22 mai 2020 5 22 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

Deux couleurs pour.... milles plaisirs !

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Le commune de La Baume de Transit est située à 30km au Sud-Sud-Est de Montélimar (voir son château), à 25km au Nord d'Orange et à 15km à l'Est de Pierrelatte.

 

     Coordonnées du château :

44° 20' 16" N 04° 51' 55" E
 44.337975°  4.865430°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Le soleil, les cigales

* En ce début de printemps, après avoir visité quelques sites médiévaux en Provence, mon destrier remonte vers le Nord pour revenir en mes Terres Dauphinoises.

* Dans cette plaine (la vallée du Rhône), il est facile de voir les villages et surtout...... les châteaux.

* Dans cette ambiance aux parfums Provençaux, j'avoue ne pas me sentir en Dauphiné. Pourtant les sabots de mon palefroi frappe la limite Sud de "la plus belle des provinces"..... en toute objectivitéblush

* C'est donc avec attention que je regarde autour de moi.

* Soudain, comme volant au dessus des maisons, une tour apparaît.

* Je quémande à mon Pégase de voler jusqu'à cette commune.

 

 

Les fantômles de mâchicoulis m'emportent 7 siècles en arrière

Murmure de tour ou tour des murs murs

* En arrivant, je découvre une imposante tour s’entremêlant avec le rocher.

* La construction qui s'offre à moi est composée :

- D'une courtine avec quelques consoles doubles et quadruples.

- D'une imposante tour semi circulaire avec vestiges de mâchicoulis au sommet.

* Le site étant partiellement arasé, je ne peux point savoir si un crénelage existait sur le mur ET la tour. Je le suppose.

 

 

Blessures et ouvertures

* Tour et courtines ne sont point aveugles. Elles possèdent de grandes ouvertures correspondant à des fenêtres (certainement réalisé à la Renaissance).

* Mais tour et courtines ont des cicatrices. Certaines sont dues à des attaques (il y a plusieurs siècles), mais d'autres ressemblent à des consolidations d'urgence (certainement récentes).

* Avec un œil d'aigle (ou bien un flair de canidé) j'ai repéré un détail : Une ouverture de tir avec ébrasement (voir vocabulaire).

* Il est temps de trouver une trouée pour entrer.

 

 

L'intérieur :

Peu et beaucoupQuelle ruine magnifique !.... Il y en a partout

* Ma première surprise est la différence de couleur des pierres entre extérieur et intérieur est fascinante. Je ne vous ferais pas une explication de géologue, mais cela s'explique.

* Ma deuxième surprise est pour la beauté et la variété des murs et vestiges.

* Ne riez point, cette ruine montre :

- Des arrachements de mur.

- Des fenêtres à coussiège et sans coussiège.

- Des traces de cheminée.

- Des encadrements de porte amenant....... dans le vide. cheeky

- Des colonnes engagées.

- Des chapiteaux ouvragés.

 

 

Le risque est pour moi

* Il est temps de se dire adieu....

  ..... car je dois utiliser cet escalier en colimaçon pour voir le panorama.

* Comme il est instable, je vais vous demander de sortir pour évitez que vous receviez une marche...... sur la tête et non..... marcher sur la tête. smiley

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. le seigneur est vassal de la famille Poitiers-Valentinois.

* En 1189, Aymar II de Poitiers est vassal de Raymond VI de Toulouse. Ce "lien" aura des conséquences pour le château dans 20 ans.

* En 1209, début de la Croisade des Albigeois. A la tête de l'armée Royale, Simon de Monfort se doit de soumettre tous les seigneurs ayant un lien avec les Cathares. Il attaque ce château.

* Au 15ème siècle (?), aménagement (construction ?) du donjon.

* Au début du 16ème siècle, (certains historiens supposent) Diane de Poitiers dort (une nuit ?) en ce château . Elle a (aurait ?) demandé quelques modifications (à vérifier).

* Au 16ème siècle, les Guerres de Religion ravagent la France. La seigneurie étant Catholique, les armées Protestantes attaquent puis pillent le site. François de Baume, seigneur de Suze, fervent Catholique, attaque pour récupérer aux Huguenots de nombreux sites. La Baume de Transit est à nouveaux "Catholique".

* En 1980, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Bien que les murs et la tour aient été consolidés, soyez toujours très prudents dans une ruine.

 

La vidéo du château est ici - clic

 

 

Je vous invite à marcher sur les marches du temps

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Sentez vous le plaisir monter avec cette belle ronde ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Etables est située à 25km au Nord-Ouest de Valence, à 20km au Nord-Est de Lamastre (voir son château) et à 18km au Sud d'Annonay.

 

   Coordonnées du château :

45° 05' 59" N 04° 43' 25" E
 45.099816°  4.723737°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Sa rondeur me séduit

* En arrivant dans la commune, de suite mon instant de castellologue amateur est attiré par une ronde construction.

* Ce type d'architecture est soit un moulin, soit un pigeonnier, soit une tour.

* Lentement je m'approche de cette belle pour voir qu'elle arbore :

- Une archère-arquebusière.

- Une ouverture horizontale ressemblant à une canonnière (je doute un peu de sa fonction).

 

 

Voyez vous les détails médiévaux ?

Classique architecture

* Lentement, tel un amoureux ne voulant point effrayer la belle, je contourne le bâtiment.

* Bien que les siècles et les hommes aient transformé ce petit château, il est encore possible de comprendre son architecture.

* C'est un quadrilatère avec une tour d'angle et un donjon carré puis une cour centrale (voir la vue satellite).

