24 avril 2020 5 24 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

 

Je pressens qu'il va encore falloir gravir une pente

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Rognes est située à 25km au Nord-Est de Salon de Provence, à 20km au Nord-Ouest d'Aix en Provence et à 12km à l'Ouest de Pertuis.

 

     Coordonnées du site castral :

43° 39' 57" N 05° 20' 44" E
 43.665868°  5.345636°

 

 

 

Le site : 

L'extérieur :

Pourquoi ont ils construit des ruines en hauteur ?

* Un jour, j'ai lu :

"L'histoire est un éternel recommencement !"

* J'ai l'impression que ce dicton correspond parfaitement à ma vie de castellologue amateur.

* Ce matin, j'ai du monter une colline pour voir une ruine à quelques kilomètres de là et cet après midi..... mon destrier me dépose sur un parking au pied d'une autre colline qu'il va me falloir grimper.

Pourquoi n'y a-t-il jamais d'ascenseur ?

* Pauvre Chevalier qui doit encore monter, monter, monter puis être griffé, griffé, griffé par les milliers de ronces agressives, agressives, agressives adorant mes jolis, jolis, jolis mollets.

* Donc, pour vous, j'avance vers cette beauté.

 

 

Voyez vous les maisons ?

Il était une fois...

* Je commence l'ascension du Foussa, la colline habitée depuis .... très longtemps.... (100 000 ans d'après les restes de silex).

* Foussa vient du provençal signifiant : Creuser des fosses.

* Le sentier peu large serpente entre les maisons récentes et les herbes...... de Provence bien sur.

 

 

Soudain.....

* Un peu comme par magie, un pan de mur sort du sol.

* Ces nombreuses parois de hauteur plus ou moins importante, sont les vestiges du village médiéval.

* Avec un peu d'attention et de patience je vois :

- Un abreuvoir taillé dans la pierre.

- Une cave.

- Une citerne ou un puits (peut être).

- Les vestiges de maisons.

 

 

Je sors mon sac de couchage et... je dors ici ce soir

Vraiment trop... glodytique

* Contre la paroi, une surprise m'attend :

- Sur deux niveaux, des habitats troglodytes.

- Proche, d'autres trouées dont l'entrée est parfois barrée par la végétation.

- Plus loin, une autre habitation composée de 2 pièces.

* Les cavités s'enchaînent, chacune plus ou moins grande,  plus ou moins accessible.

 

 

Le site prend de la hauteur !

* Une paroi me bloque.

* Je lève la tête pour apercevoir :

- Des trous de poutres m'informant qu'un habitat existait.

- Des fentes verticales creusées pour... heu.... je ne sais que penser.

- Au sommet, un mur en pierres sèches. Je pressens que ce fut l'un des remparts du château.

 

 

 

L'intérieur :

Vide et si plein ! Voyez vous toutes les constructions ?

* En un bond (ou presque) j'arrive sur le plateau.

* Le mur à mes pieds possède de nombreuses traces de vie...... mais je ne vous les montrerai pas car il faut que vous les touchiez pour mieux les "vivre".

* Le seul bâtiment encore visible facilement est au centre, proche de la paroi.

 

 

Est ce que le bâti ment ?

* Ce magnifique vestige a une forme rectangulaire.

* Au sol, je constate qu'un mur le divise en 2 salles.

* Sur la droite, proche des pierres d'arrachement, je crois voir les traces d'un conduit de cheminée.

* La fenêtre montre :

- Les trous pour des volets intérieurs.

- Une coussiège (voir vocabulaire).

* L'autre pièce était aussi éclairée par une fenêtre avec une coussiège dans l'épaisseur du mur.

 

 

Ma faim devient votre fin

* Cette marche m'a épuisé. L'immense plateau a vidé toutes mes forces.

* Il faut que je dévore quelques victuailles.

* C'est donc assis sur un rocher que je vous abandonne pour déguster mes mets  (mémé ?) et le panorama.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du site castral :

* Vers 1150, Rogne est cité dans un texte.

* Au ??, un château est construit puis un village s'établit sur les pentes de la colline nommée Foussa.

* En 1595, le château est démantelé par les ligueurs.

* Au 17ème siècle (?), le village est abandonné. Les habitants s'établissent au pied de la colline, (formant l'actuelle commune). Les pierres de l'ancien village sont récupérées.

* En 1909, un tremblement de terre détruit de nombreuses maisons de la commune.

* En 1929, les ruines du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du château et des habitats troglodytiques est libre et gratuite. Veuillez être prudents dans la ruine du château car le risque de glisser existe. Veuillez respecter les habitats car certains sont encore habités ou utilisés.

 

 

Ce parfum de fleur m'emporte vers les senteurs de l'infini

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux
des Bouches du Rhône

Partager cet article

Repost0
21 avril 2020 2 21 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Est ce l'entrée du château médiéval ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Châteaudouble est située à 25km au Nord de Crest (voir son donjon), à 20km à l'Est de Valence et au Sud de Roman sur
Isère.

 

 

 

Le château bas : 

L'extérieur :

Coordonnées du château bas

44° 54' 18" N 05° 05' 51" E
 44.904945°  5.097462°


 

 

Mes pieds ne touchent plus sol !

* Imaginez ma réaction lorsque sur ma carte je lis le nom : Châteaudouble.

* Milles questions viennent à moi :

- Y a-t-il 2 châteaux ?

- Est ce que l'un fut détruit puis remplacé par le second ?

- Sont ils imbriqués ?

* Je me dois de sceller un accord avec ce site et de seller mon destrier pour découvrir cette curiosité Dauphinoise.

 

 

En bas... de la selle et du bourg

* Le long d'une route récente, à 500 mètres au Nord de la commune, je vois un mur précédé d'un petit fossé.

* Derrière une haute porte double, une longue allée de 60 mètres (environ).

* Au fond, un imposant bâtiment :

- Un quadrilatère de 50 mètres de coté.

- Aux extrémités de la façade, deux tours carrées d'angle.

- A l'arrière, deux tours d'angle ronde.

- Au centre du bâtiment, une cour ouverte.

* Ce site castral n'est pas médiéval.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée et habitée est interdite à la visite.

* Je rebrousse chemin pour visiter..... l'autre château.

 

Sentez vous le plaisir médiéval ?

 

 

Le château haut : 

L'extérieur :

Coordonnées du château haut

44° 53' 57" N 05° 05' 59" E
 44.899379°  5.099849°

 

 

Vais je être rompu en ce château ?

* Pour trouver l'autre château il faut.......

..... suivre les panneaux.

* Ho hisse, hisse..... puis il faut monter.

* Soudain, je vois une trace au sol. Ce n'est pas un simple caillou mais des pierres amalgamées, donc appartenant à une construction.

* Je lève la tête pour voir.......

.... Hooooo !

* Voyez vous cette merveille !

 

 

L'intérieur :

Détails et des taillesQuel magnifique pan de mur médiéval !

