25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 07:30

 

 

Département :  63  - Puy de Dôme

 

 

 

Que vois je ?... Une église à gros ventre !

 

Le bourg :

Situation :    (--> le voir sur une carte)

   La commune fortifiée de "Besse et Saint Anastaise" est située à 30km à l'Ouest de Issoire.

 

   Coordonnées du bourg :

45° 30′ 50″ N 02° 56′ 01″ E
 45.513889°  2.933611°

 

 

 

 

La fortification :

L'extérieur :

La découverte

* En descendant une petite rue, je découvre les premières fortifications de ce bourg.

* Je suis frappé par la disparité des architectures.

Est ce un bastion ou une tour ou une église fortifiée ?

 

 

Porte fortifiée

* La porte du bourg possède les classiques systèmes de défense, comme par exemple :

- La bretèche (voir vocabulaire).

Mais de quand date t elle ?

* La bretèche a été utilisée durant de nombreux siècles sur des systèmes fortifiés, ce n'est donc pas une preuve médiévale.

* Pour protéger la porte, de larges canonnières ont été construites.

* Mais elles semblent "modernes".

 

 

des corbeaux encore beaux !

Que de doutes !

* Le bastion et l'entrée du bourg forment un sas limitant le recul pour un bélier.

Médiéval système ?

* J'en doute car une construction en sas a été aussi utilisée durant plusieurs siècles.

* Le mur de la 2ème porte possède une rainure ayant certainement reçu une herse.

Est ce la preuve médiévale que j'attends ?

 

 

L'intérieur

Aurai je mes réponses ?

L’intérieur de la cité va t il me révéler son âge ?

* Hélas pour moi, tout est propre et reconstruit.

* Il y a bien quelques corbeaux et vestiges d'échauguette d'angle, mais l'ensemble est refait.

 

 

Touriste je deviens

* Ce bourg est plus une cité touristique (avec magasins et tavernes) qu'une fortification en ruine pour un "chevalier-médiéviste".

* Plutôt que de vous montrer les photos des bâtiments et architectures, je préfère vous faire rêver avec des gravures du château du Bailly, de la maison de la reine Margot.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* En 1208, Besse est une ville libre administrée par 2 Consuls élus par les bourgeois.

* Au 15ème siècle, l'insécurité et les pillages engendrent la construction de fortifications.

* En 1790, avec le vent de "modernité révolutionnaire", les fortifications sont détruites.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Ce bourg est plus une cité touristique et vacancière qu'un site médiéval.

 

 

Sainte Marie des remparts

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 06:30

 

 

Département :    63  - Puy de Dôme

 

 

 

Voyez vous le château au loin ?

Le bourg :

Situation :    (--> le voir sur une carte)

   La commune de Billom est située à 25km au Sud-Ouest de Thiers, à 22km au Nord-Nord-Est d'Issoire et à 20km à l'Est de Clermont Ferrand.

 

   Coordonnées du château :

45° 43' 27" N 03° 19' 10 E
 45.724158°  3.31933°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

Pourquoi ai je précisé dans le titre de cet article :

La ruine oubliée !

* C'est très simple :

- Dans le bourg, aucun panneau indique le sentier pour la visiter,

- Dans les livres, aucune information sur cette ancienne forteresse,

- Dans la mairie, pas de documentation ni d''information.

* Je vais vous montrer un lieu "qui n'existe pas ".

 

 

La surprise

* Proche de la route D212, un mamelon isolé (nommé Le grand Turluron) attire mon attention.

* Avec mes yeux d'aigle je vois distinctement un bâtiment fortifié.

* Je vous sens dubitatif

Regardez avec attention, il est là !

* Il est vrai que la végétation du 21ème siècle cache en partie cette beauté.

* Il n'en était rien il y a 1 siècle.

* En voyant cette butte, je pressens une marche agréable vers une ruine incroyable.

 

 

Quel damier noir et blanc !

La découverte

* La 1ère vision de ce château est surprenante.

* C'est évidemment une ruine (ma passion) mais ses couleurs sont bien différentes des classiques fortifications de pierres.

* Les angles merveilleusement appareillés sont réalisés avec un matériau blanc (Archose ?).

* En opposition, les courtines ont une couleur très sombre (pierre volcanique) avec une surface très irrégulière.

Cette dualité est surprenante !

 

 

Bicolore

* En prenant un peu de recul, je m'aperçois que tous les angles sont blancs avec des courtines en pierres de lave.

* La façade si sombre est éclairée par des fenêtres "récentes" entourées de blanc.

 

 

Mais où sont les défenses ?

* Il est surprenant qu'un château fort ne possède ni tour flanque, ni archère, ni bouche à feu (voir vocabulaire).

Ne serait ce donc pas une ruine de château fortifié ?

* Et c'est à ce moment de doute qu'un indice s'offre à moi.

Le voyez vous ?

* En haut se cache timidement les restes d'une échauguette.

* Mais ce n'est pas tout, le mur possède des trous de boulin alignés.

* Cela ressemble à un positionnement pour des hourds en bois (?).

 

 

Encore des surprises

* Proche de cet angle, 3 curieux détails m'intriguent :

- Un trou (de boulin ?) décalé par rapport à l'alignement des autres. De plus il est réalisé avec des pierres blanches.

- Un arc de décharge au dessus de la fenêtre. Y avait il autant d'étages et de masse au dessus pour avoir besoin de répartir le poids ?

- Une inscription datée de 1506. C'est assez rare sur l'extérieur du piédroit d'une fenêtre.

 

 

Point de princesse m'attendant dans ces fenêtres

L'intérieur :

La végétation a le pouvoir

* Évidemment, dans une ruine oubliée la nature a repris ses droits. Racines, arbres, orties, ronces sont des défenseurs difficile à combattre aux 21ème siècle.

