13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Je pressens que la visite va être fascinante et mystérieuse !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Wettolsheim est située à 35km à l'Est de Gérardmer, à 10km au Sud de Kaysersberg (voir son château) et à 7km au Sud-Ouest de Colmar.

 

   Coordonnées du château :

48° 03' 08" N 07° 16' 29" E
 48.052454°  7.274969°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Les muscles au service de l'intelligence

* La température est idéale pour marcher, donc...... je marche.

* N'étant pas un adapte de l'activité avec des chaussures à pointes ou à crampons pour courir ou gesticuler en rond dans un stade, ma marche a un but :

- Visiter un château posé sur une colline à 420 mètres d'altitude.

* C'est donc en chantant que je monte, monte, monte.... vers lui.

 

 

C'est au pied du mur que l'on voit...... le marcheur

* Devant moi, une masse volant au dessus des arbres.

* Le château est entouré d'un rempart "trapézoïdal"  dont je devine (le fantôme) d'une ronde tour flanque coté Est.

* Derrière, le château de forme rectangulaire semble composé de 2 parties :

- A droite, coté Nord, un logis.

- A gauche, coté Sud, un donjon "carré".

 

 

Curieuse architecture

* A ses pieds, mes yeux sont fascinés par les pierres, mais mon cerveau est questionneur..... et...... répondeur :

- Sa position ne semble pas stratégique, donc ce n'est point un site de surveillance.

- Ses dimensions n'en font pas un château de Grand Seigneur......

  ..... pourtant les pierres des courtines sont correctement taillées.

- Les pierres à bossage dans les angles semblent plus décoratives que fonctionnelle pour la défense.

-- Décoration pour un château de garde, cela est curieux.

* Hélas, le site a été arasé. Je ne peux pas voir si crénelage ou mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* Le rempart extérieur ne montre que des archères droites au premier niveau.

* L'étage supérieur semble posséder des fenêtres de confort.

* Il me faut de suite vérifier cela en entrant par cette porte....... curieusement peu défendue.

 

 

 

L'art de vivre est partout !

L'intérieur :

Mixité architecturale

* En entrant presque au centre du château, je vois un "monde" divisé en 3 parties :

- Sur la gauche, le puissant donjon quadrangulaire.

- Devant moi et à droite, en partie basse, le niveau défensif avec des archères droites avec un faible ébrasement.

- Au dessus, l'étage de confort.

* Dans cette salle, deux particularités :

- Il n'y a plus de plafond (vous l'avez remarqué).

- Un épais mur (axe Est-Ouest) séparait les pièces.

 

 

Le confort.... médiéval

* Cette aula, puisque tel est le mot qui me semble le plus approprié, est au niveau supérieur.

* Elle possède de nombreuses fenêtres à coussiège double.

* Pour avoir chaud, il fallait une cheminée dont je devine la position avec ce piédroit sculpté.

 

 

Le donjon

* Je contourne la tour maitresse.

* En un bond, je suis devant la porte pourtant située à plusieurs mètre du sol (heu... en réalité j'ai pris un escalier moderne en fer).

* Puis, dans le donjon, je grimpe l’escalier en colimaçon.

* Du sommet, je vois :

- La surface de l'aula avec son mur de séparation.

- Le mur avec les fenêtres à coussièges et les archères.

- Et le panorama magnifique.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 13ème siècle, construction du château par une famille nommée Hagueneck, vassale de l'évêque de Strasbourg (voir liste).

* Au début du 14ème siècle, le château est attaqué puis incendié (à vérifier).

* Au milieu du 17ème siècle, durant la Guerre de Trente Ans, le château est attaqué, pris puis pillé et enfin abandonné.

* A la fin du 18ème siècle, les Révolutionnaires réquisitionnent le site en ruine puis le vendent comme Bien National.

* En 1923, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible à vos risques et périls car une ruine, même consolidée, est toujours fragile.

 

 

De ce donjon, je vois.... heu... La Chine !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 07:50

 

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Le  bourg a-t-il conservé toutes ses fortifications médiévales ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Riquewihr est située à 25km au Sud-Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar, à 16km au Sud-Ouest de Sélestat et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 10' 02" N 07° 17' 42" E
 48.167249°  7.295104°

 

 

 

Les fortifications 

L'extérieur :

Comment faire ?

* Pour découvrir un bourg fortifié, il y a 3 méthodes :

A - Venir avec son chapeau de paille et ses tongs pour errer.

B - Se documenter avec les guides Hachette ou Michelin ou Routard.

C - Prendre un parchemin secret pour espionner avant d'envahir.

* C'est évidemment la troisième solution qui est mienne.

 

 

Ici, l'attaque est impossible

* Tel un Sherlock Holmes ou un James Bond ou un Chevalier d'Eon surprise, j'avance lentement à l'extérieur du bourg pour humer les vieilles pierres puis en comprendre les failles.

* Diantre, les remparts sont hauts et les tours semblent très dissuasives. L'invasion semble impossible de ce coté.

* Sachant que les points faibles des châteaux et des villes sont les portes, de suite je me dirige vers la première.

Encorbellement et fente sont les secrets de ses défenses

 

 

Dolder est son nom

* Diantre !

* Que voila une géante porte.

* Cette construction a une hauteur de 25 mètres.

* Cinq étages s'élèvent au dessus de la porte.

* Elle possède :

- Des angles renforcés par des pierres à bossage.

- Une archère canonnière au centre du 1er étage.

- Des consoles ayant certainement porté une bretèche au 2ème étage.

- Un double vantail avec des gonds impressionnants.

- Une grosse poutre pour bloquer les portes.

* Bien que cette construction soit très ancienne (c'est la plus vieille porte défensive de la ville datant de 1291), elle parait difficilement franchissable.

Comment vais je envahir la cité ?

* Solution : Je vais continuer mon espionnage des remparts pour trouver une entrée plus petite.

 

 

Obertor - Porte haute

* Curieusement, cette petite porte paraissant simple date du début du 16ème siècle. Il faut montrer patte blanche pour entrer

* Elle possède (en plus d'une jolie damoiselle cheeky) :

- De chaque coté, pour protéger le rempart, des archères-canonnières.

- En partie basse, un pont levis (disparu) facilement identifiable par les flèches de levage et l'encadrement rectangulaire.

- De chaque coté de la porte, des canonnières.

- Au dernier étage, des fentes verticales (pour fusil ?).

- Au somment, trônant, une bretèche avec fente défensive.

 

 

Les entrailles de l'Obertor

* Avec précaution (puisque le pont est baissé cheeky) , j'entre et je rêve d'exploit :.

- Je me retrouve bloqué par une herse.

- Je la soulève tout en recevant des pierres depuis le plancher supérieur.

- Puis, je pousse les lourdes portes.

- Ayant affronté toutes les difficultés, je me retourne pour demander à mon armée Dauphinoises d'entrer. Mais il ne reste que 2 "cantinières" qui papotent.

*  Déçu, je baisse les bras.

 

 

L'intérieur :

Sagesse

* Voyant que conquérir par la force cette ville sera très difficile, j'opte pour la diplomatie.

