11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département 46 - LOT

 

 

Montcuq est haut perché

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Montcuq est située à 55km au Nord-Est d'Agen, à 40km au Nord-Nord-Ouest de Montauban et à 25km au Sud-Ouest de Cahors (voir sa barbacane).

 

   Coordonnées du château :

44° 20' 22" N 01° 12'30" E
 44.339581°  1.208526°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Introduction dans Montcuq surprise

* Cela faisait des années que je rêvais de vous montrer Montcuq.

* Mais, il fallait que nous nous connaissions mieux, il fallait que vous appreniez tout le vocabulaire spécifique pour que regarder Montcuq soit un plaisir.

* C'est donc avec délicatesse que je vous fais entrer dans Montcuq.

* Avec les maisons très rapprochées et les ruelles, l'entrée de Montcuq est étroite.

Montcuq est il praticable ?

* Hélas, avec la préparation de la fête, avec les nombreux camions de livraison, Montcuq est bouché.

* Je vous propose un contournement, ainsi nous allons ensemble faire le tour de Montcuq.

 

 

 

Il a un oeil sur moi alors que je n'ai d'yeux que pour lui

Une motte qui n'est point de beurre

* Ce n'est pas au centre de Montcuq qu'il faut regarder, mais au Nord.

* Sur un motte castrale trône fièrement une tour, que dis je : Un donjon.

* En découvrant cette masse, il semble évident que ce ne fut point une simple tour de guet.

* Un château seigneurial existait, mais son logis, ses communs, son rempart défensif ont disparu.

* Qu'importe, à elle seule, la tour est une merveille que je dois découvrir et comprendre.

 

 

 

Généralités

* La tour actuelle a une hauteur de 24 mètres.

- Etant dépourvue de crénelage et mâchicoulis (voir vocabulaire), il est probable qu'elle culminait à plus de 26 mètres.

* Etant posée sur des rochers de plus de 6 mètres de haut, la tour actuelle semble encore plus immense (plus de 30 mètres).

* Sa base rectangulaire mesure 12 mètres par 8 mètres.

* L'épaisseur des murs avoisine les 2 mètres.

* Les parements d'angle sont soignés, mais les pierres des façades son pauvrement taillées et de dimensions très variables.

* Lentement j'avance vers elle.

 

 

Sentez vous l'odeur émanant de cette belle et grande ouverture ?

 

La face Nord-Ouest

* Le premier coté que je découvre possède, sur plusieurs niveaux, de nombreuses ouvertures aux dimensions et fonctions très différentes.

* Il y a par exemple :

- Des archères droites.

- Des ouvertures de lumière (fenêtres). 

- Une large et haute ouverture avec vestiges de 2 consoles en dessous. Donc...... ceci était.... des latrines... hummm !

* Lentement j'avance pour sentir (et ressentir) si ma supposition est vraie.

* Sniff, sniff...... hummm.... je ne me suis point trompé. wink

 

 

 

La face Sud-Ouest

* Lentement je contourne le donjon.

* Sur les rochers s'appuie un mur évitant ou rendant long et inefficace le travail de sape.

* Cette paroi montre des ouvertures identiques à la précédente mais pas au même niveau. Ce donjon n'est donc pas symétrique.

* Question importante :

Voyez vous les latrines ?.......... hummm

 

 

Droite comme un 'I', mais ouverte comme un 'o'

 

 

Le donjon adore jouer entre ombre et lumière

La face Sud-Est

* Je continue le contournement.

* La façade suivant est dans l'ombre en cette fin de journée mais, comme ses 2 autres consœurs, elle révèle les mêmes types d'ouvertures.

* Soudain, une question me titille :

Ne voyant aucune porte sur ces 3 faces,

Comment entrer dans cette tour ?

* La réponse m'est donnée en découvrant la dernière face,

- Nota : Quel suspens Hitchcockien !  cheeky

 

 

 

La face Nord-Est

* Le dernier coté révèle une petite tour adjacente.

* Avec ses nombreuses fentes verticales espacées régulièrement, j'ose penser qu'un escalier existe.

* Evidemment, avec l'époque de construction et la faible dimension de cette verrue, je pressens que l'escalier est en colimaçon.

* Je peux donc dessiner la base du donjon.

* Prochaine mission : Monter par un petit sentier aménagé pour entrer dans le donjon.

 

 

 

L'intérieur :

Les entrailles

* Bien que n'étant pas proctologue surprise , je vais tenter un curieux examen à Montcuq.

* Mais.... voir l'intérieur de Montcuq n'est pas simple car l'entrée est obturée par..... heu...... une porte.

Nota : Sur un donjon, il est rare qu'une porte ancienne soit aménagée en bas. Mais la tour étant posée sur des rochers, il est probable que le dénivelé ne soit pas accessible facilement rendant l'entrée inaccessible avec une hauteur de 6 mètres.

* En me penchant un peu, et même un gros peu, je vois...... une sorte d'intestin en colimaçon.... comportant 99 marches (d'après le spécialiste local).

* Ne pouvant entrer, je me console en regardant le plan simplifié du donjon. Il montre 5 niveaux :

- Au sommet la plateforme dépourvue de créneaux et mâchicoulis.

- En dessous, une salle voûtée en berceau.

-- Cette pièce est si haute avec un plan montant des trous alignés à mi-hauteur que je présume qu'une salle sur plancher existait.

- Puis 2 niveaux reposant sur des poutres et possédant cheminée et latrines. L'une d'elles possède une fenêtre avec coussiège.

- En bas, la salle voûtée en berceau plein cintre possède 2 fentes verticale. Je ne sais point définir si ce sont des archères défensives ou des puits de lumière.

 

 

Hélas, je suis seul dans Montcuq

* Je pose mon séant merveilleux pour mieux respirer l'air pur de Montcuq.

* Soudain, je vois mon destrier partir sans moi.

* Je vais devoir retourner vers mon auberge en prenant le car. 

* Ma prochaine mission : Trouver l'arrêt de Montcuqsurprise

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 12ème siècle (?), construction d'un château défensif propriété de la famille Gourdon de Castelnau.

* A partir de 1209 débute la terrible croisade des Albigeois. L'armée Royale attaque toutes les fortifications dont le seigneur a rendu hommage à un "hérétique".

* Vers 1212 (?), les troupes des croisées commandées par Simon de Montfort attaquent puis pillent la petite cité et le château car son seigneur avait fait un hommage au Comte de Toulouse (voir ce livre).

* En 1239, suite à la signature du traité de Paris, les fossés de Montcuq sont comblés, les remparts de la ville sont détruits et le château est démantelé "partiellement". Seul le donjon échappe aux destructions.

