31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Autour de moi.... la mer nommée Théthis

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Baume Cornillane est située à 35km au Nord de Bourdeaux (voir ses châteaux), à 20km au Sud-Est de Valence et à 10km au Sud de Chabeuil (voir son rempart).

 

     Coordonnées du château :

44° 49' 24" N 05° 02' 35" E
 44.823357°  5.043103°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Il était une fois.... la terre

* Il y a 240 millions d'années, notre terre ne possédait qu'un seul continent.

* Ce continent se nomme : La Pangée.

- Derrière votre écran, je vous entends grommeler puis hurler : "Chevalier, quel est le rapport avec ton blog sur le Moyen Âge fortifié ?"

* Le rapport : Le centre de cette terre unique est sous mes piedssurprise

* C'est en mon Dauphiné que les spécialistes ont déterminé : Le Centre de la Pangée.

Je suis le Roi du Monde.... ancien !

Comme toujours.... je suis poursuivi par un château

 

 

Au milieu du centre

* Sachant que je suis Le Chevalier du Centre du Tout.....

   ...... j'erre en mon territoire si..... central.

* Soudain, mon œil d'aigle central (heu... suis je cyclope ?) voit au centre de ma vue, un point central fortifié.

* Je me dois de centraliser mon esprit pour aller au centre de cette construction centralement belle. 

- Nota 1 : Je pressens que l'information sur la Pangée m'a donné la grosse tête.

 

 

Villam, villa, villae, villarim, villis

* La partie médiévale de La Baume Cornillane n'est pas qu'un simple château, c'est aussi un village qui fut habité jusqu'à "récemment".

* C'est donc sans surprise que je découvre une ruine d'habitation avec de grandes fenêtres.

* Plus loin, une autre maison cubique.

* Plus je monte sur la butte, plus les constructions me semblent anciennes.

Au sommet, vais je trouver des nids de dinosaures ? cheeky

Nota 2 : Ce que je pressentais est vraie. La Pangée a un effet dévastateur sur moi.

 

 

Que voila belle voûte !

Les formes d'arrondissent

* La montée n'est point un calvaire tant les surprises s'enchaînent.

* Sans que je puisse définir la fonction exacte de chaque pan de mur, je suis en admiration devant les pierres aux sol (marquant les séparations des salles) ainsi que les départs de voûte.

* Soudain, une rupture dans une paroi m'interpelle.

Était ce une cheminée ?

* Que nenni. Ceci est une citerne.

* Il semblerait que la butte ne soit pas traversée par un ruisseau souterrain. L'eau est donc récupérée puis stockée dans une salle creusée ou aménagée.

Nota 3 : Il me semble avoir lu que certaines citernes étaient individuelles.

* Plus loin, un four à pain.

* Il ne manque qu'un vendeur de glace (voir mon besoin ici) pour que cette ville soit habitable....... par moi.

 

 

Elle et lui râlent

* Derrière votre écran, je vous entends pester :

"Chevalier, où est le château annoncé dans le titre ?"

* Heu..... avant de vous le montrer, je vous propose de lire ce plan.

 

 

 

L'intérieur :

Rampe et rempartsLes arbres s'écartent pour me faire découvrir cette beauté

* Bien que le rempart extérieur au site castral ait été grandement détruit, quelques fantômes arasés délimitent son emplacement.

Avez vous remarqué la tour défensive ?

* En contournant ces vestiges de rempart, je suis dans, ce que j'ose nommer, la basse cour. Je constate qu'un chemin de ronde  parcourait ce rempart extérieur.

* En un bond, je franchis un nouveau mur. Je pressens que c'est la courtine du château

 

 

Le Donjon

* Voici le symbole d'une construction médiévale fortifiée : La tour maîtresse.

* Pour mieux le comprendre il faut le regarder depuis le bas.

* Le donjon est positionné dans un angle, coté opposé au village médiéval.

* Ayant été arasé, il n'est pas possible de définir ses systèmes défensifs.

* Par contre, je peux imaginer son architecture :

- Le premier niveau est borgne. C'est le ratier. Ses murs sont épais (1.60m au moins).

- Il est accessible par une trappe que je devine au sommet de la voûte plein cintre.

- Au dessus l'étage d'habitation.

- Puis au 3ème niveau, créé par des poutres sur des corbeaux que je devine/vois, l'étage défensif.

 

 

Partir, c'est mourir un peu

* Pensant avoir tout vu, je regarde Mon Dauphiné jusqu'au fleuve puis au loin, le Vivarais.

* Il est temps de redescendre non sans avoir jeté un dernier regard au donjon.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château avec donjon carré en pierre.

* En 1209, début de la Croisade des Albigeois. A la tête de l'armée Royale, Simon de Monfort se doit de soumettre tous les seigneurs ayant un lien avec les Cathares.

* Au début du 13ème siècle (1217 ?), Simon de Montfort  (ou son armée sans sa présence ?) attaque ce château (à vérifier).

* En 1332, Balma Cornillana est cité dans un texte.

* En 1562, Catherine de Cornillan  (dernière descendante de la famille d'origine) opte pour la religion Protestante.

* Au début du 17ème siècle, après l'Edit de Nantes, la Baume se dote d'un temple.

* En 1626, (à vérifier), le château est attaqué puis le donjon détruit sur l'ordre de Louis XIII (voir liste).

* En 1685, après la révocation de l'Edit de Nantes, la cité Protestante est attaquée, son temple est détruit.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que les murs aient été consolidés au début du siècle, veuillez respecter ses constructions de l'histoire et ne monter pas dessus. Une ruine est fragile. Soyez prudents.

 

La vidéo du château est ici

 

 

Plusieurs siècles s'étalent à mes pieds

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2020 2 28 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Sentez vous le plaisir de la découverte ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Jean de Blaignac est située à 55km à l'Ouest de Bergerac, à 20km au Nord de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide) et à 15km au Sud-Est de Libourne (voir sa porte fortifiée).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 48' 44" N 00° 08' 24" W
 44.812347°  -0.140064°

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Préambule

* Souvent, lorsque de loin je découvre un bâtiment religieux (peut être défensif), j'ai un petit frémissement, une sensation qui titille mes poils de castellologue amateur passionné.

* Mais parfois, je reste sans voix, je n'ose avancer, je savoure cet instant rare des neurones qui tressaillent, des yeux qui oscillent, des mains qui veulent tout prendre.

Éprouvez vous aussi cela ?

 

Quelle magnifique échauguette sur contrefort

 

Le sublime côtoie la perfection

* Je suis si excité de découvrir cette église, que je délaisse la façade d'entrée pour me précipiter coté Nord.

