18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 06:05

 

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

  Elle a un chapeau pointu, turlututu !

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Vézin de Lévézou est située à 60km au Sud-Ouest de Mende (voir sa tour des Pénitents), à 40km au Sud-Est de Rodez et à 25km au Nord-Ouest de Millau (voir son beffroi).

 

    Coordonnées du château :

44° 16' 48" N 02° 57' 09" E
 44.280087°  2.952578°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Il est là !

* Au sommet du bourg, une haute tour coiffée me regarde. Je suis surpris car d'habitude, c'est moi qui regarde et admire les constructions médiévales fortifiées.

* Soudain une question me vient :

M'admire-t-elle aussi ?

 

 

Médiévalité et modernité se côtoient avec harmonie

L'analyse 

* La tour possède des systèmes défensifs d'époques différentes. Il me semble que certains sont des réimplants.

* Quelques échauguettes avec fente de tir pour arme à feu m'informent que le château a évolué après le 15ème siècle.

* Les courtines sont ouvertes par de belles fenêtres à meneaux en croix.

* Je pressens que le beau gazon et l'allée remplacent le fossé défensif.

* Les fenêtres, imitation arc en tiers point, sont trop proches du sol. Le fossé a été "trop" comblé (combler : Dans le sens de remplir mais aussi de profusion... Amusant la langue n'est il pas ?).

* En contournant le site, je comprends que le château a une forme de "fer à cheval".

* Un curieux crénelage me titille :

N'y aurait pas quelques reconstructions

en style néogothique sur ce château ?

 

 

Un portail d'entrée

* Cette entrée a perdu ses systèmes défensifs qui font le charme des châteaux forts.

* Point de double vantail, pont-levis, herse et bretèche (voir vocabulaire).

 

 

 

L'intérieur :

Je suis dans la cour

* En entrant, je découvre des murs en pierres "très anciennes" par leur type de taille, mais aussi des parements modernes et des balustres.

* Je ne vais donc rien commenter et je vous laisse admirer l'architecture de la cour intérieure.

 

 

 

 

D'autres détails

 

 

 

Vais je pouvoir entrer ?

* Hélas, le château n'est point ouvert à la visite le jour de ma venue. 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château. Le seigneur se nomme : Vezins.

* En 1420, la famille Vezins se "fond" avec celle de Lévézou.

* En 1362, une étroite prison dans le château est citée dans un texte.

* En 1642, un incendie ravage l'ancien château médiéval.

* Au milieu du 17ème siècle, le château est reconstruit sur les plans du château médiéval. Les fossés sont comblés.

* Vers 1792, les Révolutionnaires n'inquiètent pas les propriétaires du château car cette famille est très estimée de la population.

* Vers 1860, sous l’influence de l’architecte Viollet-le-Duc, de nombreuses modifications et transformations aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur sont réalisées dans le style néogothique.

* En 1989, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, c'est toujours un descendant de la famille Vézins de Lévézou qui possède le château.

* A la fin du 20ème siècle, la visite de l'intérieur est possible.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les rues du bourg. La visite de l'intérieur n'est plus possible.

 

 

Plusieurs siècles s'offrent à mes yeux amoureux de cette architecture

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Partager cet article
Repost0
13 avril 2017 4 13 /04 /avril /2017 06:34

 

 

Département 09 - ARIÈGE

 

Le mythique château Cathare semble inaccessible 

 

Le bourg :

   Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montségur est située à 90km au Nord-Ouest de Perpignan, à 80km au Sud-Est de Toulouse, à 30km à l'Est de Foix et à 25km au Sud de Mirepoix.

 

     Coordonnées du château :

42° 52' 32" N 01° 49' 59" E
 42.8757582°  1.83318310°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Comment aborder un article sur un tel site ?

* La ruine de Montségur est chargée d'une histoire terrible.

* Ce château a tellement été décrit dans les livres, les historiettes, les revues, les films, les sites web que je ne sais point comment en montrer plus ou autrement.

* Mais étant un chevalier, de plus Dauphinois, je me dois de relever ce défi.

*  Je vais vous décrire, nom point un comte ni mes comptes, mais.... un conte (vrai bien sur).

 

 

Il était une fois....

* Cette histoire se passe au siècle dernier.

* Un merveilleux Dauphinois, qui se targue d'être un Chevalier, chevauche un viril et magnifique destrier trottinant en direction de Montségur.

* Au Nord du bourg, au sommet de la colline, une forme cubique d'un autre âge apparaît tel un fantôme appelant les âmes visiteuses.

* Certains pourraient être terrifiés à la vue de ce fantôme portant encore les marques des martyrs, mais votre Dauphinois est un Chevalier...... Sans peur (et cent reproches).

Nota : Cette devise a été reprise par un autre Dauphinois nommé : Bayard.

Sachez qu'ayant 800 ans, donc né bien avant ce rustre paraphraseur, JE suis le dépositaire de la vraie devise énoncée ci-dessus.

Ceci étant dit, l'histoire (vraie) peut continuer.

 

 

 

Pour approcher une belle il faut être malin et téméraireVais je la posséder par l'arrière ?

 * Ne souhaitant point aborder de face la belle accrochée à son rocher, je tente une manœuvre de diversion.

 * Je contourne cette colline pour mieux approcher l'illustre ruine, avant de la posséder.

 * Hélas, cette beauté connaît le stratagème. Elle a planté sur cette face de nombreux épineux et des rochers presque verticaux.

* Rebroussé sont mes poils tant ma déception est grande. Rebrousser le chemin je me dois de faire.

 

 

Piastres il me faut donner

* Pour monter vers elle, il faut que je donne à un préposé quelques pièces de ma bourse.

* En échange, ce ventripotent proxénète (Est ce bien le terme pour celui qui reçoit de l'argent en échange d'une visite à une belle ?) me donne un ticket.

Est ce l'origine de l'expression : J'ai un ticket avec elle.

 

 

Que me murmure ce mur ?Je me heurte à un mur

* Après une marche m'amenant à 1200 mètres d'altitude, je suis à ses pieds.

* Elle est là, si proche que je pourrais la toucher.

