20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

Doutez vous que cette église fut fortifiée ?

 

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Bouliac est située sur la rive droite de la Garonne en face de Bègles et Bordeaux. 

 

   Coordonnées de l'église :

44° 48' 48" N 00° 30' 14" W
 44.813489°  -0.504022°


 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Point de doute possible

* Elle est là, devant moi, toute belle comme au premier jour.

Est ce que mon propos est pour la pelouse ?

* Que nenni !

* Mon exclamation est pour cette église sans transept qui ne cache point ses origines guerrières.... ou plutôt défensives.

* C'est donc avec empressement que je me dirige vers le chevet.

 

 

 

La barre à tribord pour la nef Voyez vous les merveilles sous le toit ?

*  Heu.....

...... qu'ai je écrit ?...

...... Pour la nef !

...... Pfffff.

* La nef coté Sud ne comporte aucune trace de système défensif ni de salle de repli.

* Vous êtes si intelligents mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteurs que vous avez de suite remarqué le chevet en hémicycle avec une rehausse.

* La différence de qualité des pierres entre la base et la rehausse m'informe que l'étage de repli défensif (avec archère cruciforme à croix pattée) a été aménagé après la construction de l'église.

 

 

 

La nef, ce vaisseau abîmé

* En portant un peu plus d'attention à la nef, je remarque que son toit est différent de celui du chevet.

* Je pressens (ceci n'est que supposition sans que des traces tangible d'architecture le confirme) qu'une reconstruction a arasé l'étage défensif (suite à un effondrement ou un incendie peut être).

 

 

 

Des tailles et détails

* Ne voyant aucune autre trace de système défensif, mes yeux errent sur :

- Les sculptures des fenêtres,

- Les chapiteaux,

- Les 21 magnifiques modillons aux sujets très variés.

 

 

Diantre !... Les Girondins ne sont pas les plus beaux... Hihihi

 

 

L'intérieur :

Je ne dis pas tout

* Sous le clocher se cache un porche.

* Sur ce porche, un portail fascinant.... que je ne vous décrirais pas pour que sa découverte soit surprenante le jour de votre visite.

 

 

 

Chaude est l'ambiance en ce lieu

L'enquête commence

* En poussant la porte, j'entre dans un monde différent.

* Autant l'extérieur était blanc, autant l'intérieur est coloré.

* Je n'ose avancer pour ne point briser le silence. J'ai l'impression que toutes les époques se mélangent avec intelligence et chaleur.

* Mais... je suis un castellologue amateur.... Je me dois de trouver la porte menant à l'étage.

 

 

 

Une voix pour une voie

* La truffe au sol, les yeux vers le ciel (heu... pas en même temps bien sur) je cherche l'accès à l'escalier.

* Rien......... je ne vois rien.

* Soudain j'entends la voix de celle qui en entendait au 15ème siècle.

"Retourne toi, nigaud !"

* Derrière moi apparaît comme un miracle, une porte.

* Mais il ne peut y avoir qu'un miracle par jour...

.... fermée est ce panneau....

... point de sésame j'ai.

* Je tourne les talons pour vivre une nouvelle aventure.

 

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* A la fin du 14ème siècle ou au début du 15ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, l'église est fortifiée suite à la demande de l'archevêque de Bordeaux (voir liste).

* En 1649, Bernard de Nogaret de La Valette, Duc (voir titre de noblesse) d'Epernon, gouverneur de Guyenne, est chargé de lutter contre les Frondeurs soutenus par le parlement de Bordeaux. Ses troupes attaque l'église qui résiste aux assauts.

* Vers 1792, les Révolutionnaires mutilent partiellement l'église.

* Au 19ème siècle, des restaurations sont entreprises. Le clocher est définitivement détruit pour être remplacé par ce symbole élancé typique de ce siècle.

* En 1862, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 1936, les fouilles organisées mettent à jour un oratoire du 5ème siècle sur le site de l'église

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Siméon) est libre et gratuite. La visite du clocher et des salles de repli défensif est interdite.

 

De l'autre coté, c'est Bègles

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 08:05

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Que voila un écrin de verdure illuminant construction médiévale

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Blasimon est située à 50km à l'Ouest-Sud-Ouest de Bergerac, à 25km au Sud-Est de Libourne (voir sa porte fortifiée) et à 10km au Nord de Sauveterre en Guyenne (voir cette bastide).

 

   Coordonnées de l'abbaye :

44° 45' 13" N 00° 04' 32" W
 44.753728°  -0.075508°

 

 

 

L'abbaye :

L'extérieur :

Se mettre au Vert !

* Heu.... mon titre n'est point un discours politique, mais un besoin de frais en cette chaude journée.

* Plutôt que d'errer sur un sentier peu boisé vers une ruine castrale au sommet d'une colline, je me suis dit :

"Toi fidèle destrier, emporte moi à l'ombre des grands arbres !"

* Et c'est ainsi que mon valeureux mais têtu palefroi me dépose dans une prairie.

* Evidemment, il a choisi un site médiéval.

Question : Est il fortifié ?

 

 

Est ce que la longue église est fortifiée ?

 

 

L'enquête commence

* Comme surgissant de l'herbe, un gris bâtiment religieux m'interpelle :

1 - Son chevet plat possède de fine ouverture de lumière anti-intrusion.

2 - Au sommet du chevet, je vois une ouverture carrée.

Est ce une salle de repli défensif ?

3 - Au centre de la nef, encadrée par de hauts contreforts, la large et profonde construction avec 2 petites ouvertures me fait penser à une tour escalier.

4 - Sur l'autre coté de la nef, je remarque que les pierres sous le toit n'ont pas la même couleur ni dimension qu'en dessous. Je suppose qu'une élévation fut réalisée après la construction d'origine.

5 - Quelques ouvertures sous le toit me font imaginer que 

* Conclusion : Il y avait une salle de repli défensif sur cette église.

 

 

La ruine abbatiale est source de rêves

Reculer pour mieux sauter.... dans l'histoire

* En prenant un peu de recul pour mieux comprendre l'église je vois......

   ..... des ruines !

