18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 07:50

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

 

Que voila tour qui m'enflamme

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Labastide Villefranche est située à 40km à l'Est de Bayonne (voir son château), à 30km au Sud de Dax (voir ses remparts) et à 20km à l'Ouest d'Orthez (voir son pont fortifié).

 

   Coordonnées de la tour :

43° 27' 09" N 01° 01' 10" W
 43.452747°  -1.019660°

 

 

 

La tour :

L'extérieur :

Conseil de votre castellologue amateur

* J'adore la toponymie (voir initiation) car elle reflète la naissance du nom d'une bourgade ou d'un bâtiment, donc une partie de son histoire.

* Parfois, rien qu'avec le nom, il est possible d'imaginer et même de rêver.

* Exemple ici en décomposant le patronyme :

- Labastide : Donc une ville fortifiée médiévale du Sud-Ouest.

- Villefranche : Donc "libre" de taxes, commerçante, riche, luxueuse.

* C'est avec mon rêve médiéval que j'arrive en cette commune pour voir de multiples remparts, de nombreuses tours et peut être le petit château d'un capitaine. 

 

 

L'histoire a un peu modifié mon rêve

* En arrivant proche des premières habitations du bourg, je ne vois point de rempart ni de porte défensive (comme ici).

* J'avance, j'avance, j'avance.

* Soudain, à la limite Ouest, une tour anguleuse apparaît.

Ne reste-t-il que ce vestige des remparts ?

Ou est ce le seul bâtiment visible du château ?

* Qu'importe, je me dois de comprendre cette beauté.

La deuxième façade (à gauche) ne ressemble point à la première

 

 

Première face (coté Nord)

* La partie basse est borgne.

Je pressens que ce fut le ratier, donc une salle de stockage (nourriture ?) uniquement accessible depuis l'étage supérieur.

* Au 1er étage, l'ouverture rectangulaire devait être un fenêtre de lumière.

* Le 2ème étage montre deux fenêtres ogivales médiévales. Je pressens que ce fut l'étage d'habitation (ou de repos ou salle des gardes si tour du rempart cela fut).

* Le 3ème étage arbore une fenêtre à meneaux en croix. Je pressens une modification au 15ème siècle.

La tour a-t-elle été rehaussée ?

 

 

Deuxième face (coté Est)

* Je contourne cette énigmatique construction.

* Excepté pour la partie basse, la façade suivante est différente de la première. Elle montre :

* Au 1er étage, une ouverture ogivale que je pressens avoir été une porte.

- En voyant les curieuses pierres en dessous (rebouchage ?) je me pose une question :

Communiquait elle avec un chemin de ronde du rempart ?

* Au 2ème étage, une ouverture dont la hauteur me semble plus petite que la précédente. Le manque d'encorbellement et d'indice me pose question.

Était ce les latrines ?

Ou une fenêtre à coussiège ?

* Le 3ème étage possède une fenêtre à meneaux en croix. Ce niveau fut avec le temps un vrai étage de vie.

 

 

La troisième façade (à gauche) ne ressemble point à la deuxième

Troisième face (coté Sud)

* A nouveau, je contourne cette énigmatique et fascinante construction.

* La façade suivante est différente des deux précédentes.

* Je pressens qu'elle fut adjacente à la salle de jeu. surprise

* Évidemment, vous avez compris que ceci est plaisanterie. La partie basse a été transformée au siècle dernier en fronton pour la pelote Basque.

* Cette façade montre :

- Une borgne partie basse.

- Au 1er étage, des ouvertures rectangulaires (fenêtres de lumière comme sur la façade Nord).

- Au 2ème étage, deux fenêtres ogivales médiévales (comme sur la façade Nord).

- Au troisième étage, non pas une fenêtre à meneaux (comme les autres façades) mais une autre baie ogivale.

- Au sommet, des mâchicoulis (voir vocabulaire).

Nota : Ne voyant sur les autres façades aucun système défensif, je commençais à douter que cette construction appartint à un bâtiment de défense.

 

 

Quatrième face (coté Ouest)

* La dernière façade est "moins ouverte".

* Seuls les 2 derniers étages ont une ouverture ressemblant à la façade Sud.

* Les consoles au sommet m'informent du fantôme de mâchicoulis.

 

 

L'intérieur :

Hélas

* La partie basse étant borgne, il n'y a aucune possibilité d'entrer.

* La municipalité n'ayant installé aucun escalier extérieur, ni corde à nœuds, je me dois de rester en bas.

 

 

La fin est le début du jeu

* Que conclure :

- Je ne sais pas avec certitude si cette tour fut celle d'un château ou d'un rempart de bastide.

- Mais en l'observant mieux, en supputant, en la voyant à l'extérieur (à l'est de l'actuelle commune), je pressens que ce fut une tour du rempart.

* Donc je vais m'asseoir puis manger une pomme en espérant que les enfants sortant de l'école fassent une partie de pelote.

 

 

Pour voir le diaporama, veuillez cliquer ici

 

 

 

Histoire de la tour :

* En 1338, au tout début de la Guerre de Cent Ans, le Roi de France (voir liste) ordonne la construction d'une bastide pour délimiter et protéger le royaume face à la Guyenne Anglaise et au royaume de Navarre.

Nota : Certains historiens supposent que la première demande aurait été faite par Marguerite de Béarn, donc fin du 13ème.

* Au 15ème siècle, les murs et tours sont rehaussés, les systèmes défensifs sont modernisés (à vérifier).

* Au début du 16ème siècle, la commune est (serait) la première (ou l'une des premières) cité Protestante de la province (à vérifier).

* En 1523, les troupes "Espagnoles" commandées par Philibert de Châlon franchissent la frontière puis attaquent de nombreuses places fortes de France. Au passage ils détruisent cette bastide.

* En 1582, durant les Guerres de Religion, le Temple Protestant est détruit.

* Au 17ème siècle, durant la Guerre Franco-Espagnole, pour éviter qu'il serve de refuge, le roi de France Louis XIII (voir liste) fait détruire le petit château dans l'ancienne bastide (c'est ce que supposent de nombreux historiens. D'autres émettent l'hypothèse que cette destruction est due à la présence trop importante des Protestants et à l'envie du Roi de rétablir le Catholicisme en Navarre. Mais d'autres supposent que les pierres du château ont servi à la construction d'un Temple Protestant).

* Vers 1770 (?), le Protestantisme a disparu de la cité. Elle devient la "référence" de l'évêque de Bayonne.

* En 1853, la foudre s'abat sur l'unique tour et l'endommage partiellement.

