Translation




 

 

 
 
French to English French to German French to Italian French to Spanish
French to Japanese French to Korean French to Russian French to Chinese (Simplified)
 

 

 
 

 

 

 

 

Ombre et lumière

4 mars 2021 4 04 /03 /mars /2021 08:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Voyez vous une cigogne sur cette tour ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Thann est située à 40km au Sud-Ouest de Colmar, à 30km au Nord-Est de Belfort, et à 20km au Nord-Ouest de Mulhouse.

 

 

 

Les fortifications :

La tour des Cigognes :

Coordonnées de la tour

 

47° 48' 42" N 07° 06' 14" E
 47.811917°  7.103915°

 

 

 

La trouver est déjà un plaisir

Comment trouver les vestiges des fortifications médiévales dans une ville ?

* La réponse est simple : Il suffit de chercher la rue des remparts (je vous ai déjà parlé d'une astuce similaire en Aude).

* Evidemment, rue des remparts ne signifie pas qu'il y en a. Avec les siècles et les guerres, le haut mur défensif a disparu mais.....

    ...... dans un angle apparaît cette magnifique tour.

 

 

La comprendre est l'ultime plaisir

* Malgré une "solide" consolidation à base de mortier, il est possible de voir le grès jaune et rouge.

* La tour possède :

- 4 niveaux.

- A l'extérieur, une base ronde sur les trois premiers niveaux.

- Un dernier niveau octogonal :

Est ce du à une reconstruction ?

Ou existait il un chemin de ronde avec encorbellement ?

- Des archères canonnières et arquebusières de remploi ou d'ajout ultérieur.

 

 

 

La propriétaire a-t-elle un nez crochu avec verrue ?

La tour des Sorcières :

Coordonnées de la tour

 

47° 48' 42" N 07° 06' 14" E
 47.811917°  7.103915°

 

 

 

Poudlar ?

* Diamétralement opposée (au Nord-Est), proche de la rivière La Thur, apparait dans un angle de rues une rondouillette construction.

* Son patronyme est terrifiant.

* "Mieux vaut poltron pour durer, que téméraire pour crever." 🤔  affirme un dicton populaire.

* C'est donc de loin que je vais analyser cette architecture.

 

 

Habit de Sorcière

* Comme sa consoeur, il est possible de voir le grès jaune et rouge.

La tour possède :

- 3 niveaux.

- A l'extérieur, une base ronde.

- Des archères, fentes de tir, canonnières et arquebusières de remploi ou d'ajout ultérieur.

* Des fenêtres m'informent que la tour a été modifiée récemment pour plus de confort.

 

 

La fin mais pas la faim

* Pensant avoir tout vu, puisqu'il n'est pas l'heure de manger, je décide de visiter une autre merveille de cette ville.

* C'est donc assis sur la selle de mon destrier que je pars visiter le château d'Engelbourg au Nord-Est.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire des fortifications :

* A la fin du 13ème siècle, Thiébaut, Comte (voir titre de noblesse) de Ferrette (voir liste), prend parti pour Adolphe de Nassau dans la guerre qui l'oppose à Rodolphe Ier de Habsbourg visant à la possession du trône impérial. Pour protéger ses possessions il fait construire quelques châteaux et aménage à Thann un premier rempart à Thann. Des tours carrées existent (à vérifier).

* Au milieu du 14ème siècle, construction/agrandissement d'un rempart comprenant entre autres une porte défensive et la tour des Cigognes.

* Au début du 15ème siècle, construction de la tour des Sorcières.

* Au milieu du 15ème siècle (?), le rempart et les tours sont adaptés aux armes à poudre.

* En 1466 (ou 1468), durant la guerre des Six Deniers, une armée Suisse attaque le bourg sans conséquence pour le rempart et les tours.

* En 1572, les systèmes défensifs des tours sont améliorés.

* A partir de 1630 (à vérifier), durant la Guerre de 30 ans, les fortifications ne résistent pas aux nombreuses attaques.

* Au 19ème siècle, les remparts, portes et fortifications très dégradés sont définitivement détruits.Il semble que quelques tours (transformées en habitations ou stockages) ne soient pas détruites. Une maison est construite contre la tour des Sorcières.

* En 1860, la tour de la poudrière est détruite.

* Durant la première guerre mondiale, la tour des Cigognes est frappée par un obus.

* En 1920, la tour des Cigognes est classée aux Monuments Historiques.

* En 1963, la tour des Sorcières est classée aux Monuments Historiques.

* Durant le 20ème siècle, les 2 tours sont plusieurs fois restaurées.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des deux tours est libre et gratuite en respectant les propriétés privées.

- La visite de l'intérieur de la tour des Cigognes est interdite.

- La tour des Sorcières aurait été transformée en musée, la visite de l'intérieur serait possible : Renseignez vous.

 

 

La princesse du château préfère les fleurs aux armes

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article
Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 08:50

 

 

Département :  67 - BAS RHIN

 

 

 

 

Voyez vous une tour, un rempart, un logis, un donjon ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Ottrott est située à 20km au Sud de Saverne, à 15km au Sud-Ouest de Strasbourg et à 10km au Nord d'Andlau.

 

   Coordonnées du château :

48° 26' 42" N 07° 21' 59" E
 48.445111°   7.366583°


 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Avant propos

* J'ai visité le site de Kagenfels il y a bien longtemps.

* La ruine fraichement découverte sortait à peine de terre.

* Depuis, la dynamique association a beaucoup oeuvré.

* Je pressens que si vous l'avez vu récemment ou si vous prévoyez de le découvrir, le château est/sera beaucoup plus grand, beau, lumineux.

 

 

 

La (première) découverte

* Après avoir visité le château d'Hagelschloss, je décide de prendre la direction du Sud-Ouest pour faire un peu d'exercice (en réalité ma carte m'indique la direction de la peu médiatique ruine du Kagenfels).

* A 667 mètres d'altitude, un bloc de pierres aménagé par l'homme me quémande ralentir.

* Lentement j'avance sur le sentier.

* Soudain, une ruine apparait.

* En voyant l'épaisseur du remblai (voir vocabulaire), je pressens que ce ne fut point un élément défensif d'importance.

* Avec précaution, je contourne cet ancêtre :

- Ses pierres sont pauvrement équarris.

