14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 08:50

 

 

Département :  67 - BAS RHIN

 

 

 

Je bois une tisane désaoulante avant d'entrer.... hic !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Ottrott est située à 20km au Sud de Saverne, à 15km au Sud-Ouest de Strasbourg et à 10km au Nord d'Andlau.

 

   Coordonnées du château :

48° 26' 57" N 07° 23' 23" E
 48.449348°  7.389933°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Pourquoi 2 noms ?

* Bien qu'en notre royaume de France il existe quelques châteaux portant 2 noms, les siècles et les habitudes régionales (ou les impositions des historiens dans leurs écrits) attribuent souvent d'un des deux comme "officiel".

* Hors, ce château garde dans les textes, mêmes récents, les 2 patronymes :

- Waldberg est le nom attribué par l'historien Jean Schweighaeuser après ses recherches et ses fouilles au début du 19ème siècle.

- Hagelschloss signifie : Le château (schloss) de Hagel. Hagelthal est le nom de la vallée (thal) à ses pieds.

* Une étude récente (ou une conclusion universitaire ?) définit que le site, ayant été composé de 2 "châteaux", se doit de porter les 2 noms.

Heu... ai je été clair ?

(voir la raison de mon questionnement ci-dessous 🤒 ).

 

 

Oups... je me suis simplement appuyé sur le mur

Avant propos

* L'Alsace est une province où l'accueil est très chaleureux. 😘

* Les fêtes de la bière 🍻, les bons restaurants 🥨, les succulents digestifs🍸 ont eu raison de ma lucidité légendaire de Dauphinois Parfait.

* C'est donc un Chevalier Castellologue Amateur qui erre, les neurones un peu fumeux. 🤢

* Entre le mal de tête 🤯 et la toponymie complexe (avec les w, h, y, etc...), j'avoue que mon appareil photo (car moi... hic... je suis Parfait 🤥) n'a pas mémorisé la visite dans l'ordre de la découverte......

...... il a un peu zigzagué. 🤪

* C'est donc... hic..... avec une incertitude sur la chronologie des images 🙃 que j'ose vous décrire ce château unique !

 

 

Est ce que l'herbe se fume... ou hume ?

* Je suis à la recherche de pierres grises ou roses (puisque plusieurs châteaux ont cette couleur), mais ce n'est que le vert des arbres et de l'herbe qui m'accompagne.

* Soudain, des pierres taillées... mais alignées en bas, donc ce n'est pas un mur.... c'est un sol. 🎼

* Soudain un rocher avec des fentes horizontales, donc ce ne sont point des archères.

* Soudain..... hoooo..... un mur servant de pot à un arbre.

Est ce le seul vestige ?

 

 

Il est haut, là haut, ce haut !

* Les demoiselles adorent mettre un joli petit haut 👚 pour montrer leur silhouette.....

...... Ce château aussi !

* Regardez son body... oups... sa rondeur... oups... son haut si haut.

* Ceci est évidemment un arc de décharge. Au dessus, un château exista.

- Je vous ai déjà montré cette curiosité architecturale en Ariège.

 

 

 

Oups... j'ai éternué, le plafond est tombé

L'intérieur :

L'air errance et rance

* Mes nasaux sont emplis d'humidité herbeuse ou d'herbe humide..... Atchoummm.... 😩

* Entre l'alcool et le rhume (ou la colle et le rhum) je ne saurais vous dire si dehors je suis ou en elle.... la ruine. Tout est confus.

* Qu'importe j'avance dans cet enfer de pierres, car un Dauphinois n'est jamais dans le repli.

* Malgré la canoté, mon oeil Parfait (de Chevalier éponyme) distingue une paroi construite en pierres à bossage sur un imposant rocher d'une belle hauteur.

Dois je en prendre aussi ?

 

 

Le bond d'un bon

* Tel un dahu sauteur, je suis au sommet de l'ouvrage médiéval.

* En dessous je vois le vide, puis au dessus "du en dessous" 🤪 l'arc de décharge nommé localement : L'arche.

* Donc, en épousant sa forme, je serai proche de l'arche d'alliance. 💍

* Voyant des trous de boulin dans la paroi, je pressens qu'étage il y avait. Pour mieux comprendre, j'avance, j'avance, j'av...... 😱

 

 

D'outre-tombe

* Choir le soir, c'est rester allongé, blessé, agonisant...... pour l'éternité (au moins une nuit).

* C'est donc un fantôme 👻 qui vous donne le dernier indice de ce château : Le plan.

E - Entrée,

R - Rempart,

A - Arche,

L - Logis

D - Donjon pentagonal.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle (?), après le décès de Henri VI, empereur du Saint Empire, entrainant des conflits importants, la famille Hohenstaufen (voir liste) se doit de protéger le front Nord de leur territoire : Construction (1298 ?) d'un premier château nommé : Waldsberg.

* Au début du 13ème siècle, la construction du château est arrêtée. Elle reprend quelques années après. 

Note personnelle :

- Les archéologues identifient 2 types d'architecture.

- Certains imaginent que 2 châteaux il y avait, séparés par une faille naturelle.

- Mais les textes étant rares, cette supputation n'est pas acceptée par tous les spécialistes.

* Au début du 15ème siècle, le château est possession de la famille Erb. Leurs brigandages dans la région agacent les Strasbourgeois.

* En 1406, des seigneurs d'Obernai se proposent de trouver un arrangement aux frictions répétées entre Walther Erb et les représentants de Strasbourg. Walther n'étant point homme d'honneur capture puis emprisonne en son château les représentants :

- Henri de Müllenhein, seigneur de Landsberg (voir ce château)

- Leuthold de Müllenhein et son fils (voir cette famille), 

- Jean Sturm.

* Toujours en 1406, devant cette traitrise, les Strasbourgeois décident d'attaquer le château. Les prisonniers sont libérés puis le site castral est détruit. Le château ne sera pas reconstruit.

* Au 21ème siècle, la découverte du château est libre et gratuite. Le site n'étant que pauvrement sécurisé, veuillez être très prudents. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important.

 

 

Cet arc est mon triomphe.....  hic

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 67

Vers Menu

châteaux du Bas Rhin

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 08:50

 

 

     
michel-j-01     Cet article est très spécial : Il est l'oeuvre d'un passionné ayant comme pseudo : " M. J.". Comme moi, il est fou de châteaux, aussi bien d'époque médiévale que renaissance. C'est aussi un passionné d'architecture et d'art. Il m'a proposé d'écrire quelques articles sur mon modeste blog.

     J'ai évidemment accepté. J'adore échanger sur les châteaux forts. Je suis fier de l'avoir dans ce "bateau" qui navigue à travers le temps !

   Croyez moi, vous allez découvrir un monde différent du mien, un ressenti plus architectural.

Faites lui un formidable accueil. 

 

michel-j-02  

 

 

 

Département 94 - VAL DE MARNE

 

 

 

 

Ce donjon Royal est plus blanc que blanc !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Vincennes est située à 8km à l'Est du centre de Paris, au pied de la sortie de métro nommée : Château de Vincennes.

 

    Coordonnées du château :

48° 50' 33" N 02° 26' 08" E
 48.842568°  2.435494°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

La découverte

* Avant de pénétrer dans le château, il est préférable d'en faire le tour extérieur à pied.

* Une promenade de 1100 m permet de mieux se rendre compte dans quel esprit il a été réalisé.

 

 

Le mur d'enceinte

* Le long mur d'enceinte résulte d'une volonté de Charles V (voir liste des rois) qui était de faire de Vincennes une cité fortifiée, renforcée de neuf tours qui avaient au 14ème siècle 40 m de hauteur et servaient simultanément de logis et d'éléments défensifs.

* Ce sont elles que l'on peut encore voir dans l'iconographie des "Riches Heures du Duc de Berry".