 

 

La suite est....détaillante

* A droite du donjon, je remarque une porte ogivale.

* Je pressens que nombreuses découvertes je vais faire.

* Que vois je ?

- Une barrière en bois..... Évidemment, c'est pour éviter que les promeneurs comme moi entre.

- Au sommet, les restes du beau double vantail.

- Puis sur le coté, le rail de guidage d'une herse.

- Et enfin, le trou d'emplacement de la poutre de blocage de la porte.

 

 

L'intérieur :

Je vole et je vole

* La propriété privée et habitée n'est pas ouverte à la visite.......

  .......... mais, tout en restant dehors, j’étends mes ailes pour voler entre les 2 portes (la marron médiévale et la bleue moderne).

* Ainsi, je peux voler quelques images intérieures.

 

 

Deviner, c'est voir autrement

* Le mur intérieur, de ce qui devrait être le logis, porte des traces de son histoire.

- Des lits de pierres pauvrement taillées de dimensions aléatoires.

- Des fenêtres bouchées (à droite et en bas).

- Des fenêtres à meneaux en croix ne laissant plus passer la lumière.

- Des pierres trouées (sont ce des remplois d'ouverture de tir pour fusil ?).

- Une porte ogivale transformée en "Lapeyre" moderne.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, la seigneurie est mentionnée dans un texte. 

* Au 13ème siècle, la famille Fay est mentionnée.

* Au 14ème siècle, construction du château par la famille Fay (à vérifier).

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château est attaqué par les Huguenots (à vérifier).

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

La plaine fut elle pleine d'ennemis ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Voyez vous un château Dauphinois ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Barbières est située à 30km au Nord-Ouest de Die (voir ses remparts), à 20km à l'Est de Valence et à 15km au Sud-Est de Romans sur Isère.

 

     Coordonnées du château :

44° 57' 19" N 05° 08' 50" E
 44.955327°  5.147414°


 

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Être beau n'est pas une finalité

* Étant invité à la table de mon Dauphin (voir liste), je me devais de passer par Romans sur Isère, la capitale de la chaussure.

* Puis, prenant la route vers le Sud, je croise la commune de Barbières.

* Soudain, au sommet d'un pic de mon Vercors, je vois un site castral.

* Mon Dauphin attendra, je me dois de découvrir une merveille "presque" entière puis, peut être, saluer son seigneur.

 

Toujours debout, bien qu'un peu cassé

 

Ne pas confondre

* Dans les brochures régionales, ce château est nommé : Pélafol.

* Mais dans quelques documents remplis par les technocrates de Paris, ce site castral est nommé : Pellafol.

- Les citadins bureaucrates, loin de mon Dauphiné, se sont encore trompés (voir autre exemple ici).

- Pellafol existe, mais c'est une commune à 70km au Sud-Est, en Isère.

- Le problème est que des blogs de randonneurs ou de touristes, narrant leurs vacances, reproduisent l'erreur"Parisienne". sad

 

 

Elle est à portée de main, mais aujourd'hui 

* De loin, cette ruine ressemble à un bloc (en dentelle).

* Mais en la contournant, il me semble voir 2 parties :

- A droite, le logis.

- A gauche, le donjon défensif.

* Pour vérifier ma supputation, il faut monter.

* Ho, hisse, ho, hisse.

* En réalité, la montée n'est point difficile car un agréable sentier serpente réduisant ainsi la pente.

* Suivez moi.

 

 

Je veux rester là jusqu'à la fin du monde !

Tel un taureau, il me fait face

* En arrivant au sommet, je suis en pâmoison :

- D'abord par le panorama et la vue sur"mon" Vercors.

- Puis par l'architecture que je découvre.

* Le donjon, car je ne doute point que ce soit sa fonction, est bicolore et présente plusieurs angles (mais je n'ose point dire que ce donjon est pentagonal comme l'affirme certains citadins cheeky).

* Je pressens que l'analyse de cette masse va être fascinante :

- La base est posée sur un solide rocher.

- Des réparations rapides (certainement récentes) ont été faites à la base avec des pierres blanches pauvrement équarries.

- Le parement d'angle, de couleur plus claire, est réalisé en pierres correctement taillées, jointives mais curieusement le largeur différente.

- Le parement de la façade est composé de pierres correctement taillées et jointives, prouvant que ce site appartenait à un seigneur puissant. 

* Cette haute et puissante paroi me fait penser à un mur-bouclier.

* Les parois latérales étant très effondrées, je ne me vais pas les détailler.

* Il est temps d'entrer dans cette ruine instable.

 

 

 

Que pensez vous de ses dentelles ?

L'intérieur :

Trompé je me suis

* La partie que je pensais être le logis n'est plus que rocher et végétation.

* Je préfère ne point la narrer.

* Et puis, en la découvrant, je doute que ce fut le logis principal.

* Je me concentre sur l'intérieur coté mur-bouclier, le vrai logis.

 

 

Attention au courant d'air !

* Avec une ruine aussi facilement accessible ayant permis son pillage, je ne m'attend pas à de belles boiseries, des lustres en cristal et des cheminées en marbre mais....

     .... d'autres merveilles sont visibles.

* Derrière un mur arasé je vois un spectacle fascinant.

Comprenez vous mon émotion ?

- D'abord l'épaisseur des murs.

- Les traces au sol des fantômes de murs des différentes salles.

- Les départs de voûte.

- Les trous dans les murs délimitant les étages.

- L'emplacement d'une cheminée grâce au conduit. Le foyer en dessous est large.

