24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 07:25

 

 

Département 12 - AVEYRON

 

Ressentez vous les systèmes défensifs devant cette tour ? 

 

Le bourg :

    Situation :   (--> le voir sur une carte)

    L'abbaye Cistercienne fortifiée de Notre Dame de Bonneval est située à 30km au Nord-Est de Rodez, à 11km à l'Est d'Estaing (voir son château) et à 6km au Nord de Saint Côme d'Olt.

 

     Coordonnées de l'abbaye :

44° 33' 40" N 02° 47' 35" E
 44.561212°  2.793285°

 

 

 

L'abbaye : 

L'extérieur :

La découverte

 Je perturbe les sens du Chevalier Dauphinois* Après une chevauchée de 6km depuis Espalion en direction du Nord-Est, je découvre...... une merveilleuse odeur de chocolat.

* Je ne suis pourtant pas en Belgique ni en Suisse, pays du fruit du cacaotier.

Est ce diablerie ?

* Oser nommer Belzébuth à l'extérieur des remparts d'une abbaye semble sacrilège.

* Pourtant mon instinct de Castellologue Amateur a ses naseaux perturbés par une douce odeur dont la provenance semble être à l'intérieur des murs.

L'enquête commence.

 

Les odeurs médiévales et de chocolat se mélangent en ce lieu

Une tour

* Ce n'est point dans cette solide tour d'angle carrée que provient l'odeur.

* La construction se nomme : Tour d'Armagnac.

* Bien qu'arasée, elle possède encore des consoles prouvant que des mâchicoulis (voir vocabulaire) existaient.

 

 

Une autre tour carrée

* Un peu plus loin, un autre construction parallélépipédique est nommée : Tour du Fruitier.

* Ses pierres pauvrement taillées et son parement d'angle médiocre en font une construction primitive.

* L'odeur du chocolat diminuant proche de cette tour, je rebrousse chemin vers le Sud.

 

 

Des systèmes défensifs

* Sur une courtine, je vois une archère droite puis sur une tour ronde.

* Une canonnière m'informe que l'abbaye a évolué avec l'invention des armes à poudre.

* L'odeur du chocolat me guide vers une autre tour.

 

La tour a un joli chapeau pointu

 

La tour au donjon

* Lentement, je recule pour aborder une autre tour. Contrairement à ses consœurs elle a une forme ronde.

* Au sommet, la tour possède un magnifique chemin de ronde couvert avec "crénelage" et mâchicoulis.

* La pierre paraît trop récente pour avoir été taillée et mise en place au Moyen Âge.

* Les ouvertures bouchées des mâchicoulis m'informent que ceci est une reconstruction, certainement au 19ème siècle (voir historique).

 

 

Pourquoi ce nom : Tour au donjon ?

* Je prends un peu de recul pour en comprendre la signification.

Je ne vois rien.

* Je change d'angle, la signification m'éclabousse.

Comprenez vous ?

* Accolée à la ronde construction, une puissante tour carrée ressemble à un donjon médiéval.

* Il possède évidemment des mâchicoulis, un crénelage et une plateforme couverte.

* Comme sa consœur accolée, ses mâchicoulis sont obstrués, la pierre est récente.

 

 

Le plan 

* Pour bien comprendre l'architecture du lieu, je vous propose cette image vue du ciel :

2 - Pavillon d'entrée avec sa vierge du 12ème siècle,

3 - Hostellerie,

4 - Tour au Donjon,

5 - Chapelle,Plusieurs siècles de construction sont visibles

6 - Tour d'Armagnac,

7 - Tour du Fruitier,

8 - Eglise,

9 - Chocolaterie,

10 - Ateliers divers,

11 - Jardin à 3 étages,

12 - Cloître,

13 - Lieu de vie monastique,

14 - Aumônerie,

15 - Cimetière.

* Vous avez certainement remarqué que le numéro 9 a curieusement disparu (la raison doit être que la gourmandise et l'envie sont des péchés capitaux). Le bâtiment se situe à droite de l'entrée (avec un toit bleuté).

 

 

L'intérieur :

* L'abbaye n'est pas visitable.

* Mais il est possible :

- D'assister aux offices dans l'église,

- D'acheter du chocolat et des souvenirs dans le magasin,

- D'effectuer un moment de retraite religieuse dans l'hôtellerie monastique.

 

 

Le diaporama de l'abbaye est ici - CLIC

 

 

 

Histoire de l'abbaye :

* En 1147, les moines de Moizan du diocèse de Viviers fondent un monastère à Pussac.

* En 1152, Guillaume de Calmont, évêque de Cahors, participe à la fondation de l'abbaye de Notre Dame de Bonneval.

* En 1160, Adhémar est le premier abbé reconnu dirigeant l'abbaye.

* Au 12ème puis 13ème siècle, grâce aux dons, le domaine de l'abbaye s'agrandit. Il comporte les "granges" de : Anduze, Fraissinet, Galinière, La Roquette, La Vayssière, Masse, Montbès, Pussac, Séveyrac.