Que vois je ?

* Sur la droite, une échauguette posée sur le contrefort d'angle :

- Cet encorbellement peut défendre 2 cotés (Nord et Ouest).

- Les petits trous ronds m'informent que cette construction était prévue pour des armes à poudre.

- Le dessous est partiellement troué. Cette échauguette faisait office aussi de mâchicoulis.

* Au centre, la longue nef.

- Elle a été rehaussée, donc possède une salle de repli défensif.

- Elle possède des ouvertures verticales ressemblant à des archères droites.... mais j'ai des doutes sur l'ancienneté de ces fentes.

 

 

Sont ce des trous de souris ?

Le chevet très plat (et bosselé)

* Coté Est, logiquement je vois le chevet.

* A l'origine, il devait être plat, mais les modifications des siècles suivants l'ont affublé de "verrues".

* Trois détails me fascinent :

- A droite, une grande ouverture ronde (canonnière ou puits de lumière et de guet) à coté d'un petit trou pour fusil.

- Au centre, une fenêtre bouchée (n'y a-t-il aucune lumière dans l'abside ?).

- A gauche, une échauguette sur un contrefort d'angle.

 

 

La face Sud

* Curieusement, ce coté semble plus sobre.

* La nef ne possède aucune fente de tir ni archère au sommet du mur. Aucune salle de repli défensif se révèle.

* Les contreforts à larmiers ne semblent pas creux (comme parfois pour un escalier intérieur ou un défenseur protégeant les murs.

* Par contre l'angle entre la nef Sud et le portail est défendu par une belle échauguette pour arme à poudre.

 

 

Entrer sans blessure dans cette église semble impossible !

La façade d'entrée

* Que cette entrée est magnifiquement défensive :

- Evidemment, il y a les 2 échauguettes vues précédemment.

- Au niveaux de l'horloge moderne il y a une plateforme qui a pu être une sorte de bretèche.

- En dessous un arc de décharge.

- En avançant, je découvre... un assommoir.

 

 

L'intérieur :

* Beaucoup d'églises en notre siècle ne sont pas accessibles (à cause des vols et dégradations).

* La porte de ce magnifique moutier est close.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 6ème siècle (?), construction d'une nécropole Mérovingienne (à vérifier).

* Au 11ème siècle, construction d'un prioral (c'est l’église d’un prieuré, domaine dépendant d’une abbaye et dirigé par un prieur nommé par un abbé).

* Au 13ème siècle, l'église est fortement remaniée.

* Au 14ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, l'église est fortifiée.

Nota :

J'ai trouvé cette affirmation dans une revue, mais j'ai des doutes :

- Certes les villages de cette province ont souvent  été attaqués, mais....

 ...... Les échauguettes ne possèdent pas d'archère.

* A la fin du 15ème siècle, de nombreuses peintures sont réalisées dans l'église.

* Au 16ème siècle, à cause des Guerres de Religion l'église est fortifiée (ou les systèmes défensifs sont modernisés).

* Au milieu du 17ème siècle, création d'une sacristie.

* En 2002, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Jean) est libre et gratuite. La visite des systèmes défensifs est interdite.

 

 

Les nombreuses échauguettes et la salle de repli sont des preuves de la vie défensive de cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2020 5 24 /01 /janvier /2020 07:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Où se trouve le domaine naturiste ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Frontenac est située à 40km Est-Sud-Est de Bordeaux, à 20km au Sud de Saint Emilion (voir son château) et à 10km au Nord-Ouest de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide)

 

   Coordonnées de la commanderie :

44° 43' 49" N 00° 07' 21" W
 44.730402°  -0.122600°


 

 

 

La commanderie :

L'extérieur :

Nu, c'est culotté

* En découvrant ce panneau routier, mon instinct de Chevalier "curieux de tout" se demande s'il faut aller à la Commanderie ou au domaine naturiste. blush

* Il fait chaud, mon armure est lourde après 6 jours de croisade en terre de Guyenne :

Tenter ou ne pas tenter, that is my question !

Tu es Pierre... ou pierre !

 

 

Tomber dans la tombe

* Comme vous le savez, ce n'est pas moi qui choisis l'itinéraire, mon palefroi guide ma vie.

* C'est donc sans surprise qu'il prend la direction du site historique de Sallebruneau.

* Ma première découverte est une tombe, ce qui n'est pas illogique proche d'une église médiévale.

* Si le premier monument funéraire est récent (moins de 2 siècles), le deuxième est un sarcophage carolingien.

* Tranquillement j'erre dans ce cimetière quand soudain.... je recule d'un pas....

   ....... le sarcophage suivant contient un squelette.

* En réalité, cette blanche forme est un Oscar...

   ... heu, pas une récompense, mais une structure en plastique.

(ce surnom est donné aux squelettes trônant en classe de biologie, dans les écoles de médecine).

 

 

Une double constructionQue voila un angle défensif

* Devant moi, une architecture de 25m de long par 20m de large.

* Cet ensemble est composé de 2 bâtiments rectangulaires accolés :

- Le château au Nord.

- L'église au Sud.

 

 

Un château défensif au Nord-Est

* L'angle Nord-Est possède une puissante construction carrée :

- Elle s'appuie sur un imposant contrefort à larmier.

- Trois cotés sont protégés par des archères cruciformes.

- Deux cotés possèdent une sorte de "mâchicoulis".

Quel est le nom de cette construction d'angle ?

- Evidemment..... Une échauguette.

 

 

Le mur Nord du château

* Cette paroi a été arasée donc il est impossible de savoir si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* La partie effondrée de la courtine étant dangereuse, elle est protégée par un grillage anti-intrusion.

 

Que voila une puissante construction défensive

 

Un château défensif au Nord-Ouest 

 * L'angle Nord-Ouest possède une autre construction carrée :  

- Elle montre sur ses flancs et sur deux niveaux des archères cruciformes.

- A la base de cette cubique construction, je vois une grille. Je suis vraiment étonné de la présence d'une porte si basse à cet emplacement. Evidemment dans une courtine de château, il existait une petite porte à l'opposé de l'entrée principale. Mais c'est la première fois que je vois une "poterne" dans un angle défensif.

-- Peut être que cette ouverture a été créée "récemment" ?

-- A l'intérieur, je vois une salle voûtée. Une documentation affirme que ce fut une prison.

-- Il est rare qu'une cellule soit accessible depuis l'extérieur. Le mystère reste entier.

- Donc je résume : Une haute construction reposant sur le sol avec des fentes de tir.