* Sa hauteur et sa présence me touchent aussi... mais virtuellement.

* Le vide et le rocher nous séparent.

* Le précipice de 800m me fait comprendre la difficulté pour les assaillants.

* Lentement je l'approche.

* Elle est troublée, elle rougit un peu.

* Pourtant, pour m"impressionner, elle me montre son mur bouclier.

* A son sommet, sur sa largeur, je remarque des pierres en encorbellement ayant porté un hourdage (voir vocabulaire).

* Il me semble que la belle ne souhaite pas résister. Toutes ses défenses sont abaissées

Je suis troublé !

 

 

Le trouble m'habite

 

 

Je l'observe tel un amoureux

* Avant de la conquérir, j'admire cette beauté (peut être pour comprendre ses faiblesses).

* Le site fortifié est composé de 3 parties :

1 - Une structure à cinq cotés asymétriques épousant parfaitement le plan su sommet.

2 - Au fond un puissant donjon.

3 - Sur la droite, les vestiges des habitats du castrum.

 

 

Le donjon

* Pour le rendre plus haut, plus solide et moins vulnérable au travail des sapeurs, le donjon est aménagé sur le rocher.

* Bien que très arasée, la haute tour possède encore quelques fenêtres.

* A sa base, les hautes archères droites m'informe que le donjon fut réalisé entre le 12ème et le 13ème siècle.

* En le contournant, je constate que le mur coté Nord est effondré.

* Les entrailles de la tour maîtresse révèlent la présence :

- De plusieurs niveaux matérialisés par les trous pour les poutres.

- D'une salle basse voûtée réservée à la défense et comportant des archères sur les 3 cotés encore existants.

* Au fond à droite d'un escalier en colimaçon.

* A l'étage, les fenêtres possèdent des coussièges.

 

 

Le plan

* Avant d'entrer en ce mythique château, il est important de comprendre le plan simplifié.

* Ce site a la forme d'un pentagone irrégulier sur lequel est adossé un donjon parallélépipédique.

Rappel : Ceci est l'architecture du château réaménagé par les soldats du Roi de France. Il est fort probable que le château Cathare fut légèrement différent.

C - Citerne.

D - Donjon.

E - Entrée.

M - Montée, escalier droit.

P - Poterne.

S - Salles (dont la fonction n'est plus identifiable).

 

 

 Epuré est l'intérieur de la forteresse

L'intérieur :

J'entre par la petite porte

* Ce n'est point par l'entrée principale que je découvre les entrailles mais par la poterne.

* Je suis étonné par :

- Le vide. Autant l'extérieur est presque "neuf", autant l'intérieur est dépouillé.

- Le rocher. Bien qu'une importante surface ait été aplanie, le rocher brut s'impose souvent.

- Les trous de boulin. Dans la surface des murs opposés, les nombreux trous servaient à recevoir les poutres de l'étage supérieur. Leur nombre et leur dimension m'impressionnent.

- Les rares trous. Au dessus de l'alignement, d'autres trous beaucoup plus espacés devaient soutenir un étage. Mais ces orifices m'interpellent.

Sont ce les emplacements de corbeaux ou consoles ?

 

 

 

 Je monte au ciel ! Comme les oiseaux je découvre le site de haut !

  * Dans ce site, 2 escaliers en pierre sont encore visibles.

  * Les deux sur le mur Nord sont difficilement praticables.

  * Ne souhaitant point jouer les bouquetins, je tente l'ascension coté Est.

  * La gorge me serre, mes jambes tremblent car je pense aux Cathares ayant fait cette montée pour se défendre contres l'armée du Roi de France.

  * Mettre mes chausses dans les pieds de l'histoire est un moment unique.

  * Du sommet je vois :

- Les emplacements des murs des différentes salles.

- L'épaisseur des courtines (que je croyais plus impressionnantes).

- L'incroyable panorama.

- La puissance du donjon.

Avez vous remarqué l'archère permettant de tirer dans la cour ?

- Je vous l'avais montrée ici.

 

 

 

Pour découvrir la suite de l'article,

veuillez cliquer ici

 

 

 

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Partager cet article
Repost0
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 06:53

 

 

Département 05 - HAUTES ALPES

 

Voyez vous une construction fortifiée ?

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Roche des Arnauds est située à 90km à l'Est de Montélimar (voir son château), à 40km au Nord de Sisteron (voir ses fortifications) et à 10km à l'Ouest de Gap.

 

     Coordonnées du château :

44° 33' 54" N 05° 57' 39" E
 44.5651381°  5.9608662°

 

 

Toponymie :   (--> voir initiation)

* La Roche : Ce qualificatif est évidement.

* Des Arnauds : Cette précision est due à l'histoire du site. il y eut 8 seigneurs ayant porté le prénom Arnaud.

- Il est amusant de savoir que chaque année, en février pour la Saint Arnaud, la commune accueille toutes les personnes ayant ce prénom. Un apéritif et une fête sont organisés.

 

 

 

 

Le château : Ruiné est ce vieux château fort

L'extérieur :

L'approche

* Au dessus de la petite commune une belle colline partiellement boisée me fait face.

* Mon destrier qui ressent les murmurent des vieilles pierres me quémande de mettre pied à terre et de monter sur la butte.

* Presque au sommet, je vois des pierres pauvrement taillées attirées par la pente.

* Je pressens que ruine je vais voir.

 

 

Confirmation : Le site est en ruine

* Lorsque souvent je vous affirme que le trésor d'un château fort, même en ruine, est le panorama ce n'est point une idée farfelue de mon esprit trop passionné de châteaux forts.

* Voici une preuve que je ne suis point seul à le penser. Un banc a été posé par la commune pour que les visiteurs apprécient le paysage.

* Je ne suis point venu en ce lieu pour le tourisme mais pour comprendre les secrets d'une construction.

Question 1 : Est elle médiévale ?

 

 

Quelle magnifique rondeur !

Une tour imposante mais arasée

* Bien que les arbres tentent de la cacher, une ronde construction s'offre à moi.

