27 décembre 2019 5 27 /12 /décembre /2019 07:30
     
     
m-j-01    Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

m-j-02 

 

 

Département 77 - SEINE et MARNE

 

 

 

Le bourg :

Au Sud de la forêt de Fontainebleau, une château attend ma visite    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Bourron-Marlotte est située à 70km au Sud-Est de Paris, à 35km au Nord de Montargis et à 7km au Sud de Fontainebleau.

 

   Coordonnées du château :

48° 20' 23" N 02° 41' 53" E
 48.339813°  2.698216°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule du Chevalier

* Le but de ce blog est de vous montrer des constructions médiévales fortifiées.

* Les nombreuses ruines que je vous offre depuis de plusieurs années en sont la preuve.

* Évidemment, je visite aussi des châteaux Renaissance et d'époques plus récentes, mais je me suis imposé à ne point les faire figurer dans ce blog.

* Pourtant, aujourd'hui, ce château va vous étonner par sa "jeunesse" architecturale.

* Je n'ai pas changé de thème, mais je considère que mes articles sont ouverts à toutes les constructions dont une pierre a été posée avant 1492, date théorique de la fin du Moyen Âge en France. C'est le cas pour ce château.

J'espère que ce choc ne vous sera pas fatal.

* Je laisse maintenant la place à messire M.J.

  Des douves médiévales pour un château du 17ème siècle

 

La découverte

* Construit sur les restes d'une ancienne forteresse médiévale, le château de Bourron et sa cour d'honneur s'inscrivent dans le périmètre des douves en eau de l'ouvrage primitif.

* Le plan général du château procède du schéma classique des constructions de la fin du 16ème siècle ou du tout début du 17ème :

- Un corps de logis de cinq travées sur sa façade principale orientée au sud, dont une dans l'avant-corps central en très légère avancée.

- Deux courtes ailes, en retour d'équerre, aux extrémités de deux travées chacune.

 

 

L'escalier

* On accède au rez-de-chaussée surélevé, le piano nobile ici à Bourron, par un escalier de grès en fer à cheval.

* Les trois niveaux de fenêtres sont surmontés de toits à la française percés de lucarnes.

 

 

Les 2 pavillons étaient ils des tours de défense il y a 800 ans ?

Les pavillons

* A l'extrémité Sud de la cour d'honneur, deux pavillons à base carrée abritaient les anciens corps de garde et encadraient un portail détruit à la Révolution.

* Nous n'en sommes qu'au début du classicisme qui reste à Bourron d'une grande sobriété et se manifeste essentiellement par un souci de symétrie de l'ensemble.

 

 

Matériaux

* Le grès d'Apremont est omniprésent :

- Apparent dans les soubassements et les chaînages verticaux harpés et protégé par un crépis pour les façades en élévation dont les linteaux et tableaux de baies ont été cependant rehaussés de brique.

 

 

La façade Nord

* La façade postérieure nord, restaurée en 2002, affecte le même souci de sobriété.Une façade aux multiples fenêtres

* Assez curieusement, il convient de porter le regard vers le haut de la construction pour voir apparaître une réelle préoccupation de décoration dans les encadrements de lucarnes surmontés de petits frontons, triangulaires ou en arcs et dans la corniche à modillons.

* L'escalier en fer à cheval est prolongé par un curieux petit pont-tournant au-dessus des douves.

 

 

Linéarité

* La ligne droite et l'angle droit sont les deux caractéristiques de cette architecture qui se prolongent aussi dans le parc.

 

 

L'intérieur :

* Ce château est une propriété privée non visitable au touriste.

* Il est quand même possible de le découvrir en louant une chambre d'hôte ou en le réservant pour une réception, mariage etc...

 

 

bourron-91

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, première implantation des seigneurs de Bourrron. Un château fort est construit.

* Vers 1380, la seigneurie de Bourron passe à la famille Villiers de l'Isle-Adam.

* Vers 1440, le château devient la propriété des Vicomtes (voir titre de noblesse) de Melun.

* En 1487, le dernier Vicomte décède. Il est tant criblé de dettes que le domaine dut être mis à la criée.

* En 1502, Olivier de Sallard, grand fauconnier des rois Charles VIII et Louis XII (voir liste des rois), devient propriétaire de la seigneurie.

* Durant le milieu du 16ème siècle, la famille de Sallard a des difficultés financières. Elle pense à vendre la seigneurie.

* En 1562, le dernier représentant de la famille, François de Sallard, épouse la fille du secrétaire d'Etat aux finances de Henri II (voir liste des rois). La confortable dot apportée par la jeune épouse permet d'agrandir le domaine.

* En cette fin du 16ème siècle, la vieille forteresse primitive est remplacée par l'actuel château.

* En 1708, mort du dernier des Sallard à la bataille d'Audenarde. Le domaine est transmis à son beau-père, Frédéric de Beringhen, officier de souche Hollandaise. Ce fut, du reste, du fait de cette parenté que Bourron connut son heure de gloire.

* En 1725, le roi détrôné de Pologne, Stanislas Leszczynski, ne pouvant, pour des raisons de protocole, séjourner à Fontainebleau, au moment du mariage de sa fille avec le jeune Louis XV, réside à Bourron où la nouvelle reine lui rend visite. Le roi de France vient au château de Bourron faire la connaissance de son beau-père.

* Vers 1792, Bourron n'est naturellement pas épargné par les révolutionnaires. Néanmoins seuls le pigeonnier et le portail sont arasés.

* Au 19ème siècle, le château passe de mains en mains.