* Mais en écartant délicatement les branches, des "merveilles" se dévoilent.

 

 

Une ruine très modifiée

* Ce qui est impressionnant, ce sont les nombreuses fenêtres.

* Des consolidations (ou des améliorations ?) ont parfois changé leur esthétique, mais il existe encore d'ancienne construction dans l'épaisseur des murs comme cette fenêtre à coussiège.

* Après avoir regardé en bas, il faut aussi lever la tête et là.... Je vois

Hooo... un départ de voûte.

 

 

Toujours en recherche

* Mais curieusement, comme au début de ma visite, je suis toujours à la recherche de système de défense. Je n'en vois aucun.

* Je vous laisse et je prends ma pelle pour retourner toutes les pierres couchées sur le sol.

Vais je découvrir le secret de cette ruine oubliée ?

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

 

Histoire du château :

 

Rien... Je n'ai rien dans mes multiples livres et revues !

Pourquoi l'histoire a-t-elle oublié cette ruine ?

* Au 21ème siècle, la ruine est sur une propriété privée, sa découverte est sujette à une demande au propriétaire. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

 

Mirage ou vraie ruine... Qu'en pensez vous ?

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2009 6 04 /07 /juillet /2009 06:30

 


Département :  63  - Puy de Dôme

 

 

 

Le ciel se couvre... Vais je voir la ruine ?

Le bourg :

Situation (--> le voir sur une carte)

  La commune de Anzat le Luget est situé à 28km à l'Ouest de Brioude et à 40km au Nord de Saint Flour.

    Le Luguet est un petit hameau à 1km à l'Ouest de Anzat.

 

    Coordonnées du château :

45° 20' 34" N 03° 01' 52" E
 45.342803°  3.031154°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Je veux manger et dormir

* Après avoir visité la magnifique tour de Besse à quelques kilomètres de Anzat, je repars vers l'Ouest pour trouver gite et couverts avant la pluie.

* Devant un panneau me donnant la direction, je consulte la carte quand un sigle attire mon attention.

* Il y aurait une ruine au dessus de moi !

 

 

La surprise

* Évidemment, surpris je suis car mon regard persan ne l'avait point vue dans ce paysage magnifique de l'Auvergne.

Où est elle ?

* Je scrute le sommet de la colline.

* J'avance doucement pour ne pas lui faire peur (Je vous vois sourire en pensant qu'une ruine n'est pas effrayée ?... Et bien, elles le sont parfois, mon nez se souvient d'une pierre tombée d'un mur qui avait été surpris par mon arrivée  ).

 

 

La recherche d'indices

* Après quelques minutes, je vois les restes d'un mur.

* J'ai quelques doutes car il existe de nombreux murs de soutien pour les cultures ou pour stabiliser les petits champs à vaches. Il me faut d'autres preuves.

* Vous connaissez mon imagination fertile, je suis capable de voir un château avec 3 pierres (Lire un récit ici).

* C'est donc avec sérieux que j'analyse chaque centimètre carré (j'exagère un peu).

"Et quand on cherche... On trouve".

* Devant moi se dresse une citadelle.

 

 

Les Doutes

* Il est vrai que "Citadelle" est un mot un peu... heu... excessif, mais avouez que cette ruine est magnifique.

* La terre et la végétation ont englouti les fondations et il est difficile de comprendre son architecture, mais les quelques murs devraient me donner des certitudes.

* Le plus petit ne me confirme pas que je suis sur l'emplacement du vieux château.

* Il est trop refait et les petites pierres plates ne semblent pas solides pour une forteresse.

 

 

La confiance revient ?

* Ce mur par contre est plus significatif avec ses larges pierres et ce que j'espère être un trou de boulin (voir vocabulaire).

* Je suis surpris par la mauvaise qualité des joints et la taille de pierre si médiocre.

* J'ai un doute.

Serait ce les vestiges d'une étable

ou d'un hangar du siècle dernier ?

 

 

La certitude

* Il n'y a qu'à notre époque que nous construisons des maisons en haut des collines pour embrasser le paysage, nos anciens (après la période médiévale) préféraient le confort des plateaux et des vallées.

* Cette construction ne peut pas être "moderne".

* Soudain, j'ai un indice.

Pensez vous qu'à une époque récente,

les murs étaient construits aussi épais ?

* A moins que vous me démontriez le contraire, je pense avoir retrouvé les vestiges du château de Le Luguet.

* Heureux je suis.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

  Je n'ai hélas aucune information sur ce vestige.

* Vers 1225, construction du château (information donnée par une visiteuse).

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. La panorama est le plus grand trésor de cette ruine.

 

 

Une vue qui me laisse sans voix !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 06:30

 

 

Département :    63  - Puy de Dôme

 

 

 

Distinguez vous le château cocu sur cette vue ?

Le château :

Situation   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Auzat La Combelle est située à 15km au Sud-Sud-Est d'Issoire.

 

   Coordonnées du château :

45° 27' 04" N 03° 18' 46" E
 45.451103°  3.312896°

 

 

 

 

Le château :

       L'extérieur :

Pourquoi suis je là ?

* Après avoir visité le petit bourg fortifié de Auzon dans la Haute Loire, je suis (du verbe suivre, car je ne suis pas une rivière) la rive droite de l'Allier pour me rendre dans un lieu porteur d'une légende nommée :

- Le Saut du Loup.

 

 

Le blason

* Soudain, au bord de la route, je découvre un blason sur un panneau.

* C'est celui du village de Auzat la Combelle.

* Il représente : 

- En haut, le château dans la fertile campagne,

- Au milieu, la rivière Allier,

- En bas, la couronne du Comté d'Auvergne.

* Évidemment vous avez compris que le symbole castral titille mes neurones de chevalier-chasseur de châteaux médiévaux.

Mais où est il ?

 

 

Y a-t-il un château ?

