22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 06:05

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

La verte colline porte une grise ruine

 

 

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

   La commune de Saint Rome de Tarn est située à 70km au Nord-Est d'Albi, à 15km Ouest-Sud-Ouest de Millau (voir son beffroi) et à 10km au Nord de Saint Affrique.

 

 

     Coordonnées du château :

44° 03' 14" N 02° 54' 21" E
 44.053853°  2.905991°

 

 

 

 

Le(s) château(x) : 

L'extérieur :

La découverte

* A un kilomètre au Nord-Est de Saint Rome de Tarn, un groupe de maisons s'agglutine sur un escarpement rocheux.

* Au dessus, mes yeux de Terminator en mode découverte distinguent les ruines d'un château fort.

"Qu'il est beau !" pensais je à haute voix.

* En réalité, il aurait fallu que je dise : "Qu'ils sont beaux", car deux châteaux ont été construits en ce lieu.

 

 

Rondeur et angle droit se côtoient avec harmonie

Préambule

* Il m'arrive parfois de ne pas comprendre une ruine.

- Est ce parce que j'ai visité trop de sites fortifiés durant ma journée ou ma semaine de vacances ?

- Est ce la pluie de la veille et la menace de pluie ce jour qui bloquent ma vision ?

* Ne pas comprendre un ruine, c'est regarder chaque mur, chaque tour comme un élément unique.

Auriac m'est hermétique !

 - Je vais donc vous montrer les morceaux de site (pourtant magnifique) mais sans vous expliquer l'attrait global.

Peut être pourrez vous sans moi

ressentir cette beauté médiévale.

 

 

 

Une porte qui me transporte

Rapide analyse

* Les murs en pierre sont partout, aussi bien pour entourer les maisons, les jardins et la ruine.

* Les reconstructions et consolidations rendent difficile la lecture du rempart extérieur.

* Au sommet, le château haut (nommé le Bornho) montre une courtine aux pierres asymétriques, pauvrement taillées et peu jointives.

* La ronde tour de défense possède de petites fentes s'apparentant à des ouvertures pour arme à feu.

* Ce n'est point le faux crénelage qui me fascine ici, mais l'utilisation du rocher comme limite du rempart.

* Le "besoin" de suivre le rocher crée des angles multiples.

* La rocher parfois se pare d'une verte végétation abritant des insectes silencieux en ce jour humide.

* Point silencieuse est la vieille tour ronde. Elle me quémande de la rejoindre.

Un chevalier doit il réagir rapidement

à l'appel d'une dame ?

* Évidemment, comme tous les hommes, je me précipite vers elle pour la caresser.... du regard bien sur.

 

 

 

L'intérieur :

Je suis dans la place

* Lentement, je m'approche pour découvrir quelques secrets.

* Lentement, la belle me révèle ses charmes.

 

 

 

D'autres surprises m'attendent

* Pensant avoir tout vu et compris de cette beauté, je tourne les talons.

* Mais, par un soupir, elle semble me dire :

"Chevalier, ne connais tu point les femmes ?

Elles se font désirer, elles se cachent pour mieux se montrer.

Il faut du temps pour les connaître".

* Alors, comme un vrai Chevalier que je suis, j'utilise la cour pour lui faire la cour. C'est ainsi que je vis ses merveilles et ses entrailles.

 

 

 

Je m'éloigne mais....

* Sachant qu'il ne faut pas abuser des bonnes "choses", je tente de partir.

* Mais la belle me susurre à l'oreille :

"Chevalier, la nuit tombe

J'ai peur dans le noir

Et puis, il fait froid."

* C'est ainsi que j'ai passé la nuit avec elle, bien abrités nous fumes dans cette maison.

 

 

Le diaporama des châteaux est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château :

* Au 9ème siècle (?), au sommet du rocher, une tour de refuge et de guet est construite.

* Au 10ème siècle, construction d'un petit château en pierre avec donjon carré, puis de quelques habitats.

* Dans le même temps, un deuxième château est aménagé en contrebas du premier. Il est propriété de la famille Bernard.

* Au 11ème siècle, le château haut,  est possession de la famille Auriac.

* En 1207, le Bornho est habité par Bégon d'Auriac.

* Au début du 13ème siècle, naissance (présumée) au château bas de Bernard d'Auriac.

* Au milieu du 13ème siècle, Bernard d'Auriac, dit "le Maître de Béziers", est un troubadour apprécié (3 de ses compositions sont lisibles sur Google Book).

* En ce 13ème siècle, plusieurs familles "nobles" possèdent le site fortifié. Ils ont en charge l'entretien et la garde.

* En 1404, des remparts sont construits entourant le site.

* En 1411, les habitants du bourg d'Auriac ont l'obligation d'assurer l'entretien et la garde du site.

* En 1463, les habitants refusent  de servir, garder et réparer le château bas. Ils estiment qu'ils sont au service de Delphine de Gozon, propriétaire du château haut.

* En 1469, une tour en ruine est reconstruite. Elle possède la cloche d'alarme.

* Au 19ème siècle, un projet de reconstruction est monté, mais il n'aboutit pas.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite. Du château-bas, il ne reste que quelques pans de mur proche de l'église. Du château haut, une partie en ruine est visitable gratuitement. L'autre partie habitée est interdite à la visite. Veuillez respecter le silence du lieu et la fragilité des murs. Le risque de recevoir une pierre existe, soyez prudents.

 

 

Quel paysage !

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 25/09/2017 19:40

A vouerai-je que même sans avoir compris
U n pouce de ce site, ravie je suis
R egard poser sur ces murs médiévaux.
I ls ont, antan, fait partie d’un château
A uquel je peux penser, par leur présence.
C harme opère car ils sont la survivance

S uperbe - parce que ruinés - d’un temps lointain
A u doux souvenir pour qui l’aime bien…
I l va sans dire que tour que nous montrez
N e peut être que celle ayant porté
T ant important attribut dans passé

R appelant aux hommes que danger guettait.*
O n pourrait presque y croire car ne semblait
M uni de moult défenses ce bâti,
E ntrailles, de plus, d’un volume petit.

D ame ! Point étonnant qu’ait su cette belle**
E nvoûter nostre Chevalier ! Est belle

T ant « dénudée » et à la silhouette
A rrondie ; menue paraît, non fluette.
R udimentaire appareillage n’est mie,
N enni, pour me déplaire. Est-il aussi

A perçu sur autres vestiges du lieu,
V itrine d’un monde très peu luxueux
E n ai-je déduit… Quelques sécurités
Y sont toujours : une archère nous offrez…
R éalité du site a disparu.
O r les rêvent reconstruisent « le perdu ».
N ‘ai-je, de la sorte, ici été déçue.

* la cloche d’alarme dont parle l’historique en 1469.
** la tour que vous avez « conquise ».

Le Chevalier Dauphinois 26/09/2017 10:28

* Cette ruine est assez énigmatique.
* Le plus surprenant est que la vue satellite montre mieux le site castral que mes images.
* Peut être faudrait il que j'y retourne ?.... Mais je ne pense pas le faire avant plusieurs années.