* En 1878, le château est acheté par la famille Montesquiou-Fezensac qui l'occupe toujours actuellement.

* Au 21ème siècle, la découverte gratuite de l'extérieur est difficile car le château est au centre d'un bois. Le château est ouvert aux réceptions et propose des chambres d'hôtes. Veuillez consulter le site web.

 

 

Est ce Versaille ou un château médiéval ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 77 Vers Menu châteaux de Seine et Marne

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2019 3 30 /01 /janvier /2019 07:30

 

michel-j-01

 

  Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département 77 - SEINE et MARNE

 

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Moret sur Loing est située à 60km au Sud-Est de Paris, à  40km au Sud-Ouest de Provins et à 11km au Sud-Est de Fontainebleau.

 

    Coordonnées de l'entrée fortifiée :

48° 22' 22" N 02° 49' 07" E
 48.372672°  2.818712°

 

 

 

Les fortifications : Vue de Moret-sur-Loing au début du 17ème siècle

L'extérieur :

Préambule du Chevalier Dauphinois

* Narrer une ville n'est point un exercice facile pour votre Chevalier. Excepté pour Carcassonne que je montrerai certainement dans quelques années, je ne tenterai pas ce style d'article.

* C'est donc avec respect et plaisir que je me permets de vous montrer le travail de messire M.J. qui oscille à la perfection entre détail touristique et historique, entre architecture militaire et bourgeoise.

* Oubliez les ruines de ce blog et regardez le bourg médiéval comme une expérience d'initiation.

* Je vous laisse maintenant déguster sa prose.

 

 

L'histoire

* A l'extrémité Sud-Est de la forêt de Fontainebleau, à proximité du confluent du Loing et de la Seine, Moret-sur-Loing fut, au Moyen-Âge, une place forte et une résidence royale, à la frontière des domaines des puissants comtes de Champagne.

* Il convenait, au 12ème siècle, pour le roi de France, Louis VI et ses successeurs (voir liste des rois), de se protéger des ambitions de ses vassaux Champenois.

* Les défenses de Moret ne cesseront d'être entretenues qu'au 19ème siècle

* Aujourd'hui, seuls subsistent des vestiges de ces remparts et les deux portes, dites de Samois au Nord-Ouest (A) et de Bourgogne au Sud-Est (C).

* Néanmoins, Moret conserve son caractère de ville close.

  Sur la rive opposée du Loing

 

Le bourg de loin et du Loing

* Prenons du recul en traversant le Loing en nous mettant à l'endroit même où le peintre impressionniste, Alfred Sisley, a installé son chevalet pour peindre cette apaisante vue :

- Du vieux pont de pierre qui enjambe la rivière,

- De l'église gothique de Moret

- Et de la porte de Bourgogne.

* Les maisons anciennes qui bordent la rivière se sont installées sur les parties basses des vieux remparts.

 

 

Sur le pont

* Vus du pont, les vieux remparts sont encore bien présents et Notre-Dame de Moret émerge des toitures qui bordent la rivière.

* A l'extrémité du pont, la porte monumentale de Bourgogne, du 12ème siècle, est composée de deux forts murs latéraux qui encadrent le passage charretier.

* Le toit qui la recouvre a été réalisé au 17ème siècle, en remplacement d'une terrasse et d'échauguettes à ses quatre angles.

 

 

L'église Notre Dame Eglise Notre Dame

Extérieur

* L'église Notre-Dame a été bâtie durant la première moitié du 12ème siècle, dans un style gothique qui ne dénie cependant pas son caractère de maison forte si l'on en juge par ces meurtrières qui apparaissent dans les tourelles adossées de sa façade.

 

Intérieur

* La nef et ses deux bas-côtés restent d'une grande sobriété. La moindre hauteur des voûtes des bas-côtés a permis l'installation de tribunes latérales dont les fines voûtes ogivales prennent appui sur des colonnettes circulaires.

* Le transept aux parois très ajourées a été réalisé au 13ème siècle.

* Le buffet d'orgues Renaissance (16ème siècle) est curieusement installé en encorbellement sur le coté droit de la nef. On remarque les fines sculptures sur bois de ses caissons.

 

 

Une gourmandise sucrée

* Ce bâtiment d'angle, à pans de bois, à coté de l'église est un ancien hospice fondé en 1638 qui était naguère réputé pour les sucres d'orge fabriqués par les sœurs.

* Les sœurs ne sont plus là, mais une confiserie fait perdurer la fabrication de cette sucrerie. Une statuette en bois de Saint-Jacques apparaît sur le poteau d'angle.

 

 

Maisons remarquables

* Dans les ruelles de Moret, les vieilles maisons se reconnaissent au premier coup d'œil :

Des chaînes d'angles en grès (en abondance dans la région),

- Et des remplissages en moellons.

* Aux numéros 28 et 30 de la Rue Grande, principale artère de Moret, on remarque ces deux constructions Renaissance dont les portes d'entrées sont finement sculptées.

* Plus surprenante est cette galerie à l'Italienne Renaissance à la décoration exubérante qui reliait autrefois un logement dans la cour à celui de la rue Grande.

* On y remarque un ancien portail surmonté de la Salamandre de François Ier (voir liste des rois).

 

 

La maison du peintre

* A l'angle de la rue du Donjon et de la rue Montmartre, nous ne pouvons qu'apercevoir, derrière un haut mur la maison où le merveilleux peintre Sisley a passé ses dernières années et où il est mort en 1899.La porte de Samois

  En dépit de son immense talent, Sisley n'a jamais connu la notoriété, alors qu'aujourd'hui il est reconnu comme l'un des plus grands impressionnistes.