* Ces pans de mur au sol et les quelques morceaux de salles sont les seules traces des bâtiments abbatiaux :

- Au fond, contre le chevet de l'église, la salle capitulaire.

- A droite, un bâtiment dont les colonnes du rez de chaussée sont magnifiquement ouvragées, puis le premier étage semble être une pièce de vie avec cheminée.

- Le bâtiment suivant avec sa belle cheminée et sa haute fente de lumière devait être réservé à un personnage important.

- Au centre, proche du puissant contrefort, le cloître. Il est entouré sur 3 coté par l'abbaye puis par l'église sur le dernier coté.

- Sur la paroi de l'église, un couloir traversant dans l'épaisseur du mur s'ouvre dans le vide. Je pressens que ce fut une porte communicante entre l’abbatiale et le moutier.

 

 

L'abbatiale fut elle défensive ?

* Une question me titille :

- Puisque l'église est fortifiée....

    ....... l'abbaye devait l'être aussi.

* En me retournant,je voir une haute tour parallélépipédique (carrée ?) ayant une fonction défensive mais aussi de pigeonnier.

* Proche, je remarque un escalier en colimaçon. A sa base, la bouche à feu m'informe que l'abbaye eut ses défenses modernisées au 16ème siècle.

 

 

 

L'une est entière et l'autre n'est que fantôme

L'intérieur de l'église :

Un portail unique

* En découvrant l'entrée de l'église, je suis sans voix !

* La façade est de type Saintongeaise avec 2 baies extérieures bouchées et un portail central de 6 voussures fascinantes et 10 colonnes aux chapiteaux très ouvragés :

- Les chapiteaux montrent des félins, des musiciens, des danseuses, des dragons, des dompteurs, des démons, des hommes caressant des animaux....

- Deux voussures montrent des décors de végétaux finement sculptés.

- Une voussure arbore des anges.

- Deux voussures montrent les 4 vertus domptant les 4 vices.

- La dernière voussure possède des scènes de chasse.

* Après tant de beauté je n'ose plus pousser le double vantail en bois.

 

 

Quelle fraîcheur !

* Il faut quelques secondes pour que mes yeux s’habituent à la faible lumière (effet non restitué dans l'image de mon appareil photo si performant).

* Autant le portail fut fascisant autant la blancheur des murs et de l'autel m'étonne. Le temps a du faire son travail de "lessiveuse".

* La porte de l'escalier menant aux salles de repli étant fermée, je repars vers une nouvelle aventure Girondine.

 

 

Le diaporama de l'abbaye est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'abbaye :

* Au 10ème siècle, des moines bénédictins fondent l'abbaye Saint-Maurice.

* En 1150, début des travaux de modification de la façade de l'église.

* A la fin du 12ème siècle, les travaux de rénovation de la façade sont terminés.

* Au 13ème siècle, des consolidations et modernisations sont réalisées comme :

- Le puissant arc boutant soutenant la façade coté gauche.

- L'escalier à vis extérieur.

- Quelques fenêtres de l'église.

- .......

* Au 14ème siècle (à vérifier), des fossés sont creusés autour de l'abbaye. La rivière Gamage est détournée pour les alimenter en cas d'attaque.

* En 1587, durant les Guerres de Religion, l'abbaye est attaquée puis saccagée par les Huguenots. Les moines quittent l'abbaye pour se réfugier à Sauveterre.

* En 1622, les moines investissent à nouveau leur abbaye.

* Vers 1780, l'abbaye est officiellement fermée, les bâtiments abbatiaux se dégradent rapidement (pillages ?). L'église devient paroissiale.

* En 1855, les fossés entourant le site sont comblés sur la demande du curé de Blasimon.

* En 1875, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 1925, les ruines de l'abbaye sont classées aux Monuments Historiques.

* Au 19ème siècle, la façade extérieure du chevet est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Nicolas) et des ruines de l'abbaye de Saint Maurice est libre et gratuite. La visite de l’intérieur des salles de repli de l'église est interdite.

 

 

Le soleil se couche pour laisser dormir cette abbaye oubliée

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Avec toutes ses défenses, je pressens le plaisir de la découverte

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Pujols est située à 40km au Nord-Ouest de Marmande, à 15km au Sud-Est de Saint Emilion (voir son château) et à 5km au Nord de Blasimon (voir son abbaye fortifiée).

 

   Coordonnées du château :

44° 48' 29" N 00° 01' 52" W
 44.808070°  -0.031331°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité l'église fortifiée, je me dirige tranquillement à pied vers le Sud.

* Cent mètres plus loin, après un effort presque surhumain à cause du dénivelée (heu... suis je crédible ?), je vois une masse.

* Cette construction médiévale est fascinante car :

- Sur 2 cotés (Ouest et Sud), les bâtiments et remparts ont été détruits.

- Mais sur les 2 autres cotés (évidemment Nord et Est) bâtiments et remparts sont présents.

 

 

La façade Nord est pleine de surprises

Premiers indices

* Le haut bâtiment encore visible est composé :

- Coté Ouest, d'une puissante tour carrée qui a certainement été un peu arasée.

- D'un long logis défensif.

* Les contreforts aux angles et latéraux sont puissants. Ils possèdent des archères cruciformes en étrier.

 

 

La façade Nord

* Devant ce long bâtiment, je suis en extase.

* Il me faut de longues minutes pour comprendre toute cette architecture défensive et de confort :

- Devant le bâtiment, il semble évident qu'un fossé existait.

- Sur la droite, l'ouverture est une porte, certainement précédé par un pont levis (ma supposition du fossé se confirme).

- Les nombreuses fenêtres sont modernes

- Au sommet, les ouvertures "carrées" correspondent à un chemin de ronde défensif.

- Les contreforts sont larges. Ils portent des échauguettes élargies par des trompes.

- Les 3 cotés de ces échauguettes sur contreforts sont pourvus d'archères cruciforme en étrier, modifiées certainement au début du 16ème siècle pour recevoir des armes à poudre (mousquet, arquebusière, couleuvrine...)

 

Quel magnifique château fort... presque neuf !

 

Confort et défenses

* L'angle Nord-Est du logis possède un contrefort portant une échauguette.

