13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 08:35

 

 

Département :  11 - AUDE  

 

 

Faut il que je grimpe cette paroi abrupte ?

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    Cette fière ruine fait face à Rennes le Château. Elle contrôlait la vallée de Sals. La commune de Coustaussa n'est qu'à 15km au Nord-Est de Quillan (voir son château) et à 45km au Sud de la cité de Carcassonne.

 

   Coordonnées du bourg :

42° 56′ 30″ N 02° 16′ 44″ E
 42.941667°  2.278889°

 

 

  Origine du nom :

* Le 1er nom connu est Custodia signifiant :  Le veilleur de vallée.

* Puis le nom se transforme :

- par contraction en Custoia,

- puis en Custode,

- puis en Coustaussan.....

 

 

 

L'assaillant que je suis est assailli par la végétation

 

Le château :

L'extérieur : 

La découverte

* Ce qui est surprenant en découvrant cette ruine de loin, c'est son importante superficie.

* Un rempart de 100 mètres de long sur 40 mètres de large est encore visible avec un peu d'observation et d'imagination, car les murs ont disparus partiellement et la végétation s'amuse à les cacher.

* La nature adore jouer avec mes ruines, quelle gamine.

 

 

La montée

*  Le château ne ressemble ni aux massives forteresses royales, ni aux petits châteaux de surveillance comme Blanchefort. C'est un compromis d'élégance défensive et de bâtiments de confort.

* L'accès au château devait se faire par le coté Sud grâce à une rampe et un pont.

* Aujourd'hui, il faut contourner le site par le Nord pour arriver devant la basse-cour.

 

 

 

Est ce un donjon modernisé ou un logis seigneurial ?

L'intérieur : 

Le bâtiment

* Le bâtiment principal est au centre de ce "rectangle" de protection.

* La 1ère surprise pour un castellologue amateur, est le manque d'emplacement d'un donjon.

- La tour maîtresse, qui en général a traversé le temps de la plupart des châteaux, est totalement absente à Coustaussa. Dans certains châteaux, le donjon est parfois transformé en grenier ou en tour d'escalier, mais ici, rien.

* La 2ème surprise est l'absence d'ouverture de défense, aucune trace d'archère, ni arquebusière, ni bouche à feu (voir vocabulaire). Cet ancêtre féodal a complètement supprimé ses traces des temps anciens. Le coté agressif d'origine a été gommé au profit d'une douceur "renaissance". Pourtant de loin, il paraissait massif et guerrier sur sa butte.

Curieuse opposition !

* La 3ème surprise est la présence d'immenses salles. Certes, on les devine par les traces au sol car de nombreux murs ont disparus. Je discerne aussi de grandes fenêtres, des frises et des traces de sculptures. Cette ruine bien que médiévale a été presque reconstruite ou transformée à la renaissance.

- Mais un détail trahit bien son origine :

C'est une fenêtre en ogive romane.

 

 

Que de lumière en cette ruine

 

 

 

Une curiosité

* Dans un angle à l'Ouest, il me semble distinguer les restes des latrines.

* Ces commodités sont un immense "tuyau" vertical en pierres desservant les 2 étages et la salle basse, pour aboutir en bas des remparts.

* Ce château devait appartenir à une puissante famille car il comporte à l'Est une architecture typique : Un pigeonnier.

 

 

Que la lumière en cette ruine

Que de curiosités

* Une autre curiosité architecturale est la base d'une tourelle de flanquement (ou d'échauguette) sur l'angle du mur Nord-Est.

Pourquoi avoir gardé ce détail médiéval

sur un château si renaissance ? 

* Il est vrai que le triple encorbellement très soigné donne un luxe à cette façade un peu trop linéaire.

* Ce type d'architecture se retrouve aussi au château de Quillan situé à quelques kilomètres au Sud.

 

 

C'est fini

* Avant de quitter cette ruine et malgré la brume d'octobre, j'admire la vue sur la vallée.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château et du village :

* Vers 730, il semble qu'un site Wisigoth existe en ce lieu.

* Au 11ème siècle un village fortifié semble construit sur le plateau : "Villam quae vocatur Constantium".

* En 1157, à la demande du Vicomte (voir titre de noblesse) de Trencavel, un castellum est construit sur un éperon avancé de la vallée de Sals. Ce château est confié à Pierre de Villar.

* En 1210, durant la croisade des Albigeois, les troupes de Simon de Montfort prennent le château. Une parti des habitants fuit le village (il faut dire que la renommée de boucher et d'assassin de Simon sont une bonne raison de fuite).

* En 1211, le soulèvement de Castelnaudary pousse le seigneur de Coutaussa à se rebeller contre les "envahisseurs". Les troupes de Simon, commandées par Raymond Roger, font le siège devant le château. La reddition est rapide. Le village est incendié par représailles et le château partiellement détruit.

* En 1212, le territoire est confié à la famille de Montesquieu de Sault seigneur de Roquefort de Sault, plus "sage" que son ancien propriétaire. Le château ne fut plus jamais inquiété par des "ennemis".

* Au 16ème siècle, de nombreux aménagements sont réalisés pour rendre plus confortable cette belle bâtisse.

* En 1803, le château est vendu à un "marchand de biens".

* En 1819, un certain Azais, habitant d'Arques (voir le château), démantèle la ruine de Coustaussa.

* En 1820, des "bandits modernes" saccagent les restes, démontent les pierres importantes et les vendent aux habitants environnants. La nouvelle fonction du château de Coustaussa est : Carrière de pierres.

* En 1948, la ruine est inscrite dans la liste des Monuments Historiques. C'est toujours un monument privé.

* Au 21ème siècle, le château est  une propriété privée. Il est plus "poli" de demander l'autorisation. La découverte est risquée car les murs sont peu consolidés et le sol comporte de nombreuses pierres instables.