* Ayant une grande envie de glace (je vous ai déjà parlé de mon petit péché ici) je donne quelques piastres Dauphinoises à une Alsacienne au regard bleu et envoutant.

* Puis, je repars vers une autre aventure vers l'Ouest.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

 Une ville a une vie donc une histoire complexe. Je ne vais pas vous décrire tous les événements. Je vous propose de commenter quelques dates clés.

 

* Au début du premier siècle, les Romains établissent une petite fortification et une tour d'observation (à vérifier).

* Au début du 11ème siècle,  le Duc (voir titre de noblesse) d'Alsace possède la petite cité et le château de Reichenstein.

* Entre le 12ème et le 13ème la petite cité change de nombreuses fois de propriétaires : Des seigneurs-brigands au futur empereur d'Allemagne.

* En 1291, des remparts ainsi que 2 portes défensives (dont la Dolder) sont construites.

* En 1320, les propriétaires, la famille Horbourg, obtiennent l'autorisation d'élever leur possession en : Ville. Ce qualificatif donne une importance considérable à  Riquewihr.

* En 1324, Horbourg vend la ville à la puissante famille Comtale de Wurtemberg.

* Du 14 au 16ème siècle, grâce au commerce du vin, la ville est prospère.

* Au début du 17ème siècle, la terrible Guerre de Trente Ans s'abat sur la province. En Alsace déferlent de nombreuses armées. Par deux fois, Riquewihr est attaquée, prise puis pillée par les troupes du Duc de Lorraine (voir liste).

* En 1786, comme beaucoup d'autres villes, Riquewihr est rattachée à la France.

* De 1939 à 1945, Riquewihr échappe aux destructions de la deuxième guerre mondiale.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et des portes fortifiées est libre et gratuite.

 

 

Que voila bretèche ressemblant à un assommoir !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 07:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Que voila une merveilleuse merveille !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Ribeauvillé est située à 25km au Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 12' 11" N 07° 18' 19" E
 48.203139°  7.305389°


 

 

Le château :  

L'extérieur :

Curiosité

* Dans les livres, les revues et les plans, ce château possède plusieurs noms :

- Saint Ulrich,

- Le Rappolstein,

- Grand Ribeaupierre.

* Dans cet article, je vais certainement utiliser le premier nom bien que cette dénomination soit récente.

 

 

L'approche

* Après avoir visité le château de Girsberg, mes pas de castellologue amateur m'emmènent vers le deuxième des 3 châteaux de Ribeauvillé.

* Cette merveille à l'architecture si unique trône fièrement à 528 mètres d'altitude.

* Voila un curieux château. De loin, il semble massif, mais plus j'avance, plus il semble léger, presque aérien.

Quelle est cette magie ?

 

 

Défensif et élégant

 

 

Le plan

* Avant de visiter ce magnifique château, il convient d'en comprendre son plan :

1 - Lice d'entrée composée initialement de 3 portes.

2 - Barbacane précédée d'un fossé. Présence d'une citerne.

3 - Tour d'habitation (de 3 étages à l'origine), 12ème siècle.

4 -  Donjon, 12ème siècle.

5 - Cour séparant l'ancien château du nouveau.

6 - Tribune... de la chapelle.

7 - Chapelle Saint Ulrich.

8 - Salle des Chevaliers.

9 - Donjon habitable du nouveau château.

10 - Basse cour du nouveau château.

 

Quelle rigueur dans ce donjon à bossages

 

Les prémisses du plaisir

* Lentement j'avance.

* Comme par magie, le château disparait derrière les arbres. Seule le donjon du 12ème siècle me surveille.

* Bien qu'il ait perdu son crénelage, il a encore fière allure et impressionne le touriste.

* Le sentier se rétrécit, les marches se font rares, j'arrive par le Nord devant la seule porte défensive rescapée.

 

 

L'intérieur :

Rose et ruinée

* En entrant, c'est le choc !

* La ruine est presque entière (heu.... vous connaissez mon imagination fertile, s'il y a plus que 5 pierres, c'est un immeuble pour moi cheeky ).

* Sur la droite, je vois la tour d'habitation (3 sur le plan) avec ses pierres roses et certains linteaux magnifiquement sculptés.

* Puis, les pieds plantés dans le sol du donjon habitable (9 sur le plan), j'observe

- Sur la gauche le mur Nord-Ouest de la cour (5 sur le plan).

- Puis au loin, le donjon primitif (4 sur le plan) avec

- Ses pierres à bossage,

- Ses puits de lumières sur plusieurs niveaux,

- Son entrée, accessible par une passerelle en bois dont seuls les trous de boulin apparaissent.

Nota :

- Il est possible de monter au sommet du donjon primitif par un escalier récent accessible depuis une ouverture creusée à la base.

- Du sommet, la compréhension de l'aménagement physique des pièces est facilitée.

 

La chapelle à gauche t et le donjon habitable à droite

 

Les surprenantes surprises

* Parfois, il est bon d'errer dans une ruine sans en comprendre l'emplacement des salles. Le but est de regarder les beautés du passé.

* Donc :

- Je monte un des nombreux escaliers en bois créés par l'association de sauvegarde.

- Puis, dans une autre salle, je traverse une porte dont l'épaisseur du mur m'impressionne.

- Je découvre un large arc de décharge et.... une archère (peut être).

- Puis, perdue dans un mur très consolidé, une colonne sculptée ne tenant plus rien (était ce une cheminée ?).

- Oups...... j'ai failli tombé à cause d'une meule mal rangée par le meunier (10 sur le plan).

- Puis, dans la chapelle (7 sur le plan), je vois une fenêtre à double coussiège.

* C'est à ce moment que je décide de passer de l'autre coté de la chapelle (à l'Est, à la base du donjon récent). Mon étonnement est intense car je vois :

- La fenêtre avec son meneau central.

- Au fond à droite, la fenêtre de la tour d'habitation (3 sur le plan).

- Au fond à gauche, le donjon primitif (4 sur le plan).

- Et surtout, les sculptures sur les piédroits, le meneau et le linteau.

 

La chapelle est proche de la salle des Chevaliers

 

La merveille Chevaleresque

* La plus belle salle est incontestablement : La salle des Chevaliers (8 sur le plan).

* A elle seule, elle justifie la "longue" marche pour gravir la colline.

* Elle est composée de 2 niveaux :

- Celui du bas est éclairé par de nombreux puits de lumière.

- A droite, la grande ouverture devait être les latrines en encorbellement.

- De larges poutres en bois, posées sur des consoles en pierres, délimitaient l'étage.

- Au dessus coté Est, 7 fenêtres géminées à coussiège double comportant un meneau central avec en oculus, des motifs variés, éclairaient la (ou les ?) salle(s).

- Coté Nord, 2 autres fenêtres identiques aux précédentes.

 

 

La fin pour vous

* Comme à mon habitude, je vais poser mon séant merveilleux et musclé sur une pierre pour déguster ma pomme.

* J'agrémente ce fruit avec des bretzels car il me faut de l'énergie pour monter au 3ème château nommé : Le Haut Ribeaupierre.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du donjon carré et d'un petit logis.

* Au 13ème siècle, coté Sud, aménagement de la aula (nommée parfois La Salle des Chevaliers) avec ses 9 magnifiques fenêtres à coussièges.