   De Paris à Marly, puis pour finir à Moret, il dut s'éloigner de la capitale à la recherche de loyers plus abordables.

* Un pèlerinage et notre reconnaissance, en quelque sorte.

 

 

La porte de Samois

* A l'extrémité Nord-Ouest de la rue Grande, la porte de Samois est le pendant de celle de Bourgogne au Sud-Est, limitant l'une et l'autre le vieux Moret.

* Sur sa façade intérieure, on remarque cette petite statue de la Vierge, protégée par un minuscule toit d'ardoises.

 

 

C'est la fin

* Nous sommes revenus à notre point de départ.

* Cramponnées aux fondations des vieux remparts, les vieilles maisons surplombent un bras mort du Loing.

* Ici se termine notre visite dans cette petite bourgade si attachante qui mérite bien un détour.

 

 

Le diaporama du bourg est ici - CLIC

 

 

 

Le vieux pont, l'église gothique et la porte de Bourgogne

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 77 Vers Menu châteaux de Seine et Marne

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 06:30

 

Voyez vous l'église au loin ? 

Département 08 - ARDENNES

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La petite commune de Prez est située à 60km au Nord-Est de Laon, à 25km au Sud-Est d'Hirson et à 20km au Nord-Ouest de Charleville-Mézières.

 

  Coordonnées de l'église :

49° 48' 01" N 04° 21' 05" E
 49.800318°  4.351444°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La Thiérache

* La Thiérache, trop souvent assimilée au département de l'Aisne, fut une province où les attaques/pillages furent nombreux. Les châteaux étant rares, les villageois trouvèrent dans leur église d'épais murs pour une protection efficace.

* Pour repousser les petites bandes armées, les bâtiments religieux furent modifiés pour utiliser les armes à feu.

* L'incroyable église de Prez est l'exemple parfait de l'adaptation dans ces siècles d'insécurité.

 

Voyez vous des fortifications ?  

Je la cherche

* Moi qui suis un Chevalier des montagnes, je suis toujours surpris d'avoir la possibilité de découvrir l'horizon.

* Ainsi, bien avant d'arriver dans la petite commune, je tente de voir au loin la forme classique d'une église.

Avez vous une vue aussi perçante que la mienne ?

 

 

L'arrivée

* Ce type d'église étant magnifique, la région et les départements mettent en place une signalisation pour attirer le touriste.

* Bien que je n'en sois pas un (pourtant chapeau de paille j'ai dans ma besace), je marche en direction du bâtiment en espérant qu'il ait gardé les traces de ses fortifications.

 

 

L'enquête commence

* En découvrant l'église par le chevet, je constate que les fenêtres sont d'origine Gothique et qu'un bâtiment polygonal la précède.

Est ce une tour de défense ?

* Rapidement, je comprends que cela n'est point une tour (mais certainement un ajout "récent" pour le confort du curé).

* Je me concentre donc sur les murs du chevet.

 

 

Que d'évolution !

Un mur fascinant

* Le visiteur pressé ne remarquera pas certains détails, mais un Chevalier attentif voit :

- Une fenêtre romane (?) obstruée, laissant l'éclairage à...

.... Une large fenêtre Gothique,

- Puis un contrefort à larmier incrusté dans le transept,

- Et surtout une ouverture horizontale de tir (entre les 2 "fenêtres")

 

 

Y a-t-il symétrie ?

* Pour être certain qu'une salle de repli existait, je contourne le chevet pour tenter de voir d'autres indices.

* La face opposée possède aussi une fenêtre obstruée et surtout une ouverture de tir horizontale.

* J'ai ainsi la preuve d'une salle de repli existait.

N'est ce point magnifique de découvrir une église fortifiée !

 

 

Est ce la fin de la visite ?

* Pensant avoir compris le secret de l'église, je m'éloigne en jetant rapidement un œil sur la nef.

* Mais un détail me surprend.

Le voyez vous ?

 

 

Voyez vous d'autres indices de systèmes défensifs ?

 

Une tour qui me tourne le dos !

 

Mon questionnement

* En réalité, plusieurs détails m'interpellent :

- Le fait que les fentes de tir de la nef soient au même niveau que les hautes fenêtres Gothiques me laisse à penser que des modifications de la toiture (et de l'architecture) ont été faites après les guerres de Religion".

- La petitesse des contreforts à larmier confirme ma théorie.

- La différence d'architecture entre nef et chœur me renforce dans mon affirmation.

- Mais surtout, la présence d'une tour me "titille".

 

 

La tour extérieure

* Sa forme ronde me l'a fait dater après le 13ème siècle.

* La différence de hauteur entre le mur de la nef et la tour m'incite à penser qu'une salle de repli existait.

* Des orifices ronds me font penser à un système défensif pour arme à feu.

* Mon imaginaire fertile croit voir des impacts de balles sur les pierres extérieures.

 

 

Encore des questionnements

* Pour mieux ressentir cette église qui paraissait si "simple" 1 heure plus tôt, je prends un peu de recul.

Voyez vous cette curiosité ?

 

Est ce un donjon ?

* Accolée à la petite tour ronde, une massive construction m'interpelle :

- Est ce le vestige de l'église primitive Romane ?

- Ce bâtiment était il un donjon ?

- Pourquoi n'y a-t-il point d'archère, ni de fente de tir ?

* Devant mes interrogations, mon instinct me force à entrer pour trouver les réponses.

 

 

L'intérieur :

* Comme souvent durant notre siècle, l'église est fermée.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 15ème siècle, construction de l'église (à vérifier).