 

 

Ce château porte bien son surnom :  Le veilleur de vallée

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 11 Vers Menu châteaux de l'Aude
Partager cet article
Repost0
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 06:08

 

 

Département 30 - GARD

 

 

Ne reste-t-il que ce pan de mur ?

 

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sabran est située à 40km à l'Est d'Alès, à 20km au Nord-Est d'Uzès et à 6km à l'Ouest-Sud-Ouest de Bagnols sur Cèze (voir sa tour).

 

  Coordonnées du château :

44° 09' 06" N 04° 32' 50" E
 44.15160704°  4.547376931°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Préambule

* Il m'arrive parfois d'être perdu dans une ruine.

* Evidement lorsque les vestiges sont moins que minimaux, je ne sais pas où je pose mes chausses.

* Ce n'est pas toujours l'étendu d'un site qui me perd.

* La ruine peut être petite mais avec des bâtiments si disparates que mes bases de castellologue amateur s'en trouvent bouleversées.

* C'est ce qui m'est arrivé au château de Sabran. Mon imagination a vite été bloquée.

Peut être allez vous m'aider ?

 

Comme je les adore ces constructions en encorbellement !

 

 

Là haut, des pans de murs

* Sabran est une petite commune construite sur une colline autour de son vieux château.

* Lentement, je m'avance vers le Nord pour faire la connaissance de cette construction médiévale.

* Bien que le sentier soit accessible, il offre une belle montée.

* Dans la végétation j'aperçois un vestige de mur (rempart ?) avec des pierres à bossage.

* A quelques mètres, un mur plus imposant m'étonne par sa hauteur et son absence de système défensif.

 

 

 

L'encorbellement est ma passion

* Quelques mètres plus haut, mon regard est attiré par une construction en encorbellement.

* Comme il n'y a pas de porte en dessous, j'opte pour des latrines.

* Je m'allonge en dessous pour sentir  (hihihi... évidemment, depuis des siècles, point d'odeur il y a).

* Je continue ma lente progression.

 

 

Voyez vous tous ces indices de vie ?

 

L'intérieur :

Un mur habitable

* Le vestige suivant, tout en hauteur avec un angle droit me fascine.

* En partie basse, je ne décèle aucun indice de vie.

* Mais à l'étage, je vois sur la gauche un beau vestige de fenêtre et à droite, une petite cheminée.

 

 

 

Il est très haut

* Un autre pan de mur ruiné me fait rêver.

* Les pierres sont magnifiquement taillées et très jointives, prouvant l'importance de ce bâtiment.

* Il montre sur la droite un mur d'une épaisseur importante.

* Au centre, plusieurs niches de taille différentes côtoient une haute ouverture dont la fonction m'échappe  (porte de liaison, latrines).

Avez vous remarqué la frise ?

* Au sommet, une belle ronde voûte donnait de l'ampleur à la salle où la damoiselle regardait par la fenêtre (dont apparaît le vestige à droite).

 

 

 

Est ce le donjon de Gruyère ?... hihihi

Une cubique construction

* Dans mon errance, je tombe nez à nez (ou plutôt pierre à heaume) sur un bâtiment cubique presque intact.

* Ses pierres extérieures sont parfaitement taillées et jointives.

* Le parement d'angle est très soigné. Pourtant, il est absent sur 2 angles.

Est ce du à une récupération par les villageois ?

* En m'approchant, je constate que le mur est très épais.

Était ce le donjon habitable ?

 

 

 

Les entrailles du "cube"

* Il y a..... hooo :

- Des salles en sous-sol,

- Des salles en "sur-sol"cheeky

- Des plantes grimpantes plantées certainement par les damoiselles du château. surprise

 

 

 

La fin... du délire et de l'errance

* Derrière votre écran vous pensez :

"Le chevalier n'a point été très rigoureux dans cette description."

* Il est vrai que j'ai été un peu... désorienté.

* Ce site est rempli de bâtiments qui se "contredisent" pour moi : En voici la preuve.

* Je vais donc me reposer en mangeant une pomme et en admirant le paysage.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié par le seigneur de Sabran. Cette famille est originaire d'Uzège. La famille Sabran est vassale du seigneur D'Uzès.

* En 1510, les frères de la famille de Combes se partagent les possessions. Cathelin de Combes est le nouveau seigneur de Sabran.

* En 1602, la moitié de la seigneurie de Sabran est  affecté à Pierre d'Augrier, prévôt du Languedoc.

* Au 17ème siècle, après un procès, le site est donné par Anne de Montcalm au seigneur de Montclus. (Rappel : Anne est un prénom masculin --> voir cet autre exemple).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est normalement interdite. Veuillez être très prudents car la ruine est fragile. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe.

 

 

La ruine surveille l'alignement des arbres

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Partager cet article
Repost0
9 mai 2017 2 09 /05 /mai /2017 06:05

 

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 

 

Du Guesclin accueille Le Chevalier Dauphinois en cette cité qu'il a libérée des Anglais !

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Châteauneuf de Randon est située à 70km à l'Ouest d'Aubenas, à 55km au Sud-Sud-Ouest du Puy en Velay et à 20km au Nord-Est de Mende (voir sa tour des Pénitents).

 

     Coordonnées du château :

44° 38' 32" N 03° 40' 28" E
 44.642283083°  3.674441278°

 

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Mes chausses dans celles du célèbre Du Guesclin !

* Savoir qu'en ce lieu, les "Anglois" ont tenu tête aux armées Royales me hérissent les poils.

* Savoir que Bertrand Du Guesclin a perdu la vie ici me donne l'envie de trucider quelques "rosbif".

* C'est donc un Chevalier Dauphinois, en tenue de combat, qui aborde cette cité du Gévaudan.

* Mais la voix d'outre tombe du Connétable m'explique que la cité est conquise et assagie.

* C'est donc avec l'âme rêveuse d'un castellologue amateur que j'aborde la montée des marches.

* Ce n'est point le grand escalier de Cannes, ce sont des marches taillées dans le rocher.zzz

 

 

Sentez vous la puissance médiévale dans cette ruine minimale ?

