6 mars 2018 2 06 /03 /mars /2018 08:56

 

 

Département 16 - CHARENTE

 

 

 

Le bourg :  Voila une architecture primitive que j'adore

Situation :   (--> la voir sur une carte)

   La commune de Ronsenac est située à 50km au Nord-Ouest de Périgueux (voir ses fortifications), à 20km au Sud-Sud-Est d'Angoulême (voir son château) et à 15km à l'Est de Mareuil (voir son château).

 

   Coordonnées du prieuré :

45° 28' 35" N 00° 14' 54" E
 45.4763964°  0.248447656°

 

 

Pensez vous que ce site ait été fortifié ? Le prieuré : 

L'extérieur :

La découverte

* A coté de l'église paroissiale, un curieux bâtiment cubique attire mon attention.

* D'après ma petite brochure, il s'agit du prieuré Saint Jean Baptiste aménagé au début du 12ème siècle.

* En cette province où la Guerre de Cents Ans a fait quelques ravages, il semblerait logique que ces bâtiments furent fortifiés.

Reste-t-il quelques traces ?

 

 

 Quel est donc ce mur au premier plan ?Recherche d'indices

* En avant du bâtiment, il y a un mur arasé.

* Certaines traces ne m'informent pas de la présence de systèmes défensifs.

* La façade en alignement du portail de l'église ne montre aucune archère ni ouverture de tir.

* Seule une porte attire mon attention, en tant que touriste.

 

 La recherche d'indices va être passionnanteLe long bâtiment : A gauche

* Le long bâtiment semble avoir été construit en 3 époques différentes.

* Sur la gauche, point de fioriture : Mur droit, toujours sans fente défensive.

* Des fenêtres ont été percées dont l'architecture me semble récente (après l'époque médiévale).

 

 Cette architecture me transporte au Moyen ÂgeLe long bâtiment : Au centre

* La partie centrale comporte des contreforts à larmier peu profonds.

* Les fenêtres médiévales à important ébrasement extérieur me fait imaginer qu'une salle capitulaire (par exemple) est présente derrière le mur.

* Leur étroitesse n'est pas une coquetterie. Ces fenêtres ne permettaient pas l'accès à un assaillant.

* Une porte fascine mon imaginaire par sa sculpture.

Avez vous remarqué les ouvertures sous le toit ?

* Ces ouvertures ressemblent à des baies défensives dans une salle de repli.

 

 Est ce un donjon ?Le long bâtiment : A droite

N'est pas incroyable ?

* Cette haute construction avec ses longs contreforts à larmier ressemble à un donjon médiéval.

* J'ai l'impression que l'ouverture rectangulaire à mi-hauteur fut la porte d'accès de cette supposée tour maitresse.

 

 

N'y a-t-il aucun système défensif ?

*  Malgré toute l'attention que j'ai portée à cette construction religieuse, je n'ai pas vu de vrai système défensif.

* Je tente un dernier regard de castellologue amateur...

    ................. et..............

* Il me semble voir, proche de l'entrée de l'église, un corbeau ayant peut être porté un hourdage (voir vocabulaire).

 

 L'église va-t-elle me révéler tous les secrets de ce prieuré ? Vais je pouvoir entrer ?

* Aucune porte du long bâtiment est accessible.

* Je me présente donc devant le vantail de l'église paroissiale.

Peut être mène-t-elle au prieuré ?

* Hélas, la porte ne s'ouvre point.

* Je me console en admirant non point les archivoltes qui ne sont pas sculptées mais les chapiteaux des colonnes latérales.

Reconnaissez vous un passage des livres sacrés ?

 

Le diaporama du prieuré est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du prieuré :

* A la fin du 11ème siècle, l'évêque de Périgueux, Renaud de Thiviers, donne à l'abbé de Clunny une terre à Roncenac. Un prieuré de type Clunisien est construit.

* Au 12ème et 13ème siècle, le prieuré est décrit comme solide, bien entretenu. Il y a moins d'une dizaine de moines en permanence.

* Au 14ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans, le prieuré est fortifié (à vérifier). Les bâtiments souffrent des attaques et pillages.

* Au milieu du 15ème siècle, des moines Anglais habitants la cité de Lavalette proche de Ronsenac accordent quelques privilèges à l'abbaye.