* Lentement j'avance sur ce sol herbeux.

* Parfois, sous mes chausses, je sens une pierre ou un groupe de pierres ayant appartenu au château..... peut être à ce mur.

* J'erre sur la colline, je suis à la recherche d'un indice, je rêve de voir une archère ou des races de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Après plus d'une heure de recherche, je ne vois que des pans de mur effondrés, tenant en équilibre, par magie.

 

 

Le trésor, enfin !

* Soudain en levant les yeux, je vois un poteau m'informant de la présence d'une table d'orientation.

* De là je vois le début du Vercors, puis au loin l'immensité de mon Dauphiné.

 

 

Le diaporama des châteaux est visible ici

 

 

 

Histoire du château HAUT :

* Au 11ème siècle, construction d'un château au sommet d'une colline.

* Au 16ème siècle, le château médiéval en haut de la colline est détruit (certainement à cause des Guerres des Religion).

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine nommée "Château Rompu" sur la colline est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le risque de glisser, de tomber ou de recevoir une pierre existe.

 

 

Histoire du château BAS :

* En 1591, début de construction du château bas appartenant à François des Massues.

* En 1660, la famille Labeaume achète le château bas.

* Au 19ème siècle, le château appartient au Vicomte (voir titre de noblesse) de Boutaud. 

* A la fin du 19ème siècle, le château appartient à la famille Merle du Bourg. 

* En 1959, une partie du château bas est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1988, une partie du château bas est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château bas est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite, mais il serait possible, sur réservation, de découvrir certaines salles avec le propriétaire. Veuillez vous renseigner.

 

 

De là, je vois presque l'Amérique

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
17 avril 2020 5 17 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Il va me falloir des heures pour tout voir et tout comprendre

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Viviers est située à 50km au Nord d'Orange, à 30km au Nord-Est de Vallon Pont d'Arc et à 10km au Sud-Sud-Ouest de Montélimar (voir son château).

 

   Coordonnées du centre fortifié :

44° 28' 56" N 04° 41' 25" E
 44.482214°  4.690464°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* Etre un castellologue amateur, c'est :

- Marcher des heures à la recherche d'une ruine médiévale perdue.

- Avoir les mollets griffés par les ronces et parfois des plantes vénéneuses.

- Sentir la sueur odorante perler sur son corps.

- Recevoir des pierres sur la tête ou glisser sur des cailloux d'un parement effondré.

* Il est donc logique que parfois, sur mon heaume protecteur, je pose un chapeau de paille de touriste pour retrouver le calme, le plaisir simple de la sécurité.

* C'est donc logiquement qu'après une semaine de marche en Vivarais, je me repose en cette commune aux "milles" bâtiments médiévaux consolidés.

Pensez vous qu'en ces trous des pigeons amoureux roucoulent ?

 

 

 

Promenade dans le temps

* Pour entrer en cette cité il faut presque montrer patte blanche devant la porte, car franchir les hauts remparts semble impossible.

* Puis les constructions anciennes s’enchaînent.

* Une tour joue à se cacher de moi. Coincée entre des bâtiments anciens, la ronde construction avec son pigeonnier me nargue car elle n'est point visitable.

* Plus loin, dans les étroites ruelles, je vois un large encorbellement. Cette construction repose sur des consoles triples.

- Je pressens que ce fut une bretèche.

* Puis en tournant la tête, une autre construction défensive ayant la même fonction, mais avec 2 curiosités :

- Un blason sculpté.

- L'ouverture de tir a été remplacée par 2 fenêtres de confort moderne.

* Diantre, que cette cité Vivaraise est magnifique !

 

 

 

Clocher-tour ou tour-clocher ou simple tour ?Diantre !... Est ce une cathédrale fortifiée ?

* Au loin, une curieuse polygonale construction.

* Cette curiosité, de 40 mètres de hauteur, s'élevant dans le ciel porte plusieurs noms (qualificatifs) :

- Le clocher,

- Le campanile,

- La tour Saint-Michel.

* Cette construction fut la porte d’entrée du quartier canonial au 11ème siècle. Depuis elle est reliée à la nef par un porche.

* Sa base carrée est ornée de bandes lombardes.

* Au-dessus est aménagée une chapelle dédiée à l'Archange Saint Michel (cela explique son patronyme).

* Puis au dessus, un étage octogonal (du 14ème siècle).

* L'étage possède quatre cloches nommées :

- Antoinette-Sophie.

- Arsène-Élisabeth.

- Théodorine-Joséphine.

- Marie-Jeannette.

 

 

L'intérieur :

* Les maisons défensives, la tour, le clocher ne sont pas visitables.

* Je vais en profiter pour manger une glace châtaigne-nougat (les 2 produits régionaux), cela me permettre de goûter d'autres parfums que ceux dans cette ville fortifiée de Gironde.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

* Au 1er siècle avant JC, la butte est habitée.

* A partir du 3ème ou 4ème siècle, un évêque habite le site durant l'évangélisation de la province.

* Durant 6ème siècle, l'évêché est attaqué, détruit, reconstruit.

* Au milieu du 6ème siècle, construction d'un premier rempart entourant la cité.

* Au 6ème siècle (?), construction d'une chapelle dédiée à Saint Martin pour recevoir dans sa crypte le corps de Saint Ostian (prêtre vénéré par les Vivarois).

* Au 7ème siècle, construction d'un deuxième rempart.

* Au 9ème siècle, une belle construction Romane sert de site de prière et d’évêché. La chapelle dédiée à Saint Martin est partiellement consolidée.

* Vers 1032, Viviers est rattaché au Saint Empire Romain Germanique. Le site se fortifie, une porte monumentale est aménagée.

* Au 11ème siècle, construction du rempart "définitif" entourant la cité. La chapelle dédiée à Saint Martin est agrandie (vérifier) et sculptée.

* Au 13ème siècle, agrandissement du rempart. Avec les années, deux villes se forment :

- Celle du bas, commerçantes.

-Celle du haut, cité religieuse.

* Au 14ème siècle, amélioration des systèmes défensifs du château et du rempart.

* Au 16ème siècle, Claude de Tournon détruit une partie de la cathédrale Romane pour aménager un bâtiment de style Gothique.

* Vers 1546, sur les bases de constructions datant du 14ème 15ème siècle, construction d'une maison pour Noël Albert (nommé aussi Albert de Noe) qui sera nommée : Maison des Chevaliers.

* Au milieu du 16ème siècle, les Guerres de Religion enflamment la province. Viviers est attaqué par les Huguenots. Les maisons des chanoines, le cloîtres et d'autres bâtiments sont fortement dégradés.

* Au début du 17ème siècle, construction d'une tour à l'Est du château.

* Au début du 18ème siècle, construction de 2 portes dans les remparts.

* Vers 1789, l'évêque Charles de la Font de Savine jure fidélité aux Révolutionnaires et à la Révolution. Cet acte épargne la cathédrale et les bâtiments religieux.