 

 

La découverte

* Au sommet de la petite butte, un curieux bâtiment apparaît.

* Ce sont les vestiges d'une tour défensive.

* Cette construction est aussi nommée : La Tour des Anglais.

 

 

 

Rapide analyse

* Elle montre des archères droites sur 3 niveaux.

* Son parement a perdu sa beauté d'antan.

* Les rares pierres extérieures sont de petites dimensions.

* Le remblai a été cimenté à la fin du 20ème siècle.

* Ne voyant point d'autres vestiges (rempart, porte, poterne etc...) tel un cabri, je saute le dénivelé pour entrer dans le château.

 

 

 

 

L'intérieur :

Minimal et passionnant

* La surface du plateau (donc du château) est impressionnante. Pourtant le site est minimal.

* Cette curiosité est due à l'utilisation des pierres pour construire de nombreuses habitations au 17ème siècle.

* La tour des Anglais (puisque c'est le nom régional) montre :

- Trois niveaux,

- Celui du bas est voûté,

- Celui du haut est aussi voûté,

- L'étage intermédiaire avait un plafond soutenu par des poutres.

- Chaque niveau est défensif.

 

 

 

C'est la fin

* La fin de la visite correspond à la faim de votre Chevalier.

* C'est donc sur cette table en bois que je m'installe pour déguster ma pomme et dévorer la ruine.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, le seigneur de Randon, de retour d'une croisade en terre Sainte, délaisse son ancienne fortification et établit un nouveau château sur les bases d'un village Gallo-Romain. Le château-neuf permet de mieux surveiller la région.

* Au milieu du 14ème siècle débute la Guerre de Cent ans. Le Gévaudan est détenu par les Anglais. Les Routiers à la solde des "envahisseurs" pillent la région.

* En ce dernier quart du 14ème siècle, le Roi de France Charles V (voir liste) demande à Bertrand Du Guesclin de tout faire pour libérer la province.

* En juin 1380, après avoir libéré quelques places fortes détenues par les Anglais, l'armée Royale commandée par Le Connétable assiège le château.

* En juillet 1380, proche du château, Bertrand Du Guesclin décède. Les historiens ne savent toujours pas si les Anglais ont "donné les clés" de la ville avant ou après le décès du Connétable.

Vous souvenez vous de sa devise ?

* Vers 1632, le roi Louis XIII (voir liste) ordonne le démantèlement de nombreux châteaux du Gévaudan dont Châteauneuf. Les pierres servent à la construction de l'église et de quelques habitats.

* Au 21ème siècle, la découverte des vestiges est libre et gratuite.

 

 

C'est grâce à Duguesclin que je peux planter mes chausses en ce château fort !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère
Partager cet article
Repost0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 08:12

 

 

Département 12 - AVEYRON

 Voyez vous un site troglodytique ?

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Mostuéjouls est située à 50km au Sud-Est de Rodez, à 35km au Sud-Ouest de Florac et à 20km au Nord-Est de Millau (voir son beffroi).

 

     Coordonnées du site troglodytique :

44° 13' 34" N 03° 13' 06" E
 44.22612°  3.218275°

 

 

 

Le site : 

L'extérieur :

Il est là haut

* Depuis Mostuéjouls, à 4km en remontant vers le Nord dans les magnifiques gorges du Tarn, une pancarte sur le bord d'un chemin attire mon attention.

* Je suis surpris car :

- Il n'est pas fait mention du château troglodytique,

- Marcellin est écrit avec un seul L (contrairement à ma documentation).

* Qu'importe, je vais gravir la pente pour découvrir mon Graal du jour.

 

 

Je me sens peintre

* Le bruit des insectes, les odeurs laissent mon attention vagabonder pendant que je marche sous la chaleur de fin de printemps.

* Je rêve que je suis un génial peintre naturaliste (heu, cela ne signifie pas que je suis nu...... rhôôô. Mon propos parle de nature).

Voyez vous tous les détails magnifiques ? 

 

La découverte de loin

"Que voir de si loin ?"

* C'est la question que vous vous posez en découvrant cet amas de bâtiments.

* Plusieurs détails permettent d'échafauder des hypothèses mais aussi des réalités :

- D'habitude, un château est aménagé sur une butte, hors les constructions sont le long d'un paroi.

- Il est préférable, pour ne point être attaqué depuis la hauteur, de ne pas implanter un château en bas d'une paroi. Mais en réalité, il est presque impossible pour des assaillants de grimper au dessus.

- Le site formant un cul de sac, il est très facilement défendable. Un seul accès par le chemin encore visible. Hélas, il semble que la porte fortifiée ne soit plus présente.

- Une petite église (chapelle castrale ?) a survécu au temps et à l'abandon du site.

- Dans la paroi, des encoches sont visibles. Elles recevaient des poutres. C'était l'emplacement du château primitif.

Est ce l'entrée du château fort ?* Après ces observations de loin (en réalité, j'avais une paire de jumelles), je marche vers le curieux site (castral ?) de Saint Marcellin.

 

 

L'intérieur :

Un bâtiment reconnaissable

* En arrivant devant cette forme semi-circulaire, je pressens la fonction du bâtiment.

L'avez vous devinée ?

* Je contourne la construction pour voir sa magnifique ouverture.

Que voyez vous ?

* La présence de plusieurs sacs ne doit pas vous faire penser que cette cavité soit une poubelle.

Ceci est évidemment un four à pain.

 

 

Une habitation ?

Les pierres construites fusionnent avec le rocher

* Les pierres construites m'impressionnent surtout lorsqu'elles sont pour un bâtiment intemporel.

* L'épaisseur des murs m'informe qu'il n'est point récent, mais les larges ouvertures m'indique qu'il a été modifié ou reconstruit il y a moins de 3 siècles.

 

 

Un intérieur d'un autre âge

* En pénétrant dans l'une des salles, je remarque les piédroits d'un autre âge.