* Ce système défensif montre 2 niveaux d'archère.

Que voyez vous sous la trompe de l'échauguette ?

* Évidemment, vous avez remarqué mon système en encorbellement préféré : Les latrines.

* Quelques mètres sur la gauche, je vois des latrines proches d'une fenêtre à meneaux en croix.

* Soudain, j'ai une question :

Quelle fut la fonction des 3 consoles superposées au dessus ?

* Étant au niveau d'un axe de passage sur le chemin de ronde (je vous le démontrerai dans quelques instants) je suppose que ces longues pierres portaient des latrines décalées par rapport à celles d'en dessous.

 

Le contraste entre confort et défense est fascinant

 

La façade Est

* Les siècles et les massacres des hommes ont arasé cette façade défensive, mais avec un peu de logique et d'imagination, il est possible de la comprendre.

* En regardant les contreforts à larmier, je peux affirmer qu'un chemin de ronde, certainement non couvert, existait.

* Cet axe de circulation défensif accédait aux échauguettes sur contrefort dont j'aperçois les vestiges. 

Avez vous remarqué les latrines ?

* A l'étage en dessous, entre chaque contrefort, je constate la présence d'une archère cruciforme à étrier.

 

 

 

L'intérieur :

Vide......

* Au bout du rempart Est, j'arrive sur un rond point pour destrier moderne.

* Je constate que les bâtiments défensifs, la porte ou peut être le châtelet ont disparu.

* La cour intérieure est devenue un parking.

 

Un logis confortable et défensif devenu mairie

 

.......et pourtant si riche d’enseignement

* Sur la droite, donc coté Est, le long mur est l'ancien rempart défensif.

- Il possède de nombreuses niches contenant une archère que je vous avais déjà montrée précédemment.

- Au bout de ce long mur, contre le logis, je vois l'empreinte d'une porte ayant permis l'accès au chemin de ronde.

* En face, le logis seigneurial et sa tour, dont les modifications de confort existent, est devenu la mairie communale.

 

 

L'énigmatique porte

* Précédemment, je vous avais montré une ouverture que j'avais nommée : Porte d'entrée.

* Elle est située sur la gauche, accolée à la tour du logis.

* Sa position semble incompatible avec une entrée principale. J'opte pour une poterne possédant une herse.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château défensif.

* En 1338, le château est attaqué puis pris par l'armée Royale Française commandée par Raoul Ier de Brienne, connétable de France, Comte (voir liste de noblesse) d'Eu (voir cette famille).

* En 1417, durant la Guerre de Cent Ans, le château entre dans le domaine du Roi d'Angleterre.

* Vers 1790, les Révolutionnaires attaquent puis s'emparent du château. La construction est partiellement détruite.

* En 1925, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château ainsi que la cour intérieure est libre et gratuite. La visite des salles intérieures est interdite sauf pour les mariages et les actes d'état civil car ce château est devenu la mairie.

 

 

Quelle commune !... Un château défensif à gauche, une église fortifiée à droite

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
29 août 2020 6 29 /08 /août /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

Je pressens des heures de plaisirs architecturaux

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Rimons est située à 50km au Sud-Ouest de Bergerac, à 25km au Nord-Ouest de Marmande et à 15km au Sud-Est de Rauzan (voir ce château).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 40' 17" N 00° 00' 20" E
 44.671513°  0.005686°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Elle est longue

* En abordant le site religieux par les Sud-Ouest, je vois une suite de bâtiments avec des hauteurs différentes.

* Il me faut de longues minutes et la lecture de ma petite brochure pour comprendre.

* Le site se compose de 3 bâtiments :

1 - L'ancien presbytère devenu gîte rural.

2 - Nef romane devenue chai puis salle de spectacle.

3 - Église gothique avec chevet roman à l'Ouest.

-- La ronde tour au Nord-Ouest était un moulin.

* La fonction de ces constructions n'ayant plus de secret pour moi, je suis prêt pour l'analyse détaillée.

 

 

La première église Quelle fascinante évolution architecturale et fonctionnelle

* D'abord, je commence l'étude du site par sa face Sud.

* A gauche (donc à l'Ouest), l'ancien presbytère ne m'intéresse pas, je me concentre sur la partie "centrale" en style Roman :

- La porte bleutée est récente. Elle permet l'accès à la salle de spectacle. Au Moyen Âge, ce bâtiment était la nef.

- Les 2 fentes au dessus sont des fenêtres romanes.

- Le toit de la nef était plus haut, comme je le constate par ce vestige arrondi.

- Entre le clocher mur (à l'époque médiévale) et la nef, il y avait l'abside avec un chevet plat (coté Est).

Nota :

- Pour comprendre l'église Romane d'origine, il faut imaginer cette abside sans l'élévation.

* Maintenant que j'ai compris l'architecture de l'église Romane, je vais fondre sur le moutier Gothique.

 

 

La vérité sur son agrandissement

* L'agrandissement de l'église étant impossible à gauche (coté Ouest) à cause de la présence du presbytère, une décision surprenante a été prise : Reconstruire une nef à droite (coté Est) sans changer la position du chœur.

* Cette modification entraîne l'orientation du chœur à l'Ouest, caractéristique architecturale "presque" unique car :

" Une église est généralement tournée vers l’orient, c’est-à-dire que le chœur (lieu où se tiennent l’autel et le prêtre) se trouve à l’Est. Au sens strict, les églises sont donc orientées : Elles regardent vers l’orient".

 

 

L'église fortifiée du 16ème siècle

* L'église possède un classique mais efficace système défensif :

- Élévation du chœur avec fentes de tir.

- Élévation de la nef avec nombreux trous pour tir avec arme à poudre.

Défensive, mais aussi élégante

 

 

L'église coté Nord

* En regardant le site depuis l'angle Nord-Ouest je vois :

- D'abord le presbytère devenu gîte rural.

- Entre l'église actuelle et le gîte, l'entrée, dans l'ancienne nef de l'église, devenue une belle fenêtre.

- Au niveau du chœur, une élévation défensive soutenu par un haut contrefort dans l'angle.