* Bien que sa hauteur soit imposante, elle ne me donne aucune information sur ses systèmes défensifs.

* Point d'archère ni de mâchicoulis (voir vocabulaire) sont visibles.

* Son diamètre m'informe qu'elle n'était pas habitable.

* Ses pierres sont pauvrement taillées et peu jointives.

* Son lit de pierre m'informe que cette construction n'appartenait pas à un puissant seigneur.

* L'épaisseur du mur est une preuve que tour défensive cela était.

 

 

En son coeur, le site me montre quelques fascinants détails

L'intérieur :

Je renomme ce site en : Château vert !

* En entrant, je découvre une petite forêt. Cette végétation ne me facilite point la lecture du site.

* D'après ma documentation, il serait possible de voir les bases du logis rectangulaire appuyé contre la paroi.

* Avec précaution j'avance.

* Soudain, mon instinct de castellologue amateur me dicte de stopper.

Voyez vous la cause ?

 

 

Padirac... mais presque

* Devant moi, le sol est en pente, les pierres roulent et surtout, un gouffre se cache.

* Vous êtes si perspicaces mes merveilleux lectrices et lecteurs que vous avez deviné, non point un trou, mais les vestiges d'une voûte.

* Lentement, j'avance vers cette construction médiévale.

 

 

L'écho me répond

* La marche est instable car les pierres jonchent le sol.

* La première idée qui me vient est d'imaginer que cette construction fut la citerne.

* Mais de suite, je change d'avis car il n'y a pas :

- De trou sous la voûte pour récupérer l'eau.

- D'argile sur les parois.

* Sur le coté, une porte me fait imaginer que je suis dans une réserve.

 

En ce chaud soleil d'été, je resterai des heures au frais

 

La mystérieuse cour

* Je sors pour tenter de voir d'autres bâtiments.

* Un mur plus haut que les autres pourrait être le vestige du logis.

* Mais à l'intérieur du site défini par les murs arasés je ne vois pas de construction identifiable.

* Je me console en admirant le magnifique panorama.

* Puis, je tente de retrouver le chemin vers le bourg.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* En 1017, sur la colline, au dessus d'une petite église, est aménagé une tour protégée par un rempart.

* En 1188, Arnaud III Flotte est seigneur de La Roche.

* Au début du 13ème siècle, le site est possession de Arnaud IV de Flotte.

* En 1226, la seigneurie et le château sont cités dans un texte. Le site n'est pas Dauphinois mais dépend des Comtes (voir titre de noblesse) du Valentinois et du Diois.

* En 1294, les étendards des 2 Comtes flottent sur le château.

* A la fin du 13ème siècle, le village est entouré d'un rempart.

* En 1357, la chapelle castrale est mentionnée dans un texte.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite en respectant la propriété privée. La ruine n'étant que partiellement consolidée, veuillez être très prudents. Le risque de glisser ou de recevoir un pierre est important.

 

 

En ce lieu je rêve d'un passé où le guet était une nécessité

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 05 Vers Menu châteaux des Hautes Alpes
Partager cet article
Repost0
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 06:52

 

 

Département 04 - ALPES de HAUTE PROVENCE

  

 

 

Comme souvent, la cité s'est formée  autour du château

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Gréoux les Bains est située à 50km au Nord-Ouest de Draguignan, à 45km au Nord-Est d'Aix en Provence et à 10km au Sud-Est de Manosque.

 

     Coordonnées du château :

43° 45' 37" N05° 53' 01" E
 43.7603173860° 5.88367491960°

 

 

 

Le château : 

         L'extérieur :

Petit coup de griffe du Chevalier

* Certains mots hérités du passé sont très vendeurs. Par exemple : Cathare, Templier, etc...

* Associé à un bâtiment, l'un de ces sujets pour "gogos" attire (trop facilement) les touristes-badauds ou les promeneurs (peu cultivés ?).

* Gréoux les Bains est dans ce cas. L'office de tourisme et le conseil régional utilisent le mot-vendeur de "Templier" accolé au château.

* Voici un exemple/preuve sur le panneau officiel expliquant les travaux en cours.

* Le pire est que les guides, les prospectus, les livres et les cartes officielles (Google map etc...) citent cette erreur.

--> La Vérité :

** Ce château N'a PAS été construit NI aménagé par les Templiers.

** Ce château N'a JAMAIS été habité par les Templiers.

** Ce site N'a JAMAIS vu un "Pauvre Chevalier du Christ et du Temple de Salomon", nom officiel des Templiers.

** Ce château a été occupé par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Il faut admettre que cet ordre militaire-religieux est moins vendeur que Templier.

* Maintenant que le mensonge volontaire et capitaliste est révélé, je vous invite à découvrir rapidement ce château médiéval.

 

 Voila un château classique : Cubique avec tours aux angles

L'arrivée

* De loin le spectacle du château dominant la commune est magnifique.

* Bien campée sur sa colline, la construction fortifiée permettait aux guetteur de voir loin et aussi être vu (marquer un territoire, montrer sa présence est aussi un des rôles d'un château fort).

* Grâce aux nombreux parkings proches du site castral, il est possible de s'approcher sans trop marcher.

 

 

Le rempart extérieur

* Avant sa destruction, le château était entouré de 2 lignes de remparts.

* En notre siècle, l'un des remparts se devine par des traces et des petits pans de murs.

* Par contre, le plus proche du château (datant du 16ème siècle) est reconnaissable par quelques hauts murs (certes arasés) mais surtout par le souvenir d'une tour ronde.

* Cette tour défensive possède sur l'intégralité de sa surface et sur plusieurs niveaux des canonnières avec un faible ébrasement extérieur.

* Elles me semblent avoir été implantées après la construction du rempart (ajout au 16ème siècle ?).

* En contournant cette défensive tour, ses entrailles ne m'informent pas d'une datation fiable.

 

Bien qu'arasé et assagi, le château est toujours aussi puissant 

Que voir ?

* Pour comprendre ce château habitable, il faut regarder son plan.

* C'est un quadrilatère avec 4 tours d'angle dont une seule est ronde.

* Entre ses tours, de longues courtines. Elles me semblent trop longues pour être défendables.