* Vers 1792, les biens de l’église sont réquisitionnés par les Révolutionnaires puis vendus (à vérifier).

* A partir du début du 19ème siècle, de nombreux travaux de démolition sont entrepris pour plus de modernité.

* En 1868, les fouilles dans la chapelle dédiée à Saint Martin révèlent le tombeau et les traces de Saint Ostian. Ses reliques sont transportées dans la cathédrale.

* En 1906, la cathédrale est classée aux Monuments Historiques.

* En 2017, un autre patrimoine Français trouve sa place au centre du bourg : La statue de Johnny Hallydaysurprise

- Pourquoi ?

- Sa mère, qu'il venait voir souvent, est au cimetière de la commune.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des bâtiments (ainsi que la statue de l'idole des jeunes) est libre et gratuite. La visite de l'intérieur de chacune des fortifications est interdite.

 

 

Là haut c'est l'inaccessible fortification

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
14 avril 2020 2 14 /04 /avril /2020 08:53

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

 

 

Voyez vous la ruine sur le plateau ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Le Puy Sainte Réparade est située à 15km au Nord d'Aix en Provence, à 10km au Sud-Ouest de Pertuis et à 8km à l'Est de Rognes (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

43° 38' 52" N 05° 26' 12" E
 43.647751°  5.436706°

 

 

 

Le site castral : 

L'extérieur :

J'ai une envie de croissant aux amandes

* Lorsque dans le bourg j'ai demandé la direction d'une boulangerie, un autochtone à la bedaine bien en avant me dit :

- "C'est par là, mon gars !"

* C'est donc avec assurance que je me dirige vers le Sud.

* J'aurais du me méfier de son ricanement derrière son épaisse moustache.

 

 

Est ce la boulangerie ?

Village âgé

* En face de moi, une ruine.

* A la base du contrefort un panneau indique : Boulangerie.

* Avec précaution, j'entre. Je vois un four mais point de boulangère.

Pensez vous qu'elle soit à l'étage ?

* Comme vous le comprenez, ce bâtiment se situe en bordure de l'ancien village. De nombreuses maisons sont encore visibles dont certaines possédaient de belles voûtes.

* Ne pouvant définir avec certitude les dates de construction de ces habitations ruinées, je continue la montée vers une plateforme.

 

 

Ces murs me murmurent

* La pente est douce, le sentier est bien défini, l'herbe n'est point agressive ni piquante pour mes jolis mollets.

* C'est donc avec émoi que j'arrive devant un mur.

 

 

Quelle magnifique... heu... statut médiévale !

L'intérieur :

Ramper devant un rempart

* Le mur (rempart ?) en pierres sèches semble faire le tour d'un curieux vestige.

* Le mur est si petit que je ne distingue aucun système défensif.

 

 

Tel un doigt 

* Proche du ravin, je vois une haute construction faite de pierres à bossage.

* Bien que la dimension des pierres soit multiple, leur qualité et taille me font penser que ce château devait appartenir à un riche seigneur.

N'y a-t-il que ce vestige de tour ?

* En regardant au sol, je comprends que le château est étendu en horizontal.

 

 

Castellologue et comptable je suis !

* Pour définir la dimension du site castral, je décide de compter les pierres :

- Une, deux, trois, quatre, cinq....

* Pour vous faire patienter, je vous propose de regarder les vestiges de l'ancien village et surtout le magnifique panorama.

- Deux cent trente trois, deux cent trente quatre......

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du site castral :

* Au 4ème siècle avant JC, durant le second âge du fer, un oppidum est construit sur la colline.

* Vers le 8ème siècle; durant les importantes invasions surtout Sarrasines, un château est construit sur le plateau pour sécuriser la population.

* Au 12ème siècle (?), le site est possession de l’archevêque d'Aix.

* Vers 1579, durant les guerres de religion, une troupe de Carcistes attaque puis s'empare du site castral. Ces intégristes saccagent la région.

* Peu de temps après, l’archevêque d'Aix récupère le site.

* Vers 1585 (?), Hubert de Garde Vins, à la tête d'une troupe de Ligueurs, attaque le site.

* Vers 1612, le roi de France Louis XIII (voir liste des rois) ordonne le démantèlement des nombreuses places fortes dont celle de Quille.

* A la fin du 17ème siècle, une partie de la population déserte le village pour s'installer plus bas, proche des terres cultivables.

* En 1909, un séisme détruit presque complètement la tour et toutes les maisons proches.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que la ruine soit consolidée, soyez très prudents.

 

- Quatre cent soixante six, quatre cent soixante sept...... cool

 

 

L'infini s'offre aux amateurs de ruines castrales

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux
des Bouches du Rhône

Partager cet article

Repost0
10 avril 2020 5 10 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Comme le Vercors est vert !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Die est située à 70km au Nord-Ouest de Gap, à 60km au Nord-Est de Montélimar (voir son château) et à 45km au Sud-Est de Valence.

 

Coordonnées de la plus fascinantes partie du rempart :

44° 45' 26" N 05° 22' 25" E
 44.757241°  5.373820°

 

 

 

Le rempart : 

L'extérieur :

Le repos m'est interdit !

* Un Chevalier Dauphinois (surtout le votre) est un être parfait et infatigable.

* Par monts et par vaux il va, sans limites de temps et de climat.

* Mais parfois, votre Chevalier a envie de savourer le paysage.... surtout celui de Son Dauphiné.

Le Vercors, le diamant !

* Mais, en se retournant, cet être merveilleux (heu... suivez un peu, je parle de moi) voit un mur, un long mur, un mur presque sans fin.

* Voici le début d'une nouvelle aventure. 

 

 

Les aimez vous rondes.... Bien rondes ?

Ramper devant un rempart

* Vous êtes si intelligents mes lectrices et lecteurs que vous avez deviné, grâce au titre de l'article, que je vais vous faire découvrir un rempart.

Pourquoi y a-t-il un rempart ?

* Un haut mur entourant une ville est avant tout une protection.

- Ce rempart fut construit au 3ème siècle à cause des attaques des tribus belliqueuses venant du Nord de l'Europe.

* Mais pour les Romains, le mur est aussi un symbole, une manière de monumentaliser la ville, de montrer son importance, de justifier cette capitale.

 

 

J'adore la variété.... même en chanson

* En longeant ce rempart, je constate qu'il possède des tours (une cinquantaine à l'origine) permettant de protéger les murs.

* Elles ont différentes formes certainement dues à des modifications et reconstructions sur plusieurs siècles :

- Certaines sont rondes.

- D'autres carrées ou parallélépipédiques avec des parements d'angles très solides.

- Et une est polygonale (7 pans).

 

 

Les hommes sont capables de grandes choses !

Bric et broc s'entremêlent

* Ce qui me frappe est le manque d'homogénéité des formes et des matériaux.

