14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 07:04

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

 

Comme les damoiselles, la ruine se cache derrière son éventail de feuilles

 

Le bourg :

Situation :   (--> le voir sur une carte)

    La commune de Pont de Salars est située à 60km au Nord-Est d'Albi, à 40km au Nord-Ouest de Millau (voir son beffroi) et à 15km au Sud-Est de Rodez.

 

    Coordonnées du château :

44° 16' 23" N 02° 41' 00" E
 44.273149°  2.68348°

 

 

 

Le château : 

L'extérieur :

La découverte

* A 6km au Sud-Ouest de Pont de Salars le hameau coule une vie tranquille comme sa rivière (Le Viaur) à ses pieds.

* Le touriste pressé sera plus attentif aux nombreux virages dans cette région vallonnée qu'à la colline à un jet de flèche à l'Est.

* Grâce à mon dictionnaire et une bonne carte IGN, je sais qu'une ruine est posée au milieu des hauts arbres.

Vais je trouver le chemin pour la découvrir ?

 

Mon prénom est Pierres. L'avais tu deviné ?

 

L'analyse

* Perché sur le roc, le vieux château a souffert du temps et des siècles sans entretien.

* Les rares murs présentant des parements montrent une qualité de finition.

* Pour profiter au maximum d'une assise puissante, les courtines et tours sont posées directement sur les rochers non taillés.

* Les bases épousent la forme du rocher.

*Je ne peux résister à l'appel de déguster les entrailles de ce vieux château fort.

 

 

L'intérieur :

Je vous laisse admirer le spectacle

* Parfois, les mots sont inutiles face à la beauté d'une ruine oubliée.

* Je vous laisse savourer les premières images que j'ai vues. Ainsi vous découvrez la ruine de Camboulas comme moi. 

 

 

 

 

Suis je en mer ?

* Tel un navire, j'ai l'impression que le château possède une proue.

* C'est en réalité le rocher qui a été utilisé jusqu'à l'à-pic.

* Cela permet de contrôler la rivière et le pont. Est ce une cheminée d'usine ou un phare ?

 

 

Je suis dans le doute

*  Dans cette ruine, il n'y a pas que des murs effondrés sans trace de système défensif, il est possible de voir "des passages secrets" (évidemment, vous savez que ceci est la voûte d'un couloir).

* Un peu plus loin, une haute construction m'intrique :

- Ce ne peut pas être une tour escalier, il n'y a pas de fente de lumière.

- Ce n'est point un mur-bouclier, il est trop peu large.

- Ce n'est pas une tour de défense, car sa largeur est faible.

* Sans comprendre ce mystère architectural, je contourne la construction.

 

 

Que de surprises !

* J'ai l'impression d'être Ulysse devant le Cyclope avec comme question : "Que vois tu Chevalier ?". Avez vous deviné la fonction de ce bout de ruine ?

* Heu....

* Sur la gauche, je vois un vestige de cheminée.

* D'ailleurs son conduit incliné est parfaitement visible, surtout en dessous.

* Sur la droite, il y a... heu...

* En haut, je vois une partie "plate" et bien appareillée, contrairement au remblai en dessous...

* Donc, je subodore que cela fut :

1 - Soit une archère,

2 - Soit une fenêtre.

* En observant mieux le coté droit, je pressens que la réponse 2 est la bonne.

Avez vous une opinion ?

 

 

C'est la fin (pour vous)

* Il y a tant de détails à admirer dans cette ruine qu'il me faudrait plusieurs articles.

* Ne voulant point tout vous dépeindre je vous abandonne ici, non sans vous avoir montré l'étendu du site castral et le magnifique panorama.

 

Le vieux château semble (presque) immortel

 

 

Le diaporama du château est ici - CLIC

 

 

 

Histoire du château  :

* Au 11ème siècle, une famille nommée Camboulas est citée. La date de construction du château est inconnue.

* En 1176, Hugues II Comte (voir titre de noblesse) de Rodez donne le château à la famille Raustics. Le château est le siège d'une Vicomté comprenant 107 villages.

* En 1372, le capitaine du château se nomme : Guillaume Ebles.

* En 1389, le château devient possession de la famille Héblès.

* Au début du 15ème siècle (?), le site appartient au Comte d'Armagnac.

* En 1450, le capitaine du château se nomme : Jean de France.

* En 1461, le capitaine du château se nomme : Pierre de la Fajolle.

* En 1464, le capitaine du château se nomme : Antoine de Brulhiac.

* En 1465, le Comte donne le château à Bernard de Landorre.

* En cette deuxième moitié du 15ème siècle, durant la Guerre de Cent Ans,  après avoir été Capitaine du Roi de France Charles VII, Jean V d'Armagnac usurpe les droits régaliens et se brouille avec le Roi.

* En 1470, le Roi confisque les biens de la maison d'Armagnac. Camboulas est donné à Marquès de Canillac.

