11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 06:08

 

 

Département 30 - GARD

 

 

Ne reste-t-il que ce pan de mur ?

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Sabran est située à 40km à l'Est d'Alès, à 20km au Nord-Est d'Uzès et à 6km à l'Ouest-Sud-Ouest de Bagnols sur Cèze (voir sa tour).

 

    Coordonnées du château :

44° 09' 06" N 04° 32' 50" E
 44.15160704°  4.547376931°

 

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

Préambule

* Il m'arrive parfois d'être perdu dans une ruine.

* Evidement lorsque les vestiges sont moins que minimaux, je ne sais pas où je pose mes chausses.

* Ce n'est pas toujours l'étendu d'un site qui me perd.

* La ruine peut être petite mais avec des bâtiments si disparates que mes bases de castellologue amateur s'en trouvent bouleversées.

* C'est ce qui m'est arrivé au château de Sabran. Mon imagination a vite été bloquée.

Peut être allez vous m'aider ?

 

Comme je les adore ces constructions en encorbellement !

 

 

Là haut, des pans de murs

* Sabran est une petite commune construite sur une colline autour de son vieux château.

* Lentement, je m'avance vers le Nord pour faire la connaissance de cette construction médiévale.

* Bien que le sentier soit accessible, il offre une belle montée.

* Dans la végétation j'aperçois un vestige de mur (rempart ?) avec des pierres à bossage.

* A quelques mètres, un mur plus imposant m'étonne par sa hauteur et son absence de système défensif.

 

 

 

L'encorbellement est ma passion

* Quelques mètres plus haut, mon regard est attiré par une construction en encorbellement.

* Comme il n'y a pas de porte en dessous, j'opte pour des latrines.

* Je m'allonge en dessous pour sentir  (hihihi... évidemment, depuis des siècles, point d'odeur il y a).

* Je continue ma lente progression.

 

 

 Voyez vous tous ces indices de vie ?

 

L'intérieur :

Un mur habitable

* Le vestige suivant, tout en hauteur avec un angle droit me fascine.

* En partie basse, je ne décèle aucun indice de vie.

* Mais à l'étage, je vois sur la gauche un beau vestige de fenêtre et à droite, une petite cheminée.

 

 

 

Il est très haut

* Un autre pan de mur ruiné me fait rêver.

* Les pierres sont magnifiquement taillées et très jointives, prouvant l'importance de ce bâtiment.

* Il montre sur la droite un mur d'une épaisseur importante.

* Au centre, plusieurs niches de taille différentes côtoient une haute ouverture dont la fonction m'échappe  (porte de liaison, latrines).

Avez vous remarqué la frise ?

* Au sommet, une belle ronde voûte donnait de l'ampleur à la salle où la damoiselle regardait par la fenêtre (dont apparaît le vestige à droite).

 

 

 

Est ce le donjon de Gruyère ?... hihihi

Une cubique construction

* Dans mon errance, je tombe nez à nez (ou plutôt pierre à heaume) sur un bâtiment cubique presque intact.

* Ses pierres extérieures sont parfaitement taillées et jointives.

* Le parement d'angle est très soigné. Pourtant, il est absent sur 2 angles.

Est ce du à une récupération par les villageois ?

* En m'approchant, je constate que le mur est très épais.

Était ce le donjon habitable ?

 

 

 

Les entrailles du "cube"

* Il y a..... hooo :

- Des salles en sous-sol,

- Des salles en "sur-sol"cheeky

- Des plantes grimpantes plantées certainement par les damoiselles du château. surprise

 

 

 

La fin... du délire et de l'errance

* Derrière votre écran vous pensez :

"Le chevalier n'a point été très rigoureux dans cette description."

* Il est vrai que j'ai été un peu... désorienté.

* Ce site est rempli de bâtiments qui se "contredisent" pour moi : En voici la preuve.

* Je vais donc me reposer en mangeant une pomme et en admirant le paysage.

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 12ème siècle, construction d'un château fortifié par le seigneur de Sabran. Cette famille est originaire d'Uzège. La famille Sabran est vassale du seigneur D'Uzès.

* En 1510, les frères de la famille de Combes se partagent les possessions. Cathelin de Combes est le nouveau seigneur de Sabran.

* En 1602, la moitié de la seigneurie de Sabran est  affecté à Pierre d'Augrier, prévôt du Languedoc.

* Au 17ème siècle, après un procès, le site est donné par Anne de Montcalm au seigneur de Montclus. (Rappel : Anne est un prénom masculin --> voir cet autre exemple).

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. La visite des fortifications intérieures est normalement interdite. Veuillez être très prudents car la ruine est fragile. Le risque de recevoir une pierre ou de glisser existe.

