17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Posée sur sa butte, la ruine m'attend avec impatience

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Gilhac et Bruzac est située à 40km au Nord de Montélimar (voir son château), à 20km au Sud-Est de Lamastre (voir son château) et à 15km au Sud-Ouest de Valence.

 

   Coordonnées du château :

44° 51' 07" N 04° 44' 31" E
 44.851977°  4.741990°


 

 

 

Le site castral :

L'extérieur :

La culture régionale est : Les pierres construites ruinées

* L'Ardèche est terre de châteaux.

* Mais les routes étant rares, les moyens financiers des communes et du département étant limités, les sites historiques sont souvent abandonnés donc très ruinés.

* Conséquence : Dans le Vivarais, votre Chevalier Castellologue amateur est heureux.

Voyez vous le village dans la pente ?

 

 

Au loin, une belle quémande ma venue

* Après avoir déposé mon destrier proche d'un champ d'herbe rase, j'avance vers le Nord-Ouest.

* Dans les terres de rochers, au loin je vois une ruine ou plutôt des ruines.

* Posé proche d'un à-pic, à 600 mètres d'altitude, le château de Pierre Gourde est un site fascinant.

 

 

Deux parties

* Ma première surprise est le nombre de terrasse en contrebas du château. Je pressens qu'un village existait.

- Était il important ?

- Était il fortifié ?

* Pour avoir les réponses, je vais :

- Errer dans la pente au Sud et à l'Ouest avant de déguster le château situé au Nord.

- Et regarder le plan que j'ai récupéré dans une thèse récente sur cette ruine.

 

 

 

Des entailles dans le rocher datant du 13ème siècle

Les habitations :

La partie basse

* Bien que les années (et les hommes) aient fortement détruit les murs, je crois percevoir les traces d'un long rempart,

* Au sud, je distingue les vestiges d'une tour défensive semi-circulaire (repère 92 sur le plan) :

- Elle a un diamètre supérieur à 2 mètres.

- Elle possède une petite canonnière.

* Dans ce désert rocheux, je vois des traces de taille en équerre. Je suppose que ce dure des banquettes (voir vocabulaire).

* Certains rochers sont si taillés que j'hésite entre banquette et vestiges de la carrière (seuls les spécialistes pourraient me donner la réponse).

* Mais il n'y a pas que des rochers taillés, des pans de murs sont encore visibles. 

* Il y a même des habitats "presque" entiers.

* Bien que les pierres des parois soient pauvrement équarries, je suis admiratif de la qualité :

- Des parements d'angle.

- Des piédroits et linteaux.

* Avec un peu d'attention, j'ose affirmer (il est vrai que je m'aide d'autres ruines vues (exemple à Crussol ou à La Baume Cornillane) et de lectures sur l'habitat médiéval) que les habitations possédaient 2 niveaux :

- En bas la réserve avec ou sans les animaux.

- A l'étage, l'unique pièce à vivre avec une fenêtre.

 

 

Derrière le mur défensif, le logis

 

Le château :

Un coté très ruiné

* Bien qu'il soit très ruiné, les contours du château sont faciles à voir et comprendre.

* En approchant la ruine par le Sud-Est, je peux facilement identifier les murs extérieurs  (défensifs) nommés 67-66-65 sur le plan.

 

 

Un coté très défensif

* La façade Sud-Ouest est différente car elle semble "entière" (ou plutôt un peu moins ruinée).

* Elle montre 2 architectures différentes. D'abord, je m'intéresse aux constructions extérieures :

- Dans l'angle Ouest, les bases d'une tour ronde certainement défensive (repère 77).

-- Soudain j'ai un doute :

--- Cette tour n'est accrochée à aucun mur.

--- De plus elle est positionnée très en bas par rapport au mur du château,

--- Je pressens que ce fut une citerne pour le village.

--- Dans ce cas, elle est trop haute/loin du village.

Était ce une citerne dans la basse-cour (pour les chevaux ?) ?

- Au dessus, un long mur très épais montrant 2 ouvertures défensives avec ébrasement extérieur. Je suis surpris de la qualité de taille et de pose des pierres (cela contracte avec les autres murs aux pierres simplement équarries). Je me pose une question :

Pourquoi le mur possède 2 épaisseurs ?

* Derrière ce mur défensif : Le logis (c'est ce que je suppose).

 

Accepteriez vous une nuit avec moi en ce logis ?

 

Un logis très cosy (B9)

* Evidemment, votre regard est attiré par la fenêtre à traverse avec d'élégants chanfreins tenant miraculeusement (repère 51).

* Mais en tant que castellologue amateur, je me dois d'abord de m'intéresser (et de vous intéresser) à l'angle Sud-Ouest du logis. Évidemment "angle" n'est pas le bon mot car les 2 murs perpendiculaires ne se rejoignent plus.

* Qu'importe le vocabulaire, il est important de bien regarder :

- Une grande partie des murs s'appuient sur le rocher.

- Les pierres des parois sont simplement équarries.

- Le parement d'angle coté Nord-Ouest est réalisé avec de larges pierres correctement taillées.

- Bien qu'elle ait été abîmée, une baie est visible coté Ouest. Elle n'est pas au même niveau que la fenêtre "miraculée". Donc, au moins 2 niveaux existaient.

* En montant au sommet de la butte, je comprends mieux ce logis :

- Coté Sud, la lumière avec la fenêtre miraculée.

Voyez vous l'épaisseur des murs ?

- Coté Nord, le chauffage.

Voyez vous les emplacements des cheminées ?

- Le plancher était soutenu par un retrait du mur d'un coté et des corbeaux de l'autre.

 

 

Voici l'origine de la fontaine de Jouvence... ou presque

J'ai soif et faim !

* Pensant avoir tout vu, je pose mon séant musclé au sommet du château (B10).

* La fonction de cette plateforme n'est pas facilement identifiable. Il est possible que ce fut :

- Le donjon (?).

- L'emplacement du château primitif (?).

* Qu'importe !

* Tel un "demi-Dieu" sur l'Olympe, je savoure successivement l'ébrasement intérieur du système défensif, les ruines du village médiéval puis le panorama.

* Soudain, je m'aperçois que j'ai oublié la gourde (de Pierre ?) sur la selle de mon destrier.

Vais je mourir de soif en ce castel des Huguenots ?

* La chance me sourit, je vois la citerne du château (86) avec sa margelle.

* L'eau du Vivarais va me rajeunir..... je le pressens.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction du château au Nord du plateau. Le seigneur est vassal du Comte de Valentinois (à vérifier).

* En 1190, Guillaume Pierregourde Le Jeune fait parti de la troisième croisade en terre sainte.

* En 1215, Guillaume Hugues de Pierregourde  et sa femme Béatrice sont cité dans une vente de plusieurs droits envers Pierre de Mirabel (voir son château).

* En 1237, Hugues Pierregourde est cité.

* Au 13ème siècle, des maisons s'agglutinent dans la pente pour bénéficier de la protection du château. Un rempart avec tours semi-circulaires  et 2 ou 3 portes (à vérifier) est construit pour protéger les maisons cotés Sud et Ouest. A l'Est, aménagement de vergers et de terres à culture. La basse-cour du château possède un four banal et un grenier.

* Vers 1250 (?), le seigneur de Pierregourde est vassal de la maison d'Anduze (Roger-Bermond ?).

* A la fin du 13ème siècle (?), Giraud de Pierregourde est cité.

* En 1304, Hugues de Pierregourde rend hommage pour son château à Bermond d'Anduze, seigneur de La Voulte (voir son château).

* Au début du 14ème siècle (1325 ?), Hugon IV (ou Hugues IV) de Pierregourde épouse Diane de La Marette.

* Au milieu du 14ème siècle (?), Hugues V de Pierregourde épouse Judith Bastet de Crussol (voir le château de son père).

* Au deuxième tiers du 14ème siècle (?), Hugues VI de Pierregourde épouse Aygline de Lavieu.

* Puis après le décès de la première femme en 1350, Hugues VI de Pierregourde épouse (en 1373 ?) Aygline de Labiac.

* Au 14ème siècle (?), des moulins hydrauliques sont aménagées (ou réutilisés) en contrebas. Des moulins à vent sont construits à l'Est du bourg astral. De nouveaux habitats sont construits, certains sont aménagés à l'extérieur du rempart. Le site compte plus d'une trentaine (?) de maisons.