- La dimension des pierres étant aléatoire, je subodore que réparé rapidement il fut.

- La fente verticale à la base me fait penser à un puits de lumière ou d'aération.

 

Comme un volcan, la ruine a produit des coulées de pierres taillées

 

La haute suite

* A mes pieds, des centaines de pierres.

* Je regarde au dessus pour comprendre d'où elles proviennent.

* Dans la végétation, je crois voir des constructions humaines se cachant tels des militaires en kaki.

* Mon regard monte encore pour.... heu....... voir des vestiges.

* Il me faut contourner cette butte pour mieux comprendre.

 

 

 

L'intérieur :

Quel chantier !

* Le sommet de la colline a été débarrassé de ses arbres pour faciliter le travail de découverte du site castral.

* Échafaudages en fer ont remplacé provisoirement les boulins médiévaux pour donner une seconde jeunesse à cet ancêtre.

* Les bénévoles s'activent en suant. Lentement les murs se consolident.

* Je n'ose pas les déranger.

* L'un d'eux, avec une barbe hirsute, me tend un classeur pour que je comprenne les recherches des spécialistes.

 

 

Cadeau final

* Le château fut ainsi à ses débuts.....

..... puis il se transforma en cela.

* Avant de partir, je déguste le plan ainsi qu'un bretzel.

 

 

Comme cela devait être agréable de vivre ici au début du 16ème siècle

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers 1250, durant l'interrègne (période où le trône du Saint Empire Germanique était vacant), l'évêque de Strasbourg s'oppose aux représentants de la ville de Strasbourg.

* En 1262, sur un blog rocheux arasé, construction d'un logis protégé par une polygonale tour, suite à la demande de l'évêque de Strasbourg.

* En 1310, le site est possession de la famille Hohenstein, vassal de l'évêque.

* Dans le dernier quart du 14ème siècle, une armée Strasbourgeoise attaque le château.

* En 1383, des "parts" du château sont vendus (donnés ?) aux familles Shoenau et Stahel de Westoffen. La paix avec Strasbourg est "signée.

* Vers 1390, le château étant le refuge de brigand, une armée d'Ottrott attaque le site castral.

* En 1406, le château est partiellement incendié.

* Vers 1430, le système défensif du château (toujours possession de la famille Hohenstein) est amélioré par la construction d'un rempart avec tours à sa base.

* Au début du 16ème siècle, le château est restauré par la famille Uttenstein.

* En 1563, la ruine est achetée par Obernai.

* En 1570, un bailli d'Obernai s'installe dans le château qui a été partiellement consolidé et habitable.

* Au milieu du 17ème siècle, le château est détruit durant la guerre de trente ans.

* Vers 1970, une campagne de fouilles et de relevés est organisés par Monsieur Lenz. Rapidement Dominique Lerch et Charles-Laurent Salch interprètent le plan.

* En 1995, les castellologues universitaires Biller et Metz améliorent le plan existant.

* Vers 1999 (?), une association de sauvegarde s'organise. Heisler améliore les relevés. La ruine se dessine enfin.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Lors de fouilles ou de travaux de consolidation, il est important de demander l'autorisation auprès des bénévoles de l'association. Veuillez être très prudents.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Que voila une opération d'esthétique de grande ampleur !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 67

Vers Menu

châteaux du Bas Rhin

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 08:50

 

 

Département :  67 - BAS RHIN

 

 

 

Je bois une tisane désaoulante avant d'entrer.... hic !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Ottrott est située à 20km au Sud de Saverne, à 15km au Sud-Ouest de Strasbourg et à 10km au Nord d'Andlau.

 

   Coordonnées du château :

48° 26' 57" N 07° 23' 23" E
 48.449348°  7.389933°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Pourquoi 2 noms ?

* Bien qu'en notre royaume de France il existe quelques châteaux portant 2 noms, les siècles et les habitudes régionales (ou les impositions des historiens dans leurs écrits) attribuent souvent d'un des deux comme "officiel".

* Hors, ce château garde dans les textes, mêmes récents, les 2 patronymes :

- Waldberg est le nom attribué par l'historien Jean Schweighaeuser après ses recherches et ses fouilles au début du 19ème siècle.

- Hagelschloss signifie : Le château (schloss) de Hagel. Hagelthal est le nom de la vallée (thal) à ses pieds.

* Une étude récente (ou une conclusion universitaire ?) définit que le site, ayant été composé de 2 "châteaux", se doit de porter les 2 noms.

Heu... ai je été clair ?

(voir la raison de mon questionnement ci-dessous 🤒 ).

 

 

Oups... je me suis simplement appuyé sur le mur

Avant propos

* L'Alsace est une province où l'accueil est très chaleureux. 😘

* Les fêtes de la bière 🍻, les bons restaurants 🥨, les succulents digestifs🍸 ont eu raison de ma lucidité légendaire de Dauphinois Parfait.

* C'est donc un Chevalier Castellologue Amateur qui erre, les neurones un peu fumeux. 🤢

* Entre le mal de tête 🤯 et la toponymie complexe (avec les w, h, y, etc...), j'avoue que mon appareil photo (car moi... hic... je suis Parfait 🤥) n'a pas mémorisé la visite dans l'ordre de la découverte......

...... il a un peu zigzagué. 🤪

* C'est donc... hic..... avec une incertitude sur la chronologie des images 🙃 que j'ose vous décrire ce château unique !

 

 

Est ce que l'herbe se fume... ou hume ?

* Je suis à la recherche de pierres grises ou roses (puisque plusieurs châteaux ont cette couleur), mais ce n'est que le vert des arbres et de l'herbe qui m'accompagne.

* Soudain, des pierres taillées... mais alignées en bas, donc ce n'est pas un mur.... c'est un sol. 🎼

* Soudain un rocher avec des fentes horizontales, donc ce ne sont point des archères.

* Soudain..... hoooo..... un mur servant de pot à un arbre.

Est ce le seul vestige ?

 

 

Il est haut, là haut, ce haut !

* Les demoiselles adorent mettre un joli petit haut 👚 pour montrer leur silhouette.....

...... Ce château aussi !

* Regardez son body... oups... sa rondeur... oups... son haut si haut.