- Par exemple : Cette tour réalisée en petites pierres non taillées et peu jointives possède un parement d'angle composé d'imposantes pierres taillées.

* Les modifications sont visibles partout :

- La porte médiévale de Beaumes a été  bouchée durant les Guerres de Religion.

- Une poterne (certainement) a aussi été obstruée.

* Ce rempart ayant été pauvrement entretenu à partir du 19ème siècle, certains parements se sont effondrés laissant voir le remblai.

* Que de merveilles sont dans les murs :

- Des dalles.

- Des stèles.

- Des morceaux de colonnes lisses ou cannelées.

 

 

Encore et toujours

* Lentement je poursuis mon errance sur les 2km de rempart, parfois disparu.

* Tours carrées souvent très abîmées et tours rondes parfois très refaites s’enchaînent.

* Soudain, au loin apparaît une porte  G R A N D I O S E  !

 

 

Saint Marcel est son nom

La porte Saint Marcel

     Coordonnées de la  porte :

44° 45' 12" N 05° 22' 25" E
 44.753325°  5.373656°

 

* Quelle beauté !

* Certains historiens supposent qu'elle se nommait "Porte des Alpes". C'est la canonisation de l'évêque Marcel de Die, qui a/aurait fait changer son nom vers le 6ème siècle.

* Deux tours encadrent la porte d'accès.

* D'imposants blocs de pierre constituent la base de l'édifice.

* Une moulure divise la hauteur.

* L'ensemble a été surélevé au Moyen Âge.

- Un crénelage avec mâchicoulis (voir vocabulaire) devait exister sur les tours.

- Au centre, les consoles sont les vestiges d'une bretèche.

- Les fentes pour les bras d'un pont levis ont été bouchées.

 

 

L'intérieur :

Traverser les siècles

* Avec précaution, je franchi la porte.

* A l’intérieur je vois l'emplacement du double vantail ainsi que les rails de guidage d'une herse.

* A l'intérieur puis coté ville, elle montre des pierres d'un arc de triomphe qui a été démonté pour être installé dans le rempart. 

* La voûte de l'arc est décorée de médaillons à fleurons.

 

 

La fin est aussi un début

* Quelle aventure !

* Ce voyage de 18 siècles me donne une énergie sans limite.

* Je vais errer dans la ville à la recherche d'une autre construction fortifiée : L'ancienne cathédrale.

 

 

Le diaporama du rempart est visible ici

 

 

 

Histoire simplifiée du rempart :

* Au 1er siècle, des maisons formant un village sont construites sur une butte au dessus de la rivière Drôme.

* Au 2ème siècle, Dea Augusta Vocontiorum devient une capitale Romaine.

* A la fin du 3ème siècle, avec les menaces des "tributs barbares" du Nord, la ville s'entoure d'un rempart sur deux kilomètres de long. Il possède 2 portes défensives à l'Ouest et à l'Est et 2 poternes.

* Au 9ème siècle, le seigneur de Die possède un "chastel" à l'intérieur du rempart.

* Au 12ème siècle (à vérifier), le rempart est consolidé.

* Au 13ème siècle, après la disparition de la lignée seigneuriale, l'évêque devient Comte (voir titre de noblesse) de Die.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le rempart est consolidé.

* En 1629, Louis XIII (voir liste des rois) et le cardinal de Richelieu dorment dans la cité après leur victoire durant un des nombreux épisodes de la Guerre de Trente Ans.

* Au 17ème siècle, des bastions sont construits pour renforcer le système défensif si peu adapté aux canons.

* A partir de 1820, le rempart, devenu inutile, est partiellement démoli pour aménager des habitations.

* En 1862, la porte Saint Marcel est classée aux Monuments Historiques.

* En 1891, la porte défensive Saint-Pierre, coté Ouest, est démolie.

* En 1921, le rempart et ses tours sont classés aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du rempart et de sa porte défensive est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est impossible.

 

 

our mieux sentir les époques du rempart, il faut ramper

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

aVoyez vous une construction médiévale à visiter ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   L'ancienne commune de Thorens Glières est située à 30km au Sud-Est de Genève, à 20km au Dus-Ouest de Bonneville et à 15km au Nord-Est d'Annecy (voir son château).

 

   Coordonnées du château

45° 59' 38" N 06° 15' 22" E
 45.993883°  6.256261°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Quand il n'y en a plus, il y en a encore

* Pour comprendre la vie des châteaux de la Savoie médiévale, je me suis documenté sur l'histoire de cette puissante province. De nombreuses fois, j'ai été confronté à François de Sales. surprise

* Étant curieux de tout, je me suis rendu au château où il naquit.

* Hélas, après une première destruction par le feu en 1617, puis l'attaque des troupes Royales Françaises (1630), du château il ne reste rien, excepté une chapelle (datée de 1672 ?) et une croix, toutes deux postérieures au château.

Toit, toit, mon toi...... oserai je chanter

* A quelque chose malheur est bon, car en contrebas, je vois un château.

Est il médiéval ?

 

 

 

Imbrication de toits pour moi

* De l'extérieur, les façades Nord et Nord-Ouest du château sont intemporelles, presque sans âme.

* L'envie de repartir sans entrer est présente.

* Mais....... quelques détails me titillent :

- Une ouverture verticale dans une tour carrée.

- Des fenêtres à meneaux en croix.

- Des consoles pour..... heu..... latrines (?).

- Des ouvertures obturées sous les toits.

* Il me faut en voir plus.

 

 

 

Il est si long que j'ose dire : Un pompon !

Défensive construction

* Diantre !...... Une entrée fortifiée.

* Diantre !...... Un fossé.

* Diantre !...... Un pont.

* Diantre !...... Des archères-canonnières.

* Même si ce château a été reconstruit et modernisé sur plusieurs siècles, mes poils de castellologue amateur se dressent car.....

    ....... des pierres médiévales (du 15ème siècle) sont présentes.

* Avec précaution je pose un pied sur le pont.

* J'avance sans précipitation (car un Dauphinois en terres Savoyardes se doit d'être vigilant).

* Comme par magie (ou pour me piégerla porte s'ouvre.

 

 

 

L'intérieur :

Soudain il fait sombre

* En franchissant la porte, mes yeux ne voient plus rien.

Serait ce sorcellerie des maudits Savoyards ?

* Évidemment, vous êtes si intelligents derrière votre écran que vous avez compris que passer de l'extérieur ensoleillé au "tunnel" d'entrée dans l'ombre demande à la vue de s'adapter.

* C'est ainsi qu'après quelques secondes, je vois de nombreux ébrasements défensifs sur les 3 cotés de la tour-porte.

 

Plusieurs siècles d'architecture s'offrent à moi

 

 

Larges cours et cours payants

* Après avoir donné quelques piastres Dauphinoises à une damoiselle Savoyarde, j'entre dans la première cour.

* Elle se situe derrière la tour porte. Ses murs faisant rempart, ils sont dotés de chemin de ronde avec passerelle en bois accessible par des escaliers en pierre.