* Je prends un peu de recul et un morceau du puzzle s'affiche devant moi.

Mais ce château Cocu est-il médiéval ?

* Il suffit de lever les yeux pour découvrir cette beauté en ruine.

En avant !

 

 

Quel curieux nom

* Évidemment, il est facile d'imaginer que ce mot au Moyen Âge n'avait pas la même connotation qu'au 21ème siècle.

* Petite étude de toponymie :

    Un peuple Germanique nommé Lombards est installé sur l'Elbe inférieure au Ier siècle.  Au 5ème siècle, l'Italie du Nord est envahie puis conquise par ce peuple donnant ainsi leur nom à une province : La Lombardie. 

  Au début du moyen âge les monnaies étaient nombreuses ne facilitant pas le commerce. Avec les troupes de brigands, le transport d'argent était peu sur. Certains Lombards deviennent des banquiers  Avec les prêts d'argent, ils acquièrent le nom d'usuriers.

    Dans certaines régions, des "étrangers" font aussi le commerce d'argent. Certains se nomment les Coci.

Avec la déformation du bouche à oreille et les patois, ils furent nommés Cocu.

   Le château de Auzat a donc appartenu à un seigneur ayant, "un peu" légalement, pratiqué la fonction de banquier et d'usurier.

 

 

En 2 enjambées, je suis proche du château

 

 

J'approche

* Un sentier facilement praticable m'emporte vers la ruine quand soudain un autre panneau (encore un) m'informe du danger.

Youpiii, je vais visiter une vraie ruine.

* Même partiels, les remparts donnent une idée de la hauteur des murs et l'importance "régionale" de ce château.

 

 

Rapide analyse

* Au sommet de cette colline, les vestiges d'un bâtiment seigneurial jouent avec les arbres.

* Cette ruine est composée de 2 tours rondes encadrant une courtine.

* Il me semble que ce bâtiment a été habité ou utilisé récemment (N'oubliez pas que pour un médiéviste, le 18ème siècle c'était hier ) car de telles ouvertures ne sont point du Moyen Âge  et un ciment cache partiellement les pierres. * Au milieu des "liannes", une petite fente verticale en angle rappelle la classique archère pour la défense de la courtine.

 

 

Détail minimal et pourtant fascinant !

 

L'intérieur :

* Entrer dans un château cassé peut paraître facile, mais la dense végétation est un rempart parfois plus difficile à contourner.

* C'est de loin que je découvre l'âme intérieure.

* Vestiges de cheminée, trou dans le mur (chauffe plat ?), départ de voûte, salle en sous-sol sont les maigres indices de ce château oublié.

* Avant de quitter ce lieu, je consulte ma vieille carte postale. cherchant quelques analogies avec ces vestiges.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle (?), le château est possession de Bernard Cocci.

*Au 14ème siècle, Aubert De Penchard est seigneur du château et du bourg.

* En 1840, il semble que le château soit encore habité.

* En 1926, les ruines du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, les communes d'Auzat sur Allier et de La Combelle fusionnent pour former : Auzat la Combelle.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Le château est une propriété privée visitable à vos risques et périls.

 

 

La ville moderne s'étalle au pied du vieux château

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 06:30

 

 

Département :    63  - Puy de Dôme

 

 

 

J'aime le danger.... Alors.... En avant !

Le bourg :

Situation :    (--> le voir sur une carte)

   La petite commune d'Ardes est située à 30km au Nord-Ouest de Brioude et à 30km au Sud-Ouest d'Issoire.

 

   Coordonnées du château :

45° 24' 33" N 03° 06' 06" E
 45.409114°  3.101645°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Où est il ?

* Depuis le village de Ardes, je me dirige vers l'Ouest pour trouver le départ du sentier menant au château de Mercoeur.

* Soudain, un panneau attire mon attention :

- Cela signifie que je vais déguster une "ruine ruinée"..... Hummm.

 

 

L'approche

* Après quelques minutes de marche, la beauté de pierre se laisse entrevoir tout en jouant avec la végétation.

* Plus j'avance et plus ce vestige de tour est magnifique.

* Elle se découpe maintenant dans le bleu du ciel.

* Je comprends le surnom donné à ce site :

Le doigt de Mercoeur.

 

Le doigt de Mercoeur est ici.

Je suis attaqué

* Cette ruine a toutes les caractéristiques d'un château sur motte.

* Les remparts et courtines ont disparu et seul un vestige de tour (était ce le donjon ?) survit à l'attaque des arbres.

* Aie.... Il n'y a pas que les arbres qui attaquent, un "diablotin" déguisé en rampant me barre la route.

Était ce cela que le panneau voulait m'annoncer ?

* Un chevalier n'ayant peur de rien (ou presque), je contourne le monstre et j'avance vers la colline.

 

 

Premières analyses

* Si ce château n'est pas maudit ni hanté par des monstres "empêcheurs de découverte", la visite risque d'être rapide car il ne reste qu'un fragment d'angle de tour.

* Comme à mon habitude, je contourne la ruine pour mieux la ressentir.

* Le sommet de la colline, certainement un peu aplati par l'homme, ne comporte plus de trace de remparts, de basse cour, de châtelet ou autres caractéristiques des fortifications médiévales.

* La végétation a repris ses droits.

 

 

Je ne reste pas de marbre devant cette pierre

L'intérieur :

Minimal mais passionnant

* Les 2 pans de mur formant un angle de la tour sont très intéressants. Ils montrent des parements médiocres et une taille de pierre "rudimentaire".

* Ce château devait être une fortification de garde et non le logis d'un grand seigneur.

* La vue des entrailles de la tour est fascinante.

* Il y a d'abord l'épaisseur importante des murs, puis les départs de voûte indiquant 2 étages, puis de belles pierres pour une ancienne fenêtre.

 

 

Y a-t-il eu beaucoup de modifications ?