Nota : Certains médiévistes doutent qu'il y ait eu autant de destructions.

* En 1274 (ou 1271 ?), la province est rattachée au Royaume de France, la seigneurie de Montcuq aussi.

* Au 14ème siècle, des mâchicoulis sont aménagés au sommet du donjon.

* Durant 2 siècles, Montcuq subit la Guerre de Cent Ans, les épidémies, etc..... La seigneurie a perdu toute influence, même localement.

* En 1904, le donjon est classé aux Monuments Historiques.

* En 1923, l'escalier à vis est "reconstruit".

* En 2008, le donjon est restauré surtout l'intérieur (création de planchers en chêne et aménagement d'une voûte).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur du site est libre et gratuite. La visite payante de l'intérieur de la tour serait possible certains jours, veuillez vous renseigner.

 

La vidéo de Montcuq est ici - CLIC

 

 

Le panorama de Montcuq est magnifique

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 46 Vers Menu châteaux du Lot

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Voyez vous une ruine médiévale au sommet ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sarras sur Rhône est située à 40km au Sud de Vienne, à 35km au Nord de Valence et à 15km au Sud-Est d'Annonay.

 

   Coordonnées du château :

45° 11' 39" N 04° 47' 50" E
 45.194267°  4.797206°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

A l'envers en mon endroit

* Pourquoi suis je en ce bourg ?

* La raison principale (ou presque) est ma passion pour le palindrome. Je vous en ai montré un mystérieux ici.

* Sarras est l'une des rares communes de notre Royaume à être "palindromique".

* Mais comme souvent, mon rêve est cassé par mon destrier qui a senti la poussière médiévale au sommet du monticule rocheux.

* Comme l'a écrit René Char :

 "Il n'y a que deux conduites avec la vie : Ou on la rêve ou on l'accomplit."

 

 

 

Là, monter puis la montée (ou inversement)

* Pour voir le sommet, il faut monter (évidemment.... faut il vraiment que je vous explique tout ?) par un agréable sentier.

* Sous le soleil, la végétation est odorante.

* Là haut... c'est encore haut !

(heu... il faut que je dise un secret..... je vous mens un peu).

* Devant cette muraille rocheuse, je fais comme Moïse.......

     ......... le miracle s'accomplit, la "mer" de roche s'écarte.

(heu... il faut que je dise un secret..... je vous mens un peu).

* C'est ainsi que j'arrive sur le plateau aménagé.

Quelle merveille ! ! ! !

(heu... il faut que je dise un secret..... je vous mens un peu).

 

 

Quelle magnifique... heu... tour... ou... autre !

L'intérieur :

L'immensité du tout !

* D'abord, il y a de l'herbe.... heu... ne rêver point, elle ne se fume pas.

* Puis, des centaines de mètres de murs médiévaux.

(heu... il faut que je dise un secret..... je vous mens un peu).

* Certes, la hauteur des parois n'est pas impressionnante,, Conséquence : Il n'y a aucun indice de crénelage ni de mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Mais si vous savez observer, vous verrez......... heu...... les vestiges d'une...... heu...... archère avec ébrasement intérieur.

* Il faut des heures pour observer cette immense surface bâtie.

(heu... il faut que je dise un secret..... je vous mens un peu).

 

 

La récompense

* Comme pour beaucoup de ruines médiévales fortifiées, il y a une récompense pour celui qui a gravi les centaines de mètres.

(heu... il faut que je dise un secret..... je vous mens un peu).

* C'est évidemment le magnifique panorama...... sur Mon incroyable Dauphiné (sans chauvinisme bien sur). blush

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A la fin du 11ème siècle (?), construction d'un site fortifié pour surveiller les passages dans la vallée du Rhône et surtout la vallée d'Ay, route commerciale entre le massif central et la vallée du Rhône. Les historiens supposent qu'un péage existe. La seigneurie appartient à l'archevêque de Vienne (voir liste).

* Vers 1230, la seigneurie appartient à la puissante famille Pagan de Mahun (voir leur commune d'origine) :

- Guigues Pagan,

- Puis Raymond Pagan,

- Puis digues Pagan IV,

- Puis Aymon Pagan,

- .......

* Vers 1360, la seigneurie appartient à la famille de Tournon (voir leur château).

* Vers 1363, durant la Guerre de Cent Ans, les Routiers sans emploi attaquent de nombreux villages et petits châteaux. Revirand ne résiste pas.

* Vers 1570, la famille Polignac (la voir ici) possède la seigneurie.

* En 2011, la commune achète les ruines puis les consolident. Un parcours avec panneaux didactiques est créé.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez ne pas monter sur les vieux murs.

 

 

En face.... Le Dauphiné !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Voyez vous une construction médiévale fortifiée ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Wintzenheim est située à quelques kilomètres à l'Ouest de Colmar.

 

   Coordonnées du château :

48° 04' 02" N 07° 15' 17" E
 48.067443°  7.254739°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Monter.... toujours monter !

* Certains ont choisi les mots croisés comme loisir, d'autres le tricot ou la couture. Il paraît que des personnes ont comme hobby : Jouer aux cartes dans un bistrot.

Savent ils la chance sédentaire qu'ils ont ?

* Moi, Le Merveilleux Chevalier, j'ai été baptisé par la fée "Ruine d'Altitude".

* Je suis donc "obligé" de chercher les ruines, si possible au sommet d'une colline.

* C'est ainsi que proche de Zimmerbach, je vois une verte éminence dont le sommet possède une grise forme.

* Je pressens que marcher il va me falloir pour découvrir cette construction médiévale.

 

 

Dans la canopée

* Ho hisse..... Ho hisse..... crying

* C'est sous une terrible chaleur, dans une pente inhumaine, griffé par des milliers de ronces, attaqué par des millions d'insectes vénéneux que j'avance vers mon destin.

* Après 3 jours de marche, j'arrive proche du site castral !

Suis je crédible dans ce récit d'aventure ?

En réalité, la montée est facile, agréable et courte.

 

 

C'est une rondeur, pourtant ce n'est pas une tour

 

 

Questionnement

* Derrière les arbres, je remarque un haut rempart composé de pierres pauvrement taillées et peu jointives.

* Un peu plus loin, une haute et ronde construction me fait penser à un donjon.

* Je pressens qu'un fossé entourait l'ensemble.

* Il me faut trouver l'entrée.

* Je longe le haut mur espérant trouver soit une poterne, soit une porte, soit une partie effondrée.

* Le rempart étant partiellement arasé, je ne vois aucune trace de crénelage, mâchicoulis ou trou de boulin pour un hourdage (voir vocabulaire). Par contre, quelques fentes verticales apparaissent.

