3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 05:55

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

Une merveille qui se mérite..... par l'attente

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Brenthonne est située à 40km au Nord du Grand Bornand, à 20km au Nord-Est de Genève et à 15km au Sud-Ouest de Thonon les Bains.

 

   Coordonnées du château

46° 16' 18" N 06° 24'00" E
 46.271796°  6.400258°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Patience et réprimandes sont les obligations

* Cela faisait plusieurs années que je rêvais de visiter le château d'Avully aussi nommé : Château de Saint Michel d'Avully.

* C'est donc trépidant d'impatience, de bonheur et d'excitation que j'attends sur le parking. Deux autres couples avec enfants patientent.

* Le panneau indique que cette Savoyarde construction ouvre ses portes à 14H00.

* Il est 14H00, rien...... 14H10, rien...... 14H20, rien.

* L'un des couples téléphone. Je comprends que le ton de leur interlocuteur n'est pas aimable. Ils décident de partir.

* A 14H 34, enfin un ventripotant personnage arrive puis grogne contre les enfants un peu bruyants (il est vrai qu'ils attendent sur un parking depuis presque 40 minutes... à cause de lui !). Il faut encore patienter car le retardataire Savoyard prépare le cabanon. Neuf personnes attendent qu'il daigne nous accueillir.

* A 14H 46, je donne mon billet (en monnaie Dauphinoise ?) pour avoir un billet (d'entrée).

* Le bougonneur m'engueule car je n'ai pas de monnaie, il me demande d'attendre que d'autres visiteurs paient pour me rendre les quelques Euros en trop. Bien que je lui affirme que j'entre sans ma monnaie, il refuse en grognant.

A-t-il senti que je suis Dauphinois, ennemi médiéval des Savoyards ?

Quelle magnifique reconstruction du 14ème-16ème !

* C'est donc après avoir supporté ses réprimandes (je ne fus pas le seul), ses postillons, ses vociférations (car parfois, ses mots n'étaient pas audibles) qu'à 14H59 j'entre dans la cour.

 

 

Qu'importe le flacon (d'acide à l'entrée) pourvu que j'aie l'ivresse (médiévale)

* L'architecture du château est si belle que j'en oublie le maudit personnage de l'accueil.

* Avant d'admirer cette maison forte ou ce château (suivant la définition médiévale des termes) je consulte le plan réalisé en 1732.

* 275 ans séparant ma visite de ce plan, je vais chercher les différences :

- Les remparts extérieurs ont disparu, seules des haies marquent les limites.

- Le jardin actuel semble plus grand que sur le plan.

- Le verger est remplacé par un jardin labyrinthe à la Française.

- Les dépendances ont disparu.

- Les 2 bâtiments ruinés au Nord sont magnifiquement présents.

- Étant construit dans la plaine, la première protection rapprochée est un fossé en eau qui devrait être nommé : Douves.

 

 

La façade Sud-Est semble sage pourtant elle est très défensive !

Coté jardin : Confort et défenses

* Mes chausses plantées dans le jardin, je regarde la façade Sud-Est.

* Sur la gauche, le bâtiment sur 3 niveaux parait très sage: 

- Il possède (d'après le plan) la chapelle au 2ème étage.

- En dessous de la fenêtre, je remarque une canonnière prouvant que les défenses du château ont évolué après le 15ème siècle.

* Au centre, le crénelage me semble plus symbolique qu'efficace. Il est accessible depuis la cour intérieure.

* Par contre, la façade à droite est défensive, malgré ses fenêtres au 2ème niveau. Elle arbore :

- Au premier niveau des archères droites que je pressens avec ébrasement (voir vocabulaire) intérieur.

- Dans l'angle une échauguette carrée avec mâchicoulis.

 

 

La façade Nord-Ouest est très défensive

 

 

Coté entrée : Puissance !

* Ce coté est l'entrée du château, il se doit d'être impressionnant, aussi bien pour un visiteur que pour un assaillant.

- Sur la gauche une tour "en amande". Ce type d'architecture n'est pas unique dans le Royaume de France, mais en général, je ne l'ai vu que sur de grand château comme Loches, Coudray-Salbart.... Cette tour d'angle possède de nombreuses fentes verticales que j'ose nommer : Archère-arquebusière. Mais en observant mieux, je vois aussi de petites canonnières horizontales.

- Au centre, un long bâtiment en retrait que je pressens être le logis, Il possède des fentes défensives.

- Sur la droite, le chef-d'oeuvre du château : La haute tour maîtresse....... que beaucoup nomme donjon. Elle possède évidemment :

-- De nombreux étages.

-- Au sommet une plateforme défensive couverte.

-- Puis, pour La Défense au près, des mâchicoulis.

-- Cette haute tour est accessible par un escalier en colimaçon enfermé dans une tour ronde (évidemment).

-- La particularité est que cette haute construction accueille la porte d'entrée. Techniquement, c'est une tour-porte.

- A droite, dans l'angle Ouest, une échauguette carrée protège les courtines.

Avez vous remarqué la position des 2 échauguettes ?

* Elles sont diamétralement opposées.

 

 

Faire le pont

Avec les douves, comment vais je entrer au sec ?

* Tout simplement par un pont que les propriétaires ont accepté d'abaisser pour moi (que pour moi bien sur).

 

 

L'intérieur :

* Comme à mon habitude, lorsqu'une construction est payante, je ne montre pas l'intégralité de l'intérieur.

* Et puis, je ne veux pas que le bougonneur-caissier  et Savoyard ait encore des reproches à me faire. cheeky

 

 

La description de l'intérieur est ici - CLIC

 

 

Le petit pont de bois qui ne tenait plus guère.... chantait Duteil

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article

Repost0
1 avril 2020 3 01 /04 /avril /2020 09:10

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 Photographier une simple église est aussi un plaisir

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Luc est située à 40km au Nord-Est de Mende (voir ses fortifications), à 20km au Nord de Pourcharesses (voir son château) et à 10km au Sud de Langogne.

 

     Coordonnées de l'église :

44° 38' 51" N  03° 53' 29" E
 44.647567°  3.891315°

 

 

 

L'église : 

L'extérieur :

Tourisme

* Après avoir visité le château de Luc, je retrouve mon destrier laissé dans la petite commune.