* La deuxième cour est plus vaste, plus herbeuse et surtout, montre les logements et bâtiments de vie.

* De suite, mon œil de castellologue amateur est attiré par :

- La grosse tour carrée à droite datant du 15ème siècle nommée : Tour des archives.

- Puis, légèrement sur sa gauche, la ronde et haute tour du 13ème siècle. Sa fonction défensive est indiscutable.

* Autant à l'extérieur, j'étais peu enthousiaste, mais face à ces  bâtiments et tours reconstruits ou modifiés au 19ème siècle je suis fasciné. Ils s'intègrent parfaitement dans ce décor.

* Soudain, la damoiselle me demande d'avancer car elle va me donner des cours sur l'histoire du château, de ses familles et de ses secrets.

 

 

 

L'entrée uniquement pour les yeux des visiteurs est à gauche

Non photographiables

* Au rez de chaussée, de nombreuses salles meublées sont visibles mais..... les photos sont interdites.

* Il est possible de voir des collections de la fin du Moyen Âge à l'époque Napoléon III :

- L'arbre généalogique de la famille de Sales ainsi que des objets, reliquaires, documents et écrits (vais et faux) de Saint François.

- La salle des  "reliques" nommée aussi salle des "Tapisseries de Flandre" datant de 1540 narrant l'histoire de Tobie.

- Un secrétaire formidablement sculpté de la Renaissance avec tiroirs secrets (7 mécanismes).

- Le bureau du dernier premier ministre du Royaume de Sardaigne et du Duché de Savoie, Camille Cavour où fut signé (mars 1860)  le traité d'annexion à la France du Comté de Nice et Duché de Savoie. 

- Des mobiliers Boule style Napoléon III.

- Etc....

 

 

 

J'ai très peur que la damoiselle Savoyarde m'enferme en cette salle

Voûtées, elles sont parfois

* Après cette fascinante visite des salles historiques, luxueuses et meublées, ma guide m'emporte dans un autre monde.

* Nous contournons les bâtiments, puis.... comme par magie ou sorcellerie, la lumière a disparu.

* Moi, le Grand Dauphinois, je dois me plier pour passer sous les portes des Savoyards. angry

* Voûtées sont les salles visitées et aussi mon dos. sad

* Mais, pour ne point faire honte à mon Dauphiné ni à mon Dauphin (voir liste), je ne manifeste aucune grimace de frustration ni rictus de douleur. angel

* Enfin, ma torture se termine par une salle aux nombreuses fenêtres et au plafond haut. Je consulte les parchemins.... mais je ne vous les décrirais point, car ceci est secret Savoyard.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Vers le milieu du 11ème siècle, un fort est construit sur la demande du Comte de Genève (voir liste).

* A la fin du 11ème siècle, le site est possession de Odon de Compey.

* En  1249, le château en pierre est cité dans un texte. Il est possession de la famille Compey.

* En 1479, Philibert I de Compey assassine Bernard de Menthon, conseillé et Chambellan de Philibert Ier, Duc (voir titre de noblesse) de Savoie, Le Duc (voir liste) confisque les biens de la famille Compey dont le château de Thorens. Ce dernier est offert à Hélène de Luxembourg-Saint-Paul.

* Au 15ème siècle, de nombreux aménagements sont réalisés dont la tour des archives.

* En 1559 (l'acte ne fut signé qu'en 1602), le château est acheté par François de Sales, futur père de Saint François de Sales.

* Au 16ème siècle, construction du corps de logis.

* En 1630, Louis XIII (voir liste des rois) ordonne le démantèlement du château.

* Au 17ème siècle, dans les textes, le site est parfois nommé "Château de Compey" du nom de son ancienne famille  propriétaire. Suite à la destruction "royale", de nombreux travaux sont réalisés.

* Vers 1792, les Révolutionnaires Français envahissent la Savoie. Le château est attaqué puis vandalisé.

* Au 19ème siècle, agrandissement du corps de logis. De nombreux aménagements de consolidation et de confort sont réalisés par l'architecte Ruphy.

* En 1875, de nombreux mobiliers en héritage arrivent au château (la plupart se découvrent durant la visite).

* En 1960, le bâtiment de l'entrée est inscrit aux Monuments Historiques.

* En mars 1960, suite au centième anniversaire de l'annexion de la Savoie à la France (renommée Rattachement), le Comte Jean-François de Roussy de Sales autorise pour la première fois la visite au public de certaines salles de son château.

* En 1990, façades, toitures, salon, mobilier et jardin sont inscrits aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la famille Roussy de Sales habite toujours au château.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible depuis la route, le sentier, le parking et la chapelle sur la butte de l'ancien château de Sales. La visite de l'intérieur de cette propriété privée est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture.

 

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

La montagne protège ce château

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article

Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Le paradis d'un castellologue, ce sont des totems médiévaux

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Bourdeaux est située à 35km à l'Est de Montélimar (voir son château), à 30km au Nord de Nyons et à 20km au Sud-Est de Crest (voir son donjon).

 

     Coordonnées du château :

44° 34' 59" N 05° 07' 56" E
 44.583222°  5.132284°

 

 

 

Les châteaux : 

L'extérieur :

Pourquoi suis je poursuivi par la malédiction "ruinesque" ?

* Après avoir visité ce jour plusieurs sites médiévaux Dauphinois, je suis las.

* Les nuages de pluie arrivent, j'ai faim, je ne veux qu'un repas chaud et une paillasse pour la nuit.

* C'est donc rapidement, sans les regarder, que je passe devant les remparts de la commune.

* Mais..... car il y a toujours un mais..... mon destrier stoppe puis me quémande de lever la tête et les yeux.

* Je vois dans son regard qu'il ne me mènera point devant une taverne tant que les ruines ne seront point visitées.

 

Quelle chance... 2 châteaux presque entiers pour moi !

 

Deux pour le prix d'un

* En cette commune, au sommet de la colline, il existe 2 châteaux médiévaux :

- Celui situé à droite ayant appartenu aux évêques de Die.

- Celui au fond, (à gauche) possession des Comtes du Valentinois nommé : Le Châtelas.

* C'est donc avec courage, ténacité, ferveur et passion que je grimpe par l'agréable sentier aménagé pour les touristes.

 

 

Le château des Évêques

* Sur le plateau, proche de l'ancien village (la Vialle) je découvre quelques pans de murs dont l'épaisseur me fait penser à une ancienne construction.

* Avec précaution, le regard cherchant le détail, j'avance vers le Sud.

* La paroi sur ma droite montre une fente que je pressens être une archère. Je ne m'arrête point car plus loin, une masse m'attire

* Cette construction aux multiples trous de boulin, est nommée localement : Le Grand Manteausurprise

* Ce mur montre les traces (en réalité, je les devine plus que je les vois) de plusieurs étages et.... d'une cheminée (?).