Quel est le nom de cette construction d'angle ?

- Evidemment..... Une tour défensive.

 

 

Le mur Est du château

* En contournant la tour d'angle, je constate que le mur coté Est est très abîmé.

* L'entrée dans le site castral est interdite mais il est possible de voir et comprendre son intérieur.

 

 

Défensif et luxueux

L'intérieur :

Un château linéaire

* Au premier niveau, le mur coté Est comporte de nombreuses niches.

* L'une d'elle montre une archère droite.

* J'ose émettre 2 théories :

- Les autres niches devaient aussi posséder des archères, mais elles ont été bouchée "récemment" pour consolider la paroi. 

- Ayant vu de l'extérieur des archères cruciforme à croix pattée, je pressens que celle-ci devait être identique.

* Bien que le niveau supérieur possède une fenêtre multilobée, de nombreuses niches défensives sont visibles.

* Sur la gauche, dans l'angle, je vois l'échauguette que j'avais admirée 1 heure avant. Les archères en niche sont visibles.

Notre personnelle :

Il est curieuse que ce site fortifié, détenu au 16ème siècle par les Hospitaliers, ne possède pas de canonnière ni de fente de tir pour arme à poudre.

* Au niveau supérieur, sur le mur Nord, je vois un vestige de coussiège (voir vocabulaire) dans une fenêtre trilobée.

- Elle était visible à l'extérieur, à droite de l'échauguette.

 

Vais je devoir entrer à genoux ?

 

Une église sans transept

* Quelques mètres plus au Sud, je suis face au clocher-pignon.

* La seule porte d'entrée est encadrée par 4 archivoltes.

* Je ne suis pas devant une église de prestige mais un bâtiment de prière très simple pour un ordre militaire religieux.

* Bien que l'entrée soit interdite, il est possible de passer une tête pour voir :

- Une église linéaire.

- Sur la droite, un enfeu (?) avec un joli décor feuillu dans l'intrados.

- Au fond, une abside plate. Elle est percée de 3 hautes fenêtres en plein cintre. Ces ouvertures de lumières ont un ébrasement intérieur et extérieur.

- En découvrant le piédestal et les vestiges de belles colonnes, je pressens que le chœur et la nef étaient séparés par un arc.

 

 

Le diaporama de la commanderie est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la commanderie :

* A la fin du 12ème siècle (?), construction d'une "chapelle" (ou église) par l'Ordre du Temple.

* En 1280 (date à vérifier car les documents se contredisent), le site devient la propriété des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem suite à un don (à vérifier) d'un des membres de la famille Grailly (Il semblerait que ce ne soit pas Jean 1er de Grailly  comme noté parfois mais Pierre 1er de Grailly, Vicomte de Bénauges et Castillon).

Note personnelle :

Il est fort probable que ce site Templier ne soit possession des Hospitaliers qu'après la dissolution de l'Ordre du Temple à partir de 1312 ou après leur arrestation en 1307.

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, à cause des attaques des Routiers sur les paysans et les pèlerins vers Compostelle, un château défensif est construit, accolé à l'église coté Nord.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, les Huguenots attaquent puis détruisent le château.

* Vers 1792, suite à la confiscation des biens du clergé par les Révolutionnaires, le site très ruiné devient la propriété de l'Ordre de Malte.

* En 1970, une association de sauvegarde est créée. Lentement le site retrouve vie.

* En 1987, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Des fouilles ou des consolidations étant organisées parfois, il est important de respecter les limitations ou interdictions partielles d'entrée. Même sans entrer, il est possible de tout voir et tout photographier.

 

La nuit tombe sur ces ruines historiques

 

Vers liste
sites des Templiers
Vers liste constructions des Templiers   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2020 2 21 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Pourquoi les châteaux adorent se cacher de moi ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montmeyran est située à 40km au Nord-Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à 15km au Sud-Est de Valence.

 

     Coordonnées d'une des tours :

44° 50' 09" N 04° 58' 32" E
 44.835996°  4.975628°

 

 

 

Les tours : 

La première :

Il faut monter

* Cette cité Dauphinoise fut en son temps entourée d'un rempart...... dont il ne reste que le souvenir.... et des traces pour archéologues.

* Au sommet de la colline, château il y avait.

* Mon dictionnaire des sites médiévaux fortifiés affirme que des vestiges existent.

Comment trouver le sentier ?

* Il faut être logique (comme moi) et futé (comme.... heu.... moi).

* La solution est de suivre le panneau de rue. Je vous ai déjà montré cette astuce en Aude par exemple.

* Puis, monter, monter, montercrying

 

 

J'adore déjà ses rondeurs ... Hummmm

Elle est pour moi ! blush

* Sur la colline, pour trouver le château, il faut suivre le sentier tracé dans l'herbe.

* Il transporte le marcheur vers une ronde construction aux pierres pauvrement taillées et aux lits très irréguliers.

* Je constate que la tour a été consolidée il y a peu et ne comporte ni archère ni crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Comme par magie, je vole vers son sommet pour regarder ses entrailles.

* Que vois je ?

- Du ciment pour éviter les infiltrations d'eau.

- Un diamètre trop faible pour en faire un donjon.

- Aucune trace de marche d'escalier, donc ce fut une tour défensive.

 

 

La deuxième :

Vais je pouvoir me reposer ?

* Après avoir dégusté la ronde tour, je m'apprête à m'allonger dans l'herbe pour savourer ma pomme de victoire.

- Nota :

-- Il n'y a aucun jeu de mot ou pensée intellectuelle.

-- J'ai une vraie Reinette du Canada dans ma besace.

* Quand...soudain... mes poils de castellologue amateur se dressent.

* Mon œil est attiré par une petite sente....... qui sent(e) bon le moyen âge.

Ils ont eu recours à Pythagore pour construire cette tour

 

 

Quand il faut y aller, il faut y aller

* La construction n'est ni un mur de rempart, ni une cheminée, c'est....

* Je vais faire durer un peu le suspens.

* Que vois je ?

- Cette ruine est anguleuse.

- Ses pierres montrent 3 couleurs, certainement dues à des reconstructions après des attaques.

- Le parement d'angle n'est pas homogène.

- Je ne vois aucun système défensif.

* Il me faut contourner cette longiligne construction.

 

 

Entrer dans ses entrailles

* Quel curieux spectacle !

* Je vois :

- Des murs épais à la base.

- Un remblai fait de galets roulés et d'éclats de pierres.

- A mi-hauteur, un... heu.... une... heu... Je ne sais point :

- Une cheminée ?.... Je doute dans un angle.