- Au dessus du foyer, de chaque coté, je remarque des trous dans la paroi. Cela montre ma position du plafond.

Y a-t-il une autre cheminée au dessus ?

- Que nenni, le conduit est linéaireQuelle magnifique ruine possédant 1000 détails (au moins)

 

 

Surprise !

* A gauche de la cheminée je vois.....

Le voyez vous aussi ?

* J'avance lentement, les yeux au sol.

* Je vois des marches....

    ..... puis une paroi creuse et arrondie.

* Je pressens qu'une tour escalier en colimaçon existait.

 

 

La fin n'est qu'un début

* Je vous laisse ici pour mieux ressentir cette ruine, seul.

* Puis, je vais certainement manger une pomme en admirant le paysage de mon Dauphiné si merveilleux (sans chauvinisme bien sur cheeky ).

* Je vais m'installer là.... Oups.... il y a une rupture du sol.

Est ce un fossé défensif dans le château ?

Ou une salle de stockage dont le plancher supérieur a disparu ?

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château pour contrôler le défilé de la Barberolle (axe entre le Vercors et la vallée de l'Isère). Il est possession des évêques de Valence.

* En 1295 la famille Barnard possède le château

* Au début du 14ème, la famille Sassenage hérite du site castral

* En 1338, la famille Rochefort reçoit le site des Sassenage.

* En 1349, la famille Beaumont hérite du site.

* Au 15ème siècle (?) la famille Sauzey de la Croix possède le site.

* En 1595, à la fin des guerres de la religion, destruction du château. Ruine sera son avenir.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est à vos risques et périls. Le site n'étant pas consolidé, les chutes de pierres sont possibles, de plus, le sol est instable. Soyez très prudents.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

L'histoire oublie ce château Dauphinois !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux de la Drôme

Partager cet article

Repost0
12 mai 2020 2 12 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

Deux rondeurs pour moi... Hummm

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Podensac est située à 30km au Sud-Est de Bordeaux, à 20km à l'Est-Sud-Est de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide fortifiée) et à 15km au Nord de Budos (voir son château). 

 

   Coordonnées du château :

44° 39' 06" N 00° 21' 08" W
 44.651725°  -0.352362°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La logique est mon amie

* Une ruine médiévale est souvent cachée. Pour la voir il faut redoubler de finesse et subtilité.

* Mais en cette commune Girondine, point d'une grande intelligence il faut.

* Pour voir le château de Miramonde de Cailhau, il suffit d'entrer dans la rue nommée : Miramonde de Cailhau. yes

 

 

Ses archères trahissent son origine médiévale

 

Presque entièrement ronde

* A mi distance dans cette rue, je vois deux belles rondeurs.

* En réalité ces tours ne sont pas entièrement circulaires. Elles devaient être intégrée dans les angles, au bout d'une longue courtine.

* Celle de gauche, au Nord-Est, a été arasée. Elle possède une fente verticale ressemblant à un système défensif pour fusil.

* Celle de droite, au Sud-Est, semble avoir été figée dans le temps. Elle possède sur sa semi-périphérie et sur deux hauteurs des archères cruciformes à croix pattée.

- Je contourne cette belle.

- Je constate qu'elle n'est pas entièrement ronde.

- Je note que certaines archères sont en étrier.

* Durant mon contournement vers le Sud, je rencontre un mur au Sud-Sud-Est. Bien qu'arasé il m'impressionne.

- Ce n'est pas un rempart extérieur mais une courtine du château.

- Ainsi je comprends que cette fortification n'est pas rectangulaire comme beaucoup mais a une forme circulaire un peu aplatie.... ou un polygone irrégulier presque circulaire. surprise

 

 

 

Habiter est aussi sa fonction Quel confort !.... Quelle modernité !

* La façade Est offre une autre architecture.

* Point de tour ronde, point de rempart arasé, c'est un haut bâtiment d'habitation qui me fait face.

* La partie basse possède quelques archères.

* Sur les 2 étages supérieurs, les fenêtres à meneaux en croix, les sculptures sur les linteaux et piédroits m'informent que le site, bien qu'il ne fut point un château Renaissance, a été modernisé après la Guerre de Cent Ans pour en faire une confortable résidence d'un petit seigneur local. 

 

 

 

L'intérieur :

* Le site est une propriété privée non visitable.....

    .... mais avec un peu d'astuce, tout en étant respectueux du site, il est possible d'apercevoir quelques détails par les trous et les archères.

* Je vois des fantômes de cheminée, des corbeaux ayant soutenu des poutres.

* Grâce aux fenêtres et portes, je peux "mesurer" l'épaisseur des murs.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle (1242 ?), le Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine et Roi d'Angleterre Henri III autorise la construction d'une maison forte attribuée à Bertrand de Podensac. La ville possède un rempart (à vérifier).

* En 1295, le château est détruit par les troupes Royales de France commandées par Raoul de Nesle. La raison : Officiellement, le Duc d'Aquitaine est vassal du Roi de France Philippe le Bel (voir liste des rois) récemment au pouvoir. Hors, de nombreux seigneurs d'Aquitaine montrent leur désaccord ou leur indépendance à la France. Philippe doit montrer sa puissance.

* Au 14ème siècle, construction d'un nouveau château de forme polygonale entouré d'un fossé. Le site est possession de Miramonde de Cailhau, dont le père est maire de Bordeaux. Elle est la petite fille de Bertrand de Podensac.

* Au milieu du 14ème siècle (?), par mariage la seigneurie appartient au Baron de Langoiran.