* Au 16ème siècle, à cause des Guerres de Religion, l'église est fortifiée.

* Au 18ème siècle, le chœur est modifié.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

L'enchevêtrement de fortifications m'éblouit de couleurs !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 08 Vers Menu châteaux des Ardennes

Partager cet article

Repost0
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 06:30

 

 

Département 08 - ARDENNES Voyez vous un système défensif sur cette église ?

 

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Fraillicourt est située à 70km au Nord-Est de Soissons, à 50km au Nord de Reims, à 40km à l'Ouest-Sud-Ouest de Charleville-Mézières et à 10km à l'Est de Montcornet (voir son église).

 

   Coordonnées du bourg :

49° 40′ 02″ N 04° 09′ 49″ E
 49.6672°  4.1636°

 

 

 

L'église :

       L'extérieur :

C'est la fin de ma semaine de vacances L'opposition brique et pierre est fascinante

* Après avoir visité de nombreuses églises fortifiées en Thiérache (ancienne province très souvent assimilée au département de l'Aisne, ce qui est un peu réducteur, voir cet article), je retourne vers mon Dauphiné en entrant dans le département limitrophe nommé : Ardennes.

* Dans le 1er bourg Ardennais que je rencontre, je découvre une massive construction religieuse un peu en périphérie à l'Est.

 

 

La découverte

* De loin cette beauté m'impressionne :

- D'abord par sa longueur,

- Puis par sa largeur,

- Puis par sa rudesse de construction,

- Ensuite, par le nombre important de contreforts,

- Enfin, par la faible hauteur de son clocher qui la rend encore plus râblée.

* Mais, pour un castellologue amateur comme moi, la question la plus importante est :

Est elle fortifiée ?

 Les angles comportent le système défensif

 

L'enquête commence

* En regardant l'église je constate :

- 2 styles architecturaux,

- 2 époques de construction,

- 2 types de matériaux (brique et pierre). 

* Rapidement, je délaisse la partie gauche (nef et clocher) et je m'intéresse à ce qui semble être le transept.

 

 

Un transept fortifié

* La première construction que je remarque est évidemment la fine tour circulaire accrochée à l'angle coté chœur.

* Plusieurs constatations :

- Son faible diamètre ne me fait pas penser à une tour escalier,

- En partie basse, les ajouts en briques signifient que des réparations hâtives ou économiques ont été réalisées après le 15ème siècle,

- Sous le toit, il reste quelques vestiges d'archères (voir vocabulaire) avec trou rond pour tir au fusil.

  Avez vous remarqué une "curiosité sur la gauche ?

 

 

Un transept très fortifié !Un magnifique vestige d'échauguette

* A l'angle opposé (coté nef) je suis attiré par 2 contreforts posés à 90° supportant une petite toiture.

* Avec un peu d'attention, je distingue un vestige d'architecture en encorbellement ayant du soutenir une échauguette.

* Il est amusant de constater que ce système défensif n'est point dépourvu d'une fine sculpture.

 

 

Est ce la fin ?

* Après ces magnifiques découvertes, je suis heureux. Je présuppose que j'ai vu tous les systèmes défensifs de cette église Ardennaise.

* Je longe le long mur de la nef en brique soutenu par de nombreux et épais contreforts à larmier et je me dirige coté Ouest vers la sortie du cimetière.

* Avant de quitter le bourg de Fraillicourt, je jette un dernier regard vers le bâtiment religieux.

Voyez vous ce qui m'interpelle ?

 

 

Est ce un clocher ou une tour défensive ?  

Un portail fortifié

* Droit, fier, massif, composé de brique et de pierre, le clocher-donjon me regarde fixement. J'imagine qu'il n'a pas apprécié que je le "snobe".

* Sa rudesse tranche par rapport à l'élégant transept, mais son système défensif n'en est pas moins efficace et multiple.

Pouvez vous l'identifier ?

 

 

Une vraie tour défensive

* Les puissants contreforts solidifiant et sécurisant la tour,

* Les vestiges d'échauguette en brique posée sur des culots en pierre,

* Au dessus de la porte, le classique et efficace assommoir.

 

 

    L'intérieur :

 * Comme souvent durant notre siècle, les églises des villages sont fermées.

* Celle-ci ne fait pas exception.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 13ème siècle, agrandissement de l'église (à vérifier).

* Au 14ème siècle, modification de l'église.

* Au 15ème siècle (?), avec les pillages et l'insécurité, l'église est fortifiée pour protéger les villageois.

* En 1928, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au milieu du 19ème siècle, sur la face Nord, des modifications/reconstructions sont réalisées. Des briques vitrifiées proche d'une fenêtre attestent de la date de 1858.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite des fortifications est interdite.

 

 

Massive et légère !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers menu des châteaux du 08 Vers Menu châteaux des Ardennes

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 07:30

 

 

Département 08 - ARDENNES

 

 

 

Le bourg : Dans 100m, je vois une belle église !

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Rumigny est située à 70km au Nord-Nord-Est de Reims, à 35km au Nord-Ouest de Charleville Mézières et à 10km au Sud-Est d'Hirson.

 

   Coordonnées du bourg :

49° 48′ 33″ N 04° 16′ 02″ E
 49.8092°  4.2672°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

L'approche

* En ce jour de mai, sous une écrasante chaleur, une seule pensée me vient en regardant le panneau : 

"Encore 100m à faire, courage Chevalier !".

* Tout en marchant dans ma lourde armure, je pense à la beauté du 14ème siècle (donc médiévale) que je vais admirer.