* En 1915, la tour est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite depuis la rue et la place. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Voulez vous jouer à la baballe sur un mur médiéval ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0
5 août 2020 3 05 /08 /août /2020 07:50

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

Est ce un mirage ou une réalité ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Orthez est située à 40km au Nord-Ouest de Pau, à 35km au Sud-Est de Dax (voir ses remparts) et à 20km au Nord-Est de Sauveterre de Béarn.

 

   Coordonnées du château :

43° 29' 30" N 00° 46' 11" W
 43.491643°  -0.769799°

 

 

 

Le château

L'extérieur :

Il était une fois........

 ........ un Chevalier, de plus Dauphinois (donc le gratin..... de la chevalerie), voulant participer à un frugal repas après une chasse à cheval, eut connaissance que le Vicomte de Foix-Béarn acceptait les convives après l'achat de son livre.

- Pour le voir il fallait que ce bellâtre de la plus belle des provinces (en toute objectivité puisque habitée par des Dauphins blush ), aille au château de Moncade, terre de Gastounet.

- A moi poulardes farcies, sangliers à la broche accompagnés d'un Madiran.

* Soudain je me réveille ou plutôt je me fais réveiller par ma Rossinante.

* Ceci n'était que rêve que je faisais positionné sur sa selle.

* Mais comme le rêve rejoint toujours la réalité, je vois au loin le donjon de mon ami Gaston.

 

 

Infranchissables semblent être les murailles de cette forteresse

Que vais je voir ?

* D'après mon autre ami nommé Jean Froissart, je connais l'architecture de ce château unique :

- Un village nommé Moncade entouré d'un profond fossé avec rempart.

- Accolée, une enceinte ovale de 50 mètres de diamètre entourée d'un profond fossé, protégées de 2 puissantes tours carrées diamétralement opposées.

- Puis au centre, un rectangulaire logis (où j'aurais du manger) encadré par un puissant donjon habitable et une imposante ronde tour comportant (peut être) les gargantuesques cuisines.

* J'ai hâte de découvrir tout cela.

* C'est au triple galop (proportionnel au repas prévu) que je me dirige au Nord d'Orthez.

 

 

Le terrifiant système défensif extérieur

* Évidemment, vous vous doutez qu'en notre siècle ce château n'est plus entier comme je le suggère dans le précédent chapitre.

* Mais, ses ruines sont si fascinantes qu'il en est encore plus beau.

* Comme tout envahisseur, je me faufile dans le fossé pour gravir le rempart.

* En ce jour d'été il est sec, mais certains historiens affirment que de l'eau était amenée pour transformer le fossé en douves.... où je me serais noyé avec ma lourde armure.

Nota : Je n'ai pas compris la méthode de mise en eau.

* Pour protéger la motte castrale, ce fossé n'est pas que la seule astuce défensive. Il y a :

- A gauche, une contrescarpe avec parement en pierre.

- A droite, coté rempart, une escarpe en pierre (voir un autre exemple ici).

- Au dessus, sur le mur du rempart, 3 archères accolées.

* Je vous sens dubitatif devant l'efficience de ces 3 systèmes, pourtant l'ensemble est d'une efficacité redoutable. Voici la démonstration.

 

 

La ravissante tour a mis sa plus belle jupe pour moi

 

 

L'intérieur du site castral :

Le rempart

* Tel un oiseau, je franchis le rempart.

* Heu..... je suis un peu menteur car un chemin a été aménagé pour monter sur la motte castrale.

* Avant de regarder le donjon, dans cette haute cour je longe l'intérieur du rempart pour voir :

- Proche de certaines niches, les escaliers accédant au chemin de ronde.

- Dans la niche, les 3 archères avec ébrasement vues précédemment.

* Imaginez ce rempart polygonal avec :

- Ses archers tirant aussi bien sur le glacis que dans le fossé.

- Ses défenseurs sur le chemin de ronde avec des "petits" engins de jet comme des bricoles, pierrières.......

 

La proue de ce navire médiéval traverse les siècles

 

Le donjon

* A elle seule, cette imposante tour maîtresse mérite la découverte, même depuis l'extérieur.

* Le donjon a une forme pentagonale à la base et heptagonale irrégulière à partir du premier étage.

* Dans le bec du puissant éperon supérieur, un escalier en colimaçon fut construit (les fentes de lumière sont encore présentes).

* L'actuel donjon a une hauteur de 32 mètres.

* Il comporte 4 étages intérieurs :

- Les 2 supérieurs sont résidentiels avec fenêtres à meneaux en croix et ogivales.
- Les 2 inférieurs sont défensifs avec archères.

* Au sommet, la plateforme défensive a perdu son crénelage (voir vocabulaire) mais a conservé une partie de ses mâchicoulis.

* Lentement, je contourne cette élégante masse.

* Oups...... j'ai failli tombé dans le puitssurprise

* Soudain, sur le parement Ouest du donjon, je vois les larmiers d'un (ancien) toit. Je subodore que ce fut la maison noble (puisque tel est le nom donné par beaucoup de castellologues), bien que je préfère le qualificatif : Bâtiment aulique (pour aula).

* Je ne vois pas à l'extrémité la tour possédant les cuisines.

* Triste je suis, je ne pourrais point déguster les faisans truffés. sad

 

 

Le bâtiment aulique

* Je me place au bout du bâtiment, coté Ouest.

* En voyant ce spectacle, une question me vient :

Que déduire de cet emplacement vide ou presque ?

* Heu......

- Les murs sont épais.

Y avait il des archères ? 

- Des emplacements pour des poutres "semblent" visibles (mais vous connaissez mon imagination fertile).

- Coté donjon, une porte au troisième niveau permet le passage entre les 2 constructions.

* Pensant avoir tout vu et tout compris des bâtiments sur la motte, je me dirige vers le donjon.

 

 

 

L'intérieur du donjon :

 

 

La description de l'intérieur du donjon est ici - CLIC

 

 

 

Aula et tinel ne sont plus que fantômes que j'imagine

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 08:04

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

Quel fabuleux rempart presque intact

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Bellocq est située à 55km au Sud-Ouest de Mont de Marsan (voir ses fortifications), à 40km au Nord-Est de Bayonne (voir son château), à 20km au Sud-Est de Dax (voir ses remparts) et à 10km au Nord-Ouest d'Orthez (voir son château).

 

  Coordonnées du château

43° 31' 02" N 00° 54' 53" W
 43.5172070879°  -0.914904177°

 

 

 

 

Le château

L'extérieur :

La découverte

* A l'extrémité Nord-Est de la commune, sur une motte castrale de faible hauteur, entouré de vignes, apparaît le Graal de ce jour.

* Son architecture est facilement lisible :

- Certainement un fossé précédait le château.

- Une base parallélépipédique.

- Une tour à chaque angle.

- Une porte, fortifiée par une tour --> Tour-porte ?

L'enquête rapprochée commence.