* Ceci est évidemment un arc de décharge. Au dessus, un château exista.

- Je vous ai déjà montré cette curiosité architecturale en Ariège.

 

 

 

Oups... j'ai éternué, le plafond est tombé

L'intérieur :

L'air errance et rance

* Mes nasaux sont emplis d'humidité herbeuse ou d'herbe humide..... Atchoummm.... 😩

* Entre l'alcool et le rhume (ou la colle et le rhum) je ne saurais vous dire si dehors je suis ou en elle.... la ruine. Tout est confus.

* Qu'importe j'avance dans cet enfer de pierres, car un Dauphinois n'est jamais dans le repli.

* Malgré la canoté, mon oeil Parfait (de Chevalier éponyme) distingue une paroi construite en pierres à bossage sur un imposant rocher d'une belle hauteur.

Dois je en prendre aussi ?

 

 

Le bond d'un bon

* Tel un dahu sauteur, je suis au sommet de l'ouvrage médiéval.

* En dessous je vois le vide, puis au dessus "du en dessous" 🤪 l'arc de décharge nommé localement : L'arche.

* Donc, en épousant sa forme, je serai proche de l'arche d'alliance. 💍

* Voyant des trous de boulin dans la paroi, je pressens qu'étage il y avait. Pour mieux comprendre, j'avance, j'avance, j'av...... 😱

 

 

D'outre-tombe

* Choir le soir, c'est rester allongé, blessé, agonisant...... pour l'éternité (au moins une nuit).

* C'est donc un fantôme 👻 qui vous donne le dernier indice de ce château : Le plan.

E - Entrée,

R - Rempart,

A - Arche,

L - Logis

D - Donjon pentagonal.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle (?), après le décès de Henri VI, empereur du Saint Empire, entrainant des conflits importants, la famille Hohenstaufen (voir liste) se doit de protéger le front Nord de leur territoire : Construction (1298 ?) d'un premier château nommé : Waldsberg.

* Au début du 13ème siècle, la construction du château est arrêtée. Elle reprend quelques années après. 

Note personnelle :

- Les archéologues identifient 2 types d'architecture.

- Certains imaginent que 2 châteaux il y avait, séparés par une faille naturelle.

- Mais les textes étant rares, cette supputation n'est pas acceptée par tous les spécialistes.

* Au début du 15ème siècle, le château est possession de la famille Erb. Leurs brigandages dans la région agacent les Strasbourgeois.

* En 1406, des seigneurs d'Obernai se proposent de trouver un arrangement aux frictions répétées entre Walther Erb et les représentants de Strasbourg. Walther n'étant point homme d'honneur capture puis emprisonne en son château les représentants :

- Henri de Müllenhein, seigneur de Landsberg (voir ce château)

- Leuthold de Müllenhein et son fils (voir cette famille), 

- Jean Sturm.

* Toujours en 1406, devant cette traitrise, les Strasbourgeois décident d'attaquer le château. Les prisonniers sont libérés puis le site castral est détruit. Le château ne sera pas reconstruit.

* Au 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite. Le site n'étant que pauvrement sécurisé, veuillez être très prudents. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important.

 

 

Cet arc est mon triomphe.....  hic

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 67

Vers Menu

châteaux du Bas Rhin

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Wintzenheim est située à quelques kilomètres à l'Ouest de Colmar.

 

   Coordonnées du château :

48° 04' 02" N 07° 15' 17" E
 48.067443°  7.254739°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Monter.... toujours monter !

* Certains ont choisi les mots croisés comme loisir, d'autres le tricot ou la couture. Il paraît que des personnes ont comme hobby : Jouer aux cartes dans un bistrot.

Savent ils la chance sédentaire qu'ils ont ?

* Moi, Le Merveilleux Chevalier, j'ai été baptisé par la fée "Ruine d'Altitude".

* Je suis donc "obligé" de chercher les ruines, si possible au sommet d'une colline.

* C'est ainsi que proche de Zimmerbach, je vois une verte éminence dont le sommet possède une grise forme.

* Je pressens que marcher il va me falloir pour découvrir cette construction médiévale.

 

 

Dans la canopée

* Ho hisse..... Ho hisse..... crying

* C'est sous une terrible chaleur, dans une pente inhumaine, griffé par des milliers de ronces, attaqué par des millions d'insectes vénéneux que j'avance vers mon destin.

* Après 3 jours de marche, j'arrive proche du site castral !

Suis je crédible dans ce récit d'aventure ?

En réalité, la montée est facile, agréable et courte.

 

 

C'est une rondeur, pourtant ce n'est pas une tour

 

 

Questionnement

* Derrière les arbres, je remarque un haut rempart composé de pierres pauvrement taillées et peu jointives.

* Un peu plus loin, une haute et ronde construction me fait penser à un donjon.

* Je pressens qu'un fossé entourait l'ensemble.

* Il me faut trouver l'entrée.

* Je longe le haut mur espérant trouver soit une poterne, soit une porte, soit une partie effondrée.

* Le rempart étant partiellement arasé, je ne vois aucune trace de crénelage, mâchicoulis ou trou de boulin pour un hourdage (voir vocabulaire). Par contre, quelques fentes verticales apparaissent.

Sont ce des archères ?

* Soudain, je me heurte à une rondeur qui n'est point une tour.

Quel est donc ce sortilège ?

* Pour avoir la réponse, je consulte mon satellite.

* Cette construction fortifiée est une enceinte hexagonale ou plutôt un polygone aux cotés non identiques.

 

 

Cave obturée, puits, citerne.... Quelle fut la fonction de cette construction ?

L'intérieur :

Les trous des murs

* En un bond, je suis dans le château.

* La première ouverture que je vois est "un peu" abimée. Curieusement elle possède un ébrasement (voir vocabulaire) en partie basse.

- Si c'est une archère, le manque d'ébrasement latéral intérieur ne permet pas un angle de tir important.

- Si c'est un un puits de lumière, il n'est pas très haut.

-- En découvrant au dessus de nombreux trous horizontaux pour les poutres d'un plancher, je pressens que l'idée d'un puits de lumière est la bonne idée.

-- Vous vous dites : "Chevalier, le sol est proche du trou, cela fait une faible hauteur."