 

 

Je fais comme l'oiseau, je vole toujours plus haut !

Le château des Comtes

* En découvrant à peu de distance le château des Comtes, je pressens que la rivalité entre Seigneurs et Religieux devait être importante. Le contrôle du territoire puis la perception des impôts et taxes devaient justifier ces deux bâtiments fortifiés presque face à face.

* Le rempart est très arasé. Je ne vois ni archère, ni chemin de ronde, ni crénelage, ni mâchicoulis (voir vocabulaire). 

* Au centre de cet espace défensif, je vois une haute tour. Je pressens que ce fut le donjon habitable. Il possède :

- Au moins 3 niveaux.

- Le premier est sous les pierres, non visible.

- Le deuxième possédait une salle voûtée éclairée par une (au moins) petite fenêtre romane avec un ébrasement extérieur peu important. La pièce devait être sombre.

- Au dessus, la belle fenêtre à la voussure très ouvragée, m'informe que la pièce devait être la pièce de réception et de vie (la aula ?). J'imagine que coussiège il y avait de chaque coté.

 

 

Retour vers le...... présent

* La faim signifie que c'est la fin.

* Avant de partir, je jette un dernier regard nostalgique sur ce donjon du 12ème siècle (certainement).

* Puis, je prends une minute pour admirer derrière le rempart, le trésor d'une ruine médiévale : Le panorama.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château des évêques :

* Au 11ème ou 12ème siècle (date non définie), construction du château dont la fonction est la défense coté au Sud du village perché nommé "Viale".

* En 1320, l'évêque de Die (voir sa cathédrale) devient propriétaire du "château bas".

* A la fin du 14ème siècle, le château est détruit par Raymond de Turenne (cet acte n'est pas vérifié par les écrits et n'est pas confirmé par les historiens).

* En 1450, le château est cité en ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. seul un haut pan de mur appelé le "Grand Manteau" est visible. Bien que le site ait été sécurisé, il est important d'être prudents et vigilants.

 

 

 

Histoire du "châtelas" :

* Au 12ème siècle, construction d'un château (le "châtelas") par Aymar de Poitiers.

* En 1210, un acte précise que le Comte (voir titre de noblesse) de Valentinois possède le châtelas.

* A la fin du 14ème siècle, le château est détruit par Raymond de Turenne (cet acte n'est pas vérifié par les écrits et n'est pas confirmé par les historiens).

* En 1450, le château est cité en ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Bien que le site ait été sécurisé, il est important d'être prudents et vigilants.

 

 

Le panorama est le trésor d'une ruine.... Dauphinoise !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 05:55

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

Une merveille qui se mérite..... par l'attente

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Brenthonne est située à 40km au Nord du Grand Bornand, à 20km au Nord-Est de Genève et à 15km au Sud-Ouest de Thonon les Bains.

 

   Coordonnées du château

46° 16' 18" N 06° 24'00" E
 46.271796°  6.400258°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Patience et réprimandes sont les obligations

* Cela faisait plusieurs années que je rêvais de visiter le château d'Avully aussi nommé : Château de Saint Michel d'Avully.

* C'est donc trépidant d'impatience, de bonheur et d'excitation que j'attends sur le parking. Deux autres couples avec enfants patientent.

* Le panneau indique que cette Savoyarde construction ouvre ses portes à 14H00.

* Il est 14H00, rien...... 14H10, rien...... 14H20, rien.

* L'un des couples téléphone. Je comprends que le ton de leur interlocuteur n'est pas aimable. Ils décident de partir.

* A 14H 34, enfin un ventripotant personnage arrive puis grogne contre les enfants un peu bruyants (il est vrai qu'ils attendent sur un parking depuis presque 40 minutes... à cause de lui !). Il faut encore patienter car le retardataire Savoyard prépare le cabanon. Neuf personnes attendent qu'il daigne nous accueillir.

* A 14H 46, je donne mon billet (en monnaie Dauphinoise ?) pour avoir un billet (d'entrée).

* Le bougonneur m'engueule car je n'ai pas de monnaie, il me demande d'attendre que d'autres visiteurs paient pour me rendre les quelques Euros en trop. Bien que je lui affirme que j'entre sans ma monnaie, il refuse en grognant.

A-t-il senti que je suis Dauphinois, ennemi médiéval des Savoyards ?

Quelle magnifique reconstruction du 14ème-16ème !

* C'est donc après avoir supporté ses réprimandes (je ne fus pas le seul), ses postillons, ses vociférations (car parfois, ses mots n'étaient pas audibles) qu'à 14H59 j'entre dans la cour.

 

 

Qu'importe le flacon (d'acide à l'entrée) pourvu que j'aie l'ivresse (médiévale)

* L'architecture du château est si belle que j'en oublie le maudit personnage de l'accueil.

* Avant d'admirer cette maison forte ou ce château (suivant la définition médiévale des termes) je consulte le plan réalisé en 1732.

* 275 ans séparant ma visite de ce plan, je vais chercher les différences :

- Les remparts extérieurs ont disparu, seules des haies marquent les limites.

- Le jardin actuel semble plus grand que sur le plan.

- Le verger est remplacé par un jardin labyrinthe à la Française.

- Les dépendances ont disparu.

- Les 2 bâtiments ruinés au Nord sont magnifiquement présents.

- Étant construit dans la plaine, la première protection rapprochée est un fossé en eau qui devrait être nommé : Douves.

 

 

La façade Sud-Est semble sage pourtant elle est très défensive !

Coté jardin : Confort et défenses

* Mes chausses plantées dans le jardin, je regarde la façade Sud-Est.

* Sur la gauche, le bâtiment sur 3 niveaux parait très sage: 

- Il possède (d'après le plan) la chapelle au 2ème étage.

- En dessous de la fenêtre, je remarque une canonnière prouvant que les défenses du château ont évolué après le 15ème siècle.

* Au centre, le crénelage me semble plus symbolique qu'efficace. Il est accessible depuis la cour intérieure.

* Par contre, la façade à droite est défensive, malgré ses fenêtres au 2ème niveau. Elle arbore :

- Au premier niveau des archères droites que je pressens avec ébrasement (voir vocabulaire) intérieur.

- Dans l'angle une échauguette carrée avec mâchicoulis.

 

 

La façade Nord-Ouest est très défensive

 

 

Coté entrée : Puissance !

* Ce coté est l'entrée du château, il se doit d'être impressionnant, aussi bien pour un visiteur que pour un assaillant.

- Sur la gauche une tour "en amande". Ce type d'architecture n'est pas unique dans le Royaume de France, mais en général, je ne l'ai vu que sur de grand château comme Loches, Coudray-Salbart.... Cette tour d'angle possède de nombreuses fentes verticales que j'ose nommer : Archère-arquebusière. Mais en observant mieux, je vois aussi de petites canonnières horizontales.

- Au centre, un long bâtiment en retrait que je pressens être le logis, Il possède des fentes défensives.

