25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 08:27

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

Est ce un château ou une église ? 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

     La commune de Muret le Château est située à 50km à l'Ouest de Marvejols (voir ses portes fortifiées), à 20km au Sud-Est de Decazeville et à 12km au Nord de Rodez.

 

     Coordonnées du château :

44° 29' 37" N 02° 34' 31" E
 44.493566°  2.575307°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La découverte

* Très souvent au Moyen Âge, lorsqu'une construction fortifiée s'établit au sommet d'une petite colline, les paysans construisent des maisons sur les pentes.

* Ainsi, les terrains cultivables ou les champs de pâture sont facilement accessibles, tout en gardant la protection du château.

* C'est donc sans surprise (bien que ma naïveté de castellologue-amateur m'offre un étonnement) que je vois un petit village en contrebas d'une butte fortifiée.

 

 

Ce château ne semble avoir que 2 tours

Premières analyses

* A cause de la dense végétation, je ne vois rien de l'architecture du château.

* Survolant les arbres, deux tours semblent en bon état.

* Elles ne montrent aucun système défensif.

* En m'approchant, je distingue un rempart extérieur très arasé.

* La plus grande des 2 tours m'interpelle.

 

 

La grande "tour"

* Au sommet, la "grande tour" possède des triple consoles. Je subodore que ce sont les vestiges des mâchicoulis (voir vocabulaire).

* Dans la partie supérieure, elle comporte des fenêtres à meneau. Ce devaient être les étages habitables.

* En dessous mais aussi sur le coté droit, des ouvertures verticales.

Sont ce des puits de lumière ?

* Soudain, je crois voir dans l'ouverture la plus basse, une fine fente verticale ressemblant à une archère droite.

* Avez vous remarqué :

- Les différences de taille et de provenance des pierres.

- Le curieux contrefort sur la gaucheCeci est une puissante construction défensive

- La finition des joints.

- La qualité des parements d'angle

* Je pressens que ceci n'est point une simple tour habitable.

 

 

Quelle puissante "tour"

* En prenant un peu de recul, je réalise que j'ai trop rapidement interprété la description de cet incroyable château fort.

* La grande tour est un puissant donjon défensif en éperon.

* Sa forme ressemble à un triangle.

Sa pointe devait faire face aux canons ennemis. Ainsi il déviait les boulets et offrait une plus grande résistance que les rondes tours.

En me décalant, je constate que l'architecture de l'ensemble est plus complexe que je l'avais imaginée.

* Plusieurs reconstructions et modernisations expliquent cet enchevêtrement de courtines.

Incroyable n'est il pas ? 

 

 

De curieux détails

* Les courtines comportent les traces des multiples aménagements et modifications durant 7 siècles :

- Fenêtre obturée,

- Puits de lumière bouché,

- Latrines en encorbellement servant de "bac à fleurs" lol. Voyez vous les multiples modifications ?

- Multiples trous (encoches) en horizontal. Ils devaient recevoir des solives pour le toit des bâtiments accolés (les communs ?).

- En dessous, des encoches pour les poutres soutenant les solives (?).

- Plusieurs encoches verticales. Je subodore que c'était la limite gauche du bâtiment.

 

 

La modernité dans la continuité

* Lentement, je contourne le bâtiment pour découvrir une surprenante cour.

* Après la disparition des bâtiments principaux, les différents propriétaires ont aménagé une mezzanine et des lucarnes.

* Cela ne me choque point.

Quel est votre ressenti ?

 

 

Le plan qui fait tout comprendre (?)

* Pour mieux comprendre l'architecture des bâtiments, je vous propose le plan du site réalisé du temps de sa splendeur.

 

 

L'intérieur :

* La propriété privée n'est pas visitable.

* Je vous offre quelques images prises sur la pointe de mes chausses.

 

 

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 11ème siècle, construction, par le Comte de Rodez, d'un habitat fortifié comportant 2 tours.

* En 1225, bien que le château soit toujours possession du Comte (voir titre de noblesse) de Rodez, l'évêque de Rodez y demeure.