* Avec tant d'effort et tant de marche, j'ôte mon heaume de castellologue amateur pour revêtir le chapeau de paille de touriste, car une église attend que je l'immortalise avec mon appareil photo.

 

Plusieurs siècles d'architecture se lisent sur cette face

 

Voir et toucher

* Le chevet, partiellement caché par la sacristie, est de forme pentagonale. Ses fenêtres à colonnettes typiquement Romanes m'emportent dans le rêve médiéval.

* Avec ses puissants contreforts, la nef parait avoir 800 ans, mais les larges fenêtres avec imposant ébrasement extérieur infirment cette vérité.

* Le clocher-mur ne montre aucun système défensif. Ceci est logique puisque je suis en mode "touriste" et non "castellologue".

* Le portail d'entrée, sans grande beauté architectural, m'invite à entrer.

 

 

L'intérieur :

Surprises !

* Quel contraste entre la lumière de la nef et celle de l'abside !

* Après que mes yeux se soient habitués, je suis surpris par la forme de l'abside. A l'extérieur le chevet est pentagonal, mais l'intérieur est semi-circulaire.

 

 

Dernières constatations

* A cause de l'ajout de la sacristie (à droite), des colonnettes ont été supprimées, elles étaient pourtant si belles.

* Je quitte cette église dont les décors de la nef sont récents (2 siècles ?).

 

 

Quelle curieuse façade !

La "curiosité" :  Un prieuré ? : 

L'extérieur :

Une face... facétieuse

* En sortant, sur la droite proche de l'escalier menant au clocher, au bout d'un pan incliné, apparaît une porte de garage.

* Je regarde ce curieux bâtiment si proche de l'église.

Pourquoi avoir implanté une si large porte à l'étage ?

* Et c'est à ce moment que je vois :

- Une rangée de consoles alignées.

Est ce le fantôme de mâchicoulis ?

- Une ouverture obturée par une plaque en bois, dont les pierres porte les traces d'un fantôme de grille de fenêtre.

- A hauteur d'homme, une pierre trouée.

Est ce un évier ?

 

 

C'est toi qui est la poubelle... oupsss, la plus belle

* Pour mieux comprendre cette curieuse construction, je contourne la façade.

* Cette paroi a perdu les consoles.

* Comme je ne vois aucun arrachement de mur dans l'angle, j'avoue ne pas comprendre la raison de ce bâtiment.

* La petite ouverture taillée dans la pierre ne me donne pas plus d'indice.

 

 

Est ce que le rien... c'est déjà quelque chose ?

* La face opposée à celle des consoles est lisse. Seule un fantôme de porte est encore visible.

Est ce un bâtiment ensorcelé de fantômes ? surprise

* Comme ses 2 autres "consœurs", les murs sont réalisés avec des pierres pauvrement taillées et de dimensions variables.

 

 

Conclusion

Ai je découvert l'ancien prieuré ?

* Je ne sais pas que ce fut la fonction exacte de cette construction ni le rôle des pierres en encorbellement...

  ..... Mais errer devant une telle façade est un plaisir que je ne boude pas.

 

 

Le diaporama de "l'étrange site" est ici - clic

 

 

 

Histoire du site :

* Au 12ème siècle (certains historiens proposent le 13ème siècle), construction de l'église.

* Au 15ème siècle, une chapelle latérale est ajoutée.

* Au 19ème siècle (?), une sacristie est ajoutée.

* Vers 1840, l'église est presque entièrement reconstruite, sur les bases de l'ancien bâtiment. L'abside médiévale n'est pas modifiée.

* En 1931, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Pierre) et du bâtiment annexe est libre et gratuite depuis les rues. La visite de l'intérieur du bâtiment à consoles est interdite.

 

 

Ai je vraiment trouvé de prieuré médiéval ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost0
27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

Il est au sommet.... de mon imaginaire

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Saint Péray est située à 45km au Nord de Montélimar (voir son château), à 25km  l'Est de Lamastre (voir son château) et à 5km au Nord-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 56' 24" N 04° 51'07" E
 44.939994°  4.851999°


 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Pourquoi suis je ici ?

* Ayant éclaté un des pneus de mon destrier (heu...cela doit se nommer un fer) j'erre dans Valence à la recherche d'un dépanneur (un maréchal ferrant).

* Soudain, en levant les yeux, je remarque une belle qui m'observe depuis la fenêtre du château.

* Il me faut de suite la découvrir.... heu... la ruine bien sur.

* Cette paroi étant si abrupte, le sommet si haut (200 mètres de dénivelé), je décide de la contourner par une route goudronnée au Nord.

 

 

Comment entrer dans cette citadelle ?

C'est plus qu'un château !

* En découvrant ce site médiéval depuis le Nord, je constate que le bourg castral est immense.

Est ce le Carcassonne du Vivarais ?

* Certes, mon questionnement est (volontairement) exagéré, mais avouez que ce site est impressionnant.

* Une pente avec un village en bas, un château en haut, un rempart entourant l'ensemble.

* Cet imposant mur de protection mesure plus de 330 mètres. Hélas, à cause de son arasement, il est difficile de voir si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

 

 

Le châtelet avant le château, hooo !

* Pour entrer, il faut consulter le plan.

* Il n'y a qu'une seule porte (ce qui est logique puisque ce n'est pas une bastide comme celle-ci).

* J'avance vers le châtelet d'entrée. Il forme un sas permettant d'isoler les assaillants et surtout d'éviter l'utilisation d'un bélier.

 

 

 

Voici le village des courants d'air...Atchoum !

L'intérieur :

Il faut un parapluie !

* En franchissant la porte, mon regard est de suite attiré par les systèmes défensifs de l'entrée.

* Le temps, les hommes et les reconstructeurs ont assagi cette entrée, mis il est possible de voir la plateforme communiquant avec le chemin de ronde.

* Puis, j'avance lentement sur un sentier presque aménagé pour découvrir les ruines des 140 maisons (ou presque).

* Que voir ?

- Évidemment certaines s'appuient sur le rempart.