* Puis au fond une fenêtre à coussiège (voir vocabulaire).

* Mais je pressens que ma déduction rapide est fausse. Ceci est la fenêtre au dessus d'un évier.

Avez vous observé les pierres épaisses au sol ?

* Dans une autre salle, je vois un four à pain. Feux fours en ce lieu, c'est curieux !

Y en avait-il un banal et un autre privé ?

 

 

C'est la fin

* Pour vous donner l'envie de monter par le joli sentier vers ce site Aveyronnais, je ne vais pas tout vous montrer.

* Sachez que des bâtiments et habitations aménagés contre une paroi rocheuse non verticale ne sont pas nombreux en nostre beau Royaume de France.

* Il faut entrer physiquement dans cette beauté de pierre pour la ressentir.

 

Mes yeux sont remplis de lumière... d'un autre âge !

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du site :

* Vers le 10ème siècle (?), une fortification est construite par la famille Mostuéjouls.

* Vers le 11ème siècle, un autre château est construit plus bas, proche de la rivière, par la famille Mostuéjouls.

* A partir du Moyen Âge (et durant plusieurs siècles), le site est le but d'un pèlerinage. Un saint aurait été inhumé dans une des cavités de la roche.

* Au 21ème siècle, la découverte est libre et gratuite. La visite est sous votre responsabilité en respectant cette propriété privée.

 

 

Une ambiance hors du temps

 

      Cliquez pour aller au menu des châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron
Partager cet article
Repost0
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 07:55

 

 

Département 04 - ALPES de HAUTE PROVENCE

 

Est ce un paquebot qui flotte au dessus du bourg ?

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Mison est située à 35km au Nord de Forcalquier, à 25km au Sud-Ouest de Tallard (voir son château) et à 15km au Nord-Ouest de Sisteron (voir ses fortifications).

 

     Coordonnées du château :

44° 15' 49" N 05° 50' 22" E
 44.26380011°  5.83958745°

 

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La surprise

* En découvrant au loin la petite commune, je suis en arrêt (et mon destrier aussi).

* Les maisons de Mison sont blotties au pied d'un imposant rocher dont la brochure affirme qu'elle est en poudingue.

Avez vous déjà vu un tel spectacle ?

 

 

 Je pressens que ce château va m'en faire voir de toutes les couleurs

La paroi

* Pour monter au château, il faut emprunter un chemin carrossable et sinueux.

* Aux pieds de la paroi, je m'esclaffe :

Quelle fascinante architecture !

* La paroi semble fragile et pourtant elle est présente depuis plus de 7 siècles.

* Sa fragilité relative est due aux galets roulés, matériau bien différent des parois en pierres taillées.

* Construit sur le rocher, il faut admettre que l'assaillant avait un travail de sape peut aisé. Les courtines en galets ne furent point un handicape.

* Les chaînages d'angle ont fait l'objet d'une attention. Ils sont réalisés en pierre et en tuff.

* Le temps et les hommes ont fait leur travail de destruction. Il n'est plus possible de voir les crénelages ni les mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

 Est ce la globalité du trésor de ce château ?

L'intérieur :

J'entre dans l'antre

* Par la porte coté Ouest, je pénètre dans la place forte.

* Le spectacle de l'intérieur du vieux château fort est... heu.... minimal.

* Le plateau a une longueur de 80 mètres pour une largeur de 60 mètres.

* Au centre quelques buttes de terre et de galets, au fond des vestiges de rempart consolidés récemment.

Ne reste-t-il que cela ?

 

 

 

L'espoir renaît

* Avec précaution (car je suis dans une ruine) et avec l'envie de tout voir (car je suis un castellologue amateur passionné) j'avance vers un des cotés.

* C'est une construction "presque entièrement" voûtée qui m'accueille.

* Je ne peux pas définir la fonction de ce bâtiment, mais il est certain qu'il comporta plusieurs étages.

 

 

 

Est ce le bon endroit ? Devinez vous la fonction de cette ruine ?

* Dans cet immense désert de galets au sol mélangés à la terre et aux herbes, je vois au loin deux petits "pics".

Est ce le fruit de mon imaginaire ?

* J'avance et je découvre ... un arc de triomphe !

Reconnaissez vous ce style de construction ?

* Evidemment point d'architecture Romaine en ce lieu médiéval. Cette construction me semble avoir été une tour de défense.

Avez vous remarqué les pierres ?

* Ce bâtiment n'est pas en galets roulés mais en pierres taillées posées en lit.

 

 

Errance badine

* Pensant avoir tout vu, je me promène, le nez dans le vent et les yeux dans le vide de ce château.

* Soudain, une baie attire mon attention.

Était ce un four à pain ou un puits de lumière ?

* Lentement je me rends proche de la paroi pour admirer le paysage.

* Diantre !...... J'avais oublié que le rempart fut si haut.

* Il est temps de repartir vers de nouvelles aventures en ce Comté de Provence, mais avant, il me faut retrouver la sortie.

* Mon instinct me faire dire qu'elle est là bas.

* C'est donc par cette poterne que je quitte l'imposant château, hélas un "peu" en ruine.

 

 

Le diaporama du château est visible ici

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 10ème siècle, Mison est citée dans une charte. Le site est possession d'une famille éponyme.

* Au 11ème siècle, par la possession de plusieurs châtellenies, la famille Mison a le rang de Vicomte.

* A la fin du 12ème siècle (à vérifier), la seigneurie devient une Baronnie (voir titre de noblesse). Le site est possession de Bertrand de Mison dit de Mévouillon.

* Au 13ème siècle, les noms Mison et Mévouillon sont souvent associés sans que les "historiens modernes" puissent faire la distinction entre ces 2 familles et sur leur possession de châtellenies.

* Au 13ème siècle (à vérifier), construction du château en pierre sur le haut plateau rocheux, commandant les vallées du Buech et de la Méouge.

* En 1239, au château de Mison, Galburge de Mison, fille de Bertrand, épouse Guillaume des Baux.