* Mais je sais que parfois, de la construction originale il ne reste que peu, le modernisme des siècles suivants envahit mon Graal.

 

 

Je m’interroge

* A quelques mètres du bâtiment, un panneau m'interpelle pour 2 raisons :

- L'église n'est plus du 14ème siècle mais du 16ème.

- Je suis dans la Thiérache Ardennaise.

* Naïvement, je pensais que La "Thiérache historique" se limitait au département de l'Aisne, mais elle regroupe plusieurs parties de départements (voir la définition exacte).

 

 

La découverte

* Au bout de son allée, l'église de Rumigny est impressionnante.

* Elle semble aussi large que haute. Rarement j'ai vu une église aussi trapue.

* Mais il faut que je reprenne mes esprits car je ne suis pas venu pour faire du "tourisme ecclésiastique" mais découvrir une église fortifiée.

Où sont les indices défensifs ?

 

Force et élégance. Quelle mariage ! 

L'enquête commence

* Le clocher est puissant . Curieusement il ne comporte aucune trace de système défensif.

* Je contourne le bâtiment.

* Je ne vois rien, ou plutôt je constate que :

- Les fenêtres ogivales sont jolies,

- L'association brique et pierre est esthétique,

- Les contreforts augmentent la sensation de puissance.

- Avec son transept, l'église reprend la classique croix latine.

 

 

Où sont les défenses ?

*Je me frotte les yeux, je me concentre, j'inspecte chaque pierre.

* Je ne vois :

- Ni bretèche au dessus des portes et fenêtres,

- Ni archères ou fente de tir,

- Ni salle de repli,

 Ni échauguette (voir vocabulaire ).

* Cette église, si elle a été fortifiée, ne conserve plus de trace défensive.

* Elle est certes belle mais le castellologue-amateur que je suis a les yeux tristes devant cet "échec".

 

 

L'intérieur :

* Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées.

* Celle de Rumigny n'enfreint pas la règle.

 

Nota :

* Lorsque j'ai créé ce blog, mon but était de montrer tous les bâtiments défensifs du Moyen Âge.

* "Tous" est évidemment un but presque inatteignable, mais il faut bien se donner un objectif.

* Espérer tout voir et surtout vous les montrer aboutit parfois à un curieux article.

* Conséquence :

- Le site n'existe plus et seule votre imaginaire le reconstruit,

- Ou, comme avec cette église, la construction n'a plus de trace défensive.

* Je vais limiter ce type d'article, mais il est important que vous compreniez que l'échec fait aussi partie de la vie d'un castellologue-amateur..... et de ses lecteurs.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église (à vérifier).

* Au 14ème siècle, des aménagements sont réalisés dans l'église primitive (à vérifier).

* Au 16ème siècle (1549 ?), à l'emplacement de la 1ère église un autre bâtiment religieux est construit.

* Au 17ème siècle (1687 ?), aménagement de la nef.

* En 1750, le clocher est détruit. Il est reconstruit quelques temps après.

* En 1926, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église, dédiée à Saint Sulpice, est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Quelle masse rablée !

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers menu des châteaux du 08 Vers Menu châteaux des Ardennes

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 06:30

 

 

Département 08 - ARDENNES

 

 

 

Le bourg :

Les églises fortifiées sont par là ! Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Aouste est située à 90km au Sud-Est de Valencienne, à 70km au Nord-Est de Reims, à 50km au Nord-Ouest de Sedan et à 20km au Sud-Est de Hirson.

 

   Coordonnées de l'église :

49° 47′ 57.2″ N 04° 19′ 2.9″ E
 49.799222°  4.317471°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La découverte

* En voyant ce panneau, surpris je suis.

* Naïvement, je pensais que la Thiérache se limitait au département de l'Aisne, mais cette province recouvre plusieurs départements et même plusieurs pays (à lire ici).

 

 

Joie et tristesse

* Quelque mètres plus loin, un autre panneau me met en joie.

* L'architecture du 15ème siècle va sublimer ma journée.

* En découvrant l'église, mon enthousiasme de castellologue-amateur s'écroule.

* Même en me déplaçant le long de la nef, je ne vois aucune construction permettant d'affirmer que l'église d'Aouste est fortifiée.

Me suis je trompé de site ?

 

 

L'enquête commence

* Je contourne l'église par le chevet dont les faibles contreforts ne me donnent aucune indication défensive.

* A l'opposé, je vois une puissante construction sans vitrail, ni porte, ni fenêtre.

* Ce haut bâtiment massif ne ressemble pas à un clocher. J'ose le nommer : Tour de défense.

Un donjon sans âge ! 

 

La tour défensive

* Sur le coté protégeant la nef, les ouvertures de tir montrent 3 niveaux.

* Curieusement, les systèmes de tir ne sont pas symétriques en forme et fonction.

* La tour est fascinante et pleines d'énigmes :

  1 - Son architecture semble intemporelle. Pourtant j'ose penser que la tour fut construite avant l'actuelle église.

  2 - Les contreforts à larmiers soutiennent la tour sur 3 angles (le 4ème est en appui sur l'église). Leurs cimentions et positions créent des angle mort. Quelle erreur de la part des architectes !

  3 - Par sa largeur, l'ouverture de tir inférieure me fait penser à une petite canonnière (arquebusière ?). Si sa fonction est de protéger la nef, elle semble trop haute pour un tir rasant réputé dévastateur.

  4 - Au sommet, l'ouverture est certainement une fenêtre pour le guet.