* La base de la tour montre une surface peu importante.

* Ce donjon n'était pas habitable.

* A l'intérieur je suis surpris des différentes qualité et provenance des pierres.

Est ce du à une consolidation "moderne" ?

 

 

Encore une attaque

* Durant mes réflexions, je n'avais pas vu qu'un danger me menaçait : Un dragon immense.

* Sans être froussard (car chevalier je suis), je préfère quitter ce "zoo".

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

Je n'ai hélas pas de documentation sur l'histoire de ce château.

* Au 11ème siècle, il semble qu'un château soit construit (?).

* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite. La ruine est dangereuse, à éviter avec des enfants.

 

 

Cette tour observait toute la vallée

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 06:30

 

 

Hélas, aucune princesse m'attend en haut de la tour ! 

Département :   63 - PUY DE DÔME 

 

 

 

 

Le bourg :

Situation  (--> le voir sur une carte)

   Saint Floret est une commune située à 15km à l'Ouest d'Issoire.

  

  Coordonnées du château :

45° 33' 03" N 03° 06' 22" E
 45.55094 °  3.106105°

 

 

 

 

Le château : 

* Le site comporte 2 bâtiments différents :

- Le château "supérieur" posé en haut de la colline,

- Le château "inférieur" adossé au rocher.

 

 

Le château supérieur :

L'approche Sont ce les marches vers mon paradis ?

* Depuis le village, l'imposante masse du château ne cache pas ses origines médiévales, ni sa fonction de défense.

* Les courtines ont perdu leur hauteur, et les tours flanques (voir vocabulaire) se devinent plus qu'elles se voient mais cette construction posée sur le rocher ressemble bien à un château du 13ème siècle.

 

 

Une tour

* Sur la partie la plus élevé du rocher est posé le donjon cylindrique.

* Bien qu'ayant perdu ses créneaux, sa hauteur marque le respect.

*  En haut de ce donjon, des corbeaux sont visibles.

* Cette "tour maîtresse" n'étant pas habitable, j'opte pour une bretèche et non des latrines.

* Des textes affirment qu'à sa base, les vestiges de l'ancienne basse cours sont visibles. Hélas, je ne peux le confirmer.

 

 

 

Le château inférieur :

Une habitation

* Adossé au rocher, ce château parait plus "léger", plus luxueux, moins primitif.

* Cette construction rectangulaire du 14ème siècle était l'habitation du seigneur.

* Sa façade comporte des fenêtres à meneaux (voir vocabulaire) et des oculis à rosace quadrilobée.

* Une tour flanque est accrochée sur la face au Nord-Ouest.

 

 

Je tire la chevillette et.....

L'intérieur

* A l'intérieur, au premier étage de ce bâtiment, le spectacle est incroyable.

* La salle est voûtée d'ogive et surtout, murs et plafond sont décorés de peinture du 14ème siècle représentant des scènes de la légende de la table ronde.

* Les œuvres ont subi les outrages du temps et des hommes, mais ont été récemment très bien conservées.

* Les détails des armures, des armes, des chevaux sont incroyablement réels et me transportent 6 siècles dans le passé.

 

 

Le monde médiéval était coloré

* Un château médiéval n'était pas triste comme les ruines tentent de nous le faire croire.

* Les couleurs étaient saturées et les décors donnaient de la chaleur aux pierres.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers le 9ème siècle, un premier château est construit sur le plateau nommé Chastel, sur la rive gauche de la rivière (au Sud du village actuel).

* Au début du 13ème siècle, le site primitif est abandonné.

* Au 13ème siècle, avec l'amélioration des armes et les nouvelles techniques de défense, le Dauphin d'Auvergne fait construire un nouveau château sur un éperon étroit, coincé entre 2 rivières : la Couze et le Lard.

* En 1225, Guillaume Dauphin, Comte de Clermont échange ses terres de Saint Floret à Robert de Champeix contre son château de Champeix. Ce dernier change son nom en : Robert de Saint Floret.

* En 1269, Jambert de Saint Floret rend hommage au nouveau Dauphin : Robert II.

* Vers 1280 (?), la famille Saint Floret s'allie avec le seigneur de Crest (voir son donjon). Ces 2 châtellenies appartiennent à la même famille.

* En 1370, Athon Pierre de Floret et sa femme Isabelle de Chalus commandent des décorations pour leur logis. Les murs et voûtes s'ornent de scènes évoquant le roman de "Tristan et Iseult".

* En 1436, les nouveaux propriétaires sont les Jéhan de Bellemave.

* En 1450 le château est représenté dans : L'Armorial de Guillaume Revel.

* En 1494, c'est la famille Le Loup qui détient le fief.

* Au 16ème siècle, le fief est détenu par les Loriol.

* En 1676, le Marquis Emmanuel d'Allègre achète le domaine.

* Au 18ème siècle, le fief appartient au Comte (voir titre de noblesse) Ruppermonde

* En 1746; Marguerite de Ruppermonde (?) vend le château à J Andrau, médecin et donne le domaine à son neveu le Marquis de Tourzel.

* En 1864, un texte explique que : "Sur la butte, apparaissent les ruines d'un château".

* En 1909, les ruines du château sont classées aux Monuments Historiques.

* En 1914, les peintures murales sont classées aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècles, les propriétaires consolident les murs et redonnent partiellement vie à ce site.

* Au 21ème siècle, la découverte du château et des peintures est payante, renseignez vous sur les jours d'ouverture. Le risque de recevoir une pierre est très faible.

 

 

Un chevalier qui défend sa princesse.... Quelle belle histoire !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 06:30

 

 

Département :  15 - CANTALSur son plateau, les ruines surveillent encore le passage des touristes.

 

 

 

Le bourg : 

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Molompize est une petite commune située à 25km au Sud-Ouest de Brioude et à 30km au Nord de Saint Flour.

