ce plan en perspective.

* Ce devait être une construction très imposante pour l'époque.

* Avec ses dimensions (27m x 19m), c'était un donjon habitable.

* Si les textes affirmant qu'il mesurait 37 mètres de haut sont vrais, ce donjon était aussi un symbole de pouvoir. 

* Avec ses contreforts plats (5 d'un coté et 3 de l'autre), il ressemble beaucoup aux constructions fortifiées du 12ème siècle.

* Ce donjon est construit avec des pierre calcaire de taille régulière (33 cm).

* Quelques archères droites sont visibles coté Nord.

* Évidemment, les aménagement des siècles ont créé des ouvertures peu médiévales.

* Avec un peu d'attention il est possible de voir des marches d'escalier dans une tour (?) intérieure.

 

 

 

Le vide est derrière chaque porte

L'intérieur :

* Hélas, le jour de ma venue le site n'était pas ouvert à la visite.

* Il me faut donc voler les images depuis les fenêtres et fentes. 

* Il est difficile d 'imaginer les salles de l'époque médiévale car 800 ans de modification guerrière ont changé l'architecture, et je doute que cet intérieur ait eu autant d'ouvertures à sa construction. 

* Malgré toute l'attention que je porte à cette ruine et aux jumelles qui améliorent ma vision des détails, je ne distingue que des pierres sans décors, comme dans une caserne.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 953, un château en bois sur motte semble existé, certainement construit par Yves "l'ancien" au Pecq.

* Au 12ème siècle, un donjon en pierre est construit par le Comte (voir titre de noblesse) Mathieu Ier de Beaumont. Le site contrôle le passage de l'Oise vers Paris.

* Au 13ème siècle, une fortification entoure le site.

* En 1226, Louis IX (voir liste des rois) devient Comte de Beaumont. Il séjourne un temps au château.

* En 1346, il semble qu'un incendie se déclare suite à une bataille de la guerre de Cent Ans.

* En 1358 (?), une partie de la fortification est détruite lors de la révolte des Paysans du Beauvaisis.

* En 1403, réfection des fortifications par les maîtres d'oeuvre de Louis d'Orléans

* En 1411, la milice de Paris s'installe au château (?).

* En 1420, de nombreux assauts sont lancés contre le château.

* En 1422, le Duc de Bourgogne abandonne la forteresse aux Anglais. Il fait détruire les remparts avant.

* En 1432, nouvelle démolition du château sur l'ordre du Duc de Bedford.

* En 1590, le château, aux mains des ligueurs, est assiégé par les troupes du roi de France Henri IV (voir liste des rois).

* En 1708, le château appartient à la famille Bourbon-Conti.

* En 1814, le château partiellement arasé et en mauvais état n'est plus une place militaire.

* En 1888, Emile Zola découvre les ruines du château de Beaumont sur Oise. Il s'en inspire pour l'écriture de son roman : "Le Rêve".

* En 1984, des fouilles sont entreprises.

* En 1999, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines depuis le parking et le sentier est libre et gratuite. Les bâtiments n'étant pas complètement sécurisés, la visite de l'intérieur n'est possible qu'à certaines périodes. Renseignez vous. Et surtout restez couvert indique ce panneau.

 

 

Voici une ruine bien .... ruinée donc interdite

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 95 Vers Menu châteaux du Val d'Oise
Partager cet article
Repost0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 07:30

 

 

Département :   95 - VAL d'OISE 

 

 

 

Le bourg :

   Situation :    (--> le voir sur une carte)

    La commune de Luzarches est située à 20km au Sud-Ouest de Senlis et à 30km au Nord-Est de Pontoise.

 

   Coordonnées de la porte :

49° 6' 45" N 02° 25' 13" E
 49.11251  2.420385

 

 

 

Le château :

        L'extérieur :

La découverte

* En arrivant dans ce bourg je suis de suite dans une ambiance "médiévale" grâce au blason apposé sur les panneaux de signalisation (et sur quelques poubelles ).

* Le plus dur reste à faire, trouver des indices médiévaux et ce qui ne facilite pas la quiétude, je suis pressé.

* Je sollicite quelques Luzarchois aussi pressés que moi et enfin, je suis dans la bonne rue. Au bout, le soleil médiéval de la Porte Saint Côme va illuminé ma fin de journée.

 

 
De curieux habitats

* Contrairement aux nombreux autres vestiges médiévaux isolés et perdus que je vous montre, cette tour-porte s'intègre dans les habitats modernes.

* En avançant je constate qu'elle garde des traces de constructions anciennes.

Magnifique contraste !
 

* Comme moi, vous êtes sous le charme de ces poutres posées sur des consoles ainsi que les étages en encorbellement.

 

 

Les défenses

* Mais "chevalier des fortifications je suis", il me faut regarder la tour.

* Au sommet, il y a les créneaux aujourd'hui couverts et les mâchicoulis (voir vocabulaire) aujourd'hui bouchés.

* Quelques archères en croix bouchées et très remaniées au 19ème siècle  assuraient la défense au loin.

* Évidemment comme toutes les portes de cette époque, il y a les emplacements pour le guidage de la herse et au dessus, l'efficace assommoir.
 
* Je traverse la tour-porte espérant trouver d'autres indices médiévaux.

* Hélas, l'autre face a été très "ravalée".

* Je "ravale" donc mon enthousiasme , puis je repars vers une autre aventure.

 

 

     L'intérieur :

  * Le site est une propriété privée non visitable.

 

 

Le diaporama des fortifications est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du site :  

* Au 13ème siècle (?), construction des remparts.

* Au 19ème siècle, les architectes embellissent et réaménage les remparts et monuments médiévaux dont la Porte Saint Côme.

* En 1997, une courte scène du film "Les visiteurs - les couloirs du temps" est tournée.

* En 2009, l'ensemble de l'ouvrage porte et façade à pans de bois a été restauré. Le site a reçu le label de la fondation du Patrimoine.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre à l'extérieur. La tour-porte est une propriété privée non visitable.

 

 

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 95 Vers Menu châteaux Val d'Oise
Partager cet article
Repost0