* En 1263, Charles Ier d'Anjou, Comte de Provence (voir liste), achète la seigneurie à dame Galburge de Mison, fille de Bertrand.

* Au 14ème siècle, un inventaire du château est réalisé. Le site abrite 4 corps de bâtiments comportant 11 salles : Celliers, aula, cuisine, armurerie, pièces privées et sept lits. Une chapelle existe, elle est dédiée à Saint Julien et Sainte Catherine.

* En 1377, le site castral est confisqué par la Reine Jeanne.

* Au 15ème siècle, Foulque d'Agoult gère la châtellenie. Il est le représentant du Comte de Provence.

* En 1678, le château est toujours utilisé et gardé par les habitants de Mison.

* Au 18ème siècle, le château est notifié comme ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

La vue sur le Buëch et ses affluents est magnifique

 

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 04

Vers Menu châteaux

Alpes de Hautes

Provence

Partager cet article
Repost0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 06:11

 

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 

Ce mur tente de murmurer son histoire

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de La Malène est située à 30km au Sud de Marvejols (voir ses fortifications), à 26km au Nord-Est de Millau (voir son château) et à 25km à l'Ouest de Florac (voir son château).

 

  Coordonnées du château :

44° 17' 58" N 03° 18' 45" E
 44.29940134°  3.312635422°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Pourquoi construire un château fort ?

* Les gorges du Tarn ont toujours été un point de passage reliant les villes hautes des villes basses.

* Certains guets permettent aux transhumants de rejoindre les différents causses.

* Il est donc logique que des châteaux soient construits pour surveiller les passages (pouvant être hostiles) mais aussi établir des lieux de péages.

* Le site de Planiol, parfois orthographié Plagnols, répond à ces 2 critères.

 

 

La découverte

* Dans une boucle du Tarn, à 500m à l'Ouest de La Malène apparaissent des ruines.

* Ces vieilles pierres presque millénaires sont attaquées (ou protégées ?) par une dense végétation.

Pensez vous qu'il n'y ait rien à voir ?

* Avec un peu d'attention, il est possible de voir des bases de mur que je subodore être : Le rempart extérieur.

 

 

 

        L'intérieur :

La marche prudente

 

* J'entre avec précaution.

* La végétation cache des trous dans le sol.

* Les pierres roulent sous mes chausses.

* Soudain une grotte apparaît.

Est ce un site troglodytique ?

* Vous êtes si subtils, ho mes merveilleux lectrices et lecteurs, que vous avez reconnu une salle voûtée.

* A premier abord, je cru que c'était une simple réserve de nourriture. Mais en voyant les pierres sculptées à l'entrée, je pressens que ce fut une salle "de vie".

 

 

N'y a-t-il que des salles voûtées ?

* En prenant un peu de recul, j'ai la réponse à ma question.

* Un haut pan de mur semble être le vestige d'une tour carrée,

* Je ne remarque aucune trace de fenêtre ni ouverture de lumière.

* Le sommet arasé ne possède pas les prémices de mâchicoulis (voir vocabulaire).

Est ce le seul vestige ?

* En tournant la tête, une autre construction apparaît derrière les arbres.

* Elle est de la même hauteur que sa consœur. Les pierres ont la même dimension et le même type de taille.

* L'espacement entre les 2 vestiges m'informe sur la surface occupée par ce château.

* Cette fortification n'était point une simple tour de guet, ni un site de péage. Paniol fut un vrai château de seigneur.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au milieu du 12ème siècle, un château est cité.

* Au début du 16ème siècle, le château est possession d'Antoine de Montesquieu.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de religion, le château est incendié.

* En 1692, le Sieur de Montesquieu rend hommage à l'évêque de Mende pour ses terres.

* En 1752 (?), le Sieur de Montesquieu rend hommage au prieur de Saint-Enimie pour ses terres.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de prudence. Le site n'étant pas sécurisé, le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudent.

Nota :

- Dans l'historique, je cite plusieurs fois les sieurs de Montesquieu.

- Il s’agit de la famille Brun de Montesquieu.

- Cette famille possédait un château dominant celui de Planiol.

- Ce château disparu se nommait : Montesquieu.

- Il m'est impossible de certifier que mes citations concernent vraiment le château de cet article.

 

 

Les arbres tentent de cacher le minimalisme de ce château fort

 

      Cliquez pour aller au menu des châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère
Partager cet article
Repost0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 08:16

 

 

Département 09 - ARIÈGE

 

 

 

Voyez vous un site fortifié ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune d'Auzat est située à 70km au Sud-Est de Saint Gaudens, à 30km à l'Ouest-Nord-Ouest d'Ax les Thermes, à 28km au Sud-Sud-Ouest de Foix (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

42° 45' 48" N 01° 29' 24" E
 42.7633727°  1.4899510°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Au loin puis au près

* Depuis Auzat, une agréable route sinueuse m'amène vers le village d'Olbier.

* Sous le chaud soleil d'Ariège, je pense plus à une sieste qu'à une escapade castrale.

* Mais mon vaillant destrier, par ses sauts, sait réveiller le sot. C'est ainsi que je vois....

 

 

Cette colline est trouée comme de l'emmental

 

 

La montée vers mon Graal !

* Comme souvent, il faut aller à pieds sur un agréable sentier pour découvrir le site médiéval.

* Après avoir serpenté dans un petit bois, le sentier grimpe le long d'un paroi naturelle. La protection du château est parfaite.

* Enfin, je vois le but de ma découverte de ce jour. A 918m d'altitude, protégé par un à-pic sur 3 cotés, le château était facilement défendable.

 

 

Des petits trous

* Sur la paroi du rocher portant le château fort, je remarque plusieurs cavités.

* Certains de ces trous ont été habités depuis plusieurs milliers d'années. Les fouilles archéologiques ont révélé des ossements humains et d'animaux ainsi que des restes de poterie et de mobilier. Une dernière grotte comporte des peintures murales.