 

 

La première tour

* Sur ce coté, de nombreuses rides montrent l'âge du rempart et de la tour.

* L'avantage : L'effondrement d'une partie de la tour laisse apparaître un escalier en pierre permettant aux défenseurs d'accéder à l'étage supérieur.

 

Avec une telle base, la tour ne peut pas ressembler à celle de Pise

 

Une autre tour

* Cette tour défensive d'angle a eu la chance d'être consolidée.

* Comme ses consœurs, elle est constituée de pierre correctement en calcaire blanchâtre.

* Elle possède une base talutée.

* Son système défensif est composé d'archères en étrier disposées sur plusieurs étages et permettant de tirer aussi bien coté courtine que vers le fossé.

* Pour un château ayant survécu au moins jusqu'au 17ème siècle, je suis surpris de ne point voir de systèmes défensif pour arme à feu (canonnière, arquebusière, fente de tir pour fusil...).

* Au sommet, les pierres en encorbellement sont les vestiges de mâchicoulis.

 

 

Le rempart

* Contrairement à ce que je supputais en le découvrant de loin (voir mon introduction), le château de Bellocq a la forme d'un parallélépipède irrégulier comportant 7 tours.

*  Les murs sont si arasés qu'il est impossible de voir ou deviner si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* Les systèmes défensifs ne se voient que sur les tours.

 

Une entrée bien fortifiée

 

La tour porte coté Sud-Ouest

* Sa forme anguleuse tranche à coté des rondes tours.

* Sa base est rectangulaire : 7m par 8m.

* Les spécialistes affirment que la tour-porte avait une hauteur d'au moins 20 mètres.

* Ses murs ont une épaisseur d'environ 1,50m

* Elle possède, de façon classique, 4 niveaux sur rez de sol :

- En bas l'entrée pour carrosse.

- Au 1er, l'étage défensif avec une archère. L'accès au chemin de ronde du rempart se faisait par ce niveau.

- Au 2ème, la salle de garde avec une ouverture avec coussiège.

- Au 3ème, une salle non identifiée avec un ouverture rectangulaire sur chacun des 4 cotés.

- Au dernier, une plateforme qui possédait des mâchicoulis.

* Ma documentation affirme qu'un étroit escalier permet l'accès à chaque étage.

 

  

Voyez vous l'emplacement de la herse ?

Les défenses de la tour porte

* Je suis surpris de ne voir aucune trace d'un ancien pont levis.

Y en avait-il un ?

* Je résume :

- Au dessus des mâchicoulis.

- Une archère droite au 1er étage.

- Une herse, dont je vois les rails.

- Un double vantail.

* Cela semble classique et même minimal pour un château avec une telle surface.

 

 

L'intérieur :

La surprise

Reconnaissez vous ce personnage ?

* Avec précaution, je franchis la porte matérialisée par une grille.

* Je pénètre dans une pièce et.... Hooooo !

* Je ne m'attendais pas à une belle croisée d'ogives.

* Cette pièce avec une cheminée devait être agréable pour le garde.

* Après plusieurs minutes d'admiration, j'entre dans la cour.

Bonjour monsieur... oups, Madame

 

 

Vide et pourtant plein   Voyez vous toutes les merveilles ?

* La cour est un joli champs d'herbe bien entretenu avec des haies.

Est ce un hippodrome pour course d'obstacles ?

* L'avantage d'un tel site est la capacité à me faire rêver ou imaginer :

- Ici, je vois un vestige de chemin de ronde sur le rempart. La largeur étant peu épaisse, je pressens qu'il fut en encorbellement intérieur (voir exemple).

- Coté Est, je contemple le mur peu épais d'un logis.

- Là, une tour d'angle avec à sa base, une porte donnant accès à une réserve.

- Au Nord, une tour presque identique à la tour-porte. Elle possède une poterne.

* Au sol, je devine (mais vous connaissez mon imagination fertile) les traces de mur de plusieurs bâtiments

* Par contre, je ne vois aucun vestige de donjon, et encore moi de trace au sol.

* Un château "frontière" aussi grand, sans donjon, me paraît impossible.

 

 

Pour voir le diaporama veuillez cliquer ici

 

 

 

Histoire du château :

* En 1250, sur la rive gauche du Gave de Pau, sous le règne de Gaston VII de Béarn début de construction du château pour surveiller la frontière Béarnaise et protéger Orthez des invasions Anglo-Gasconnes.

* Vers 1276, le Béarn est annexé au Royaume d'Angleterre.

* Vers 1280, fin de construction du château.

* En 1287, le Comte de Béarn reçoit Edouard Ier, Roi d'Angleterre et Duc de Gascogne, en ce château.

* En 1344, le château a l'honneur de recevoir Gaston Fébus.

* Vers 1346 (?), Gaston III de Foix-Béarn ordonne l'amélioration du château.

* En 1542, Henri II d'Albret, Vicomte (voir titre de noblesse) de Béarn et Roi de Navarre, craint une attaque des Espagnols. Il ordonne au Capitaine de Laussat une remise en état du château.

* Au milieu du 16ème siècle, Jeanne d'Albret séjourne plusieurs fois au château lorsqu'elle se rend à Salies de Béarn (à 6km au Sud) pour "prendre ses eaux".

* Durant le troisième quart du 16ème siècle, les Guerres de Religion incendient la France. Ce château, situé en terres Protestantes, est d'abord occupé par les troupes Catholiques du Roi de France qui souhaite montrer sa puissance. Jeanne d'Albret.

* L'année suivant, sur la demande de Jeanne d'Albret, Gabriel de Montgommery, à la tête d'une armée Protestante, essaie de reprendre le château, en vain.

* En 1620, dans le Béarn, la "puissance Protestante" augmente.

* En 1621, le Roi de France Louis XIII (voir liste des rois) ordonne la démolition "jusqu'à raz le sol" du château de Bellocq. Le but est de montrer la puissance Royale en Béarn et d'empêcher Jean Paul de Lescun et sa troupe de Protestants de se réfugier dans la forteresse.

* En 1622, par manque d'argent, les tours et quelques pans du rempart ne sont pas démolis.

* En cette fin du 17ème siècle, le château est possession de la famille De Pilles. Elle habite dans le logis, seule construction logeable.

* En 1784, le dernier descendant de la famille De Piles décède sans héritier. Le château est définitivement abandonné.

* Vers 1740, une tour s'écroule et ne sera pas reconstruite. Il reste donc les vestiges de 6 tours.

* A la fin du 20ème siècle, une association de sauvegarde est créée.

* En 1997, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite de l'intérieur est possible en dehors des travaux de consolidation. Veuillez ne pas monter sur les murs.