- Une fenêtre ?..... Peut être mais c'est rare en un angle.

- Une archère ?..... Cela ne se peut.

- Une porte ?..... Solution la plus plausible.

* C'est sur ces interrogations que je rebrousse chemin en espérant m'allonger dans l'herbe pour regarder le paysage avec le fruit d’Ève.

 

 

Pourquoi ont ils fait pousser une tour devant ce panorama ?

La troisième :

Suis je persécuté ?

* Je pose mon séant merveilleux dans l'herbe magnifique de mon Dauphiné si fascinant (sans chauvinisme bien sur). blush

* Je sors le fruit défendu de ma besace.

* J'ouvre la bouche quand....... devant moi..... gâchant presque le panorama, surgit une tour.

* A nouveau, il me faut marcher vers cette belle.

 

 

Qu'était elle ?

* Sa position en bas de la colline me penser que cette tour fut..... heu....

- Une autre construction nommée château Bas ?.... Je doute.

- Une tour du rempart entourant la cité ?......Peut être.

- Le rempart du château ?...... Je ne sais que dire.

 

 

Rapide analyse

* La tour est dans une propriété privée donc non "touchable".

* Bien qu'elle soit ronde, elle arbore, comme sa consœur anguleuse, plusieurs couleurs de pierres.

* Les pierres sont de petites dimensions avec des lits parfois peu réguliers.

* L'arasement a permis de transformer la tour en "pot de fleur"cheeky

* C'est donc proche de cette tour que je déguste enfin ma pomme devant un panorama fascinant.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction du château au somment de la colline.

* En 1209, début de la Croisade des Albigeois. A la tête de l'armée Royale, Simon de Monfort se doit de soumettre tous les seigneurs ayant un lien avec les Cathares.

* Au début du 13ème siècle (1217 ?), Simon de Montfort (ou son armée sans sa présence ?) attaque le château car son seigneur est vassal d'un "Cathare".

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite. Soyez très prudents proche d'une ruine.

 

 

Depuis mon Dauphiné..... je vois l'étendu du monde

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
17 janvier 2020 5 17 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

 

 

Elle vole au dessus des arbres pour voler vers l'infini des temps

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Barbentane est située à 30km au Nord-Est de Nîmes, à 25km au Nord-Ouest de Cavaillon et à 7km au Sud-Ouest d'Avignon.

 

     Coordonnées du château :

43° 53' 51" N 04° 44' 56" E
 43.897365°  4.748790°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Elle est là haut !

* C'est le petit matin. Quelques nuages tentent de faire des dessins dans le ciel bleu.

* Je ne suis point venu au confluent de la Durance et du Rhône pour faire de la poésie ni pour tenter d'imiter Frédéric Mistral. Ma mission est simple : Découvrir les secrets de la Tour Anglica.

* Elle est si grande, si belle, si merveilleuse que je la vois survoler le monde tel la Tour de Babel.

Oups... le Mistral et le mistral me montent à la tête.

 

Une flèche vers un ciel médiéval !

 

Elle n'était pas seule

* Lentement, j'avance vers elle.

* En découvrant les vestiges extérieurs, je comprends que la tour fut certainement le donjon habitable d'un château dont les communs ne sont plus que ruines.

 

 

Ramper devant le rempart

* La belle est séduisante, mais elle a mis un rempart entre nous.

* Même si les archères ou systèmes de tir ne sont pas présents, même si les angles ne sont pas protégés par des tours ou échauguettes, je suis certain que le mur posé sur le rocher fut le rempart du château.

 

 

Faire le tour de la tour

* Cette belle tour mesure 28 mètres de haut pour 10 mètres de large.

* Sur l'une des façades, je vois de larges ouvertures sur les 3 niveaux supérieurs. Je pressens que ce furent des fenêtres (à meneaux en croix ?).

* Le coté adjacent montre des ouvertures aux 2 derniers niveaux :

- La plus basse me semble être un vestige de latrines en encorbellement (supposition je l'avoue).

- L'autre, avec ses trous de boulin (voir vocabulaire) alignés, me fait penser à la porte d'accès pour une passerelle en bois.

* La troisième façade est beaucoup plus travaillée :

- En partie basse, je vois une porte dont la création me semble plus récente que la tour.

- Au dessus, les traces d'un toit me font penser qu'un logis (avec aula ?) était accolé.

- La porte proche du toit accédait au donjon.

 

 

Que voila vestiges de mâchicoulis amenant le rêve médiéval

Défensive elle est

* Les façades ne comportant pas (ou plus) de trace d'archère, mes yeux se lèvent vers le sommet.

* Bien que la tour ait été arasée (donc elle ne montre pas de crénelage) j'ose m'écrier :

Que voila de merveilleux vestiges de mâchicoulis !

* Pour monter au sommet il faut un escalier. Celui-ci n'est pas dans le donjon mais dans une petite tour dédiée à l'extérieur. Pour ne point rompre le système défensif par mâchicoulis, cette tour-escalier en possède un.

* Petit plus :

- Durant la montée, si vous avez un petit besoin urgent, cela est possible dans les latrines en encorbellement.

Vive le progrès !  cheeky

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 9ème siècle (à vérifier), un château en bois est aménagé sur la hauteur par l'évêque d'Arles.

* A partir de 1360, après la signature du traité de Brétigny,  les Routiers se retrouvent sans bataille donc sans argent. Certains décident de "ravager" d'autres contrées dont la Provence.

* En 1363, pour protéger la cité des attaques des Routiers, Anglic de Grimoard, vicaire général d'Avignon fait construire des fortifications à Barbantane dont le château au sommet de la colline.

* Au 17ème siècle, le Roi de France Louis XIV (voir liste) demande la réalisation d'une cartographie précise.  Les tours sont très utiles pour la triangulation.

* Au 18ème siècle, la tour est partiellement restaurée.

* Au milieu 18ème siècle, la tour Anglica est utilisée pour de nombreux relevés en triangulation par la famille Cassini.

* Vers 1792, les Révolutionnaires réquisitionnent le site castral puis le vendent comme Bien National.

* En 1852, le Marquis (voir titre de noblesse) Robin de Barbentane achète le site castral.

* En 1925, la tour est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 20ème siècle, le a de Barbantane se "transforme" en e, donnant le nom actuel de la commune : Barbentane

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la tour est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

 

Que la lumière brille toujours sur cette tour historique !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux
des Bouches du Rhône

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2020 2 14 /01 /janvier /2020 08:48

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Pensez vous que cette construction soit médiévale et fortifiée ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Fieux est située à 20km au Sud-Ouest d'Agen, à 15km au Nord de Condom et à 15jm au Sud-Est de Barbaste (voir son moulin fortifié).