* A la fin du 14ème siècle (1395 ?), Hugues VII de Pierregourde épouse Catherine de Montagut.

* Au début du 15ème siècle (1420 ?), Hugues VIII de Pierregourde épouse Alix de Grolée.

Nota : Leur fille Lionnette de Pierregourde épouse en 1463, Antoine de Baulme, conseiller et chambellan du Duc de Savoie (voir liste des Ducs).

* Au 15ème siècle, certains paysans ou familles quittent progressivement le site fortifié pour cultiver des terres plus riches dans la vallée. La peste n'épargne pas le bourg castral de Pierregourde, la désertification s'amplifie.

* Au 16ème siècle, le château est le refuge de Protestants. Les systèmes défensifs s'adaptent aux armes à poudre. L'armée des Huguenots occupant la forteresse ne semble n'avoir jamais été attaquée par les Catholiques.

* En 1568, Louis de Pierregourde est tué par les Catholiques. La seigneurie échoue à madame Claudine de La Marette et à son époux François de Barjac (grand capitaine Protestant et commandant du Haut Vivarais).

* En 1593, François de Barjac est cité comme seigneur de Pierregourde dans une transaction avec Jean de Lablache.

Nota : François de Barjac est tellement craint que certains lui prêtent des pouvoirs "magiques ou Sataniques". Bien que la paix entre Catholiques et Protestants ait été signée. François ne l'accepte point. Il se terre en son château puis la nuit il réalise des actes de brigandage. En 1598 (?), un soir il est trahit par sa femme (ayant opté pour la religion catholique) puis tué en son château.

* En 1628, Jehannet de Pierregourde (?) habite le château (à vérifier).

* En 1672, le château est déclaré en ruine (certainement du à la politique de combat contre les Huguenots et de destruction de leurs forteresses par Richelieu). Les habitations (paysanes) sont rares mais encore solides.

* Au 17ème et 18ème, le site sert de carrière de pierres.

* En 1760, le Marquis (voir titre de noblesse) de Veynes est cité comme seigneur de Pierregourde.

* Au début du 19ème siècle, suite à l'étude des fortifications demandée par Napoléon Ier, le site de Pierregourde est décrit en ruine ainsi que de nombreuses maisons. Quelques bâtiments de stockage très regroupés existent ainsi que les sentiers du bourg castral (détails à vérifier).

* En 2016, pour la réalisation d'une thèse, des étudiants en archéologie médiévale réalisent de nombreux relevés du château, des remparts et des habitations.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Veuillez respecter cette propriété privée et ne pas monter sur les murs. La ruine n'étant pas sécurisée, le risque de recevoir une pierre est important. Soyez très prudents.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

L'Ardèche infini !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2020 2 14 /07 /juillet /2020 07:50

 

Toi le touriste pressé, sais tu que tu marches sur l’œuvre du Diable ?

 

Un pont vraiment.......Diabolique

 

  Pour nombre d'entre vous, le pont de Cahors au dessus du Lot se nomme : Valentré.

 

  Mais pour ceux qui savent, pour certains écrivains comme le Docteur Henri Pélissié et Eugène Grangié, le pont fortifié de Cahors se nomme (sans le prononcer) : Le Pont du Diable. devil

 

  Voici l'histoire vraie...... que personne ose conter.

 

  En l'an de grâce 1306, les consuls de Cahors demandent la construction d'un pont défensif sur la rivière Lot au Sud-Ouest de la ville.

Voici le plan :

 

diabolique architecture !

 

138 mètres de long,

6 arches,

3 tours défensives,

2 barbacanes

==> Un pont surhumain....... ou non humain !

 

Les travaux commencent en 1308. Le maitre d’œuvre ne sera payé qu'à l'achèvement complet du pont.

 

10 ans passent, le pont n'est pas terminé.

 

15 ans plus tard, la guerre avec les anglais menace, mais le pont n'est pas terminé.

 

20 ans encore plus tard, la terrible guerre entre les Rois de France et d'Angleterre (celle qui durera 100 ans) est là, aux portes, mais le pont n'est toujours pas terminé.

 

Les consuls sont mécontents, la population grogne.

 

Que faire ?

 

La seule solution est de pactiser avec Belzébuth, ce Grand Constructeur !

 

Votre âme m'appartient !

 

Évidemment Satan ne travaille pas gratuitement :

"Que veux tu en échange de ce travail ?" demande timidement le maitre d’œuvre.

"Ton âme.... bien sur" Hurle le Diable.

"Heu..... D'accord, mais promets moi que tu seras serviable jusqu'à la fin."

"Évidemment Le diable n'a qu'une parole".

 

En peu de temps, le pont est presque terminé. Il ne manque qu'une pierre.

 

Le maitre d’œuvre sachant que son âme sera donnée dans quelques heures, demande un dernier service au Diable.

"Ho toi, Grand Satan, m'accordes tu une ultime demande ?"

"Évidemment, puisque tel est notre pacte." Hurle le Diable.

"Ho toi, Grand Satan, prends ce crible et apporte de l'eau aux ouvriers."

 

Le Diable essaie une fois, deux fois, cent fois.......
     ....... il ne peut point amener de l'eau avec cet ustensile

 

Il peste, il râle, il hurle, il  (la décence m'empêche d'écrire ce verbe).

 

"Ho toi, Grand Satan, tu n'as pas pu respecter ton pacte, point mon âme tu auras."

"Grrrr.... peut être, mais comme il manque une pierre au sommet de la tour centrale, tu ne seras pas payé par les consuls."

"Si tu oses mettre la dernière pierre, chaque soir, je reviendrai l'enlever.....gnaff."

 

En un battement d'aile, Satan disparu.

 

"Que faire ?"" se demande le maitre d’œuvre.

 

Personne ne sait qui eut l'idée, nul ne connait le nom de l'ouvrier, mais à l'emplacement vide, une pierre avec un Diablotin a été scellée.

 

Lorsque chaque soir Satan revient, il constate qu'un de ses sbires enlève la dernière pierre. Sans vérifier le subterfuge, il repart pensant avoir vaincu le maitre d’œuvre.

 

 

La description du pont est ici - CLIC

 

 

 

Le diablotin est la farce de ce conte

 

  Vers menu
Contes
 et
Légendes

<---  clic

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2020 5 10 /07 /juillet /2020 07:50

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

Faire ripaille en ce château éponyme

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Thonon les Bains est située à 40km au Nord de Bonneville, à 35km au Nord-Est de Genève et à 20km au Sud-Est de Lauzanne.

 

   Coordonnées du château

46° 23' 18" N 06° 29' 09" E
 46.388335°  6.485868°


 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Une faim de loup !

* Bien que l'expression "Faire Ripaille" soit plus ancienne que le château, c'est grâce à Voltaire que cette association des 2 mots soit parvenue en notre siècle.

« Au nord de cette mer (le Léman) où s'égarent mes yeux, Ripaille, je te vois.

Ô bizarre Amédée !

Est-il vrai que dans ces beaux lieux,

Des soins et des grandeurs écartant toute idée,

Tu vécus en vrai sage, en vrai voluptueux,

Et que, lassé bientôt de ton doux ermitage,

Tu voulus être pape et cessa d'être sage ? »

* C'est donc un Dauphinois curieux et affamé qui galope vers ce Savoyard château.

 

Des murs qui murmurent en Savoyard... Hélas, je ne parle que dauphinois

 

 

"Qui n'a vu ni Thonon ni Ripaille, n'a jamais rien vu qui vaille"

* C'est avec ce dicton (Savoyard et local ?) que je touche des yeux les pierres médiévales.

* Des remparts se cachent derrière la verdure accrochée.

* Des tours se devinent au loin.

* Plus j'approche et plus le caractère défensif des rondes constructions s'affirme.

Vais je voir une forteresse médiévale Savoyarde ?

* Soudain, une autre tour avec fente de tir m'interpelle.

Pourquoi veut elle devenir phare pour les bateaux du lac ?

 

 

 

Interrogation avant action

* Dans mon parchemin donné par mon Dauphin (voir liste), donc datant du 15ème siècle, il est écrit que le site possède 7 tours.

* SEPT !

* Ce nombre est empli de symboles.

* Vais je être ensorcelé ou anéanti ou ....... ?