Sont ce des archères ?

* Soudain, je me heurte à une rondeur qui n'est point une tour.

Quel est donc ce sortilège ?

* Pour avoir la réponse, je consulte mon satellite.

* Cette construction fortifiée est une enceinte hexagonale ou plutôt un polygone aux cotés non identiques.

 

 

Cave obturée, puits, citerne.... Quelle fut la fonction de cette construction ?

L'intérieur :

Les trous des murs

* En un bond, je suis dans le château.

* La première ouverture que je vois est "un peu" abimée. Curieusement elle possède un ébrasement (voir vocabulaire) en partie basse.

- Si c'est une archère, le manque d'ébrasement latéral intérieur ne permet pas un angle de tir important.

- Si c'est un un puits de lumière, il n'est pas très haut.

-- En découvrant au dessus de nombreux trous horizontaux pour les poutres d'un plancher, je pressens que l'idée d'un puits de lumière est la bonne idée.

-- Vous vous dites : "Chevalier, le sol est proche du trou, cela fait une faible hauteur."

-- Il faut imaginer que les étages sont tombés, donc ont fait remonter le sol sur lequel mes chausse reposent.

* Plus loin, un autre trou vertical (entier) confirme ma supputation.

* Mon errance dans ce château (le logis et les communs) m'informe que de nombreuses parois ont été consolidées récemment. Toutes analyses que je ferai ne seront que "divinations".

* Par contre, une construction est évidente : La citerne.

* C'est donc dans un site où le vert et gris s'entremêlent que j'avance en direction du symbole d'un château médiéval.

 

 

La tour maitresse est la finalité d'une visite castrale

Le donjon

* La tour maitresse est si géante que les arbres ne peuvent point la cacher.

* Le donjon a une hauteur actuelle de 23 mètres.

* Sa porte en arc brisé est positionnée a plus de 9 mètres de haut.

* Curieusement, je ne vois aucune fente défensive.

 

 

Est il non visitable ?

* La position de l'entrée du donjon étant si haute, ne possédant ni échelle ni grappin, je pressens que ma visite va s'arrêter ici.

* Soudain, je me sens devenir Moise !

* Heu...... Ce n'est pas la mer qui s'écarte devant moi (rappel, je suis en Alsace donc loin des eaux saléescheeky ), mais la base du donjon.

* J'entre (par le ratier) avec précaution (et un heaume).

* Au dessus je vois la porte d'entrée.

* Les multiples corbeaux m'informent que des planchers en bois séparaient les 4 niveaux.

* L'absence de fenêtre, de cheminée, de décors m'informe que cette tour était un donjon de repli.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* A partir de 1211, à 425 mètres d'altitude, construction du château nommé Blicksberg. Il est donné par Fréderic II empereur du Saint Empire à Frédéric de Schauenbourg un officier de la couronne.

* En 1276, le château est donné au bailli Impérial.

* En 1298, le site est possession du sir de Issembourg.

* En 1330 le site est possession du Roi Jean Ier de Bohême.

* En 1434, le vice-chancelier Caspar Schlick vend le site à Maximin de Ribeaupierre (voir le château principal de cette famille).

* En 1446, dans le conflit de l'Alsace centrale, le château est attaqué puis partiellement détruit. Il ne sera ni réparé ni habité.

* En 1864, une campagne de consolidation est menée.

* En 1968, le site est inscrit aux Monuments Historiques.

* En 1983, les murs sont consolidés.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Bien que le site ait été consolidé, soyez très prudents car le risque de glisser, de tomber ou de recevoir une pierre existe.

 

 

Visiter une ruine, c'est être entre ciel et terre

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 08:50

 

 

Département 47 - LOT et GARONNE

 

 

 

Que cela doit être succulent avec des petits champignons

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Pardaillan est située à 35km à l'Est de Sauveterre de Guyenne (voir cette bastide), à 30km au Sud-Ouest de Bergerac et à 20km au Nord-Est de Marmande.

 

   Coordonnées du château :

44° 39' 41" N 00° 16'03" E
 44.661633°  0.267629°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Je veux manger dans le calme

* Après avoir visité le château de Duras, mon équidé ayant envie d'herbes hautes et fraîches m'emporte un peu à l'Est.

* Proche du ruisseau nommé Malromé, il me laisse pour déguster sa friandise pendant que je m’apprête à dévorer ma pomme.

* Soudain un terrifiant événement, que j'ose nommer pomme de discorde, perturbe ma plénitude.

- Des volatiles se permettent de cancaner.

* Je me lève pour leur faire comprendre qu'un Dauphinois pourrait les manger............

   ....... quand, par magie, mes poils de castellologue se dressent.

* Après un canard voila le signe (et non cygne) qui va m'obliger à ne plus manger par la bouche mais manger des yeux.

 

 

Que cela doit être succulent avec des systèmes défensifs

Les 3 couleurs du bonheur

* Je ne vais point vous parler du Bleu-Blanc-Rouge de votre actuel drapeau mais du :

- Bleu du ciel annonciateur de plénitude.

- Vert au sol, plaisir des herbivores.

- Gris des pierres, source d'interrogation et de réflexion.

 

 

Ronde comme je les aime

* Au sommet de la petite colline apparaît une ronde forme.

* C'est évidemment une tour qui me quémande de l'approcher, la toucher, la caresser, la lécher. cheeky

* Mais avant de la pénétrer, il me faut la comprendre de loin :

- Cette belle est composée de lits de pierre pauvrement équarris.

- Elle est posée sur un rocher qui me semble avoir été taillé.

- La petite ouverture verticale abîmée me semble avoir été une archère.

- La grande ouverture rectangulaire fut.... heu...... (sentez vous ?)...... heu...... des latrines en encorbellement. Voici mon raisonnement :

-- Un passage (porte) semble illogique.

-- Une fenêtre d'agrément serait "plus grande".

* Lentement je contourne la belle par le Nord.

* Cette face montre une large et haute ouverture.

 

 

Que cela doit être succulent de déguster une belle, sans abondante végétation

Faire le mur

* Tel un jouvenceau souhaitant retrouver sa belle, je cherche une porte ou un souterrain.

* Hélas, je ne vois qu'un long mur réellement infranchissable.

* Même s'il a été arasé, même si certains parements ont disparu, les hauts arbres et les épineux me tiennent à distance.

* Je longe, je longe, je longe...... mais le mur avec des lits de pierres de taille et dimensions aléatoires me laisse dehors.

* Soudain, comme par miracle, le mur s'arrête.