 

   Coordonnées du château :

44° 05' 28" N 00° 25' 24" E
 44.091126°  0.423232°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* Ceux qui me suivent depuis plusieurs mois ou années savent que j'adore les châteaux d'origine médiévale quelque soit leur état.

* Il est vrai que j'ai un petit penchant pour les ruines perdues où il faut une marche de plaisir pour arriver au Graal tant mérité.

* Mais j'avoue qu'en fin de journée ou après une semaine intense de découvertes, j'apprécie un site castral proche d'un parking.

* Voici un exemple de château médiéval ayant évolué vers une fonction administrative.

 

 

Posé sur sa motte naturelle, le château me surveille

Rondeurs et angles droits s'amusent

* Avant d'aborder ce château, je commence par l'observer de loin, tout en me rapprochant avec lenteur tel un caméléon.

* Bien que le logis central comporte de nombreuses fenêtres récentes, je pressens que les 2 tours vont titiller mes neurones médiévaux.

 

 

La ronde tour

* Proche de la route, coté Sud-Ouest,  la tour circulaire me fascine.

* Ses pierres pauvrement taillées ont été "cimentées" au siècle dernier.

* Son sommet crénelé ne me semble pas d'époque. Ses mâchicoulis (voir vocabulaire) ont été bouchés Mais en fermant les yeux (tout en regardant surprise ) je peux imaginer la fonction défensive.

* Cette ronde beauté a eu une modernisation de ses systèmes défensifs, certainement fin 15ème / début 16ème siècle.

Comment je le sais ?

* Il suffit de regarder son ouverture de tir pour fusil, puis sa canonnière à fort ébrasement extérieur.

 

 

Mairie.. Mais rit donc !

Cubique est cette façade !

* Depuis le parking de la mairie, puisque telle est la fonction de ce bâtiment, la tour ronde a disparu.

* Ce sont donc des angles droits qui me font face.

* De suite, je suis attiré par la tour d'angle coté Nord-Est.

* Que vois je ?

- Une large plateforme au sommet.

- Un crénelage refait, mais sans respecter le style médiéval.

- Des mâchicoulis bouchés sur consoles triples.

- Une canonnière bouchée.

- Puis, dans l'angle, d'énigmatiques pierres en encorbellement.

Était ce une échauguette ?

* Les consolidations importantes ne me permettent pas de vérifier mon hypothèse.

 

 

L'intérieur :

* J'avance vers la porte.

* L’escalier d'entrée n'est point médiéval.

* Le bâtiment n'est pas ouvert à la visite.

* La mairie a été aménagée pour plus de confort et de modernité. Je pressens qu'il n'y a que peu à voir de l'époque médiévale.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (?), construction (possible) d'un château sur le point le plus élevé. Il contrôle le passage dans la plaine.

* Au 13ème siècle, le site est à plusieurs parçoniers. La plupart sont issus de la même famille : Les Autiges.

* A la fin du 15ème siècle, une tour ronde à canonnières est aménagée.

* En 1287, Guilhem Raimond de pins affirme que plusieurs châteaux dont Fieux sont dans la mouvance de son château de Moncrabeau.

* Au 20ème siècle, le château est devenu une mairie.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route et le parking. La visite de l'intérieur de la mairie est interdite.

 

 

Le Lot et Garonne est vraiment plat !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 09:50

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

Comment faire pour grimper cette falaise ?

 

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Aureille est située à 30km au Sud-Est d'Avignon, à 25km Est-Nord-Est d'Arles et à 15km au Nord-Ouest de Salon de Provence.

 

     Coordonnées du château :

43° 42' 28" N 04° 56' 57" E
 43.707708°  4.949227°

 
 

 

Le château : 

L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

* Le ciel est bleu, la chaleur agréable, mon envie de manger une glace est importante (je vous ai déjà parlé de mon petit péché mignon dans cette commune de Gironde).

Vais je pouvoir assouvir mon besoin de gourmandise ?

* Hélas, mes poils de Castellologue amateur sont dressés.... m'imposant de lever la tête pour trouver le chemin vers la ruine castrale posée sur le rocher.

 

 

En un bond... signé 007 Pourquoi les ruines castrales sont toujours en hauteur ?

* Étant un bon blush , je pressens qu'en un bond je serais en haut.... Mais la réalité est autre en cette Provence où les pierres chauffées par Râ ralentissent la progression.

* C'est donc essoufflé, assoiffé et en manque de glace que j'arrive au sommet... pour vous.

Absolument !

* J'ai gravi cette imposante "montagne" à la pente glissante, au risque de ma vie pour que vous ayez des images du château.

Ne suis je point extraordinaire ? angel

 

 

La raison retrouvée

* Quel curieux site :

- L'un des parements d'angle est parfait, presque neuf.

- Par contre, les murs, aussi bien extérieurs que des bâtiments, sont réalisés avec des pierres pauvrement taillées et peu jointives.

- Les nombreuses ouvertures (portes, fenêtres) sont partiellement écroulées ne laissant deviner que leur anciennes fonctions.

 

 

L'intérieur : J'ai le même plafond chez moi. Comment est le votre ?

Tu es Pierre... mais multiple !

* Je franchis la porte, dont la trace d'une poutre de blocage est encore visible.

* Je suis surpris de voir des pierres de qualité différente sur la hauteur d'un des murs.

 

 

Questionnement

1 - Pourquoi n'y a-t-il aucun système défensif visible ?

- L'arasement des bâtiments est une cause de la disparition du crénelage et des mâchicoulis (voir vocabulaire).

- Je pressens qu'il ne reste que les logis et communs.

- Les tours et remparts étaient certainement dans la partie disparue.

2 - Pourquoi n'y a-t-il aucune sculpture ?

- Un château si proche d'habitation est souvent "pillé".

- D'ailleurs, en circulant dans les ruelles du bourg, j'ai vu de belles pierres.

3 - Pourquoi les murs ne comportent aucune trace de cheminée ?

- Même si les jambages, manteaux et tablettes ont été "pillés", il n'y a pas de trace de foyer, ni de briques réfractaires, ni de conduit.

- Peut être étaient elles sur les murs disparus.

 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Durant les premiers siècles avant J.C., le site est habité.

* Au 5ème siècle, avec les nombreuses invasions "barbares", le site est abandonné.

* A la fin du 11ème siècle (à vérifier), un château est construit. un village fortifié s'établit au pied de la colline. Il dépend de l'archevêque d'Arles.