 

 

Quatre tours, non dans les angles mais alignées

 

Qu'importe le nombre, pourvu que j'aie l'ivresse

* En prenant un peu de recul je vois un long bâtiment avec 4 tours alignées, puis, isolée sur la gauche, la "tour-phare".

* En longeant cet alignement, je constate que les 4 tours se ressemblent. Elles semblent être dans un alignement parfait et dans un espacement symétrique.

* En mesurant la distance entre la "tour-phare" et la première défensive, je constate qu'il y a la place pour 7 tours parfaitement espacées,

- Conclusion : Mon document Dauphinois est correct sauf qu'il n'a pas vu/imaginé la destruction des siècles suivants.

* En observant la façade, si je fais abstraction de l'entrée, je constate que les parois entre chaque tour sont identiques, même dans les fenêtres à meneaux en croix.

Quelle incroyable symétrie !

* Je suis fasciné par l'agressivité des tours face au calme des parois presque Renaissances.

* C'est donc avec des yeux affamés de questions que je franchis la porte.

 

 

 

La chaleur est présente partout..... jusqu'aux matériaux

L'intérieur :

Voyage dans les temps (et non l'étang..... ou le lac)

* Un long couloir m'accueille desservant les tours sur la gauche et les pièces d'habitation sur la droite.

* De suite, j'entre dans la chapelle pour prier les Saints Benoît, Raymond et Thomas (patron des architectes)..... espérant que le Moyen Âge soit présent.

* Contrairement aux affirmations fausses que j'entends sur l'époque médiévale, mes ancêtres (et moi même puisque j'ai 800 ans) nous lavions. Voici un exemple en cette belle salle de bain. Il est vrai que la baignoire est moderne.

* Puis, pour se sécher, rien de mieux qu'un grand feu de cheminée.

* Si plusieurs personnes prennent leur bain en même temps, il est possible de se réchauffer..... ensemble !

* Il existe aussi l'option de se sécher et réchauffer seul (ou seule) devant un âtre intime.

- Évidemment, vous êtes si intelligents mes lectrices et lecteurs que vous avez compris la modernité du lieu. Toutes les salles ont été refaites au 19ème par un riche industriel nommé Engel-Gros dont les initiales sont souvent visibles.

- Cette famille avait décidé que chaque serviteur devait avoir le confort "moderne" de l'époque. Donc les salles de bains et le chauffage sont présents partout, d'où mon besoin d'en "parler" en cet article.

- Mais une question se pose :

La modernité est elle aussi sur les plafonds et les murs ?

 

 

 

Que voila belles coussières en bois

Que la lumière soit

* Évidemment, pour vivre heureux dans des pièces il faut de la lumière. Elle est présente dans chaque salle.

* Que la lumière traverse du verre classique ou des vitraux, elle apporte un plaisir.

* En ces fenêtres deux surprises me fascinent :

- De chaque coté, des coussièges "médiévales".

- Sur les volets intérieurs (comme au Moyen Âge) une fente (de tir ?).

* Bien que tout ait été modernisé, l'esprit médiéval est présent par petite touche.

* Je suis émerveillé !

 

 

 

Le rêve n'a pas de fin

* Le site étant payant, je me dois de ne pas tout vous montrer.

* C'est donc en ce tunnel que sera la fin pour vous.

* Mais la fin, c'est le début d'un rêve sans fin..... bien que ma faim soit présente.

* Je vous laisse devant le lac pendant que je vais attendre en cette salle du restaurant.

 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle, une villa Gallo-romaine est construite. 

* A la fin du 13ème siècle, une construction (en bois ?) loge quelques nuits le Comte de Savoie Amédée V adorant chasser dans les giboyeuses forêts. 

* A partir de 1371, Bonne de Bourbon, épouse du Comte de Savoie (voir liste des Comtes) Amédée VI, fait agrandir le manoir.

* En 1377, Bonne de Bourbon habite le manoir.

* En 1391, Amédée VII, fils de Bonne de Bourbon, décède en cette maison de plaisance.

* En 1410, aménagement d'un petit prieuré suivant les règles de Saint Augustin. Exploitation des vignes. 

* En 1432, épuisé par les contraintes de sa charge, marqué par les décès de plusieurs enfants et de sa femme, le Duc Amédée VIII de Savoie souhaite se retirer. Il demande la construction d'un "ermitage" pour grand seigneur sur les terres de Ripailles. Son but : Créer 7 maisons juxtaposées, chacune avec une tour.

* En 1434, le Duc (voir titre de noblesse) Amédée VIII délaisse la résidence de Chillon (voir ce château) de l'autre coté du lac pour Ripaille. C'est en ce lieu qu'est créé l'Ordre religieux des chevaliers de Saint Maurice.

* En 1439, Amédée VIII devient le pape Félix V (l'histoire le catégorise comme anti-pape).

* A partir de 1451, de nombreuses congrégations animent le(s) monastère(s) proche(s) du château (à vérifier).

* En 1536, les Bernois envahissent le Chablais. Ripaille est partiellement brûlé. Le monastère des Augustins n'existe plus. Le site est transformé en hôpital.

* En 1589, les Bernois détruisent Ripaille.

* A la fin du 16ème siècle, pour lutter contre le Protestantisme de la province, François de Sales tente (puis réussi) une reconquête spirituelle.

* En 1601, grâce au travail de Saint François, les Chartreux se réinstallent à Ripaille.

* Vers 1792, les Révolutionnaires Français s'emparent du site, le réquisitionnent comme Bien National puis le vendent, Certains bâtiments deviennent carrière de pierres. Seules 4 des 7 tours résistent aux "vandales". Les Chartreux quittent le site.

* En 1809, le général Pierre-Louis Dupas s'installe à Ripaille.

* En 1902, Frédéric Engel-Gros (richissime industriel) découvre les ruines de Ripaille. La situation au bord du lac, le climat si "méditerranéen" le séduisent. Il l'achète aux héritiers de Général Dupas puis décide de transformer ce site en maison d'habitation avec architecture "Art médiéval et Art nouveau". 

* Au 19ème siècle, André Engel, fils de Frédéric, vit au château. Ce paysagiste modifie les jardins et bois en plantant des arbres et plantes rares.

* En 1976, pour mettre en valeur ce patrimoine historique et ses transformations luxueuses du 19ème siècle, une fondation est créée en partenariat avec l'autorisation et la participation de la petite fille de Frédéric Engel-Gros : Elisabeth Necker-Engel.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur depuis la route et le sentier est libre et gratuite. La visite libre ou commentée est payante. Veuillez vous renseigner sur les dates d'ouverture ainsi que les concerts et animations.

 

La vidéo est visible ici - clic

 

 

Pour digérer, vais je tenter la traversée du lac à la nage ?

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2020 2 07 /07 /juillet /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Je pressens des heures de découverte

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Montan est située à 40km au Nord-Ouest d'Orange, à 20km au Nord-Est de Vallon Pont d'Arc (voir son château) et à 15km au Sud-Ouest de Montélimar (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

44° 26' 27" N 04° 37' 22" E
 44.440989°  4.622987°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Avant Propos

* J'ai visité ce site magnifique il y a de nombreuses années.

* A cette époque, je ne savais point que blog j'allais créer.

* Je réalisais des "souvenirs" sur des diapositives qui me servaient à faire quelques diaporamas "familiaux".

* Conséquence : J'ai peu d'images à vous montrer par rapport à la grandeur du site (village et château) . Mais peut être qu'un jour, j'y retournerai.

 

 

Les arbres viennent caresser les vieilles pierres

Religiosité et châteaux

* Le Vivarais est terre de châteaux dont l'architecture est chaque fois une surprise.

* Ce Vivarais fut terre des évêques, dont la puissance exista jusqu'à la fin du 18ème siècle.

* C'est donc avec les yeux brillants et la bave (de joie bien sur) aux lèvres que je découvre cette masse défensive composée :

- D'un double château au sommet.

- De maisons dans la pente entourées de plusieurs remparts.

 

 

La montée

* Passer des portes fortifiées, marcher dans des ruelles empierrées, monter vers le sommet défensif est un plaisir unique qui ne se vit que dans peu de sites.

* Franchir la "porte de tour" (car tel est son nom) c'est voyager dans le temps.

* Oups.... Je vous sens perdus. Je suis déjà dans le 15ème siècle alors que vous êtes restés au 21ème.