* Au 16ème siècle, aménagement d'un corps de logis pour plus de confort.

* En 1615, Anne d'Autriche se rend au château.

* Au 17ème siècle, un conflit violent oppose le Duc d'Epernon, gouverneur de Guyenne (possesseur entre autre de Podensac) et les parlementaires frondeurs (de Bordeaux). Le château souffre un peu des attaques.

* Au 19ème siècle, les fossés sont comblés, le site est transformé en exploitation agricole (à vérifier).

* En 1925, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des ruines et des tours est libre et gratuite depuis les rues de la commune. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

 

Que voila un intérieur très...... médiéval

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Voyez vous une merveille Dauphinoise au loin ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Mercurol est située à 55km au Sud de Vienne, à 20km au Nord de Valence et à 5km à l'Est de Tournon sur Rhône (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

45° 04' 37" N 04° 53' 38" E
 45.077104°  4.894149°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Butte et but

* Durant des siècles, le Rhône fut une frontière naturelle entre de nombreuses provinces.

* En mon Dauphiné, il n'est pas étonnant de voir des collines portant un château pour surveiller la vallée de ce fleuve.

* Face au Vivarais, Mercurol fut assez éloigné du fleuve tumultueux et assez proche de la frontière.

Que reste-t-il du château ?

 

 

Mon jardin d'Eden avec feuilles de vigne et château fort !

Ho hisse ! 

* Pour visiter le château, dans la commune de Mercurol  il faut prendre.... l'impasse du rempart (cela ne s'invente pas).

* Puis, monter, monter, monter...... (pauvre Chevalier qui doit toujours grimper vers son Graal).

Est ce le mur de mes lamentations ?

* En réalité, je longe un rempart en galets roulés qui devait certainement entourer le village médiéval puis rejoindre le château.

 

 

Une motte qui n'est point de beurre 

* Enfin j'arrive devant le rempart du château.

* Comme celui du bas, le mur est réalisé e galets roulés. C'est logique. En cette terre de culture de la vigne il n'y a point de rocher ni de montagne. Proche du Rhône, le matériau de construction est logiquement : Le galet.

* Cela n’empêche pas de construite des tours flanques rondes.

* Bien que ce rempart ait été arasé et aussi "partiellement" détruit, il montre la puissance de ce site médiéval fortifié.

* Sur la droite je vois..... Hooo.... une merveille ! 

 

Diantre !.... Un donjon sur motte

 

 

L'intérieur :

Entrer, c'est voyager dans le temps Il me faut encore monter pour atteindre ce donjon médiéval

* En un bond, je suis dans la basse-cour du château.

* Derrière moi, les vestiges d'un bâtiment dont je ne peux point donner de fonction.

* Sur la droite, l'épaisseur du rempart m'impressionne.

* Bien que le site ne comporte que peu de bâtiments ou de bases de mur, avec la pente, l'espace castral est facilement identifiable.

 

 

La tour maîtresse

* Pauvre donjon qui a du avoir de nombreuses vies (stockage d'outils, refuge de vigneron, etc...).

* Pourtant, il garde sa fierté et des traces de son passé.

* L'arrachement du mur m'informe qu'il n'était pas au centre de la cour mais était aussi utilisé pour la défense. Cette architecture ressemble au site Normand de Château sur Epte.

* En ses entrailles, le moyen âge se devine plus qu'il se voit. Les hommes ont ajouté du ciment et  des ouvertures d'aération.

* Mais je pressens que les trous de poutre ont plusieurs siècles.

 

 

La fin, c'est l'éternité et l'immensité

* Mes chausses plantées à la base du donjon, je peux admirer la globalité du système défensif.

* De là, je peux surveiller la maturité du raisin. Cette année sera bonne pour le côte du Rhône.

* De suite, je quitte ce site castral pour réserver quelques tonneaux chez les viticulteurs.

* Soudain au loin, mon œil d'aigle voit une tour qui n'est point distillerie.

* Je vous entends pouffer derrière votre écran.... pourtant tour défensive il y a au delà du Rhône.

* Je me dois de visiter la ville fortifiée de Tournon.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* En 1064, une seigneurie est citée dans un inventaire de la Baronnie de Clérieux.

* Au 11ème siècle, un seigneur de Mercurol est cité dans un texte (à vérifier).

* Au milieu du 20ème siècle, la végétation envahit le site castral devenant "invisible".

* En 1996, la commune achète la ruine oubliée. Une association de sauvegarde est créée. Les volontaires se chargent de débroussailler la motte puis de consolider les constructions.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Bien que les murs et la tour aient été consolidée, soyez toujours très prudents dans une ruine.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Du haut de ce donjon 40 siècles (au moins) me contemplent

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Voyez vous un château... même en ruine ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Les Tourrettes est située à 35km au Sud de Valence, à 20km au Sud-Ouest de Crest (voir son donjon) et à 15km au Nord de Montélimar (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 39' 58" N 04° 48' 51" E
 44.666224°  4.814291°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

J'obéis

* Après avoir visité la Tour du Diable de Livron sur Drôme (la voir ici) mon destrier trotte majestueusement vers le Sud.

* Soudain, ce pégase a une idée : Survoler une colline.

Pourquoi a-t-il cette pensée saugrenue ?

* Si vous lisez mes croisades castrales sur ce blog depuis quelques temps, vous savez que mon équidé a un don : Il ressent les poussières médiévales construites.

* C'est donc contraint et forcé que je dois le suivre (puisque sur son dos je suis).