 

 

Je me sens pousser une inspiration de peintre !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64

Vers Menu châteaux des Pyrénées
Atlantiques

Partager cet article

Repost0
9 mars 2018 5 09 /03 /mars /2018 09:39

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Bidache est située à 30km à l'Est de Bayonne (voir ses remparts), à 30km au Sud-Sud-Ouest de Dax (voir ses fortifications) et à 30km à l'Ouest d'Orthez (voir son château).

 

  Coordonnées du château :

43° 29' 15" N 01° 08' 17" W
 43.4875211°  -1.1381850999°

 

 

 

Le château

L'extérieur :

La découverte

* Mon dictionnaire des châteaux forts affirme qu'à un jet de flèche au Nord de la commune, proche de la rivière Bidouze, une merveille médiévale m'attend.

* C'est donc avec les yeux écarquillés que j'avance vers cet imposant château.

  

Le château semble sorti de terre !

 

Pourquoi un château fort en ce lieu ?

* En regardant sur la carte, je remarque de nombreuses carrières de pierre proche de Bidache.

* La pierre, le matériau principal d'un château défensif, peut être une conséquence de la construction du château en ce lieu.

* La solution la plus logique est la surveillance de la vallée et de la navigation fluviale avec péage (bien sur).

 

 

Quel assemblage de constructions !

* Ma première surprise est l'incroyable mélange d'architecture dans cette ruine qui ne semble pas "ruinée".

Quel contraste !

* Ce château, posé sur une colline arasée, est composé de 2 types d'architecture.

- La partie droite (l'entrée) semble moderne et d'apparat.

- La partie gauche semble médiévale et défensive.

Aviez vous déjà vu un tel château ?

* Si vous me connaissez un peu, vous savez où je vais me précipiter......

  ....... évidemment, à gauche.

 

 

Défense et confort se partagent l'espace

L'enquête architecturale commence

* Évidemment, la première construction qui attire mon regard est la tour.

* Depuis le bas de la motte, je me sens petit, petit, petit tant elle est haute, haute, haute.

 

 

La tour

Que montre-t-elle ?

* Elle a une forme ronde.

* Sa base est talutée.

* Elle possède plusieurs canonnières sur 3 niveaux.

* Au dessus, je vois de nombreuses consoles sur 4 niveaux ayant évidemment créé des mâchicoulis sur le chemin de ronde circulaire.

* Au sommet, l'ancienne salle de guet est à l'image de ce château : Unique et fantomatique.

 

 

Le logis

* Avec ses nombreuses ouvertures de lumière, le bâtiment jouxtant la tour est le logis aménagé au 16ème siècle.

* Évidemment, ses bases ont été construites au moyen âge.

* Je suis fasciné par les puissants contreforts à sa base.

 

 

 

Est ce le Grand Trianon ?

L'intérieur :

Est il ouvert ?

* J'escalade la butte pour découvrir l'entrée.

* Curieusement, je n'ai point le droit d'entrer.

* J'ose écrire "curieusement" car une partie de mes impôts et des taxes que je verse en prenant des vacances en ce département ne m'autorisent pas à découvrir ce château ..... qui, curieusement, est toujours la propriété du Duc de Gramont au 21ème siècle (voir historique).

* Je décide d'espionner cette construction.

 

 

Appelez moi Bond, James Bond !

* Tout en respectant la propriété "privée mais public", je regarde au dessus du mur la porte principale.

* L'entrée du 18ème siècle possède en son centre un mascaron. L'ensemble est surmonté d'un fronton triangulaire possédant deux statues de femme allongées soutenant un écu, certainement aux armes de la maison de la famille Gramont.

* Sur cette façade Est constituée de bâtiment du 17ème et 16ème siècle, je vois :

- Un puits de lumière.

- Un vestige de cheminée dont les pieds-droits sont sculptés.

* Il est préférable que vous puissiez avoir d'autres surprises en découvrant ce château, je vais donc conclure ici.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

L'histoire du château est indissociable de celle de la famille Gramont, si proche des Rois, dont les descendants sont toujours propriétaires du site.

 

* Au 12ème siècle, construction du château (c'est ce que prétendent plusieurs castellologues sans que des sources fiables soient citées).

* Vers 1229 (à vérifier),  Arnaud-Guillaume II de Gramont rend hommage à Thibault IV de Champagne (à vérifier), souverain de Navarre, pour son château et ses terres.

* En 1250, suite à la demande du Roi d'Angleterre, Simon V de Montfort détruit un repaire de pillards (à vérifier).

* A la fin du 14ème siècle, construction du donjon (c'est ce qu'affirment plusieurs castellologues).

* En 1385,  Arnaud-Guillaume II de Gramont rend hommage à Charles II, Roi de Navarre, pour son château et ses terres.

* En 1389, Arnaud-Guillaume II de Gramont s'oppose à Gaston Fébus, montrant ainsi sa suzeraineté sur les terres de Gramont.

* Au 15ème siècle, l'entrée du château est profondément modifiée. les défenses sont aussi remaniées par la création de tours rondes.

* En 1479, Roger de Gramont, (seigneur de Gramont, Baron de Haux, sénéchal de Guyenne, maire héréditaire de Bayonne) par la possession de plusieurs châteaux contrôle une partie de la navigation sur la rivière Bidouze.

* En 1485, plusieurs villages sont acquis par la famille Gramont.

* A la fin du 15ème siècle, les seigneurs de Gramont délaissent leur château familial de Bergouey-Viellenave puis s'installe en ce château.

* Vers 1523, pour se venger de son échec devant Bayonne, dont  Jean II de Gramont est le Maire, l'armée de Charles Quint, sous les ordres du connétable de Castille et du Prince d'Orange, attaque puis incendie le château. Les archives  périssent dans les flammes. Seuls le donjon circulaire et l'ouvrage d'entrée échappent à la destruction.

* En 1525, le château semble réhabilité car en son sein est célébré le mariage de Claire de Gramont avec Menaut d'Aure, seigneur d'Asté.

* En 1528, Jean II de Gramont décède sans héritier. Claire de Gramont, sa sœur, récupère de nombreux biens dont ce château.

* En 1534, Claire de Gramont acquiert la seigneurie de Guiche (voir son château ). La puissance et la richesse de cette famille augmentent.

* Vers 1535, Charles de Gramont, archevêque de Bordeaux et oncle de Claire, demande à Gabriel Bourgoing, l'élévation d'un corps de logis.

* Vers 1539 (à vérifier), d'autres travaux d'agrandissement sont réalisés : Fermeture de la cour de l'aile Ouest.

* En 1549,  Antoine Ier de Gramont, fils de Claire, épouse Hélène de Clermont.

* Au milieu du 16ème siècle (1560 ?), à la mort de sa mère, Antoine Ier de Gramont devient seigneur de Gramont.