- Elles sont toutes dépourvues d'un toit.

- Leur base n'est pas très large.

- Elles semblent être composées de 2 niveaux. ne voyant pas d'escalier, je pressens que l'étage était accessible par une échelle en bois.

- Je ne vois que rarement des fenêtres, mais  je pressens que les murs fragilisés par ses ouvertures de lumière ont été les premier à tomber.

- Curieusement, je ne vois pas de cheminée.

- Parfois un trou dans mur me fait imaginer que ce fut un placard.

 

 

Sa seigneurie médiévale trône au centre des fortifications

Le château s'encastre dans le rocher !

* Pour mieux comprendre les systèmes défensifs, je ressors puis je contemple cette merveille de pierres depuis le Sud.

* En étant posé sur le rocher, ce rempart ne pouvait pas subir la sape.

* Le mur défensif est évidemment pourvu d'archères.

* Les angles et les changement d'alignement sont évidemment pourvus de tours avec étages défensifs ou semi-circulaires traversées par le chemin de ronde.

- Nota :

A - Je suis surpris que les murs défensifs ne comportent aucune canonnière ni ouverture de tir pour armes à feu.

B - Les trous de boulin aligné au niveau du "chemin de ronde devaient porter une plateforme en bois et/ou un hourdage.

 

 

Impair et passe

* Pour comprendre ce château, il faut un plan.

* Rappel : Je suis venu en ce lieu car une damoiselle me faisait signe à la fenêtre, donc :

- Je passe rapidement devant la citerne car je n'ai pas soif.

- Je ne regarde pas les écuries car mon destrier est en bas.

- Je ne m'intéresse point à l'église qui n'est pas fortifiée.

 

 

Si elle avait été là, j'aurais fait du feu dans la cheminée

En fermant les yeux... je le vois entier !

* Enfin, je suis face au château :

- Sur la droite, le fantôme de la tour escalier en colimaçon avec au sommet la porte de l'étage.

- A gauche... heu... l'annexe avec une imposante cheminée au dessus.

* Ma dulcinée doit être derrière ce mur...... que je m’empresse de traverser.

* Dans le logis, je vois 2 grandes cheminées (sur 2 étages).

* Au centre, le passage vers la tourelle.

* Puis sur la droite...... un fenêtre à meneaux en croix.... sans damoiselle.crying

Pourquoi ne m'a-t-elle pas attendu ?

 

 

Ma fin est ici...... ce blog se termine à tout jamais

* J'imagine la scène :

- Un autre est arrivé avant moi.

- Ils se plurent........ plus rien pour moi.

* De désespérante tristesse, je vais me jeter du haut de la falaise.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, établissement un point fortifié (c'est ce que pensent quelques castellologues).

* Au 12ème siècle, construction d'un donjon carré en pierre.

* En 1152, Aldebert de Crussol et Guillaume de Crussol sont cités dans un texte en tant que témoin d'un testament.

* Vers le milieu du 12ème siècle (?) une chapelle, dédiée à Sainte Marie, est aménagée proche du château.

* En 1184, Odon de Crussol, évêque de Valence, donne à l’abbaye de la Chaise-Dieu, la chapelle Sainte-Marie du castrum.

* En 1186, Guillaume de Crussol est garant d’une vente faite au profit des Templiers de Valence.

* Au 13ème siècle, avec la période d'insécurité, les villageois de la vallée  s'installent proche du château. Un premier rempart est aménagé.

* En 1220, Giraud Bastet, seigneur de Crussol, est cité dans un texte portant sur l'achat du château de Charmes.

* En 1283, Giraud Bastet (est ce le même que précédemment ?), seigneur de Crussol, rend hommage à Jean de Genève, évêque de Valence, pour son château.

* A la fin du 13ème siècle, le Vivarais est rattaché dans la Couronne de France (l'acte officiel semble être en 1308, mais le Vivarais n'était pas régi par une seule personnalité, de nombreux Comtes-Evêques avaient déjà fait allégeance au Roi).

* En 1293, un accord est signé entre Peyroneta, abbesse de Notre Dame de Soyons, et Géraud Bastet, seigneur de Crussol, sur les droits de vingtain et de pâturage ainsi que les limites des mandements.

* Au 14ème siècle, certainement à cause des Routiers sans emploi durant les trêves de la Guerre de Cent Ans, les habitants de la vallée, harcelés par les petites troupes armées, se réfugient sur les hauteurs. De nouvelles habitations sont construites en contrebas des précédentes. Un nouveau rempart est aménagé pour protéger ces nouveaux arrivants.

* En 1355, hommage lige est rendu par le seigneur de Crussol à l’évêque de Valence, pour le château et le mandement de Crussol.

* A la fin du 15ème siècle (?), pour plus de confort, des fenêtres à meneaux sont aménagées sur les murs coté vallée du logis du château. Après la fin des conflits Franco-Anglais, les villageois redescendent dans la vallée.

* En 1486, par son mariage avec Jacques I de Crussol, Simone d'Uzès apporte en dot la Vicomté (voir titre de noblesse) d'Uzès.

* Au début du 16ème siècle, le seigneur de Crussol-Uzès délaisse ce vieux site sans confort pour le château d'Uzès.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château de Crussol est attaqué par les Huguenots. Il est partiellement détruit.

* Vers 1624, comme pour d'autres châteaux fortifiés dans le Royaume de France, Richelieu demande l'arasement des fortifications de Crussol. L'avenir de cette vieille construction médiévale sera : Ruine.

* Au 19ème siècle, pour trouver un trésor caché (pffff) une partie du château est dynamitée (D'autres textes affirment que la destruction est due à l'exploitation d'une carrière de pierre).

* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, une association est créée pour consolider les vieux murs, sécuriser la visite puis organiser des fêtes et manifestations.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que les ruines aient été consolidées, il faut toujours être prudents car le risque existe. Veuillez être respectueux en ne montant pas sur ces pierres millénaires et historiques.