* Pour me rattraper dans ce retour vers le passé, je ne vous propose pas une DeLorean DMC-12 mais un plan de l'ensemble fortifié.

Voyez vous les 3 remparts chronologiques du bourg ?

 

 

 

L'intérieur du bourg :

Deviner l'existant

* Le village ayant été abandonné durant plusieurs siècles, les pans de murs sont parfois minimaux.

* Mais si vous savez regarder, vous verrez  :

- Des bases de murs de petites maisons médiévales (qui avaient certainement 2 niveaux).

- Des vestiges ou traces de murs épais correspondant à un des 3 remparts du bourg.

Des fentes verticales défensives.

 

 

Je suis surveillé

* Durant la montée, pendant que je tente de comprendre les vestiges, je sens sur ma nuque un pesant regard.

* Ce sont les fantômes des soldats m'observant depuis le crénelage du château.

* Je montre "ma patte blanche", ainsi les flèches ne sont point tirées depuis les archères.

 

Le vieux donjon a encore fière allure

 

 

L'intérieur du site castral :

Le château primitif

* Dans cette partie partiellement en ruine "non consolidée", j'avance avec précaution.

* Les pierres  roulent sous mes chausses.

* Lentement je contourne la chapelle des pénitents.

* A nouveau, je vous sens perdu. surprise

* Étant un Chevalier, je me dois de vous aider en vous montrant le plan.

* Puis en contournant le bâtiment religieux, j'entre dans une cour possédant une cubique construction :

- C'est le donjon primitif construit sur le rocher.

- Sa base extérieure mesure 6 mètres par 7 mètres.

- A cause de son arasement, je ne peux pas définir si crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

- Je suis surpris de ne pas voir d'archère droite.

* Ce donjon semble entouré d'un rempart comportant un chemin de ronde.

* Derrière le mur, coté Nord-Ouest, je vois d'autres constructions.

* Ne voyant aucune porte entre le vieux donjon et les nouveaux bâtiments, il me faut ressortir pour trouver une entrée.

 

 

Que voila construction cubique au confort minimal

Le château neuf

* Après avoir traversé un encadrement de porte, j'entre dans une vaste cour nommée : Esplanade des seigneurs.

* Je suis surpris par la rusticité des constructions. Je pensais naïvement que le château "neuf" serait plus riche en décoration, en sculpture. En réalité, ce château a pour fonction le contrôle des vallées et la marque du pouvoir. Conséquence, il a été fait pour des soldats, J'ose affirmer que ce fut un "logement de fonction".

* Je vous sens encore perdus.... Donc je vous offre un croquis.

* La pente du chemin de ronde m'informe que le "château neuf" est construit au sommet de la butte.

* Plus loin je vois la barbacane, la tour haute et.....

   ...... les appartements seigneuriaux en travaux.

* Hélas, je n'ai point de droit de franchir une barrière.

 

 

La fin

* Comme vous le constatez, le site est immense.

* Mais certains bâtiments étant partiellement fermés le jour de ma venue, je me fais la promesse d'y revenir...... avant le 22ème siècle.

* C'est donc un Chevalier aux yeux brillants de plaisir qui redescend les ruelles en franchissant des portes défensives d'au moins 6 siècles..

 

 

Le diaporama du site défensif est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle (ou début 12ème ?), un donjon à base rectangulaire est construit à l'Est sur le sommet de la colline rocheuse.

* En 1108, un chamoine de Viviers est cité dans un texte. Son patronyme est : Dalmas Saint Montan.

* Au début du 12ème siècle, un famille noble, nommée  Saint Montan, est citée dans un texte sans détail d'une construction fortifiée (leur appartenait elle ?).

* Vers 1171, le castrum de Saint Montan est cité dans un texte de don d'une église au prieuré de Saint Médard, par l'évêque de Saint Vivier (voir liste).

* Au 13ème siècle (?), le donjon est entouré d'un puissant rempart. De nouvelles maisons sont construites dans la pente.

* En 1250, dans le castrum de Saint montant est signé un acte de don entre, d'un part, Guillaume de Naves, sa femme Vierne et son fils Guillaume de Balazuc  et d'autre par, le consul de Saint Marcel.

* En 1281, Guillaume de Châteauneuf (voir son château) est seigneur de Saint Montan.

Nota : La seigneurie possède plusieurs seigneurs. Il m'est difficile de faire la liste exhaustive des co-seigneurs.

* En 1302, Giraud, seigneur de Lagorce (voir liste), possède des part dans le castrum de Saint Montan (à vérifier car certains historiens supposent que c'est Albert... or il ne fut seigneur de Lagorce qu'en 1318).

* En 1303, un acte de justice cite de nom de Guillaume de de Balazuc comme seigneur de Saint Montan (à vérifier).

* En 1307, Béraud de Saint Montan, fils de Guillaume de de Balazuc, accorde des droits de justices (à préciser) à Giraud Audigier.

* En 1309, Geoffroy de Châteauneuf est co-seigneur de Saint Montan.

* En 1338, Aymar Audigier et son frère Jean sont co-seigneurs de Saint Montan pour un seizième. Ils rendent hommage pour cette partie à l'évêque de Viviers.

* En 1357, Guillaume de Sain Montan et André Audiger sont co-seigneur de Saint Montant (je n'ai pas trouvé leur quote-part).

* Au 14ème siècle, à l'Ouest est construit un nouveau château plus puissant mais aussi plus confortable. L'augmentation du nombre de maisons dans la pente crée un nouveau rempart pour la cité.

* Au 15ème siècle (?), un barbacane est construite en avant du "château neuf". Le bourg s'agrandit encore, de nouveaux remparts englobent la petite cité.

* Au 16ème siècle, des aménagements de "confort" sont réalisés dans le château (à vérifier).

* Vers 1570, durant les Guerres de Religion, la cité catholique est attaquée puis occupée par l'armée de Gaspard II de Coligny.

* Au milieu du 20ème siècle, la vieille ville ainsi que le château et les remparts sont très ruinés.

* Vers 1970, des bénévoles s'activent pour reconstruire puis redonner vie à ce site historique.

* En 1994 (?), des études archéologiques sont menées sur "les 2 châteaux".

* En 2002, par un décret ministériel, la commune, anciennement nommée Saint Montant, prend légalement le patronyme de Saint Montan.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite.

 

La vidéo du château est ici - clic

 

 

Curieusement, les montagnes entourent le château

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2020 5 03 /07 /juillet /2020 07:50
 

 

 

La description de l'extérieur du château est ici - CLIC

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

 

Le château :

L'intérieur :

Voici le plan facilitant l'invasion Dauphinoise

Rappel

* La visite du château étant payante, je me dois de ne pas tout vous montrer.

* Pourtant je vais tenter de vous faire comprendre la beauté de la construction et le plaisir à donner quelques piastres.

 

 

Une légende... qui pourrait être légendaire

* Pour comprendre et ressentir cette Savoyarde construction, il faut regarder le plan :

1 - Tour d'Armes (12ème-13ème).

2 - Donjon (12ème-13ème).

3 - Tour du Lac (12ème-13ème).

4 - Chemin de ronde (15ème-17ème).

5 - Escalier (17ème).

6 - Façade du Lac (18ème).

7 - Cour intérieure.

8 - Terrasse sur l'ancienne prison (18ème).

9 - Crequier sinople (Héraldique : chandelier vert à sept branches. En réalité c'est une société de location de biens immobiliers tenue par un membre de la famille de Menthon).

10 - WC (modernes et non latrines cheeky )

 

 

Que la lumière soit.... et... elle fuse... Hihihi

Immense !

* Le château possède 105 pièces réparties sur 4 étages, mais étant toujours habité, toutes les salles ne sont pas visitables.

* Ma première surprise est la cour intérieure, mais aussi les espaces entre les bâtiments. Cette curiosité est due à la construction des 3 tours indépendantes qui ne furent reliées que plus tard (voir historique).

* Ma deuxième surprise est l'alliance entre la blancheur des pierres, le rouge des boiseries et les verres colorés.

 

 

La cuisine

* Cette pièce si importante a été de nombreuses fois remaniée et modernisée.

- Au sommet, une verrière a été posée pour amener la lumière.

- De chaque coté, de nombreuses galeries (balcons) desservent les pièces de vie entre les 3 tours. 