- Entre le chœur et la nouvelle nef, une ronde tour que je pressens contenir un escalier en colimaçon.

- Enfin au dessus de la nef, une salle défensive avec une ouverture carrée pour le guet et de fines ouvertures pour armes à poudre (fusils).

* En prenant un peu de recul, j'admire la "simplicité-complexe" d'une église ayant évolué.

* Soudain, mes poils de castellologue amateur se dressent de bonheur.

Voyez vous la raison ?

 

 

Elle me guette

* Dans l'angle Nord-Est, au dessus d'un contrefort, je remarque une construction en encorbellement. C'est une échauguette.

* Avec ses fines ouvertures pour fusil, elle permet entre autre, la défense des murs Nord et Est.Cette échauguette a une curiosité. La voyez vous ?

* Pour la défense de l'angle mort, elle est dotée de mâchicoulis.

* Cette échauguette possède une particularité :

- Elle a été construite avec une pierre tombale, dont la croix se devine.

* L'accès à cet encorbellement doit être possible depuis la salle de repli dont une ouverture de guet est visible coté entrée.

 

 

L'intérieur :

Deux époques se toisent

* Ayant demandé l'autorisation de visiter l'intérieur de l'église, une personne de la commune, armée d'une grosse clé, m'ouvre la porte.

* L'intérieur est très lumineux, grâce aux 5 grandes fenêtres à lancettes jumelées coiffées d'un oculus.

* La nef gothique possède deux travées à nervures sans chapiteau.

* Le chœur est plus étroit. Quel contraste avec ses fenêtres romanes à colonnes et chapiteaux sculptés.

 

 

Le rêve est réel

* Je remercie mon guide puis je m’apprête à retourner vers mon destrier quand j'entends :

"Chevalier, voulez vous continuer la visite ?"

* Le porteur des clefs se plante devant la ronde tour.

* Derrière, comme je le pressentais, un escalier en colimaçon m'accueille.

 

 

A travers ces ouvertures, combien de Protestants ont été visés ?

Je suis le dernier défenseur !

* Les araignées ont fait des toiles, la poussière a au moins un siècle, mais j'avance avec les yeux brillants et grands ouverts.

* Je suis dans l'élévation du chœur, les trois ouvertures coté Sud correspondent à ceci.

* Ces 2 baies bouchées, dont la fonction m'est inconnue, se situent au dessus de l'ancienne nef.

* Mon guide m'invite dans la toiture au dessus de la nef.

* Avec aisance, mais en baissant la tête et en montant les genoux, je parviens au dessus de la porte d'entrée :

- L'ouverture rectangulaire sur la gauche est celle au dessus de l'entrée.

- Les 2 trous au fond correspondent à ceux sur la droite de la façade Sud.

Avez vous remarqué l'important ébrasement (voir vocabulaire) intérieur

des ouvertures de tir, alors que n'est qu'un petit trou à l'extérieur ?

* Donc, si ma description "géographique" est correcte, en me retournant je devrais voir la construction en encorbellement.

* Voici....... l'échauguette d'angle.

 

 

La fin du rêve

* Je propose à mon guide de rester cette nuit dans la salle de repli pour surveiller les incendies de foret, les attaques des Protestants et les.......

"Stop Chevalier, c'est la fin de la visite ?"

* C'est donc les neurones remplis d'histoires fantastiques et les yeux émerveillés que je descends (avec lenteur) l'escalier qui tourne, tourne........

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une première église, évidemment d'architecture Romane.

* Au 16ème siècle, la nef de l'ancienne église est abandonnée. Elle est transformée en chai. L'église est agrandie coté Est par une nouvelle nef d'architecture Gothique. A cause des Guerres de Religion, l'église est fortifiée.

* En 1725, modification du portail d'entrée.

* En 1925, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, le presbytère est transformé en gîte rural. Le chai est aménagé en salle de spectacle.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Hilaire) est libre et gratuite. La visite des salles de repli est possible auprès de la mairie. Par politesse, veuillez vous renseigner avant car le personnel municipal a d'autres missions communales que la visite pour touristes.

 

 

Cette église fortifiée sait emporter le visiteur dans un autre monde

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
12 juin 2020 5 12 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Avec cet enchevêtrement, je pressens le plaisir de la découverte

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Saint-André-de-Cubzac est située à 20km au Nord-Est de Bordeaux, à 18km au Nord-Ouest de Libourne (voir sa porte fortifiée) et à 10km au Sud-Sud-Est de Pugnac.

 

   Coordonnées de l'église :

44° 59' 32" N 00° 26' 55" W
 44.992271°  -0.448680°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Tout sur la tour !

* En découvrant l'église par la face Nord, mon regard est d'abord attiré par l'imposant clocher.

* Sa position excentrée est curieuse. 

* La différence de qualité des pierres m'informe que le clocher a été surélevé.

* Je pressens qu'il fut "tour de guet".

 

Un enchevêtrement montrant 7 siècles de modification

 

L'autre face est aussi complexe

* Diantre !... Que voila architecture chaotique.

* Il me faut un peu de temps pour comprendre cet enchevêtrement.

* En plus du temps, il me faut un plan.

- Le bâtiment avancé à droite, formant le bras du transept, est une construction de la fin du 16ème siècle. Je m'en désintéresse.

- Évidemment, la nef fortifiée me fascine. La salle de repli défensif est clairement identifiable.

Voyez vous la différence avec le coté Nord ?

-- La corniche a disparu. Je ne m'explique pas la raison.

- La nef est soutenue par 3 types de contreforts différents.

-- La différence de hauteur et d'épaisseur entre ceux de droite et de gauche s'explique par la création de la salle de repli.

Mais pourquoi cet imposant contrefort au centre ?

-- L'explication semble être le poids du clocher coté Nord appliquant une poussée sur les voûtes intérieures de la nef.

 

 

Des défenses encore

* Sur la gauche, donc à l'angle de la façade d'entrée, une curieuse construction m'interpelle.

* Ce vertical et rectiligne aménagement ressemble à une tour d'angle. Mais curieusement, elle ne dépasse pas le toit, comme le ferait une classique construction défensive dans un angle.