* C'est à l'initiative de Napoléon Ier que sept d'entre elles furent dérasées à la hauteur de la muraille d'enceinte pour recevoir des canons quand il décida de transformer Vincennes en place-forte militaire.

 

 

Enceinte coté Sud

 

 

Enceinte coté Sud

* Coté Sud, on a de l'esplanade du château une vue sur les fossés ceinturant l'ensemble et la tour du Bois, prolongée de part et d'autre par le portique qui ferme l'enceinte entre la tour du Roi au premier plan et celle de la Reine à l'extrémité.

* Seule la tour du Bois, au centre, a évité le dérasement ordonné par Napoléon.

* La petite colonne à la base de la tour carrée situe l'endroit où fut fusillé le Duc d'Enghien en mars 1804, à coté de la tour de la Reine.

 

 

Enceinte coté Est

* Coté Est, le long du cours des Maréchaux, la muraille qui plonge dans le fossé comporte cinq tours, toutes dérasées.

* En arrière-plan de celle-ci, la façade arrière du pavillon de la Reine.

 

 

La tour du Village

Enceinte coté Nord

* Enfin, sur le coté Nord, se situe l'entrée principale du château qui se fait par la tour du Village, haute de 42 mètres.

* Comme la tour du Bois au Sud, elle a échappé au dérasement général des tours externes sous Napoléon 1er.

* Les statues qui surplombaient le portail ont disparu, par contre le pont-levis et les rainures dans la pierre recevant ses bras de manœuvre sont encore bien là.

* Au Moyen-Âge, cette tour servait de résidence aux gouverneurs de Vincennes. 

* Franchissons cette entrée pour une visite des différentes constructions du château.

 

 

 

L'intérieur :

La basse cour

* Après avoir franchi la tour du Village, on pénètre dans une vaste enceinte qui, dans l'architecture féodale constitue la basse-cour.

* Les premiers bâtiments à droite et à gauche de l'allée centrale de la cour sont des bâtiments à usage administratif dont le seul intérêt est de situer l'emplacement du manoir primitif du 12ème siècle qui a progressivement été détruit à partir du 17ème siècle.

* Mais notre marche nous fait respecter la chronologie des constructions de Vincennes puisque la haute silhouette du donjon apparaît sur la droite.

* Là encore, on retrouve le schéma constructif classique du 14ème siècle :

- Une première défense, un fossé (en eau à l'époque),

- Et immédiatement après, le Châtelet constituant son entrée. C'est de lui que part le rempart, surplombé de son chemin de ronde délimitant la haute-cour.

* Nous en voyons ici sa façade postérieure prise de la haute-cour.

* Le Châtelet, flanqué de deux tours à mâchicoulis, assurait la garde du pont-levis. Charles V (voir liste des rois) y avait installé son cabinet de travail d'où il avait vue, par une haute fenêtre, sur la basse-cour.

* De là une passerelle donne accès au premier étage du donjon.

 

 

Un donjon enchemisé

Le donjon

* Le donjon, proprement-dit est une tour de 52 mètres, flanquée de quatre tourelles aux angles.

* L'éperon, visible sur la gauche contenait des latrines, une garde-robe et un petit oratoire.

* Il est ceinturé par son propre fossé, surmonté sur son coté interne d'une muraille avec en tête un chemin de ronde couvert et mâchicoulis.

* Des petites tourelles en léger surplomb, couvertes de toits en poivrière, sont situées aux quatre angles.

* Pour la petite histoire, c'est à partir du chemin de ronde que le Duc de Beaufort, un des chefs de la Fronde, incarcéré à Vincennes sur ordre du Cardinal Mazarin s'évada en se laissant glisser le long d'une corde en 1648.

* Corde hélas trop courte, de telle sorte que le Duc dut se laisser choir dans le fossé d'où il fut récupéré par ses sbires. 

 

 

Généralité sur le donjon

* Le Donjon comporte un rez-de-chaussée et 5 étages, tous, sauf le 5ème, bâtis selon le même principe :

- Une grande salle voûtée avec un fort pilier central occupant le milieu de celle-ci,

- Et quatre petites pièces aménagées dans les tourelles d'angle.

 

 

Plafond du 2ème étage

L'intérieur du donjon

* Les salles du rez-de-chaussée constituaient des locaux de service.

* Le premier étage, où l'on accède directement par une passerelle, était celle des réceptions royales et où siégeait le conseil du roi.

* Le deuxième étage, où l'on accède par un large escalier en pierre, était la chambre du Roi, où vécut Charles V et où, selon la tradition, moururent Henri V d'Angleterre et le roi Charles IX.

* Le troisième étage était la chambre des enfants royaux. C'est là également qu'étaient incarcérés les prisonniers de marque (Condé, le prince de Conti, le duc de Longueville et Diderot entre autres).

* Les quatrièmes et cinquièmes étages servaient de dépendances.

* Il faut s'imaginer ces murs, actuellement nus, dans leur décoration de l'époque avec des plafonds et murs totalement lambrissés en chêne et revêtus de somptueuses tapisseries.

* Quand le roi d'Angleterre (Henri V) mourut ici d'une dysenterie, en 1422, sont corps fut préalablement bouilli dans la cuisine du rez-de-chaussée avant d'être ramené dans son pays.

*  Mirabeau fut, pendant trois ans, incarcéré dans l'une des tourelles d'angle du premier étage.

 

 

La Sainte Chapelle

 

 

La Sainte Chapelle

* En face du donjon, la Sainte-Chapelle fut commencée vers 1300 et achevée par Philibert de l'Orme pendant le règne de François 1er.

* Bien que construite pour l'essentiel en pleine Renaissance, l'édifice est du style gothique flamboyant.

* Observons la disposition originale de ces deux galbes dont l'un surplombe la porte et le second, plus grand, la rosace du pignon encadré de deux tourelles se terminant par des clochetons finement sculptés.

* La flèche a été supprimée au 18ème siècle.

 

 

La Sainte Chapelle et le portique Nord

C'est la fin

* Achevons cette visite de Vincennes par la Résidence Royale, un château à part dans ce vaste ensemble, situé à l'extrémité Sud de la grande cour et volontairement isolée de la partie médiévale par son portique Nord, voulu par son architecte, Le Vau, le premier architecte de Versailles.

* Deux constructions bordent la cour d'honneur :

- Le pavillon du Roi à l'Ouest, le premier construit au milieu du 17ème siècle,

- Et le pavillon de la Reine à l'Est.

* Deux vastes constructions classiques comportant deux étages nobles et un troisième en attique, et dont les travées sont rythmées par de forts pilastres doriques.

* Les deux portiques Nord et Sud qui les rejoignent ont eux-mêmes leur histoire :

- Le portique Nord a été détruit au 19ème siècle et reconstruit à l'identique.

- Le portique Sud qui avait remplacé l'ancienne muraille du Moyen-Âge, s'était trouvé englobé dans une casemate en 1840. Il a été retrouvé presque intact, lorsque les Allemands ont dynamité celle-ci en 1944, et reconstitué dans son état d'origine, notamment le portail d'honneur en forme d'arc de triomphe et ses deux suites d'arcades de part et d'autre ouvrant des vues sur le bois. 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, la Couronne Royale de France achète la forêt de Vincennes aux moines de l'abbaye de Saint-Maur.

* Au 12ème siècle, sous les règnes de Louis VII (voir liste des rois) et de son fils Philippe-Auguste, il est fait mention d'un manoir à l'emplacement du château actuel.

* Au 13ème siècle, le roi Louis IX fait entamer les fondations d'une chapelle gothique qui ne sera achevée que sous François 1er

* En 1274, Philippe III Le Hardi se marie à la chapelle.

* En 1284, Philippe IV Le Bel se marie au château.

* Dans le 1er quart du 14ème siècle, les trois fils de Philippe IV Le Bel (Louis X, Philippe V et Charles IV) décèdent au château. 