* Evidemment la cuisine possède une grande cheminée ainsi que four à pain et à gâteau.

* Mais le plus impressionnant est le passe-plat. Curieusement il n'est pas à la vertical comme souvent vu dans les films ou les constructions récentes :

- Les propriétaires dinant dans la tour coté lac mais au même étage, il fallait que les plats traversent tout le château et restent chauds quelques soit la température extérieure (car en montagne, le froid est vif durant plusieurs mois de l'année).

- La solution : Construire un tunnel de 20 mètres de long traversant les murs médiévaux.

- Ce "train" de victuailles était actionné par les serviteurs grâce à des cordes reliées à des poulies.

 

 

Si je casse ce pilier, le château s'écroule-t-il ?

Des salles très propres

* Durant la visite, je suis fasciné par les siècles qui s'offrent à moi sans clinquant et en harmonie.

* Les pierres médiévales côtoient des parquets et plafonds du 19ème avec des meubles du 16ème au début 20ème.

* Bien qu'il y ait des cordes et chaines limitant l'accès aux touristes visiteurs, tout semble vivable de suite par les propriétaires. Ce n'est pas un musée, ce sont de vraies pièces à vivre.

 

 

La chambre de la Comtesse

* Quelle pièce incroyable !

* Comme toutes les salles offertes à la visite, cette chambre n'est pas un musée mais un vraie pièce où vécu la Comtesse Nicole de Menthon jusqu'à son décès en 1983.

* Dans cette salle presque intemporelle la vie moderne est présente par le meuble de correspondance et les photos de famille.

 

 

Des livres valant plus qu'une livre

* Bibliothèque de plus de 12 000 livres datant pour la plupart d'avant 1800. Je vois :

- L'édition originale de l'encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

- Des incunables du 15ème siècle.

- Etc....

* Je me sens si bien que je vais demander ma naturalisation Savoyarde. De suite je vais prier Saint Bernard dans la chapelle du château pour que cet acte administratif soit accepté.

* Évidemment lorsque j'aurai tout lu, je rentrerai en mon Dauphiné.

 

 

Tout a une faim... et une fin

* Ce voyage dans le temps m'a donné faim.

* J'essaie de me rassasier avec le panorama sur le lac d'Annecy.

* Mais cela ne me suffit point, je veux tartiflette, fondue, raclette, diots et tartelette aux myrtilles pour terminer.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle, une premier château (en bois ?) est construit (c'est ce que présument les historiens). Le but est le contrôle du passage.

* Au 12ème siècle, construction d'un château en pierre composé de 3 tours non reliées entre elles :

- Le donjon.

- La tour d'Armes.

- La tour du Lac.

* Au 13ème siècle, les seigneurs de Monthon deviennent puissants et influents.

* Au 15ème siècle, les tours sont reliées par un chemin de ronde créant au centre une cour.

* Au 16ème siècle, le site devient le siège d'une Baronnie (voir titre de noblesse). Avec le besoin de confort, de nombreuses fenêtres sont créées dans les façades.

* Au 18ème siècle (1740 ?), les propriétaires réalisent des travaux coté lac. De nombreuses pièces sont ajoutées apportant de la lumière.

* A la fin du 19ème siècle, la grande période du romantisme touche le propriétaire du château. Des modifications de confort et d'esthétique (comme des tourelles), aussi bien à l'extérieur (comme des appartements en remplacement des chemins de ronde) qu'à l'intérieur(aménagement de galeries réduisant la surface de la cour), sont réalisées.

Les architectes ont ils été influencés par les châteaux construits/modifiés par Louis II de Bavière, comme le Neuschwanstein ?

 * Au 20ème siècle (vers 1919), un certain Walt Disney, en garnison dans la région, découvre l'élégance du château. Il s'en inspire certainement pour ses dessins animés et son premier parc d'attraction.

* En 1989, le château est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du château est possible depuis la route, le parking et les sentiers pédestres. La visite de l'intérieur est payante. Veuillez vous renseigner sur les horaires et dates.

Particularité :

La famille de Menthon possède ce château sans discontinuité depuis 800 ans soit 23 générations en ce début de 21ème siècle.

 

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

La vue : La richesse des sites médiévaux

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2020 3 01 /07 /juillet /2020 07:50

 

 

Département 74 - HAUTE SAVOIE

 

 

Il n'y a pas de défense..... Je vais l'envahir !

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Menthon-Saint-Bernard est située à 40km au Sud de Genève, à 30km au Nord-Est d'Albertville et à 8km au Sud-Est d'Annecy (voir son château).

 

   Coordonnées du château

45° 51' 51" N 06° 12' 17" E
 45.864279°  6.204628°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Dauphinois pour l'éternité

* Étant un Dauphinois, de plus Chevalier, mon Dauphin (voir liste) m'a demandé d'espionner les forteresses des Savoyards, mon ennemi médiéval, avant une invasion prochaine.

* C'est donc déguisé tel Le Chevalier d'Eon que j'aborde ce château par la face Ouest.

* Ce coté avec sa grande verrière ne me paraît pas très défendu.

* Le haut clocheton avec son toit pointu ne me semble pas terrifiant.

* L'invasion Dauphinoise va être facile ! yes

 

 

Force et élégance se côtoient avec ravissement

Impossible d'attaquer par ce coté

* Lentement, sans me faire repérer, je contourne le site par la droite.

* Au loin, je vois la terrasse avec les drapeaux de Savoie.

* Soudain, je suis en arrêt.

* Il y a des systèmes défensifs partout !

- Une tour porte protégeant le passage entre la basse cour à la haute cour avec :

-- Archères-arquebusières.

-- Mâchicoulis (voir vocabulaire) sur 3 cotés.

- L'imposante tour d'Armes parallélépipédique avec :

-- Une tour escalier terminée en tourelle de guet défensif.

-- Un chemin de ronde couvert avec mâchicoulis.

-- Des archères-arquebusières.

-- Des huchettes pour protéger les défenseurs.

* Puis, entre les tours, un chemin de ronde couvert avec latrines en encorbellement.

* L'invasion Dauphinoise ne va pas être facile ! no

 

 

Il est haut comme.... la tour Eiffel !

 

 

Moderne à gauche, médiéval à droite

Ce coté est il plus attaquable ?

* Face à moi, le donjon.

* Avec ses nombreuses fenêtres aux volets rouges, il ne semble plus très défensif mais.......

..... il existe encore des fentes de tir puis sous le toit, une plateforme défensive.

* Pour relier le donjon à l'imposante tour d'Armes, un bâtiment (ou une courtine) a été construit. Cet aménagement en angle possède un chemin de ronde couvert avec mâchicoulis.

* L'invasion Dauphinoise ne va pas être facile ! no

 

 

Curiosité

* Je ne sais pas ce que mangent les Savoyards.......

   ....... mais leurs tartiflettes ne doivent pas être très fraîches.

Avez vous vu le nombre important de latrinessurprise

* La gastro a certainement été inventée en Savoie..... hihihi.

Un Dauphinois adore se moquer d'un Savoyard.

 

 

Est ce une toile d'araignée anti-invasion ?

Une entrée très défendue

* Sur les façades que je vous ai montrées il n'y a aucune porte.

* Il faut contourner le château pour rencontrer la première tour-porte.

* Évidemment cette approche se fait sous le tir des défenseurs.

* Tout en étant bloqué par le mur à droite, l'assaillant subit le tir par une défense depuis une tour anguleuse sur la gauche.

* Puis, arrivé contre la porte, je vois une sorte d'assommoir. Le plus surprenant est que cela ressemble à des mâchicoulis cachés.

* Évidemment, le double vantail est fortement tenu par des poutres coincées dans les parois.

* Les savoyards savaient recevoir.... les non-invités !

 

 

Je suis encore à la porte

* Je pensais avoir enfin franchi la dernière difficulté quand.......

   ..... sur la droite la puissante tour d'Armes, je me retrouve face à une autre défensive porte.

* Avec ses nombreuses archères-arquebusières puis ses mâchicoulis, il n'est pas facile de pousser l'actuelle grille sans montrer patte blanche.

* Après toutes ces péripéties, je suis enfin devant la porte castrale.

* Nota : L'invasion Dauphinoise va être très, très, très difficile ! no

 

 

L'intérieur :

 

La description de l'intérieur est ici - CLIC

 

 

 

Est ce la croix Savoyarde ou une archère ?