* Cette tour se transforme en échauguette, communicant avec la salle de repli de la nef.

* Cette plateforme de défense et de guet possède des mâchicoulis (voir vocabulaire) dont les orifices sont très fins.

Comme cette église possède d'originales défenses !

Que voila un chevet polygonal très défensif

 

 

Le chevet polygonal

* Cette église est fascinante par ses multiples originalités !

* Par exemple :

- Très souvent un chevet d'église romane est soit plat, soit en hémicycle, c'est à dire de forme semi-circulaire.

- Sur cette église, le chevet montre plusieurs pans de mur.

* Évidemment, vous avez remarqué la salle de repli défensif sous le toit.

* Comme pour la nef, la corniche ainsi que les modillons ont disparu, laissant les chapiteaux des colonnes dans un curieux vide.

* Nota :

- Vous avez certainement remarqué les fentes verticales  pour fusil dans le mur des collatéraux et du transept.

- Précédemment je vous ai dit que je m'en désintéressais. Je rage de cette stupide décision.

 

 

L'entrée unique !

* Unique ne signifie pas que c'est la seule porte pour découvrir l'intérieur, en notre siècle.....

..... Unique car je n'ai pas encore vu ce style d'architecture défensive. aire le tour des tours est le tournant de la découverte

* En faisant abstraction du petit bâtiment avancé au centre, je vois une façade défensive.

* A droite, la tour possède des ouvertures de guet et de tir pour arme à feu. Cette salle défensive communique avec l'échauguette vue précédemment.

* La tour de gauche ne possédant pas d’échauguette se pare d'ouverture de guet et de tir coté nef. Coté entrée, le système défensif est identique.

* J'ai une question :

A quoi sert cette encoche à la base de la tour gauche ?

 

 

L'intérieur :

Lumineuse et grandiose

* En entrant, je suis étonné par la lumière, pour une église théoriquement Romane.

* Avec toutes les fenêtres ajoutées, la nef est très lumineuse. 

 

 

L'aventure Gironde continue

* L'abside en cul de four me transporte dans le Moyen Âge.

* Constatant que je ne pourrai pas monter dans les salles de repli défensif, je rebrousse chemin en admirant les voûtes.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église et d'un prieuré demandée par les bénédictins de l'abbaye de La Sauve-Majeure. L'église comporte une nef droite, une chapelle latérale portant un clocher et un chevet polygonal.

* Au 13ème siècle, la charpente en bois est remplacée par des voûtes en ogive portées par des piliers divisant la nef. Des contreforts extérieurs sont construits pour tenir les murs de la nef. En ce siècle, la petite cité est un carrefour commercial important.

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, le Roi d'Angleterre et Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine érige une châtellenie pour surveiller les possibles intrusions Françaises.

* Au 15ème siècle, le clocher est rehaussé.

* En 1453, à la fin de la Guerre, l'Aquitaine redevient Française. N'étant plus stratégique, la cité est délaissée. Son château n'est plus entretenu (à vérifier).

* Au 16ème siècle, à cause des Guerres de Religion, l'église est fortifiée.

* Au 18ème siècle, la nef reçoit de nouvelles fenêtres offrant plus de lumière. Un portail est aménagé coté Ouest, puis une sacristie est construite au Sud-Ouest.

* En 1837, par manque d'entretien, l'église est proche de l’effondrement. Au lieu de la démolir, de nombreux travaux de consolidation sont réalisés.

* En 1925, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* A partir de 1977, l'église est restaurée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint-André-du-Nom-de-Dieu) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Quelle masse, quelle puissance, quelle défense !

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

Deux rondeurs pour moi... Hummm

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Podensac est située à 30km au Sud-Est de Bordeaux, à 20km à l'Est-Sud-Est de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide fortifiée) et à 15km au Nord de Budos (voir son château). 

 

   Coordonnées du château :

44° 39' 06" N 00° 21' 08" W
 44.651725°  -0.352362°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La logique est mon amie

* Une ruine médiévale est souvent cachée. Pour la voir il faut redoubler de finesse et subtilité.

* Mais en cette commune Girondine, point d'une grande intelligence il faut.

* Pour voir le château de Miramonde de Cailhau, il suffit d'entrer dans la rue nommée : Miramonde de Cailhau. yes

 

 

Ses archères trahissent son origine médiévale

 

Presque entièrement ronde

* A mi distance dans cette rue, je vois deux belles rondeurs.

* En réalité ces tours ne sont pas entièrement circulaires. Elles devaient être intégrée dans les angles, au bout d'une longue courtine.

* Celle de gauche, au Nord-Est, a été arasée. Elle possède une fente verticale ressemblant à un système défensif pour fusil.

* Celle de droite, au Sud-Est, semble avoir été figée dans le temps. Elle possède sur sa semi-périphérie et sur deux hauteurs des archères cruciformes à croix pattée.

- Je contourne cette belle.

- Je constate qu'elle n'est pas entièrement ronde.

- Je note que certaines archères sont en étrier.

* Durant mon contournement vers le Sud, je rencontre un mur au Sud-Sud-Est. Bien qu'arasé il m'impressionne.

- Ce n'est pas un rempart extérieur mais une courtine du château.

- Ainsi je comprends que cette fortification n'est pas rectangulaire comme beaucoup mais a une forme circulaire un peu aplatie.... ou un polygone irrégulier presque circulaire. surprise

 

 

 

Habiter est aussi sa fonction Quel confort !.... Quelle modernité !

* La façade Est offre une autre architecture.

* Point de tour ronde, point de rempart arasé, c'est un haut bâtiment d'habitation qui me fait face.

* La partie basse possède quelques archères.

* Sur les 2 étages supérieurs, les fenêtres à meneaux en croix, les sculptures sur les linteaux et piédroits m'informent que le site, bien qu'il ne fut point un château Renaissance, a été modernisé après la Guerre de Cent Ans pour en faire une confortable résidence d'un petit seigneur local. 

 

 

 

L'intérieur :

* Le site est une propriété privée non visitable.....

    .... mais avec un peu d'astuce, tout en étant respectueux du site, il est possible d'apercevoir quelques détails par les trous et les archères.