 

Voir des vidéos ici - CLIC

 

 

Ce château espionne MON Dauphiné !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
24 mars 2020 2 24 /03 /mars /2020 10:05

 

 

Département 04 - ALPES de HAUTE PROVENCE

 

 

 

Voyez vous une construction au sommet de la colline ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montfuron est située à 55km au Sud-Ouest de Dignes les Bains, à 25km au Nord-Est de Pertuis et à 10km à l'Ouest de Manosque.

 

 Coordonnées du château :

43° 50' 09" N 05° 41' 34" E
 43.835907°  5.692953°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La faim justifie les moyens...... âges

* Quand votre chevalier a une petite faim, il s'installe au soleil pour chauffer sa vieille carcasse "presque millénaire".

* C'est donc le dos appuyé au moulin à vent de cette commune que je déguste poulardes farcies, sangliers à la broche, porcelets en sauce, etc......

 

 

L'appétit des ruines vient en mangeant de la poussière

* Soudain, mes poils de castellologue amateur se dressent.

Y aurait il un site médiéval proche ?

* En un bond, je suis sur l'autre colline, abandonnant les délicieux mets.

 

 

Que voila ruine sachant faire rêver le visiteur

L'intérieur :

Réalité et rêve

* Le plateau au sommet de la colline est vide, excepté une table d'orientation.

* Sur un panneau je vois un croquis représentant une construction avec une sorte de rempart l'entourant :

- Est ce le château ?

- Si oui, de quelle année ?

 

 

Le rien est beaucoup !

* Derrière la dense végétation je vois un mur.

- Il ne possède ni ouverture de tir ou de confort.

- Son épaisseur ne correspond pas à un rempart ni à un bâtiment défensif.

* Pour mieux comprendre ce vestige, je descends la pente.

* Quelle surprise !

* Un long et large bâtiment dont :

- Le mur coté Est (devant moi) n'est que fantôme.

- Le mur Nord a disparu.

- Le mur Sud arbore une jolie dentelle de pierre.

- Le mur coté Ouest (au fond) possède de larges colonnes.

 

Quel magnifique paysage multicolore

 

L'éternel cadeau

* Pensant avoir tout vu, sans avoir compris.....

   ..... Je pose mon séant merveilleux sur un rocher moelleux.

* Puis, en finissant de manger mon cuissot de chevreuil sauce grand veneur accompagné d'un Châteauneuf du Pape....

   .... J'admire le paysage, le trésor qu'offre toutes les ruines médiévales perchées.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle, un texte décrit la présence d'habitations.

Y avait il un château en bois ?.... Peut être.

* Au 12ème siècle, Montfuron, petit village fortifié, dépend du Comté (voir titre de noblesse) de Forcalquier. Un château en pierre existe certainement.

* A la fin du 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, le village est partiellement détruit (certainement par des Routiers).

* Au milieu du 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le village est attaqué puis saccagés (?).

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez être très prudents car le site est peu sécurisé, la pente est abrupte et la végétation piquante.

 

 

Voir et contrôler.... telle est la devise de cette ruine

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 04

Vers Menu châteaux

Alpes de Hautes

Provence

Partager cet article

Repost0
20 mars 2020 5 20 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Que voila merveille qui va me faire plaisir

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Chabrillan est située à 25km au Sud de Valence, à 15km à l'Est de Livron du Drôme (voir son château) et à 10km à l'Ouest de Crest (voir son donjon).

 

     Coordonnées du château :

44° 43' 28" N 04° 56' 31" E
 44.724392°  4.941954°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Est ce le bon endroit ?

* Après avoir visité le bourg fortifié de Chabeuil, mon destrier reprend la route vers le Sud.

* Ma mission est de visiter le château de Montélimar.

* Soudain comme par magie, apparaît une colline fortifiée.

* Bien que je ne souhaitais point visiter Chabrillan, car d'autres merveilles étaient prévues ce jour, mon destrier, l'unique décideur de notre couple, me dépose aux pieds d'un rempart puis part brouter sa verte nourriture.

* En levant les yeux, je comprends sa décision : Quelle merveille !

 

 

La pacification des remparts est très... heu.... romantique

Ramper devant les remparts

* Je suis si excité de découvrir le château que je ne prends pas le temps de regarder l'extérieur du rempart (quel piètre castellologue je suis).

* Je coure, je coure..... puis je stoppe pour observer l'intérieur du mur de protection du bourg.

* De nombreuses fenêtres ont été ouvertes dans le rempart prouvant que des maisons s'appuyaient dessus.

 

 

Où est le château ?

* Le nez collé sur le haut mur (atteignant parfois une hauteur de 8 mètres), avec ses pierres pauvrement taillées, j'erre à la recherche du château.

* Les murs sont longs, longs, longs.

* Je pressens que derrière il y a des maisons.

* Mon instinct (raisonnement) ne peut point se tromper puisque des fenêtres et des portes modernes égayent mon errance.

* Soudain, dans un angle je vois une tour ronde. Comme le rempart elle est arasée et ne montre plus de systèmes défensifs.

* Un peu plus loin, une autre tour, aussi ronde et "désarmée", m'informe que le bourg fut bien protégé.

* Soudain, derrière le feuillage, je vous une porte que je ne peux point franchir.

Où est le château ?

 

 

Raisonner, c'est résoudre un problème sans faire d'effort

* Je me dois de réfléchir.

* Un château étant toujours positionné au sommet, je dois monter.

* Ho hisse, ho hisse.....  Les rayons de Râ réchauffent les vieilles fissures de la ruine

** Nota :

- Je vous dois LA vérité.

- Ma prose fait croire que la ruine castrale est cachée, difficilement trouvable.

- En réalité, le chemin est direct vers le site en ruine et privé.

- Mon coté aventurier se devait de vous faire croire à.... l'aventure. cheeky

 

 

Château hoooooo

* En découvrant cette ruine je vous avoue que.... je ne la comprends pas.

* Je contourne cet assemblage de constructions entrelacées pour voir....... heu..... d'autres formes.

* Il me faut réfléchir :

- A gauche, c'est une tour défensive qui devait s'accrocher à la courtine.

- A droite, ce doit être le donjon primitif.

* Puis plus loin, un angle au parement dont la base semble plus abîmée (consolidée ?) que la partie supérieure.

* Je suis perdu.