* En 1328, c'est la branche des Valois qui succède aux Capétiens. Ils vont être les bâtisseurs de Vincennes.

* Vers 1336 (à vérifier), le roi  Philippe VI entreprend la construction du donjon.

* En 1337, début de la Guerre de Cent Ans.

* En 1338, à Vincennes, naissance du futur roi Charles V.

* En 1340, arrêt des travaux car le roi doit faire face à une bataille navale perdue et l'année suivant, la guerre de succession de Bretagne.

* En 1361, Charles V  fait reprendre les travaux du donjon.  C'est le premier roi à partager sa vie entre le Louvre et Vincennes.

* En 1363, construction de l'enceinte avec ses 9 tours.

* En 1371, donjon et enceintes sont terminés.

* Au 16ème siècle, les rois de la Renaissance délaissent quelque peu Vincennes au profit de Fontainebleau, Saint-Germain et des châteaux de la Loire. François 1er y fait cependant achever la chapelle royale.

* En 1554, inauguration de la chapelle Royale par Henri II (voir liste des rois).

* Au début du 17ème siècle, le donjon, jugé trop inconfortable, est définitivement abandonné comme résidence royale par les souverains. Deux grands corps de logis sont construits au Sud-Ouest et Sud-Est, adossés au mur d'enceinte :

- Marie de Médicis fait édifier le premier qui deviendra le pavillon du Roi.

- Louis XIV lui donne son vis-à-vis, le pavillon de la Reine, cinquante ans plus tard.

* En 1661, à Vincennes, décès de Mazarin.

* Vers 1682, c'est cependant la fin de Vincennes en tant que résidence royale, bientôt abandonné par Louis XIV au bénéfice de Versailles. Le château abrite dès lors temporairement une fabrique de porcelaine.

*  Dans le troisième quart du 18ème siècle, Louis XVI songe à mettre en vente "ce château qui n'est bon à rien".

* A la fin 18ème siècle, Napoléon va lui donner une vocation militaire. Toutes les tours du mur d'enceinte sont arasées à la hauteur des courtines. Le vieux manoir des Capétiens est totalement détruit. Les ouvertures extérieures sont bouchées. Vincennes devient un arsenal et un ouvrage de défense.

* Au 20ème siècle, restauration des deux grands pavillons, du Village au Nord et du Bois au Sud, redonnant son lustre à la grande cour intérieure ainsi qu'à l'aspect extérieur du château par le rétablissement des fossés. 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est possible après un droit de passage en pièces sonnantes et trébuchantes. Renseignez vous sur les horaires et jours d'ouverture.

 

 

6 siècles d'architecture Royale, religieuse et militaire

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables   Cliquez pour aller au menu des Châteaux d'Ile de France

Vers Menu châteaux du Val de Marne

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 08:50

 

 

Département 64 - PYRÉNÉES ATLANTIQUES

 

 

 

Faut il une loupe pour trouver les traces médiévales ?

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Pau est située à 40km au Sud-Est d'Orthez (voir son château) et à 35km au Nord-Ouest de Lourdes (voir son château).

 

  Coordonnées du château :

43° 17' 41" N 00° 22' 30" W
 43.294765°  -0.375030°

 

 

 

Le château

L'extérieur :

Suis je devenu fou ?

* Derrière votre écran, je vous entends grommeler : 😫

- "Ce château n'est point médiéval puisqu'il est attaché à Henri IV, roi en 1589".

* Tord et raison vous avez.

- Il est vrai que dans la communication touristique, dans les guides de visite, dans les émissions de radio et télé, dans les livres et revues, Pau est la ville de Henri de Navarre, époque Renaissance.

- Mais, c'est mon Gastounet (voir son château) qui fit construire le haut donjon médiéval en brique puis qui décida du sort de la ville.

- Donc : J'ai raison ! 😎 ..... (comme toujours puisque Dauphinois je suis, le Gratin de la chevalerie).

 

 

Quel contraste entre défense et confort, entre le rouge et le blanc !

La folie des contrastes

* En découvrant le château, je suis surpris de le voir haut perché sur une motte dont la paroi inclinée est consolidée par des pierres.

* Sur un autre coté, l'inclinaison est couverte d'herbe.

* Ma surprise passée, je suis encore dans le questionnement en voyant les bâtiments avec de nombreuses fenêtres à meneaux en croix ou à meneau central sous des mâchicoulis.

* Le contraste est saisissant entre les lucarnes à pignon agrémentées de fleurons et les chemins de ronde des tours.

* De plus, le donjon rouge brique surprend à coté des bâtiments blanc pierre.

* La surprise est encore plus intense en découvrant des lits de galets roulés sous des lits de briques.

* Que de nuances de couleurs entre le blanc, le rouge, le gris et l'ocre !

 

 

Mesdames et messieurs, la Cour

* En général, lorsque cette phrase est prononcée, il faut se lever.

* Mais, étant déjà debout.... Dois je m'asseoir ? 🤣

* Après ce préambule hors sujet, j'avance dans la cour d'honneur.

* Avec ce croquis, je comprends tout.

 

 

Tous les visiteurs sont surveillés par la haute tour médiévale

 

 

L'intérieur :

Rappel

* La visite étant payante, je me sens pas le droit de tout vous montrer.

* Je vais porter mon attention sur des détails et l'ambiance des salles qui m'ont le plus impressionnés.

* Évidemment, je ne vais pas oublier le médiatique Henri III de Navarre.

Etes vous prêts ?

 

 

L'ambiance de simplicité

* Les premières pièces semblent vides, mais en réalité elles sont remplies de détails architecturaux m'emportant dans un monde "médiéval-intemporel". 😳

 

Je mangerais bien un sanglier au soleil Il y a la place pour cuisiner 2 sangliers et quelques poulardes Cet angelot souhaite-t-il une part de mon sanglier ?

 

 

L'ambiance fantastique

* Comme tout château qui se respecte, il y a un escalier en colimaçon.

* Ho, hisse.

* En ces salles, l'ambiance est digne des contes et légendes.

* Voila une ambiance diablement fascinante. 👿

 

Venez vous protéger sous mes ailes, mes petits diables Taisez vous, nous voulons dormir Veux tu te promener mon petit Rantanplan ?

 

 

L'ambiance luxueuse

* Ho hisse, ho hisse......

* Encore des étages et des étages.

* Puis la modernité et le confort apparaissent.

 

Que voila de belles illustrations avec des dames... hummm... Déshabille toi Chevalier, puis viens jouer avec nous ! Après avoir trop folâtré, il me faut dormir seul

 

 

L'ambiance du bon roi Henri

* Soudain, le clou du spectacle apparaît : Le berceau de Henri III de Navarre.

- "Qui prouve que cette carapace soit la vraie ?" pensais je.

+ "Moi !" s'écria une voix derrière moi.

- "Qui es tu, TOI ?"

* Je me retourne pour quémander des informations de traçabilité à cette personne à la voix puissante.

* Il n'y a personne !

- "Suis je la nouvelle Jeanne d'Arc ?"

+ "Chevalier, point Jehanne tu es, la voix c'est moi, ton Bon Roi Henri !"

* Devant ce sortilège, j'ai failli crier "Mort aux vaches" devant le blason.

 

 

S'il avait gardé cette carapace, Ravaillac ne l'aurait point tué

 

 

La fin et..... la faim

* Après avoir traversé 8 siècles de vie castrale, après avoir ressenti la présence de "Mon Gastounet" et du Bon Roi, il me faut quitter ces lieux de l'histoire Béarnaise et de France.

* C'est donc en colimaçon que je retrouve l'extérieur.

* La visite m'a donné faim. J'ai envie d'une.... poule au pot (évidemment).