* En 1574, Antoine Ier mentionne la présence de boulevards et d'autres systèmes défensifs permettant de résister aux boulets de canon. Des bouches à feu  parsèment le château.

* En 1565, Catherine de Médicis et son fils  Charles IX, de retour de Bayonne, séjournent au château sur l'invitation d'Antoine Ier.

* Vers 1569, amélioration des systèmes défensifs autour du château.

* En 1571, Jeanne d'Albret déclare le protestantisme comme la religion officielle du Béarn. Antoine Ier est un des leaders de la cause.

* Vers 1639, Antoine II de Gramont demande, à l'architecte Louis de Milhet, l'élévation du pavillon Sud-Est de la première cour.

* En 1642, changement d'architecture de l'escalier du pavillon.

* A partir de 1650, Antoine III de Gramont sollicite l'ingénieur Charles Dubois d'Avaugour, pour la reconstruction et l'aménagement de l'aile Ouest de la première cour, en remplacement d'une galerie du 16ème siècle.

* Après 1655, aménagement du donjon :

- La partie haute en bibliothèque,

- Le rez-de-chaussée en chapelle.

* En 1659, le Cardinal Mazarin s’arrête deux jours au château avant d'aller négocier le traité des Pyrénées.

* Au 17ème siècle, de nombreux travaux de terrassement sont réalisés pour la création des jardins.

* Au 17ème siècle, l'ouvrage d'entrée médiéval est arasé au niveau du 1er étage.

* en 1679, la famille Gramont n'habite que rarement le château.

* Durant la première moitié du 18ème siècle, la façade reçoit un portique à fronton triangulaire.

* Vers 1793, les Révolutionnaires pillent le château. Un hôpital militaire est créé.

* En 1796, le château est incendié.

* En 1814, le maréchal Soult fait abattre l'aile Ouest de la première cour ainsi que le pavillon nommé Hercule.

* Vers 1830 (à vérifier), Antoine VIII de Gramont reprend possession du domaine. Il aménage un logement dans un pavillon des anciennes écuries.

* En 1856, Napoléon III et Eugénie de Montijo viennent à Gramont pour admirer les magnifiques ruines du château qui fut si prestigieux.

* En 1942, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1967, le tremblement de terre d'Arette ayant détruit 80% de la commune s'est ressenti à  Bidache. Plusieurs murs se sont écartés et quelques plafonds se sont écroulés.

* A partir de 1967 et durant 4années, des travaux de consolidation et de mise en valeur sont réalisés.

* En 2003, la communauté de communes du Pays de Bidache devient "propriétaire", par bail emphytéotique d’une durée de 36 ans.

* En ce début de 21ème siècle, presque deux millions d'euros sont apportés par l’état, la région, le département, la communautés de communes et la commune pour la restauration de ce château privé et Ducal. Quelques fêtes "communales" sont organisées à l'extérieur du château.

* En 2014, le Duc Antoine XIV Armand-Odélric-Marie-Henri de Gramont, Prince de Bidache se donne la mort dans sa résidence du Texas. Son fils, le Duc Antoine XIV de Gramont, Prince de Bidache, âgé de 6 ans, hérite (entre autre) du château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite depuis la route et le sentier. La visite du château est interdite.

 

 

Quel magnifique château fort construit sur plusieurs siècles !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64

Vers Menu châteaux

des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0
22 août 2017 2 22 /08 /août /2017 07:58

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

  Point de défense visible pour cette cathédrale!

Le bourg :

Situation :  (--> le voir sur une carte)

  La commune d'Oloron Sainte Marie est située à 45km à l'Ouest-Nord-Ouest de Lourdes (voir son château), à 35km au Sud-Ouest d'Orthez et à 25km au Sud-Est de Pau.

 

  Coordonnées de la cathédrale :

43° 11' 17" N 00° 36' 56" W
 43.1881157474°  -0.6156527996°

 

 

 

La cathédrale

L'extérieur :

La découverte

* Aller à Saint Jacques de Compostelle n'était point chose aisée à l'époque médiévale. Quelques brigands guettaient et attaquaient pèlerins et cités.

* Avec cette hypothèse, j'ai imaginé qu'Oloron, située sur l'une des routes, devait posséder quelques bâtiments fortifiés.

* En arrivant proche de la cathédrale, je ne remarque aucun système défensif.

* Je ne vois que les remplages des larges fenêtres.

 

 Voyez vous la trace d'un système défensif ?

L'enquête commence

* Je prends un peu de recul et.......

..... je vois beaucoup de fenêtres donnant certainement une magnifique lumière dans l'abside et le chœur.

* Soudain, mon oeil de castellologue amateur voit une haute construction cubique.

Comme moi, êtes vous surpris ?

 

 

Je contourne le site par la gauche

* Le long de la nef, la partie basse est renforcée par des contreforts à larmier et la partie supérieure par des arcs boutants.

* Au fond, une haute construction m'interpelle.

* Avec sa droiture, sa rigueur, ses ouvertures sous le toit, je pressens tour défensive et de guet était cette construction.

* Même si la tour ne possède ni d'archère ni mâchicoulis (voir vocabulaire) je suis heureux d'avoir découvert un système défensif en cette cathédrale.

 

 

 Que voyez vous sur la gauche ?Est ce la fin des découvertes ?

* Pour mieux admirer cette haute tour, je prends un peu de recul.

* La nef paraît minuscule.

Qu'est ce qui m'incite à penser cela ?

* Il est encadré par la tour à droite puis par un puissant clocher à gauche.

 

 

Quel est le nom de cette construction ?

* Je suis dans le plus grand étonnement devant cette architecture.

* Est ce :

- Un clocher porche,

- Un clocher fortifié,

- Une tour défensive,

- Un donjon.

* Qu'importe, porche il est en notre siècle, mais tour de défense il fut au Moyen Âge puis durant les Guerres de Religion.

* Ce clocher me rappelle celui de Vicq d'Auribat dans les Landes.

 

 Toute la panoplie défensive se retrouve sur ce clocher

Il me fait rêver

* La ronde tour flanque doit comporter un escalier en colimaçon.

* Les gros trous de boulin horizontaux portaient une construction en encorbellement en bois nommée : Hourds.

* La fente verticale (sur 2 faces) est une archère droite.

* Trois niveaux sont visibles.

* Le dernier est la salle de guet avec crénelage défensif.

* Après ces constatations, c'est le moment de franchir la porte.

 

 

 

L'intérieur :

 

 

Pour visiter l'intérieur de la cathédrale

Veuillez cliquer ici

 

 

La tour défensive et le chocher-porte protègent les 2 extrémités de la cathédrale

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0
7 août 2017 1 07 /08 /août /2017 06:10

 

 

La description de l'extérieur du château est ici - CLIC

 

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

 

Le château (suite)

L'architecte a oublié d'installer le plancher

L'intérieur du donjon :

Rappel

* La visite du donjon étant payante, je ne me sens pas le droit de tout vous dévoiler.