* A l'Est du petit bourg, je découvre ce panneau.

 

Aidez moi à comprendre ce chaos !

 

 

Le vieux village sur la colline

* Comme souvent, lorsqu'il y a un château médiéval, des maisons s'agglutinent autour pour profiter de "sa" protection.

* Conséquence, Je ne suis pas surpris de voir des pans de mur épais mais non défensif le long du chemin.

* Certaines maisons sont très ruinées mais d'autres ont été consolidées au siècle dernier.

 

 

 

Comme il est joueur !

* Pour découvrir un site castral peu médiatique il faut toujours être attentif car les ruines adorent se cacher derrière les arbres ou une dense végétation.

* Mais étant un Chevalier, de plus Dauphinois (le gratin....... de la chevalerie cheeky ), je connais leur ruse.

* C'est donc sans difficulté que je vois une imposante tour d'angle quadrangulaire.

 

 

 

Sentez vous les pierres médiévales ?

Rapide description et interrogation

* Les pierres sont correctement alignées mais leurs dimensions sont aléatoires et elles sont peu jointives.

* Je suis surpris par la faible hauteur du contrefort à la base de la tour.

* L'archère droite proche de l'angle de la tour avait certainement pour but de diminuer l'angle mort. Mais mon test rapide prouve que cette astuce architecturale n'est pas très efficace.

* Sur le mur perpendiculaire, je vois plusieurs archères droites de grande hauteur. En m’approchant, il me semble voir que leur ébrasement (voir vocabulaire) intérieur est classique. Je pressens que ces systèmes défensifs date du 12ème siècle.

* Au dessus, le mur est très arasé, je pressens que point de crénelage ni mâchicoulis je verrai........

   ..... mais, mon œil d'aigle perçoit : Deux consoles.

* Je me dois de deviner sa fonction :

- Bretèche ?.... Impossible, il n'y a pas de porte en dessous.

- Chemin de ronde ?..... Impossible, je suis à l'extérieur.

- Mâchicoulis ?..... Impossible, car trop bas.

- Latrines ?...... Évidemment..... mon nez le confirme. smiley

 

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée et habitée n'est pas visitable.

* Je rebrousse chemin non sans avoir jeté un dernier regard sur ce château âgé de 9 siècles.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction du château demandé par les moines de l'abbaye de Cruas (à vérifier).

* Au 16ème siècle, réalisation de modifications de confort (fenêtres, etc...).

* En 1962, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, le propriétaire réalise de nombreux travaux de consolidation et de confort.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis le chemin en respectant les limites de la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite.

Nota : Parfois ce site est nommé : Château de la Cheysserie.

 

 

Être devant c'est la mort, être derrière c'est... fléché !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Comme c'est émouvant une église Templière et Hospitalière !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Marcenais est située à 20km au Nord-Ouest de Libourne (voir sa porte fortifiée) et à 15km au Nord-Est de Bourg sur Gironde (voir ses fortifications).

 

   Coordonnées de l'église :

45° 03' 29" N 00° 20' 14" W
 45.058200°  -0.337357°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Est ce que le commandant rit dans la commanderie ?

* D'après ma documentation, de l'ancienne commanderie il ne resterait que l'église.

* En approchant de ce moutier, je remarque plusieurs bâtiments l'encadrant partiellement.

* Une étude du terrain semble prouver que des pierres du rempart existent encore ainsi que quelques terrassements. Mais j'avoue que n'étant pas un spécialiste, je ne cherche pas à comprendre.

* Toute mon attention est portée sur cette église trônant dans un cimetière.

 

Quelle magnifique échauguette d'angle !

 

Droite comme le i de... heu... commanderie

* En découvrant la façade Sud, je constate :

- Une construction linéaire sans transept.

- Une façade ne comportant aucune fenêtre.

- Des modillons ou plutôt des corbeaux pauvrement sculptés supportant une corniche.

- Une élévation borgne entre le toit et la corniche.

- A l'angle Sud-Ouest, une imposante échauguette d'angle posée sur des consoles triples.

- Cette construction en encorbellement formant mâchicoulis (voir vocabulaire) possède sur toutes ses faces de petits trous ronds pour fusil.

 

 

Etre à son chevet

* En contournant l'église, je suis face à son chevet.

* Pour mieux le comprendre, je prends un peu de recul.

* Il est plat avec un triplet.

 

 

Le souffle divin sèche rapidement le linge

La symétrie et l'asymétrie

* Bien que l'église soit théoriquement symétrique, la façade Nord comporte quelques différences avec sa consœur Sudiste.

* Ce coté dans l'ombre possède :

- Une sacristie de faible hauteur avec 2 fenêtres.

- Une élévation.

- A l'angle Nord-Est, une échauguette avec :

-- Des ouvertures carrées pour le guet.

-- Des trous ronds et petits pour une défense avec fusil.

-- Des mâchicoulis sur consoles doubles.

- Proche de l'angle Nord-Ouest, une ouverture accédant à la salle de repli. Je pressens que cette porte communiquait avec le château disparu.

- Les corbeaux en dessous devaient porter la couverture d'un appentis.

 

 

Est ce un porche ou une Porsche ?

* De l'extérieur, je suis surpris de constater que le porche est plus large que l'église. 

* Même si cette construction avancée est plus récente que l'église, je ne m'explique pas cette curiosité.

Connaissez vous d'autres exemples ?

 

 

Quelle magnifique entrée multicolore

L'intérieur :

Le portail

* Bien qu'il ne soit pas finement sculpté, le portail est curieux, presque unique.