* Evidemment, quand il y a grotte avec des dessins énigmatiques, il y a toujours mystères. Dans cette région où le Catharisme et Montségur sont proches, certains (illuminés) pensent que le trésor des Cathares et mêmes celui des Templiers ont été (momentanément ?) cachés en ces cavités.

Et pourquoi pas le Saint Graal..... et l'arche de Noé ?..... pfffff.

 

 

 

Voyez vous les traves d'habitats ?

L'intérieur :

La basse cour

* En un saut, je suis dans la partie basse du château. Il m'a d'abord fallu franchir la tour de Campanal.

* En ce lieu, n'imaginez point voir des poules et des canards, la basse cour est en réalité la cour basse du château, en opposition à la cour haute (donc seigneuriale).

* Cette partie de la colline castrale était habitée. Cela se remarque par 2 détails au sol :

1 - Quelques rochers sont taillés en banquette (voir vocabulaire).

2 - Sur le sol calcaire arasé par l'homme, présence d'encoches circulaires pour poser un poteau.

* Je dois maintenant accéder à la cour haute et au véritable château.

 

 

Les défenses

* D'abord, je vois la tour du Barry. Ce patronyme n'est pas du à la célèbre Comtesse mais au mot latin médiéval Barrium signifiant : Rempart.

* Cette tour située au Nord-Ouest possédait une citerne en partie basse. Cela se déduit grâce aux couches de mortier rosi (je vous en ai montrées dans le château de Cucugnan en Aude).

* Ensuite, je vois quelques murs du rempart

 

 

Que voila vestige bien anguleux

Minimal et pourtant immense

* Dans ce capharnaüm de rochers et de pierres construites, de nombreuses salles médiévales se devinent.

* Ici je vois... heu... 

Avez vous une idée ?

* Par contre, mon imaginaire (aidé par le plan du château) affirme que la cubique construction fut : Le donjon central. Il est vrai que mon affirmation est confortée par un panneau explicatif.

* Les dimensions de la tour maîtresse me font penser qu'il fut un donjon de repli.

* Grâce au travail des archéologues et aux panneaux explicatifs, j'apprends que de nombreux foyers pour la cuisson des aliments ont été découverts. Ils étaient constitués d'une grande dalle plate en partie basse surmontée d'un dôme.

 

 

Le panorama

* Cette ruine permet de déguster un magnifique panorama sur 360°.

* D'abord les vallées avec la commune d'Auzat puis le petit village d'Olbier.

* C'est en dégustant une pomme que j'admire les multiples collines boisées.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - clic

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle, sur ordre du Comte de Foix (voir son château), construction du château pour surveiller la vallée.

* En 1272, Roger Bernard Comte (voir titre de noblesse) de Foix, en conflit avec le Roi de France (voir liste), demande de l'aide au Roi d'Aragon. Ce dernier récupère plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1273, le Roi d'Aragon rend le château au sénéchal de Carcassonne.

* En 1277, le Comte de Foix récupère enfin ce château. Mais suite à un conflit le Comte est fait prisonnier par le Roi d'Aragon. Pour sauvegarder une partie du patrimoine Comtal, la Comtesse Marguerite de Moncade se retourne vers le Roi de France Philippe III le Hardi.

* En 1283, le château de Montréal de Sos est possession du Roi de France.

* En 1285, le Roi donne/rend le château au Comte de Foix.

* En 1290, lors de la querelle avec la famille d'Armagnac, le Roi de France exige la restitution des terres de Montréal de Sos.

* En 1300, le Comte de Foix récupère la seigneurie de Montréal de Sos.

* Vers 1318 (?), le Roi d'Aragon attaque plusieurs châteaux dont celui de Montréal de Sos.

* En 1332, les habitants réparent les défenses du château.

* Au 14ème siècle, un village (nommé aujourd'hui Olbier) s'établit au pied de la colline castrale.

* Au 15ème siècle, n'étant plus utile pour la garde des vallées, le site castral est abandonné. Sur ordre du Comte de Foix, le château est partiellement détruit. Le donjon est arasé.

* A la fin du 20ème siècle, des campagnes de fouilles sont organisées.

* Au 21ème siècle, la découverte du site castral est libre et gratuite. Soyez très prudents avec des enfants. La ruine étant fragile, veuillez ne pas montrer sur les murs ni les lieux de fouilles.

 

 

Le panorama est le trésor d'une ruine castrale

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 09 Vers Menu châteaux de l'Ariège
Partager cet article
Repost0
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 06:30
 

 

 

 
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

Département :  27 - EURE

 

  L'entrée est à droite

 

 

Le bourg

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Pierre du Mesnil est située à 60km au Nord-Ouest de Dreux, à 50km au Sud Ouest d'Elbeuf et à 35km au Sud-Est de Lisieux.

    Le château est à un kilomètre au Nord-Ouest du bourg.

 

  Coordonnées du château :

48° 56' 13" N 00° 33' 42" E
 48.936879°  0.561805°

 

 

 

Description du château 

L'extérieur :

La découverte

* L'accès au château se fait par un pavillon d'entrée en pierre appareillée avec une grande arcade charretière au rez-de-chaussée et une chambre de manœuvre du pont-levis à l'étage où la pierre fait place à un parement de brique décoré de croisillons surcuits.

 

 Un plan défensif très médiéval

Architecture

* Le château s'inscrit dans une enceinte pentagonale fermée de murs, renforcée aux angles par de petites tours rondes et abritée par des douves en eau.

 

 

La face arrière

* On ne découvre que de loin sa façade postérieure.

* De par son histoire mouvementée, le Blanc Buisson procède de plusieurs périodes de construction. De l'ancienne construction féodale très affectée durant la guerre de Cent-Ans, subsistent quelques ouvrages défensifs dont cette forte tour aveugle avec ses échauguettes.