* A la fin du 15ème siècle, des aménagements intérieurs sont réalisés. Les bâtiments retrouvent les fastes d'avant la terrible et longue guerre.

* Au 16ème siècle, durant le schisme Anglican, des moines Anglais s'établissent à Ronsenac. Hélas, les guerres de religion dans le Royaume de France n'épargnent pas le prieuré.

* En 1684, une partie du prieuré est donnée aux moines Anglais

* Vers 1792, les Révolutionnaires récupèrent le prieuré comme Bien National, il est vendu au citoyen Dufresse. L'église du prieuré devient paroissiale.

* Au début du 19ème siècle, les moines Anglais habitent toujours à Ronsenac (à vérifier car certains textes affirment que le prieuré est transformé en ferme). Une aile est construite ou aménagée (à vérifier).

* A la fin du 20ème siècle, des travaux de restauration/consolidation sont entrepris. Les archéologues réalisent des fouilles.

* En 1988, une partie du prieuré est inscrite aux Monuments Historiques.

* En 1990, une partie du prieuré (peintures) est classée aux Monuments Historiques.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis la route en respectant la propriété privée. La visite de l'intérieur est interdite. Mais pour certaines manifestations culturelles, il serait possible de voir quelques pièces et l'ancienne salle capitulaire.

 

 

Quel magnifique et brut bâtiment médiéval

 

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Vers Menu châteaux Charente

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 07/03/2018 20:38

P rieuré que j’ai aimé découvrir.
R égion, pourtant, ne sait trop m’éblouir.*
I ci, je me crois dans autre contrée,
E t cet appareillage irrégulier
U ne fois encore moult chaleur me renvoie.
R éminiscence de ce qu’autrefois
E taient bâtis peu riches. Ils ont, pour moi,

D élicieuse « senteur »… Même religieux,
E mportent mon esprit dans rêve heureux.

R êve, où il n’est mie question de croyance,
O ù ces murs prêchent plutôt résistance -
N e fut guerre de Cent Ans facile, nenni -
S ans être ceux de citadelle : abri
E fficace furent par leur hermétisme**
N aturel : moines, dans catholicisme,
A vaient pour règle de vivre reclus :
C ette contrainte est atout devenue.

C erné de toutes parts par de hauts murs,
H abitat comportait fines ouvertures.
A insi celles de la salle capitulaire,
R avissantes par ce qu’il y a derrière…***
E rigé fut repli sous toit : j’adore !
N ous dites que bâti, à droite, si fort,
T erriblement ressemble à un donjon.
E t suis-je sûre que vous avez raison :

N ous sommes face à construction puissante
O ù porte et contreforts sont preuves criantes !…****
T out est écrit dans la cinquième image :*****
A i-je ici voyagé au Moyen-Âge !

* je veux dire : ne sait m’éblouir par ses constructions dont je n’aime pas l’appareillage, en général (trop régulier, pierres trop bien taillées « au carré » = impression de froideur).
** j’oublie les fenêtres aménagées plus tard : sans elles, les murs étaient quasi borgnes, quasi…
*** du moins je l’ai rêvé, supposé : en général, les salles capitulaires sont magnifiques, n’est-il point vrai ?
**** je m’emballe sans doute !… mais j’y a cru, et ai cru effectivement voir un donjon !
***** dans l’infobulle de la 5e image de votre article.

Le Chevalier Dauphinois 08/03/2018 07:44

* Ce que j'adore dans vos proses, c'est qu'elles me montrent autrement le site décrit.
* Il faut savoir que certains (beaucoup ?) de mes articles ont été écrits il y a plusieurs mois et même plusieurs trimestres.
* Conséquence : J'ai oublié mon texte, mon thème abordé (car j'oriente un peu la vision des constructions) et la technique de présentation (comme ici où j'ai travaillé sous forme de "blocs" permettant d'avoir plus d'images).
** Ce prieuré fut un but de promenade le dernier jour de ma semaine en Charente. J'avais loué un gite rural proche et l'envie de silence, de calme, de senteur m'a amené tranquillement devant cette construction moins prestigieuse que les églises fortifiées de Saintonge.
** Le Chevalier a besoin parfois de puissances construites, de quantité de découverte par jour, d'activité intense, d'autrefois de simple promenade à un seul but.