* En 1486, Domengo de Blosson attaque puis s'empare du château (Curieusement, il semble que ce personnage soit un familier du Comte Charles Ier d'Armagnac).

* En cette fin de 15ème siècle, Camboulas est rendu au Comte d'Armagnac.

* En 1489, le capitaine du château se nomme : Pierre de la Panouse.

* En 1497, Charles Ier d'Armagnac décède. Le Comté appartient à Charles IV d'Alençon, son petit-neveu.

* En 1509, Charles IV épouse Marguerite d'Angoulême (sœur du futur Roi François Ier).

* En 1525, Charles IV décède sans héritier.

* En 1540, le capitaine du château se nomme : Noble Gaspard Teulat.

* En 1572, le capitaine du château se nomme : Bégon de Labro.

* En 1586, le capitaine du château se nomme : Antoine de la Seguinie.

* En 1589, au couronnement d'Henry IV, le Comté de Rodez entre dans le Royaume de France. Camboulas est affermé à plusieurs seigneurs.

* En 1610, le capitaine du château se nomme : Raymond de Saunhac.

* En 1625, le capitaine du château se nomme : François de Saunhac.

* En 1646, le Roi (voir liste) nomme le Sieur de Montel, capitaine au château de Camboulas.

* Au 18ème siècle, le château est dit en ruine.

* Au 21ème siècle, la découverte de la ruine est libre et gratuite. Veuillez être très prudents sur ce site non sécurisé et veillez à ne pas dégrader les vieux murs ni à laisser des déchets en partant.

 

 

Le vieux château surveille toujours le village et le passage sur la rivière

 

      Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0

commentaires

bernadette chevalier 25/01/2019 19:14

enfin quelque chose sur Camboulas, je voudrais avoir plus d'explications , mon non de jeune fille Camboulas, pourquoi ça m'interresse, merci

Le Chevalier Dauphinois 26/01/2019 15:34

* Bonjour
* Tout ce que j'ai pu lire sur ce site castral est dans mon article.
* Peut être qu'un jour :
-- Soit j'aurai la chance de lire une précision nouvelle donc je compléterai l'article.
-- Soit un visiteur m'écrira un commentaire historique.
* Revenez de temps en temps sur cette article. ;)

Anne la Dauphinoise 16/11/2015 20:23

C omme je les aime ces ruines disséminées
A ujourd’hui; antan pourtant reliées,
M uraille formant, ou communs ou logis …
B eauté de ces vestiges où la magie
O père parce que l’on y voit dedans
U n pan d’une vie qui n’est plus maintenant.
L ‘ombre de grands seigneurs de notre Histoire,
A utant que celle de personnes moins notoires,
S ait planer encore, montrer cette gloire

P erdue, il est vrai, mais qui un jour fut.
O ui, derrière un éventail de feuillus*
N ous sont cachés les restes de ce castel :
T echnique, qui sait, pour apparaître plus bels ?

D u moins, est-elle pour moi fort convaincante…
E mpierrée verdure, ou pierres verdoyantes

S ont spectacles que souvent vous nous offrez.
A voué-je que je n’en suis mie lassée.
L oisir de rêver donnent-ils ainsi,
A vivés nos songes, en outre, par écrits.
R affinement y eut-il ? Je ne sais.
S entinelle fut ce site il semblerait,

A crrochée au rocher et surplombant
V allée du Viaur, ainsi la contrôlant.
E tait château d’un habitat pourvu :
Y sont traces d’une cheminée aperçues.
R avissante série d’images pose question :
O rigine de telle bribes de constructions
N ‘est permise pour une juste appréciation.

R egrets n’avons-nous cependant : le peu
O ffert après ravages du temps, des cieux
U n sentiment laisse de grandeur assez ( ?**).
E t je « place » vos images comme il me sied,
R aison n’étant sûrement point ici
G arantie… Qu’importe ! reprennent alors vie,
U ne fois qu’ils font partie d’un tout, ces murs
E parpillés dans cette vaste nature.


N aissance d’une fenêtre ai-je cru deviner***
O ù voyons pierres en coin fort bien taillées.
T rous visibles sur certaines ayant servi
A l’attache de volets peut-être ici ?

* c’est de vous (dans l’info-bulle de votre première image)
** pas sûre d’avoir repéré correctement les ruines, je l’avoue : au « sud-est » seulement de l’endroit où vous avez posé « l’épingle » ?
*** là où vous nous demandez notre opinion.
**** volets intérieurs… comme cela se faisait antan ?

Le Chevalier Dauphinois 16/11/2015 20:43

* Raison vous avez Dame Dauphinoise, mon questionnement a pour réponse : Une fenêtre.
* En cette ruine, il y a beaucoup à voir et à deviner.
* Hélas, la végétation ne facilite point la recherche d'un castellologue amateur.
* Pourtant, la vie est présente dans cette ruine. Chaque morceau rappelle une cheminée, un logis, un commun etc....