   Le château est posé sur une colline proche du village. C'est un magnifique poste de surveillance de la vallée de l'Alagnon.

 

   Coordonnées du château :

45° 14′ 23″ N 03° 08′ 30″ E
 45.239628°  3.141542°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'approche

* C'est en empruntant la RN122 de Massiac à Joursac pour voir son ancienne forteresse que mon destrier se met en arrêt.

* Nous sommes comme un vieux couple, il connaît ma passion et à la vue d'une ruine, il stoppe dans l'herbe.

* Sur sa colline, la ruine ressemble plus à un bâtiment renaissance qu'à une forteresse médiévale.

* En consultant mon dictionnaire des châteaux forts de France, il est écrit : "Vas le visiter, chevalier". 

 

  Une échauguette sur culots

La découverte

* Depuis la route, la face Sud offre un mélange de styles.

* La haute courtine est percée de fenêtres à meneaux (dont la fonction n'est évidemment pas la défense).

* Cette architecture me donne à penser que le logis sera luxueux.

* La courtine est encadrée de 2 tours rondes :

- La plus petite coté Est me fait penser à une tour pour la desserte des étages, car elle semble peu habitable.

- Coté Ouest, la tour est très massive.

Était ce le donjon médiéval ?

 

 

Rapide analyse

* Sur 3 cotés, le château est protégé par un versant assez pentu.

* Cette caractéristique est classique pour une fortification médiévale (mon destrier avait bien vu ce détail).

* Pour mieux comprendre l'architecture de ce château, voici un plan réalisé par Pierre Barbier.

 

 

Je monte vers elle

* Il n'est pas nécessaire de sortir les cordes d'escalade pour monter sur le plateau.

* Une petite route monte vers le site.

* Un large sentier sans épineux  permet la découverte de la ruine. 

Quel choc !

  

 

Je ne montrerai pas toutVoila un panneau me donnant déjà du plaisir !

* Des ruines j'en ai visitées de nombreuses, je peux affirmer que celle-ci n'est pas "traditionnelle".

* Ne voulant pas vous la déflorer (hooo ), mon article ne vous décrira que des détails.

* Aucune photo montrera l'ensemble du site. Vous aurez ainsi la même surprise que moi si vos pas vous mènent dans ce village du Cantal.

 

 

Quelques détails défensifs

* Devant les vestiges de l'ancien portail, je suis accueilli par des "fentes de tir" du 15ème siècle surmontées de corbeaux devant être les traces de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Ce mélange d'époques architecturales est très harmonieux. 

 

 

L'intérieur :

Première vision

* A l'Est, la basse cour est vide de bâtiment, mais sur le sol, quelques vestiges de pierres taillées (évier, angle de porte...) font monter l'excitation.

* Les surprises arrivent en franchissant une porte fortifiée.

* D'abord dans la petite tour, il y a un escalier en colimaçon desservant les étages.

* Évidemment, certaines marches manquent, mais la taille des pierres montre un travail soigné pour un seigneur sûrement important.

 

Est ce une porte ou une fenêtre ? 

La bâtiment principal

* Puis dans le bâtiment principal très lumineux (il est vrai qu'il possède de nombreuses fenêtres, mais c'est surtout l'absence de plafond et de toit qui apporte cette lumière) apparaissent :

- Une grande cheminée dans le mur Sud (Était ce la cuisine ?)

- Puis des cheminées de taille plus modeste, mais à chaque étage sur le mur Ouest.

* Dans cette région de montagne, la chaleur est un élément de confort important.

 

 

Que de détails !

* Les pierres des portes des salles sont de belle facture, celle du niveau inférieur de la grosse tour ne fait pas exception.

* Avec précaution, j'entre dans la pièce.

* Elle comporte de nombreux gravas évidemment, mais surtout un plafond bien conservé.

Ce plafond ne vous rappelle-t-il pas celui

de la salle basse du château de La Garde en Lozère ?

(voir descriptif de ce château)

* Avec un tel plafond, cette pièce ne devait pas être une salle d'apparat.

* Mon raisonnement est vite confirmé, au fond faiblement éclairées "trônent" des latrines.

 

 

Encore une découverte

* Après une petite "escalade" très facile, la pièce du dessus présente une nouvelle merveille : un plafond en croisée d'ogives.

* Au centre est posé un blason que je n'ai pas encore identifié.

* Une cheminée réchauffe cette pièce de vie.

* Chaque pièce, chaque angle révèle une magnifique surprise.

Quel château !

 

 

C'est fini

* Mais le temps passe, le soleil se couche déjà et il me faut retourner vers mon destrier.

* Au sommet du mur du logis je contemple une dernière fois le paysage Cantalien.

Ressentez vous le même plaisir ?

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle, le lieu est cité dans un texte.

* Au 11ème siècle, il semble qu'un premier château soit construit sur le site par la famille Rochefort.

* Au 14ème siècle (en 1306 ?), Bertrand de Rochefort se livre à des actes de pillage. La justice Royale le condamne à mort et fait raser le château.

* En 1320, un "nouveau" château est construit.

* En 1374, Poncet de Rochefort d'Aurouze (fils cadet de la famille ?) devient évêque.

* Vers 1430, avec l'amélioration des armes et surtout l'invention des premières armes à feu, le château est modifié. Louis Ier de Courcelles fait construire la grosse tour avec fentes pour arquebuse.

* Au 16ème siècle, le château semble aménagé pour donner plus de confort à ses hôtes.

* Au 20ème siècle, le château appartient à la commune.

* En 1972, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est important.

 

 

Avec ses collines et ses rivières, les paysages du Cantal sont merveilleux !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 15 Vers Menu châteaux du Cantal

Partager cet article

Repost0
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 06:30

 

 

Département :   63 - PUY de DÔME

 

 

 

Cette haute colline signifie que la marche d'approche sera difficile. 