* Un passage (secret ?) me permet d'entrer dans le château.

 

 

 

L'intérieur :

Le rien, c'est tout !

* En entrant c'est le choc

* Évidemment, ce site castral n'étant pas très médiatique, n'étant pas mis en valeur par des panneaux, étant empli de la végétation signifie.....
    ...... qu'il ne reste que peu.

* Mais quel incroyable peu. surprise

* Des pierres au sol ayant été un "habitat" (?), puis des herbes hautes autour d'un rond de pierres (puits peut être), puis des......

 

 

Que cela doit être succulent de déguster l'intérieur d'une belle

Tout est là.... et même plus

* Lentement, j'avance en direction de la tour.

* Quelle chance, elle est cassée, je corrigerais pour plaire à cette belle, qu'elle est s'ouverte à moi.

* Que voir en cette tour :

- De belles pierres avec des réparations.

- Une belle fenêtre avec un ébrasement intérieur permettant de voir l'épaisseur du mur.

- Sur le coté gauche, au centre, une ouverture rectangulaire. Souvenez vous, j'avais pressenti des latrines. 

Ai je bien deviné ?

- Puis en bas, une large ouverture que je présume avoir été une canonnière.

- Sur le coté droit, en bas une nouvelle canonnière.

- Puis au centre sur la hauteur, un alignement de cheminées. Elles sont judicieusement positionnées coté Nord.

* Tout est là (pour le rêve)....... et même plus (pour mon éternité).

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 10ème siècle (période des invasions Normandes), construction d'un bâtiment défensif et de surveillance sur les fondations d'un site Romain (à vérifier).

* Au 12ème siècle (ou 13ème ?), construction du château fortifié. Le bourg de Pardaillan s'établit proche.

* Au 15ème siècle, le château bénéficie de nombreuses modifications et modernisations. 

* A la fin du 16ème siècle, Pierre d'Escodeca de Boisse, seigneur de Pardaillan, est compagnon d'Henri III de Navarre, futur roi de France Henri IV (voir liste).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur des ruines est libre et gratuite depuis la route. La visite de l'intérieur est possible en respectant les champs et la propriété privée. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudents.

 

 

Que cela doit être succulent de tirer sur un canard depuis ce système défensif

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 47 Vers Menu châteaux du Lot et Garonne

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

 

Le début de la visite du château est ici - CLIC

 

 

 

 

Département 46 - LOT

 

 

 

Je pressens que ce donjon roman va être surprenant et fascinant

 

L'intérieur du donjon :

La salle basse

* Au siècle dernier (c'est ce que je suppose) une porte rectangulaire a été créée pour entrer sans difficulté dans le donjon.

* J'avance prudemment.

* Je suis dans ce qui était un ratier, c'est à dire une salle sombre stockant la nourriture.

* Dans cette salle voûtée, la lumière minimale est apportée par ce puits de lumière haut perché.

Comment monter à l'étage pour continuer la visite ?

* A l'époque médiévale, une échelle en bois était descendue depuis l'étage supérieur, mais en notre siècle c'est une échelle fixe en fer qui permet de passer par le trou d'homme.

* Je pose un pied, puis je tire sur un bras, puis je pose l'autre pied, puis.......

 

 

.... En haut, c'est déjà haut

* Le sol du 1er étage (donc le 2ème niveau) est en pierre.

* Proche de l'échelle (le trou) je remarque des encoches ayant porté une planche en bois avec système de blocage.

* Une fenêtre en niche éclaire la pièce. Je subodore qu'elle pouvait devenir une archère.

* Cette salle, de la même dimension que la précédente, possède une grande ouverture plein cintre. Vous êtes si intelligents mes lectrices et lecteurs que vous avez hurlé ensemble :

"Chevalier, ceci est la porte médiévale."

"Tu nous l'avais déjà montrée sur cette image."

* Mais cette pièce possède une autre surprise.....

    ....... une curiosité dont je raffole.....

       ........un joli trou qui ne fait point monter (sauf par grand vent).

* Vous avez évidemment deviné : "Mes" latrinescheeky

 

 

Il faut être léger comme une plume pour vivre ici

Le 3ème niveau

* Grâce à un escalier en colimaçon intégré dans l'épaisseur du mur, j'accède à l'étage supérieur.

* Avec précaution je pousse une porte "non médiévale".

* Oups...... le plancher est partiel.

* Cette pièce parfaitement éclairée devait être la salle de repli ou la salle des gardes (car je doute que le seigneur vivait en ce donjon).

 

 

Le sommet

* Encore un effort.....

    ...... encore quelques marches...

       ........ pour être au paradis.

* Depuis la plateforme, je peux surveiller les bateaux sur le Lot.

* Mais je peux aussi observer le comportement des habitants.

* Les 4 points cardinaux sont à moi.

* Je suis si heureux que je profite de ce paradis pour manger le fruit défendu : Une pomme.

* Mais lentement le soleil disparait.

* Il me faut redescendre sur terre.

 

Hooo, un escargot de pierres

 

L'ai je bien descendu ?

* C'est donc marche après marche que je me dois de retrouver votre 21ème, moi qui étais au 13ème siècle.

* La descente aux enfers pourrait être par ce plancher troué du 2ème étage. Mais la sagesse Dauphinoise veut que je prenne mon temps marche après marche dans ce colimaçon.

* Puis le 1er étage, celui de l'entrée médiévale... et de sa sortie.

* En bas, je regarde si un garde garde le bas..... du donjon.

* Mais il n'y a personne, ni ami ni ennemi. Alors je tente la descente.

* La suite...... est un secret.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Dès les premiers siècles avant J.C. les peuplades ont utilisé ce point étroit dans un méandre du Lot pour surveiller et défendre.

* Au 11ème siècle (à vérifier), construction d'un château par une famille nommé : De Luzech.

* En 1188, le château est attaqué puis pris par le Duc (voir titre de noblesse) d'Aquitaine et Roi d'Angleterre : Richard Coeur de lion. Ceci est l'un des nombreux épisodes de conflits qui l'oppose au Roi de France Philippe Auguste (voir liste).

* A partir de 1209 débute la terrible croisade des Albigeois. L'armée Royale attaque toutes les fortifications dont le seigneurs a rendu hommage à un "hérétique".

* Vers 1212 (?), les troupes des croisées commandées par Simon de Montfort brulent la petite cité et le château car son seigneur avait fait un hommage-lige au Comte de Toulouse (voir ce livre).