* Cette curiosité est certainement due aux aménagements et modernisations des siècles récents.

Reste-t-il des traces des anciens systèmes défensifs ?

* Sur la longue courtine coté Nord, je ne distingue aucun fantôme d'archère et encore moins de canonnière.

* Les autres courtines sont aussi peu représentatives d'un système défensif médiéval.

 

 

  Les tours

* Les tours ont été très arasées.

*Le seul but des tours en notre siècle est de se faire dorer par Râ Il est impossible de deviner la présence de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* L'actuel crénelage est une coquetterie suite aux consolidations.

* Les tours sont si aseptisées qu'il est presque impossible de définir si une ouverture actuelle fut une archère ou un puits de lumière.

* Même le puissant donjon ne semble pas terrifiant.

 

 

Ho... une grande ouverture

* Durant mon errance je découvre une porte.

* Elle semble n'avoir pas possédé de pont levis.

* Elle était rendue infranchissable par un double vantail et une herse.

* L'entrée formait un sas, mais je ne distingue aucun assommoir.

 

 

         L'intérieur :

Exposition

* J'entre dans une salle où des tableaux et oeuvres modernes sont présentés au rare public.

* Ce contraste d'époque (moyen âge et 21ème siècle)  et l'opposition des matériaux (fer et pierre) sont amusants, mais il n'y a aucun panneau expliquant l'architecture du château ou l'évolution historique.

* J'en conclus que les Templiers (hihihi) n'étaient pas très pédagogues.

 

 

C'est la fin

* Devant le peu de salles à découvrir, je me dirige déjà vers la sortie.

* Soudain, une surprise !

* Ceci semble être une archère.... donnant sur... heu.... un mur.

* Je pressens que l'architecture de ce château fort a évolué.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, les bases du château existent. C'est ce que certains historiens (régionaux ?) supposent. Curieusement la base Mérimée ne le date que du 13ème siècle.

* Au 14ème siècle (ou fin 13ème), le site est possession du Comte de Provence (à vérifier).

* Au 16ème siècle, pour améliorer la défense, des canonnières sont aménagées.

* Vers 1792, le château est vendu comme bien national.

* En 1840, le château est classé aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, le château est acheté par la commune. Une campagne de consolidation est réalisée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de quelques salles avec expositions gratuites est parfois possible en été. Les spectacles audio-visuels sont payants.

 

 

Quelle belle ouverture pour arme à feu

 

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 04

Vers Menu châteaux

Alpes de Haute

Provence

Partager cet article
Repost0
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 06:18

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 

Une beauté médiévale entourée de fleurs immortelles (comme ce château)

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Chély du Tarn est située à 40km au Nord-Est de Millau (voir son château), à 30km au Sud-Sud-Est de Marvejols (voir ses fortifications) et à 20km à l'Ouest de Florac (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 20' 08" N 03° 21' 32" E
 44.3356943°  3.3589029°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La surprise

* Parfois, votre Chevalier Dauphinois délaisse son heaume de castellologue amateur pour se vêtir de son chapeau de paille de touriste.

* C'est ainsi que je me laisse bercer par le pas monocorde de mon valeureux destrier.

* Soudain, presque au centre du triangle formé par La Malène, Sainte Enimie et Laval du Tarn, mon palefroi stoppe.

* Sur la rive droite, proche de la rivière, apparaît un souvenir du 15ème siècle.

* Le touriste laisse la place au passionné de pierres construites.

 

 

Rapide analyse

La rondelette est elle la petite soeur de la grande carrée ?

* Le château a une forme de parallélépipède.

* Ma documentation affirme que :

- Le coté Sud était protégé par la tumultueuse rivière.

- Les 3 autres cotés du château était précédé par un fossé.

* Le temps et les hommes ont comblé le fossé. C'est un château assagi au niveau du premier système défensif qui s'offre à moi.

* Chaque angle est défendu par une tour.

- Au Nord-Ouest : Tour circulaire

- Au Nord-Est : Tour circulaire.

- Au Sud-Ouest : Tour carré (17ème).

- Au Sud-Est : Tour en fer à cheval.

* Je suis surpris de voir un mixte entre tour carrée et tour ronde, surtout pour un château construit à la fin du Moyen Âge.

 

L'angle droit est la caratéristique du coté rivière

 Roudes ou carrées, les tours sont très défensives !

Particularités

* Ma 1ère surprise vient de l'absence de bouche à feu.

* Ma 2ème surprise est l'absence de fente de tir au sommet de la tour carrée.

* Ma 3ème surprise est la présence de mâchicoulis (voir vocabulaire) sur toutes les tours.

* Ma 4ème surprise est la beauté simple du chemin de ronde de la tour ronde.

* Ma 5ème surprise est composé de six constructions en encorbellement.

Sont ce des latrines ou des bretèches ?

 

 

L'intérieur :

Modernité et ancienneté

* La propriété privée n'est pas visitable.

* Mais il est possible de ressentir son atmosphère en réservant une chambre.

* Bien que les pièces aient été modernisées pour être adaptées au confort de notre siècle, l'épaisseur des murs ainsi que les tours donnent une ambiance d'un autre temps.

* Je vous quitte pour me prélasser dans une chambre "royale" et goûter à la cuisine des anges dans le magnifique restaurant.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 14ème siècle, possible construction d'un petit site fortifié.

* A la fin du 15ème siècle, Soubeyrane Alamand et Guillaume de Montclar demande la construction puis font réaliser une maison forte en bordure du Tarn.

* Au 17ème siècle, des aménagements de confort sont réalisés. Une tour carrée défensive est construite au Sud-Ouest.

* Vers 1792, le site est utilisé comme prison par les Révolutionnaires.

* Au 20ème siècle, le site est très consolidé. Des aménagements de confort et de luxe sont réalisés. Le site fortifié est transformé en hôtel de luxe

* En 1988, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite sans autorisation. Mais il est possible de le déguster en dormant au minimum une nuit en cet hôtel.