* Au 14ème siècle, aménagement de la barbacane d'entrée.

* Au 15ème siècle, construction d'une chapelle dédiée à Saint Ulrich.

* Au 16ème siècle, le besoin de confort et de modernité fait abandonné cette construction médiévale pour une résidence dans la vallée (ce château est devenu au 20ème siècle le lycée Ribeaupierre).

* En 1841, la ruine de Saint Ulrich est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite. Bien que le site soit sécurisé, soyez toujours prudents dans une ruine. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Que de beauté.... Que de luxe !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 07:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Il est tout là haut.... à droite !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Ribeauvillé est située à 25km au Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar, à 16km au Sud de Sélestat et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 12' 23" N 07° 18' 20" E
 48.206528°  7.305667°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Curiosité

* Dans les livres, les revues et les plans, ce château possède plusieurs noms :

- Altencastel,

- Altenkastel,

- Haut Ribeaupierre.

 

 

La Haut.... c'est haut

* Après avoir visité le château de Saint Ulrich, il me faut monter, monter, monter.....

   ..... à 642 mètres d'altitude pour voir le 3ème château de Ribeauvillé.

* C'est donc un Chevalier Dauphinois épuisé, essoufflé, assoiffé (suis je crédible ?) qui découvre...... heu..... le remblai d'une paroi (situé à droite de l'entrée).

* Cette masse est la tour bastionnée du 16ème siècle (adaptée pour les armes à poudre).

 

Un château axé Nord-Sud

 

Le plan salvateur

* Avant d'entrer, il me faut comprendre le plan de cette ruine :

1 - Entrée principale.

2 - Mur défensif crénelé.

3 - Poterne.

4 - Esplanade défensive entre 2 fossés.

5 - Tour carrée avec escalier en colimaçon.

6 - Donjon cylindrique.

7 - Citerne.

 

 

La porte.... médiévale

* Je ne devrais pas écrire "La porte" mais "Les portes" car l'entrée principale coté Sud possède :

- Une porte charretière (à droite).

- Une porte piétonne (donc à gauche).

Avez vous remarqué les crapaudines pour les ponts levis ?

* Derrière il y a une autre "entrée" formant ainsi un sas.

- Je subodore qu'assommoir il devait y avoir, mais cela est impossible à vérifier car l'entrée est trop ruinée.

 

 

La porte.... secrète

* Comme dans la plupart des châteaux médiévaux, le site possède une poterne (repère 3 sur le plan).

* Avec précaution, je la franchis.

 

Diantre !... que voila un grand donjon

 

L'intérieur :

Rondeur comme j'aime !

* Rapidement je passe devant le bâti de la basse-cour (entre 2 et 3 sur le plan)....

    ..... Car derrière le mur, il y a une tour (repère 6 sur le plan).

* Sa rondeur est si belle, si attirante que....

     .... je suis aimanté par son magnétisme (il est vrai que je visite toujours les ruines avec une armure).

* A ses pieds, je me sens petit.

* La tour :

- A un diamètre de 11 mètres.

- Possède quelques archères (ou puits de lumière) sur la hauteur.

- Montre au sommet, de fines fentes verticales, sur une petite moitié.

- S'orne d'un crénelage en brique "reconstruit" récemment.

- Arbore à mi-hauteur, une porte.

 

 

De là haut

* Par un escalier moderne, j'entre dans la tour, puis je monte, monte, monte.

* Je vois :

Le mur crénelé (repère 2 sur le plan) avec le fantôme du chemin de ronde (grâce aux trous de boulin - voir vocabulaire).

- Le sas d'entrée.

- Puis le panorama magnifique.

* Hélas il se fait tard, je dois repartir par la porte principale.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château-haut "AltenKastel" est cité dans un texte. Sa fonction est de surveiller l'accès coté Nord du Saint Ulrich.

* Au 13ème siècle, construction de la tour ronde.

* A la fin du 14ème siècle (1384 ?), Brunon de Ribeaupierre enferme dans la tour, un chevalier Anglais nommé : John Harleston (est ce une légende ?).

* A la fin du 14ème siècle (1387 ?), la tour est à nouveau une prison pour des juifs accusés d'empoisonnement d'un puits (à vérifier).

* Vers 1477, durant la bataille de Nancy, un prisonnier de guerre, de l'armée de Charles le Téméraire, est détenu dans la tour (à vérifier).

* Au 16ème siècle (?), le système défensif du château est adapté aux nouvelles armes à poudre (canonnière ?).

* En 1618, début de la Guerre de Trente Ans.

* En 1648, lors de la signature du traité de Westphalie, l'Alsace entre dans le Royaume de France de Louis XIV (voir liste des rois).

* A la fin du 17ème siècle, le château perd sa fonction stratégique. Il est donc abandonné.

* En 1841, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Bien que le site ait été sécurisé, il est important d'être prudent.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Il fut inaccessible pour moi !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 07:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

Ne reste-t-il que cela du château ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Riquewihr est située à 25km au Sud-Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar, à 16km au Sud-Ouest de Sélestat et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 11' 43" N 07° 16' 10" E
 48.195538°  7.269623°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Pourquoi ai je mis ce titre ?

* Officiellement, ce château se nomme : Bilstein.

* Mais comme il existe un château éponyme dans le Bas Rhin, celui du Haut Rhin doit être distingué.

* Curieusement, le site porte 2 noms :

- Bilstein Alsacien.

- Bilstein Aubure (Aubure étant un village de montagne au Sud-Ouest).

* C'est le deuxième que j'ai retenu.

 

 

Il est là.... ou presque

* Pour voir ce château..... il faut monter, monter, monter.

* Lorsque mes chausses arrivent proche de l'altitude de 700 mètres, derrière la dense végétation je crois voir les ombres fantomatiques du château.

* Pour mieux le comprendre, je me suis équipé du croquis imaginé par un dessinateur passionné de châteaux d'Alsace : Christophe Carmona.

 

Pierres et rocher s'entremêlent avec amour

 

Pourquoi le château est tout vert ?

* Donc, je devrais voir un rempart avec de nombreuses tours et......

   ..... heu..... je ne comprends rien.

* Il y a quelques pierres au sol mais ce ne sont point vestiges d'un rempart.

* Je pensais voir un château fort mais ce ne sont que fort nombreuses feuilles.

Et ce Hulk, le fort géant vert ? laugh

 

 

Enfin, le rose s'affiche

* Comme par magie, les arbres s'écartent et me laissent voir une sorte de rempart avec à l'arrière une ruine anguleuse.

* J'avoue ne point pouvoir faire le lien entre le croquis et la réalité rose et verte.

* Ma seule certitude est que j'entre dans le château.

 

 

L'intérieur :

Un donjon... bossé

* Rapidement, je délaisse les pierres au sol, les rochers taillés pour me précipiter Nord de la colline.

* Devant moi, derrière le vestige d'un mur enchemisant, une belle tour très anguleuse me fait signe.

* Par ses dimensions, sa position au bord de l'à-pic, je pressens que je suis au pied du donjon du 12ème siècle.

 

Est ce que chaque visiteur a le droit de graver son nom ?