* Chaque piédroit comporte :

- Une grosse colonne en arrière.

- Puis à 45°, (pour faire une épaisseur ?) quatre colonnettes avec chapiteaux romans.

 

 

Linéaire

* En franchissant la porte je vois une nef tout en longueur voûtée en tiers-point.

* Au fond l'abside plate montre les 3 fenêtres avec ébrasement intérieur observées depuis l'extérieur.

* De chaque coté, les murs peints rappellent le thème Templier.

 

 

La femme est l'avenir de l'homme

* Ne trouvant pas la porte pour monter dans la salle de repli, je me dirige vers la lumière (du soleil) quand je vois une femme, plutôt une jeune fille.

* Je lui demande :

"Ho, ma Jehanne, sais tu comment monter ?"

* Elle me répond :

"Chevalier, souhaites tu monter au ciel ?"

"Tu es bien trop jeune pour mourir !"

* Mouai, la Pucelle a encore fumé... C'est pour cela qu'elle est partie en fumée. cheeky

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* A la fin du 12ème siècle, construction d'une commanderie par les Templiers. Elle se compose d'un château accolé à l'église puis des bâtiments d'habitation et des communs.

* Vers 1312, après l'arrestation des Templiers et la dissolution de l'Ordre, les Hospitaliers récupèrent la commanderie.

* Au 15ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, de nombreux bâtiments de la commanderie sont détruits. Seule l'église semble avoir été épargnée.

Certains documents affirment que le moutier possédait une salle de repli (à défense "passive" ) sous le toit créée pour les habitants.

* Au 16ème siècle, à cause des Guerres de religion, les Hospitaliers fortifient l'église en l'adaptant aux armes à poudre (fusils).

* En 1671, construction de la sacristie.

* En 1927, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite du clocher et des systèmes défensifs est interdite.

 

 

La grande histoire des Templiers ne se voit que dans cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers liste
bâtiments des Templiers
Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

 

Je pressens qu'il va encore falloir gravir une pente

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Rognes est située à 25km au Nord-Est de Salon de Provence, à 20km au Nord-Ouest d'Aix en Provence et à 12km à l'Ouest de Pertuis.

 

     Coordonnées du site castral :

43° 39' 57" N 05° 20' 44" E
 43.665868°  5.345636°

 

 

 

Le site : 

L'extérieur :

Pourquoi ont ils construit des ruines en hauteur ?

* Un jour, j'ai lu :

"L'histoire est un éternel recommencement !"

* J'ai l'impression que ce dicton correspond parfaitement à ma vie de castellologue amateur.

* Ce matin, j'ai du monter une colline pour voir une ruine à quelques kilomètres de là et cet après midi..... mon destrier me dépose sur un parking au pied d'une autre colline qu'il va me falloir grimper.

Pourquoi n'y a-t-il jamais d'ascenseur ?

* Pauvre Chevalier qui doit encore monter, monter, monter puis être griffé, griffé, griffé par les milliers de ronces agressives, agressives, agressives adorant mes jolis, jolis, jolis mollets.

* Donc, pour vous, j'avance vers cette beauté.

 

 

Voyez vous les maisons ?

Il était une fois...

* Je commence l'ascension du Foussa, la colline habitée depuis .... très longtemps.... (100 000 ans d'après les restes de silex).

* Foussa vient du provençal signifiant : Creuser des fosses.

* Le sentier peu large serpente entre les maisons récentes et les herbes...... de Provence bien sur.

 

 

Soudain.....

* Un peu comme par magie, un pan de mur sort du sol.

* Ces nombreuses parois de hauteur plus ou moins importante, sont les vestiges du village médiéval.

* Avec un peu d'attention et de patience je vois :

- Un abreuvoir taillé dans la pierre.

- Une cave.

- Une citerne ou un puits (peut être).

- Les vestiges de maisons.

 

 

Je sors mon sac de couchage et... je dors ici ce soir

Vraiment trop... glodytique

* Contre la paroi, une surprise m'attend :

- Sur deux niveaux, des habitats troglodytes.

- Proche, d'autres trouées dont l'entrée est parfois barrée par la végétation.

- Plus loin, une autre habitation composée de 2 pièces.

* Les cavités s'enchaînent, chacune plus ou moins grande,  plus ou moins accessible.

 

 

Le site prend de la hauteur !

* Une paroi me bloque.

* Je lève la tête pour apercevoir :

- Des trous de poutres m'informant qu'un habitat existait.

- Des fentes verticales creusées pour... heu.... je ne sais que penser.

- Au sommet, un mur en pierres sèches. Je pressens que ce fut l'un des remparts du château.

 

 

 

L'intérieur :

Vide et si plein ! Voyez vous toutes les constructions ?

* En un bond (ou presque) j'arrive sur le plateau.

* Le mur à mes pieds possède de nombreuses traces de vie...... mais je ne vous les montrerai pas car il faut que vous les touchiez pour mieux les "vivre".

* Le seul bâtiment encore visible facilement est au centre, proche de la paroi.

 

 

Est ce que le bâti ment ?

* Ce magnifique vestige a une forme rectangulaire.

* Au sol, je constate qu'un mur le divise en 2 salles.

* Sur la droite, proche des pierres d'arrachement, je crois voir les traces d'un conduit de cheminée.

* La fenêtre montre :

- Les trous pour des volets intérieurs.

- Une coussiège (voir vocabulaire).

* L'autre pièce était aussi éclairée par une fenêtre avec une coussiège dans l'épaisseur du mur.