* Peu de temps après, sur l'emplacement de l'ancien château, est construit une puissante forteresse. Elle est possession de Guillaume de Cardillac (voir ici), évêque de Cahors (voir liste). Ceci est vérifié par une bulle du Pape Grégoire IX en 1228 autorisant l'évêque à employer les dîmes de l'église de Luzech pour payer la garnison au château. Les Barons sont co-seigneurs.

* A la fin du 13ème siècle, avec l'accord de l'évêque de Cahors, la seigneurie est gérée par des consuls. Les paysans ne sont plus taillables et corvéables

* Entre 1337 et 1453, durant la Guerre de Cent Ans, ni les troupes Anglaises, ni les Routiers attaquent cette puissante forteresse.

* Au 16ème siècle, de nombreux Barons de Luzech décèdent dans les combats durant les Guerres de Religion. Entre les Barons sans descendances ou les veuves se remariant, le site change de "nombreuses fois" de propriétaires.

* Au 17ème siècle, par héritage, le site est possession de la famille Rastignac.

* A partir de 1792, le site est régulièrement pillé, mais curieusement, personne tente de détruire le donjon.

* Au 19ème siècle, par héritage, Ernestine Gabrielle Sabine Zénaïde Chapt de Rastignac, Baronne de Montmirail possède le site. Elle en fait don à la commune (à vérifier, car il est probable que son mari l'ait vendu à la commune).

* A la fin du 19ème siècle, des fouilles archéologiques sont réalisées.

* En 1905, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de la ruine est libre et gratuite. La visite du donjon est possible. Soyez très respectueux de cette construction historique et fragile. Bien que le site ait été consolidé, veuillez être très prudents car le risque de glisser ou de recevoir une pierre existe.

 

 

Je me sens le gardien du Lot

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 46 Vers Menu châteaux du Lot

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2020 3 25 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

Département 46 - LOT

 

 

 

Je pressens que ce donjon roman va être surprenant et fascinant

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Luzech est située à 50km à l'Est de Monflanquin (voir son église fortifiée), à 40km au Sud de Domme (voir cette bastide) et à 15km au Nord-Ouest de Cahors (voir son pont fortifié).

 

   Coordonnées du château :

44° 28' 47" N 01° 17' 11" E
 44.479801°  1.286593°

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Unique (ou presque)

* Imaginez une rivière (que je nommerai Lot) faisant un méandre, nommé aussi cingle (donc une boucle) de 150 mètres de long et de 90 mètres de large.

* Imaginez que cette rivière forme un isthme.

* Il suffit d'établir un château (point rouge) dans la partie la plus étroite ainsi....... la cité au Sud est complètement isolée et protégée.

* Cette curiosité géographique (une presqu'ile) a déjà été utilisée, par exemple à Cahors.

* C'est donc en traversant un pont moderne que j'arrive proche de l'hôtel de ville.

* A droite (dans le bourg), un sentier balisé. A gauche (en mon corps), un emballement de bonheur.

 

 

J'espère qu'i n'y a point de garde avec arc et lance  derrière la porte

Un oiseau médiéval

* L'imposante tour est si haute qu'aucune maison peut lui faire de l'ombre.

* C'est donc d'un pas alerte que j'avance vers cette belle... en montant. Vous avez bien lu, il faut toujours que je monte, monte, monte.

* De loin, le site se compose :

- D'un rempart très arasé dont je devine les pierres bien qu'elles soient parfois envahies par la végétation grimpante.

- D'un puissant donjon.

 

 

Le donjon

* Quelle merveille d'architecture romane !

* Sa base est presque carrée avec 8,5 mètre de coté.

* Les angles possèdent sur toute la hauteur des contreforts plats peu profonds (20 cm) mais larges (presque 2 mètres).

* Actuellement, cette tour mesure 24 mètres de haut. Il est fort probable qu'au Moyen Âge, avec l'aménagement de la plateforme comprenant chemin de ronde et crénelage, sa hauteur titillait les trois dizaines de mètres.

* Ses pierres sont correctement taillées et jointives.

* De loin, il me semble voir 2 étages "habitables" puis la plateforme sommitale et certainement en bas, un ratier.

* La tour maitresse est partiellement entourée d'un rempart formant la haute cour.

* Coté Est, un autre bâtiment aussi haut est accolé. Je n'en comprends pas la fonction puisqu'il semble borgne.

 

 

Prendre la porte

* Lentement j'approche du site castral.

* Devant le rempart très dépouillé, une simple porte en bois a remplacé le vantail double avec certainement herse et assommoir.

* J'entre.

 

Dans les cours, l'ambiance est médiévale et défensive

 

L'intérieur du château :

Les deux cours.... et moi je marche wink

* Voici la Basse-cour.

* Ne vous méprenez point avec cette phrase, je n'affirme pas qu'il faille se baisser pour marcher. cheeky   Point basse est la cour.... tout en étant une Basse-cour.

Heu.... suis je clair ?

* En me retournant je vois la porte d'entrée qui a perdu toute sa puissance et sa fonction défensive.

* Lentement et avec précaution je monte car je me sens observé depuis le donjon et le rempart de la haute cour.

* J'arrive devant une deuxième porte.

* Sur sa droite, je vois une double fente défensive. Je pressens que cette curiosité n'est pas médiévale mais du 16ème siècle (époque de l'utilisation des armes à poudre).

* En traversant la seconde porte, je suis dans la Haute-cour.

* Depuis son rempart, je regarde en bas...... là où j'étais. 

Il fallait être fou pour attaquer ce château !

 

 

La masse fascinante

* Il est là devant moi, fier, haut, puissant, inattaquable !

* Je suis subjugué.

* La porte rectangulaire au niveau du sol est un perçage récent.

* La véritable entrée médiévale est à plusieurs mètres du sol. Elle devait être accessible par une passerelle en bois et une échelle "rétractable".

 

 

Curieuse curiosité

* Avant d'entrée dans le donjon, il me faut comprendre le bâtiment incomplet à gauche.

* Ses murs sont épais et ses pierres ont la même qualité de taille et de pose que celles du donjon.

* De nombreux trous alignés m'informent de la hauteur sous plafond et du nombre d'étages (identique au donjon).

* Comme je l'avais constaté de loin, les étages de cette "verrue" sont borgnes, seul le premier niveau possède 2 ouvertures

- Celle de gauche est une porte d'entrée en plein cintre.

- Celle de droite est une archère en niche.

 

 

 

L'intérieur du donjon :

 

 

La description de l'intérieur du donjon est ici - CLIC

 

 

 

En photo ou en dessin, ce donjon est artistique

 

Vers Menu
donjons
remarquables
de France
Cliquez pour aller au menu des donjons remarquables   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 46 Vers Menu châteaux du Lot

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2020 7 22 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

Département :  38 - ISÈRE

 

 

 

Que voila une rondeur qui me fascine

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint-Romain-de-Surieu est située à 40km à l'Est de Saint Étienne, à 20km au Nord d'Albon (voir son château) et à 15km au Sud de Vienne.