 

Le temps a laissé ses traces

* Le donjon en grès rose est magnifique.

* Il est composé de pierres à bossage (je vous ai déjà expliqué ici les fausses rumeurs sur les pierres à bosse et LA vérité).

- Donc, ce donjon devait montrer la puissance (et la richesse) de son premier (?) propriétaire.

* Curieusement, la partie haute est réalisée par de petites pierres pauvrement équarries.

Est ce un rehaussement ultérieur du donjon ?

Ou des réparations rapides ?

Là haut, c'est la place d'un Grand Chevalier Comme Moi !!!!

 

 

Quelques curiosités

* Bien que la surface de la colline n'ait point été aplanie, la liaison entre pierres et rocher est parfaite.

* Certaines pierres des parois portent des noms gravés.

L'étaient elles dès l'origine ?

Ou est ce une coquetterie ultérieure ?

* Une autre pierre montre un visage sculpté habillé d'une fourrure ou d'un bonnet de "fou". La date (1391) me fait penser que c'est un implant après la construction du donjon.

Est ce aussi le cas pour les noms gravés ?

 

 

Monter... c'est être plus grand !

* Comme toujours, la porte d'entrée d'un donjon est à plusieurs mètres du sol.

* L'échelle amovible médiévale a été remplacée par un escalier fixe.

* Tel un jeune cabri, je grimpe quatre à quatre les marches en bois qui plient sous mon poids..... heu, suis je crédible ?

* La porte avec son arc en tiers-point me permet de ne pas baisser la tête.

* Le plancher a disparu, les arbres poussent au centre du donjon.

* Je profite de ma solitude et du temps clément pour manger un Bretzel tout en admirant la panorama sur les Vosges.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle (?), construction du château. Il est possession du sir de Horbourg.

* Au début du 14ème siècle, la famille Horbourg vend tous ses bien, dont le Berstein, au Comte de Wurtemberg (voir liste).

* Au 15ème siècle, des travaux d'entretien sont réalisés.

* Au 16ème siècle, des travaux d'entretien sont réalisés. Puis la famille de Wurtemberg opte pour la religion Réformé.

* Vers 1547, Charles Quint (le Catholique) attaque de nombreux châteaux Protestants. Curieusement le Bilstein résiste à ses troupes.

* En 1636, durant la Guerre de 30 ans, destruction du château par les troupes impériales du Comte (voir titre de noblesse) de Schlick. Il n'est ni reconstruit ni habité après cette date (à vérifier). Ruine et carrière de pierres est son avenir.

* En 1898, la ruine est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Ce n'est pas une ruine pour touristes occasionnels mal équipés.

 

 

Voir et être vu.... Telle est la devise

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 07:49

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Lequel vais je visiter ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Ribeauvillé est située à 25km au Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 12' 13" N 07° 18' 26" E
 48.203621°  7.307393°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Curiosité

* Dans les livres, les revues et les plans, ce château possède plusieurs noms :

- Stein,

- Girsberg,

- Girsberg stein,

- Petit Ribeaupierre.

 

 

Ne pas se tromper

* Depuis le bourg, la randonnée comporte 3 châteaux d'origine et d'altitude différentes.

* Ma mission première est de visiter le plus petit, c'est à dire celui-ci.

* Faut-il que je m'équipe d'un baudrier pour escalader la paroi rocheuse ?

 

Que voila construction qui ne renie pas son origine médiévale

 

Comme toujours, il est là haut

* Le sentier, monte, monte, monte.

* Ho hisse !

* Soudain je me retourne.

* Oups..... Je suis trop haut, il me faut redescendre un peu.

* Je constate que :

- Les courtines épousent parfaitement le rocher.

- De grandes fenêtres ont été percées.

 

 

Le plan

* Pour comprendre cette ruine "un peu" cassée, je pressens qu'il va me falloir m'imprégner du plan :

1 - Donjon pentagonale.

2 - Logis.

3 - Basse cour.

 

 

Tu es pierre

* La végétation est dense, elle ne laisse point voir la ruine.

* En approchant je vois un haut rocher portant une imposante tour. C'est évidemment le donjon.

* Trois curiosités m'interpellent :

- Les nombreuses pierres saillantes sur la tour. Ce ne sont pas des pierres à bosse, donc :

Est ce une "erreur" de reconstruction ou consolidation ?

- Sur la droite (coté Nord-Est) la pointe (le bouclier ?) de la tour maitresse.

- Sur la gauche, une tour ronde très arasée.

 

 

La ruine a copié le kaki des militaires

Elle est secrète

* Je contourne le rocher pour voir.... peut être le fantôme du fossé....
   ....... mais surtout un curieux mur bicolore. Le granit et le grès s'harmonisent.

* Cette paroi montre :

- De la brique au sommet... (consolidation ?).

- Une ouverture rectangulaire ressemblant à..... heu.... une canonnière (à vérifier).

- Sur la gauche à mi-hauteur, les vertiges d'une.... heu....je ne sais point (porte, fenêtre.... ?)

 

 

L'intérieur :

Des murs et des trous partout

* En entrant, je vois l'intérieur du trou que j'ai supputé être une canonnière.

* Soudain, je suis perdu :

- Une courtine, posée sur le rocher, montre au sommet une fenêtre.

- Puis une autre porte haut perchée et une fenêtre à gauche.

- Une niche, avec un linteau en mitre comportant la lettre T gravée, m'interpelle par sa position (erreur suite restauration ?).

- Dans l'angle, un arrachement de mur.

* Je suis perdu !

 

 

La fin est une suite

* Pensant avoir tout vu sans avoir tout compris, je continue mon ascension vers le deuxième château : Le Grand Ribeaupierre.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, le sir de Rappolstein fait construire un petit château sur la roche. Il est rapidement nommé : Der Stein (la pierre).

* En 1288, un violent orage accompagné de grêle s'abat sur la région. La foudre frappe le château qui s'embrase.

* En 1304, la famille Girsberg ou Guirsberg (vassale des Ribeaupierre) habite le château. La famille Ribeaupierre est toujours propriétaire de cette petite construction défensive.

* Au 14ème siècle, le logis est construit ou amélioré (à vérifier) par la famille Girsberg.

* En 1422, le château est cité comme appartenant aux Ribeaupierre.

* En 1513, le château est toujours habité (mais par qui ?.... car les Girsberg n'ont plus de descendant direct).

* A la fin du 16ème siècle (ou début 17ème ?), ce petit château n'étant pas très confortable ni très utile stratégiquement, il est abandonné par les Ribeaupierre.

* En 1841, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au  20ème siècle, une association sauvegarde consolide la ruine.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite. Soyez prudents car une ruine est toujours fragile.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Un fantôme qui ne se révèle pas entièrement

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2020 2 28 /07 /juillet /2020 07:50

 

 

Département :  67 - BAS RHIN

 

 

 

Incroyable.... un château a poussé sur le rocher

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Dambach est située à 50km au Nord-Est de Saverne, à 30km au Nord-Ouest de Haguenau et à 25km à l'Ouest de Wissembourg.