-- Il faut imaginer que les étages sont tombés, donc ont fait remonter le sol sur lequel mes chausse reposent.

* Plus loin, un autre trou vertical (entier) confirme ma supputation.

* Mon errance dans ce château (le logis et les communs) m'informe que de nombreuses parois ont été consolidées récemment. Toutes analyses que je ferai ne seront que "divinations".

* Par contre, une construction est évidente : La citerne.

* C'est donc dans un site où le vert et gris s'entremêlent que j'avance en direction du symbole d'un château médiéval.

 

 

La tour maitresse est la finalité d'une visite castrale

Le donjon

* La tour maitresse est si géante que les arbres ne peuvent point la cacher.

* Le donjon a une hauteur actuelle de 23 mètres.

* Sa porte en arc brisé est positionnée a plus de 9 mètres de haut.

* Curieusement, je ne vois aucune fente défensive.

 

 

Est il non visitable ?

* La position de l'entrée du donjon étant si haute, ne possédant ni échelle ni grappin, je pressens que ma visite va s'arrêter ici.

* Soudain, je me sens devenir Moise !

* Heu...... Ce n'est pas la mer qui s'écarte devant moi (rappel, je suis en Alsace donc loin des eaux saléescheeky ), mais la base du donjon.

* J'entre (par le ratier) avec précaution (et un heaume).

* Au dessus je vois la porte d'entrée.

* Les multiples corbeaux m'informent que des planchers en bois séparaient les 4 niveaux.

* L'absence de fenêtre, de cheminée, de décors m'informe que cette tour était un donjon de repli.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A partir de 1211, à 425 mètres d'altitude, construction du château nommé Blicksberg. Il est donné par Fréderic II empereur du Saint Empire à Frédéric de Schauenbourg un officier de la couronne.

* En 1276, le château est donné au bailli Impérial.

* En 1298, le site est possession du sir de Issembourg.

* En 1330 le site est possession du Roi Jean Ier de Bohême.

* En 1434, le vice-chancelier Caspar Schlick vend le site à Maximin de Ribeaupierre (voir le château principal de cette famille).

* En 1446, dans le conflit de l'Alsace centrale, le château est attaqué puis partiellement détruit. Il ne sera ni réparé ni habité.

* En 1864, une campagne de consolidation est menée.

* En 1968, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1983, les murs sont consolidés.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Bien que le site ait été consolidé, soyez très prudents car le risque de glisser, de tomber ou de recevoir une pierre existe.

 

 

Visiter une ruine, c'est être entre ciel et terre

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Je pressens que la visite va être fascinante et mystérieuse !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Wettolsheim est située à 35km à l'Est de Gérardmer, à 10km au Sud de Kaysersberg (voir son château) et à 7km au Sud-Ouest de Colmar.

 

   Coordonnées du château :

48° 03' 08" N 07° 16' 29" E
 48.052454°  7.274969°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Les muscles au service de l'intelligence

* La température est idéale pour marcher, donc...... je marche.

* N'étant pas un adapte de l'activité avec des chaussures à pointes ou à crampons pour courir ou gesticuler en rond dans un stade, ma marche a un but :

- Visiter un château posé sur une colline à 420 mètres d'altitude.

* C'est donc en chantant que je monte, monte, monte.... vers lui.

 

 

C'est au pied du mur que l'on voit...... le marcheur

* Devant moi, une masse volant au dessus des arbres.

* Le château est entouré d'un rempart "trapézoïdal"  dont je devine (le fantôme) d'une ronde tour flanque coté Est.

* Derrière, le château de forme rectangulaire semble composé de 2 parties :

- A droite, coté Nord, un logis.

- A gauche, coté Sud, un donjon "carré".

 

 

Curieuse architecture

* A ses pieds, mes yeux sont fascinés par les pierres, mais mon cerveau est questionneur..... et...... répondeur :

- Sa position ne semble pas stratégique, donc ce n'est point un site de surveillance.

- Ses dimensions n'en font pas un château de Grand Seigneur......

  ..... pourtant les pierres des courtines sont correctement taillées.

- Les pierres à bossage dans les angles semblent plus décoratives que fonctionnelle pour la défense.

-- Décoration pour un château de garde, cela est curieux.

* Hélas, le site a été arasé. Je ne peux pas voir si crénelage ou mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* Le rempart extérieur ne montre que des archères droites au premier niveau.

* L'étage supérieur semble posséder des fenêtres de confort.

* Il me faut de suite vérifier cela en entrant par cette porte....... curieusement peu défendue.

 

 

 

L'art de vivre est partout !

L'intérieur :

Mixité architecturale

* En entrant presque au centre du château, je vois un "monde" divisé en 3 parties :

- Sur la gauche, le puissant donjon quadrangulaire.

- Devant moi et à droite, en partie basse, le niveau défensif avec des archères droites avec un faible ébrasement.

- Au dessus, l'étage de confort.

* Dans cette salle, deux particularités :

- Il n'y a plus de plafond (vous l'avez remarqué).

- Un épais mur (axe Est-Ouest) séparait les pièces.

 

 

Le confort.... médiéval

* Cette aula, puisque tel est le mot qui me semble le plus approprié, est au niveau supérieur.

* Elle possède de nombreuses fenêtres à coussiège double.

* Pour avoir chaud, il fallait une cheminée dont je devine la position avec ce piédroit sculpté.

 

 

Le donjon

* Je contourne la tour maitresse.

* En un bond, je suis devant la porte pourtant située à plusieurs mètre du sol (heu... en réalité j'ai pris un escalier moderne en fer).

* Puis, dans le donjon, je grimpe l’escalier en colimaçon.

* Du sommet, je vois :

- La surface de l'aula avec son mur de séparation.

- Le mur avec les fenêtres à coussièges et les archères.

- Et le panorama magnifique.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 13ème siècle, construction du château par une famille nommée Hagueneck, vassale de l'évêque de Strasbourg (voir liste).

* Au début du 14ème siècle, le château est attaqué puis incendié (à vérifier).

* Au milieu du 17ème siècle, durant la Guerre de Trente Ans, le château est attaqué, pris puis pillé et enfin abandonné.

* A la fin du 18ème siècle, les Révolutionnaires réquisitionnent le site en ruine puis le vendent comme Bien National.