- Sur la droite, le chef-d'oeuvre du château : La haute tour maîtresse....... que beaucoup nomme donjon. Elle possède évidemment :

-- De nombreux étages.

-- Au sommet une plateforme défensive couverte.

-- Puis, pour La Défense au près, des mâchicoulis.

-- Cette haute tour est accessible par un escalier en colimaçon enfermé dans une tour ronde (évidemment).

-- La particularité est que cette haute construction accueille la porte d'entrée. Techniquement, c'est une tour-porte.

- A droite, dans l'angle Ouest, une échauguette carrée protège les courtines.

Avez vous remarqué la position des 2 échauguettes ?

* Elles sont diamétralement opposées.

 

 

Faire le pont

Avec les douves, comment vais je entrer au sec ?

* Tout simplement par un pont que les propriétaires ont accepté d'abaisser pour moi (que pour moi bien sur).

 

 

L'intérieur :

* Comme à mon habitude, lorsqu'une construction est payante, je ne montre pas l'intégralité de l'intérieur.

* Et puis, je ne veux pas que le bougonneur-caissier  et Savoyard ait encore des reproches à me faire. cheeky

 

 

La description de l'intérieur est ici - CLIC

 

 

Le petit pont de bois qui ne tenait plus guère.... chantait Duteil

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article

Repost0
1 avril 2020 3 01 /04 /avril /2020 09:10

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 Photographier une simple église est aussi un plaisir

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Luc est située à 40km au Nord-Est de Mende (voir ses fortifications), à 20km au Nord de Pourcharesses (voir son château) et à 10km au Sud de Langogne.

 

     Coordonnées de l'église :

44° 38' 51" N  03° 53' 29" E
 44.647567°  3.891315°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Tourisme

* Après avoir visité le château de Luc, je retrouve mon destrier laissé dans la petite commune.

* Avec tant d'effort et tant de marche, j'ôte mon heaume de castellologue amateur pour revêtir le chapeau de paille de touriste, car une église attend que je l'immortalise avec mon appareil photo.

 

Plusieurs siècles d'architecture se lisent sur cette face

 

Voir et toucher

* Le chevet, partiellement caché par la sacristie, est de forme pentagonale. Ses fenêtres à colonnettes typiquement Romanes m'emportent dans le rêve médiéval.

* Avec ses puissants contreforts, la nef parait avoir 800 ans, mais les larges fenêtres avec imposant ébrasement extérieur infirment cette vérité.

* Le clocher-mur ne montre aucun système défensif. Ceci est logique puisque je suis en mode "touriste" et non "castellologue".

* Le portail d'entrée, sans grande beauté architectural, m'invite à entrer.

 

 

L'intérieur :

Surprises !

* Quel contraste entre la lumière de la nef et celle de l'abside !

* Après que mes yeux se soient habitués, je suis surpris par la forme de l'abside. A l'extérieur le chevet est pentagonal, mais l'intérieur est semi-circulaire.

 

 

Dernières constatations

* A cause de l'ajout de la sacristie (à droite), des colonnettes ont été supprimées, elles étaient pourtant si belles.

* Je quitte cette église dont les décors de la nef sont récents (2 siècles ?).

 

 

Quelle curieuse façade !

La "curiosité" :  Un prieuré ? : 

L'extérieur :

Une face... facétieuse

* En sortant, sur la droite proche de l'escalier menant au clocher, au bout d'un pan incliné, apparaît une porte de garage.

* Je regarde ce curieux bâtiment si proche de l'église.

Pourquoi avoir implanté une si large porte à l'étage ?

* Et c'est à ce moment que je vois :

- Une rangée de consoles alignées.

Est ce le fantôme de mâchicoulis ?

- Une ouverture obturée par une plaque en bois, dont les pierres porte les traces d'un fantôme de grille de fenêtre.

- A hauteur d'homme, une pierre trouée.

Est ce un évier ?

 

 

C'est toi qui est la poubelle... oupsss, la plus belle

* Pour mieux comprendre cette curieuse construction, je contourne la façade.

* Cette paroi a perdu les consoles.

* Comme je ne vois aucun arrachement de mur dans l'angle, j'avoue ne pas comprendre la raison de ce bâtiment.

* La petite ouverture taillée dans la pierre ne me donne pas plus d'indice.

 

 

Est ce que le rien... c'est déjà quelque chose ?

* La face opposée à celle des consoles est lisse. Seule un fantôme de porte est encore visible.

Est ce un bâtiment ensorcelé de fantômes ? surprise

* Comme ses 2 autres "consœurs", les murs sont réalisés avec des pierres pauvrement taillées et de dimensions variables.

 

 

Conclusion

Ai je découvert l'ancien prieuré ?

* Je ne sais pas que ce fut la fonction exacte de cette construction ni le rôle des pierres en encorbellement...

  ..... Mais errer devant une telle façade est un plaisir que je ne boude pas.

 

 

Le diaporama de "l'étrange site" est ici - clic

 

 

 

Histoire du site :

* Au 12ème siècle (certains historiens proposent le 13ème siècle), construction de l'église.

* Au 15ème siècle, une chapelle latérale est ajoutée.

* Au 19ème siècle (?), une sacristie est ajoutée.

* Vers 1840, l'église est presque entièrement reconstruite, sur les bases de l'ancien bâtiment. L'abside médiévale n'est pas modifiée.

* En 1931, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) et du bâtiment annexe est libre et gratuite depuis les rues. La visite de l'intérieur du bâtiment à consoles est interdite.

 

 

Ai je vraiment trouvé de prieuré médiéval ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Il est au sommet.... de mon imaginaire

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Saint Péray est située à 45km au Nord de Montélimar (voir son château), à 25km  l'Est de Lamastre (voir son château) et à 5km au Nord-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 56' 24" N 04° 51'07" E
 44.939994°  4.851999°


 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* Ayant éclaté un des pneus de mon destrier (heu...cela doit se nommer un fer) j'erre dans Valence à la recherche d'un dépanneur (un maréchal ferrant).

* Soudain, en levant les yeux, je remarque une belle qui m'observe depuis la fenêtre du château.

* Il me faut de suite la découvrir.... heu... la ruine bien sur.

* Cette paroi étant si abrupte, le sommet si haut (200 mètres de dénivelé), je décide de la contourner par une route goudronnée au Nord.

 

 

Comment entrer dans cette citadelle ?

C'est plus qu'un château !

* En découvrant ce site médiéval depuis le Nord, je constate que le bourg castral est immense.

Est ce le Carcassonne du Vivarais ?

* Certes, mon questionnement est (volontairement) exagéré, mais avouez que ce site est impressionnant.

* Une pente avec un village en bas, un château en haut, un rempart entourant l'ensemble.

* Cet imposant mur de protection mesure plus de 330 mètres. Hélas, à cause de son arasement, il est difficile de voir si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

 

 

Le châtelet avant le château, hooo !