 

   Coordonnées du château :

49° 00' 49" N 07° 39' 43" E
 49.013694°  7.662083°

 

Nota :

* Ne pas confondre. Il existe un château éponyme (Wineck) proche de la commune de Katzenthal dans le Haut Rhin. Son architecture est très différente.

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Elle se fait désirer

* Se perdre dans les bras d'une damoiselle, de plus avec de rondes formes, est un plaisir que beaucoup pensent unique et surtout merveilleux.

* Mais se perdre dans une forêt Alsacienne, en espérant trouver la ruine de Windeck ou Wineck ou Schmalstein (diantre, la belle possède 3 patronymes) est la sensation que je vis.

* Cette merveille est à 3km au Nord-Est de Dambach, mais avec ses sentes qui serpentent, avec les arbres qui la cachent, je pressens que la belle sait se faire désirer.

* Soudain, à 360 mètres d'altitude, comme un enchantement, la ruine apparait, massive et aérienne.

 

 

Faire le tour

* Posée sur une  crête rocheuse, la construction est fascinante.

* Bien que le château soit en ruine, son architecture simple est identifiable.

- Sur la droite, une "sorte" de logis.

- Sur la gauche un donjon ou une tour défensive.

* Les murs de la tour sont épais, mais je ne vois ni système défensif, ni trace de vie (cheminée, latrines....).

* En contournant cette masse je suis admiratif :

- La haute construction n'est pas qu'une simple tour mais un donjon pentagonal.

- Il est protégé à la base par le rocher.

- Ses pierres sont parfaitement taillées et jointives.

- Le parement d'angle est réalisé avec des pierres à bossage.

 

Avec tout ce rose, est ce le château d'une demoiselle ?

 

Entrer sans frapper

* Le mur dans le prolongement du rocher me surprend.

* Il semble fragile.

* Ses pierres sont pauvrement équarries avec des joints très épais.

* Il est probable que mon ressenti est du à la consolidation récente.

* En observant la "petite" porte, je constate que le mur n'est pas si fragile que je l'avais pensé.

* Par contre, je suis surpris du manque de système défensif de chaque coté de l'entrée.

 

 

L'intérieur :

Basse cour

* "Je pousse la porte".

* J'entre.

* Des pierres au sol, de l'herbe et des arbres m'accueillent.

* De l'autre coté, un mur avec une porte délimite la cour basse.

* En cet espace, je ne vois ni mur défensif, ni trace de bâtiment, ni puits, ni citerne. Les siècles ont effacé de nombreuses traces de vie.

 

 

Que de surprises !

* Soudain, mes poils de castellologue amateur se dressent. Il semble que je n'ai point vu de nombreux détails :

- Proche d'une entrée, il y a les traces de "loquet" et de poutre de verrouillage.

- Coté rocher, à plusieurs mètres du sol, la porte d'entrée dans le donjon et le logis.

- Dans l'alignement de la porte, les vestiges d'un escalier menant vers des constructions en encorbellement.

* Pour mieux comprendre cette fascinante ruine, je vous propose le croquis réalisé par un spécialiste,

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 13ème siècle, la famille Windstein fait construire une fortification dont la fonction est : Poste avancé en protection du château de Shoeneck.

* Au 14ème siècle, la famille Lichtenberg inféode le château aux Durkein (vérifier).

* En 1618, début de la Guerre de Trente Ans.

* En 1648, lors de la signature du traité de Westphalie, l'Alsace entre dans le Royaume de France de Louis XIV (voir liste des rois).

* A la fin (ou au milieu) du 17ème siècle, sur ordre Royal, de nombreux châteaux d'Alsace sont démantelés dont le Wineck.

* En 1985, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car les pierres peuvent être glissantes et instables.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Ai je correctement fermé la porte ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 67

Vers Menu

châteaux du Bas Rhin

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2017 6 25 /11 /novembre /2017 10:00

 

 

Département :  67 - BAS RHIN

 

  L'architecture de ce château est unique, avec cet immense mur bouclier.

 

Le bourg : 

    Situation :   (--> le voir sur la carte)

      Niederbronn les bains est une commune située à 10 km de la frontière Allemande et à mi-distance entre Bitche et Wissembourg. Le château est à l'Ouest du village.

 

   Coordonnées du château :

48° 57' 36" N 07° 36' 57" E
 48.960111°  7.615878°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'approche

* Comme toujours en Alsace, le club vosgien a balisé à la perfection les chemins.

* Une petite promenade à pieds permet de découvrir la belle forêt. 40 minutes plus tard, à 430 mètres d'altitude, la ruine du château médiévale de Wasenbourg.

* Avec les hauts arbres feuillus, le château ne se découvre qu'au dernier moment.

Quel spectacle !

 

Quelle impression de puissance !

 

La découverte 

* La première chose que je remarque, c'est le grès rose dans cette végétation verte.

* Comme souvent, je fais le tour de la ruine pour ressentir ce château et mieux comprendre l'aménagement interne.

 

 

L'analyse

* Première constatation, ce château est bien médiéval par ses pierres à bossage (voir vocabulaire) et ses murs posés sur la roche ou utilisant les particularités du terrain.

* Un autre indice de son origine est l'impressionnant mur bouclier.

* Il est construit au Sud-Ouest, sur le coté de l'attaque.

* C'est peut être le plus important d'Alsace et même de France : 20 mètres de haut et 4 mètres d'épaisseur.

 

 

Pourquoi un mur bouclier

* Au lieu de construire un épais donjon, difficilement habitable et peu confortable, la solution a été de réaliser un épais mur protégeant les bâtiments accolés : Protection et confort

* Un logis agréable a fait place aux rustiques tours de cette époque.

* Cette technique de défense est très rare en France.

* Elle ne se retrouve qu'à Montségur (département 09) et au château de Crest (département 26)... mais je ne connais pas tous les sites de France.

 

 

Autres constructions

* Au Nord-Ouest, la façade du palais comporte une élégante petite fenêtre et 2 ouvertures avec des corbeaux.

* Ces "avancés" ressemblent plus à des latrines qu'à des bretèches (voir vocabulaire) puisqu'il n'y a rien à défendre en dessous.

* Depuis la basse-cour, la vue sur les bâtiments est harmonieuse.

* Le plus surprenant est le manque d'archère, de bouche à feu et autre système de défense.

Suivez moi pour la visite des habitations.

 

L'oriel est une construction surprenante sur ce mur borgne 

La cour intérieure :

Brute et pourtant délicate

* Les murs de la cour intérieure utilisent les rochers, il est vrai que je suis devant un château fortifié du 13ème siècle.

* Ce type de construction est très "primitif". Je m'attendais à plus de raffinement après avoir vu la fenêtre au 1er étage et aussi parce que Goethe, dans ses souvenirs de voyages, évoquait le romantisme du lieu.

Les habitats seront ils aussi simples ?

* Face à l'entrée du "palais", je suis rassuré sur mes futures découvertes.

* L'oriel est gracieux bien que sobre. La porte d'entrée en arc d'ogive est surmontée de corbeaux, ayant sûrement soutenu une bretèche.

 

 

Un plan anguleux

* Il est possible maintenant de faire le plan de ce château.

* Je vais le simplifier et ne vous montrer que la partie centrale.