 

 

Pour voir le diaporama, veuillez cliquer ici

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle (1117), construction par le Vicomte (voir titre de noblesse) de Béarn d'un petit château (simple poste fortifié ?) pour surveiller le gué du Gave de Pau.

* Au 13ème siècle, le donjon primitif est arasé puis remplacé par la tour Montauser.

* En 1364, Pau devient la capitale du Béarn.

* Au 14ème siècle (1370), Gaston III de Foix-Béarn, dans son besoin de fortifier sa province et marquer son pouvoir face à la Gascogne Anglaise et aux Armagnac, demande à Sicard de Lordat (déjà créateur de plusieurs châteaux pour "mon Gastounet"), la réalisation de plusieurs tours défensives : Le donjon en brique, la tour du moulin, etc... Le site devient le siège de la cour majour.

* Entre 1462 et 1472, de nombreuses transformations de confort sont réalisées : Façade sur cour au Nord-Est, etc.... Ces modifications d'embellissement font suite aux séjours de Gaston IV de Foix-Béarn dans les résidences de confort comme, par exemple, le château de Mehun sur Yèvre du Duc de Berry.

* Au 16ème siècle, suite à l'utilisation des armes à poudre et des canons, les vieilles forteresses médiévales deviennent inutiles. Puis avec le besoin de confort, le château est fortement modifié pour correspondre à l'esprit "Renaissance" : Création de nombreuses fenêtres, de jardins, de terrasses, etc.....

* En 1553, sur la demande (insistante et autoritaire) de Henri d'Albret, Jeanne d'Albert est contrainte de donner naissance au château de Pau à son deuxième enfant. C'est ainsi que nait le 13 décembre, Henri III de Navarre, futur Henri IV de France.

* En 1571, Pau (ainsi que le Béarn) devient ville protestante.

* En 1598, pour cesser les fratricides guerres de Religion, le Roi Henri IV promulgue l'édit de Nantes, mais la Navarre n'est pas "concernée".

* En 1617, le Roi de France Louis XIII ordonne qu'en terres de Béarn, les biens spoliés à l'église de Rome soient rendus.

* En 1620, devant les refus des Béarnais pour la liberté des cultes et ressentant le début d'une rébellion, Louis XIII se rend avec une armée au château de Pau, lieu de naissance de son père. C'est en octobre, face aux nobles venus l'accueillir dans la cour du château, qu'il "aurait" dit :

"Servez moi mieux à l'avenir et j'oublierai le passé !"

* Au 17ème siècle, après le passage de Louis XIII, le Béarn a perdu le peu d'indépendance qui lui restait. Conséquence, les réunions du conseil souverain n'ont plus lieu en ce site historique. Le château n'est plus agrandi, ni modernisé. Seuls les travaux d'urgence sont réalisés. Il devient le logement de nombreux "fonctionnaires". Des geôles sont aménagées.

* Vers 1793, les Révolutionnaires attaquent le château puis décide de brûler le berceau du Roi Bourbon. Par une habile substitution, le Capitaine du château remplace le Berceau-Carapace original par une autre carapace d'un salon de curiosité. Heureux, les révolutionnaires repartent.

* En cette fin de 18ème siècle, le château délabré est transformé en garnison Révolutionnaire.

* Au début du 19ème siècle, quelques travaux de consolidation sont effectués durant la Restauration (puisque ce château est un des symboles des Bourbons).

* En 1814, le Duc d'Angoulême entre dans Pau. Pour rendre hommage à ce Bourbon, le Berceau-Carapace original réapparaît.

* En 1838, le Roi de France Louis Philippe Ier demande la restauration complète du château. Du mobilier est acheté pour animer les salles.

* En 1840, une partie du château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1848, l'Emir Abdelkader est emprisonné au château.

* En 1868, forcée à l'exil par Juan Prim, la reine d'Espagne Isabelle II trouve refuge au château.

* Au 19ème siècle, de nombreux personnages illustres (et médiatiques ?) visitent le château qui vit la naissance du premier Bourbon, roi de France et de Navarre : Châteaubriant, Stendhal, Victor Hugo, Sadi Carno, Viollet le Duc, etc....

* Au 20ème siècle, le château devient propriété de l'état. Il est transformé en musée National

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est libre et gratuite depuis les routes, rues et chemins. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les jours et horaires.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

Chantez avec moi : Dodo, l'enfant do, l'enfant dormira......

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 64 Vers Menu châteaux des Pyrénées Atlantiques
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Point de défense visible pour cette église !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Mourens est située à 40km au Sud-Est de Bordeaux, à 20km au Nord-Est de Sauternes et à 12km au Sud-Ouest de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 38' 53" N 00° 12' 29" W
 44.648256°  -0.208103°


 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Monter, c'est gravir ses connaissances (et inversement)

* Dans cette région de petites collines dont les pentes sont plantées de vignes, je laisse mon destrier gravir la petite route menant vers un moutier qui serait fortifié.

* Au sommet, la construction religieuse apparaît.

* De loin, elle ne montre pas de signe distinctif de fortification.

Aurais je commis une erreur ?

 

 

Pensez vous que le chevet fut fortifié ?

La recherche d'indices

* De suite, je me dirige vers la nef, souvent partie défensive.

- Aucune fente de tir ou de guet.

- Le transept est aussi vierge de particularité défensive. 

* Sur la droite, le chevet en hémicycle me fait dresser les poils de bonheur  (et de bonne heure) :

- Bien que le mur ait été partiellement arasé, je vois au sommet une ouverture de guet et une fente de tir.

- Une trace orangée correspondant à l'emplacement des modillons.

* Nef et transept de l'autre coté sont aussi stériles en système défensif.

* C'est donc avec détermination que je prends du recul pour observer le clocher.

* Wahouuuu !

 

 

Un fascinant clocher

* A l'origine, je suppose que l'église possédait un simple clocher-mur.

* Puis, des systèmes défensifs ont été aménagés en avancé.

* Je suis surpris que l'accès se fasse par l'extérieur.

* Ses 2 avancés semblent être 2 salles.

* Je suis surpris que le niveau inférieur ne soit pas ajouré pour devenir une deuxième bretèche (voir vocabulaire).

 

 

Quel magnifique clocher-mur !

 

 

Point de bobinette ni de chevillette

* J'approche de la porte.

* Je pousse, je tourne, je cheville, je bobine...

* La porte ne s'ouvre pas.

* Ne pouvant entrer, je prends du temps pour admirer le portail et ses 4 colonnes avec les chapiteaux montrant la tentation d'Adam et Ève ainsi que des décors floraux, etc...

* Soudain sur le coté je remarque plusieurs curiosités gravées aux dessins simplistes :

- Ce sont des marques de tâcheron (voir explication).

 

 

La fin est aussi une conclusion

* Je profite de ce moment de calme pour admirer le paysage et le léger dénivelé, prouvant que les églises fortifiées ne sont pas construites au hasard.

* Leur positionnement est toujours stratégique.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église en style Roman.

* Au 16ème siècle, fortification de l'église (certainement à cause des guerres de religion).

* Au 17ème siècle, ajout de 2 chapelles latérales formant transept.

* Au 18ème siècle, les murs intérieurs sont peints.

* Vers 1792 (?), les Révolutionnaires saccagent l'église et ses pierres sculptées (modillons).

Nota : information à vérifier.

* En 2002, l'église est inscrite aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Martin) est libre et gratuite. La visite du clocher et de la salle de repli est interdite.

 

 

L'infini est le trésor de cette église

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde
Partager cet article
Repost0
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 08:50

 

 

Département :   06 - Alpes Maritimes

 

 

http://img.over-blog-kiwi.com/1/47/72/88/20200510/ob_ccee1f_castellaras-de-thorenc-01.jpg

 

Le bourg :

 Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune d'Andon est située à 45km au Nord-Est de Draguignan, à 40km au Nord-Ouest de Nice et à 20km au Sud d'Entrevaux.