 

   Coordonnées du château :

45° 22' 56" N 04° 53' 22" E
 45.382324°  4.889646°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

L'aisée montée... ou lésée montée ?

* Un château médiéval est toujours en haut d'une colline.

* Sachant que cette construction est qualifiée "en ruine", je pressens que je vais devoir monter dans les bois, me griffer les mollets, avoir....... 😩

* En réalité, toutes mes supputations sont fausses. Une agréable serpentante route monte jusqu'à l'église et au site castral.

* C'est donc sur la selle de mon destrier que je monte la colline pour découvrir ce château Dauphinois.

 

 

Rapide analyse coté Sud

* Cachée derrière la haie, la Belle ronde ne se montre que peu.

* Mais quand un Dauphinois, de plus Chevalier, s'approche d'elle, elle quémande à la haie de s'écarter. 😜

* C'est ainsi que je peux voir :

- Sa base s'enfonçant dans la terre. En réalité, la Belle ne s'embourbe point à cause de son poids (sujet interdit lorsque l'on parle d'une demoiselle, même en pierre), c'est le sol qui s'est rehaussé durant les siècles et les modifications.

- Au dessus, une archère droite m'informe que la tour est ancienne.

- Son sommet arasé. Je ne peux pas vérifier sur crénelage, mâchicoulis ou cordage existaient.

* Cette tour n'était pas le donjon, mais, d'après certains archéologues, une des tours de défense de l'entrée du château.

* Ces mêmes spécialistes supposent que deux remparts encadraient le château.

 

 

Regardez.... elle est trouée !

Rapide analyse coté Sud

* Pensant avoir tout vu et tout compris de la façade ensoleillée, je passe à l'ombre.

* Que voir sur cette face ?

- D'abord, une archère.

- Des pierres d'arrachement m'informant de la présence d'une courtine.

- Une large ouverture avec trou de boulin ayant porté les poutres d'une passerelle d'accès.

- L'entrée me dévoile l'épaisseur du mur de la tour.

 

 

 

L'intérieur :

* Hélas, la tour est dans une propriété privée fermée.

* Je repars vers une nouvelle aventure qui devrait durer 1660km. 😮

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 1er siècle avant JC, après la campagne Romaine en Gaule, de nombreuses terres ont été données aux soldats ayant combattu pour la République. Cette butte est concédée à Surius. Il défriche, construit une maison puis donne son nom à cette parcelle.

* Au 11ème siècle (?), à l'emplacement de la maison Romaine, aménagement d'un château en pierre et d'un chapelle castrale (à vérifier).

* En 1075, Pons de Surieu est cité dans un texte de donation d'églises à l'abbaye de Vienne.

* Au 12ème siècle, agrandissement du château et reconstruction (agrandissement ?) de la chapelle castrale.

* Au 13ème siècle (?), le seigneur de urique est vassal de l'église de Vienne.

* Vers 1237, un donjon circulaire est cité (à vérifier) dans un texte relatif à une donation au chapitre de la cathédrale de Vienne, d'églises et d'un moulin par Guillaume de Surieu.

* Vers 1270 (?), Guillaume de Roussillon, par la cession (donation) de son père, devient seigneur de Surieu (à vérifier). Il semble que la famille Surieu soit dépossédée de leur château (pourquoi ?).

* Durant la fin du 13ème puis le 14ème et le début du 15ème siècle, la puissante famille Roussillon possède toujours ce château.

* En 1426, dans son combat de reconquête des territoires confisqués par le Dauphin-Roi Charles VII (voir liste), après avoir attaqué puis pris le château de Fallavier, Louis II de Chalon-Arlay, Prince d'Orange, à la tête de son armée attaque puis détruit le château de Surieu. Ruine sera son avenir.

* Au 19ème siècle (?), une partie des bâtiments du château est reconvertie en cure.

* En 1887, la chapelle castrale devient église paroissiale.

* Au début du 20ème siècle (?), la cure est reconvertie en bâtiment d'habitation.

* En 1927, inscription de l'église (proche de la tour) aux Monuments Historiques.

* Au 20ème siècle, la tour est consolidée.

* En 1982, des fouilles sont organisées sous la responsabilité de Monique Jannet-Vallat.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la petite route. L'entrée dans le champ et la visite de l'intérieur du donjon sont interdites. Le bâtiment d'habitation n'est pas ouvert à la visite. 

 

 

Il y a bien longtemps l'archère sécurisait le château

 

  Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 38

Vers Menu

châteaux de l'Isère

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2020 5 20 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

 

Département 33 - GIRONDE

 

Doutez vous que cette église fut fortifiée ?

 

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Bouliac est située sur la rive droite de la Garonne en face de Bègles et Bordeaux. 

 

   Coordonnées de l'église :

44° 48' 48" N 00° 30' 14" W
 44.813489°  -0.504022°


 

 

 

L'église :

L'extérieur :

Point de doute possible

* Elle est là, devant moi, toute belle comme au premier jour.

Est ce que mon propos est pour la pelouse ?

* Que nenni !

* Mon exclamation est pour cette église sans transept qui ne cache point ses origines guerrières.... ou plutôt défensives.

* C'est donc avec empressement que je me dirige vers le chevet.

 

 

 

La barre à tribord pour la nef Voyez vous les merveilles sous le toit ?

* Heu.....

...... qu'ai je écrit ?...

...... Pour la nef !

...... Pfffff.

* La nef coté Sud ne comporte aucune trace de système défensif ni de salle de repli.

* Vous êtes si intelligents mes merveilleuses lectrices et mes fabuleux lecteurs que vous avez de suite remarqué le chevet en hémicycle avec une rehausse.

* La différence de qualité des pierres entre la base et la rehausse m'informe que l'étage de repli défensif (avec archère cruciforme à croix pattée) a été aménagé après la construction de l'église.

 

 

 

La nef, ce vaisseau abîmé

* En portant un peu plus d'attention à la nef, je remarque que son toit est différent de celui du chevet.

* Je pressens (ceci n'est que supposition sans que des traces tangible d'architecture le confirme) qu'une reconstruction a arasé l'étage défensif (suite à un effondrement ou un incendie peut être).

 

 

 

Des tailles et détails

* Ne voyant aucune autre trace de système défensif, mes yeux errent sur :

- Les sculptures des fenêtres,

- Les chapiteaux,

- Les 21 magnifiques modillons aux sujets très variés.