* La basse-cour et les remparts extérieurs ne seraient que supposition et ne sont pas nécessaire pour comprendre le raffinement de cette ruine.

* Maintenant, je vous invite à découvrir le "palais".

* Doucement, je pousse la porte.

 

 

L'intérieur :

Hooooo !

Quel choc ! 

* Je suis entré dans un véritable palais médiéval, lumineux, décoré et vaste, comportant 2 étages.

 

 

La première surprise : La frise

* Elle a été abîmée par le temps et les hommes, mais elle est encore représentative de la finesse du décor. 

* Elle comporte la tête d'un personnage du 13ème siècle très reconnaissable par sa "coiffure".

* Au sol, un caniveau est creusé dans le roc pour évacuer l'eau d'un évier (disparu).

* Nous ne sommes pas dans une forteresse pour soldats comme au château de Landskron, mais dans la demeure d'un seigneur certainement entouré et conseillé par une femme très artiste.

 

 

La deuxième surprise : La cheminée

* Quelle immense cheminée !

* Certes, il ne reste que les conduits, mais la dimension est représentative du confort donné à cet habitat.

* A coté de très jolies baies laissent passer une lumière incroyable pour l'époque.

* Pourquoi ne pas imaginer dans les fenêtres à coussiège (voir vocabulaire) une gente dame faisant de la broderie, un seigneur consultant un parchemin de paix avec son voisin et une damoiselle lisant un poème d'un trouvère.

 

 

La troisième surprise

* C'est au 1er étage, une grande baie à neuf lancettes ogivales séparées par des oculi.

* Cette "fenêtre" gothique est unique en Alsace.

* C'est le joyau du château de Wasenbourg.

* Dans cette ambiance lumineuse et presque romantique, je me prends à rêver et je regrette de ne pas avoir emporté emporté ce livre dans mon sac à dos.

* Mais un gros corbeau noir, posé sur la branche d'un arbre accroché au mur bouclier, me rappelle à la réalité. Il me faut repartir vers une autre croisade.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1250, il semble qu'un château soit construit en ce lieu, mais les archives sont "floues".

* En 1272, la présence d'un château est attestée.

* En 1335, les seigneurs de Lichtenberg sont en possession du château et des terres.

* Vers 1398, le château subit un siège.

* En 1480, le château appartient aux Comtes de Deux-Ponts-Bitche.

* Vers 1525, le château est endommagé durant la "guerre des paysans" (voir explication).

* En 1535, Jacques de Deux-Ponts-Bitche restaure le château.

* En 1570, le dernier Comte Deux-Ponts-Bitche décède sans héritier direct. Le château appartient maintenant aux Comtes de Hainau-Lichtenberg (qui héritent aussi du château de Lichtenberg).

* En 1590, terres et château sont donnés en fief à la famille Niedheimer. Avec cet acte, la famille prend le nom de : Wasenburg.

* En 1592, il semble que le château soit peu entretenu. Sa fonction défensive est minimale car aucune amélioration pour l'artillerie a été réalisée.

* En 1618, début de la "guerre de 30 ans" (voir ce livre). Ce château d'habitation souffre un peu durant cette dévastatrice guerre.

* En 1630, le château est peut être attaqué par les troupes de Louis XIV (voir liste des rois).

* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Il semble que les bâtiments ne soient plus habités après cette date.

* En 1677, il semblerait que les français conduit par Montclar aient détruit le château (il n'est pas le seul, voir Schwartzenbourg).

* Vers 1751, château et terres sont achetés par la famille Gayling von Altheim.

* En 1890, l'ensemble est maintenant acheté par le Reichland.

* En 1898, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite.  Le risque de recevoir une pierre est faible, mais attention avec les enfants, certaines fenêtres ou portes en hauteur n'ont pas de rambarde.

 

 

Le soleil jouant avec les sculptures de la fenêtre donne de la vie à cette ruine !

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 67 Vers Menu châteaux du Bas Rhin

Partager cet article

Repost0
18 août 2017 5 18 /08 /août /2017 07:35

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

  Les pieds dans le fossé, la muraille semble haute et imprenable.

Le bourg : 

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     Le château du Morimont se situe dans le Jura Alsacien sur un promontoire à 532 m d'altitude entre les villages d'Oberlarg et de Levoncourt, à 30km au Sud-Ouest de Bâle, à 25km au Sud-Est de Montbéliard et à 20km au Sud d'Altkirch.

     Moersberg est un château frontière avec la Suisse. Je vais vous faire visiter la fortification la plus au Sud de l'Alsace.

 

     Coordonnées du château :

47° 26' 44" N 07° 12' 54" E
 47.445424°  7.215067°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

* Comme souvent, je découvre le château au dernier moment (le nez dessus), car de hauts arbres empêchent d'admirer de loin ses contours.

Le château est massif !

* C'est un mélange d'architecture de plusieurs époques.

 

 Les rondes tours protègent chaque courtine

Deux curiosités !

 * Cette belle ruine a une caractéristique :

C'est le seul château d'Alsace en calcaire.

 * Une autre caractéristique géographique a du lui enlever son rôle stratégique :

- Cette beauté fortifiée est entourée de collines, ce qui le rend assez vulnérable lors de l'invention de puissantes armes de jet.

* En marchant dans le fossé, je fais le tour pour découvrir ce que les assaillants devaient ressentir.

 

 

Le rempart

 * Le rempart a une forme trapézoïdale asymétrique.

 * Les courtines sont hautes et puissantes.

 * Des tours semi-circulaires renforcent l'impression d'invulnérabilité.

 * Les tours sont au nombre de 7 de formes et tailles différentes. Presque toutes comportent des bouches à feu avec une ouverture impressionnante, certainement de la fin du 15ème siècle.

 * Ces "bouches" sont prévues pour un tir horizontal, c'est le plus dévastateur à cette époque.

     - La tour d'angle au Nord-Est est nommée : "Tour de 1515" (cela vous rappelle t il quelque chose ?).

     - La tour d'angle du Sud-Ouest est nommée : "Tour Schlossturm"

(curieux diminutif puisque cela signifie "tour du château" !).

 

 

Je vais entrer

* L'entrée, située du coté Sud-Est, est protégée par une sorte de barbacane (voir vocabulaire) avec une tour munie de bouches à feu à tir rasant.

Fou il fallait être pour pénétrer sans autorisation.

 

 

Même en ruine, les bâtiments donnent l'impression que le château est encore vivant ! 

L'intérieur :

La découverte

* En traversant le sombre porche d'entrée, je crois discerner des marques pour vantaux, doubles vantaux et herses. L'accès à l'intérieur était très protégé.

* Au bout de ce "tunnel", je suis accueilli avec le soleil, sous un arc tenant par "magie" (et surtout grâce au ciment du 21ème siècle).

* Sur la gauche, je vois les entrailles des tours.

* Avec l'épaisseur impressionnante, les nombreux étages, j'imagine que cette construction  était dédiée à la défense.

* Au fond, je discerne les murs du 15ème siècle correspondant aux dépendances et au logis coté Nord.

* Ces "modernes" constructions donnent une indication de la richesse des anciens propriétaires de ce château.

Je pénètre dans la vaste cour verdoyante. 