 

      Vers menu des châteaux de Haute Savoie

Vers Menu châteaux de Haute Savoie

Partager cet article

Repost0
26 juin 2020 5 26 /06 /juin /2020 07:50

 

 

La description des remparts est ici - CLIC

 

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Ce plan est le résultat de 4 siècles de modification

Le site des Hospitaliers : 

L'extérieur :

Comprendre le plan

1 - Donjon.

2 - Corps de logis.

3 - Hall d'entrée et escalier (?).

4 - Bastion Sud-Ouest.

5 - Bastion Nord-Ouest.

6 - Cour intérieure.

7 - Bâtiment de service (?).

8 - Avant cour.

9 - Basse cour.

10 - Chapelle.

 

 

Je prie pour que tout soit entier !

* Rapidement je traverse la cité pour rejoindre le sommet.

* Soudain, comme par magie, sortant de l'ombre, un bâtiment religieux avec haut clocher me fait face.

* Ce clocher possède au sommet des trous de boulin alignés.

Sont ce les vestiges d'un hourdage (voir vocabulaire) ?

* Cette chapelle des Hospitaliers qui fut aussi église paroissiale a perdu une partie de sa voûte.

 

 

Le merveilleux et le sublime se côtoient

Logis et donjon se jouent du temps

*  En tournant la tête je vois....

    ........... Hoooo !

* Du château je remarque d'abord le logis et le donjon.

* Bien qu'une salle de repli défensif soit visible sous le toit, le logis, avec ses grandes fenêtres à meneaux en croix, semble confortable et lumineux.

* Le donjon par contre semble massif et torturé avec cette trompe (voir définition).

* Cet ensemble est une évolution architecturale sur 4 siècles.

Le donjon cherche à tutoyer le ciel

 

 

Nota :

* Ce site étant unique, je ne vais pas tout vous montrer. Mais sachez qu'à l'extérieur, il y a de nombreux détails comme :

- Des fentes de tir pour fusil.

- Des arrachements de murs.

- Des fenêtres romanes avec ébrasement extérieur.

- Etc....

Je me verrai bien écrire mon blog proche de cette fenêtre

 

 

L'intérieur :

Confort

* Après avoir discuté avec une charmante dame à l'accueil du château, j'entre.

* L'ambiance que je découvre est moderne. Il est vrai que les peintures affichées ont été réalisées par des artistes du 21ème siècle, puisque le site défensif des Hospitaliers est devenu un lieu d'exposition.

* Les panneaux mis à disposition sont didactiques.

* Même si je ne ressens pas l'ambiance médiévale, certains détails me rappellent un habitat ancien comme : Cette fenêtre à meneaux.

* J'erre dans les salles à la recherche d'un indice pouvant me transporter au 13ème siècle.

* Soudain, un escalier !

* Derrière l'écran, je vous vois pouffer.

"Il est nul ce castellologue amateur

 Il s'étonne qu'un bâtiment de plusieurs niveaux possède un escalier.

"S'attendait-il à un ascenseur ?" cheeky

* Vous n'êtes que des vilains moqueurs......

   ....... car voici l'escalier.

 

Entendez vous le chant des Hospitaliers ?

 

La descente dans le temps

* En bas, je suis au sommet de mon plaisir :

- Les fenêtres ont des coussièges.

- Les salles sont voûtées.

- Certaines sont faiblement éclairées par des puits de lumière.

- Au plafond, je remarque un trou d'homme permettant le passage vers un étage.

* Soudain, une curiosité me fascine. C'est une rigole creusée.

Quelle est son utilité ?

* En me retournant, je constate qu'elle est creusée jusqu'aux latrines.

 

 

Le trésor  surprise

* Certains, cherchent toujours le trésor des Templiers...

  ....... mais en ce lieu, j'ai vu le trésor des Hospitaliers.

Quel est il ?

* C'est : Le panorama bien sur

 

 

Le diaporama des fortifications et du château est visible ici

 

 

 

Histoire du site fortifié :

* Au 12ème siècle, l'ordre de Saint Jean de Jérusalem s'implante. 

* Au début du 13ème siècle, les Hospitaliers décident de construire une commanderie avec donjon et chapelle.

* Au 13ème siècle, des habitations sont aménagées dans la pente. La chapelle est partagée entre les Hospitaliers et les habitants.

* En 1343, le Dauphiné est transporté au Royaume de France. La cité Dauphinoise entre aussi dans le Royaume.

* Au 14ème siècle, construction d'un rempart entourant la petite cité. Seules deux portes (à l'Ouest et au Sud) permettent l'accès.

* A la fin du 15ème siècle (?), construction d'un haut clocher sur l'église.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, la cité subit de nombreuses attaques et destructions, dont l'église romane. L'un des chefs Protestants est Alexandre du Puy-Montbrun (voir un de ses châteaux).

* Au milieu du 16ème siècle, la cité est définitivement Huguenote.

* En 1622, un Temple (protestant) est établi dans une maison du 14ème siècle.

* Au 17ème siècle, un pigeonnier est aménagé sur le donjon. Mais avec la reprise des hostilités entre Catholiques et Protestant dans d'autres "communes", les défenses de l'église et de la cour intérieure du château sont améliorées.

* A la fin du 17ème siècle, la commanderie est transférée à Montélimar.

* Au 18ème siècle, bien que la cité soit majoritairement Protestante, des réparations sont réalisées sur l'église Catholique.

* Vers 1792, les Révolutionnaires s'emparent des bâtiments de la commanderie.

* En 1924, le donjon, la chapelle et le mur d'enceinte sont classés aux Monuments Historiques.

* En 1930, la nef et la sacristie s'effondrent.

* En 1941, une partie du rempart du bourg est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1988, la mairie achète le château puis redonne vie à cette construction historique.

* En 2010, la salle de l'ancien Temple est inscrit aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des remparts est libre et gratuite. La visite du château et de l'église est possible.

 

 

De la haut, je domine le monde ! ! !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
24 juin 2020 3 24 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département 26 - DRÔME

 

 

 

Voyez vous cette cité fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Le Poët-Laval est située à 35km au Nord de Vaison le Romaine, à 25km au Sud de Crest (voir son donjon) et à 20km à l'Est de Montélimar (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 32' 13" N 05° 00' 53" E
 44.537103°  5.014802°

 

 

 

La cité fortifiée : 

L'extérieur :

Que de couleurs !

* Quelle curieuse sensation !

* Autour de moi, champs de lavande et de blé se marient dans le paysage.

* Avec ce mélange de couleurs, je suis en Provence mais aussi en Dauphiné.

* Quelle curieuse sensation !

* Soudain au loin, comme sortant des bois, une butte étincelante brille. Voici mon Graal du jour.

 

Rempart, maisons, église, donjon.... Quel spectacle !

 

Gris et vert se marient

* Fébrilement mais avec courage et ténacité, j'avance vers cette cité médiévale.

* Soudain, je suis arrêté par un mur, un haut mur, un mur avec des hautes fentes que je pressens défensives.

* Cette paroi est évidemment protégée par une tour dont la rondeur me met en émoi...... même si elle arbore une archère droite.

* Ne pouvant point escalader cette muraille, je la contourne.

* Diantre, des marches à l'extérieur.

Est ce un piège ?

Est ce un sas Satanique ?

Monter les marches, est ce être attaqué ?

* Evidemment, vous avez compris que cet escalier et la porte  furent créés récemment par le propriétaire de l'appartement.

* Cette façade avec ses fenêtres à meneaux en croix est élégante tout en étant défensive.

* Défensive, car une autre tour avec archère protège le mur du rempart.

Quel contraste ! surprise

* Curieusement ce rempart n'est pas linéaire.

 

 

Latrines ?... Bretèche ?..... ou simple balcon ?

Le changement, c'est maintenant

* Le mur change de forme et de couleur......

    ........... Mais il reste toujours aussi menaçant avec ses fentes défensives comportant une arquebusière.

- La cité a donc été modifiée à la fin du 15ème siècle avec l’invention des armes à poudre.

* Soudain, il redevient presque neuf avec de nombreuses fenêtres.

* Mon instinct de castellologue amateur me dit qu'il manque un détail sur ce rempart......

   ...... un type de construction que j'adore.

