11 décembre 2018 2 11 /12 /décembre /2018 07:49

 

 

 

Département 24 - DORDOGNE

 

 

Point de défense visible pour cette église !

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de La Chapelle Gonaguet est située à 25km à l'Est de Ribérac, à 15km au Sud de Brantôme et à 10km au Nord-Ouest de Périgueux.

 

   Coordonnées de l'église :

45° 13' 50" N 00° 36' 45" E
 45.230636°  0.61263799°

 

 

 

 

L'église :

L'extérieur :

La découverte

* En découvrant l'église, je reçois un choc. 

N'est-elle pas massive, anguleuse, presque imprenable !

* Soudain, le qualificatif "Imprenable" me cloue au sol.

* Mes neurones s'envolent, mes yeux se brouillent.

* Je pressens que les mots de description vont me manquer.

 

 

Un chevet qui m'a achevé !

Elle est là, devant moi

* Le chevet plat et haut ressemble à un mur bouclier.

* L'unique fenêtre peu large est positionnée haut. Cette particularité empêche un assaillant d'entrer.

* Les 2 ouvertures proches du toit prouvent l'existence d'une salle de repli.

* Les aménagements ont un peu défigure l'architecture Romane de l'église primitive.

* Les différentes formes des contreforts prouvent de nombreuses modifications et ajouts.

* L'arc de décharge m'interpelle. Je doute que la petite fenêtre fragilise le mur.

Quelle fut la fonction de cet arc ?

* Le sommet du clocher étant dépourvu d'abat-son, il sera logique d'imaginer que les ouverture furent des postes de guet. Mais supposition cela est.

 

 

L'intérieur :

Les personnages m'accueillent

* J'entre.

* Je suis surpris de découvrir une église assez étroite. La nef mesure 18m par 5m.

* Ne trouvant aucun indice de fortification, je demande de l'aide à Saint Michel. Il est bien trop occupé avec son dragon pour me répondre.

* Je retente ma chance auprès de Jehanne la Pucelle. Mais elle réfléchit sur la manière de sauver le Royaume de France et ne s'occupe point de ma question.

 

 

C'est la fin... mais un début

* Devant tant d'échec de dialogue, je décide de suivre la lumière.

* Ne pouvant entrer dans les salles fortifiées, je repars vers une nouvelle aventure.

 

Une église fortifiée et énigmatique

 

 

Le diaporama de l'église est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'église :

* Au 12ème siècle, construction de l'église.

* Au 14ème siècle, l'église est fortifiée.

* Au 16ème siècle, le moutier est modernisé.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur de l'église (dédiée à Saint Michel) est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est interdite.

 

 

Anguleuse et massive église

 

Vers Menu
églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 24 Vers Menu châteaux de Dordogne

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jack 01/11/2020 16:01

Et savez-vous d'où vient le nom de "la chapelle Gonaguet" ? Le nom serait issu d'une déformation de l'occitan où "Gonaguet" signifierait "le petit Agonac". Ma première source a été Wikipedia. En cherchant un peu plus, je suis tombé sur le site officiel de la commune qui corrobore cette hypothèse. Pour autant, j'ignore lequel a copié sur l'autre...

Le Chevalier Dauphinois 01/11/2020 18:46

* Bonjour et merci pour cette information.
* La toponymie est une de mes passions.
* Mais trop de passions ne peuvent pas coexister avec intensité.

Pierrote 12/12/2018 14:33

L es saints de ce moutier ne vous ont mie
A vancé dans queste du paradis…*

C omme votre déception je comprends !
H onnis soient-ils ! si, si !… Depuis le temps,
A urait dû dragon être terrassé
P ar saint Michel ! Point. Une affaire classée !
E t vous aurait-il, lors, oreille tendue !
L a même chose quant à Jehanne : a eu
L ‘habitude, sait-on, entendre voix
E t n’ouït point la vôtre ? Le dauphinois**

G uère n’était sa prime langue, naguère !
O r, que n’avez, dans la sienne, prière***
N otifiée !… Etes « passé à côté ! ».
A ux saints ne faut-il jamais s’adresser,
G énéralement est dit, mais à Dieu !
U n dicton qu’avez oublié ?… Je veux !
E t à cause de cela ne verrons
T ous les attributs qui sont le fleuron

P our sûr, de ce lieu : les abris, replis.
E n fut, jadis, l’église très fournie,
R ehaussée bien du clocher au chevet.
I ncroyable mur de ce dernier est
G age que dut être imprenable, antan,
O uvrage si massif, si imposant,
R endant édifice plus grand et fort.
D irait-on muraille d’un castel fort !

N ‘ai-je eu d’yeux, quasi, que pour « bouclier ».
O ui, par lui on est comme hypnotisé.
T ant de force montrée semblant nous dire : «
A vancez, et nous allons vous occire ! ».

B ien entendu, les ajouts nous préviennent
E voquer bâti dans sa forme ancienne.
N ‘est-ce problème. Aujourd’hui est à voir
E mprise des défenses, aussi vouloir

P rofond des hôtes aux intrus opposer
S uperbe résistance. J’ai fort aimé !

* le vôtre, celui du Chevalier-castellologue : accéder aux défenses de l’intérieur (l’autre n’est mie mon problème !).
** en tant que parler, langue régionale.
*** prière, dans le sens « laïc » de demande, pas l’acte religieux…

Le Chevalier Dauphinois 12/12/2018 16:31

* Comme vous le soulignez, les saints et saintes n'ont point entendu ma requête... pourtant si simple.
* Mais je ne suis point déçu, car l'extérieur de cette église est d'une robustesse qui me fait déjà rêver.
* C'est un peu la représentation parfaite de l'église défensive sur base d'architecture Romane.
* Diantre !... Entre châteaux et églises, le Périgord est source de plaisirs médiévaux !