 

 

Ma faim devient votre fin

* Cette marche m'a épuisé. L'immense plateau a vidé toutes mes forces.

* Il faut que je dévore quelques victuailles.

* C'est donc assis sur un rocher que je vous abandonne pour déguster mes mets  (mémé ?) et le panorama.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du site castral :

* Vers 1150, Rogne est cité dans un texte.

* Au ??, un château est construit puis un village s'établit sur les pentes de la colline nommée Foussa.

* En 1595, le château est démantelé par les ligueurs.

* Au 17ème siècle (?), le village est abandonné. Les habitants s'établissent au pied de la colline, (formant l'actuelle commune). Les pierres de l'ancien village sont récupérées.

* En 1909, un tremblement de terre détruit de nombreuses maisons de la commune.

* En 1929, les ruines du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du château et des habitats troglodytiques est libre et gratuite. Veuillez être prudents dans la ruine du château car le risque de glisser existe. Veuillez respecter les habitats car certains sont encore habités ou utilisés.

 

 

Ce parfum de fleur m'emporte vers les senteurs de l'infini

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux
des Bouches du Rhône

Partager cet article

Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Est ce l'entrée du château médiéval ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Châteaudouble est située à 25km au Nord de Crest (voir son donjon), à 20km à l'Est de Valence et au Sud de Roman sur
Isère.

 

 

 

Le château bas : 

L'extérieur :

Coordonnées du château bas

44° 54' 18" N 05° 05' 51" E
 44.904945°  5.097462°


 

 

Mes pieds ne touchent plus sol !

* Imaginez ma réaction lorsque sur ma carte je lis le nom : Châteaudouble.

* Milles questions viennent à moi :

- Y a-t-il 2 châteaux ?

- Est ce que l'un fut détruit puis remplacé par le second ?

- Sont ils imbriqués ?

* Je me dois de sceller un accord avec ce site et de seller mon destrier pour découvrir cette curiosité Dauphinoise.

 

 

En bas... de la selle et du bourg

* Le long d'une route récente, à 500 mètres au Nord de la commune, je vois un mur précédé d'un petit fossé.

* Derrière une haute porte double, une longue allée de 60 mètres (environ).

* Au fond, un imposant bâtiment :

- Un quadrilatère de 50 mètres de coté.

- Aux extrémités de la façade, deux tours carrées d'angle.

- A l'arrière, deux tours d'angle ronde.

- Au centre du bâtiment, une cour ouverte.

* Ce site castral n'est pas médiéval.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée et habitée est interdite à la visite.

* Je rebrousse chemin pour visiter..... l'autre château.

 

Sentez vous le plaisir médiéval ?

 

 

Le château haut : 

L'extérieur :

Coordonnées du château haut

44° 53' 57" N 05° 05' 59" E
 44.899379°  5.099849°

 

 

Vais je être rompu en ce château ?

* Pour trouver l'autre château il faut.......

..... suivre les panneaux.

* Ho hisse, hisse..... puis il faut monter.

* Soudain, je vois une trace au sol. Ce n'est pas un simple caillou mais des pierres amalgamées, donc appartenant à une construction.

* Je lève la tête pour voir.......

.... Hooooo !

* Voyez vous cette merveille !

 

 

L'intérieur :

Détails et des taillesQuel magnifique pan de mur médiéval !

* Lentement j'avance sur ce sol herbeux.

* Parfois, sous mes chausses, je sens une pierre ou un groupe de pierres ayant appartenu au château..... peut être à ce mur.

* J'erre sur la colline, je suis à la recherche d'un indice, je rêve de voir une archère ou des races de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Après plus d'une heure de recherche, je ne vois que des pans de mur effondrés, tenant en équilibre, par magie.

 

 

Le trésor, enfin !

* Soudain en levant les yeux, je vois un poteau m'informant de la présence d'une table d'orientation.

* De là je vois le début du Vercors, puis au loin l'immensité de mon Dauphiné.

 

 

Le diaporama des châteaux est visible ici

 

 

 

Histoire du château HAUT :

* Au 11ème siècle, construction d'un château au sommet d'une colline.

* Au 16ème siècle, le château médiéval en haut de la colline est détruit (certainement à cause des Guerres des Religion).

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine nommée "Château Rompu" sur la colline est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le risque de glisser, de tomber ou de recevoir une pierre existe.

 

 

Histoire du château BAS :

* En 1591, début de construction du château bas appartenant à François des Massues.

* En 1660, la famille Labeaume achète le château bas.

* Au 19ème siècle, le château appartient au Vicomte (voir titre de noblesse) de Boutaud. 

* A la fin du 19ème siècle, le château appartient à la famille Merle du Bourg. 

* En 1959, une partie du château bas est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1988, une partie du château bas est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château bas est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite, mais il serait possible, sur réservation, de découvrir certaines salles avec le propriétaire. Veuillez vous renseigner.

 

 

De là, je vois presque l'Amérique

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Il va me falloir des heures pour tout voir et tout comprendre

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Viviers est située à 50km au Nord d'Orange, à 30km au Nord-Est de Vallon Pont d'Arc et à 10km au Sud-Sud-Ouest de Montélimar (voir son château).

 

   Coordonnées du centre fortifié :

44° 28' 56" N 04° 41' 25" E
 44.482214°  4.690464°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* Etre un castellologue amateur, c'est :

- Marcher des heures à la recherche d'une ruine médiévale perdue.

- Avoir les mollets griffés par les ronces et parfois des plantes vénéneuses.

- Sentir la sueur odorante perler sur son corps.