* En 1923, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible à vos risques et périls car une ruine, même consolidée, est toujours fragile.

 

 

De ce donjon, je vois.... heu... La Chine !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 07:50

 

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Le  bourg a-t-il conservé toutes ses fortifications médiévales ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Riquewihr est située à 25km au Sud-Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar, à 16km au Sud-Ouest de Sélestat et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 10' 02" N 07° 17' 42" E
 48.167249°  7.295104°

 

 

 

Les fortifications 

L'extérieur :

Comment faire ?

* Pour découvrir un bourg fortifié, il y a 3 méthodes :

A - Venir avec son chapeau de paille et ses tongs pour errer.

B - Se documenter avec les guides Hachette ou Michelin ou Routard.

C - Prendre un parchemin secret pour espionner avant d'envahir.

* C'est évidemment la troisième solution qui est mienne.

 

 

Ici, l'attaque est impossible

* Tel un Sherlock Holmes ou un James Bond ou un Chevalier d'Eon surprise, j'avance lentement à l'extérieur du bourg pour humer les vieilles pierres puis en comprendre les failles.

* Diantre, les remparts sont hauts et les tours semblent très dissuasives. L'invasion semble impossible de ce coté.

* Sachant que les points faibles des châteaux et des villes sont les portes, de suite je me dirige vers la première.

Encorbellement et fente sont les secrets de ses défenses

 

 

Dolder est son nom

* Diantre !

* Que voila une géante porte.

* Cette construction a une hauteur de 25 mètres.

* Cinq étages s'élèvent au dessus de la porte.

* Elle possède :

- Des angles renforcés par des pierres à bossage.

- Une archère canonnière au centre du 1er étage.

- Des consoles ayant certainement porté une bretèche au 2ème étage.

- Un double vantail avec des gonds impressionnants.

- Une grosse poutre pour bloquer les portes.

* Bien que cette construction soit très ancienne (c'est la plus vieille porte défensive de la ville datant de 1291), elle parait difficilement franchissable.

Comment vais je envahir la cité ?

* Solution : Je vais continuer mon espionnage des remparts pour trouver une entrée plus petite.

 

 

Obertor - Porte haute

* Curieusement, cette petite porte paraissant simple date du début du 16ème siècle. Il faut montrer patte blanche pour entrer

* Elle possède (en plus d'une jolie damoiselle cheeky) :

- De chaque coté, pour protéger le rempart, des archères-canonnières.

- En partie basse, un pont levis (disparu) facilement identifiable par les flèches de levage et l'encadrement rectangulaire.

- De chaque coté de la porte, des canonnières.

- Au dernier étage, des fentes verticales (pour fusil ?).

- Au somment, trônant, une bretèche avec fente défensive.

 

 

Les entrailles de l'Obertor

* Avec précaution (puisque le pont est baissé cheeky) , j'entre et je rêve d'exploit :.

- Je me retrouve bloqué par une herse.

- Je la soulève tout en recevant des pierres depuis le plancher supérieur.

- Puis, je pousse les lourdes portes.

- Ayant affronté toutes les difficultés, je me retourne pour demander à mon armée Dauphinoises d'entrer. Mais il ne reste que 2 "cantinières" qui papotent.

*  Déçu, je baisse les bras.

 

 

L'intérieur :

Sagesse

* Voyant que conquérir par la force cette ville sera très difficile, j'opte pour la diplomatie.

* Ayant une grande envie de glace (je vous ai déjà parlé de mon petit péché ici) je donne quelques piastres Dauphinoises à une Alsacienne au regard bleu et envoutant.

* Puis, je repars vers une autre aventure vers l'Ouest.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

 Une ville a une vie donc une histoire complexe. Je ne vais pas vous décrire tous les événements. Je vous propose de commenter quelques dates clés.

 

* Au début du premier siècle, les Romains établissent une petite fortification et une tour d'observation (à vérifier).

* Au début du 11ème siècle,  le Duc (voir titre de noblesse) d'Alsace possède la petite cité et le château de Reichenstein.

* Entre le 12ème et le 13ème la petite cité change de nombreuses fois de propriétaires : Des seigneurs-brigands au futur empereur d'Allemagne.

* En 1291, des remparts ainsi que 2 portes défensives (dont la Dolder) sont construites.

* En 1320, les propriétaires, la famille Horbourg, obtiennent l'autorisation d'élever leur possession en : Ville. Ce qualificatif donne une importance considérable à  Riquewihr.

* En 1324, Horbourg vend la ville à la puissante famille Comtale de Wurtemberg.

* Du 14 au 16ème siècle, grâce au commerce du vin, la ville est prospère.

* Au début du 17ème siècle, la terrible Guerre de Trente Ans s'abat sur la province. En Alsace déferlent de nombreuses armées. Par deux fois, Riquewihr est attaquée, prise puis pillée par les troupes du Duc de Lorraine (voir liste).

* En 1786, comme beaucoup d'autres villes, Riquewihr est rattachée à la France.

* De 1939 à 1945, Riquewihr échappe aux destructions de la deuxième guerre mondiale.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts et des portes fortifiées est libre et gratuite.

 

 

Que voila bretèche ressemblant à un assommoir !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2020 5 02 /10 /octobre /2020 07:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Que voila une merveilleuse merveille !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Ribeauvillé est située à 25km au Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 12' 11" N 07° 18' 19" E
 48.203139°  7.305389°


 

 

Le château :  

L'extérieur :

Curiosité

* Dans les livres, les revues et les plans, ce château possède plusieurs noms :

- Saint Ulrich,

- Le Rappolstein,

- Grand Ribeaupierre.

* Dans cet article, je vais certainement utiliser le premier nom bien que cette dénomination soit récente.

 

 

L'approche

* Après avoir visité le château de Girsberg, mes pas de castellologue amateur m'emmènent vers le deuxième des 3 châteaux de Ribeauvillé.

* Cette merveille à l'architecture si unique trône fièrement à 528 mètres d'altitude.

* Voila un curieux château. De loin, il semble massif, mais plus j'avance, plus il semble léger, presque aérien.

Quelle est cette magie ?

 

 

Défensif et élégant

 

 

Le plan

* Avant de visiter ce magnifique château, il convient d'en comprendre son plan :

1 - Lice d'entrée composée initialement de 3 portes.