 

 

Je vais réserver une chambre dans ce paradis médiéval

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère
Partager cet article
Repost0
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 06:10

 

 

Département 30 - GARD

 

 

 

Que me murmure ce mur ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Laval Saint Roman est située à 42km au Nord-Est d'Alès, à 40km au Sud d'Aubenas, à 20km au Nord-Ouest de Bagnols sur Cèze et à 5km à l'Est d'Orgnac l'Aven.

 

    Coordonnées du château :

44° 18' 11" N 04° 29' 52" N
 44.303186°  4.4977802°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Mystérieuse découverte

* A 1 kilomètre au Nord-Ouest du bourg, sur une verte petite colline , une ruine tente de se montrer.

* Mon dictionnaire des châteaux forts affirme que ce sont les vestiges du château médiéval.

* Sans réfléchir, je grimpe par un sentier du coté Est.

* Au sommet, je suis arrêté par un mur.

 

 

Un trou dans un mur.... N'est ce point énigmatique ?

Que dire ?

* Le mur est construit sur le rocher.

* Sa hauteur est si faible qu'il est impossible d'en tirer une conclusion.

* Certaines pierres sont simplement posées, sans mortier.

* Leurs dimensions sont asymétriques, elles sont peu jointives. Le parement est de piètre qualité.

* Avec précaution je le longe.

* Un trou, un vide, une curiosité béante me fait face.

* Je continue à longer le petit mur.

* Soudain, un très haut mur apparaît.

* Bien qu'il soit beaucoup plus haut, il semble de la même époque que le précédent.

* Le parement est d'aussi piètre facture.

* Il comporte un trou carré qui n'est ni une archère, ni un puits de lumière.

Qu'est ce ?

 

 

Ils sont hauts !

* Durant mon questionnement et ma réflexion, j'avance à petits pas le nez au sol.

* C'est ainsi que je me heurte à une immense paroi borgne.

* Elle est solidement construite sur le rocher.

* Entre les galets ronds, les pierres plates et des petits éclats inserés, je pressens que ce mur a été reconstruit rapidement il y a peu de temps.

 

 

 

Il y a plein de murs... plein, je ne m'en plains pas

L'intérieur :

Le rien.. c'est déjà beaucoup

* J'entre dans le château.

* Evidemment, je devrais dire : J'entre dans les fondements du site castral.

* Au sol, la végétation cache des bases de quelques murs.

* Il m'est impossible d'identifier leur fonction.

* Je suppose que la chapelle a été construite avec les pierres de la ruine.

* N'étant point un archéologue, je me contente de prendre mon plaisir en admirant le paysage Gardois.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (à vérifier), construction d'un château fortifié sur la colline.

* Au 14ème siècle, le site est propriété des Chevaliers de Saint Jean.

* Au 19ème siècle (à vérifier), construction d'une chapelle sur les vestiges du château.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Veuillez respecter les propriétés privées et ne montez pas sur les vieux murs instables. Le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe. Soyez très prudents.

 

 

Je me délecte du trésor d'une ruine castrale : La vue !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu châteaux du Gard

Partager cet article
Repost0
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 07:55

 

 

Département 17 - CHARENTE MARITIME

 

Suis je éveillé ou dans les vapeurs d'alcool ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Retaud est située à 40km à l'Ouest de Cognac, à 35km au Sud-Est de Rochefort et à 15km à l'Est de Royan.

 

Coordonnées du château (voir le nota en bas de l'article)

45° 39' 54" N 00° 45' 09" W
 45.665103103°  -0.752499104°

 

 

Boire un petit coup c'est agréableeeee... hic

Le château : 

L'extérieur :

Je n'aurais pas du !

* En ce merveilleux mois d'avril, je suis dans un restaurant pour gourmets.

* Voulant faire honneur à tous les plats et montrer qu'un Dauphinois sait se défendre avec la fourchette, je profite de tout.

* Évidemment, il faut arroser (copieusement) ces mets par un vin de... hic... Meursac par exemple.

* A la fin du repas... hic.... c'est mon destrier qui est venu me chercher pour me ramener.

 

 

Je ne me souviens plus

* Bercé par les bruits de ses sabot si feutrés.... hic... je somnole dans le plaisir du moment.

* Soudain, mon omble s'arrête.

* Il a vu un site qu'il pressent être d'origine médiévale.

* Avec difficulté, je saute du cheval... le ventre à terre... hic.

* Ma première question est :

Où suis je ? surprise

 

 

Bien qu'arasée, la tour est toujours aussi puissanteLe rempart

* Je vois de rondes tours, mon destrier ne s'est donc pas trompé.

* Le mur reliant les tours les plus proches semble ancien, mais sa hauteur minimale ne m'informe pas sur son passé.

* Les tours possèdent de petites ouvertures rondes me faisant penser à des canonnières de la fin du 15ème siècle.

* Une autre tour possédant de petites ouvertures de tir en partie supérieure me réconforte dans ma datation... Hic...

* Mais dans l'état où je suis... hic... toutes mes supputations sont....soulantes... hic.

 

Cassée et cachée est cette tour

Boire sans être vu... oupsss... Voir sans être bu !

* Je vois ses entrailles !

Avec l'alcool, ai je la capacité de voir à travers les murailles ?

* Hic... Ben non.

* Certaines tours sont ruinées (comme moi après avoir payé l'addition) donc je vois... comme un voyant cent boules... oupss..... hic..... sans boule de cristal.

Et que bois je... heu..... vois je ?

* Un mur épais recevant une ouverture de tir avec un ébrasement (voir vocabulaire) intérieur.

 

Voila de l'herbe que mon destrier apprécierait

Au loin... c'est loin?

* Grâce (à cause ?) du bon vin de Meursac, ma vue de près est difficile, je tente donc de regarder les constructions au loin.

* Hooo, c'est loin. Une paire de jumelles il me faut  (je vous les ai déjà présentées ici).

* L'entrée est composée de 2 ouvertures :

* Une pour les carrosses.

* Une pour les piétons.

* Une puissante bretèche dissuadait l'assaillant d'approcher.

* Cette subdivision en deux puis l'étendu de l'ensemble me font penser que ce château devait appartenir à un  seigneur important.