Le bourg : 

     Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Nonette est une petite commune dans le Val d'Allier, à 55km au Nord-Nord-Est de Saint Flour, à 25km au Nord-ouest de Brioude et à 10km au Sud d'Issoire. 

 

   Coordonnées du château :

45° 28' 24" N 03° 16' 43" E
 45.473317°  3.278673°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :.

L'approche

* Au loin, une colline semble porter la ruine que je souhaite visiter.

* Je me régale d'avance de cette découverte.

* Mais curieusement, plus je me rapproche du village et plus cette colline parait inaccessible.

Y aurait il quelques envoûtements ?

 

 

Je suis proche

* En voyant le relief, je me pose des questions :

Y aura t il un sentier ?

Ou vais je encore faire une montée "griffante" dans les ronces ?

* Dans le village, je distingue quelques restes d'un rempart.

* Cette ruine n'est donc pas un simple château sur une colline.

* C'est un ensemble fortifié que je découvre.

* Pour mieux comprendre cette fortification, je consulte la copie d'un plan cadastral que j'ai vu dans une brochure.

* Le bourg de Nonette avait bien une petite enceinte à l'époque médiévale.

* Certes, ce n'était pas Carcassonne, mais ce village devait être important pour posséder des remparts aussi longs et de hauteur impressionnante.

 

 

 Après avoir lutter contre les hommes, la ruine lutte contre la végétation

Première découverte

* Au Sud, mes jambes sont soulagées, elles ne seront pas griffées puisqu'un sentier monte doucement pour mieux faire admirer cet ancien château que je sens très ruiné.

* La première fortification apparaît enfin.

* Elle tente de survivre dans la végétation.

* Le mur est très épais mais curieusement, il apparaît parfois de construction soignée et parfois d'un "rafistolage" peu solide.

Sont ce des réparations suite à des attaques ?

* En faisant le tour, je constate que le site a une superficie importante.

* Ce château ne devait être celui d'un petit vassal.

* La plate-forme portant la ruine est divisée en 2, séparée par un fossé qui ne me semble pas naturel.

Était ce pour créer une sorte de barbacane isolant le château habitable ?

  Que de questions devant cette ruine !

* Un peu plus loin à l'Ouest, une puissante tour m'invite à découvrir l'intérieur.

 

 

L'intérieur :

Fébrile, j'entre

Dans cette ruine sans toit, avec des murs presque inexistants

dois je parler de l'intérieur ?

* Pourtant, un indice me confirme que je suis entré dans le château, puisque je viens de franchir les restes de l'ancienne porte.

* Voici l'emplacement de la herse. Vu la qualité de construction, je suis certain d'entrer dans le château d'un puissant seigneur.

 

 

Hélas, le site est presque vide

* La terre ayant envahi l'intérieur, les murs étant presque inexistants, la végétation ayant fait disparaître ou écrouler les restes des murs, il est très difficile de comprendre l'aménagement des salles.

* Quelques morceaux ont été cimentés récemment pour garder le souvenir.

* En observant l'Armorial de Revel, je tente de retrouver le plan de cette forteresse, mais la tâche me parait impossible.

* D'abord ce document est très imagé, ensuite, parce que la ruine a été dévastée par les temps et les hommes.

 

 

 Est ce un jardin suspendu ?

Depuis le rempart

* Doucement, je m'avance près des remparts pour admirer l'à-pic.

* Impressionné par les puissantes tours du château, je ne m'aperçois pas qu'une ombre s'imprime dans l'herbe.

Est ce la mienne ?

Ou celle du fantôme d'un garde qui me surveille ?

 

 

La vue !

* Comme toujours dans une ruine médiévale, la vue est extraordinaire.

*  La découverte des alentours est un des grands plaisirs de ce loisir.

  Avec un œil d'aigle, je distingue au loin un piton comportant une construction.

Est ce une autre ruine castrale ?

* Vite, ma passion m'appelle ailleurs.

* C'est rapidement que je franchi à nouveau la porte du château

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle, Nonette est le siège d'une vicairie

* Au 10ème siècle, un seigneur de Nonette est cité dans un texte.

* En 1169, Louis VII (voir liste des rois) dans sa guerre contre les seigneurs de Polygnac, s'empare du château de Nonette. Ce lieu devient une base avancée des Capétiens contre les "territoires du centre".

* En 1188, le roi Philippe Auguste souhaite consolider sa puissance locale. Il accorde des franchises aux habitants.

* En 1213, le capitaine Royal de cette place forte fait un inventaire des vivres et munitions. La liste d'arbalètes, de cotes de maille (etc...) montre la capacité de défense et le nombre d'hommes que l'on pouvait équiper rapidement. Cela prouve l'importance de ce château dans la stratégie Capétienne.

* En 1225, Alphonse de Poitiers reçoit de son père une partie de l'Auvergne (ainsi que le Comté de Poitiers et la Saintonge) en apanage. Le château de Nonette dépend maintenant du Comte de Poitiers.

* En 1271, affaibli et malade à la fin de la croisade, Alphonse de Poitiers meurt. N'ayant aucun héritier direct, le château de Nonette revient à la couronne de France.

* Vers 1289, des travaux de modernisation sont entrepris au château.

* En 1290, le roi de France Philippe IV le Bel demande (exige) aux habitants des astreintes de guet sur les tours contre quelques franchises d'impôts. Les Capétiens ont fait de Nonette une puissante base avancée pour surveiller les Comtes (voir titre de noblesse) d'Auvergne.

* En 1358, le roi donne à Thomas de la Marche le château de Nonette ainsi que des droits de justice.

* En 1360, Thomas tombe en disgrâce et perd ses biens dont Nonette. Le roi Jean II érige l'Auvergne en Duché. Jean de France, nouveau Duc d'Auvergne réside parfois dans le château.

