2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 06:11

 

 

Département 48 - LOZÈRE

 

 

 Ce mur tente de de murmurer son histoire

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de La Malène est située à 30km au Sud de Marvejols (voir ses fortifications), à 26km au Nord-Est de Millau (voir son château) et à 25km à l'Ouest de Florac (voir son château).

 

     Coordonnées du château :

44° 17' 58" N 03° 18' 45" E
 44.299401340°  3.3126354217°

 

 

 

Le château : 

         L'extérieur :

Pourquoi construire un château fort ?

* Les gorges du Tarn ont toujours été un point de passage reliant les villes hautes des villes basses.

* Certains guets permettent aux transhumants de rejoindre les différents causses.

* Il est donc logique que des châteaux soient construits pour surveiller les passages (pouvant être hostiles) mais aussi établir des lieux de péages.

* Le site de Planiol, parfois orthographié Plagnols, répond à ces 2 critères.

 

 

La découverte

* Dans une boucle du Tarn, à 500m à l'Ouest de La Malène apparaissent des ruines.

* Ces vieilles pierres presque millénaires sont attaquées (ou protégées ?) par une dense végétation.

Pensez vous qu'il n'y ait rien à voir ?

* Avec un peu d'attention, il est possible de voir des bases de mur que je subodore être : Le rempart extérieur.

 

 

        L'intérieur :

La marche prudente

 

* J'entre avec précaution.

* La végétation cache des trous dans le sol.

* Les pierres roulent sous mes chausses.

* Soudain une grotte apparaît.

Est ce un site troglodytique ?

* Vous êtes si subtils, ho mes merveilleux lectrices et lecteurs, que vous avez reconnu une salle voûtée.

* A premier abord, je cru que c'était une simple réserve de nourriture. Mais en voyant les pierres sculptées à l'entrée, je pressens que ce fut une salle "de vie".

 

 

N'y a-t-il que des salles voûtées ?

* En prenant un peu de recul, j'ai la réponse à ma question.

* Un haut pan de mur semble être le vestige d'une tour carrée,

* Je ne remarque aucune trace de fenêtre ni ouverture de lumière.

* Le sommet arasé ne possède pas les prémices de mâchicoulis (voir vocabulaire).

Est ce le seul vestige ?

* En tournant la tête, une autre construction apparaît derrière les arbres.

* Elle est de la même hauteur que sa consœur. Les pierres ont la même dimension et le même type de taille.

* L'espacement entre les 2 vestiges m'informe sur la surface occupée par ce château.

* Cette fortification n'était point une simple tour de guet, ni un site de péage. Paniol fut un vrai château de seigneur.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au milieu du 12ème siècle, un château est cité.

* Au début du 16ème siècle, le château est possession d'Antoine de Montesquieu.

* Au 16ème siècle, durant les guerres de religion, le château est incendié.

* En 1692, le Sieur de Montesquieu rend hommage à l'évêque de Mende pour ses terres.

* En 1752 (?), le Sieur de Montesquieu rend hommage au prieur de Saint-Enimie pour ses terres.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite de l'intérieur est possible avec beaucoup de prudence. Le site n'étant pas sécurisé, le risque de recevoir une pierre ou de glisser est important. Soyez très prudent.

Nota :

- Dans l'historique, je cite plusieurs fois les sieurs de Montesquieu.

- Il s’agit de la famille Brun de Montesquieu.

- Cette famille possédait un château dominant celui de Planiol.

- Ce château disparu se nommait : Montesquieu.

- Il m'est impossible de certifier que mes citations concernent vraiment le château de cet article.

 

 

Les arbres tentent de cacher le minimalisme de ce château fort

       

 

      Cliquez pour aller au menu des châteaux du 48 Vers Menu châteaux de la Lozère

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 03/05/2017 17:20

P leines de mystère sont toutes ces belles pierres.
L oin de moi imaginer que naguère
A vait un coffre-fort et grands trésors,
N enni, entre ses murs ce castel fort !
I l s’agit plutôt de questionnements :
O uvrage de guet, péage uniquement,
L e Tarn en l’un de ses cingles* surveillant,

L e site fut-il ? Lors, combien de gens d’armes
A ssuraient veille ? A qui donnaient l’alarme ?

M oyen-Âge ne cachait mie ses châteaux.
A ujourd’hui, feuillus forment un rideau
L oin empêchant de voir. Antan, des tours,
E urent gardes large vision des alentours,
N otamment navigation sur rivière.
E t pouvait bien venir de là la guerre…

G randeur de la place ? Ne sais-je qu’en penser.
E n revanche, tours semblant fort élevées
V olonté de défiance apportent au lieu,
A insi forçant ennemis désireux
U ne attaque tenter rester prudents…
D ame ! Que vestige de la salle est charmant !
A i-je toujours eu pour pièces voûtées attrait.
N iche, outreplus, prouve qu’il y avait,

P aravant, vie entre ces murs. Infime
S ouvenir du passé ? Pour moi : sublime !

* je ne sais mie si en Gévandan on nomme cingle une boucle de rivière ou fleuve ? Dans le proche Périgord, c’est son appellation.

Le Chevalier Dauphinois 03/05/2017 19:16

* J'avoue n'avoir que peu de souvenir de Planiol.
* J'avoue n'avoir pas passé beaucoup de temps à comprendre ce site.
* J'avoue n'avoir pas pris beaucoup de photos.
** Cette ruine est à découvrir au début du printemps, lorsque la végétation est rase et les arbres peu feuillus.
** Hélas, Le Chevalier ne choisit pas toujours ses dates de croisade, donc "il" fait comme "il" peut et doit subit le manque de visibilité dans les ruines oubliées.
** Mais trois "miracles" peuvent se produire :
-1- Je pourrais y retourner.
-2- Je pourrais trouver un livre la montrant et l'expliquant.
-3- Je pourrais avoir lavisite d'un spécialiste de cette ruine qui livrera ses connaissances dans un commentaire.
* Tout est possible avec une ruine castrale.