 

 

Fortifiée est cette porte

 

 

Un bâtiment intemporel

Il y a tant à voir... et à boire

* Tout en respectant la propriété privée, je contourne la porte fortifiée.

* L'intérieur de l'entrée ne me montre ni herse, ni assommoir. Cela ne me surprend guère en voyant la croix de Saint André avec son tirant.

* De l'autre coté une construction m'interpelle.

* Le coté gauche est très moderne avec ses nombreuses fenêtres même au rez de chaussée.

 

Mâchicoulis

Des défenses.... qui ne sont point d'éléphant

* Le site qui paraît abandonné a pourtant fait l'objet de nombreuses consolidations. Petit à petit, il revit.

* Certaines fenêtres ont été bouchées pour ne pas fragiliser le mur.

* Le bâtiment de droite me semble avoir été une tour défensive.

* Cette tour est si massive que je pressens qu'elle fut le donjon.

 

Un pigeonnier

Des détails de vie partout

* Le merveilleux petit vin des Charentes, puis la digestion du gastronomique repas commence à faire effet sur mon organisme.

* J'ai plus envie de dormir que de réfléchir.

* Je vous laisse seuls commenter les entrailles du logis puis une ronde tour de défense entière (ou presque).

* Avant de partir, je regarde le pigeonnier qui me semble de construction ancienne.

* Ma théorie sur un château de puissants seigneurs se confirme.

 

 

Résumé de l'architecture

* Le site a une structure parallélépipédique.

* Les angles Nord, Ouest et Sud possèdent une tour défensive.

* Le 4ème angle est protégé par l'imposant donjon cubique.

 

 

 

        L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

 

 

 

      Nota : Le miracle !

* 6 mois après avoir publié cet article, un visiteur m'a donné le nom de cette merveille médiévale.

A - D'abord je le remercie.

B - Je corrige le titre qui se nommait : Château proche de MEURSAC".

C - Je corrige les coordonnées géographiques.

D - Je complète l'historique.

 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 15ème siècle, construction du château. Il est possession d'une branche cadette des Beaumont..

* A la fin du 15ème siècle, le site appartient à Isabeau Chaudrier, veuve de François de Clermont, seigneur de Dampierre-sur-Boutonne (voir son château).

* Au 17ème siècle siècle, le château passe par mariage aux Dexmier

* En 1625, un membre de la famille Dexmier épouse Marie d'Archiac et prend ce patronyme (à vérifier).

* En 1845, le site est acheté par Louis Fretard d'Écoyeux.

* A la fin du 19ème siècle, la fille de Louis épouse le Marquis (voir titre de noblesse) de Serigny. Plusieurs travaux de consolidation et d'agrandissement sont réalisés.

* En 1942, en mars, le donjon est classé aux Monuments Historiques, puis en juillet le reste du château est inscrits aux M.H.

* En 1945, le propriétaire du site ayant été accusé de collaboration avec l'ennemi, le château est victime de pillages.

* En 1997, Jérôme Arnauld des Lions achète le château puis le consolide pour lui donner sa gloire d'antan.

* Au début du 21ème siècle, une association de sauvegarde est créée.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur de la propriété privée est interdite.

 

 

Secret restera ce magnifique château

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 17 Vers Menu châteaux Charente Maritime
Partager cet article
Repost0
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 06:56

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Quelle puissante forteresse médiévale !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Aulan est située à 40km à l'Ouest de Sisteron (voir ses fortifications), à 35km au Nord-Est de Carpentras, à 25km à l'Est de Vaison la Romaine et à 5km au Nord de Montbrun les Bains (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 13' 21" N 05° 25' 41" E
 44.2225979°  5.42826667°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Il est là haut !

* A 740 mètres d'altitude, posé sur un éperon rocheux au dessus de 2 vallées, le château d'Aulan me nargue de toute son histoire.

* Cette construction, étant Dauphinoise, est un peu mienne (dans l'esprit). Elle se doit de se révéler à moi, je me dois de l'inspecter pour le compte de mon Dauphin.

 

 

Le mythique château Cathare semble inaccessible

 

 

Vu avec ma longue vue

* Avant d'attaquer pacifiquement cette construction je l'observe depuis le bas et de loin.

* Elle est de forme polygonale asymétrique (car sa base doit suivre le contour du rocher).

* Le site castral est entouré d'un haut rempart.

* Un puissant donjon habitable trône coté Sud-Ouest.

* Une chapelle est encore visible.

 

 

Une entrée très défensive

* Après une courte montée, je découvre la face Nord du château.

* Voyant les nombreux systèmes défensifs de l'entrée, je montre patte blanche.

* La massive construction possède en partie basse de nombreuses canonnières avec un ébrasement important, puis en partie supérieure, des fentes de tir pour arme à feu.

* Derrière, le puissant donjon apporte un appui stratégique.

* La haute tour de guet permet de voir l'ennemi, de comprendre ses manœuvres d'approche, donc d'orienter la défense et les hommes.zzz

 

Bien que reconstruit, ce donjon est à l'image de son siècle d'origine

 

Reconstruit....... et pourtant si beau !

* Les premiers bâtiments que j'ai vus ont des parements parfaits, presque neufs. Aucune pierre de remploi, aucun ajout ou reconstruction suite à un éboulement.

Ce site n'aurait il jamais été attaqué ?

* En observant le rempart, je comprends qu'il a été entièrement refait "récemment" (voir l'historique).

* C'est donc un château presque neuf, mais reproduisant l'architecture médiévale qui m'est donné de découvrir.

 

 

Le donjon

* Je contourne le site sur la droite, coté Ouest.

* D'abord, je remarque une tour d'angle portant au sommet un pigeonnier. Ce symbole m'informe que ce château fut possession d'un puissant seigneur

* Au bout de cette portion de rempart sans crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire) apparaît la haute et cubique tour maîtresse.

* Ce donjon est positionné au Sud-Ouest, du coté de l'attaque. Il fut donc le puissant système défensif du château.