 

 

Diantre !... Les Girondins ne sont pas les plus beaux... Hihihi

 

 

L'intérieur :

Je ne dis pas tout

* Sous le clocher se cache un porche.

* Sur ce porche, un portail fascinant.... que je ne vous décrirais pas pour que sa découverte soit surprenante le jour de votre visite.

 

 

 

Chaude est l'ambiance en ce lieu

L'enquête commence

* En poussant la porte, j'entre dans un monde différent.

* Autant l'extérieur était blanc, autant l'intérieur est coloré.

* Je n'ose avancer pour ne point briser le silence. J'ai l'impression que toutes les époques se mélangent avec intelligence et chaleur.

* Mais... je suis un castellologue amateur.... Je me dois de trouver la porte menant à l'étage.

 

 

 

Une voix pour une voie

* La truffe au sol, les yeux vers le ciel (heu... pas en même temps bien sur) je cherche l'accès à l'escalier.

* Rien......... je ne vois rien.

* Soudain j'entends la voix de celle qui en entendait au 15ème siècle.

"Retourne toi, nigaud !"

* Derrière moi apparaît comme un miracle, une porte.

* Mais il ne peut y avoir qu'un miracle par jour...

.... fermée est ce panneau....

... point de sésame j'ai.

* Je tourne les talons pour vivre une nouvelle aventure.

 

 

 

Le diaporama de l'église est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* A la fin du 14ème siècle ou au début du 15ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, l'église est fortifiée suite à la demande de l'archevêque de Bordeaux (voir liste).

* En 1649, Bernard de Nogaret de La Valette, Duc (voir titre de noblesse) d'Epernon, gouverneur de Guyenne, est chargé de lutter contre les Frondeurs soutenus par le parlement de Bordeaux. Ses troupes attaque l'église qui résiste aux assauts.

* Vers 1792, les Révolutionnaires mutilent partiellement l'église.

* Au 19ème siècle, des restaurations sont entreprises. Le clocher est définitivement détruit pour être remplacé par ce symbole élancé typique de ce siècle.

* En 1862, l'église est classée aux Monuments Historiques.

* En 1936, les fouilles organisées mettent à jour un oratoire du 5ème siècle sur le site de l'église

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Siméon) est libre et gratuite. La visite du clocher et des salles de repli défensif est interdite.

 

 

De l'autre coté, c'est Bègles

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux de la Gironde Vers Menu châteaux de la Gironde

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

Département :  07 - ARDÈCHE

 

 

 

Y a-t-il un ascenseur pour monter au château ?

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Rochecolombe est située à 50km au Nord-Ouest de Bagnols sur Cèze (voir sa tour), à 25km à l'Ouest de Montélimar (voir son château) et à 15km au Sud-Est d'Aubenas.

 

   Coordonnées du château :

44° 31' 05" N 04° 26' 18" E
 44.518171°  4.438419°

 

 

 

 

Le château :

L'extérieur :

Pourquoi un préambule ?

* Bien que je sois un Chevalier Grand, Beau, Fort, Intelligent, Infatigable, Parfait et..... Modeste, il m'arrive parfois d'être un Castellologue Amateur peu performant ou moins attentif.

* C'est ainsi que je n'ai pas prêté attention à toutes les fortifications dans le vieux bourg et en ce château.

* Mais, étant "Parfait et Modeste blush..... et..... Professionnel", je me devais de vous montrer cette ruine telle que je l'ai mémorisée en images et faire amende honorable.

* Peut être qu'un jour je retournerai en cette cité des Vogüé (voir historique), puis je complèterai l'article.

 

 

Faut il un baudrier pour gravir ?

Pourquoi suis je ici ?

* En notre Royaume de France, il y a tant de ruines castrales que venir en ce lieu non médiatique et minimal peut paraitre "idiot".

* Mais c'est à cause d'une photographie ancienne en Noir&Blanc.

* Les maisons accrochées à la pente tel qu'au Moyen Âge, la ruine castrale semblant inaccessible au sommet ont titillé mes neurones.

 

 

Pourquoi les belles sont toujours là haut ?

* Au sommet, je vois que cette beauté me fait signe. Elle semble dire :

"Chevalier, il faut me mériter !"

* Alors, j'avance vers elle avec l'espoir de trouver un sentier, car la pente est abrupte.

 

 

Pourquoi une telle porte ?

* Soudain, mon ascension est bloquée par un mur.

* Je le longe pour découvrir une porte possédant un fantôme de bretèche (voir vocabulaire) au dessus.

* Cette entrée est un véritable sas pour ralentir l'avance de l'assaillant, donc mieux le harceler.

* Puis, en dehors du bourg, j'entame une montée.

Ho hisse... Ho hisse !

* Soudain, comme par magie, une paroi borgne et inviolée, posée sur le roc, me fixe.

 

 

 

Le rien est immense !

L'intérieur :

Pourquoi est elle en danger ?

* Lentement je la contourne.

* Un panneau me fait froid dans le dos :

- Est ce moi qui suis en danger ?

- Est ce elle qui est dangereuse ?

- Est ce un danger externe ?

* C'est donc avec précaution, sans geste brusque, tout en la regardant, que j'avance vers elle.

 

 

Pourquoi si peu ?

* La surface sur le plateau est impressionnante. Ce château ne fut point une simple construction de surveillance mais un bâtiment :

- Pour seigneur important.

- Ou pour marquer un pouvoir.

* La paroi la plus significative est évidemment : Ce magnifique fantôme.

* Ce fut....... heu......

* Une analyse semble nécessaire avant de définir une fonction :

- La paroi est épaisse, surtout coté de l'attaque..

- Le vestige est borgne.

- Une voûte se devine au sommet.

- Il me semble voir (avec mon imagination fertile) 3 niveaux.

* Ce fut....... heu...... un mur bouclier ou un donjon de repli ou......

--> J'attends vos suggestions.

Est ce une piste cyclable ?

 

 

Pourquoi dois je partir ?

* Hélas, mon sablier m'informe que le temps qui m'est imparti est écoulé.

* Je me dois de retrouver mon destrier dans la vallée.

* Je vous laisse réfléchir à ce fossé creusé qui isolait le château par des dimensions impressionnantes :

- Longueur : 26 mètres.

- Largeur : 6 mètres.

- Profondeur : 6 mètres (en moyenne).

* Puis je vous offre le plan du château au 16ème siècle.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, une construction fortifiée existe (à vérifier).

* Au 12ème siècle, le château est composé d'un donjon carré entouré d'un rempart. Une citerne est creusée. Un fossé taillé dans le roc isole le château du coté de l'attaque.