 

  Coordonnées du château :

43° 47' 27" N 06° 50' 21" E
 43.790945°  6.839386°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

5km à cheval, cela use les sabots

* Dans mon dictionnaire des châteaux forts, il est noté qu'à 5km au Nord-Est d'Andon, une merveille médiévale "presque" entière somnole.

* Bien qu'il fasse très chaud en cette province, il me faut ne point somnoler pour motiver mon destrier.

* Ce n'est pas au triple galop que mon Pégase (sans aile) m'amène proche du site.

* Soudain, il stoppe puis me regarde. Je comprends qu'il faut que je continue à pieds.

* Là haut, sur un plateau situé à une altitude de 1400 mètres, la beauté de 800 ans m'attend.

 

 

Est ce une falaise ou un mur construit ?

Des km de montée, cela use mes chausses

* Aie, ouille !

* Les épineux sortent leurs épines.

* Aie, ouille !

* Normalement, un Dauphinois ne ressent jamais la douleur lorsque la récompense est au bout de cet enfer.

* Aie, ouille !

* Les pierres affûtent leurs angles pour attaquer mes chevilles. Mais les murs construits entre les rochers m'incitent à ne pas tenir compte des terribles souffrances.

* Aie, ouille !

* Tel un super-héro ayant combattu des milliers d'adversaires (heu... suis je crédible ?) j'arrive face aux murs du rempart posés sur le rocher.

* Aie, ouille !

 

 

Des km de mur, cela use la recherche

* Il me faut trouver l'entrée :

- Sur ce coté, le mur fusionne avec la roche.

- Sur l'autre coté, la roche fusionne avec le mur.

* Même si le rempart est composé de pierres pauvrement équarries et peu jointives, le franchir n'est pas faisable.

* Soudain, il me semble voir une faille.

* Ceci n'est pas la porte d'origine mais..... une porte pour traverser le temps.

 

 

 

Entre le construit, le tombé et le rocher... je suis perdu

L'intérieur :

Des km2, cela use la réflexion

* Après avoir passé la porte du temps.... je suis perdu !

* Il y peu mais il y en a partout.

* Cette imposante surface n'est pas aplanie, donc il m'est difficile de distinguer les rochers des bases de construction.

* Il me faut de suite utiliser mon satellite pour mieux comprendre :

- Au Sud-Ouest, le château.

- Une chapelle du 12ème siècle.

- Au Nord-Ouest, une citerne.

- Au centre, un grand bâtiment dont la fonction est inconnue. Les ouvertures et les étages matérialisés par les trous de poutre suggèrent une réserve et un habitat pour des soldats (?).

* Maintenant que je comprends le site castral, il me faut faire un premier bilan :

- Le château très ruiné, envahi par la végétation, n'est pas photographiable ni facilement compréhensible.

- Le bâtiment central comporte peu/pas d'indice défensif.

- Le rempart, si fascinant par sa longueur et sa fusion avec le rocher, est très arasé. Il ne montre pas de trace de chemin de ronde, ni fente défensive, ni de crénelage et encore moins de mâchicoulis (voir vocabulaire).

- Seule la chapelle doit être explorée.

 

 

Je vais prier pour que les pierres ne tombent pas sur moi

Des m2 de religiosité

* Comme toutes les églises Romanes ou assimilées, l'entrée n'est pas sur la façade qui est pleine mais le le coté.

* Le chevet ogivale possédait un joli parement de pierre taillées et homogènes.

* Le temps ayant fait son travail de sape, une béante ouverture a remplacé une ouverture de lumière.

* Sculpture et décors ont disparu.

* C'est donc vers l'infini que le regard du pécheur/visiteur se porte.

 

 

Des m3 de sensations

* Dans ce désert de bâtiments, chaque pierre au sol a/est une histoire.

* C'est en mangeant ma pomme que j'erre en ce site castral.

* Mais il se fait tard, il me faut retrouver mon destrier.

* Oups... je suis prisonnier.... Je ne retrouve pas la porte !

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château avec citerne, écurie, communs et chapelle. Le site est possession de la famille Amirat (à vérifier). Un village d'établit au pieds.

* Vers 1348, la peste noire ravage la Provence. Le village n'est pas épargné.

* En 1382, Jeanne Ière de Naples, dite la Reine Jeanne, décède. Un conflit entre 2 parties entraine une guerre civile en Provence.

* En 1391, suite à ce conflit, le château est détruit. La fortification n'est pas reconstruite.

* A la fin du 14ème ou début 15ème siècle, le site est occupé par un condottiere (à vérifier).

* Au 15ème siècle (à vérifier), une bergerie est construite dans l'enceinte du site central.

* Au 20ème siècle, la légende d'un trésor (celui des Templiers... pffff) permet aux "vandales" de saccager le site. (à vérifier).

* En 1991, les ruines sont inscrites aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Même si la construction semble minimale, elle offre une vue justifiant la visite. Les murs étant peu consolidés, soyez très prudents car le risque de glisser, de chuter ou de recevoir une pierre est important.

 

La vidéo du site castral est ici

 

 

Voila un site qui permettait la surveillance de toutes les vallées.... du monde

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 06 Vers Menu châteaux des Alpes Maritimes
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 08:25

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

La carte de Cassini montre une commune

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Cuq est située à 60km à l'Ouest de Montauban, à 15km au Sud-Est d'Agen et à 10km au Nord de Sainte Mère (voir son château).

 

   Coordonnées du bourg :

44° 04' 59" N 00° 41' 54" E
 44.083054°  0.698280°

 

 

 

 

Les fortifications :

L'extérieur :

Préambule

* Durant les mois d'hiver, grâce à mes lectures, je coche sur une carte "spéciale", les sites fortifiés d'origine médiévale de notre beau Royaume.

* Mes "tags" sur la carte papier définissent l’intérêt du site (majeur, mineur, payant, etc...) ainsi que le type de construction (église, château, maison forte, pont, etc...).

* Lorsque le printemps arrive, je décide du département ou de la province que je souhaite visiter.

* Ce choix est fait en fonction de mes disponibilités (durée de ma croisade) et de la météo.

* Ainsi, il m'arrive (souvent) de partir pour un département dont j'ai coché les lieux plusieurs années avant. Ayant plus de 800 ans surprise  (si, si c'est vrai. Comme tous les castellologues, j'ai l'âge de mes ruines wink ), je ne me souviens plus des sites à découvrir (excepté les médiatiques constructions bien sur).

* C'est ainsi que pour Cuq, j'ai du regarder sur Google map pour définir le temps de visite. Cela est logique :

- Pour une ruine castrale au sommet d'une colline accessible uniquement à pieds, le temps est plus important que pour un château privé et fermé en bordure de route.

- Pour une cité comme Carcassonne il faut plus de temps que pour Cuq.

 

 

Voyez vous cette merveille ?

La surprise

* En arrivant, je constate que la commune est petite : Peu de maisons et peu de rues.

* Pourtant, la carte de Cassini affirmait que c'était un bourg.

Vais je trouver mon bonheur

de castellologue amateur ?

 

 

Là... c'est là !

* Devant moi, un mur avec un volet vert.

* Devant moi, le souffle médiéval.

* Devant moi..... Hooo !

* Derrière votre écran, je vous sens pouffer de rire. cheeky

"Hihi, ce chevalier s’extasie devant des pierres

grises, claires ou foncées... hihihi"

* Ne vous moquez point, je vais vous montrer l'angle.

Alors ?... Qu'ai je vu ?

 

 

Résumé de ma vision

* Des pierres correctement taillées et jointives.

* Au sommet, des pierres de qualité et certainement de provenances différentes.

Est ce due à une reconstruction ?

* Dans l'angle, des consoles ayant porté une échauguette.

* Question :

Voyez vous la ligne verticale ?