* Je vais donc vous révéler quelques éléments d'architecture montrant la richesse du lieu.

 

 

Entrer dans la lumière

* Pour faciliter l'accès, une porte a été créée au rez-de-chaussée, normalement ce niveau est borgne pour éviter l'intrusion des envahisseurs.

* Après avoir donné quelques piastres à une ravissante Orthézienne, j'entre dans le donjon puis je lève la tête.

* Quel volume, quelle lumière !

* Evidemment, avec les planchers absents, le donjon ressemble à une cathédrale illuminée par les fenêtres et fentes défensives.

 

 

Les niveaux facilement identifiables

* Comme je le présentais depuis l'extérieur, le donjon possède 4 niveaux :

- Le premier et deuxième sont les étages défensifs. Ils possèdent des archères droites avec ébrasement intérieur ou en niche.

Nota :

-- Je suis surpris par le peu d'archères laissant ainsi trop d'angles morts.

-- Ce donjon se devait d'impressionner et marquer le pouvoir plus que défendre efficacement..... A moins que les consolidations et reconstruction aient un peu appauvri ses systèmes défensifs.

- Les 2 étages au dessus étaient les pièces de vie et d'habitation. Ils possèdent :

-- Des fenêtres à coussiège double.

-- Des cheminées dont la simplicité luxueuse (vous ai je déjà dit que j'adore les oxymores ?) montre le plaisir d'être en ce lieu.

 

 

Particularités (que je ne montre point puisque le site est payant)

* En errant le long des murs, il me semble aussi voir :

- Une pierre pour l'évacuation de l'eau (lavabo).

- Un fantôme de latrines.

* Au bas de la tour, une "prison ou un cachot" est mentionné dans les textes.

 

Pour manger dans le bâtiment aulique, il suffit de sauter

 

Là haut, sur l'Everest

* 141 marches...... c'est le nombre indiqué dans la brochure pour atteindre le sommet.

* Je ne les ai pas comptées, mais il me semble qu'il y en a au moins 9 876 543.... au moins. surprise

* Donc, 5 heures d'ascension plus tard (quel menteur je suis), après cet effort surhumain, je suis au sommet du monde.

* De la plateforme je domine de 110 mètres la ville d'Orthez.

* Mais il se fait tard, les nuages arrivent, il me faut retrouver l'escalier avec ses marches glissantes, instables et...... oups..... je chois. sad

 

 

Pour voir le diaporama, veuillez cliquer ici

 

 

 

Histoire du château :

* En 1242, Gaston VII de Moncada décide qu'Orthez soit la capitale du Béarn.

* Au milieu du 13ème siècle, après avoir accepté d'être le vassal du Roi d'Angleterre, ce dernier fait un don important à Gaston VII. Le Vicomte (voir titre de noblesse) de Béarn fait construire un château pour protéger Orthez et surveiller le passage. Ce site luxueux devient l'un des châteaux d'habitation du Vicomte, c'est aussi le siège du gouvernement Vicomtal.

* En 1289, le Roi d'Angleterre, Duc d'Aquitaine (voir liste) séjourne au château (à vérifier).

* En 1290, après le décès de Gaston VII, sa fille, Marguerite de Moncade, devient Vicomtesse de Béarn et propriétaire du château. Ayant épousé en 1267 Roger Bernard III de Foix, ce dernier devient Vicomte de Béarn.  

* En 1331, naissance au château (certains historiens doutent) de Gaston III de Foix Béarn.

* A la fin du 14ème siècle, le médiatique Gaston Fébus réaménage la forteresse (les historiens notent que peu de textes expliquent les travaux réalisés). Malgré la pauvreté de la population, le Comte mène en ce lieu une vie faste, loge proche du château ses nombreux serviteurs, organise de grandes fêtes avec repas "gargantuesques" (Jean Froissart les narre dans ses chroniques). C'est dans ce château que Gaston III de Foix-Béarn rédige ses livres de chasse.

* En 1380, Gaston Fébus assassine son fils dans ce château.

* Au milieu du 15ème siècle, Gaston IV de Foix-Béarn abandonne ce château qui ne sera plus la résidence Vicomtale, même pour ses successeurs. Le centre du gouvernement Vicomtal est déplacé à Pau.

* En 1464, Blanche de Navarre décède au château. La légende prétend qu'elle a été emmurée vivante. Son fantôme erre depuis ce jour.

* En 1559, durant les Guerres de Religion, le château est attaqué, pillé puis brûlé par les Protestants. Ruine semble être son avenir.

* En 1620, le Béarn est rattaché au Royaume de France. Ce château est possession du Roi. Dans un état des lieux, il est notifié "en mauvais état".

* Vers 1792, les Révolutionnaires récupèrent les ruines puis les vendent comme Bien National à des"démolisseurs".

* En 1840, le donjon est classé aux Monuments Historiques.

* En 1841, la ville d'Orthez achète la ruine.

* En 1845, le donjon est restauré. Une porte est creusée au niveau du sol facilitant l'accès.

* Au 20ème siècle, quelques restaurations sont réalisées.

* En 1992, le fossé et une partie du remparts sont inscrits aux Monuments Historiques.

* En 1995, la motte, les vestiges du logis et la deuxième enceinte avec fausse-braie sont classés aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de la tour maîtresse est payante. Bien que le donjon ait été consolidé ainsi que les abords, soyez très prudents proches des remparts et dans le fossé.

 

La vidéo du château est ici

 

 

La nuit tombe sur ce château venu du plus profond des temps

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0
23 août 2015 7 23 /08 /août /2015 07:55

 

 

Pour découvrir l'extérieur de cette cathédrale

Veuillez cliquer ici

 

 

 

  Quelle richesse de détail !

L'intérieur :

La découverte

* C'est presque religieusement que je m'approche de l'entrée.

* Les pieds-droits et les colonnes comportent des chapiteaux sculptés dont les thèmes reprennent les animaux fantastiques et les personnages bibliques.

* Le lumineux soleil écrase les formes et les reliefs dans le porche ombragé.

* Après quelques secondes, mes yeux accoutumés à l'ombre me montrent...... un incroyable portail Roman. Les sculptures décrivent la descente de christ du Christ.

* Ne voulant point vous dévoiler cette merveille par de simples photos, je vous propose d'aller découvrir sur place ce portail unique ainsi que ses archivoltes merveilleusement sculptées.

* La porte entrouverte m'invite à entrer.

 

 

Quelle lumière !

Une décoration digne des enluminures

* Quel choc !

 

* Ma première surprise est la lumière.