* Vers 1370, des travaux sont entrepris pour renforcer les défenses du château.

* En 1426, à la mort du Duc de Berry, Nonette (ainsi qu'une partie de l'Auvergne) revient à Louis II Duc de Bourbon (arrière petits fils de Saint Louis), marié à Anne d'Auvergne.

* En 1562, Nonette est de nouveau dans le Royaume de France.

* En 1633, sur l'ordre de Richelieu la forteresse est détruite.

* Au 18ème siècle, les paysans font paître les vaches dans les ruines du château.

* En 1792, les révolutionnaires confisquent les ruines comme bien national. Ils souhaitent revendre les pierres. La population de Nonette s'oppose à cette réquisition révolutionnaire arguant que le terrain est communal.

* En 1810, un tribunal révolutionnaire donne tord aux villageois, les pierres sont vendues.

* Au début du 21ème siècle, une troupe de scouts belges a aménagé le sentier menant au château, a déblayé des gravas et a nettoyé les parois couverte de lierre.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

 

Quel spectacle ! La ruine médiévale offre un plaisir incomparable.

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 06:30

 

 

Département :   63 - PUY de DÔME

 

 

 

La pluie, le vent, la neige ne peuvent détruire cette tour médiévale.

Le bourg : 

Situation :  (--> le voir sur une carte)

   Anzat est une petite commune au Sud du département du Puy de Dôme. Elle est situés à 28km à l'Ouest de Brioude et à 40km au Nord de Saint Flour.

      Besse est un petit hameau à 2km au Nord de Anzat.

   Cette région est nommée : Le pays des Couzes. Ce sont des vallées volcaniques creusées par les rivières naissant dans les monts Dore et se jetant dans l'Allier.

 

    Coordonnées de la tour :

45° 20' 07" N 03° 03' 31" E
 45.335269°  3.058689°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Préambule

* La tour de Besse est représentative de l'habitat médiéval d'un petit seigneur.

* Ce type d'architecture se retrouve dans de nombreux sites en pays d'Auvergne, par exemple: la tour de Colombine.

 

 

L'approche

* S'il n'y avait pas ces nombreux arbres, la tour serait visible dans un rayon impressionnant sur le plateau.

* Elle est posée en haut d'une colline (un dyke volcanique) sur un amas rocheux et surveille la vallée de la Bave.

* Cette vallée appartenait à la Baronnie de l'illustre famille de Mercoeur.

* Le site est protégé au sud par la rupture naturelle (à-pic), sur l'autre face par un fossé creusé.

* Ce type de défense était classique au 12ème siècle. Il est curieux de le retrouver pour une tour datant du 15ème.

 

 

Je me dois de comprendre cette tour mystérieuse

La surprise

* Après avoir gravi la petite colline dans l'herbe humide du début de printemps, je découvre une curiosité : 2 portes sur la façade principale.

* Il est classique de trouver une ouverture récente en partie basse d'une tour (voir exemple sur le donjon de Fa), mais elle est souvent  "massacrée", non "finie". 

* J'ai devant moi 2 ouvertures presque identiques surmontées d'un linteau semi-circulaire, architecture traditionnelle en Auvergne.

 

 

La porte

* Évidemment, l'ouverture supérieure est la véritable porte médiévale.

* Elle est située à 5 mètres du sol et comporte à sa base des trous de boulins.

* Ces trous devaient recevoir des "solives" (nommées boulins) supportant un plancher en bois.

* L'accès à cette passerelle était réalisé par une échelle amovible, système de défense passive très utilisé au Moyen Âge.

 

 

A l'odeur, je pressens que ceci fut latrines

Les défenses

* En faisant le tour je découvre sur une face, 2 fentes qui s'apparentent plus à des trous de lumière qu'à des archères (voir glossaire).

*  L'absence de bouche à feu prouve la non utilité de cette tour au 16ème siècle.

* Plus j'observe cette tour, plus elle m'apparaît comme une tour de guet pour soldats plutôt qu'un château du petit seigneur local.

* Sur la façade opposée aux ouvertures des portes, apparaît une bretèche posée sur 2 corbeaux à double ressaut.

* Mais en l'observant du dessous, il semble que sa fonction soit : des latrines. 

* Au sommet, je devine les vestiges de créneaux.  

 

 

L'intérieur :   

Sombre est l’univers médiéval

* Comme je le supposais, l'intérieur est très sobre : Pas de trace d'escalier, ni de cheminée.

* La lumière est assurée par les fentes dont je vous ai déjà parlées.

* Ne vous méprenez pas sur la clarté de la photo, j'ai du utiliser le flash tant ces petites fentes n'offrent que peu de lumière.

 

 

Retour dans le réel

* Il fait frais dans cette tour d'un autre âge.

* J'ai très envie de retrouver le faible soleil de mars en franchissant la porte basse.

 

 

Le diaporama de la tour est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, le site est peut être fortifié (certains textes l'affirment bien qu'il n'y ait aucune certitude architecturale). 

* Au début du 14ème siècle, Anzat devient possession du Vicomte (voir titre de noblesse) de Polignac.

* A la fin du 14ème siècle, le fief appartient au Comte de Randan.

* Au 15ème siècle, dans le hameau proche de Anzat nommé Besse, est construit une tour carrée pour surveiller la vallée. La position du bâtiment est renforcée par un fossé du coté de l'attaque. Une famille nommée Besse en prend possession. Elle appartient à la Baronnie de Luguet, inclus dans le Duché de Mercœur.

* Dans le premier tiers du 17ème siècle, le dernier membre de la famille Besse meurt sans héritier direct. Par héritage le fief de Besse est détenu par la famille Retz de Bressolles.

* Au milieu du 17ème siècle, la famille Blanc du Bos prend possession du fief. Il semble que la tour soit déjà en ruine.