* En 1227, le Comte de Rodez donne le site à l'évêque de Rodez.

* En 1356, pour protéger leurs bétails et se réfugier lors des nombreuses attaques, les habitants construisent un mur entourant le château.

* En ce 14ème siècle, en contrebas du château, l'évêque fait fortifier le grenier pour protéger les récoltes et les habitants.

* En ce milieu de 14ème siècle, durant la Guerre de Cent ans, le château est pris puis occupé par une troupe Anglaise.

* En 1381, les Anglais abandonnent le château.

* Au 15ème siècle, agrandissement du château. Il semblerait que le bâtiment soit entièrement reconstruit. Aménagement d'un puissant donjon polygonal (triangulaire ?).

* Entre la fin du 15ème et le début du 16ème siècle, François d'Estaing (évêque de Rodez) apprécie ses séjours au château.

* En 1470, Guillaume de La Tour d’Oliergues, ancien évêque de Rodez (démissionnaire de sa fonction en 1457) décède au château.

* En 1730, le site est en ruine.

* En cette fin de 18ème siècle, quelques consolidations et aménagements sont réalisés.

* Vers 1790, les Révolutionnaires ne s'emparent pas du château en ruine ni de ses dépendances consolidées et encore utilisées. L'ensemble appartient toujours à l'évêque.

* En 1796, le site est réquisitionné puis vendu à :

- Pierre Cabrolié,

- François Foulquier,

- Baptiste Foulquier.

* En 1911, l'unique propriétaire des ruines vend le domaine à :

- Jaudon,

- Constan,

- Lempereur.

* En 1912, le site est vendu à la Société des Lettres, Sciences et Art de l'Aveyron.

* En 1943, le château est classé aux Monuments Historiques.

* En 1971, le propriétaire se nomme : Edmond Raynal.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant la propriété privée et la tranquillité des habitants. La visite de l'intérieur est interdite.

 

 

Un magnifique donjon du 15ème siècle

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux de l'Aveyron Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0

commentaires

MAGNES 02/10/2019 09:19

Propriétaire du château depuis 2015, je suis étonnée que mettiez sur votre blog des photos antérieures à 2015. Effectivement , nous avons fait de nombreux travaux et les extérieurs du château ne sont plus comme sur les photos. De plus il n'est absolument pas visitable et il n'est plus possible d'accéder au jardin qui est privé. Merci de rectifier !
Par contre, si vous souhaitez le visiter nous serons très heureux de vous accueillir et vous permettre ainsi de voir ce que nous avons réalisé.
C'est un lieu magique où il fait bon vivre
Au plaisir

Le Chevalier Dauphinois 02/10/2019 11:08

* Bonjour et merci pour votre visite sur mon blog de passionné.
* Voici mes quelques explications suite à votre commentaire.
** Je n'habite pas l'Aveyron donc je ne peux pas me permettre de passer chaque année pour photographier l'évolution d'un château. Le Dauphiné est loin du Rouergue.
** Je ne suis ni retraité, ni fonctionnaire des monuments historiques, ni instituteur ou professeur avec "des mois de congés" par an. En tant que salarié, je n'ai donc que 5 semaines de congés pour visiter tous les châteaux médiévaux de France (de plus je skie et je randonne dans les montagnes, donc je ne peux consacrer que 3 semaines maxi par an pour les découvertes castrales).
** Comme il y aurait plus de 20 000 sites en notre Royaume, chaque année, je définis un département, je l'étudie durant l'hiver, je lis beaucoup puis je coche les châteaux et ruines à visiter sur une carte. Avec 95 départements en notre beau pays, j'ai une mission presque infaisable pour une vie d'homme..... De plus, certains départements possèdent de nombreux châteaux et églises fortifiées. Il m'est impossible de tous les voir en une seule période de vacances.
** Comme je l'ai noté dans la liste des châteaux de l'Aveyron (il faut cliquer en bas à droite de l'article), j'ai découvert votre château en 2005.
** Etant respectueux des propriétés privées, je n'entre jamais sans autorisation. C'est donc de l'extérieur que toutes mes images ont été prises.
** Comment ai je fait pour prendre ces photos ?..... Je possède un appareil reflex numérique avec un objectif grand angle pour des photos d'environnement, j'ai aussi un très bon zoom-téléobjectif permettant de photographier des détails, même de loin. Evidemment, il m'arrive de recadrer les images avec un logiciel sur mon ordinateur, ainsi le détail parait plus proche.
*** Je note votre invitation à visiter votre château et d'avance je vous en remercie.
*** L'année prochaine, j'ai l'envie de visiter le Lot ou le Tarn et Garonne. Comme il me reste 3 sites à visiter en Aveyron, j'avais imaginé les voir en allant vers le 46 ou le 82. Il s'agit des 2 églises de Sainte Radegonde et de l'intérieur de Peyrelade.
*** Si mon projet se concrétise, je me permettrai de vous contacter pour répondre à votre invitation et faire connaissance.
* Au plaisir.