* Avec les imposantes fenêtres, ceci pourrait sembler une évidence.

* Mais cette luminosité est partout, du sol au plafond (aurait dit une publicité bien connue).

* Mon second étonnement est pour la couleur.

* Elle est présente sur chaque pilier et chaque mur.

* Dans les chapelles latérales, les rayons du soleil jouent avec les parois colorées.

Sont ce les verts paturages du paradis ?

 

 

Puis je monter dans les tours ?

* Je ne suis point venu en ce lieu pour être un simple touriste adorateur de décors peints.

* Mon but est de découvrir les salles de repli et de défense.

* Je distingue en plusieurs parois des portes, mais elles sont fermées.

* Je repars vers une autre découverte en ce beau département du Sud-Ouest.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la cathédrale :

* En 1101, à son retour des croisades en Terre  Sainte, Gaston IV le Croisé le Vicomte (voir titre de noblesse) de Béarn, entame plusieurs constructions pour sécuriser le chemin de Compostelle passant par le Béarn et l'Aragon.

* Vers 1102, le Vicomte décide la construction d'une cathédrale à Oloron.

* En 1212, durant la Croisade des Albigeois, le Vicomte du Béarn prend le parti du puissant Comte de Toulouse. La ville d'Oloron loge plusieurs sympathisants à la cause Cathare. Par erreur, certains d'entre eux incendient la cathédrale.

* Au milieu 13ème siècle (à vérifier), un nouvel incendie ravage le bâtiment religieux.

* A la fin du 13ème siècle puis au début du 14ème siècle, chevet, nef et chapelles sont reconstruites.

* Au 15ème siècle, des chapelles latérales sont aménagées.

* En 1569, durant les Guerres de Religion, le Comte de Montgommery, à la tête d'une armée de Huguenots, pille la ville et la cathédrale.

* Au début du 17ème siècle, la cathédrale est réparée suite aux évènements du siècle passé.

* Au milieu du 17ème siècle, l'évêque fait construire/aménager un orgue.

* Au milieu du 18ème siècle, la cathédrale est agrandie.

* Vers 1792, les évêques sont chassés. La cathédrale devient l'église paroissiale.

* Au 19ème siècle (à vérifier), le bâtiment religieux est défini comme cathédrale.

* En 1939, la construction est classée aux Monument Historiques.

* En 1998, la cathédrale est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Marie) est libre et gratuite. La visite du clocher fortifié est interdite.

 

 

Quelle curieuse symbolique

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 07:30

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

 

Aucune défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune d'Arthez de Béarn est située à 15km à l'Est d'Orthez (voir son château) et à 20km au Nord-Ouest de Pau.

 

   Coordonnées de l'église :

43° 27' 53" N 00° 37' 01" W
 43.464678°  -0.616871°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir monté une petite colline précédant le bourg, j'arrive sur la grande place espérant trouver un puissant bâtiment religieux fortifié.

* Puissante, la construction devant moi l'est, mais l'église semble moderne et peut prévue pour combattre un ennemi du Moyen Age.

Me serais je trompé de lieu ?

 

 

L'enquête commence

* L'église est haute, large, imposante mais il n'y a aucune trace d'archère, ni de salle de repli, ni de chemin de ronde.

* Ne voyant pas de clocher (ce qui est rare pour une église) je décide (tout en traînant les pieds de désespoir) de contourner la façade.

* C'est à ce moment que l'espoir renait.

* Il y a, proche de l'à-pic, un clocher ressemblant à une tour de défense.

 

 

Je rêve d'une église fortifiée !Le clocher-tour

* Avec sa forme très rigide, son chaînage d'angle en besace, il semble évident que cette haute construction n'est pas de la même époque que l'église.

* D'ailleurs la position de ce clocher n'est pas traditionnelle.

* La tour (puisque je suis convaincu que ce n'était pas un clocher à l'origine) possède en partie basse une ouverture trop large pour une défense ou un puits de lumière.

* Je suppose que l'ouverture a été élargie récemment pour laisser plus de jour dans la salle du rez de chaussée.

* Au dessus, 2 archères droites (dont une est obstruée) me donnent une date de construction : 12ème siècle

Qu'en pensez vous ?

 

 

L'énigme architecturale

* Entre les 2 archères, une rangée de corbeaux m'interpelle :

- Ils ne pouvaient pas soutenir une passerelle sinon, cela condamnait l'archère supérieure.

- Si ces corbeaux soutenaient des hourds (voir vocabulaire), je ne vois pas de porte pour y accéder.

 

 

La réponse est peut être sur l'autre face

* En contournant la haute construction, j'ai partiellement ma réponse.

* Un porte plein cintre était l'unique entrée médiévale de cette tour.

* Une passerelle (amovible ?) soutenue par les corbeaux en permettaient l'accès.

Conséquence : Que peut-il y avoir de l'autre coté ?  

 

 

La 3ème face

"Élémentaire mon cher Watson".

* A l'opposé d'une porte il devrait y avoir des archères.

* C'est dans l'angoisse de savoir si je suis un génial génie   de déduction bien sur, que je me rends sur l'autre façade.

* Évidemment il y a sur cette face 2 archères droites qui pourraient ressembler à sa consoeur.

* Mais une autre énigme architecturale apparaît :

Pourquoi celle inférieure a-t-elle été allongée après sa construction ?

* Je vous laisse méditer et je vais tenter d'entrer par la porte basse

 

 

L'intérieur :

* Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées.

* Celle-ci ne déroge pas à la règle.

* Je me console en admirant le paysage depuis ce bourg surélevé.

 

 

La diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'un château.

* Au milieu du 14ème siècle, Gaston Phoebus fait fortifier la ville. Arthez fait parti du réseau de fortification du Bearn.

* Au milieu de 16ème siècle, les guerres de religion entraînent la destruction de nombreux bâtiments d'Arthez.

* En 1860, destruction de l'église du village, mais pas de la tour de l'ancien château.

* En 1885, construction d'une nouvelle église et utilisation d'une tour du château médiéval comme clocher.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Étienne) est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

La vue est souvent la récompense d'un castellologue

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 07:30

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

 

Plan des remparts de la ville de Bayonne

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La  ville de Bayonne est située à 5 km au Nord-Est de Biarritz, proche de l'océan Atlantique.

 

  Coordonnées du château vieux :

43° 29' 29" N 01° 28' 40" W
 43.491509°  -1.478019°

 

 

 

Les remparts :

L'extérieur :

La découverte

* Dans la vieille ville de Bayonne, proche de la cathédrale, un rempart de "2000 ans" est le but de ma découverte de cette fin d'été.

* Armé du plan des anciennes fortifications, je suis prêt à suivre et découvrir cet ancêtre.