* En 1792, la révolution Française chasse les propriétaires.

* En 2005, la tour de Besse ainsi que les fossés et le talus sont inscrits aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite à l'extérieur pour la visite de l'intérieur, il est préférable de demander l'autorisation aux propriétaires. Le risque de recevoir une pierre existe dans la tour. Soyez très prudents.

 

 

Cette fente n'apporte que peu de lumière

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0
4 mai 2007 5 04 /05 /mai /2007 06:30

 

 

Département :   63 - PUY DE DÔME

 

Sur sa colline, le château attend le visiteur amoureux des pierres.

 

 

Le bourg : 

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La petite commune de Saint Julien de Coppel est située dans une "région" appelée : La Comté.

   Elle est à 12km au Sud-Est de Clermont-Ferrand et à 25km au Nord-Est d'Issoire. Le château trône sur une butte au Sud-Est du bourg.

 

     Coordonnées du château :

45° 41' 01" N 03° 19' 52" E
 45.683518°  3.331003°

 

 

  Origine du nom :

* Coppel vient d'une racine latine signifiant : Butte arrondie.

* Saint Julien est le "patron" de Brioude.

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

J'ai trop mangé

Est ce une grosse cheminée ou une tour médiévale ?* Après un frugal repas dans une taverne de cette région, il me fallait une petite marche, sinon, je ne pourrais plus entrer dans mon armure.

* Les ruines castrales sont nombreuses en Auvergne, il ne me fallut que quelques minutes pour voir, perché sur une cheminée volcanique, une tour avec une enceinte puissante.

* Un sentier en pente douce contourne l'à-pic. 

 

 

L'approche

* Cette forteresse, aujourd'hui très ruinée, a du être impressionnante pour son époque, puisque des dessinateurs ont réalisé quelques représentations graphiques curieuses ou extraordinaires.

* En arrivant sur le plateau, la forme guerrière de la ruine s'adoucit et ne laisse apparaître que la tour maîtresse au dessus des arbres.

* Souvent, je fais le tour de la ruine pour m'imprégner de son architecture, mais Coppel étant entouré d'arbres et si proche du ravin, la découverte est difficile.

* Je révise ma méthode de recherche.

* Sans pendre de risque, je constate que les courtines externes épousent les contours du rocher, je suis devant une construction défensive construite au moyen âge.

 

 

 

La tour est ficelée de blanc.... comme un rôti ?

Première analyse de la Tour

Que vois je au pied du donjon ?

* Aucune d'archère (voir vocabulaire) ni ouverture de tir. Cela me fait penser à une construction du 12ème siècle.

* La puissante tour avec un épais mur de protection confirme mon hypothèse. Pourtant, la construction a une forme ronde. Ceci prouve qu'elle date du 13ème siècle.

 

 

Mes premières conclusions

* Avec si peu de moyen de défense, ce château devait servir à la surveillance de la vallée et au "transport" de signaux visuels entre les différents châteaux "de la Comté".

* Aucun seigneur important a du vivre dans ce château certainement habité par des soldats.

* L'utilisation de moellons de basalte (noir) et de décors en arkose (blanc) donne à cet ensemble une esthétique agréable, mais je ne pense pas que cela soit la raison première.

 

 

Elle se déshabille... pour moi

* En contournant le puissant mur pour trouver une entrée dans le château, je constate que la tour s'est "déshabillée" pour mieux révéler son intérieur.

* Les salles circulaires du donjon sont voûtées et semblent petites.

* Aucun élément de décors ou de confort est visible.

* Ce donjon n'était pas habitable, ce qui semble confirmer mon hypothèse d'un château pour soldats.

 

 

Il ne lui manque qu'un toit pour être (presque) habitable

Le logis

* Au Nord, apparaît un bâtiment rectangulaire avec quelques traces de cheminée, et des "fantômes" de fenêtres certainement ouvertes au 16ème siècles.

* Je suppose que plusieurs époques de construction se chevauchent.

* Cet arc de décharge dans le mur semble être une preuve.

* Comme pour le donjon, entre certains moellons de basalte sont insérées des pierres en arkose plus tendre et facile à travailler.

* En slalomant entre les hautes herbes et les arbustes puis en prenant de la hauteur sur la tour, il est possible de reconstituer le plan de cette ruine.

 

 

C'est la fin

* Cette ruine n'a pas révélé tous ses secrets, il me faut continuer ma quête.

* Avant de vous quitter ici, je vous invite à regarder l'horizon.

* Voila un plaisir visuel qui justifie ma passion pour les ruines castrales.

Ressentez vous aussi ce plaisir ?

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au milieu du 10ème siècle, une famille Coupeilh est citée dans un texte. Elle possède quelques terres dans la région.

* Au milieu du 11ème siècle, une fortification est signalée sur la commune. Elle aurait été construite à la demande de Godefroy de Bouillon (?).

* Au 13ème siècle, il semble qu'un château soit construit (ou renforcé) sur la colline.

* En 1626, Richelieu demande la destruction des châteaux. Coppel est partiellement arasé.

* Au milieu de 19ème siècle, lors de travaux de terrassement, un parchemin daté du 16ème siècle est trouvé. Ce document contient 42 strophes narrant la confrérie du Saint-Esprit. Il semble que ce document soit une reproduction d'un texte original du 13ème siècle. (Ce manuscrit est visible aux archives départementales).

* En 1860, la chapelle du château s'écroule. Elle ne sera pas reconstruite. C'est celle du village qui reçoit depuis ce jour les "pèlerins".

* En 1861 (?) une partie du donjon s'écroule.

* En 1926, la ruine est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre existe. Le lieu est si beau, prenez le risque de la visite... avec... d'infinies précautions.

 

 

Sœur Anne, ne vois tu rien venir ?....

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 63 Vers Menu châteaux du Puy de Dôme

Partager cet article

Repost0