Avez vous une idée ?

* Evidemment : Les encorbellements.

* Le rempart et les tours ayant été arasés,il n'y a plus de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Mais avec un peu d'attention, il est possible de voir quelques fantômes comme ces consoles ayant porté des latrines.

 

 

Je veux entrer !

* Je marche, je marche, je marche.... mais je ne vois aucune porte.

Les habitants ont ils des ailes ? cheeky

* Je marche, je marche, je marche.

* Enfin, au loin je crois voir une porte.

* Certes, cette entrée s'est assagie. Elle ne comporte pas de bretèche, ni de herse, ni d'assommoir. Mais elle a gardé une petite fente défensive rappelant son passé.

* J'avance avec précaution.

 

 

Je connais tous les secretsdes passages

L'intérieur :

Avant d'entrer, je me dois de comprendre la cité

1 - Château des Hospitaliers

2 - Chapelle Saint Jean des Commandeurs.

3 - Ancien temple Protestants.

4 - Musée du Protestantisme.

5 - Centre d'Art Raymond du Puy.

6 - Petite Galerie

7 - Hôtel-Restaurant.

8 - Boutique.

9 - Bouquinerie.

 

 

Voyager dans un autre monde

* Je pousse la porte (virtuelle).

* Je traverse un sas puis des passages sous les maisons.

* Un archère arquebusière me met dans l'ambiance.

* Puis....... je découvre les ruelles.

 

 

La suite de la visite est ici - CLIC

 

 

 

Que voila cité bien protégée

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 26

Vers Menu châteaux

de la Drôme

Partager cet article

Repost0
19 juin 2020 5 19 /06 /juin /2020 07:50

 

 

La description du bourg fortifié est ici - CLIC

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

Voyez vous tous les indices défensifs et de confort ?

 

Le château :  

L'extérieur :

Efficacité et rigueur

* Ayant été partiellement détruit, les gravas ayant fait monter le niveau du sol, le spectacle est surprenant (tout en étant castral). Par exemple :

- La grande porte marron à droite devait être à plus de 3 mètres du sol,

- L'espèce vide derrière la rambarde en fer était la cour intérieure du château.

- Etc.....

- Donc, vous devez imaginer les murs avec une plus grande élévation.

* Face à moi, la tour me fascine par......

........ devinez........

.....le vestige d'une construction en encorbellement nommé : Latrines. wink

 

 

Confort et défense s'amusent sur les façades

* De l'autre coté, le mur est beaucoup plus haut (logique.... moins de remblais). Je suis enfin devant un vrai bâtiment castral.

* Les fenêtres, avec ou sans grilles posées au 15ème siècle, côtoient des fantômes de mâchicoulis. Le chemin de ronde était à ce niveau.

 

C'est à boire... hic... qu'il me faut !

 

L'intérieur :

Rappel

* L'entrée du château-musée étant payante, je me dois de ne pas tout vous montrer.

* Je vais tenter d'aborder quelques thèmes pour vous donner l'envie de visiter cette fascinante construction Vivaraise.

 

 

"Saoul pirail"

* Après avoir pris mon argent, la belle damoiselle à l'entrée m'informe que le château possède 4 étages et...... qu'il faut d'abord visiter les salles basses et la cour avec son puits.

* Etant un Chevalier discipliné, j'obéis.

* Atchoum....... La poussière médiévale me chatouille les naseaux. Heureusement, un soupirail (en réalité un puits de lumière) ventile un peu les salles sombres.

* Certaines salles sont voûtées mais d'autres possèdent un plafond avec poutres.

* Soudain, mon instinct de Dauphinois sent...... les vieux tonneaux.

Y aurait il quelques dégustations ?

* Comme je l'ai écrit au dessus..... je ne vous dirais pas tout.... Hic !

 

 

Vais je manger un boeuf ou deux sangliers ?

Après avoir bu, il faut manger

* Hummmm !

* Mes naseaux sont au paradis. blush

* Les odeurs de poulardes farcies me chatouillent le nez. Je suis certain d'entrer dans la cuisine.

* Que voir en cette pièce ?

- Une imposante cheminée avec four à gâteau.

- Un évier évacuant l'eau dans la cour derrière la fenêtre.

- Puis un potager dont la première apparition date du 14ème siècle. Ce ne sont point des cultures mais un espace pour maintenir au chaud les potages et aussi les plats à mijoter.

-- Le potager est une paillasse en pierre possédant des trous munis de grilles sur lesquelles étaient posées des braises prises dans la cheminée.

* J'avoue que ce gargantuesque repas m'a fait oublier mon envie de glaces.

 

 

Oups... je dois être dans les appartements d'une Dame

 

 

Se reposer après avoir bien mangé

* Le ventre plein, je pressens que ma digestion doit se faire dans le confort et la chaleur.

* La chaleur, c'est important dans un château aux froides pierres mais aussi dans le Vivarais, car l'hiver est rude.

* Il me faut choisir une grande cheminée où je pourrai réchauffer mes vieux os devant l'âtre.

* La cheminée de la salle "de la Dame" me semble être un bon choix.

Avez vous vu les blasons sur le linteau ?

* Bien qu'ils aient été massacrés par les Révolutionnaires vers 1792, il est possible de reconnaître :

- A gauche, celui de la famille Tournon (voir leur château) .

- Au centre, la famille Meyres, propriétaire du château au 15ème.

- A droite, la famille Tournon de Meyres (voir historique).

 

Etant très essoufflé, je vais prier dans la chapelle

 

Quand il faut y aller... heu... faut il rester ?

* La damoiselle de l'accueil m'avait prévenu :

"Ho beau Dauphinois" (c'est moi),

"il vous faudra garder des forces car vos mollets devront grimper 72 marches de hauteur inégale."

* Après un tel repas, ma surcharge pondérale est importante, je vais donc aborder cet escalier en colimaçon avec lenteur.

Ho hisse.... Ho hisse crying

* Je bénis l'architecte de ce château. Il a pensé à installer une coussiège pour que je puisse me reposer dans cette ascension digne des plus grandes montagnes des Alpes. surprise

* La montée infernale (suis je crédible dans mes qualificatifs ?) m'amène devant la chapelle seigneuriale. Cette pièce était dédiée au châtelain et sa famille avec parfois quelques proches.

* Bien qu'elle ait été très consolidée puis transformée en salle d'exposition, il est possible de voir ou d'imaginer (pour moi, les 2 se confondent toujours dans un site médiéval) :

- Le chapelain était logé dans une pièce accessible depuis la chapelle (cette salle est maintenant intégrée à la bibliothèque communale).

- Au fond était l'autel éclairé par une fenêtre à vitraux (hélas remplacée par une porte moderne).

- La voûte sur croisée d'ogives est belle par sa simplicité. Elle retombe sur des têtes sculptées.

* Je parle, je parle.... mais il me reste encore "des milliers" de marches à monter derrière la porte à gauche.

 

 

Les commodités

* Étant très essoufflé par mes efforts surhumains, je ne vais point vous narrer le donjon et ses systèmes défensifs.

* Je vais vous montrer les commodités de la conversation (comme l'affirmaient les Précieuses Ridicules).

* Hummm....... comme il devait être agréable de conter fleurette dans la lumière légère de ces coussièges rapprochées.

* Mais..... oups...... ayant trop mangé....oups.... je me dois de faire une halte dans les latrines.

 

 

La fin et la faim....... de glace

* Pensant qu'une petite glace pourrait me faire digérer, je vais redescendre.

* Oups.... j'ai la tête qui tourne dans cet escalier en colimaçon.

 

 

Le diaporama des fortifications est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du bourg et du château :

* Au 11ème siècle (?), construction d'une fortification nommée parfois forteresse (petit château ?) par la famille Retourtour (voir l'histoire de cette famille dans leur château éponyme). Une église avec fenêtre à colonnettes est aussi construite.

* En 1247, Armand de Retourtour est seigneur de nombreuses seigneuries dont Désaignes.

* Au 14ème siècle, à cause de la Guerre de Cent Ans, à la demande des seigneurs de Retourtour, construction du château au centre du bourg et aménagement de l'imposant rempart entourant le bourg. Quatre portes ont été percées (comme pour une bastide).

* En 1379, Briand de Retourtour décède au château. La seigneurie est transféré à Jacques Tournon, marié 3 ans auparavant à Alix de Retourtour la fille unique de Briand.