 

 

L'analyse

   En regardant l'ensemble avec attention, il est facile de voir 2 époques de construction (voir le plan).

- 1ère époque :  Dans la partie Sud du château, l'époque médiévale avec un donjon (Sud-Est) construit sur le rocher, puis une chapelle et le logis en prolongement vers le Sud-Ouest.

   Au centre une tour-escalier trône fièrement devant les vestiges du logis médiéval. Elle est d'époque renaissance, mais utilise certainement une tour primitive du 14ème

- 2ème époque :  Toute la partie Nord est du 15ème au 17ème siècle. De puissantes tours, des dépendances très grandes et lumineuses. Et une tour centrale avec un puits dont la littérature m'informe d'une profondeur de 115 mètres.

Quel château !

 

 

Fenêtre, puits de lumière ou arquebusière ?

Quelle richesse !

 * Je me sens en sécurité dans ce château aux murs épais de 5 mètres (et même 6 mètres pour la plus massive), hauts et protégés par des bouches à feu "modernes".

 * La plupart des ruines que je visite (avec vous) ont des murs intérieurs inexistants (il ne reste que les fondations).

 * Enfin, je vois les parois d'habitation. Je me mets en quête de décors, cul de lampe et autres beautés sculptées.

 * Hélas, après de nombreuses minutes de recherche, je constate l'absence d'ornement de luxe :

  - D'abord parce que le château a été détruit très souvent,

  - Et peut être que la révolution Française n'a pas épargné les belles pierres.

 

 

C'est déjà la fin

* Il faut déjà quitter cette ruine unique.

* Mais avant, je vais vous montrer une des nombreuses curiosités du Moesberg : 

- Son grand souterrain voûté unique en Alsace (52 m sur 8 m de large et 4 m de haut).

* Il n'est pas très sombre et aboutit dans les fossés par une sorte de poterne (voir vocabulaire).

* Ce souterrain a été taillé dans le rocher. Sa voûte en berceau est magnifique.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château est sûrement construit, mais aucun texte l'affirme. Par contre, une famille Morimont originaire de Porrentruy, s'installe en ce lieu.

* En 1228, l'évêque de Strasbourg fait détruire le château.

* En 1324, la dernière héritière du Comté de Ferrette (puissante famille Alsacienne) épouse l'Archiduc Albert II de Habsbourg. Cet évènement a une conséquence : La famille Morimont se met au service de la Maison d'Autriche.

* En 1356, le tremblement de terre qui a dévasté Bâle a aussi détruit partiellement courtines et bâtiments du château.

* En 1440, la famille Morimont commence son ascension dans la noblesse et la puissance.

* En 1444, Pierre de Morimont fait appel aux Armagnac pour lutter contre les Suisse. Hélas, le choix fut mauvais car...

* En 1445, les confédérés Suisses attaquent et détruisent partiellement le château.

* En 1448, nouvelle attaque des Suisses et nouvelle destruction du château.

* Vers 1475, avec l'amélioration des armes à feu, Gaspard de Morimont transforme le château. Il l'adapte à l'artillerie naissante. Les travaux dureront 30 ans. Cette forteresse devient un verrou important dans l'axe de défense demandé par les Habsbourg.

* Durant le 16ème siècle, la forteresse ne fut plus inquiétée. D'abord, qui oserait se frotter à une telle débauche de canons, et ensuite, parce que les Suisses préféraient les actions de harcèlements rapides plutôt qu'un long siège ou une attaque de position.

* Au début du 17ème siècle, Jérôme de Morimont devenu protestant, est très endetté. Il vend la seigneurie et le château aux Comtes d'Ortenbourg-Salamanque.

* En 1632, durant la "guerre de 30 ans" (voir ce livre) les Suédois envahissent et occupent le château.

* En 1637, les troupes Françaises attaquent, pillent, détruisent et incendie le château.

* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Le château est donné par le Roi de France Louis XIV (voir liste des rois) aux nobles de Vignancourt.

* En 1792, les révolutionnaires le déclarent Bien National. Il est acheté par Joseph Bruat, juge au tribunal civil de Altkirch.

* En 1808 (?), il est racheté par Aaron Meyer de Genève. Le château devient le lieu de mémoire du Jura et de la province du Sundgau.

* En 1826, sous l'ombrage des hêtres au milieu des ruines, 4 Jurassiens Suisse (Xavier Stockar, Louis Quiquerez, Auguste Quiquerez et Olivier Seurez) ont juré de délivrer le Jura de l'oligarchie Bernoise au risque de leur vie. 4 ans plus tard, le serment fut tenu.

* En 1841, la ruine est classée aux Monuments Historiques.

* En 1870, la famille Meyer revend les ruines à la famille Vieillard. Des travaux importants de consolidation sont entrepris.

* En 1971, dans la cour du château est fondée la Société d'Histoire Sundgauvienne.

* Au début du 21ème siècle, le château est fermé pour travaux, la visite est interdite. La découverte de l'extérieur est possible. Le risque de recevoir une pierre est faible dans la partie autorisée.

 

 

La vaste cour a un romantisme, avec ses dentelles de pierres ruinées.

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68 Vers Menu châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0
11 août 2017 5 11 /08 /août /2017 07:55

 

 

Département :  67 - BAS RHIN

 

 

Ebloui je suis par cet imposant mur du donjon. 

 

Le bourg : 

Situation :   (--> voir les châteaux sur la carte)

   Le site est proche de la frontière Allemande, à 3 km au Nord de Obersteinbach et à 12 km à l'Ouest de Wissembourg.

 

     Coordonnées du site castral :

49° 02' 53" N 07° 42' 06" E
 49.04799°  7.7017°

 

 

 

Le site

L'extérieur :

L'approche

* Les ruines sont à l'extrémité d'une crête, sur une barre rocheuse en grès.

* Elles se visitent après une marche de 15 minutes sur un chemin bien balisé par le club Vosgien.

 

 

L'originalité du site

* La curiosité de ce site castral est qu'il y a non pas un, mais DEUX châteaux sur le rocher, séparés par une faille naturelle.

* Ils ne sont séparés que de 3 mètres, mais ils appartenaient (à leur création) à 2 familles différentes (issues de la même branche il est vrai).

* Ils comportent chacun une entrée différente.

 

 

Le plan

* Pour mieux comprendre la visite et s'imprégner de cette curiosité architecturale, il est important de comprendre le plan.

 

67-wasigenstein-plan-global.jpg

 

 

 

Le Vieux château  ou  Grand Wasigenstein : 

L'extérieur :

La surprise

* Le Grand Wasigenstein est à l'Est (à droite sur le plan détaillé).

* Il occupe la plus grande surface du rocher (d'où son nom évidemment).

* Cette ruine ressemble à un immense paquebot très effilé de 75 mètres de long, avec une proue, qui est en réalité la ruine du donjon.

 

 

La découverte

* La découverte commence, comme souvent pour une construction médiévale, par un fossé.

* Évidemment, avec la pluie, il se transforme en douves (voir vocabulaire).

* Juste derrière, il y a la classique et efficace tour de flanquement.

* Certes, elle n'a plus sa hauteur et son prestige d'antan, mais avec ses pierres à bossage, elle semble puissante et devait impressionner les "visiteurs" mal intentionnés de l'époque.