* Je pressens un agrandissement.

** Question :

- Est ce que la partie gauche était une tour avec échauguette ?

- Si oui, la partie droite devait être en retrait...

.... donc, l'avancé du mur de droite est plus récente.

Pensez vous comme moi ?

Avez vous une autre idée ?

 

Le confort a remplacé les défenses 

Dedans... mais dehors

* Il faut que je comprenne le rempart.

* Avec discrétion, sur la pointe de mes chausses, je regarde derrière un petit mur récent.

* Vert est le jardin moderne, feuillus sont les arbres non millénaires.

* Le puits m'informe que la vie devait être agréable avec une source d'eau si facilement accessible.

* Mais les fenêtres à meneaux en croix ne me donnent aucune information sur les systèmes défensifs médiévaux.

 

 

 

L'intérieur :

* Les propriétés privées ne sont pas visitables.

* Je décide de continuer mon errance castrale en direction de l'Est, vers Dunes pour voir la commanderie Templière de Turas.

 

 

Le diaporama du bourg est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg :

Je n'ai aucune information historique sur ce bourg.

 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis les rues est libre et gratuite. La visite de l'intérieur des remparts est interdite.

 

 

Tout un patrimoine historique se montre en ce lieu

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

 

 

Sentez vous l'odeur médiévale ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Montagne est située à 50km à l'Ouest de Bergerac, à 25km au Nord de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide) et à 15km à l'Est de Libourne (voir ses fortifications).

 

   Coordonnées de l'église :

44° 54' 25" N 00° 05' 52" W
 44.907107°  -0.097794°

 

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Ai je commis une erreur ?

* Il y a plusieurs centaines d'années (environ), j'ai lu (ou cru lire) dans un parchemin que l'église de Parsac en Guyenne fut fortifiée.

* Lors de ma croisade en terres de Gironde, j'ai voulu vérifier la véracité de mes notes de lecture.

* Je ne sais toujours pas si ma recherche dans la bibliothèque poussiéreuse fut réelle ou imaginaire.

* Je vous laisse juger.

Le chevet est plus large que haut

 

 

Elle est ronde

* En découvrant l'église au loin, je pressens que  :

- L'architecture est romane.

- Loupe il me faudra pour deviner les détails.

* En approchant, je vois une construction râblée, sans transept avec de belles pierres de grandes dimensions, parfaitement taillées et jointive.

* Mais surtout, je vois un chevet en hémicycle qui me fait rêver.

Hummm, je les aime ronde !

* Mon rêve de "bien en chair" étant assouvi, je me concentre sur la possibilité d'un système défensif sur le chevet.

* Avec sa faible hauteur, je ne pense pas que le chevet fut fortifié.

* Mais deux questions me titillent :

A - Pourquoi avoir créer une fenêtre dans un contrefort ?

B - Pour une si grande différence de hauteur entre nef et chevet ?

 

 

Une nef si courte

* En découvrant la nef, j'ai de multiples interrogations :

1 - Pourquoi est elle si courte  (15m) ?

2 - Pourquoi est elle si haute par rapport au chevet ?

3 - Pourquoi ses contreforts ont ils plusieurs larmiers (contrairement au chevet) ?

4 - Pourquoi ses fenêtres sont si basses ?

5 - Pourquoi coté Nord, les fenêtres sont bouchées ?

6 - A quoi servent les fentes verticales ?

7 - Pourquoi ces fentes sont dans des modillons ?

* Après tant de questions sans réponse évidente, je me calme en regardant quelques modillons.

 

 

Etait ce une fente défensive pour fusil ?

 

 

Le cubique clocher Simple et pourtant sophistiqué

* Orienté à l'Ouest, le clocher paraît immense, aussi bien par sa hauteur que sa profondeur.

* La vue de face montre une église puissante, s'élançant vers le ciel.

- Quel contraste avec la vue depuis le chevet !

* Entre la corniche avec modillons (représentant des hommes et des animaux) au dessus de la porte et les ouvertures des cloches, je vois une sorte de contrefort. La fente verticale me fait penser à une ouverture de lumière pour.... heu... un escalier intérieur.

* La partie basse ressemble aux façades classiques des églises de l'Ouest et de la Saintonge :

- De chaque coté, une baie borgne.

- Au centre, un portail formé de 3 arcades plein cintres retombant sur des colonnettes dont les chapiteaux sont sculptés.

* Devant tant de détails sculptés (modillons, chapiteaux....) je suis surpris que les voussoirs en soient dépourvus.

* Ayant dévoré l'extérieur, je souhaite déguster l'intérieur.

 

 

 

L'intérieur :

Hooo... haute ! Quel volume !

* Quelle surprise de voir la nef si haute. Je ne m'attendais pas à un tel volume tant de l'extérieur, le bâtiment paraissait petit.

* De chaque coté de la nef, je vois 3 arcades chacune à 2 voussures donc certaines possèdent une fenêtre.

 

 

Une fin... tout en rondeur

* Ne voyant pas d'archère murée ou cachée, je regarde une dernière fois la voûte de l'abside.

* Proche de la sortie, donc sous le clocher je remarque :

- Au dessus du "narthex", une belle voûte circulaire.

- Au dessus de la porte, un mur arrondi. C'est à l'intérieur que doit se trouver l'escalier en colimaçon.

Comment accéder à cet escalier ?

- Evidemment, par cette porte.

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 11ème siècle, construction de l'église.

* Au 12ème siècle, modification de l'église (il est possible que le chevet d'origine fut plat. Donc l'aménagement du chevet en hémicycle fut en ce siècle).

* Au 19ème siècle, un porche précède l'entrée.

* A la fin du 19ème siècle, le porche n'existe plus.

* En 1973, la commune de Parsac est intégrée à celle de Montagne.

* En 2002, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église est libre et gratuite. La visite du clocher est interdite.

 

 

Est ce une église fortifiée ou le fruit de mon imagination ?

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Que voilà un haut mur me dissuadant d'entrer

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Roussillon est située à 50km au Nord de Valence, à 40km au Sud de Lyon et à 35km au Sud-Est de Saint Etienne.

 

   Coordonnées du château :

45° 22' 20" N 04° 48' 38"E
 45.372413°  4.810449°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Révélation

* Je vais vous dire un secret.

* Parfois, je me fais des films.

* Heu..... Ce ne sont point des vidéos mais des images dans ma tête (le truc chevelu sous mon heaume) :

- Soit j'imagine que je vais découvrir une merveille unique,

- Soit je serais LE premier à trouver une ruine perdue.

- Soit, le site castral va me parler de sa vie et de ses détails.

* C'est dans cet esprit de "cinéaste neuronique" que j'aborde la commune de Roussillon en MON Dauphiné.

* Sachant qu'une fortification médiévale est rarement en plaine, je fais galoper mon destrier vers les hauteurs.

* Soudain, un haut mur me bloque.

Dois je faire demi-tour ?

 

 

Je suis plan-plan

* Comme tout bon castellologue amateur qui se veut sérieux, formidable, parfait et modeste.... 🤭

....... je possède une arme secrète : Le plan de la cité.

* D'après ce parchemin, il semblerait qu'une porte nommée Givret permette d'entrer dans cette cité médiévale.

* C'est donc la truffe au sol, tel un fin limier, que je cherche...... mon sujet de film (?).

 

 

Est ce une lézarde ou un système défensif ?

Le mur de mes lamentations

* En longeant cette haute paroi je vois :

- Des pierres pauvrement taillées et de dimensions aléatoires.

- Parfois, des galets roulés posés en arrête de poisson ou en lits.

- De petits trous dus à une construction du 20ème siècle (petit logement devenu abri de jardin puis finalement détruit au début du 21ème siècle).

- Puis quelques archères droites alignés sur un seul niveau.

- A l'extrémité, une porte avec son arc en ogive.