* Ceux qui me suivent depuis quelques temps savent qu'en cas de "perdition", ma solution est : Prendre du recul.

 

 

Complexe, cassé mais si fascinant ! Quelle magnifique ruine !

* Le site est précédé d'un mur peu haut dont la "modernité me fait penser qu'il n'est point médiéval (mais je peux me tromper).

* Derrière, la tour d'angle ne comporte plus de système défensif (fragilisant, par ses ouvertures, la vieille construction) ni de crénelage ni de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* En contournant la belle ronde, je vois..... heu.... je suis encore perdu.

* Cette masse compacte, avec ses échafaudages, me perturbe.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas ouverte à la visite.

* Je redescends en admirant le paysage.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, sur la butte, aménagement d'une motte castrale.

* Au milieu du 12ème siècle, une famille nommée Chabrillan est citée dans un texte. Chabrillan rend hommage au Comte (voir titre de noblesse) du Valentinois (voir liste). Il est fort probable qu'un château en pierre existe.

* A la fin du 12ème siècle, Aymar II, Comte de Valentinois, est vassal du Comte de Toulouse (voir ce livre). Cette alliance aura un impact terrible sur tous les vassaux de Aymar II, dont le seigneur de Chabrillan. 

* Vers 1216, durant la Croisade des Albigeois (voir ce livre indispensable) l'armée royale de Simon IV de Montfort (voir ce livre) attaque toutes les fortifications Cathares. Le seigneur de Chabrillan étant lié à "un Cathare", sa cité et son château sont partiellement détruits.

* Au 14ème siècle, sur la demande des habitants du bourg, trop souvent attaqués par de petites bandes armées, un rempart est aménagé. Il est composé de 3 portes et de 4 tours semi-circulaires. Durant les siècles suivants le rempart du bourg est entretenu par les habitants.

* En 1349, le Dauphiné est transporté au Royaume de France.

* Vers 1350, par mariage avec Polie de Chabrillan, la seigneurie est reçue en dot par la famille de Beaumont.

* Vers 1370, le Comte de Valentinois concède une charte de franchise aux habitants de la cité.

* Vers 1440 (à vérifier), Louis, Dauphin de France (futur Louis XI) achète Chabrillan.

* En 1450, le Dauphin Louis donne à la famille Moreton, la seigneurie de Chabrillan contre la co-seigneurie de Pierrelatte.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le château est un point de conflit entre les armées Catholiques et Protestantes.

* Vers 1650, la famille Moreton (les propriétaires) quitte le château définitivement (à vérifier).

* En 1675 (à vérifier), Chabrillan devient le centre d'un Marquisat (voir titre de noblesse).

* Au 18ème siècle, avec le calme revenu, et puis, en cas de conflit, la puissance des canons, rendent inutiles le vieux rempart. De nombreuses maisons sont donc construites contre le rempart "économisant" ainsi, la construction d'un mur. Des fenêtres sont créées. Une autre partie du rempart devient une carrière de pierre.

* Vers 1790, le château est réquisitionné par les Révolutionnaires. Il est vendu comme Bien National puis devient une carrière de pierre.

* En 1926, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1974, une partie des remparts s'effondrent. Quelques années plus tard, ils sont restaurés.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château et des remparts du bourg est libre et gratuite. La visite de l'intérieur du château est interdite.

 

 

L'infini est le trésor des ruines médiévales

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux de la Drôme

Partager cet article

Repost0
17 mars 2020 2 17 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Voyez vous les défenses de cette église ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Lugasson est située à 40km ESt-Sud-Est de Bordeaux, à 30km au Nord-Est de Sauternes et à 10km au Nord-Ouest de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 45' 05" N 00° 09' 39" W
 44.751565°  -0.160818°

  

 

 

L'église :

          L'extérieur :

Où est elle ?

* Trouver une église n'est pas compliqué :

1 - Soit elle dépasse les maisons.

2 - Soit elle est au centre du bourg.

3 - Soit elle est proche de la mairie.

* C'est donc sans difficulté que je vois cette construction religieuse  entourée partiellement du cimetière.

 

 

Échauguette d'angle et salle de repli sont les secrets défensifs

Des petits trous et des grands trous

* En découvrant la nef coté  Sud, je vois plusieurs trous carrés entre les fenêtres et le toit.

* Evidemment, vous êtes si perspicaces, mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteur, que vous avez deviné qu'une salle de repli défensif existe au dessus de la nef.

- La différence de qualité des pierres prouvent que l'élévation a été réalisée après la construction de l'église.

* Vous avez aussi vu des pierres avec un petit trou rond insérées dans l'élévation.

- Cela signifie que ces pierres pour armes à poudre (fusils) ont été ajoutées..... certainement à partir du 16ème siècle.

* Mais un détail qui me questionne :

- Sur la face Sud, je vois coté clocher des ouvertures de tir verticales.

- Sur l'autre face Nord, les ouvertures pour fusils sont horizontales permettant un meilleur angle de tir.

Pourquoi 3 sortes d'ouverture défensives pour fusil ?

Y avait il plusieurs "architectes" pour la fortification ?

Les systèmes défensifs ont ils été installés sur plusieurs années ?

 

 

Elle me guette

* Au Sud-Ouest  il y une construction en encorbellement.

* En son centre est est tenue par un contrefort.

* Au deux extrémités, des doubles consoles la portent.

* Vous avez évidemment reconnu une échauguette avec trous pour fusils

L'entrée ne semble pas défensive

 

 

L'entrée

* En découvrant l'entrée sous le clocher-mur , je suis surpris.

* La façade ne ressemble pas à celle d'une église fortifiée.

* Cette impression est certainement causée par le large porche récent.

* Dans cette avancée, je découvre un magnifique portail composé :

- De cinq arcs avec voussures géométriques et florales.

- De six colonnes aux chapiteaux sculptés hélas massacrés par les Révolutionnaires.

 

 

          L'intérieur :

* Hélas, comme beaucoup d'églises, la porte ne s'ouvre pas.

* Je rebrousse chemin vers une nouvelle aventure.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction d'une église à nef unique et à chevet plat.