  5 -L'autre face est surprenante par l'absence de canonnière en partie basse et des petites ouvertures à la forme peu efficace pour le tir.

  6 -Le troisième coté de la tour montre 2 ouvertures de tir superposées pour arme à feu. Quelle incroyable asymétrie entre les faces !

  7 -Au lieu d'avoir un traditionnel angle ouvert en V, l'ébrasement extérieur est anguleux, parallélépipédique.

 

 

  La puissance de la tour trance avec la finesse de l'église Un incroyable système défensif !

* Pour mieux comprendre comment s'intègre la tour dans la défense de l'église je prends un peu de recul.

* Je suis certain que si je vous avais montré cette image en affirmant que c'était le château de Aouste, vous ne m'auriez pas contredit.

* Il semble évident que la salle de repli se situe dans cette haute tour desservie par une tour escalier.

 

 

Quel portail !

* Lorsque mon regard se plonge à droite de la tour-escalier, mes yeux sont figés d'admiration sur le portail.

* Même si le temps a fait son travail d'érosion, je suis fasciné par les sculptures en gothique flamboyant qui sont.... flamboyantes.

 

 

Une entrée fortifiée

* Après avoir dévoré le portail, tel un enfant qui découvre la beauté, je reprends mon sérieux de castellologue-amateur pour regarder les 2 systèmes défensifs de l'entrée :

- La bretèche (voir vocabulaire) pour la défense rapprochée.

- Les ouvertures de tir (arquebusières) avec un ébrasement extérieur important.

 

 

L'intérieur :

Vais je pouvoir entrer ?

* Lentement, je m'approche de la porte en espérant que point de villageois soit dans la bretèche pour me briser le crâne par des jets de pierres.

* Je prends fébrilement la poignée, je pousse la porte et j'entre.

 

 

Où est le Moyen Âge ?

* Au moyen âge, les murs et le plafond étaient peints, cette église a subit une "décoloration" par un "lessivier" de grande marque : Tout est plus blanc que blanc.

* Les collatéraux sont aussi sans personnalité, trop neuf, presque sans âme (N'est ce point sacrilège d'écrire cela pour une église de Dieu ?  ). 

* L'autel semble être le seul mobilier coloré. Il n'est pas médiéval mais de facture récente.

 

 

Une surprise en sortant

* En me dirigeant vers la sortie, mon sixième sens me titille et me fait voir la porte d'accès aux fortifications.

* Hélas, elle est fermée et je ne peux rien découvrir et rien vous montrer. Si vous souhaitez rêver, je vous propose cette vidéo.

 

 

La diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église et du bourg :

* A l'âge de pierre, le lieu est habité (des outils et sépultures l'attestent).

* En 723, un seigneur nommé Ablon donne ses possessions de Aouste à l'archevêque de Reims.

* En 1070, l'archevêque de Reims fait don de la moitié de l'Alleu au Prieuré Saint Pierre de Rumigny (voir son église fortifiée).

* En 1113, le Pape Pascal II confie les biens d'Aouste à l'abbaye de Saint Nicaise de Reims.

* Au 13ème siècle, une tour est peut être construite (à vérifier).

* Au 15ème siècle, construction de l'église s'appuyant sur la tour.

* Au 17ème siècle, l'église est agrandie et modifiée.

* Au 19ème siècle, un autel est posé.

* En 1922, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église dédiée à Saint Rémy est libre et gratuite. La visite du clocher fortifié et de la bretèche est interdite.

 

 

Une entrée fortifiée est le secret de cette église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Ardennes

Partager cet article

Repost0
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 06:30

 

      Bien que moins spectaculaire que les châteaux forts, les églises fortifiées ont aussi été un des systèmes de défense au moyen âge. Voici un bel exemple.  

 

 

Département :   08 - ARDENNES 

 

 

 

Le bourg

   Situation :   (--> la voir sur une carte)

       La petite commune de Nouvion sur Meuse se situe à 70km au Nord-est de Reims, à mi-distance (10km) entre Sedan et Charlevilles-Mézières.

 

   Coordonnées du bourg :

49° 42′ 02″ N 04° 47′ 45″ E
 49.700556°  4.795833°

 

 

 

L'église fortifiée

L'extérieur

Préambule

* L'église Nouvion sur Meuse n'est pas dans la liste du circuit des "églises fortifiées de la Thiérache", pourtant elle en a toutes les caractéristiques.

 

 

L'arrivée

* Comme souvent, l'église trône proche du centre du village.

* Mon dictionnaire des châteaux m'affirme que cette imposante construction est fortifiée.

* De loin, bien qu'elle soit massive, elle semble classique.

* Le clocher a certainement dû servir de tour de guet dans cette région de plaine, mais curieusement, je ne vois pas de fente de tir, ni archère pour repousser les assaillants.

* De système défensif efficace, je n'en vois aucun.

 

 

Plusieurs systèmes défensifs

* En approchant, je constate que la porte latérale de l'église est défendue une petite bretèche (voir vocabulaire).

"Voila une défense minimale" pensais je.

* Soudain, une autre bretèche apparaît (heu, non, non, cela ne pousse pas instantanément  ).

* Avec ce ciel sombre chargé de nuages, la pierre est peu colorée et il faut beaucoup d'attention pour découvrir les systèmes de défense.

* La 2ème bretèche comporte des corbeaux moins bien taillés que la précédente, mais elle est accompagnée d'une gargouille qui a peut être vu passer un liquide bouillant limitant l'ardeur des assaillants.