* En 1593, durant la huitième Guerre de Religion, le château est attaqué puis détruit. Le village est abandonné.

* Au début du 17ème siècle, l'archevêque et les consuls d'Arles prennent conscience de l'éloignement d'Aureille et la difficulté de protéger les habitants. Ils décident de vendre cette seigneurie. Madame Louise d’Ancezine, veuve du fortuné Baron (voir titre de noblesse) Christophe de Saint-Chaumont, achète les droits.

* A partir de 1608, plusieurs familles s'installent dans la seigneurie suite aux actions dynamique de sa nouvelle propriétaire.

* Au début 18ème siècle, Henri de Benault de Lubières est le nouveau seigneur.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible en respectant les propriétés privées. Bien que la ruine soit consolidée il est impératif d'être très prudent et de ne pas monter sur les vieux murs.

 

 

Quel magnifique château fort de plusieurs siècles !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux
des Bouches du Rhône

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2020 2 07 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

Pensez vous que cette ancienne cathédrale soit/fut fortifiée ?

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

      La commune de Die est située à 70km au Nord-Ouest de Gap, à 60km au Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à
45km au Sud-Est de Valence.

 

     Coordonnées de l'église :

44° 45' 09" N 05° 22' 15" E
 44.752461°  5.370862°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Fut elle fortifiée ?

* Après avoir examiné le rempart de cette cité Dauphinoise, mes pas me mènent vers une ancienne cathédrale qui fut "déclassée" en église au 18ème siècle.

* En découvrant cette haute tour, je suis impressionné.

* Le clocher-porche avec ses nombreux épais contreforts montre une solidité presque invulnérable.

* Mais...... il ne semble point défensif. 

 

 

La nef est.... mon vaisseau

* Ne voyant pas sur le clocher des preuves flagrantes que l'église fut fortifiée, j'avance vers la nef.Les ouvertures sont le secret de mon bonheur

* Pour un bâtiment aussi haut, je suis surpris de ne point voir de contrefort.

* Les fenêtres sont positionnées très hautes, cela permet d'être moins accessibles par des assaillants. Mais cet indice n'est pas une preuve.

* Soudain, mon d’œil d'expert (en trous dans les murs cheeky ) voit.... hooo...... entre les bandes lombardes des ouvertures rectangulaires. Leur position au dessus des fenêtres permet aussi une défense (comme une bretèche mais sans l'encorbellement).

* Je n'ai plus de doute, une salle de repli existe sous le toit de la nef.

 

 

Le temps c'est de l'argent... Mais le silence est d'or

* Je me pose une question :

Le chevet possède-t-il une salle de repli ?

* Pour connaître la réponse,  il faut longer la nef jusqu'au......

 * Le chevet ne ressemble pas à la nef :

- Il est moins large, moins haut.

- Il possède des contreforts.

* Etant pressé, je vérifie l'heure........

.... Ok, je suis dans l'étang...... oups... dans les temps. wink

 

 

Bandes Lombardes et bandes marron

L'autre face est (presque) identique

* Je contourne le chevet en hémicycle pour inspecter l'autre face de la nef.

* je passe rapidement devant une tour dont les pierres, les parements ne semblent pas de la même époque de nef et chevet.

* "Comme cela est curieux !".... m'écriais je

* Les fenêtres sont à la même hauteur, les ouvertures de la salle de repli sont identiques mais des bandes marrons rayent la blanche paroi.

Sont ce les fantômes des contreforts ?

* Puis, proche du clocher, je vois une tour.

 

 

L'architecture n'est pas plan plan

* Je vous sens perdu.

* Un Chevalier, de plus Dauphinois, se doit de mieux vous faire comprendre la position des bâtiments.

* Voici ... Le plan avec datation.

 

 

L'intérieur :

Vais je pouvoir monter ?

* La tour flanque possède un escalier éclairée par les nombreuses fentes verticales.

* J'ai hâte de l'emprunter pour monter vers mon ciel.

* C'est donc rapidement que j'entre dans l'église.

* L'intérieur est.... heu... intemporel.

* Les murs très clairs, sans décors peint, arborent des cadres et un mobilier marron.

* Je vois une nef unique de 15 mètres de large et de 17 mètres de haut.

 

 

La fin est toujours le début d'une autre aventure

* Que conclure ?

- La voûte de la nef confirme qu'une salle "non communicante" existe au dessus.

- La tour de la sacristie n'est pas ouverte au public.

- L'escalier n'est pas accessible.

* Je sors pour découvrir la ville, ses auberges et..... un château.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 5ème siècle, une petite église est construite au centre du bourg.

* Au 6ème siècle, une deuxième église et un baptistère sont construits.

* Jusqu'au 10ème siècle, églises et bâtiments religieux sont de nombreuses fois agrandis, remaniés.

* Au 11ème siècle, construction d'une tour défensive.

* Au 12ème siècle (1130 ?), sur la demande de l'évêque de Die, construction d'une cathédrale dédiée à Notre Dame de l'Assomption. Elle s'appuie sur la tour défensive. Elle est composée d'un clocher porche, une nef unique. Les archéologues supposent qu'un chemin de ronde est aménagé au sommet, comme pour beaucoup d'église du Sud de la France.

* Au 13ème siècle, achèvement des travaux de la nef.

* En 1443, effondrement de la falaise Thitonique du Claps à Luc en Diois (commune proche). Peu de temps après, le clocher de la cathédrale est renforcé.

Y a-t-il un lien entre ces 2 événements ?

* Au 16ème siècle, durant la Réforme Protestante, la cathédrale est fortement abîmée. L'arrachement de nombreuses statues et pierres sculptées a pour conséquence l'effondrement de la nef.

* Au 17ème siècle, le bâtiment religieux est reconstruit en gardant quelques bases anciennes. 

* En 1790, le diocèse de Die est supprimé. La cathédrale devient église.

* En 1840, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Notre Dame) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Il me faut entrer dans la lumière

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
3 janvier 2020 5 03 /01 /janvier /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

Vais je visiter une forteresse de Vauban ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montélimar est située à 50km au Nord d'Orange, à 40km au Sud de Valence et à 35km à l'Est-Sud-Est d'Aubenas.

 

     Coordonnées du château :

44° 33' 33" N 04° 45' 17" E
 44.559386°  4.754786°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Est il encore médiéval ?

* Au dessus de cette grande ville de la Drôme Provençale apparaît une construction presque millénaire.

* La masse est le but de ma visite de cette fin de matinée d'automne.

* En arrivant au sommet de la colline, je vois.... heu.... un aménagement défensif ressemblant aux constructions de Vauban.