 

 

La ruine surveille l'alignement des arbres

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 30

Vers Menu

châteaux du Gard

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 14/05/2017 18:40

Juste une précision, Chevalier, par rapport à la 2e phrase de votre 2e réponse :
… Si vous vérifiez, vous vous rendrez compte que je vous ai toujours « traité » comme « mon Dauphinois préféré »… d’entre les vivants et les morts ! si, si !
… Je ne sais plus dans quels articles, en revanche ! Mais je suis sûre de l’avoir écrit plusieurs fois, en parlant notamment d’Ymbert de Batarnay : … « Y. de Batarnay, mon Dauphinois préféré, après vous, bien sûr ! ».

NB : Et il est vrai que j’ai les yeux de Chimène pour Rodrigue (personnage non vivant de nos jours)… mais qu’y puis-je, si « mon Routier préféré » se prénommait vraiment Rodrigue !
… Et puis… j’ai les yeux de Chimène pour vous aussi !… Sauf que, comme vous avez toujours votre heaume sur la tête, vous ne le voyez mie ! (ne ressentez-vous point mon désespoir ?… !)

Le Chevalier Dauphinois 15/05/2017 19:15

* Hoooo.... Vous seriez MA Chimène !
* De suite je vais voir les scribes de l'état civil pour faire changer mon prénom.
* Rodrigue le Dauphinois..... hummmm.... Cela sonne bien . :P

Pierrote 12/05/2017 13:32

S i même ne sait mie nostre Chevalier
A quelle pierre médiévale se vouer,
B ien incapables le sommes, c’est évident !
R iche, en esprit, de cet enseignement
A i-je miré sans « appréhension » vestiges,
N e recherchant qu’en chacun son prestige.

G randiose est le premier, à mon avis,*
A utant que le virent, antan, ennemis.
R udesse se devine encore en ses murs
D e belle hauteur, semblant sans ouvertures.

L e second ne nous offre que ses latrines :
A u moins, savons que n’étaient là cuisines !**
N oblesse, au troisième, se ressent déjà,***
G râce aux éléments travaillés, et a
U ne accentuation dans quatrième ****
E n forme de voûtes et arcs plein-cintre que j’aime.
D ans le cinquième, « la cubique construction »,
O n revient à une forte élévation
C onçue pour contrer mauvaises intentions :

N ul doute qu’avec murs de telle épaisseur
O uvrage pu soutenir assauts sans peur !…
T émoignage j’ai trouvé, en tous, du Moyen-Âge.
A insi m’ont, ici, vos charmantes images

B ien suffi pour voyager dans le temps
E t rêver aux seigneurs, maîtres de céans.
N e vous ai-je mie oublié, Chevalier :
E n êtes, par cet article, le maître premier !

* le vestige vu sur la 1ère image de votre article.
** celui de la 2e image… Ce ne pouvaient être les cuisines, si haut. De plus, il me semble que les cuisines ne possédaient mie de latrines, jadis.
*** vestige du § « un mur habitable », 3e image.
**** vestige du § « il est très haut », lien « un pan de mur ».

Le Chevalier Dauphinois 13/05/2017 15:22

* Parfois, Le Chevalier ne souhaite point être un castellologue.
* Parfois, votre Dauphinois préféré (encore vivant car d'autres ont les yeux de Chimène face à Rodrigue) adore marcher simplement, sentir pour le plaisir, regarder pour la beauté et photographier comme un "artiste".
* Parfois, pour ce castellologue amateur, le mur n'est pas l'objet d'une recherche de fonction mais le résultat du travail des hommes.
* Ainsi, ce château n'est pas une étude mais une réjouissance d'y être et de le voir.
* Conséquence : Ce sont les visiteuses et les visiteurs qui doivent me le décrire.... hihihi.
*** J'ose écrire que vos propos sont logiques et expliquent avec brio les images de cette construction "un peu" en ruine.

PETIT Olivier 12/05/2017 00:43

Merci pour cette publication car ce château est l'objet de toutes les attentions d'une association dynamique qui tente de redonner vie à ces ruines !

Étant passé à deux reprises à Sabran, je vous invite aussi à consulter mon article.... sur mon blog médiéval ici : http://lafrancemedievale.blogspot.fr/2016/10/sabran-30-chateau-fort.html

Le Chevalier Dauphinois 13/05/2017 16:00

* Bonjour et merci pour votre passage sur mon blog de poussiéreuses ruines.
* Vos images me donnent envie de revoir cette construction.
* De plus, si une association réalise des travaux et des recherches.... Je pressens que mon plaisir sera entier et gigantesque !

Pierrote 11/05/2017 15:12

Juste pour vous (point ne voudrais-je abuser…)

Pardieu si !
Pous apez praiment un peveu pur la langue, Pevalier ! (cf. la pernière prase de potre article : « je vais donc me peposer en mangeant une pomme…» !)
… Vous peposer, pour pûr, pous apez pesoin, Ô, mon pôvre Pevalier !

Le Chevalier Dauphinois 13/05/2017 15:25

* Si, si, Dame Dauphinoise, abuser de moi je vous autorise..... en tout bien tout honneur évidemment !
**** Pon plavier pot apoir des pouches qui pe ploquent. Pertaines pettres prennent pa place p'autres.
**** Porcellerie pela est il ?..... hihihi