Pierrote 27/03/2017 13:00

M ajestueux donjon en éperon !
U n élément que peu de fois mirons…
R éelle surprise ce fut découvrir là,
E n des bâtis qui d’abord semblaient « plats »,
T rès saillant angle pointant vers l’ennemi

L a hargne des hôtes du lieu, que l’on déduit.
E t plan que nous offrez confirme le fait :

C ette tour pour protéger était faite,
H abillant côté Sud d’une défense
A ccentuant sentiment de défiance.
T ant est dommage que sur le sus-dit plan
E crits soient trop petits les mots nommant
A gencement des bâtiments divers.*
U ne chose est sûre : n’était, du tout, « ouvert »

A rrogant castel ! Très enveloppé
V oyons qu’il se trouvait dans le passé,
E ntouré d’autres murailles un peu plus tard.
Y sont aujourd’hui vestiges du rempart
R arissimes, et « annexes » sont entrevues.
O ui, piliers, mezzanine pentue ont su
N e pas me plaire, car ce sont attributs «

R écents » qui jurent pour regard médiéval…
O r, dans son ensemble a une générale
U nité ce lieu : celle d’un guerrier temps
E njoignant aux bâtis d’être puissants,
R efuge aussi pour habitants du bourg…
G ardien de ces valeurs est, de nos jours,
U nivers que nous avez dévoilé.
E t même si se vit réaménagé,

N ous pouvons encore sa grand’force lire,
O ffertes à nos yeux ouvertures de tir,
T out comme restes de forts mâchicoulis.
A insi, à votre mission n’avez failli :

B eauté du Moyen-Âge contemplent nos yeux.
E t moult détails sont pour nous rendre heureux.
N aguère, gens d’Eglise en furent hôtes souvent.
E t pourtant, est cette place de guerre, vraiment.

P our sûr, ai-je apprécié ce point d’Histoire.
S abre et goupillon unis pour la gloire…

* j’ai pu en déchiffrer certains, mais pas tous… Vous pourriez éclairer ma lanterne sur le « galion » (si j’ai bien lu ce mot)… sur le plan, écrit dans la tour entourant la pointe de l’éperon (tour qui a dû disparaître lorsque le donjon a été construit, si j’ai bien compris).

Le Chevalier Dauphinois 27/03/2017 21:07

** Ma croisade en Rouergue ne fut que surprises et découvertes énigmatiques.
** Même si la grande majorité des châteaux entiers ne se visite pas, le plaisir de les voir de loin est déjà immense.
* La photo originale du plan, qui fut établi vers 1730, est aussi illisible que l'image que j'ai mise dans l'article.
* L'écriture manuscrite est difficilement déchiffrable.
* En bas c'est le couchant. A gauche puis en haut, les jardins. A droite, le portail. Le reste des textes n'est que devinette et suppositions.
* Avec une loupe, "votre galion" se nomme "Gabion". C'est originellement un système défensif utilisé pour rapidement protéger une position des tirs d'artillerie ou des balles.
* Le reste des textes est soit illisible, soit banal (escalier, plateforme, couloir, porte....).