* Je vois des fantômes de cheminée, des corbeaux ayant soutenu des poutres.

* Grâce aux fenêtres et portes, je peux "mesurer" l'épaisseur des murs.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle (1242 ?), le Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine et Roi d'Angleterre Henri III autorise la construction d'une maison forte attribuée à Bertrand de Podensac. La ville possède un rempart (à vérifier).

* En 1295, le château est détruit par les troupes Royales de France commandées par Raoul de Nesle. La raison : Officiellement, le Duc d'Aquitaine est vassal du Roi de France Philippe le Bel (voir liste des rois) récemment au pouvoir. Hors, de nombreux seigneurs d'Aquitaine montrent leur désaccord ou leur indépendance à la France. Philippe doit montrer sa puissance.

* Au 14ème siècle, construction d'un nouveau château de forme polygonale entouré d'un fossé. Le site est possession de Miramonde de Cailhau, dont le père est maire de Bordeaux. Elle est la petite fille de Bertrand de Podensac.

* Au milieu du 14ème siècle (?), par mariage la seigneurie appartient au Baron de Langoiran.

* Au 16ème siècle, aménagement d'un corps de logis pour plus de confort.

* En 1615, Anne d'Autriche se rend au château.

* Au 17ème siècle, un conflit violent oppose le Duc d'Epernon, gouverneur de Guyenne (possesseur entre autre de Podensac) et les parlementaires frondeurs (de Bordeaux). Le château souffre un peu des attaques.

* Au 19ème siècle, les fossés sont comblés, le site est transformé en exploitation agricole (à vérifier).

* En 1925, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des ruines et des tours est libre et gratuite depuis les rues de la commune. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

 

Que voila un intérieur très...... médiéval

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Comme c'est émouvant une église Templière et Hospitalière !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Marcenais est située à 20km au Nord-Ouest de Libourne (voir sa porte fortifiée) et à 15km au Nord-Est de Bourg sur Gironde (voir ses fortifications).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 03' 29" N 00° 20' 14" W
 45.058200°  -0.337357°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Est ce que le commandant rit dans la commanderie ?

* D'après ma documentation, de l'ancienne commanderie il ne resterait que l'église.

* En approchant de ce moutier, je remarque plusieurs bâtiments l'encadrant partiellement.

* Une étude du terrain semble prouver que des pierres du rempart existent encore ainsi que quelques terrassements. Mais j'avoue que n'étant pas un spécialiste, je ne cherche pas à comprendre.

* Toute mon attention est portée sur cette église trônant dans un cimetière.

 

Quelle magnifique échauguette d'angle !

 

Droite comme le i de... heu... commanderie

* En découvrant la façade Sud, je constate :

- Une construction linéaire sans transept.

- Une façade ne comportant aucune fenêtre.

- Des modillons ou plutôt des corbeaux pauvrement sculptés supportant une corniche.

- Une élévation borgne entre le toit et la corniche.

- A l'angle Sud-Ouest, une imposante échauguette d'angle posée sur des consoles triples.

- Cette construction en encorbellement formant mâchicoulis (voir vocabulaire) possède sur toutes ses faces de petits trous ronds pour fusil.

 

 

Etre à son chevet

* En contournant l'église, je suis face à son chevet.

* Pour mieux le comprendre, je prends un peu de recul.

* Il est plat avec un triplet.

 

 

Le souffle divin sèche rapidement le linge

La symétrie et l'asymétrie

* Bien que l'église soit théoriquement symétrique, la façade Nord comporte quelques différences avec sa consœur Sudiste.

* Ce coté dans l'ombre possède :

- Une sacristie de faible hauteur avec 2 fenêtres.

- Une élévation.

- A l'angle Nord-Est, une échauguette avec :

-- Des ouvertures carrées pour le guet.

-- Des trous ronds et petits pour une défense avec fusil.

-- Des mâchicoulis sur consoles doubles.

- Proche de l'angle Nord-Ouest, une ouverture accédant à la salle de repli. Je pressens que cette porte communiquait avec le château disparu.

- Les corbeaux en dessous devaient porter la couverture d'un appentis.

 

 

Est ce un porche ou une Porsche ?

* De l'extérieur, je suis surpris de constater que le porche est plus large que l'église. 

* Même si cette construction avancée est plus récente que l'église, je ne m'explique pas cette curiosité.

Connaissez vous d'autres exemples ?

 

 

Quelle magnifique entrée multicolore

L'intérieur :

Le portail

* Bien qu'il ne soit pas finement sculpté, le portail est curieux, presque unique.

* Chaque piédroit comporte :

- Une grosse colonne en arrière.

- Puis à 45°, (pour faire une épaisseur ?) quatre colonnettes avec chapiteaux romans.

 

 

Linéaire

* En franchissant la porte je vois une nef tout en longueur voûtée en tiers-point.

* Au fond l'abside plate montre les 3 fenêtres avec ébrasement intérieur observées depuis l'extérieur.

* De chaque coté, les murs peints rappellent le thème Templier.

 

 

La femme est l'avenir de l'homme

* Ne trouvant pas la porte pour monter dans la salle de repli, je me dirige vers la lumière (du soleil) quand je vois une femme, plutôt une jeune fille.

* Je lui demande :

"Ho, ma Jehanne, sais tu comment monter ?"

* Elle me répond :

"Chevalier, souhaites tu monter au ciel ?"

"Tu es bien trop jeune pour mourir !"

* Mouai, la Pucelle a encore fumé... C'est pour cela qu'elle est partie en fumée. cheeky

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 12ème siècle, construction d'une commanderie par les Templiers. Elle se compose d'un château accolé à l'église puis des bâtiments d'habitation et des communs.

* Vers 1312, après l'arrestation des Templiers et la dissolution de l'Ordre, les Hospitaliers récupèrent la commanderie.

* Au 15ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, de nombreux bâtiments de la commanderie sont détruits. Seule l'église semble avoir été épargnée.

Certains documents affirment que le moutier possédait une salle de repli (à défense "passive" ) sous le toit créée pour les habitants.

* Au 16ème siècle, à cause des Guerres de religion, les Hospitaliers fortifient l'église en l'adaptant aux armes à poudre (fusils).