* Les autres corps de bâtiment ont été construits au 16ème siècle

 

 

Un charme indéniable

* Le Blanc-Buisson tire son charme des effets décoratifs produits par les matériaux locaux utilisés, pierre, grès, grison, brique de pays ou surcuite, s'harmonisant avec la tuile des toitures.

* Les cheminées hors comble apportent également leur effet ornemental par les pilastres d'angles et corniches de pierre qui enserrent la brique.

 

 

La description du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 14ème siècle, au début de la guerre de Cent-Ans, Collinet Le Conte, connétable de Philippe de Navarre, allié des Anglais, fait construire un château .

* Durant la deuxième moitié du 14ème siècle, les troupes de Charles V (voir liste des rois) se chargent de détruire cette forteresse "Anglaise".

* En 1474, Marie Le Conte apporte en dot à son futur mari Jean du Merle, la ruine de la forteresse détruite par l'armée Française.

* Durant la première moitié du 16ème siècle, Jacques Ier du Merle se charge d'une grande partie de la reconstruction du château. Curieusement, il conserve les éléments défensifs de la forteresse primitive.

* Durant la deuxième moitié du 16ème siècle, Jacques II du Merle, achève les travaux.

* En 1801, la famille du Merle vend Blanc-Buisson à la famille Pillons de Saint-Philbert.

* En 1872, le château échoit à M. de Baudicourt. Il réalise quelques restaurations.

* Au 20ème siècle, par legs successifs, il appartient au Vicomte (voir titre de noblesse) de la Fresnay.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route est libre et gratuite. La visite du château est impossible.

 

 

Le monde médiéval n'a pas été éteint par le modernisme

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 27 Vers Menu châteaux de l'Eure
Partager cet article
Repost0
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 07:55

 

 

Département 02 - AISNE (Thiérache)

Voyez vous cette beauté au  loin ?

 

 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune d'Aulnois sous Laon est située à 40km au Sud-Est de Saint Quentin, à 35km au Nord-Est de Soissons et à 7km au Nord de Laon.

 

  Coordonnées du château :

49° 36' 46" N03° 36' 12" E
 49.6129393999° 3.6034420999°

 

 

 

Le château

      L'extérieur :

La découverte  Est ce le jardin d'Eden qui entoure le château ?

* En cette région de plaine, les châteaux ne sont pas positionnés sur des buttes, même artificielles. Ils sont souvent au milieu de champs dont les fossés et marécages ont été comblés pour laisser paître des ruminants.

* C'est donc un peu à l'écart du centre bourg que je concentre mon attention.

* Soudain, comme par magie, une construction apparaît.

 

 

Que voir de loin

* Le château montre une forme de base rectangulaire ou plutôt quadrangulaire.

* De loin, à part une ronde tour située au Nord, les systèmes défensifs semblent inexistants.

* Je me dois de chausser ma longue vue pour mieux comprendre ce château parfois nommée "Maison Forte" dans quelques brochures.

 

 

 Que voila un beau donjon défensifUn donjon défensif

* La tour est arasée et ne montre plus de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Hormis sa plateforme, elle possède 3 étages donnant une haute de 20 mètres.

* Chaque salle est éclairée par une haute fenêtre, ce qui est anomal pour un donjon défensif.

Sont ce des baies récentes ?

* Le 3ème étage possède une ouverture (porte à linteau droit) accessible depuis le chemin de ronde (partiellement disparu).

Avez vous remarqué l'épaisseur du mur du donjon ?

* Le donjon est construit avec des pierres correctement taillées disposées en lit régulier.

Avez vous remarqué l'ouverture obstruée à la base de la courtine ?

* J'imagine que ce fut la poterne.

 

 

Faut il être devin pour comprendre ce château ? Y a-t-il d'autres systèmes défensifs ?

* Pour mieux comprendre ce coté Nord-Est je prends un peu de recul.

* Au centre de la courtine je vois un contrefort.

* Il est surmonté de culots ayant portés une échauguette.

* Sur la gauche, un chaotique assemblage de murs me surprend.

* Les 2 pans de murs arrachés me semblent être les vestiges d'une tour carrée. Elle serait donc le pendant du donjon.

* A gauche du vestige de la tour, je suis surpris de voir un contrefort droit pour une si courte courtine. Je pressens que des reconstructions et des aménagements ont été réalisés sur plusieurs siècles.

* Presque dans l'angle, l'autre contrefort porte des culots, anciennes traces d'une échauguette d'angle.

* La façade Est montre quelques contreforts dont certains portaient une échauguette.

* Conclusion : Les cotés Est et Nord-Est se ressemblent (un peu) mais les courtines ont perdu leurs traces archères.

 

 

 Ces pierres ont été taillées il y a 700 ans Les 2 autres cotés ressemblent ils aux précédents ?

* La façade Sud a été très refaite et modernisée.

* Par contre, elle possède l'entrée fortifiée avec traces du pont levis et de la herse (je ne peux pas vous montrer une image car je l'ai vue de très loin avec des jumelles).

* Le coté Nord-Ouest possède à l'angle les traces d'une tour ronde très arasée.

* La façade montre 2 autres tours dans le même état que leur consoeur d'angle.

 

 

    L'intérieur :

L'enquête commence

* La propriété privée n'est pas ouverte à la visite.

* Je profite de la situation proche de l'entrée pour regarder quelques détails de la courtine Nord-Ouest.

1 - L'entrée actuelle n'est certainement pas l'entrée médiévale.

2 - Une courtine était présente il y a quelques siècles.

 

 

C'est la fin

* Ayant espionné ce château dans la limite du respect de la propriété privée.....

............Je rebrousse chemin vers mon destrier pour une nouvelle aventure en terres Picardes.

 

 

Le diaporama est visible ici - clic

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle, construction du château par Hector II de Raincheval (à vérifier).

* Au 16ème siècle, durant les guerres de religion, les protestants se réfugient dans le château.

* A la fin du 16ème siècle, les Ligueurs puissamment armés bombardent le château et chassent les Protestants.