Reste-t-il des murs médiévaux ?

 

Que voila belle entrée défensive !

 

Plusieurs siècles s’entremêlent

* Profitant de la douce chaleur Dauphinoise (sans chauvinisme bien sur) je longe ce rempart moderne (16ème siècle) avec ses échauguettes d'angle sur culots. 

* Soudain, je vois une tour carrée. Cette beauté médiévale (sentez là, sa poussière a au moins 600 ans.... c'est ainsi que je date les vestiges surprise ) est nommée : Tour de Narbonne. 

* Après avoir léché cette anguleuse beauté avec ses fentes défensives, je continue mon errante recherche.

* Médusé je suis devant..... hooo.... cette merveille.

* Vous avez évidemment  donné une fonction à cette cubique construction. Je vous résume :

- Bien qu'elle soit arasée (comme la tour de Narbonne), l'encadrement en retrait autour de l'entrée puis les fentes pour les flèches d'un pont levis m'informe que cette tour fut : Une porte défensive.

* Ma documentation affirme que cette entrée fut aménagée au 16ème siècle...... Qu'importe, elle copie parfaitement une construction médiévale.

 

 

Prendre son temps pour comprendre

* Avant de traverser cette porte, il est important que vous compreniez l'architecture de nombreuse fois modifiée (voir historique).Que c'est beau un château..... Dauphinois !

* Voici la légende du plan :

1 - Chapelle Saint Pierre (11ème ? ).

2 - Logis seigneurial (12ème).

3 - Tour utilitaire (13ème).

4 - Tourelle du logis (14ème).

5 - Donjon (14ème).

6 - Mur d'enceinte (14ème 16ème).

7 - Tour de Narbonne (14ème).

 

 

L'intérieur :

Entre elle et moi

* Je traverse la porte défensive.

* J'admire les fentes de tir sur le mur (repère 6).

* Je donne quelques piastres à une damoiselle au sourire enjôleur. kiss

* Puis je commence la découverte de la cour en admirant l'extérieur des bâtiments de cette forteresse.

 

 

Faire la coure à la courA gauche, le logis, au fond, le donjon, sur le rempart, moi !

* Mon premier réflexe est évidemment d'admirer le système défensif du mur (repère 6). 

Imaginiez vous des archères avec un ébrasement si important ?

* Puis je me retourne pour regarder le donjon (repère 5) :

- Ce donjon s'appuis sur le rempart.

- En notre siècle, cette construction comporte au premier niveau, la billetterie et l'accueil des touristes (cette salle était certainement les écuries........ il est bon de ne point respirer en payant cheeky ).

- La ronde tour dans l'angle comporte un escalier.

- Evidemment avec les modernisations (ouverture des fenêtres), les consolidations (bouchage des portes), cette tour maîtresse défensive a perdu de sa puissance.

- Pourtant, en détaillant cette masse je vois encore la salle défensive sous le toit

Avez vous vu l'arc en encorbellement

permettant d'accéder au chemin de ronde ?

 

 

Religieusement présente

* En chaque château, il y avait une chapelle ou un bâtiment religieux. C'est donc sans surprise que je découvre cette construction avec des chapelles en hémicycle  (repère 1) .

* L'intérieur ayant été mutilé par les Protestants au 16ème siècle, il est étonnant de voir encore des traces de peintures âgées de 600 ans au moins.

 

 

Que voila palais luxueux

Le luxe Dauphinois !

* Au centre du château trône un bâtiment anguleux. C'est le palais des Adhémar (repère 2) .

* Il arbore au 1er étage, coté ville, 9 fenêtres décorées. Les voussures des archivoltes sont composées de claveaux sculptés de palmette alternant pierre blanche et molasse brune. Les arcatures plein cintre sont jointives. Elles retombent sur des chapiteaux portés par des colonnes cylindriques ou carrées.

* A elles seules, ces baies sont un chef d'oeuvre de l'art roman.

* Evidemment ces grandes ouvertures de lumière éclairent la aula et la loggia.

 

 

Entrer dans les entrailles

* Je pousse la porte.

* Pendante d'admiration est ma langue (mais point comme ce vil personnage surprise ).

* Avec lenteur (pour mémoriser chaque détail) je grimpe l'escalier.

 

 

Mettez la table, je vous invite tous à manger en cette salle

Holala, la aula

* Evidemment, un site castral médiéval transformé en musée ou en centre artistique doit respecter les nombreuses et contraignantes normes de sécurité au public. Ce sont donc des salles très propres, très éclairées, très organisées que je découvre.....

   ..... mais le rêve est présent par de nombreux détails.

* La grandeur des salles, les pierres dont certaines ont été taillées il y a 10 siècles et d'autres 6 siècles, les fenêtres à coussiège me transportent.

 

 

La fin..... c'est l'immensité

* Le site castral étant payant, je ne vais pas tout vous montrer.

* Conséquence : Je vous abandonne devant cette porte pour que vous admiriez le panorama.

* N'oubliez pas de redescendre par cet escalier avant la fermeture.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction d'un château défensif sur une motte aplanie, entourée d'un fossé. Il est possession de la famille Adhémar.

* A la fin du 12ème siècle (?), la famille Adhémar transforme le site fortifié en palais.

* Au 13ème siècle, construction (amélioration ?) d'un rempart entourant le logis (le château ?). Une aile est construite sur le logis.

* Au 14ème siècle, construction de la tour défensive nommée : tour de Narbonne.

* En 1570, durant les Guerres de Religion, Montélimar est attaqué par les troupe Huguenotes.

* En 1585,  le Duc de Lesdiguières, chef des armées protestantes du Dauphiné, attaque la ville. Les Catholiques se réfugient dans le château. Lesdigières les délogent peu de temps après.

* Vers 1586 (?), le Duc (voir titre de noblesse) de Lesdiguières demande la destruction du vieux château. Il conserve le donjon, le logis et la tour de Narbonne, puis il fait bâtir une fortification plus moderne et adaptée aux armes à poudre. L'entrée avec pont levis est construite (ou aménagée ?). La nef de la chapelle est transformée en poudrière.

* De 1622 à 1788, le logis est le siège de l'état major Royal.

* De 1792 à 1926 (?), l'ancien logis seigneurial a pour fonction : Maison d'arrêt. Les fenêtres sont obstruées, de nombreux aménagement détruisent la beauté des salles. La chapelle retrouve sa fonction de prière, elle est à nouveau consacrée.

* En 1889, le logis seigneurial est classé aux Monuments Historiques.

* En 1938, la tour de Narbonne et mur de fortification reliant cette tour au château sont classés aux Monuments Historiques.