* En 1671, construction de la sacristie.

* En 1927, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite du clocher et des systèmes défensifs est interdite.

 

 

La grande histoire des Templiers ne se voit que dans cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers liste
bâtiments des Templiers
Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
17 mars 2020 2 17 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Voyez vous les défenses de cette église ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Lugasson est située à 40km ESt-Sud-Est de Bordeaux, à 30km au Nord-Est de Sauternes et à 10km au Nord-Ouest de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 45' 05" N 00° 09' 39" W
 44.751565°  -0.160818°

  

 

 

L'église :

          L'extérieur :

Où est elle ?

* Trouver une église n'est pas compliqué :

1 - Soit elle dépasse les maisons.

2 - Soit elle est au centre du bourg.

3 - Soit elle est proche de la mairie.

* C'est donc sans difficulté que je vois cette construction religieuse  entourée partiellement du cimetière.

 

 

Échauguette d'angle et salle de repli sont les secrets défensifs

Des petits trous et des grands trous

* En découvrant la nef coté  Sud, je vois plusieurs trous carrés entre les fenêtres et le toit.

* Evidemment, vous êtes si perspicaces, mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteur, que vous avez deviné qu'une salle de repli défensif existe au dessus de la nef.

- La différence de qualité des pierres prouvent que l'élévation a été réalisée après la construction de l'église.

* Vous avez aussi vu des pierres avec un petit trou rond insérées dans l'élévation.

- Cela signifie que ces pierres pour armes à poudre (fusils) ont été ajoutées..... certainement à partir du 16ème siècle.

* Mais un détail qui me questionne :

- Sur la face Sud, je vois coté clocher des ouvertures de tir verticales.

- Sur l'autre face Nord, les ouvertures pour fusils sont horizontales permettant un meilleur angle de tir.

Pourquoi 3 sortes d'ouverture défensives pour fusil ?

Y avait il plusieurs "architectes" pour la fortification ?

Les systèmes défensifs ont ils été installés sur plusieurs années ?

 

 

Elle me guette

* Au Sud-Ouest  il y une construction en encorbellement.

* En son centre est est tenue par un contrefort.

* Au deux extrémités, des doubles consoles la portent.

* Vous avez évidemment reconnu une échauguette avec trous pour fusils

L'entrée ne semble pas défensive

 

 

L'entrée

* En découvrant l'entrée sous le clocher-mur , je suis surpris.

* La façade ne ressemble pas à celle d'une église fortifiée.

* Cette impression est certainement causée par le large porche récent.

* Dans cette avancée, je découvre un magnifique portail composé :

- De cinq arcs avec voussures géométriques et florales.

- De six colonnes aux chapiteaux sculptés hélas massacrés par les Révolutionnaires.

 

 

          L'intérieur :

* Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas.

* Je rebrousse chemin vers une nouvelle aventure.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église à nef unique et à chevet plat.

* Au début du 16ème siècle, le clocher mur avec une tour escalier intérieur sont construits.

* Peu après, à cause des Guerres de Religion, l'église est fortifiée.

* Au 18ème siècle, construction du clocher à arcade, la sacristie et le porche.

* En 1792, les Révolutionnaires attaquent puis saccagent l'église.

* En 1925, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher et de la salle de repli est interdite.

 

Fortifiée est cette église Girondine

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
14 février 2020 5 14 /02 /février /2020 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

La tour, prends garde.... J'arrive !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Mérignac est située à 6km à l'Ouest de Bordeaux, proche de l'aéroport éponyme.

 

   Coordonnées du château :

44° 49' 32" N 00° 38' 43" W
 44.825672°  -0.645445°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Réflexion avant la vision

* Sur les cartes et dans ma brochure le site est nommé : Tour de Veyrines.

* Dans cette destination, le mot Tour n'est pas masculin comme "Tour de France" mais féminin comme "Tour défensive".

* A chaque fois que je lis ce mot je m'insurge. Même si la construction est solitaire, elle faisait partie d'un bâtiment fortifié nommé : Château.

* Ce n'est donc pas une tour que je vais voir mais le seul vestige du château de Veyrines.

 

Hoooo... Elle est haute !

 

L'Ouest et le Nord sont mes cibles

* Pour trouver ce vestige médiéval il n'est point besoin d'être intelligent. Il suffit de longer une rue nommée : Chemin de la Tour de Veyrines.

* C'est donc par les façades Ouest et Nord que j'aborde la construction bien seule au milieu de son champs.

* Derrière votre écran, je vous vois sourire en pensant :

"Chevalier, il n'y a rien à voir de fascinant !"

* Que nenni.

* Ce vestige médiéval, de 20 mètres de haut pour une base carrée de 10 mètres de côté, possède de nombreux détails :

- Les façades possèdent de la verdure (plantée par une princesse ? cheeky).

- A mi hauteur, une ouverture rectangulaire ressemble à une porte. Les trous de boulin alignés en dessous me font penser aux traces d'une passerelle.

Était ce une porte d'accès ?

- Cette ouverture communique avec une autre baie (que je vous montre dans quelques instants).

- A l'étage du dessus, l'ouverture de gauche ressemble à une fenêtre, alors que celle de droite semble être un encorbellement que je pressens être des latrines.

- Au sommet, les triples consoles m'informent que des mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient. Etant présents sur les 4 cotés, ils forment une couronne.

- La tour ayant été arasée, il est impossible de savoir si un crénelage existait.... mais je le suppose.

 

 

L'entrée.... fermée

* Sur la façade Est, une surprise m'attend :

- La merveille n'est pas la baie rectangulaire de l'étage supérieur (dont la fonction m'est inconnue.... bien que latrines soit le mot qui me vient).

- Ce n'est pas l'ouverture carrée à mi hauteur, ressemblant à une petite fenêtre.

- C'est à la base de la construction.

* A l'origine de cette tour-porte, l'entrée en arc brisé était en bas, protégée par un pont au dessus d'un fossé. Puis, l'ouverture fut murée. La salle au rez de chassée devint une chapelle.