2 - Barbacane précédée d'un fossé. Présence d'une citerne.

3 - Tour d'habitation (de 3 étages à l'origine), 12ème siècle.

4 -  Donjon, 12ème siècle.

5 - Cour séparant l'ancien château du nouveau.

6 - Tribune... de la chapelle.

7 - Chapelle Saint Ulrich.

8 - Salle des Chevaliers.

9 - Donjon habitable du nouveau château.

10 - Basse cour du nouveau château.

 

Quelle rigueur dans ce donjon à bossages

 

Les prémisses du plaisir

* Lentement j'avance.

* Comme par magie, le château disparait derrière les arbres. Seule le donjon du 12ème siècle me surveille.

* Bien qu'il ait perdu son crénelage, il a encore fière allure et impressionne le touriste.

* Le sentier se rétrécit, les marches se font rares, j'arrive par le Nord devant la seule porte défensive rescapée.

 

 

L'intérieur :

Rose et ruinée

* En entrant, c'est le choc !

* La ruine est presque entière (heu.... vous connaissez mon imagination fertile, s'il y a plus que 5 pierres, c'est un immeuble pour moi cheeky ).

* Sur la droite, je vois la tour d'habitation (3 sur le plan) avec ses pierres roses et certains linteaux magnifiquement sculptés.

* Puis, les pieds plantés dans le sol du donjon habitable (9 sur le plan), j'observe

- Sur la gauche le mur Nord-Ouest de la cour (5 sur le plan).

- Puis au loin, le donjon primitif (4 sur le plan) avec

- Ses pierres à bossage,

- Ses puits de lumières sur plusieurs niveaux,

- Son entrée, accessible par une passerelle en bois dont seuls les trous de boulin apparaissent.

Nota :

- Il est possible de monter au sommet du donjon primitif par un escalier récent accessible depuis une ouverture creusée à la base.

- Du sommet, la compréhension de l'aménagement physique des pièces est facilitée.

 

La chapelle à gauche t et le donjon habitable à droite

 

Les surprenantes surprises

* Parfois, il est bon d'errer dans une ruine sans en comprendre l'emplacement des salles. Le but est de regarder les beautés du passé.

* Donc :

- Je monte un des nombreux escaliers en bois créés par l'association de sauvegarde.

- Puis, dans une autre salle, je traverse une porte dont l'épaisseur du mur m'impressionne.

- Je découvre un large arc de décharge et.... une archère (peut être).

- Puis, perdue dans un mur très consolidé, une colonne sculptée ne tenant plus rien (était ce une cheminée ?).

- Oups...... j'ai failli tombé à cause d'une meule mal rangée par le meunier (10 sur le plan).

- Puis, dans la chapelle (7 sur le plan), je vois une fenêtre à double coussiège.

* C'est à ce moment que je décide de passer de l'autre coté de la chapelle (à l'Est, à la base du donjon récent). Mon étonnement est intense car je vois :

- La fenêtre avec son meneau central.

- Au fond à droite, la fenêtre de la tour d'habitation (3 sur le plan).

- Au fond à gauche, le donjon primitif (4 sur le plan).

- Et surtout, les sculptures sur les piédroits, le meneau et le linteau.

 

La chapelle est proche de la salle des Chevaliers

 

La merveille Chevaleresque

* La plus belle salle est incontestablement : La salle des Chevaliers (8 sur le plan).

* A elle seule, elle justifie la "longue" marche pour gravir la colline.

* Elle est composée de 2 niveaux :

- Celui du bas est éclairé par de nombreux puits de lumière.

- A droite, la grande ouverture devait être les latrines en encorbellement.

- De larges poutres en bois, posées sur des consoles en pierres, délimitaient l'étage.

- Au dessus coté Est, 7 fenêtres géminées à coussiège double comportant un meneau central avec en oculus, des motifs variés, éclairaient la (ou les ?) salle(s).

- Coté Nord, 2 autres fenêtres identiques aux précédentes.

 

 

La fin pour vous

* Comme à mon habitude, je vais poser mon séant merveilleux et musclé sur une pierre pour déguster ma pomme.

* J'agrémente ce fruit avec des bretzels car il me faut de l'énergie pour monter au 3ème château nommé : Le Haut Ribeaupierre.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du donjon carré et d'un petit logis.

* Au 13ème siècle, coté Sud, aménagement de la aula (nommée parfois La Salle des Chevaliers) avec ses 9 magnifiques fenêtres à coussièges.

* Au 14ème siècle, aménagement de la barbacane d'entrée.

* Au 15ème siècle, construction d'une chapelle dédiée à Saint Ulrich.

* Au 16ème siècle, le besoin de confort et de modernité fait abandonné cette construction médiévale pour une résidence dans la vallée (ce château est devenu au 20ème siècle le lycée Ribeaupierre).

* En 1841, la ruine de Saint Ulrich est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite. Bien que le site soit sécurisé, soyez toujours prudents dans une ruine. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Que de beauté.... Que de luxe !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 07:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Il est tout là haut.... à droite !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Ribeauvillé est située à 25km au Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar, à 16km au Sud de Sélestat et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 12' 23" N 07° 18' 20" E
 48.206528°  7.305667°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Curiosité

* Dans les livres, les revues et les plans, ce château possède plusieurs noms :

- Altencastel,

- Altenkastel,

- Haut Ribeaupierre.

 

 

La Haut.... c'est haut

* Après avoir visité le château de Saint Ulrich, il me faut monter, monter, monter.....

   ..... à 642 mètres d'altitude pour voir le 3ème château de Ribeauvillé.

* C'est donc un Chevalier Dauphinois épuisé, essoufflé, assoiffé (suis je crédible ?) qui découvre...... heu..... le remblai d'une paroi (situé à droite de l'entrée).

* Cette masse est la tour bastionnée du 16ème siècle (adaptée pour les armes à poudre).

 

Un château axé Nord-Sud

 

Le plan salvateur

* Avant d'entrer, il me faut comprendre le plan de cette ruine :

1 - Entrée principale.

2 - Mur défensif crénelé.

3 - Poterne.

4 - Esplanade défensive entre 2 fossés.