* Vers 1965 (?), le château est acheté par le département de la Drôme.

* En 1983, après de nombreux travaux, le château est ouvert au public.

* En 2000, le château devient un Centre d'art contemporain présentant des expositions temporaires de jeunes artistes.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis le parc et le sentier. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires et jours d'ouverture.

 

 

Au loin, c'est le Vivarais

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2019 2 31 /12 /décembre /2019 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

En Gironde, je pensais qu'il n'y avait que des champs de vignes !

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Saint Laurent d'Arce est située à 25km au Nord de Bordeaux et à 20km au Nord-Ouest de Libourne (voir sa porte fortifiée).

 

   Coordonnées de la chapelle :

45° 03' 13" N 00° 28' 46" W
 45.053706°  -0.479635°

 

 

 

La chapelle :

L'extérieur :

Avant propos

* Mon blog est consacré aux bâtiments fortifiés d'origine médiévale, qu'ils soient entiers ou en ruine, visitables ou pas.

* Normalement, je ne devrais pas montrer des constructions non défensives....... mais.....

 ....... à partir de ce jour, je vais faire quelques exceptions tout en restant au Moyen Âge.

* En abordant des thèmes comme les Templiers, la Guerre de Cent Ans, la vie de Jeanne d'Arc, je vais être confronté à des constructions historiques qui n'étaient pas fortifiées.

* Je ne vais pas abuser de ce type d'article, mais je me dois de préparer le terrain d'un futur projet qui me titille depuis quelques années.Derrière le champs de tombes.... une chapelle

* Voici un exemple avec un site Templier dont il ne reste qu'un bâtiment religieux non défensif.

 

 

Un cimetière herbeux

* Après avoir visité l'église fortifiée de Saint Laurent d'Arce, je me dirige vers le Nord-Nord-Ouest pour voir une chapelle ayant appartenu à l'Ordre de Temple.

* Après 3km, mon regard tombe sur...... des tombes.

* Qu'il y ait un cimetière proche ou entourant un bâtiment religieux ne devrait pas me surprendre, mais que ce soit des sarcophages, de plus si nombreux, m'interpelle.

* Nombre d'entre eux ont été déterrés puis regroupés contre la chapelle.

* Une brochure m'informe que ces sarcophages ont été construits sur plusieurs siècles. J'avoue ne pas être compétent pour définir l'évolution des formes de ce type de pierre taillée.

 

 

Presque borgne et sans fioriture

* Le bâtiment religieux est de forme rectangulaire. Architecture Romane et d'une grande simplicité

* Le coté Nord ne possède aucune fenêtre. La ligne de corbeaux me fait imaginer que des bâtiments s'appuyaient sur cette face.

* La construction est renforcée par des contreforts larges mais peu épais aux angles et au milieu de la nef.

* Le chevet plat, avec ses 3 lancettes ogivales, mesure 10 mètres de large. Il est dépourvu de corniche et modillon.

* La façade Sud, comme sa consœur opposée, ne possède aucune fenêtre. Le nombreux trous et corbeaux recevaient des poutres pour des bâtiments (voir cet exemple de auvent).

* La façade occidentale possède une porte plein cintre au bout d'un portail aux voussures très sobres. Au dessus, la haute et fine fenêtre es surmontée est surmonté d'un clocher à double arcade.

 

 

Comment entrer ?

* J'avance vers le portail.

* Je tire, je pousse, je tourne.... je vire sur ma droite pensant que je ne verrais pas cette curiosité Templière.

* Mais la petite voix posée sur mon épaule me dit :

"Chevalier, regarde sous le auvent !"

* Porte je vois..... L'affronter je vais.

 

 

L'intérieur :Simplicité, linéarité, luminosité

Sombre et lumineux !

* Ma première surprise est l'épaisseur du mur : 1,60 mètre.

* La deuxième est la lumière.

* Je pensais que l'absence de fenêtre le long de la nef aurait été préjudiciable à la clarté.

* En réalité, les grandes ouvertures positionnées en hauteur coté chœur puis entrée diffusent une douce lumière.

* Par contre, l'humidité sur les murs ternit un peu la beauté simple de la chapelle.

* Avant de vous présenter l'intérieur, je vous invite à la lecture du plan.

Nota :

- L'architecture intérieure de cette église ressemble beaucoup à celle de Saint Martial de Viveyrol dans le Périgord.

 

 

Que de détails montrant la vie !

* Sur la gauche, coté clocher, la grande porte.

* Sur sa droite, les bancs cachent le bénitier en pierre.

* En face un long mur lisse, sans colonne, sans pilier. Conséquence : une voûte en berceau ogival sans doubleaux (référence : monuments historiques).

* Puis, dans  l'unique niche, je vois une statut.

Est ce Sainte Quitterie que l'on invoquait contre la rage ?

* A droite, le chœur est séparé de la nef par une double barrière basse en pierre formant un templon (?).

* Au dessus de l'autel, les 3 baies de lumière illuminent "divinement la pièce".

* Une curiosité architecturale m'interpelle ;

Pourquoi le mur à gauche est creusé ?

A - Passage secret à la salle d'un trésor caché.

B - Porte bouchée vers l'ancienne sacristie.

C - Fantôme d'un passage vers les communs accolés.

D - Poterne.

Quel est votre avis ?

 

 

Particularité architecturale unique ! Pur Malte... comme mon café

*  Ce n'est pas les nombreuses croix de Malte dont je souhaite vous entretenir, mais.....

.... la chair (sans le E à la fin... car je suis dans une chapelle blush ).

* Traditionnellement elle est en bois......

.......D'habitude c'est un escalier en bois qui permet l'accès.

* La chaire de cette chapelle est en pierre.

* Pour l'atteindre, il faut utiliser un escalier taillé/construit dans l'épaisseur du mur donc l'accès est sur la droite.

 

 

Le diaporama de la chapelle est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de la chapelle :

* Au 13ème siècle, construction de bâtiments d'habitation, de culte et de stockage par l'Ordre du Temple.

* Vers 1312 (?), après le concile de Vienne, après la dissolution de l'Ordre du Temple, le site devient possession de l'Ordre des Hospitaliers.

* Au 16ème siècle (?), destruction des bâtiments autres que la chapelle.

* En 1921, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la chapelle (dédiée à Sainte Quitterie) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible parfois à travers la gille derrière la porte. Veuillez vous renseigner.

 

Est ce un graffiti de 800 ans ?

 

Vers liste
bâtiments des Templiers
Vers liste châteaux des Templiers   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0