 * Durant le 14ème et 15ème siècle, avec son activité économique puis l'axe de passage entre Velay et vallée du Rhône par le doux, font de Désaignes un bourg  très riche et peuplé.

* En 1428, les portes sont renforcées, les murs du rempart ont une hauteur de 12 mètres.

* Au 15ème siècle, des modifications de confort sont réalisées au château.

* En 1494, en épousant Marguerite de Meyres (apportant le château en dot), Alexandre de Tournon crée "une nouvelle" famille : Tournon de Meyres.

* Au 16ème siècle, durant les Guerres de Religion, le bourg et le château souffrent des attaques  aussi bien des Catholiques que des Huguenots (à vérifier).

* En 1608, un Temple (protestant) est construit après la signature de l'Edit de Nantes 10 ans plus tôt.

* En 1644, Just Louis de Tournon décède à Philisburg lors de la bataille de Ladenbrg. Etant sans héritier direct, la seigneurie est donné par testament à la famille Ventadour, plus exactement à la Duchesse (voir titre de noblesse) de Lévy-Ventadour.

* Au milieu du 17ème siècle, par héritage, la seigneurie appartient à sa fille, la Princesse de Turenne.

* En 1684, le Temple est détruit.

* En 1691, Antoine-Marie de la Gruterie Maisonseule (voir leur château d'origine) achète la seigneurie.

* En 1730, Antoine-Marie décède sans héritier. La seigneurie échoue à sa soeur : Claudine de Maisonseule.

* En 1739, Claudine décède sans descendance ni époux. Évidemment, ses sœurs (Jeanne et Anne) et famille de Claudine se disputent l'important héritage.

* En 1742, après un long procès, Louise de Chevrière, nièce de Claudine et fille de Jeanne, hérite de plusieurs biens dont Désaignes. Etant marié à Gaspard de Grollier, c'est cette famille qui administre la seigneurie.

* En 1750, l'ancienne "forteresse des Retourtour" est dite en ruine.

* En 1787, un édit de tolérance permet aux Protestants d'avoir une "vie civile" (car depuis Louis XIV, ils étaient "hors la loi").

* En 1792, Pierre-Louis de Grollier, seigneur de Désaignes, est guillotiné à Lyon. En même temps, les Révolutionnaires attaquent les rares biens existants du dernier propriétaire des lieux.

* Vers 1822, après autorisation du Roi Louis XVIII (voir liste), un Temple est construit sur les vestiges de la forteresse des seigneurs de Retourtour. Une tour est utilisée comme clocher. Ses dimensions prouvent l'importance de la communauté protestante à Désaignes.

* En 1841, une des 4 portes médiévales est détruite pour la création (ou l'agrandissement) d'une route de contournement.

* En 1905, la commune récupère le site castral.

* En 1933, la fenêtre Sud-Ouest du rez de chaussée du château avec linteau, piédroit et grille en fer forgé  est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1939, la porte de Lalle est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1972, certaines parties du rempart et pans de mur sont inscrits aux Monuments Historiques.

* A la fin du 20ème siècle, un musée de l'histoire locale et de la vie d'autrefois est installé dans le château. Grâce à des systèmes interactifs, chaque salle permet de comprendre les étapes de la vie de cette ville et du Vivarais.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du rempart ainsi que les rues "médiévales" piétonnes est libre et gratuite. La visite du château-musée est payante. Des animations nocturnes et/ou théâtralisées sont possibles. Veuillez vous renseigner.

 

La vidéo du bourg et château est ici - CLIC

 

 

 

Quel plaisir cela devait être d'être guetteur !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 07:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Sentez vous la poussière médiévale sur ce rempart ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Désaignes est située à 50km à l'Est du Puy en Velay, à 35km au Nord-Ouest de Valence et à 5km à l'Ouest de Lamastre (voir son château).

 

   Coordonnées du château :

44° 59' 40" N 04° 31' 01" E
 44.994533°  4.517118°

 

 

 

La cité fortifiée :  

L'extérieur du bourg :

Flâner m'est interdit

* Après avoir visité la fragile ruine de Retourtour (voir ce château), j'ai eu l'idée de changer de commune pour assouvir mon péché mignon...... c'est à dire, manger une glace dans la petite ville touristique proche.

-  Nota : Je vous ai déjà parlé de ma gourmandise en cette commune de Gironde.

* C'est donc avec les papilles en alerte que je cherche une échoppe.

* Soudain, mes poils de castellologue amateur se dressent. Cela signifie que je vais devoir chausser mon heaume de castellologue amateur pour découvrir des murs médiévaux défensifs.

* Adieu glace succulente au goût châtaigne.......

..... Bonjour à toi, murs (et non mûres) âgés.

 

Est ce un évier pour s'en laver les mains... à chaque tir ?

 

Elle est ronde comme une boule de glace

* Dans une commune ancienne, lorsque je vois un mur droit entourant, même partiellement, la petite cité, je pressens cela fut un rempart.

Est ce un rempart Romain, médiéval ou Renaissance ?

* C'est donc avec curiosité que je longe le long et haut mur.

* Evidemment, avec les siècles, les fentes défensives ont été bouchées ou transformées en fenêtres, Mais en léchant les pierres (comme si cela était une glace) j'ai le goût du rempart...... médiéval.

* Soudain, comme dans un conte de fée (ou dans une boulangerie) je vois, non point une glace mais une ronde tour.

* Certes, cette Belle a été arasée, donc a perdu ses créneaux et mâchicoulis (voir vocabulaire), mais en faisant le tour (comme lorsque je mange une boule de glace), je vois une fente verticale ressemblant à une archère droite.

* En approchant je remarque 2 curiosités :

- La base de la fente comporte un trou Trond 

- Le bec-entonnoir sous l'archère, Dans mes croisades castrales, j'ai déjà vu des systèmes défensifs dans une cuisine.

* Pensant avoir tout vu, j'ôte ma tenue de castellologue amateur pour mettre mon chapeau de paille de touriste gourmand.

 

 

Curieusement défensive est cette porte !

Journée portes ouvertes

* En longeant le rempart, j'arrive devant une porte (ce qui est logique, car un rempart sans porte, cela se nomme.... heu.... une boite de conserve surprise ).

* Cette petite porte est nommée : Formate.

* Au dessus de l'entrée une pierre porte le blason de la famille Retourtour :

- "D'or, à trois redortes de sables passées chacune quatre fois en sautoir, rangées en pal".

- Evidemment comme la pierre est monochrome, il faut imaginer les couleurs jaune et gris-noir,

* Pressentant qu'une telle cité doit posséder d'autres portes, je continue mon errance externe.

* Rapidement, je passe devant la porte Janot ressemblant beaucoup à la précédente.

* Quelques enjambée plus loin je vois : La "porte du bourg de l'Homme" aussi nommée  "porte de Salle". Que voila curieuse architecture défensive avec :

- Sur la droite une ronde échauguette sur culots.

- Au dessus, des mâchicoulis faisant office de bretèche (voir vocabulaire).

Avez vous remarqué que les portes ne possèdent aucune archère ni fente de tir ?

Est ce un "lissage" des hommes des temps modernes ?

* Avec précaution, je traverse ce passage du temps.

 

Que c'est beau une archère dans un mur de 7 siècles !

 

L'intérieur du bourg :

Errance

* En entrant, sur la droite, je vois une porte bouchée.

Était ce l'entrée vers la salle des gardes ?

* Se promener dans cette ville semi-piétonne est un plaisir aussi bien pour le touriste que pour le passionné d'histoire. Chaque bâtiment montre la vie passée, par exemple :

Une église catholique, avec comme "toujours" son horloge.

- Puis un Temple protestant, rappelant qu'après la signature de l'Edit de Nantes, les deux religions coexistaient.

* Les agréments de la promenade-découverte sont nombreux :

- Fenêtres à meneaux en croix,

- Linteaux sculptés sur les portes des habitations,

- Fenêtres avec grilles forgées,

- Archères et fentes de tir dans les murs du rempart.

* Chaque détail d'architecture m'informe que la cité fut riche et très habitée il y a quelques siècles.

* Soudain apparaît une masse anguleuse : Le château.

 

 

La description du château est ici - CLIC

 

 

Etude théorique de Désaignes au 11ème siècle

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0