5 - Tour carrée avec escalier en colimaçon.

6 - Donjon cylindrique.

7 - Citerne.

 

 

La porte.... médiévale

* Je ne devrais pas écrire "La porte" mais "Les portes" car l'entrée principale coté Sud possède :

- Une porte charretière (à droite).

- Une porte piétonne (donc à gauche).

Avez vous remarqué les crapaudines pour les ponts levis ?

* Derrière il y a une autre "entrée" formant ainsi un sas.

- Je subodore qu'assommoir il devait y avoir, mais cela est impossible à vérifier car l'entrée est trop ruinée.

 

 

La porte.... secrète

* Comme dans la plupart des châteaux médiévaux, le site possède une poterne (repère 3 sur le plan).

* Avec précaution, je la franchis.

 

Diantre !... que voila un grand donjon

 

L'intérieur :

Rondeur comme j'aime !

* Rapidement je passe devant le bâti de la basse-cour (entre 2 et 3 sur le plan)....

    ..... Car derrière le mur, il y a une tour (repère 6 sur le plan).

* Sa rondeur est si belle, si attirante que....

     .... je suis aimanté par son magnétisme (il est vrai que je visite toujours les ruines avec une armure).

* A ses pieds, je me sens petit.

* La tour :

- A un diamètre de 11 mètres.

- Possède quelques archères (ou puits de lumière) sur la hauteur.

- Montre au sommet, de fines fentes verticales, sur une petite moitié.

- S'orne d'un crénelage en brique "reconstruit" récemment.

- Arbore à mi-hauteur, une porte.

 

 

De là haut

* Par un escalier moderne, j'entre dans la tour, puis je monte, monte, monte.

* Je vois :

Le mur crénelé (repère 2 sur le plan) avec le fantôme du chemin de ronde (grâce aux trous de boulin - voir vocabulaire).

- Le sas d'entrée.

- Puis le panorama magnifique.

* Hélas il se fait tard, je dois repartir par la porte principale.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, un château-haut "AltenKastel" est cité dans un texte. Sa fonction est de surveiller l'accès coté Nord du Saint Ulrich.

* Au 13ème siècle, construction de la tour ronde.

* A la fin du 14ème siècle (1384 ?), Brunon de Ribeaupierre enferme dans la tour, un chevalier Anglais nommé : John Harleston (est ce une légende ?).

* A la fin du 14ème siècle (1387 ?), la tour est à nouveau une prison pour des juifs accusés d'empoisonnement d'un puits (à vérifier).

* Vers 1477, durant la bataille de Nancy, un prisonnier de guerre, de l'armée de Charles le Téméraire, est détenu dans la tour (à vérifier).

* Au 16ème siècle (?), le système défensif du château est adapté aux nouvelles armes à poudre (canonnière ?).

* En 1618, début de la Guerre de Trente Ans.

* En 1648, lors de la signature du traité de Westphalie, l'Alsace entre dans le Royaume de France de Louis XIV (voir liste des rois).

* A la fin du 17ème siècle, le château perd sa fonction stratégique. Il est donc abandonné.

* En 1841, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Bien que le site ait été sécurisé, il est important d'être prudent.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Il fut inaccessible pour moi !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2020 2 08 /09 /septembre /2020 07:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

Ne reste-t-il que cela du château ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Riquewihr est située à 25km au Sud-Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar, à 16km au Sud-Ouest de Sélestat et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 11' 43" N 07° 16' 10" E
 48.195538°  7.269623°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Pourquoi ai je mis ce titre ?

* Officiellement, ce château se nomme : Bilstein.

* Mais comme il existe un château éponyme dans le Bas Rhin, celui du Haut Rhin doit être distingué.

* Curieusement, le site porte 2 noms :

- Bilstein Alsacien.

- Bilstein Aubure (Aubure étant un village de montagne au Sud-Ouest).

* C'est le deuxième que j'ai retenu.

 

 

Il est là.... ou presque

* Pour voir ce château..... il faut monter, monter, monter.

* Lorsque mes chausses arrivent proche de l'altitude de 700 mètres, derrière la dense végétation je crois voir les ombres fantomatiques du château.

* Pour mieux le comprendre, je me suis équipé du croquis imaginé par un dessinateur passionné de châteaux d'Alsace : Christophe Carmona.

 

Pierres et rocher s'entremêlent avec amour

 

Pourquoi le château est tout vert ?

* Donc, je devrais voir un rempart avec de nombreuses tours et......

   ..... heu..... je ne comprends rien.

* Il y a quelques pierres au sol mais ce ne sont point vestiges d'un rempart.

* Je pensais voir un château fort mais ce ne sont que fort nombreuses feuilles.

Et ce Hulk, le fort géant vert ? laugh

 

 

Enfin, le rose s'affiche

* Comme par magie, les arbres s'écartent et me laissent voir une sorte de rempart avec à l'arrière une ruine anguleuse.

* J'avoue ne point pouvoir faire le lien entre le croquis et la réalité rose et verte.

* Ma seule certitude est que j'entre dans le château.

 

 

L'intérieur :

Un donjon... bossé

* Rapidement, je délaisse les pierres au sol, les rochers taillés pour me précipiter Nord de la colline.

* Devant moi, derrière le vestige d'un mur enchemisant, une belle tour très anguleuse me fait signe.

* Par ses dimensions, sa position au bord de l'à-pic, je pressens que je suis au pied du donjon du 12ème siècle.

 

Est ce que chaque visiteur a le droit de graver son nom ?

 

Le temps a laissé ses traces

* Le donjon en grès rose est magnifique.

* Il est composé de pierres à bossage (je vous ai déjà expliqué ici les fausses rumeurs sur les pierres à bosse et LA vérité).

- Donc, ce donjon devait montrer la puissance (et la richesse) de son premier (?) propriétaire.

* Curieusement, la partie haute est réalisée par de petites pierres pauvrement équarries.

Est ce un rehaussement ultérieur du donjon ?

Ou des réparations rapides ?

Là haut, c'est la place d'un Grand Chevalier Comme Moi !!!!

 

 

Quelques curiosités

* Bien que la surface de la colline n'ait point été aplanie, la liaison entre pierres et rocher est parfaite.

* Certaines pierres des parois portent des noms gravés.