* Au début du 16ème siècle, le clocher mur avec une tour escalier intérieur sont construits.

* Peu après, à cause des Guerres de Religion, l'église est fortifiée.

* Au 18ème siècle, construction du clocher à arcade, la sacristie et le porche.

* En 1792, les Révolutionnaires attaquent puis saccagent l'église.

* En 1925, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher et de la salle de repli est interdite.

 

Fortifiée est cette église Girondine

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
13 mars 2020 5 13 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Je pressens que cette ruine sera... vivante !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Reilhanette est située à 35km au Nord-Est de Carpentras, à 25km au Nord-Nord-Ouest de Simiane la Rotonde (voir son château) et à 20km au Sud-Est de Buis les Baronnies.

 

     Coordonnées du château :

44° 10' 05" N 05° 25' 12" E
 44.168138°  5.420096°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Qui est le chef ?

* Après avoir passé quelques jours au Sud de Sisteron (voir son rempart), mon palefroi avance d'un pas décidé vers l'Ouest pour rejoindre Montélimar (voir son château).

* Sa cadence rythmée et monocorde me donne envie de dormir.

* Soudain, il henni, il tressaille, il...... me réveille.

* Au sommet d'une colline verte, il a vu des ruines.

* Je pressens qu'il va m'abandonner au pied du roc défensif presque imprenable pour manger son herbe.

* Comme vous le constatez, il n'est point facile d'être un Chevalier Castellologue esclave de son destrier.

 

 

Ecoutez le murmure du mur

Roc and Rôle

* Lorsque je visite une ruine, je cherche à comprendre la fonction (le rôle) de chaque paroi posée sur le rocher.

* Parfois ce but est facile à atteindre, mais souvent, je ne fais qu'émettre des supputations sans fondement technique.

* Qu'importe la réponse, l'errance est toujours agréable.

 

 

Le grand mur... de mes lamentations

* Depuis le bas, je vois une haute et large paroi.

* Elle ne possède aucun système défensif. Seule une ouverture rectangulaire sur la gauche rompt la monotonie de pierres que je vois pauvrement taillées.

A quoi servait cette ouverture ?

- Poterne ?....... Non, elle est trop haute.

- Porte d'accès à un hourdage ?....... Il est vrai que les trous de boulin (voir vocabulaire) pourraient le laissez penser. Mais cela n'est pas crédible.

- Fenêtre ?....... Cela serait plausible car le mur est coté à-pic, donc plus sécurisé.

- Latrines ?..... Cette hypothèse semble logique surtout que ce mur est à l'ombre.

* La seule méthode pour vérifier les hypothèses est.... soit de sentir.... soit de monter.

 

 

L'intérieur :

Premières constatations

* Les constructions fusionnent avec les rochers.

* Les bâtiments sont réalisés avec des pierres de qualité, de dimensions et de taille très disparates. Seuls les parements d'angle sont dignes d'un château seigneurial.

 

 

Voici un arc... qui n'est point défensif

Avec l'âge, je me voûte

* Quelle fascinante ruine (car ce site n'est évidemment pas entier mais "un peu" ruiné).

* D'abord, je vois un espace central vide ou plutôt empli de pierres au sol amalgamées à la végétation luxuriante.

* Puis une arche, vestige d'une construction que je n'identifie pas.

* Puis une plus large et haute voûte, les vestiges d'une salle qui ne peut point être une dépendance.

 

 

Est ce qu'Indiana Jones prend autant de risques ?

* Par une ouverture non naturelle (éboulement), je vois au loin une "grotte" qu'il me faut visiter.

* C'est avec un solide heaume, la visière baissée, mais avec précaution, que j'avance vers cette salle

* La terre et l'herbe recouvre cette voûte magnifique.

* En ses entrailles je sens la poussière médiévale..... Mais je ne vois point de jambon séchant ni de tonneau.

* Une autre salle voûtée, presque entière, possède une ouverture de lumière coté opposé à la porte.

 

 

Dehors, il fait beau et... c'est beau

* Après ce monde "souterrain", je ressors pour respirer l'air pur et entendre le silence.

* Cette ruine ne montre aucun système défensif (à cause des arasements et effondrement des parois).

* Il n'y a ni sculpture ni cheminée ni trace de vie. Cela n'est pas étonnant avec un village si proche. Le "pillage" durant les siècles passés (et peut être les ventes après la révolution Française) ont fait disparaître toutes les traces de vie.

* Qu'importe, la richesse, comme souvent dans une ruine, est le panorama.

* Soudain, mon œil d'aigle voit..... un autre site castral nommé : Montbrun les Bains.

* Une nouvelle aventure commence.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château.

* Vers 1565 (?), à cause des Guerres de Religion, le château est détruit.

* Au 21ème siècle, la découverte des ruines est libre et gratuite. Bien que le site ait été consolidé, il est important d'être prudents et de ne pas monter sur les murs historiques.

 

 

De là, je surveille les vallées et les autres châteaux

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
11 mars 2020 3 11 /03 /mars /2020 07:16

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

 

  4 tours d'angle et de petites courtines : Le symbole parfait du château fort

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montpeyroux est située à 70km au Nord-Ouest de Millau (voir son beffroi), à 50km au Sud-Est d'Aurillac, à 40km au Nord-Est de Rodez et à  20km à l'Ouest de Nasbinals.

 

     Coordonnées du château :

44° 39' 25" N 02° 48' 27" E
 44.656989°  2.807525°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La découverte

* Le hameau du Bousquet se situe à 3km au Nord-Ouest de Montpeyroux.

* En arrivant, il est impossible de ne pas voir le château fort. Posé sur une petite colline au sommet du hameau, il survole les maisons et les grands arbres.

* Dans quelques brochures, il est notifié que cette construction est l'un des plus beaux châteaux forts du Rouergue.

Pensez vous comme moi que

ce qualificatif n'est point usurpé ?

 

  J'ai l'impression d'être au 14ème siècle !

Je suis en transe !

* De suite, je suis charmé par ce château bicolore construit en pierre de basalte.

* Ce château est symétrique en forme et dimensions avec une petite particularité.

* Il est composé de :

- 4 tours d'angle de forme ronde,

- Sur une face, une tour polygonale posée au centre.