* Vers 1169, le château avec une chapelle (à nef unique et chevet plat) et son petit bourg "défensif" sont cités dans un texte sous le non : Ruppis Colombis. Le site est donné par le Comte (voir titre de noblesse) de Toulouse à la puissante famille d'Ucel, propriétaire des mines d'argent de Largentière.

* Au 13ème siècle, le site est possession de Raymond Ier de Vogüé. Le donjon primitif est remplacé par une tour plus puissante. La chapelle (dédiée à Saint Barthélémy) est agrandie (?). Devant la puissance du château, de nombreux villageois construisent de petits habitats dans la pente. Les maisons sont si proches, si "alignées" qu'elles forment un rempart, mais sans chemin de ronde ni crénelage.

* Au 14ème siècle (?), un bâtiment de confort est construit au château. La famille Vogüé se rend régulièrement en ce château pour y habiter quelques temps.

* Au 15ème siècle (?), durant la Guerre de Cent Ans, le système défensif est amélioré aussi bien sur le château que pour le bourg (porte défensive, 2 tours rondes dans le rempart, etc....). Le site (château et bourg) est occupé par 90 personnes. La grande majorité sont des exploitants de terre à seigle ou blé mais aussi de vignes. 

* Au 16ème siècle, il est probable que des aménagements de confort soient réalisés au château (à vérifier). Certaines maisons du bourg sont couvertes de tuiles. La chapelle est agrandie (doublement de la nef).

* En 1552, Jean de Vogüé est enterré dans l'église du château.

* A la fin du 16ème siècle (ou début du 17ème ?), durant les Guerres de Religion, le château est attaqué puis incendié. La famille Vogüé délaisse ce site. Ruine sera son avenir.

* En 1602, Guillaume de Vogüé, fils de Jean, est enterré dans l'église du château.

* Vers 1851, le site est habité par 627 personnes.

* Au troisième tiers du 19ème siècle, lentement les familles quittent ce village sans confort pour s'établir plus bas.

* Au début du 20ème siècle, le village est déserté.

* A la fin du 20ème siècle, des travaux de consolidation sont réalisés.

* Au début du 21ème siècle, la découverte du site est libre et gratuite. Bien que les ruines aient été consolidées, soyez très prudents.

 

La vidéo du château est ici - CLIC

 

 

A mes pieds, le vieux village médiéval

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 07

Vers Menu châteaux de l'Ardèche

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 08:50

 

 

Département :  68 - HAUT RHIN

 

 

 

Je pressens que la visite va être fascinante et mystérieuse !

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Wettolsheim est située à 35km à l'Est de Gérardmer, à 10km au Sud de Kaysersberg (voir son château) et à 7km au Sud-Ouest de Colmar.

 

   Coordonnées du château :

48° 03' 08" N 07° 16' 29" E
 48.052454°  7.274969°

 

 

 

Le château :  

L'extérieur :

Les muscles au service de l'intelligence

* La température est idéale pour marcher, donc...... je marche.

* N'étant pas un adapte de l'activité avec des chaussures à pointes ou à crampons pour courir ou gesticuler en rond dans un stade, ma marche a un but :

- Visiter un château posé sur une colline à 420 mètres d'altitude.

* C'est donc en chantant que je monte, monte, monte.... vers lui.

 

 

C'est au pied du mur que l'on voit...... le marcheur

* Devant moi, une masse volant au dessus des arbres.

* Le château est entouré d'un rempart "trapézoïdal"  dont je devine (le fantôme) d'une ronde tour flanque coté Est.

* Derrière, le château de forme rectangulaire semble composé de 2 parties :

- A droite, coté Nord, un logis.

- A gauche, coté Sud, un donjon "carré".

 

 

Curieuse architecture

* A ses pieds, mes yeux sont fascinés par les pierres, mais mon cerveau est questionneur..... et...... répondeur :

- Sa position ne semble pas stratégique, donc ce n'est point un site de surveillance.

- Ses dimensions n'en font pas un château de Grand Seigneur......

  ..... pourtant les pierres des courtines sont correctement taillées.

- Les pierres à bossage dans les angles semblent plus décoratives que fonctionnelle pour la défense.

-- Décoration pour un château de garde, cela est curieux.

* Hélas, le site a été arasé. Je ne peux pas voir si crénelage ou mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

* Le rempart extérieur ne montre que des archères droites au premier niveau.

* L'étage supérieur semble posséder des fenêtres de confort.

* Il me faut de suite vérifier cela en entrant par cette porte....... curieusement peu défendue.

 

 

 

L'art de vivre est partout !

L'intérieur :

Mixité architecturale

* En entrant presque au centre du château, je vois un "monde" divisé en 3 parties :

- Sur la gauche, le puissant donjon quadrangulaire.

- Devant moi et à droite, en partie basse, le niveau défensif avec des archères droites avec un faible ébrasement.

- Au dessus, l'étage de confort.

* Dans cette salle, deux particularités :

- Il n'y a plus de plafond (vous l'avez remarqué).

- Un épais mur (axe Est-Ouest) séparait les pièces.

 

 

Le confort.... médiéval

* Cette aula, puisque tel est le mot qui me semble le plus approprié, est au niveau supérieur.

* Elle possède de nombreuses fenêtres à coussiège double.

* Pour avoir chaud, il fallait une cheminée dont je devine la position avec ce piédroit sculpté.

 

 

Le donjon

* Je contourne la tour maitresse.

* En un bond, je suis devant la porte pourtant située à plusieurs mètre du sol (heu... en réalité j'ai pris un escalier moderne en fer).

* Puis, dans le donjon, je grimpe l’escalier en colimaçon.

* Du sommet, je vois :

- La surface de l'aula avec son mur de séparation.

- Le mur avec les fenêtres à coussièges et les archères.

- Et le panorama magnifique.

 

 

Le diaporama du château est visible ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au début du 13ème siècle, construction du château par une famille nommée Hagueneck, vassale de l'évêque de Strasbourg (voir liste).

* Au début du 14ème siècle, le château est attaqué puis incendié (à vérifier).

* Au milieu du 17ème siècle, durant la Guerre de Trente Ans, le château est attaqué, pris puis pillé et enfin abandonné.

* A la fin du 18ème siècle, les Révolutionnaires réquisitionnent le site en ruine puis le vendent comme Bien National.

* En 1923, le site est classé aux Monuments Historiques.

* Au début du 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible à vos risques et périls car une ruine, même consolidée, est toujours fragile.

 

 

De ce donjon, je vois.... heu... La Chine !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 68

Vers Menu

châteaux du Haut Rhin

Partager cet article

Repost0