 

 

L'enquête commence

* Une 1ère tour flanque s'offre à moi.

* Bien que des fenêtres modernes aient été percées, la tour ne masque pas ses origines et sa fonction défensive.

* Un peu plus loin d'autres merveilles défensives, toujours habitées, s'entremêlent dans les murs du rempart.

* Toujours en suivant l'axe du rempart j'arrive devant une construction représentative de 5 siècles d'évolution architecturale.

* Devant moi, un mur épais d'époque Romaine.

 

 

Comment dater ces constructions ?

* Il est "facile" de déterminer la date de construction des différents murs fortifiés de Bayonne :

* Les murs en blocage ou en ciment revêtus de petites pierres sont d'origine Romaine.

* Les murs constitués de gros moellons sont du 10ème et 11ème siècle.

* Les grandes pierres taillées sont du 12ème

 

 

 

Haute tour ronde avec canonnières

Le château vieux :

L'extérieur :

La découverte !

* D'après Monsieur de La Palice : "Plus je marche et plus j'avance vers ma destination .

Et quelle est elle ?

* Ceux qui ont répondu "Je ne sais pas Chevalier" sont priés de relire le titre : Le château vieux, dont le plan me révèle son architecture.

* Bien qu'il soit nommé "Vieux", une de ses tours comporte une puissante et large canonnière (du 17ème ?).

Avez vous remarqué la présence de l'archère primitive ?

 

 

Rapide analyse

* Le corps principal du château Vieux a une forme rectangulaire avec de puissantes tour d'angle et des tours flanques avec les mêmes caractéristiques.

* Un petit morceau de mur Romain apparaît (parement en petits appareil de pierres coupées d'arases en briques) mais ce sont les pierres médiévales et surtout les aménagements de Vauban qui sont visibles.

* Comme pour les remparts, les tours et les murs possèdent des fenêtres et même des balcons en encorbellement.

* Ces modifications n'ont pas diminué la puissance de ce château fort qui a fait évoluer ses défenses durant 7 siècles.

* Cette marche m'ayant donné faim, je vais manger du jambon de pays en admirant les canonnières ainsi qu'un morceau de mâchicoulis ayant survécu.

 

 

L'intérieur :

* Le château n'est pas visitable et les remparts sont habités donc interdits à la visite.

 

 

Le diaporama du site est ici - CLIC

 

 

 

Histoire partielle du château :

* Au 1er siècle , les Romains construisent une fortification entourant le bourg primitif.

* A la fin du 11ème siècle, le Vicomte (voir Titres de Noblesse) de Labourd fait construire un château sur l'emplacement du Castellum Romain. C'est d'abord un donjon hexagonal.

* Au 12ème siècle, deux corps de bâtiment sont ajoutés au donjon. Le Château Vieux (ce nom ne lui sera donné que plusieurs siècles après sa construction bien sur) est la principale défense de Bayonne.

* En 1130, Don Alfonso le Batailleur, Roi de Navarre séjourne au château.

* En 1151, Bayonne est ville Anglaise (pour 3 siècles).

* A la fin du 12ème siècle, Richard Cœur de Lion, Roi d'Angleterre, Duc de Normandie, Duc d'Aquitaine, Comte du Maine et Comte d'Anjou, accorde de nombreux privilèges à la ville de Bayonne. La cité devient prospère.

* Au milieu du 14ème siècle, Edward Plantagenêt, dit Édouard de Woodstock Brackembury (et aussi nommé "Le Prince Noir"),  capitaine de guerre anglais durant la guerre de cent ans, séjourne au château.

* Vers 1367, Pierre Ier de Castille séjourne au château.

* En 1451, Bayonne est ville Française.

* En 1463, Louis XI (voir liste des rois) séjourne au château.

* Au 16ème siècle, la fortification est Espagnole.

* En 1526, François Ier (voir liste des rois) séjourne au château.

* En 1565, Charle IX , roi de France, séjourne au château.

* A partir de 1678, Vauban fortifie Bayonne, ville frontière avec l'Espagne. Il fait abattre le donjon dénommé Floripes. Voir la vue de Bayonne au 17ème siècle.

* En 1660, le grand roi de France, Louis le 14ème, séjourne au château.

* En 1706, Marie Anne de Neubourg, Reine d'Espagne, séjourne au château.

* En 1809, le général de Palafox, défenseur de Saragosse, séjourne au château.

* En 1886, l'enceinte Romaine est classée aux Monuments Historiques.

* En 1931, les remparts entre le Château Vieux jusqu'à la Tour du Sault, sont inscrits aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, le Chevalier Dauphinois séjourne quelques minutes devant la porte du château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et du château est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Fortifications romaines, médiévales et de Vauban se marient magnifiquement

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 07:30

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

 

Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La petite commune d'Andrein est située à 37 km au Sud-Est de Dax (voir ses remparts), à 15km au Sud-Ouest de Orthez et à 4km à l'Est de Sauveterre de Béarn.

 

   Coordonnées du bourg :

43° 23′ 35.88″ N 00° 53′ 59″ W
0° 53′ 59″ W  -0.899722°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La découverte

* Posée sur une petite butte, entre la route principale et le chemin de fer, l'église du bourg semble paisible et ne parait pas être fortifiée.

 

 

L'enquête commence

* En découvrant  l'arrière de l'église, je ne distingue aucun système défensif, ni aucune ouverture au dessus de la nef (salle de repli).

* Curieusement, il n'y a aucun contrefort renforçant les murs. Est ce vraiment le bâtiment fortifié que je pensais découvrir ?

 

 

Sont ce les défenses ?

* En contournant le bâtiment, un puissant clocher-porche attire mon attention.

* Les pierres sont peu jointives et leur asymétrie prouve de nombreuses réparations.

* Cette "tour" comporte de nombreux corbeaux dont la fonction m'échappe (support pour un chemin de ronde ou pour des poutres soutenant un hourdage --> voir vocabulaire ).

* Au centre, bien qu'obstruée, une archère droite me fait penser à un système défensif du 12ème siècle.

* Cette archère solitaire n'est pas très dissuasive et ne défend qu'un seul coté.

Y a t il d'autres fentes ?

 

 

Il y en a d'autres !

  Quel incroyable clocher !

* Les 2 faces latérales possèdent des ouvertures de tir, peu hautes et droites.

* Évidemment, avec sa forme carrée, les angles morts sont nombreux.

* Mais cette tour est très dissuasive contre une petite troupe "d'écorcheurs" peu courageux devant des salves de flèches.

 

 

L'intérieur :

* Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle.

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle (?), construction d'une église.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église(dédiée à Saint Pierre) est libre et gratuite . La visite du clocher est interdite.

 

 

Un clocher fortifié est le secret de cette église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques

Partager cet article

Repost0