- Sur la face opposée, une tour "trapézoïdale" contenant l'escalier.

- Toutes les 6 sont coiffées en poivrière.

- Les courtines possèdent 3 niveaux sur rez de chaussée.

 

 

Les système défensifs

* Ce château ayant été toujours habité, il semble logique que le  "modernisme" et le confort (ouverture de nombreuses fenêtres) aient adouci son aspect guerrier.

* Pourtant, il a conservé de belles preuves (parfois que l'on devine) de son origine médiévale :

- Le fossé a été comblé puis remplacé par des communs.

- Le rempart n'est plus qu'un souvenir.

- La base des tours comporte des fentes verticales parfois cachées par la végétation.

- En regardant par la fente, je constate que le mur a une épaisseur voisine de 2 mètres.

- Sous les fenêtres des archères droites ont été modifiées pour des mousquets.

- Au sommet, les tours possèdent :

1- Un chemin de ronde,

2- Des mâchicoulis (voir vocabulaire).J'adore voir ces systèmes défensifs du Moyen Âge !

- Entre les tours, le chemin de rondes se poursuit avec les classiques et efficaces mâchicoulis.

* Tous ces symboles guerriers n'empêchent point les hommes de faire leurs besoins. Des latrines en encorbellement sont visibles dans les angles.

 

 

L'intérieur :

Vais je entrer dans cette beauté ?

* La grille extérieure est ouverte,

* Lentement j'entre dans la cour du château,

* Un pesant silence m'accompagne dans l'allée,

* Je suis devant la porte de style gothique rayonnant,

* Aucun panneau m'invite à entrer,

* Je toque fébrilement,

* Point de réponse,

* J'insiste avec la politesse d'un Chevalier....

 

 

Le futur est ailleurs

* Le miracle opère, la porte s'ouvre,

* Une merveilleuse princesse souriante me dit : "Bonjour",

* Hélas, j'apprends que le château n'est pas visitable ce jour,

* Mon hôtesse m'invite à revenir la semaine prochaine,

* Ce qu'elle ignore c'est qu'il ne me reste que 2 jours à passer en Rouergue avant la fin de ma croisade.

* Je me promets de revenir dans le prochain siècle pour conquérir cette forteresse unique.

 

 

Le conseil du Chevalier

* Si vous passez proche de ce château, ne manquez pas de faire le petit détour pour le découvrir :

- S'il est fermé, vous serez plongé dans le Moyen Âge par l'ambiance et l'architecture.

- S'il est ouvert, vous découvrirez des pièces meublées et des "vêtements" médiévaux magnifiques.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, une famille Montpeyroux est citée dans un texte.

* Au 14ème siècle, construction de l'actuel château par la famille De Montpeyroux.

* En 1588, la seigneurie appartient à la famille De Roquefeuil

* En 1634, naissance de Jean De Roquefeuil. Ce personnage aurait été un ancêtre de l'illustre famille Rockefeller.

* En 1709, Debert réalise un magnifique plafond dans la chapelle.

* Vers 1792, les révolutionnaires s'attaquent au château mais ne le détruisent pas. Le mobilier est vendu.

* Au 19ème siècle, le site est toujours possession de la famille De Roquefeuil.

* Dans la première moitié du 20ème siècle, le château appartient à Gabriel Gaston. Cet amoureux du patrimoine réalise plusieurs travaux de consolidation. Grâce à lui, le château échappe à la ruine partielle.

* En 1951, Fernande Dijols achète le château. Tout en l'habitant, elle œuvre pour sa réhabilitation puis son classement au patrimoine.

* En 1978, le château est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires d'ouverture.

 

 

Un château qui restera secret pour moi

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0
10 mars 2020 2 10 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département 13 - BOUCHES du RHÔNE

 

 

Est ce un rêve ou une réalité ?

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Jouques est située à 20km au Nord-Est d'Aix en Provence, à 15km au Sud-Est et à 10km au Sud-Ouest de Saint Paul lez Durance.

 

     Coordonnées du château :

43° 38' 18" N  05° 38' 28" E
 43.638441°  5.640998°


 

 

Le château : 

L'extérieur :

Un Dauphinois n'est jamais fatigué !

* Il est tard, j'ai marché durant 3 jours, j'ai besoin de me reposer et de manger dans une bonne taverne.

* J'avance vers une enseigne accueillante quand, mon destrier change de direction.

* Mon palefroi a vu une peinture sur un mur. Ses doux yeux intelligents me quémandent de regarder la colline.

 

 

Des trésors sont au sommet de la colline

La montée vers l'infiniment haut !

* Survolant les toits, dépassant les arbres, plusieurs bâtiments nagent dans le ciel (ou presque).

* L'ensemble est isolé par un rempart qui se devine, même si sa hauteur n'est plus impressionnante.

* Au centre, l'ancienne église paroissiale d'époque médiévale, dédiée à Notre Dame de la Roque.

* A droite, les vestiges d'une construction que je me dois de visiter.

* Disséminés dans la montée, les vestiges plus ou moins habitables et habités du village médiéval.

 

 

Le plateau (repas).... médiéval

* Ho hisse....... depuis le bas de la commune, je grimpe dans les ruelles vers le sommet de mon plaisir.

* Soudain, au bout de la rue des ruines (ce nom ne s'invente pas) je vois un portail.  Il ne possède plus de système défensif, mais son épaisseur m'informe qu'il délimitait et protégeait le plateau seigneurial.

* Quelques dizaines de mètre plus à l'Est, après une agréable pente en escalier je vois : L'ancienne église Notre Dame de la Roque.

Voyez vous les fentes proche du toit ?

Pensez vous qu'elle ait pu être fortifiée ?

 

 

Point de rondeur en cette architecture !

Le site castral (?)

* Derrière l'église des arbres tentent de cacher une construction.

* Cette beauté en pierre est dépourvue de tour, d'échauguette, de crénelage, de mâchicoulis (voir vocabulaire).

Quelle fut la fonction de cette construction ?

* Ma seule certitude est que ce bâtiment est ancien.

* Je suis surpris de voir ses lits de pierres peu jointives et pauvrement taillées.