 

 

Une citerne creusée dans le roc avec de petites gouttières

La citerne

* En cherchant l'escalier, je découvre une particularité très médiévale : Une citerne.

* Elle creusée dans le roc.

* Au dessus sont encore visible les "gouttières" récupérant l'eau si précieuse.

* Un surprenant petit entonnoir est percé dans la roche.

* L'intérieur est "tapissé" d'argile.

* La citerne devait comporter un système de filtration hélas disparue.

 

 

L'escalier

* Voila un château qui va me réserver plein de surprises. Vite, je dois trouver le moyen de "grimper" pour découvrir cette curieuse ruine.

* Évidemment, l'escalier est creusé dans la roche.

* Sur la gauche, quelques encoches devaient servir à insérer des poutres pour barrer le passage aux éventuels agresseurs.

* On peut même imaginer au dessus un plancher avec un "assommoir".

Nos ancêtres avaient une imagination débordante

pour sécuriser leurs biens.

 

 

L'étage intermédiaire

* Un tel château se devait de comporter une salle troglodytique ou partiellement creusée. Sa fonction est difficile à imaginer :

- Pas de latrines,

- Ni d'évier,

- Ni de cheminée.

Peut être une salle de garde protégeant l'étage des seigneurs ?

* En traversant cette salle, je dois monter un nouvel escalier pour découvrir l'étage d'habitation.

 

 

L'étage supérieur

* Au niveau supérieur, plusieurs époques se devinent (voir le plan).

* D'abord dans la partie fin 13ème siècle, une tour étroite et puissante avec un escalier en colimaçon faisant face au petit Wasigenstein.

* Au milieu, l'emplacement des logis des logis et commodité (?). Le sol est curieusement strié. La fonction m'échappe.

Est ce la récupération de l'eau ?

Sont ce des encoches pour des séparateurs verticaux en bois ?

* Un visiteur m'a donné la solution à cette "énigme" :

   "Ce sont tout simplement les logements des solives qui supportaient le plancher, ainsi que certains bâtiments à colombage (constructions mixtes maçonnerie - colombage) en encorbellement. Certaines constructions dépassaient donc tout bêtement du rocher."

* Et enfin, le donjon pentagonal.

* Il était renforcé du coté de l'attaque par un éperon fortifié.

* L'ensemble a été très "bétonné" pour consolider ces vieilles ruines. Il m'est très difficile de différencier les étapes de construction et l'architecture primitive.

 

 

 

Haut perché est le donjon.

Le Nouveau château  ou  Petit Wasigenstein :  

L'extérieur :

La découverte

* Il est situé à l'Ouest (à gauche sur le plan détaillé) et occupe une petite surface du rocher.

*  Au pied de ce château, le puissant donjon donne le vertige.

* L'ancienne basse cour est méconnaissable car les remparts ont disparu et la végétation a remplacé les bâtiments. Sur la face Ouest, apparaît un escalier creusé dans le roc.

* Il faut l'imaginer avec son mur sur la gauche et quelques archères dissuasives.

 

 

Je monte

* Quelques dizaines de marches plus haut, le bâtiment d'entrée se détache des arbres.

*  Avec ses pierres à bossage de teinte rose, il m'invite à le découvrir.

* Mais humble il faut être car :

- Une archère surveille le visiteur.

- Puis une petite porte creusée dans la roche oblige à baisser la tête.

 

 

L'intérieur :

Confortable et sécuritaire

* La surface étant petite, l'aménagement s'est fait en hauteur avec peu de perte de surface, tout en préservant, par des murailles, la sécurité des habitants.

* L'élégance de ce petit Wasigenstein surprend par rapport à l'autre château.

* Des portes à arc brisé et des fenêtres trilobées parfois à coussiège (voir vocabulaire) donnent de la vie à ces vieilles pierres.

Mais pourquoi y a-t-il de l'herbe au milieu de cette pièce ?

 

Des marches creusées dans le roc

 

Je monte encore

* Je prends l'escalier à vis pour mieux comprendre.

* Du haut de la tour, je constate avec surprise que le niveau intermédiaire est éclairé par de nombreuses fenêtres.

Ceci est très curieux pour un bâtiment médiéval.

* Ces ouvertures étant situées très haut, les flèches du 13ème siècle ne pouvaient pas atteindre cet étage. Le confort a fait place aux rudimentaires archères de défense.

 

 

L'herbe

* Voici le secret de l'herbe au centre de la pièce :

- S'il y a de la végétation, c'est qu'il y a de l'eau.

- Donc ce grand carré creusé est la citerne du château.

 

 

Le diaporama des châteaux est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1250, il semble que débute la construction d'un château, peut être par Engelhard ou ses fils.

* En 1270, un texte atteste de l'existence d'un château appartenant à 2 frères Seman et Friedrich qui se font nommé : Wasigenstein.

* En 1271, débute la construction du Petit château, suite à un "différent" entre les 2 frères.

* Vers 1299, le Petit château est habité par Friedrich. Dans le Grand château logerait Seman. Une paix partielle semble exister entre les 2 frères ayant fondé chacun une famille.

* En 1306, un nouvel accord de paix semble conclu délimitant le territoire et la hauteur des bâtiments sur le rocher. Les familles "grossissent" et ces 2 rochers appartiennent maintenant à 16 co-propriétaires.

* En 1317, le dernier héritier du Grand château de la branche Wasigenstein de Seman décède sans héritier direct. Le possesseur du Petit château récupère l'ensemble des constructions du rocher.

* En 1358, le dernier héritier de la branche familiale de Friedrich meurt sans enfant. Le rocher, les terres et les 2 châteaux appartiennent maintenant aux puissantes familles de Fleckenstein et Hohenbourg. Mais aucun membre direct de ces familles réside dans ces châteaux. Bâtiments et terres sont donnés en fief à de nombreuses familles.

* Durant 1 siècle, les châteaux subissent 5 sièges.

* En 1468, le rocher semble encore habité par une branche de la famille Lichtenberg (possédant de nombreux châteaux).

* Vers 1520, les 2 châteaux appartiennent à la puissante famille des Fleckenstein.

* En 1618, début de la "guerre de 30 ans" (voir ce livre). Ce château d'habitation souffre un peu durant cette dévastatrice guerre.

* En 1648 (le 24 octobre), signature du Traité de Westphalie mettant fin à la guerre de "30 ans". Il semble que les bâtiments ne soient plus habités après cette date.

* En 1680, le roi Louis XIV (voir liste des rois) envoie une troupe commandée par le maréchal Monclar pour occuper la région. Le château est pillé puis partiellement détruit.

* En 1711, les Fleckenstein vendent le lieu et les terres à la famille Hanau-Lichtenberg.

* En 1898, les ruines sont classées aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Le risque de recevoir une pierre est faible, mais il est conseillé de surveiller vos enfants, certaines fenêtres ou portes en hauteur ont des rambardes minimales.

 

 

Voici une lithographie de 1828 par J.G. Schweighaeuser représentant les 2 châteaux de Wasigenstein.

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 67 Vers Menu châteaux Bas Rhin

Partager cet article

Repost0