* Le mur, d'une longueur de 120 mètres, ayant été partiellement arasé, ne montre pas de trace de crénelage ni mâchicoulis (voir vocabulaire).

 

 

 

L'intérieur :

Son derrière est énigmatique

* Bien que ne travaillant pas à La Poste, cette porte, je l'affranchis 😵 ..... oups, je la franchis.

* De l'autre coté, le spectacle est surprenant. Les pierres d'arrachement me font imaginer que cette entrée fut une tour-porte avec salle défensive et assommoir (mais vous connaissez mon imagination fertile).

 

 

Elle est fendue

Voyez vous cette curieuse curiosité fendant le rectiligne mur ?

- "Chevalier, nous prends tu pour des imbéciles ?" grommelle la blonde demoiselle. 👩

- "Il n'y a pas que les Dauphinois sachant reconnaître cette ouverture" peste un damoiseau. 🙅

* Diantre !...... Il n'y a que des spécialistes ce jour derrière l'écran. 🤩

* Raison vous avez, ceci est l'archère droite vue de l'intérieur.

* Pour améliorer l'angle de tir, un large ébrasement a été créé.

Le puits d'enfer servant de tour citerne... ou inversement

 

 

L'enfer serait en ce lieu 👿

* En remontant le (si bien nommé"chemin de la tour" vers le Nord-Ouest, je vois une ronde construction "solitaire".

* Au moyen âge, cette tour faisait partie du système défensif lié au rempart.

* En notre siècle, ce fantôme porte un curieux patronyme : Tour Citerne du Puits d'Enfer. 😳

* Ne vous moquez pas d'elle car cette ruine permet de comprendre le remblai et son type de construction.

* Sur la gauche, dans une propriété privée, proche de l'actuel cimetière, apparaissent des arbres. Ils symbolisent certainement le vieux château sur motte.

 

 

L'oeil de la sorcière ?

* Après le lieu du diable, je m'attends à trouver ses déesses nommées : Sorcières.

* C'est donc avec prudence que j'avance vers le Nord.

* Soudain, un oeil me contemple.

* Dans une tour d'angle nommée "Lunette", je ne vois qu'un cyclope de pierre.

Quelle fut la fonction exacte de cette trouée ?

* Je ne saurais le dire avec certitude, mais l'épaisseur m'interpelle. Cela me rappelle le château d'Engelbourg à Thann en Alsace.

* C'est sur cette interrogation que je redescends pour trouver une taverne.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 13ème siècle (?), construction d'un château au sommet de la colline.

* Au 14ème siècle, construction d'un rempart autour de la ville haute, du château et de l'église. Quatre portes défensives permettent l'accès ainsi qu'une portelle.

* Au 15ème siècle, aménagement (agrandissement ?) du rempart (à vérifier).

* Vers 1792, la municipalité (ou les révolutionnaires ?) décide(nt) la démolition des remparts pour les transformer en carrière de pierres.

* Au 19ème siècle, de nombreuses maisons sont construites ou modifiées grâce aux pierres médiévales.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Certaines ruines étant dans des propriétés privées non visitables, leur découverte ne se fait qu'avec discrétion depuis les rues du bourg.

 

 

Adieu rempart minimal d'un autre temps

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38

Vers Menu

châteaux de l'Isère

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2020 3 16 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département 46 - LOT

 

 

 

Comment vais je sortir de ce fossé ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint-Pierre-Lafeuille est située à 50km au Sud-Ouest de Figeac, à 40km au Sud-Est de Villefranche du Périgord et à 7km au Nord de Cahors (voir son pont fortifié).

 

   Coordonnées du château :

44° 31' 04" N 01° 27' 28" E
 44.517861°  1.457889°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Je suis tombé dedans mais pas quand j'étais petit

* Aie, ouille ! angry

* Si Obélix est tombé dans la marmite quand il était petit, Votre pauvre Chevalier a chu dans le fossé.

* Aie, ouille ! angry

* Est ce que cette chute va lui donner la force du Gros Gaulois ?

* Aie, ouille ! angry

* En se relevant, Votre Dauphinois si grand va-t-il se cogner la tête sur le pont ?

* Aie, ouille ! angry

* Cette découverte commence bizarrement.

* Aie, ouille ! angry

 

 

Que de rondeurs qui me charment !

Avant de bouger il faut comprendre

1 - Qui suis je ?

2 - Où vais je ?

3 - Dans quel état j'erre ?

* Devant ces questions de Philosophie, je vais répondre..... par un plan.

1 - Je suis un Chevalier entre A et J.

2 - Partout à la périphérie de ce château.

3 - Mon état... c'est moi (heu, je ne suis pourtant pas Louis XIV ni Pierre-Édouard Lémontey).

 

* Légende du château :

A - Tour Nord-Est (disparue ou presque).

B - Tour de la chapelle.

C - Tour du carrail.

D - Tour du pigeonnier.

E - Tour des écuries.

F - Barbacane.

G - Donjon.

H - Tour escalier.

J - Entrée, précédée d'un pont en pierre.

K - Basse-cour.

L - Haute-cour (?).

M - Galerie.

N - Chambre de Madame.

- En dessous, présence d'une cave voûtée communiquant certainement avec P.

P - Cuisine.

Q - Fournil.

Le mur Est avec la tour C

 

 

La remontée de l'enfer

Avez vous remarqué l'ironie de mon début de découverte ?

* Dans le fossé, à coté d'une tour disparue, j'ai disparu.

* Bien qu'il soit impossible de faire le tour de la tour A, je suis face à un mur avec d'imposantes canonnières.

* Au niveau du mur d'angle au parement inégal, en un bond je sors du fossé.

 

 

Haaa, B C

* Le fossé ayant été comblé, je peux découvrir les hautes constructions la tête levée sans craindre de choir.

* Rapidement je longe le mur entre A et B "sans le regarder"......

    ..... puis je me plante devant le ronde tour B.

* D'abord, je suis surpris de ne point voir de canonnière. Je subodore que les consolidations ont remplacé les ouvertures de tir par des pierres pour consolider cette ancêtre.

* En prenant un peu de recul, je constate que la courtine est posée sur le rocher, rendant le travail de sape plus complexe.

* Derrière ce mur aux multiples ouvertures (que je pressens avoir été les fenêtres de la galerie M), il y a la haute-cour L.

* Plus loin vers le Sud, la tour C. Elle est très abîmée.

 

L'ébrasement extérieur permet de tirer partout, même sur moi

 

Céder devant C D

* La tour C est, comme les précédentes, en mauvais état avec des pierres aux dimensions et équarrissages aléatoires. Pourtant elle me fascine :

- Etant fendue, elle laisse entrevoir ses entrailles et l'épaisseur du mur. 

- Au centre, elle montre un bel ébrasement de tir pour arme à feu.

- Puis sur le coté, elle possède une haute ouverture ressemblant à une porte, protégée sur la droite par une fente verticale (archère ?).

Etait ce la poterne (voir vocabulaire) ?

* La courtine Sud est la moins large.

 

Sentez vous les bonnes odeurs de cuisine ?

 

PD ou DP ?

* En découvrant la tour D, j'ai l'impression d'être à une élection de Miss France.

"Pourquoi ?" me demandez vous.

* Toutes les rondeurs construites ouvrent leur décolleté pour être admirées.

Que cela est beau ! blush

* Evidemment, étant un Chevalier, je ne vais point vous dévoiler les entrailles de cette belle (tour) un peu arasée donc découronnée de crénelage et mâchicoulis.

** Par contre, étant gourmand, je vais vous montrer les cuisines P.

** Oups..... Sur la hauteur, la tour D possède 2 canonnières protégeant la courtine, donc la cuisine....

...... Il est préférable de faire un jeûne plutôt que de se manger des boulets.