* Pour entrer, il faut consulter le plan.

* Il n'y a qu'une seule porte (ce qui est logique puisque ce n'est pas une bastide comme celle-ci).

* J'avance vers le châtelet d'entrée. Il forme un sas permettant d'isoler les assaillants et surtout d'éviter l'utilisation d'un bélier.

 

 

 

Voici le village des courants d'air...Atchoum !

L'intérieur :

Il faut un parapluie !

* En franchissant la porte, mon regard est de suite attiré par les systèmes défensifs de l'entrée.

* Le temps, les hommes et les reconstructeurs ont assagi cette entrée, mis il est possible de voir la plateforme communiquant avec le chemin de ronde.

* Puis, j'avance lentement sur un sentier presque aménagé pour découvrir les ruines des 140 maisons (ou presque).

* Que voir ?

- Évidemment certaines s'appuient sur le rempart.

- Elles sont toutes dépourvues d'un toit.

- Leur base n'est pas très large.

- Elles semblent être composées de 2 niveaux. ne voyant pas d'escalier, je pressens que l'étage était accessible par une échelle en bois.

- Je ne vois que rarement des fenêtres, mais  je pressens que les murs fragilisés par ses ouvertures de lumière ont été les premier à tomber.

- Curieusement, je ne vois pas de cheminée.

- Parfois un trou dans mur me fait imaginer que ce fut un placard.

 

 

Sa seigneurie médiévale trône au centre des fortifications

Le château s'encastre dans le rocher !

* Pour mieux comprendre les systèmes défensifs, je ressors puis je contemple cette merveille de pierres depuis le Sud.

* En étant posé sur le rocher, ce rempart ne pouvait pas subir la sape.

* Le mur défensif est évidemment pourvu d'archères.

* Les angles et les changement d'alignement sont évidemment pourvus de tours avec étages défensifs ou semi-circulaires traversées par le chemin de ronde.

- Nota :

A - Je suis surpris que les murs défensifs ne comportent aucune canonnière ni ouverture de tir pour armes à feu.

B - Les trous de boulin aligné au niveau du "chemin de ronde devaient porter une plateforme en bois et/ou un hourdage.

 

 

Impair et passe

* Pour comprendre ce château, il faut un plan.

* Rappel : Je suis venu en ce lieu car une damoiselle me faisait signe à la fenêtre, donc :

- Je passe rapidement devant la citerne car je n'ai pas soif.

- Je ne regarde pas les écuries car mon destrier est en bas.

- Je ne m'intéresse point à l'église qui n'est pas fortifiée.

 

 

Si elle avait été là, j'aurais fait du feu dans la cheminée

En fermant les yeux... je le vois entier !

* Enfin, je suis face au château :

- Sur la droite, le fantôme de la tour escalier en colimaçon avec au sommet la porte de l'étage.

- A gauche... heu... l'annexe avec une imposante cheminée au dessus.

* Ma dulcinée doit être derrière ce mur...... que je m’empresse de traverser.

* Dans le logis, je vois 2 grandes cheminées (sur 2 étages).

* Au centre, le passage vers la tourelle.

* Puis sur la droite...... un fenêtre à meneaux en croix.... sans damoiselle.crying

Pourquoi ne m'a-t-elle pas attendu ?

 

 

Ma fin est ici...... ce blog se termine à tout jamais

* J'imagine la scène :

- Un autre est arrivé avant moi.

- Ils se plurent........ plus rien pour moi.

* De désespérante tristesse, je vais me jeter du haut de la falaise.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, établissement un point fortifié (c'est ce que pensent quelques castellologues).

* Au 12ème siècle, construction d'un donjon carré en pierre.

* En 1152, Aldebert de Crussol et Guillaume de Crussol sont cités dans un texte en tant que témoin d'un testament.

* Vers le milieu du 12ème siècle (?) une chapelle, dédiée à Sainte Marie, est aménagée proche du château.

* En 1184, Odon de Crussol, évêque de Valence, donne à l’abbaye de la Chaise-Dieu, la chapelle Sainte-Marie du castrum.

* En 1186, Guillaume de Crussol est garant d’une vente faite au profit des Templiers de Valence.

* Au 13ème siècle, avec la période d'insécurité, les villageois de la vallée  s'installent proche du château. Un premier rempart est aménagé.

* En 1220, Giraud Bastet, seigneur de Crussol, est cité dans un texte portant sur l'achat du château de Charmes.

* En 1283, Giraud Bastet (est ce le même que précédemment ?), seigneur de Crussol, rend hommage à Jean de Genève, évêque de Valence, pour son château.

* A la fin du 13ème siècle, le Vivarais est rattaché dans la Couronne de France (l'acte officiel semble être en 1308, mais le Vivarais n'était pas régi par une seule personnalité, de nombreux Comtes-Evêques avaient déjà fait allégeance au Roi).

* En 1293, un accord est signé entre Peyroneta, abbesse de Notre Dame de Soyons, et Géraud Bastet, seigneur de Crussol, sur les droits de vingtain et de pâturage ainsi que les limites des mandements.

* Au 14ème siècle, certainement à cause des Routiers sans emploi durant les trêves de la Guerre de Cent Ans, les habitants de la vallée, harcelés par les petites troupes armées, se réfugient sur les hauteurs. De nouvelles habitations sont construites en contrebas des précédentes. Un nouveau rempart est aménagé pour protéger ces nouveaux arrivants.

* En 1355, hommage lige est rendu par le seigneur de Crussol à l’évêque de Valence, pour le château et le mandement de Crussol.

* A la fin du 15ème siècle (?), pour plus de confort, des fenêtres à meneaux sont aménagées sur les murs coté vallée du logis du château. Après la fin des conflits Franco-Anglais, les villageois redescendent dans la vallée.

* En 1486, par son mariage avec Jacques I de Crussol, Simone d'Uzès apporte en dot la Vicomté (voir titre de noblesse) d'Uzès.

* Au début du 16ème siècle, le seigneur de Crussol-Uzès délaisse ce vieux site sans confort pour le château d'Uzès.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château de Crussol est attaqué par les Huguenots. Il est partiellement détruit.

* Vers 1624, comme pour d'autres châteaux fortifiés dans le Royaume de France, Richelieu demande l'arasement des fortifications de Crussol. L'avenir de cette vieille construction médiévale sera : Ruine.

* Au 19ème siècle, pour trouver un trésor caché (pffff) une partie du château est dynamitée (D'autres textes affirment que la destruction est due à l'exploitation d'une carrière de pierre).

* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, une association est créée pour consolider les vieux murs, sécuriser la visite puis organiser des fêtes et manifestations.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que les ruines aient été consolidées, il faut toujours être prudents car le risque existe. Veuillez être respectueux en ne montant pas sur ces pierres millénaires et historiques.

 

Voir des vidéos ici - CLIC

 

 

Ce château espionne MON Dauphiné !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0