  Petite parenthèse :  
 

- Contrairement aux idées reçues, ce n'est pas de l'huile bouillante que les défenseurs déversaient et ceci pour 2 raisons :
    * L'huile est rare et très coûteuse, la gaspiller n'est pas une attitude médiévale.
    * L'huile met beaucoup de temps à être portée à ébullition, ceci est incompatible avec une attaque "surprise" ennemie. Il faut énormément de bois pour la chauffer.

- Ce n'est donc pas de l'huile qui était jetée sur les "vilains pas gentils", mais entre autre de la pois et aussi de l'eau lorsque la fortification possédait un puits et non une citerne.

 

 

 

Encore des défenses

* A l'arrière de l'église, une construction "en verrue" m'étonne.

* La petite documentation dont je dispose affirme que c'est un bâtiment de refuge.

Avez vous remarqué la qualité du parement d'angle ?

* Ces grandes et belles pierres taillées surprennent par rapport aux petites pierres symétriques du mur.

* Mais il semble avoir été refait "récemment" et peut être pas dans le même esprit que nos ancêtres du 15ème siècle.

* Votre oeil d'expert a certainement remarqué les trous de boulin (voir vocabulaire) et surtout la canonnière avec un large ébrasement.

* Ce bâtiment de repli en comporte plusieurs à des hauteurs différentes et surtout avec une belle taille de pierre.

* Une de ces canonnières possède une caractéristique inhabituelle.

L'avez vous remarquée ?

* Elle permet au soldat d'avoir 2 angles de tir  tout en restant bien protégé grâce à la pierre centrale.

 

 

L'intérieur

* Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées.

* Celle de Nouvion sur Meuse n'échappe pas à la règle.

* Qu'importe, cette église est une belle découverte à laquelle je ne m'attendais pas.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

 Histoire de l'église :

* Au 15ème siècle (?), avec les pillages et l'insécurité, l'église est fortifiée pour protéger les villageois.

* En 1972, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame de l'Assomption) est libre et gratuite. La visite de intérieur est autorisée en dehors des offices, mais la partie fortifiée n'est pas visitable.

 

 

<

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 08 Vers Menu châteaux des Ardennes 

Partager cet article

Repost0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 06:30
 

 

  Il y a quelques temps je vous avais fait découvrir une église fortifiée à Saramon dans le Gers, il me semble que vous aviez apprécié. Celle-ci ne lui ressemble aucunement, c'est la diversité et l'imagination de nos ancêtres qui font que chaque fortification est unique.

 

 

 

Département :   08 - ARDENNES 

 

 

 

Le bourg :

Voyez vous la partie fortifiée de cette église ?  Situation :   (--> la voir sur une carte)

      La commune de Cheveuges est située à 15km au Sud-Ouest de Sedan.

 

  Coordonnées du bourg :

49° 39′ 53″ N 04° 52′ 60″ E
 49.66472°  4.88333°

 

 

 

L'église fortifiée : 

    Préambule

    Durant le Moyen Âge, la protection de la population était assurée par un château seigneurial ou les remparts de ville. Mais souvent ces fortifications sont trop coûteuses pour un petit village, les églises ont vu leur architecture s'adapter aux désordres politiques et sociaux.

 

 
 
       L'extérieur

Voir c'est être transporté

* Un promeneur non attentif (ou ne possédant pas ce livre) passerait devant l'église Saint Rémi sans voir une curiosité architecturale.

L'avez vous remarquée ?

* Je vous aide un peu.... Regardez cette autre face.

Avez vous trouvé cette caractéristique ?

 

 

Un détail fascinant

* Hooo, je vois vos sourcils se froncer.

* Ce ne sont pas des archères sur les cotés, ni des fentes de tir, ni une tour, mais une....

Bravo, vous avez trouvé !

* C'est une bretèche (voir vocabulaire), ou plutôt un arc plein cintre formant bretèche appuyé sur les 2 contreforts qui encadrent la seule porte d'entrée de cette église romane.

Nota : Pour les amateurs de curiosité, cette église en comporte une autre : Une sculpture de croix Byzantine unique en Ardennes .

 

 

    L'intérieur :

* L'église était fermée ce jour là, mais je ne pense pas que l'on m'aurait autorisé à gravir l'escalier pour observer le haut de la bretèche, alors.....

.........Je repars vers une autre fortification Ardennaise.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

 Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, une église est construite à cet emplacement.

* Au 13ème siècle (?), avec l'insécurité et les pillages, une fortification est construite pour dissuader et surtout protéger les villageois.

* Au 17ème siècle, les nefs latérales sont reconstruites.

* En 1740, le pourtour du cœur est revêtu d'un magnifique marbre sculpté.

* En 1959, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Rémi) est libre et gratuite. La visite de intérieur est autorisée en dehors des offices.

Nota : Il semble que la porte soit fermée à clé très souvent, renseignez vous.

 

Cette croix Byzantine est unique en Ardennes

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Ardennes

Partager cet article

Repost0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 06:30

 

     Dans le département des Ardennes, il n'y a hélas que peu de châteaux forts et encore moins de ruines médiévales.
Alors, pourquoi suis je allé si loin de mon Dauphiné pour ne rien voir ?
 
   Parce qu'il y a d'autres fortifications originales. D'ailleurs le Conseil Général des Ardennes a créé un itinéraire touristique nommé : La Route des Eglises Fortifiées.
   Venez avec moi découvrir une autre construction de défense du moyen âge.
 

 

 

Département :   08 - ARDENNES

 

 

 

Cette église se veut être le Graal de ma journée

Le bourg

     Situation  (--> la voir sur une carte)

    La commune de Floing est située à 2km au Nord-Ouest de Sedan. 