- Recevoir des pierres sur la tête ou glisser sur des cailloux d'un parement effondré.

* Il est donc logique que parfois, sur mon heaume protecteur, je pose un chapeau de paille de touriste pour retrouver le calme, le plaisir simple de la sécurité.

* C'est donc logiquement qu'après une semaine de marche en Vivarais, je me repose en cette commune aux "milles" bâtiments médiévaux consolidés.

Pensez vous qu'en ces trous des pigeons amoureux roucoulent ?

 

 

 

Promenade dans le temps

* Pour entrer en cette cité il faut presque montrer patte blanche devant la porte, car franchir les hauts remparts semble impossible.

* Puis les constructions anciennes s’enchaînent.

* Une tour joue à se cacher de moi. Coincée entre des bâtiments anciens, la ronde construction avec son pigeonnier me nargue car elle n'est point visitable.

* Plus loin, dans les étroites ruelles, je vois un large encorbellement. Cette construction repose sur des consoles triples.

- Je pressens que ce fut une bretèche.

* Puis en tournant la tête, une autre construction défensive ayant la même fonction, mais avec 2 curiosités :

- Un blason sculpté.

- L'ouverture de tir a été remplacée par 2 fenêtres de confort moderne.

* Diantre, que cette cité Vivaraise est magnifique !

 

 

 

Clocher-tour ou tour-clocher ou simple tour ?Diantre !... Est ce une cathédrale fortifiée ?

* Au loin, une curieuse polygonale construction.

* Cette curiosité, de 40 mètres de hauteur, s'élevant dans le ciel porte plusieurs noms (qualificatifs) :

- Le clocher,

- Le campanile,

- La tour Saint-Michel.

* Cette construction fut la porte d’entrée du quartier canonial au 11ème siècle. Depuis elle est reliée à la nef par un porche.

* Sa base carrée est ornée de bandes lombardes.

* Au-dessus est aménagée une chapelle dédiée à l'Archange Saint Michel (cela explique son patronyme).

* Puis au dessus, un étage octogonal (du 14ème siècle).

* L'étage possède quatre cloches nommées :

- Antoinette-Sophie.

- Arsène-Élisabeth.

- Théodorine-Joséphine.

- Marie-Jeannette.

 

 

L'intérieur :

* Les maisons défensives, la tour, le clocher ne sont pas visitables.

* Je vais en profiter pour manger une glace châtaigne-nougat (les 2 produits régionaux), cela me permettre de goûter d'autres parfums que ceux dans cette ville fortifiée de Gironde.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 1er siècle avant JC, la butte est habitée.

* A partir du 3ème ou 4ème siècle, un évêque habite le site durant l'évangélisation de la province.

* Durant 6ème siècle, l'évêché est attaqué, détruit, reconstruit.

* Au milieu du 6ème siècle, construction d'un premier rempart entourant la cité.

* Au 6ème siècle (?), construction d'une chapelle dédiée à Saint Martin pour recevoir dans sa crypte le corps de Saint Ostian (prêtre vénéré par les Vivarois).

* Au 7ème siècle, construction d'un deuxième rempart.

* Au 9ème siècle, une belle construction Romane sert de site de prière et d’évêché. La chapelle dédiée à Saint Martin est partiellement consolidée.

* Vers 1032, Viviers est rattaché au Saint Empire Romain Germanique. Le site se fortifie, une porte monumentale est aménagée.

* Au 11ème siècle, construction du rempart "définitif" entourant la cité. La chapelle dédiée à Saint Martin est agrandie (vérifier) et sculptée.

* Au 13ème siècle, agrandissement du rempart. Avec les années, deux villes se forment :

- Celle du bas, commerçantes.

-Celle du haut, cité religieuse.

* Au 14ème siècle, amélioration des systèmes défensifs du château et du rempart.

* Au 16ème siècle, Claude de Tournon détruit une partie de la cathédrale Romane pour aménager un bâtiment de style Gothique.

* Vers 1546, sur les bases de constructions datant du 14ème 15ème siècle, construction d'une maison pour Noël Albert (nommé aussi Albert de Noe) qui sera nommée : Maison des Chevaliers.

* Au milieu du 16ème siècle, les Guerres de Religion enflamment la province. Viviers est attaqué par les Huguenots. Les maisons des chanoines, le cloîtres et d'autres bâtiments sont fortement dégradés.

* Au début du 17ème siècle, construction d'une tour à l'Est du château.

* Au début du 18ème siècle, construction de 2 portes dans les remparts.

* Vers 1789, l'évêque Charles de la Font de Savine jure fidélité aux Révolutionnaires et à la Révolution. Cet acte épargne la cathédrale et les bâtiments religieux.

* Vers 1792, les biens de l’église sont réquisitionnés par les Révolutionnaires puis vendus (à vérifier).

* A partir du début du 19ème siècle, de nombreux travaux de démolition sont entrepris pour plus de modernité.

* En 1868, les fouilles dans la chapelle dédiée à Saint Martin révèlent le tombeau et les traces de Saint Ostian. Ses reliques sont transportées dans la cathédrale.

* En 1906, la cathédrale est classée aux Monuments Historiques.

* En 2017, un autre patrimoine Français trouve sa place au centre du bourg : La statue de Johnny Hallydaysurprise

- Pourquoi ?

- Sa mère, qu'il venait voir souvent, est au cimetière de la commune.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des bâtiments (ainsi que la statue de l'idole des jeunes) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de chacune des fortifications est interdite.

 

 

Là haut c'est l'inaccessible fortification

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0