* Ses trous de boulin alignés et très rapprochés me font penser au fantôme d'une passerelle en bois. Mais la faible hauteur par rapport au sol me fait imaginer que ce fut.... heu..... un auvent.

Y avait il une étable ou un lieu de stockage ?

* Il est possible que l'intérieur m'apporte les nombreuses réponses dont les questionnements embrument mon cerveau de castellologue amateur.

* Avec précaution j'entre par cette porte.

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur ?

 

 

L'intérieur :

Quel volume ! Que de merveilleux détails

* Soudain c'est le choc !

* Bien qu'elle regorge de détails fascinants, je ne vais pas vous décrire la partie partiellement effondrée, mon attention est portée sur la salle voûtée attenante.

Quelle fut sa fonction ?

* Voici ce que j'observe :

- Elle possède peu de fenêtres.

- Les ouvertures de lumière ont un faible ébrasement.

- Je ne vois pas de coussiège pour le guet ou lire  ou écrire ou broder.

- Quelques niches sans trace d'étagère ni de portes sont encore visibles.

- Des piliers reposent chacun sur une console ciselée.

Voyez vous un dessin ?

- Par endroit, le mur possède un "enduit".

- En approchant, il me semble voir des formes géométriques colorées.

 

 

Mystère !

*  Dans cette salle voûtée, je me pose une question :

Quelle fut la fonction de cette pièce ?

A - Une chapelle ?

B - Une aula ?

C - Un habitat ?

D - La cuisine ?

E - La capitainerie ?

 

 

La fin d'une visite est toujours le début d'une vue

* Pendant que je réfléchi, mes yeux sont attirés par un trou dans le mur.

* A travers, je vois........ l'immensité !

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du village et château :

* Au Ier siècle, un bourg gallo-romain s'établit proche de la rivière Réal.

* Au 6ème siècle, avec l'insécurité due aux multiples invasions, les habitants se réfugient au sommet de la colline. Le site est propriété du Comte (voir titre de noblesse) de Provence (à vérifier).

* Durant 9 siècles, un château est construit, les remparts sont aménagés, une vie s'organise autour de l'église Notre Dame de la Roque.

* Au 12ème siècle, la seigneurie est possession de l'archevêque d'Aix.

* Au début du 15ème siècle, avec la modernité, le besoin de confort et la paix partiellement revenue, petit à petit les habitants désertent la colline pour s'établir dans la vallée.

* En 1440, l'église haute de Notre Dame de la Roque n'est plus paroissiale, elle est remplacée par l'église basse dédiée à Saint Pierre.

* En 1964, la partie haute de Jouques, et la chapelle Notre Dame de la Roque sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les ruelles du bourg actuelle et des rues hautes. La visite des fortifications intérieures est dangereuse. le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents

 

 

Un panorama unique... comme toujours avec une ruine médiévale

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 13

Vers Menu châteaux
des Bouches du Rhône

Partager cet article

Repost0
6 mars 2020 5 06 /03 /mars /2020 08:50

 

 

Département 04 - ALPES de HAUTE PROVENCE

 

 

 

Pourquoi mon Graal est toujours en hauteur ?

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Sigoyer est située à 40km au Nord-Ouest de Digne les Bains, à 30km au Sud-Sud-Ouest de Gap et à 15km au Nord de Sisteron (voir ses remparts).

 

 Coordonnées du château :

44° 19' 12" N 05° 57' 24" E
 44.320137°  5.956839°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Préambule

* Souvent, lorsque je vous fais découvrir un bâtiment médiéval fortifié, j'ose :

- Me permettre de vous le décortiquer avec mes yeux,

- Vous d'écrire ce que je ressens et comprends.

* Mais aujourd'hui, je vais simplement errer.

* C'est à vous de deviner, d'imaginer, de rêver avec le plan.

 

 

Saurez vous identifier les bâtiments ?

Il est là haut... comme toujours

* Une colline, un sommet, un château. Cette caractéristique est classique pour une fortification médiévale.

* C'est donc sans surprise que je vois un rempart avec des ruines.

* En voyant une habitation très consolidée à l'angle Sud-Est, je me demande si le site ruiné est visitable.

 

 

L'approche... là proche

* Je monte vers elle... la ruine.

* Je suis sur le plateau.

* Je vois une grillage (donc l'entrée serait interdite)......

    ...... Mais un panneau me dit : "Chevalier, tu as le droit."

 

 

L'intérieur :

Découvrir une ruine, c'est comme effeuiller une belle femme

* Elle se cache derrière les arbres.

* Elle ne s'est point rasée, donc ses "poils" verts chatouillent ses bases et mes pieds (ou inversement).

* Elle est si vieille que ses ossatures se sont affaissées.

* Bien qu'elle ait subi un lifting de consolidation, certaines parties dePeintre métalliste je me fais pour immortaliser cette ruine son corps (de logis) ne sont pas facilement distinguables.

* Son parement, constitué de pierres pauvrement équarries, montre l'âge de la belle.

* Sa beauté intérieure est....... comment dire.... flétrie par les années.

 

 

La tour pour le tour d'horizon

* Il ne faut pas confondre :

- Le tour du gué et la tour de guet.

* De la tour, il ne reste que le...... possible guet.....

   ...... Car de cette position, l'infini s'offre.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle,bien qu'aucun écrit l'atteste, probable construction d'une tour de surveillance sur la hauteur.

* Au 13ème siècle, construction d'un donjon et d'un logis. Des remparts s'accrochent à la tour de guet. Une chapelle est construite prouvant que le château est possession d'un seigneur avec sa famille.

* En 1562, le site subit un démantèlement. Les remparts sont abaissés, les tours sont écrêtées.

* Vers 1793 les Révolutionnaires saccagent le château.

* Au début du 20ème siècle, l'architecture du château est encore identifiable.

* A la fin du 20ème siècle, les archéologues se penchent sur l'évolution architecturale du site castral.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des salles intérieures est interdite.

 

 

Voyez vous un ennemi au loin ?

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 04

Vers Menu châteaux

Alpes de Hautes

Provence

Partager cet article

Repost0