* Ses contreforts à larmier, ses mâchicoulis, sa position, son absence de canonnière me le font dater du début du 13ème siècle. Ceci est une supputation en imaginant que la reconstruction ait été fidèle au château d'origine.

 

 

 

L'échauguette sur culots me fascine

L'intérieur :

Vais je pouvoir entrer ?

* Ce site castral possédant un musée, j'espère pouvoir entrer pour mieux comprendre son architecture.

* Hélas, en dehors des mois très touristique, le porte est close.

* L'entrée est si modifiée, si modernisée, presque caricaturale, je m'en désintéresse.

* Je m'allonge pour regarder sous la porte. Les entrailles semblent très modernisées.

* Ne voulant point forcer l'entrée d'un des châteaux de mon Dauphiné, je rebrousse chemin.

 

 

Deux surprises "volées" avant de partir

* Avant de quitter ce site pour découvrir d'autres beautés Dauphinoises, je tente une excursion coté Est.

* Une curieuse tour avancée possède une porte en partie basse.

Était ce la poterne ?

* Puis, je vois.... heu..... je ne sais point.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, Raymond Ier, Baron de Mévouillon demande la construction d'un château pour surveiller les vallées du Vernu et du Toulourens.

* Au début du 13ème siècle, un village s'établit dans les pentes et sur le plateau pour bénéficier de la protection du château fort.

* En 1240, la seigneurie est achetée par Hugues de Montbrun.

* A la fin du 13ème siècle, en rendant hommage au Dauphin Humbert Ier, le Baron (voir titre de noblesse) devient officiellement Dauphinois. En réalité, ses terres étaient déjà Dauphinoises au début de ce siècle.

* En 1313, la seigneurie, possession du Dauphin, est inféodée à la famille Espine.

* Au 16ème siècle, certaines parties du château sont modernisées.

* Au 17ème siècle (à vérifier), les habitants désertent le vieux village entourant le château pour établir dans la vallée.

* Vers 1792, les Révolutionnaires incendient le château.

* Au 19ème siècle, le château est restauré.

* Durant la première guerre mondiale, le château est partiellement saccagé.

* En 1950, certaines parties du château sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis les rues et ruelles est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite, excepté certaines salles transformées en musée payant.

 

 

Le minimal me met en joie !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article
Repost0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 07:50

 

 

La description de l'extérieur du château est ici - CLIC

 

 

 

Le château (suite) :

           L'intérieur du donjon :

La salle d'arme

Un intérieur de donjon très asymétrique

* Avec précaution, j'entre par un tunnel au niveau le plus bas du donjon.

* Curieusement, je ne suis pas dans une salle sombre.

Pourquoi ?

* Sur la gauche (coté Nord) apparaît une importante ouverture.

* Sa base est volontairement "bouchée" pour éviter que le "touriste" tombe. Il faut l'imaginer totalement ouverte à l'époque médiévale.

Quelle fut sa fonction ?

* Vous devriez le savoir, puisque je vous l'ai montrée puis expliquée depuis l'extérieur.

* Ce fut la porte d'accès au hourdage (voir vocabulaire) destiné à recevoir des défenseurs, surplombant par une avancée en plancher, le pied du donjon ou plutôt de son rocher.

* Sur la droite, l'archère droite en niche est représentative du système défensif du 12ème.

Voyez vous toutes les marches que je vais monter ?

 

Il faut de gros mollets pour gravir cette Everest !

 

Je ne dis pas tout

* La visite du château étant payante, je me dois de ne pas tout vous dire pour que vous ayez quelques surprises.

* Je vais donc vous décrire l'architecture non pas pour chaque niveau mais par thèmes.

* Mon article est une manière de vous donner l"envie de visiter cette construction unique !

 

 

Les escaliers

* Évidemment, avec 5 niveaux, il y a au moins.... 4 escaliers :

- Certains sont droits.

- D'autres sont en angle.... droit.

- Et les derniers tournent, tournent, tournent.

* Quelque soit la forme des escaliers, les marches permettent d'accéder à l'étage plus haut.... ou plus bas.

 

 

Qui a tiré depuis cette fente ?.... Mireille d'Arc ou Jehanne ?

Les systèmes défensifs

* En ce donjon, les archères sont les seuls moyens défensifs de jet encore visibles.

* Ils se composent :

- D'archère droite, avec un ébrasement plus ou moins important.

- D'archère cruciforme.

* Ces fentes défensives sont dans des salles aux murs épais.

* Ses salles sont dépourvues de fenêtres (évidemment) mais le nombre important d'ouvertures de tir permet d'avoir une bonne luminosité.

 

 

Les portes pour être..... transporté

* Évidemment, pour circuler il faut des portes.

* Certaines sont classiquement rectangulaires.

* D'autres possèdent des pierres sculptées portant le linteau.

* Les dernières arborent un arc plein cintre.

* Et, pour montrer la diversité, à cause des époques de construction différentes, certaines possèdent une double ouverture, donc 2 formes différentes de linteaux.

 

 

La salle de repli

* En entrant dans cette pièce du niveau 3, je suis étonné par le contraste de "beauté et de confort" par rapport aux austères autres salles.

* D'abord, le plafond légèrement arrondi est beau (voûte en arc de cloître).

* Ensuite, la pièce est grande.

* Enfin, le luxe apporté par les 2 grandes fenêtres.

Avaient elles des coussièges ?

* Peut être... mais je ne vois aucune trace de ce ban de pierre souvent recouvert d'une place en bois et de coussins.

 

Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

 

La salle de garde

* Point de toit en ce lieu, il a disparu il y a quelques siècles.

* Qu'importe, cela permet d'avoir un magnifique éclairage dans la salle de garde du niveau 5.....

.... et surtout d'admirer l'élégante fenêtre.

* En cette pièce, je remarque 2 curiosités :

1 - Un décrochage du mur permettant l'installation d'un plafond en bois.

2 - Un escalier en fer remplaçant l’échelle médiévale en bois.

Ne pestez point contre cette moderne construction, elle a l'avantage de faire grimper le touriste en toute sécurité vers....