** Avant de quitter cette courtine, je remarque entre N et P une ouverture sous un arc de décharge. Je pressens que ce fut un puits de lumière et une aération pour la salle voûtée en dessous.

 

 

La suite de la découverte est ici - CLIC

 

 

En léger retrait pour piéger les assaillants

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 46 Vers Menu châteaux du Lot
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département 46 - LOT

 

 

Montcuq est haut perché

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montcuq est située à 55km au Nord-Est d'Agen, à 40km au Nord-Nord-Ouest de Montauban et à 25km au Sud-Ouest de Cahors (voir sa barbacane).

 

   Coordonnées du château :

44° 20' 22" N 01° 12'30" E
 44.339581°  1.208526°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Introduction dans Montcuq surprise

* Cela faisait des années que je rêvais de vous montrer Montcuq.

* Mais, il fallait que nous nous connaissions mieux, il fallait que vous appreniez tout le vocabulaire spécifique pour que regarder Montcuq soit un plaisir.

* C'est donc avec délicatesse que je vous fais entrer dans Montcuq.

* Avec les maisons très rapprochées et les ruelles, l'entrée de Montcuq est étroite.

Montcuq est il praticable ?

* Hélas, avec la préparation de la fête, avec les nombreux camions de livraison, Montcuq est bouché.

* Je vous propose un contournement, ainsi nous allons ensemble faire le tour de Montcuq.

 

 

 

Il a un oeil sur moi alors que je n'ai d'yeux que pour lui

Une motte qui n'est point de beurre

* Ce n'est pas au centre de Montcuq qu'il faut regarder, mais au Nord.

* Sur un motte castrale trône fièrement une tour, que dis je : Un donjon.

* En découvrant cette masse, il semble évident que ce ne fut point une simple tour de guet.

* Un château seigneurial existait, mais son logis, ses communs, son rempart défensif ont disparu.

* Qu'importe, à elle seule, la tour est une merveille que je dois découvrir et comprendre.

 

 

 

Généralités

* La tour actuelle a une hauteur de 24 mètres.

- Etant dépourvue de crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire), il est probable qu'elle culminait à plus de 26 mètres.

* Etant posée sur des rochers de plus de 6 mètres de haut, la tour actuelle semble encore plus immense (plus de 30 mètres).

* Sa base rectangulaire mesure 12 mètres par 8 mètres.

* L'épaisseur des murs avoisine les 2 mètres.

* Les parements d'angle sont soignés, mais les pierres des façades son pauvrement taillées et de dimensions très variables.

* Lentement j'avance vers elle.

 

 

Sentez vous l'odeur émanant de cette belle et grande ouverture ?

 

La face Nord-Ouest

* Le premier coté que je découvre possède, sur plusieurs niveaux, de nombreuses ouvertures aux dimensions et fonctions très différentes.

* Il y a par exemple :

- Des archères droites.

- Des ouvertures de lumière (fenêtres). 

- Une large et haute ouverture avec vestiges de 2 consoles en dessous. Donc...... ceci était.... des latrines... hummm !

* Lentement j'avance pour sentir (et ressentir) si ma supposition est vraie.

* Sniff, sniff...... hummm.... je ne me suis point trompé. wink

 

 

 

La face Sud-Ouest

* Lentement je contourne le donjon.

* Sur les rochers s'appuie un mur évitant ou rendant long et inefficace le travail de sape.

* Cette paroi montre des ouvertures identiques à la précédente mais pas au même niveau. Ce donjon n'est donc pas symétrique.

* Question importante :

Voyez vous les latrines ?.......... hummm

 

 

Droite comme un 'I', mais ouverte comme un 'o'

 

 

Le donjon adore jouer entre ombre et lumière

La face Sud-Est

* Je continue le contournement.

* La façade suivant est dans l'ombre en cette fin de journée mais, comme ses 2 autres consœurs, elle révèle les mêmes types d'ouvertures.

* Soudain, une question me titille :

Ne voyant aucune porte sur ces 3 faces,

Comment entrer dans cette tour ?

* La réponse m'est donnée en découvrant la dernière face,

- Nota : Quel suspens Hitchcockien !  cheeky

 

 

 

La face Nord-Est

* Le dernier coté révèle une petite tour adjacente.

* Avec ses nombreuses fentes verticales espacées régulièrement, j'ose penser qu'un escalier existe.

* Evidemment, avec l'époque de construction et la faible dimension de cette verrue, je pressens que l'escalier est en colimaçon.

* Je peux donc dessiner la base du donjon.

* Prochaine mission : Monter par un petit sentier aménagé pour entrer dans le donjon.

 

 

 

L'intérieur :

Les entrailles

* Bien que n'étant pas proctologue surprise , je vais tenter un curieux examen à Montcuq.

* Mais.... voir l'intérieur de Montcuq n'est pas simple car l'entrée est obturée par..... heu...... une porte.

Nota : Sur un donjon, il est rare qu'une porte ancienne soit aménagée en bas. Mais la tour étant posée sur des rochers, il est probable que le dénivelé ne soit pas accessible facilement rendant l'entrée inaccessible avec une hauteur de 6 mètres.

* En me penchant un peu, et même un gros peu, je vois...... une sorte d'intestin en colimaçon.... comportant 99 marches (d'après le spécialiste local).

* Ne pouvant entrer, je me console en regardant le plan simplifié du donjon. Il montre 5 niveaux :

- Au sommet la plateforme dépourvue de créneaux et mâchicoulis.

- En dessous, une salle voûtée en berceau.

-- Cette pièce est si haute avec un plan montant des trous alignés à mi-hauteur que je présume qu'une salle sur plancher existait.

- Puis 2 niveaux reposant sur des poutres et possédant cheminée et latrines. L'une d'elles possède une fenêtre avec coussiège.

- En bas, la salle voûtée en berceau plein cintre possède 2 fentes verticale. Je ne sais point définir si ce sont des archères défensives ou des puits de lumière.

 

 

Hélas, je suis seul dans Montcuq

* Je pose mon séant merveilleux pour mieux respirer l'air pur de Montcuq.

* Soudain, je vois mon destrier partir sans moi.

* Je vais devoir retourner vers mon auberge en prenant le car. 

* Ma prochaine mission : Trouver l'arrêt de Montcuqsurprise

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle (?), construction d'un château défensif propriété de la famille Gourdon de Castelnau.

* A partir de 1209 débute la terrible croisade des Albigeois. L'armée Royale attaque toutes les fortifications dont le seigneur a rendu hommage à un "hérétique".

* Vers 1212 (?), les troupes des croisées commandées par Simon de Montfort attaquent puis pillent la petite cité et le château car son seigneur avait fait un hommage au Comte de Toulouse (voir ce livre).

* En 1239, suite à la signature du traité de Paris, les fossés de Montcuq sont comblés, les remparts de la ville sont détruits et le château est démantelé "partiellement". Seul le donjon échappe aux destructions.

Nota : Certains médiévistes doutent qu'il y ait eu autant de destructions.

* En 1274 (ou 1271 ?), la province est rattachée au Royaume de France, la seigneurie de Montcuq aussi.

* Au 14ème siècle, des mâchicoulis sont aménagés au sommet du donjon.

* Durant 2 siècles, Montcuq subit la Guerre de Cent Ans, les épidémies, etc..... La seigneurie a perdu toute influence, même localement.

* En 1904, le donjon est classé aux Monuments Historiques.

* En 1923, l'escalier à vis est "reconstruit".

* En 2008, le donjon est restauré surtout l'intérieur (création de planchers en chêne et aménagement d'une voûte).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite. La visite payante de l'intérieur de la tour serait possible certains jours, veuillez vous renseigner.

 

La vidéo de Montcuq est ici - CLIC

 

 

Le panorama de Montcuq est magnifique

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 46 Vers Menu châteaux du Lot
Partager cet article
Repost0