 

Quelle incroyable façade.... historique

 

Face à LA façade

* Tout en respectant la propriété privée et l'interdiction d'entrer dans le champ, je contourne la tour.

* Soudain je suis en émoi ! surprise

* La façade Sud révèle de multiples détails :

- Un arrachement de mur. Je pressens que ce fut le rempart.

- Au niveau de la partie supérieure de l'arrachement, une baie. C'est la porte d'accès au chemin de défense sur le rempart.

- Sur sa droite, un encorbellement que vous connaissez : Les latrines.

Avez vous remarqué que cette salle est éclairée

par la petite fenêtre de guet vue précédemment ?

- A l'étage supérieur, les vestiges d'une construction en encorbellement ressemblent à des latrines.

Avez vous remarqué que ces 2 latrines sont décalées ?

* Soudain, je repense à la porte coté Est.

Accédait elle à un rempart ?

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée est interdite à la visite.

* Je repars vers une autre aventure Girondine.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, un castellum est (serait) cité dans un texte (à vérifier).

* A la fin du 13ème siècle, le Roi d’Angleterre et Duc (voir titre de noblesse) d’Aquitaine, Édouard 1er, permet au seigneur de Blanquefort (prénommé Arnaud ?) de fortifier son manoir de Veyrines.

* Au 14ème siècle, la porte en bas de la tour défensive est murée. A l'intérieur, une chapelle est aménagée.

* En 1526, le site fortifié est acheté par la jurade de Bordeaux.

* Au 16ème siècle, des fresques sont apposées sur murs et plafond narrant certains épisodes de la vie du Christ.

* Vers 1790, les Révolutionnaires s'emparent de la construction, toujours détenue par la jurade de Bordeaux, puis la vendent comme bien national. Tous les bâtiments ont disparu sauf la tour qui eut comme fonction : Jalon pour la cartographie.

* En 1875, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite depuis la route et le chemin piéton. La tour est une propriété privée, la visite de l'intérieur est interdite.

 

La nuit tombe sur ce souvenir d'une histoire presque oubliée

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

 

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Sentez vous le plaisir de la découverte ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Jean de Blaignac est située à 55km à l'Ouest de Bergerac, à 20km au Nord de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide) et à 15km au Sud-Est de Libourne (voir sa porte fortifiée).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 48' 44" N 00° 08' 24" W
 44.812347°  -0.140064°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Préambule

* Souvent, lorsque de loin je découvre un bâtiment religieux (peut être défensif), j'ai un petit frémissement, une sensation qui titille mes poils de castellologue amateur passionné.

* Mais parfois, je reste sans voix, je n'ose avancer, je savoure cet instant rare des neurones qui tressaillent, des yeux qui oscillent, des mains qui veulent tout prendre.

Éprouvez vous aussi cela ?

 

Quelle magnifique échauguette sur contrefort

 

Le sublime côtoie la perfection

* Je suis si excité de découvrir cette église, que je délaisse la façade d'entrée pour me précipiter coté Nord.

Que vois je ?

* Sur la droite, une échauguette posée sur le contrefort d'angle :

- Cet encorbellement peut défendre 2 cotés (Nord et Ouest).

- Les petits trous ronds m'informent que cette construction était prévue pour des armes à poudre.

- Le dessous est partiellement troué. Cette échauguette faisait office aussi de mâchicoulis.

* Au centre, la longue nef.

- Elle a été rehaussée, donc possède une salle de repli défensif.

- Elle possède des ouvertures verticales ressemblant à des archères droites.... mais j'ai des doutes sur l'ancienneté de ces fentes.

 

 

Sont ce des trous de souris ?

Le chevet très plat (et bosselé)

* Coté Est, logiquement je vois le chevet.

* A l'origine, il devait être plat, mais les modifications des siècles suivants l'ont affublé de "verrues".

* Trois détails me fascinent :

- A droite, une grande ouverture ronde (canonnière ou puits de lumière et de guet) à coté d'un petit trou pour fusil.

- Au centre, une fenêtre bouchée (n'y a-t-il aucune lumière dans l'abside ?).

- A gauche, une échauguette sur un contrefort d'angle.

 

 

La face Sud

* Curieusement, ce coté semble plus sobre.

* La nef ne possède aucune fente de tir ni archère au sommet du mur. Aucune salle de repli défensif se révèle.

* Les contreforts à larmiers ne semblent pas creux (comme parfois pour un escalier intérieur ou un défenseur protégeant les murs.

* Par contre l'angle entre la nef Sud et le portail est défendu par une belle échauguette pour arme à poudre.

 

 

Entrer sans blessure dans cette église semble impossible !

La façade d'entrée

* Que cette entrée est magnifiquement défensive :

- Evidemment, il y a les 2 échauguettes vues précédemment.

- Au niveaux de l'horloge moderne il y a une plateforme qui a pu être une sorte de bretèche.

- En dessous un arc de décharge.

- En avançant, je découvre... un assommoir.

 

 

L'intérieur :

* Beaucoup d'églises en notre siècle ne sont pas accessibles (à cause des vols et dégradations).

* La porte de ce magnifique moutier est close.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 6ème siècle (?), construction d'une nécropole Mérovingienne (à vérifier).

* Au 11ème siècle, construction d'un prioral (c'est l’église d’un prieuré, domaine dépendant d’une abbaye et dirigé par un prieur nommé par un abbé).

* Au 13ème siècle, l'église est fortement remaniée.

* Au 14ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, l'église est fortifiée.

Nota :

J'ai trouvé cette affirmation dans une revue, mais j'ai des doutes :

- Certes les villages de cette province ont souvent  été attaqués, mais....

 ...... Les échauguettes ne possèdent pas d'archère.

* A la fin du 15ème siècle, de nombreuses peintures sont réalisées dans l'église.

* Au 16ème siècle, à cause des Guerres de Religion l'église est fortifiée (ou les systèmes défensifs sont modernisés).

* Au milieu du 17ème siècle, création d'une sacristie.

* En 2002, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Jean) est libre et gratuite. La visite des systèmes défensifs est interdite.

 

 

Les nombreuses échauguettes et la salle de repli sont des preuves de la vie défensive de cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0