L'étaient elles dès l'origine ?

Ou est ce une coquetterie ultérieure ?

* Une autre pierre montre un visage sculpté habillé d'une fourrure ou d'un bonnet de "fou". La date (1391) me fait penser que c'est un implant après la construction du donjon.

Est ce aussi le cas pour les noms gravés ?

 

 

Monter... c'est être plus grand !

* Comme toujours, la porte d'entrée d'un donjon est à plusieurs mètres du sol.

* L'échelle amovible médiévale a été remplacée par un escalier fixe.

* Tel un jeune cabri, je grimpe quatre à quatre les marches en bois qui plient sous mon poids..... heu, suis je crédible ?

* La porte avec son arc en tiers-point me permet de ne pas baisser la tête.

* Le plancher a disparu, les arbres poussent au centre du donjon.

* Je profite de ma solitude et du temps clément pour manger un Bretzel tout en admirant la panorama sur les Vosges.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle (?), construction du château. Il est possession du sir de Horbourg.

* Au début du 14ème siècle, la famille Horbourg vend tous ses bien, dont le Berstein, au Comte de Wurtemberg (voir liste).

* Au 15ème siècle, des travaux d'entretien sont réalisés.

* Au 16ème siècle, des travaux d'entretien sont réalisés. Puis la famille de Wurtemberg opte pour la religion Réformé.

* Vers 1547, Charles Quint (le Catholique) attaque de nombreux châteaux Protestants. Curieusement le Bilstein résiste à ses troupes.

* En 1636, durant la Guerre de 30 ans, destruction du château par les troupes impériales du Comte (voir titre de noblesse) de Schlick. Il n'est ni reconstruit ni habité après cette date (à vérifier). Ruine et carrière de pierres est son avenir.

* En 1898, la ruine est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Ce n'est pas une ruine pour touristes occasionnels mal équipés.

 

 

Voir et être vu.... Telle est la devise

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article
Repost0
25 août 2020 2 25 /08 /août /2020 07:49

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Lequel vais je visiter ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Ribeauvillé est située à 25km au Sud-Ouest d'Andlau (voir son château), à 20km au Nord-Nord-Ouest de Colmar et à 9km au Nord de Kaysersberg (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

48° 12' 13" N 07° 18' 26" E
 48.203621°  7.307393°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Curiosité

* Dans les livres, les revues et les plans, ce château possède plusieurs noms :

- Stein,

- Girsberg,

- Girsberg stein,

- Petit Ribeaupierre.

 

 

Ne pas se tromper

* Depuis le bourg, la randonnée comporte 3 châteaux d'origine et d'altitude différentes.

* Ma mission première est de visiter le plus petit, c'est à dire celui-ci.

* Faut-il que je m'équipe d'un baudrier pour escalader la paroi rocheuse ?

 

Que voila construction qui ne renie pas son origine médiévale

 

Comme toujours, il est là haut

* Le sentier, monte, monte, monte.

* Ho hisse !

* Soudain je me retourne.

* Oups..... Je suis trop haut, il me faut redescendre un peu.

* Je constate que :

- Les courtines épousent parfaitement le rocher.

- De grandes fenêtres ont été percées.

 

 

Le plan

* Pour comprendre cette ruine "un peu" cassée, je pressens qu'il va me falloir m'imprégner du plan :

1 - Donjon pentagonale.

2 - Logis.

3 - Basse cour.

 

 

Tu es pierre

* La végétation est dense, elle ne laisse point voir la ruine.

* En approchant je vois un haut rocher portant une imposante tour. C'est évidemment le donjon.

* Trois curiosités m'interpellent :

- Les nombreuses pierres saillantes sur la tour. Ce ne sont pas des pierres à bosse, donc :

Est ce une "erreur" de reconstruction ou consolidation ?

- Sur la droite (coté Nord-Est) la pointe (le bouclier ?) de la tour maitresse.

- Sur la gauche, une tour ronde très arasée.

 

 

La ruine a copié le kaki des militaires

Elle est secrète

* Je contourne le rocher pour voir.... peut être le fantôme du fossé....
   ....... mais surtout un curieux mur bicolore. Le granit et le grès s'harmonisent.

* Cette paroi montre :

- De la brique au sommet... (consolidation ?).

- Une ouverture rectangulaire ressemblant à..... heu.... une canonnière (à vérifier).

- Sur la gauche à mi-hauteur, les vertiges d'une.... heu....je ne sais point (porte, fenêtre.... ?)

 

 

L'intérieur :

Des murs et des trous partout

* En entrant, je vois l'intérieur du trou que j'ai supputé être une canonnière.

* Soudain, je suis perdu :

- Une courtine, posée sur le rocher, montre au sommet une fenêtre.

- Puis une autre porte haut perchée et une fenêtre à gauche.

- Une niche, avec un linteau en mitre comportant la lettre T gravée, m'interpelle par sa position (erreur suite restauration ?).

- Dans l'angle, un arrachement de mur.

* Je suis perdu !

 

 

La fin est une suite

* Pensant avoir tout vu sans avoir tout compris, je continue mon ascension vers le deuxième château : Le Grand Ribeaupierre.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, le sir de Rappolstein fait construire un petit château sur la roche. Il est rapidement nommé : Der Stein (la pierre).

* En 1288, un violent orage accompagné de grêle s'abat sur la région. La foudre frappe le château qui s'embrase.

* En 1304, la famille Girsberg ou Guirsberg (vassale des Ribeaupierre) habite le château. La famille Ribeaupierre est toujours propriétaire de cette petite construction défensive.

* Au 14ème siècle, le logis est construit ou amélioré (à vérifier) par la famille Girsberg.

* En 1422, le château est cité comme appartenant aux Ribeaupierre.

* En 1513, le château est toujours habité (mais par qui ?.... car les Girsberg n'ont plus de descendant direct).

* A la fin du 16ème siècle (ou début 17ème ?), ce petit château n'étant pas très confortable ni très utile stratégiquement, il est abandonné par les Ribeaupierre.

* En 1841, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au  20ème siècle, une association sauvegarde consolide la ruine.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite. Soyez prudents car une ruine est toujours fragile.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Un fantôme qui ne se révèle pas entièrement

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article
Repost0