* Vers 1370, l'abbaye joue un rôle important dans la lutte contre les Anglais. Mais cette lutte diminue les richesses des "granges" à cause du brigandage, des vols d'animaux, etc...

* En cette fin de 14ème siècle, le Comte d'Armagnac fait de nombreux legs (en récompense aux combats contre les Anglais ?).

* A partir du 16ème siècle, les Guerres de Religion appauvrissent encore l'abbaye.

* En 1698, l'ancien cloître est démoli pour construire des bâtiments.

* En 1789, les Révolutionnaires s'en prennent au clergé. Le dernier abbé dirigeant le site se nomme : Elleon de Castellane Mazangues.

* En 1791, l'abbaye est vendue au sieur Rouquayrol, homme de loi à Saint Geniez d'Olt, mais ce dernier refuse la vente.

* En 1792, la vente des ruines étant difficile, le district décide d'affermer l'ancienne abbaye pour 9 années.

* En 1801, la ruine est achetée par Daigouy, fermier de son état.

* En 1810, le site est acheté par Jean Pierre Guiral.

* En 1869, le site est possession de Martin Roustan et Jeanne Falvet.

* En 1875, Monseigneur Bourret, évêque de Rodez, installe, dans l'abbaye partiellement ruinée, des Cisterciennes venues de Maubec en Vivarais. Marie du Sacré-coeur, née Pauline Déjean, est la première Révérende Mère de l'abbaye.

* En 1878, pour être autonome financièrement, les moniales de l'abbaye fabriquent du chocolat. Cette activité permet la reconstruction des bâtiments.

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite depuis les chemins et la route. La visite de l'intérieur est interdite, mais la boutique est ouverte pour acheter, entre autre, le fameux chocolat.

 

 

La modernité n'a pas changé l'aspect fortifié de cette abbaye

 

Vers Menu églises
fortifiées
de France
Cliquez pour aller au menu des églises fortifiées   Cliquez pour aller au menu des Châteaux du 12 Vers Menu châteaux de l'Aveyron

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierrote 29/06/2017 20:31

A vouez-le : est-ce pour le chocolat,
B ien plus que pour les défenses, qu’aviez là
B rigué de venir !* Ah ! la gourmandise
A sur les hommes (surtout !) fort grande emprise !
Y avait-il aussi - qui sait ? - l’envie,
E n vous, de retraite dans l’hôtellerie ?**

D e toute manière, êtes venu en ce lieu,
E t qu’importe la raison : ce fut heureux !…

B elle abbaye dans ses parties anciennes
O ù durent se trouver sûres les Cisterciennes.***
N ‘est mie très « orthodoxe » architecture (
N ‘est-ce point le bon terme dans cette conjoncture…)
E n tous sens semblent les nombreux bâtiments
V isibles de nos jours. Remaniements
A u cours des siècles la cause doivent en être…
L es vestiges médiévaux ont bel paraître.

E n eux, ressent-on toujours la puissance
S uffisante pour inspirer la défiance.
P eu de sécurités lors nécessaires
A vec tant de tours et donjon naguère.
L ‘heur avons-nous d’une archère droite mirer
I mage. Une seule… mais m’a moult contentée…
O n ne peut dire que la reconstruction,
N enni, du sommet d’une tour et donjon

R avissent mes yeux : les pierres sont trop nouvelles.
O r, chemin de ronde est l’âme d’un castel…****
U n « défaut » que j’accepte, cependant :
E st l’ensemble de son temps représentant.
R udesse et force doublées d’austérité
G énèrent vision que j’aime du passé…
U n univers peu commun est ici
E voqué… Une surprise… A vous merci !

* votre dictionnaire-livre de chevet (illustré et parfumé) des lieux plein de délices à croquer l’ayant recommandé, n’est-il point vrai ?
** pour vous repentir de tous les maux que vous m’occasionnez, entre autres !
*** j’oublie les Cisterciens qu’il y eut avant les Cisterciennes… pour la rime !
**** et les yeux = sans ces chemins de ronde, les castels étaient inutiles presque, car incapables de prévoir quoi que ce soit, donc de pourvoir à quoi que ce soit, notamment à la sécurité des personnes se trouvant réfugiées à l’intérieur… c’est mon avis, bien sûr.

Le Chevalier Dauphinois 01/07/2017 13:10

* Qu'ai je apprécié le plus en cet endroit perdu ?
* Certes, l'odeur du chocolat astiqua mes naseaux, certes le goût du chocolat acheté parfuma mon palais......
...... mais j'avoue que les rondeurs, non point celles des religieuses, titillèrent beaucoup mes grands yeux bleus.
* Tout en ce lieu, en dehors de juillet aout, est parfait : L'architecture, le retour au Moyen Âge, le silence.......
* Si j'avais été un peu plus téméraire, j'aurais fait une retraite en ses murs.
* Mais un Chevalier en croisade ne peut point se laisser aller. Et c'est hâlé que je m'en suis allé en reprenant l'allée.