 

 

.... Le crénelage du donjon

* Au sommet, j'écarte les bras puis je hurle (tel Leonardo DiCaprio) :

"Je suis le roi du monde (médiéval bien sur)".

* Après cette démonstration de puissance sonore, je repose ma voix en montrant la voie vers l'horizon à mes beaux yeux bleus.

* En bas, la plateforme avec son logis, ses dépendances et le rempart me montre la hauteur que mes mollets ont du gravir.

* De l'autre coté, je crois voir mon destrier déguster l'herbe verte.

* Le soleil lentement descend, il me faut aussi en faire autan par cet escalier donnant... le tournis.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction d'une petite fortification sur la plateforme. C'est un lieu stratégique entre le Quercy et le Périgord.

* Au début du 12ème siècle, les "Henriciens" pourchassés comme hérétiques, se réfugient au château. Puis, ils prennent procession du lieu et rançonnent les villages alentour.

* Durant plusieurs décennies, ces "locataires" sont craints par la population.

* En 1165, Jean d'Assida, évêque de Périgueux, envoie une armée pour assiéger le château. Les "Henriciens" se rendent par manque d'eau et de vivre. Le château est partiellement rasé (il ne resterait que les 2 premiers étages du donjon).

* Au 13ème siècle, Almustang de Valens devient propriétaire du site. Il reconstruit le château (à partir de 1259).

* Dans le 1er tiers du 14ème siècle, par son mariage, Hélène de Valens apporte en dot la seigneurie de Gavaudun à Bertrand Jean Ier de Durfort, seigneur de Laroque-Timbaut et de Paulhiac. Bien que la province soit acquise au Roi d'Angleterre et Duc d'Aquitaine, Jean Ier met son épée au service du Roi de France.

* Au 14ème siècle, il semble que les défenses du château soient améliorées.

* En 1423, Jeanne de Durfort, enfant unique de Jean Bertrand de Durfort seigneur de Gavaudun et d'Alpays de Montréal de Beauville, épouse Arnaud (dit Naudonnet) de Lustrac (ce personnage possède de nombreux bâtiments et seigneuries dont le moulin de Lustrac). Ce dernier, devenu seigneur de Gavaudun, est fidèle au Roi de France. Ses qualités de chef de guerre mettent à mal les armées à la solde des Anglais.

* En 1437, Arnaud de Lustrac est fait sénéchal de l'Agenais.

* Vers 1527, Marguerite de Lustrac hérite de la seigneurie de Gavaudun.

* Au 16ème siècle, quelques marches sont taillées dans le roc facilitant l'accès à l'esplanade du château.

* Durant 2 siècles, sans y habiter, de nombreuses familles possèdent la riche seigneurie.

* Vers 1792, les Révolutionnaires vendent le château à un marchand de biens (à vérifier).

* Vers 1796, après avoir été dépouillé, le site n'intéresse que peu de "clients".

* En 1805, la commune devient propriétaire du château.

* En 1882, le donjon est classé aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, pour faciliter l'accès aux touristes, des marches et une rampe en acier sont réalisées dans le puits d'accès.

* En 1987, l'ensemble du site castral est classé aux Monuments Historiques.

* Vers 1995, des fouilles sont réalisées.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis les rues de la commune. La visite de cette merveilleuse ruine est payante.

 

Le donjon est si haut que je crois voir... l'Amérique !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne
Partager cet article
Repost0
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 07:30

 

 

Département 83 - VAR

 

 

 

Mon graal de ce jour est en haut de la colline

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

  La commune de Callas est située à 100km au Nord-Est de Marseille, à 40km au Nord de Saint Tropez, à 35km à l'Ouest de Grasse et à 10km au Nord-Est de Draguignan.

 

   Coordonnées du château :

43° 32' 58" N 06° 34' 17" E
 43.5495708619°  6.57134905°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité le site fortifié de Callas, je me dirige vers le bourg de Muy.

* Après 7km en direction du Sud-Sud-Est je découvre au loin une colline pourtant une chapelle.

* Je laisse mon destrier en bas de la colline et j'emprunte le sentier pavé (de bonnes intensions bien sur).

* Rapidement, le sentier devient naturel et la montée commence.

 

 

Je suis au sommet !

* Soudain, un petit mur de pierres apparaît.

* En un bond, je suis sur la plateforme.

Que c'est beau !

 

 

Quelle magnifique ruine !

Haut et fier est ce donjon !

* Devant moi, presque intact, un vieux donjon me regarde.

* Au niveau du sol une porte grillagée m'informe que cette tour a été modifiée. Au Moyen Âge l'entrée n'était "jamais" au rez de chaussée.

* L'entrée réelle du donjon était à l'étage supérieur.

* A l'extérieur, une passerelle en bois (très souvent accessible depuis une échelle extractible) permettait l'accès au donjon de repli.

* Les trous de boulin confirment mon hypothèse de passerelle.

Voyez vous la porte d'accès médiéval ?

 

 

Que voir encore ?

* Avec le grillage sur la porte basse, l'entrée est interdite.

* Je m'avance et je tente de voler des images des entrailles.

* Je ne peux voir que l'épaisseur du mur et le verrouillage de la porte.

* Après tant d'émotions, il est l'heure de manger une pomme appuyé sur cette belle souche.

 

 

Le diaporama du château est ici

 

 

 

Histoire du château :

* En 1025, un "castellum" est cité dans un texte.

* En 1044, nouvelle citation du "castellum del villa Penafort".

* Au 12ème siècle (à vérifier), le château est possession de la famille Agoult.

* En 1252, le droit d'albergue est aux Hospitaliers.

* Au milieu du 13ème siècle, la Reine Marguerite de Provence donne le site à Foulques de Pontévès (à vérifier).

* Vers 1359, le site appartient toujours à la famille Pontévès.

* En 1578 (à vérifier), le château est détruit en représailles des actes de "tyrannies" du seigneur de Pontévès.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite. Le site est une propriété privée, soyez en respectueux. Le risque de recevoir une pierre existe.

 

 

Bien qu'arasée, la vieille tour a fière allure !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 83

Vers Menu châteaux du Var

Partager cet article
Repost0