* En 1927, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, le site est transformé en exploitation agricole.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis la route et les sentiers. La visite de l'intérieur est interdite. Il semble que ce site médiéval soit partiellement ouvert durant les journées du Patrimoine. Renseignez vous..

 

Le château ne m'a pas montrer tous ses secrets

 

   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 02

Vers Menu châteaux de l'Aisne

    

 

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 06:49

 

 

Département :  36 - INDRE

Pour entrer dans la ville, il faut montrer patte blanche

 

 

 

Le bourg

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Levroux est située à 80km au Sud-Est de Tours, à 60km à l'Ouest de Bourges et à 21km au Nord de Châteauroux.

 

   Coordonnée du bourg :

46° 58' 42" N 01° 36' 50" E
 46.978341134°  1.614046097°

 

 

 

La porte fortifiée 

L'extérieur :

La découverte

* Après avoir visité le château de Levroux, je me dirige vers la commune éponyme pour acheter quelques victuailles.

* Soudain, je suis arrêté par une massive construction que je vois en Noir & Blanc.

* Je lève la visière de mon heaume pour mieux l'admirer en Couleurs.

* Cette construction, nommée Porte de Champagne, est la seule ayant survécu.

 

 

 L'archère-canonnière est attaquée par des fils électriques Défensive elle est

* Un fragment de mur m'informe qu'un rempart existait en ce lieu.

* Il est si arasé que je ne voir aucun système défensif comme des crénelages ou mâchicoulis (voir vocabulaire).

* La porte est encadrée par 2 imposantes et hautes tours à poivrière (toit pointu).

* Un chemin de ronde, entrecoupé de créneaux, parcourt le sommet.

* Chacune possède des archères canonnières certainement implantées au début du 16ème siècle.

 

 

L'entrée fortifiée

* Face à la porte, dépourvue de ses vantaux, je vois de nombreux systèmes défensifs.

Sauriez vous les énumérer ?

* D'abord, le chemin de ronde permettant aux défenseurs le circuler entre les 2 tours, puis d'observer et contrôler le passage.

* Ensuite, la bretèche.

* Et enfin les pont-levis.

Comment puis je affirmer cela ?

* Au dessus de l'ouverture et en dessous de la bretèche, il y a 3 fentes. Leur fonction était de recevoir les flèches (poutre en bois) de remonter des ponts.

Pourquoi des ponts ?

 * Il y a 3 fentes :

- Les deux de chaque coté de la porte étaient pour le pont carrossable.

- Celle à gauche était pour le pont piéton (voir exemple au château de Le Plessis Bourré).

 

 

L'intérieur :

A pas feutrés

* Avant de franchir le seuil, je vérifie que point de Berrichon il y a au dessus pour m'ébouillanter avec de la poix (car il est faut de croire que ce fut de l'huile bouillante versée sur les attaquants. L'huile est rare et chère. Elle permet de conserver la nourriture).

* Je tente de passer sur le coté pour éviter l'assommoir.

* En vérité, la cité est accueillante. Point de garde armée dans les tours défensives.

 

 

C'est la faim et fin

* Cette découverte m'a ouvert l'appétit.

* Je me sens d'humeur à engloutir une carpe de Brenne, quelques crottins de Chavignol puis des Sablés de Nançay et enfin des Forestines de Bourges.

* Gargantua, mon ami, je t'invite !

 

 

Le diaporama de la porte fortifiée est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg fortifié :

Nota : L'histoire de ces fortifications semble complexe et les document contradictoires ou peu précis.

* En 1013, création du Chapitre de Levroux.

* Au 11ème siècle, Eudes de Déols donne des terres et "le château Vieux" au Chapitre. Le site semble entouré par un fossé.

* Vers le début du 13ème siècle (à vérifier), un fossé entoure le site du Château Vieux. Il semble que le village établi au pied soit à l'extérieur du fossé.

* Vers 1276, un texte affirme que qu'une maison est établie sur une partie du fossé comblé.

* En 1312, le seigneur de Levroux se plaint que pour construire plusieurs maisons, certaines parties du fossé lui appartenant ont été comblées.

* En 1341, un texte cite la présence de 3 ponts. Cela semble corroborer l'hypothèse d'un fossé entourant Levroux.

* Au début du 15ème siècle, des bandes armées nommées Les Ecorcheurs sévissent durant cette période trouble après la guerre de Cent Ans. Levroux n'échappe pas à leurs attaques.

* En 1435,  la population excédée par les ravages des bandes armées à la solde du Capitaine Rodrigue de Villandrando demande la construction de remparts.

* En 1436, le Roi de France Charles VII (voir liste) autorise Bertrand de la Tour d'Auvergne (seigneur de Levroux) et les chanoines du Chapitre à "faire fortifier et emparer de murs, fossés, palis, pont-levis, porteaux, tours, guérîtes, barbacanes et autres fortifications pour s'y mettre à couvert eux et leurs sujets". Une taxe est levée pour la réalisation des travaux (c'est ce qu'affirme la petite histoire de France).

Les murs ont 0.6m d'épaisseur pour une hauteur de 2m. Les tours rondes ont 6m de diamètre.

* A la fin du 15ème siècle, Levroux est entouré d'un puissant rempart comportant 7 portes défensives. (Curieusement certains documents affirment qu'il n'y en avait que 3 en ce siècle. Les autres aurait été aménagées au siècle suivant pour permettre aux habitants de se rendre aux champs).

* En 1506, la porte de Champagne est construite par le Chapitre en remplacement d'une ancienne porte nommée Chatel.

* Au 18ème siècle, la création de l'Atlas des routes de France, aussi nommé Atlas Trudaine, permet de visualiser l'étendu des fortifications de Levroux.

* En 1944, la porte de Champagne est classée aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite dans la tour est interdite.

 

 

Bien défendue était cette porte de Levroux

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 36 Vers Menu châteaux de l'Indre
Partager cet article
Repost0