 

  Coordonnes de l'église :

49° 43′ 17″ N 04° 55′ 49″ E
 49.721356°  4.930203°

 

 

 

L'église fortifiée 

L'extérieur

Préambule

* Cette église fortifiée ne fait pas parti du circuit du Thiérache, mais elle n'en est pas moins intéressante.

 

 

La découverte 

* Il est impossible de ne pas voir l'église.

* C'est une imposante construction trônant fièrement le long de la route principale.

 

 

1ère constatation

* Au premier regard, ce bâtiment religieux semble classique.

* Rien aurait du faire stopper mon destrier, mais un "détail" à l'arrière attire l'attention de mon fidèle compagnon (Je vous ai déjà expliqué, dans cet article par exemple, que c'est ma "monture "qui repère les constructions médiévales, je suis incapable de les reconnaître seul  ).

 

 

L'enquête continue 

* Sur les murs de la nef (qui semblent avoir une épaisseur de 1 mètre), des corbeaux de pierre sont positionnés au dessus de chaque fenêtre.

* Ils devaient supporter de petites hourds en bois ou des bretèches (voir vocabulaire) aujourd'hui disparues.

* Avec un œil d'aigle et un peu d'imagination , des traces d'archères droites sont visibles.

* Les 2 contreforts d'angle du chevet portent de petites tourelles couronnées d'un joli toit.

* Cette construction n'a pas la puissance défensive d'une vraie tour flanque mais elle permet de protéger les 2 murs extérieurs contre une "attaque de brigandage".

 

 

Voici 2 corbeaux qui ne croassent pas !

L'énigme 

* En contournant ce bâtiment, je constate que la 3ème face comporte les mêmes systèmes de défense mais...... je suis en arrêt devant un détail :

- Les corbeaux ne sont pas au dessus de la fenêtre.

 

 

 Les questions

* Est ce une erreur de l'architecte médiéval ?

* Est une reconstruction hâtive des restaurateurs au 20ème siècle ?

* Ces corbeaux supportaient ils de grandes hourds sur toute la longueur du mur ?

* Serait ce le vestige d'un petit chemin de ronde ?

* Ou, plus simplement, des latrines ?

 

 

C'est la fin

* Je repars avec des questions alors qu'il me semblait que ce bâtiment serait facilement déchiffrable.

* J'adore quand les vieilles pierres me résistent (heu, pas trop tout de même).

* Avant l'arrivée de la pluie, je regarde le clocher qui ressemble plus à un "donjon militaire" qu'à une construction religieuse.

* Cet édifice est vraiment passionnant.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

 Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), une église est construite à l'actuel emplacement. (mais certains textes contredisent cette affirmation).

* Au 15ème siècle (?), avec l'insécurité et les pillages, un système défensif est construite pour protéger les villageois.

* En 1971, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Daint Rémi) est libre et gratuite. La visite de intérieur est autorisée en dehors des offices, mais la partie fortifiée n'est pas visitable.

 

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Ardennes

 

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 07:30

 

 

Département :   77 - SEINE et MARNE

 

 

 

Le château :

     Situation :    (--> le voir sur une carte)

    La commune de Guignes est située à 14km au Nord-Est de Melun et à 40km au Nord-Ouest de la cité médiévale de Provins.

 

   Coordonnées du bourg :

48° 38′ 11″ N02° 47′ 59″ E
 48.6364° 2.7997°

 

 

 

Le château :   

          L'extérieur :

Comment ai je trouvé ce château ? 

Le hasard !

* J'ai honte de le dire, moi qui prépare si méticuleusement mes croisades vers les châteaux forts, mais c'est un embouteillage qui m'a fait tourner la tête pour découvrir ceci

* J'ai donc eu beaucoup de chance et non la guigne .

 

 

Premiers indices

* Ce n'est pas parce que cette construction comporte des tours rondes que son origine est médiévale.

* Je sors ma loupe de détective (et aussi mon parapluie).

* L'entrée de forme rectiligne et carrée semble récente.

* Il y a bien au dessus une trace d'arc en plein cintre, mais elle ne me convint pas.

* Peut être que la tour ronde au fond sera l'élément déclenchant.

Qu'en pensez vous ?

 

 

Autres indices

* Les murs semblent épais, des mâchicoulis sur consoles (voir vocabulaire) sont peut être la preuve que je cherche (bien que durant plusieurs siècles les architectes ont utilisé ce moyen de défense). mais j'ai un doute.

* Les fentes verticales sont trop nombreuses et trop rapprochées.

* Ce dense système architecturale de défense est très rare (même inexistant) au moyen âge.

Est ce une tour modifiée au 17ème ?

 

 

Est ce .... ?

* Je suis dubitatif.

* C'est toujours dans les moments de doute que ma chance revient.

 Regardez, "l'espoir médiéval" est sur cette façade.

* Bien que défigurée par une fenêtre avec volet métallique et modifiée par un "rebouchage fenestral", l'ancienne porte médiévale avec pont levis est devant moi.

* Certes, le pont a disparu et seules les ouvertures pour les flèches (voir vocabulaire) sont visibles.

Comme moi, sentez vous le vent du moyen âge ?

 

 

     L'intérieur :

* Ce château est une exploitation agricole non visitable.

* L'intérieur ne comporte pas (ou peu) de détail significatif d'un château fort.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

Je n'ai aucune information historique sur ce site

 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite. Le château est une propriété privée non visitable.

 

 

 

 Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 77Vers Menu châteaux de Seine et Marne

Partager cet article

Repost0